Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le texte en mouvement

 | 
Roger Laufer

Du haïku au renga : une écriture déplacée

Jean-Pierre Balpe

Texte intégral

1Devant participer à ce colloque où figurent écrivains, informaticiens et linguistes, j'ai soudain été pris d'un doute : au nom de quoi allais-je parler ?

2Au nom du poète écrivant en français des haïkus et des rengas à l'occasion publiés ici et là ?

3Au nom du bricoleur informatique auteur de programmes produisant automatiquement des masses de textes littéraires ?

4Au nom, enfin, du linguiste amateur pris dans l'obligation délicieuse de formaliser ses savoirs sur la langue ?

5Quelle posture tenir, aucune n'ayant objectivement priorité sur les autres ?

6Aussi est-ce dans cette indécision, ce changement permanent de rôle, que je me vois contraint de situer mon intervention...

7En tant qu'auteur, j'éprouve indéfiniment une certaine joie mêlée — il faut bien le reconnaître — d'un peu de fierté à lire les haïkus ou rengas qu'imperturbablement imprime le programme.

8En voici quelques-uns :

1

Des nuages froids
courent vers l'oubli,
chambre de fileuse.
Je mets une savate, j'ennuie
un colporteur.
Contre la
brise, arbre
du couchant.

2

Parmi les montagnes,
rêve de fleur,
j'attends.

3

Pantalon d'hiver,
champ de plaine,
je regarde la pierre.
Je me baisse, je
distingue mon village.
Je me baisse,
je quitte mon
village.

4

Bleu ciel, à
cause de la jetée,
journée d'attente.
Tout à coup, le flot raie la
côte, le bateau se balance.
Sur le bateau,
changement
d'espace, j'observe.
Tavelure de lumière, bouillons, langueur,
inconstance de promeneuse.
J'attends des
moments pourpres,
éparpillement.

5

Tout à coup,
le petit clergyman
semble grandi.

6.

Sur les tournevis,
glissement de
cloporte.
Placage rapide, auprès du
davier, doucine d'armoire.
Au-dessous de
la croisée, vacarme
de dégauchisseuse.
Au-dessous de la cimaise, glissement de
cloporte, le maître essuie un livre.
Pendant l'ouvrage,
bruits d'extérieur.

7

À l'écart de la mer,
loin de l'albatros,
je guette les embruns.

9Mais, symétriquement, la déception est aussi très grande lorsqu'apparaissent des textes dont l'effet ne correspond pas tout à fait à mon attente :

Parmi les gorgets,
un grand vieillard fredonne
des chants malhabiles.

ou,

Le vent est blanc,
déplacement de femme,
le roseau est petit.
Souvent, l'homme jaune
ne crie plus.
L'homme s'interroge,
l'ombre est calme, la
couleur s'étend.

10Ce qui me trouble en ces textes est peut-être moins leur inconvenance que leur presque convenance. On sent qu'il y faudrait peu de choses, un rien, un peu plus de doigté :

Au milieu des gorgets,
un grand vieillard fredonne
des chants malhabiles.

11Il y a comme la responsabilité d'une paternité : ces textes ne sont pas comme j'aurais voulu qu'ils soient, je n'ai donc pas été capable de définir suffisamment ce que j'attendais d'eux. L'informatique, ici, est impitoyable, qui renvoie, grossies au microscope, les insuffisances de notre maîtrise de la langue et ne pardonne rien. Avec ces programmes écrivains-amateurs, ce dont je m'aperçois tous les jours, c'est que mes savoirs sur la langue que j'essaie quotidiennement de maîtriser ne sont que connaissances fausses et superficielles.

12En effet, lorsque l'on décide de s'attaquer à la génération automatique de types de textes reconnus dans le corpus littéraire, la démarche qui peut paraître la plus naturelle est d'étudier ce corpus pour tenter d'en dégager des lois tant syntaxiques que stylistiques.

13Ainsi, à partir de textes tels celui de Setsujui :

Bruit de la grêle
Bruit du télégraphe
Paysage nocturne à la fenêtre

ou de Bashô :

Soir sur la mer
Voix de canard
Si vaguement blanche

14on commence à faire quelques hypothèses sur le rôle très particulier du groupe nominal dans la syntaxe du haïku, à postuler que cette syntaxe n'est pas classique : il peut ne pas y avoir de phrase — au sens strict du terme ; souvent le groupe nominal est employé sans déterminants. Sono-jo :

Fraîcheur
J'appuie mon front
Contre la natte verte

15Non que toutes les ressources de la syntaxe ne puissent être convoquées, mais parce que cette syntaxe se donne, de plus, des libertés que ne se donne pas le texte en prose. À première vue, cela paraît une facilité : ce serait en somme quelque chose comme une syntaxe relâchée ne respectant pas toutes les contraintes de la syntaxe conventionnelle. Et l'ordinateur peut produire :

Feuille de
roseau, couleur
de lune.

Cependant, exploitant le même ensemble de fonctions syntaxiques, il peut aussi proposer : ou

La compagne renverse
son bol, j'entends
une abeille.

ou

Hors de la nuit,
couleur
de neige.

J'aspire la brise,
aujourd'hui, j'observe
le goéland.

16qui, pour une oreille littéraire (si l'on autorise ce concept plus flou encore que les précédents) semblent moins réussis. Ce qui importe alors, c'est de tenter de déterminer comment pourrait se définir le moins réussi. La littérature devient expérimentale. L'ordinateur produit des textes, vite et en grand nombre — plus de 30.000 pendant les quatre mois de l'exposition Les Immatériaux, soit en moyenne un toutes les deux minutes. Il s'agit de faire en sorte que, par affinement analytique, par approximations successives, se dégage une heuristique de l'écriture, en français, de cette forme inspirée de la littérature japonaise.

La compagne renverse son bol...

17Bien sûr, l'article défini n'est pas bien venu. On y préfèrerait « ma » compagne, et cela paraît être une évidence, mais pourquoi pas « ta » ou « sa » compagne ? Quelle loi semble dire que, dans cet écrit, c'est l'adjectif possessif de la première personne qui est obligatoire ? Et pourtant :

Le moine renverse son bol...

18ne pose aucun problème. Bien sûr, dira-t-on encore, « compagne » a un sens particulier, on ne peut pas être « compagne » dans l'absolu même si on peut être « compagnon » ; mais là encore ce serait différent. Une « compagne » est « celle qui est habituellement auprès d'une autre personne, qui partage ses occupations » (Petit Larousse). Il faudrait donc être « la compagne de quelqu'un » et « La compagne du moine renverse son bol » conviendrait. Mais rien pourtant dans la syntaxe du substantif telle qu'elle est donnée en français n'exige qu'on en tienne compte. Ce serait donc un problème purement de sémantique. Admettons et laissons écrire :

La jeune fille renverse son bol...

19On y préfèrerait « une jeune fille », alors qu'« un moine renverse son bol » nous semble moins adéquat. Serait-ce à dire que « moine », parce que plus rare, est dans l'esprit du locuteur français plus défini que « jeune fille » ? On peut en faire l'hypothèse. Ce serait alors question de statistique sémantique, et cela nous entraîne dans des abîmes de perplexité : serait-ce à dire que chaque terme porterait en lui, étroitement lié à son sens, un usage, hélas, non absolu, mais préférentiel des déterminants ? C'est-à-dire préférentiel dans certains contextes ou dans certains textes ?

Autour de
la play-mate,
verres de gin.
Feeling de driver, la baby-sitter
bluffe, en dépit du plum-pudding.

20Au-delà de l'effet caricature produit par l'utilisation intensive d'un vocabulaire anglo-saxon, le problème reste le même dans ce début de renga : on y préfèrerait « autour d'une playmate », alors que « la baby-sitter » ne choque pas. Que devient l'hypothèse statistique ? On ne peut pas sérieusement prétendre que « baby-sitter » soit beaucoup plus fréquent que « play-mate ». Faut-il alors penser qu'il n'y a généralement qu'une baby-sitter, alors qu'il peut y avoir plusieurs playmates ? Chaque nouvel exemple semble, ainsi, reculer indéfiniment les solutions aux problèmes que pose cette grammaire pourtant pauvre : lorsque l'on croit la solution syntaxique, la sémantique dépose ses grains de sable, et lorsqu'on la croit liée à une définition plus ou moins précise de tel ou tel terme, le pragmatique et son remarquable fouillis se manifeste dans tout ce qui se dit, décrétant ce qui, dans notre univers, paraît, ou ne paraît pas, naturel.

21On pourrait multiplier les exemples : « étonnant » ne signifie rien d'autre que « qui frappe par quelque sorte d'extraordinaire » (Petit Larousse), comme « surprenant : qui cause de l'étonnement ». Il semble que leur usage soit assez universel et que beaucoup d'objets de l'univers puissent, à un titre ou à un autre, à un moment ou l'autre, être qualifiés d'étonnants ; qui peut en décider, d'ailleurs, autre que celui qui l'affirme ? Pourtant, dans les haïkus qui suivent, « étonnant » et « surprenant » posent problème :

En face de la grève
mélancolie
un rat étonnant s'abrite

Dans la bruine
trouble de l'âme
un roitelet étonnant fuit.

Au-dessus de la futaie
une chenille surprenante disparaît
à l'est.

comme si « étonnant » et « surprenant » avaient besoin d'être légitimés :

Dans la bruine
trouble de l'âme
un roitelet au jaune étonnant fuit.

22comme si, globalement, tel ou tel objet de l'univers ne pouvait être étonnant mais étonnant par tel ou tel de ses aspects. Comme on est « la compagne de quelqu'un », on est « étonnant par quelque chose » et, bien que le haïku ou le renga fonctionne sur l'ellipse généralisée, sur la prégnance du silence, cette catégorie d'ellipse-là semble lui être insupportable. Le monde du haïku est un monde strictement référentiel, faisant appel à nos expériences coutumières, pire, à ce qui pourrait, culturellement, faire partie de nos expériences coutumières, et l'on peut faire l'hypothèse que, lorsqu'il dérange ces expériences, il exige une justification de ce dérangement.

23On voit que l'auteur-lecteur-critique de ces productions trouve toujours une — ou un semblant d'explication aux petites déceptions que lui créent certains de ses textes. Pourtant, l'expérience est parfois amère, car comment traduire en algorithmes ce « monde strictement référentiel » quand, par sa nature même, le lexique interne au programme n'est en rien référentiel et que, s'il y a référence, celle-ci ne peut être que simulée, auto-référence, référence interne ? Que signifie, en effet, pour un programme informatique :

Contre la toupie
le rêveur observe
la sauterelle.

24Ce rêveur qui observe n'a aucune existence, rien de cette existence que seule la lecture lui confère et qui fait le charme potentiel d'un texte de ce genre. Rêveur n'est qu'une suite de lettres et de chiffres ; rien fondamentalement de différent de crayon, mouchoir ou zaoum. Et pourtant, il faut que ce programme ne se trompe pas dans son choix, car « le mouchoir observe la sauterelle » ou « le crayon observe la sauterelle » sont, au regard des buts visés des crimes de sang transformant en cadavre, à peine « exquis », le texte que l'on voudrait faire croire vivant. Non seulement il faut qu'il choisisse rêveur, mais il faut aussi qu'il ne choisisse pas que rêveur et puisse proposer la jeune fille, mais il faut également qu'il n'élimine pas mouchoir et puisse écrire : « le mouchoir abrite la sauterelle »... Il y a là un minimum de volonté créatrice, comme une démiurgie délirante, le désir d'une écriture, non linéaire et limitée du monde, mais, au contraire, totalitariste. Quelque chose comme le refus du choix devant les infinis possibles stupéfiants de l'univers :

Contre la toupie
le crayon arrête
la sauterelle.

25Ce n'est donc pas d'un dictionnaire dont on a vraiment besoin, mais, bien plus, d'une image de l'univers où le nombre de relations, sans être infini, n'est pourtant pas, au préalable, strictement prévisible, mais où, symétriquement, toutes les relations entre les termes contrôlent leur syntaxe particulière.

26Le système d'écriture informatique de haïkus et de rengas est donc un système flou où les catégories sont mal délimitées et les connaissances disparates, quelque chose comme un système en apprentissage qui gagne à être, de temps en temps, revisité mais qui, cahin-caha, j'allais dire comme un écrivain quelconque, malgré ses hésitations et ses ratures, produit un nombre respectable de textes intéressants. Je me permettrai d'en donner un exemple un peu détaillé à travers la description de ce que j'appelle « le dictionnaire » de renga.

27Le concept central en est celui de micro-univers, dont le principe est de fractionner le dictionnaire en un certain nombre de sous-ensembles, chaque terme pouvant appartenir à un nombre de variables de ces sous-ensembles, à la limite, à tous. Sera défini comme micro-univers l'ensemble des mots le constituant. La question qui le fonde n'est donc pas : « Quelles situations sont définissables dans le réel et quel vocabulaire s'y rattache ? », mais, à l'inverse : « Avec tel vocabulaire, quelles sont les situations possibles dans le réel ? » Dans renga, un rhinocéros et des éléphants peuvent figurer sans problème dans un restaurant ; le micro-univers dira ce qu'ils y peuvent faire. Un micro-univers ne prendra donc son étiquette que, en quelque sorte, statistiquement, en fonction des étiquettes des mots qui le composent. S'il est composé de « éléphant, tigre, panthère, gardien, menu, enfant », il pourra être considéré comme un micro-univers « zoo » ; s'il contient « menu, enfant, papa, maman, éléphant, garçon, couvert, client », il pourra être défini comme restaurant. Ainsi, l'affectation à tel ou tel micro-univers relève grandement du regard que porte leur concepteur sur le monde : il est seul à pouvoir décider qu'un rhinocéros traverse la ville ; mais les relations internes dépendent beaucoup plus de la langue à laquelle il appartient. On peut considérer que, dans ce flou généralisé, cela constitue comme un équilibre.

28Les termes composant ces micro-univers sont accompagnés de trois descripteurs : un descripteur de micro-univers, un descripteur relationnel et un descripteur définitionnel. Leur présence ne se justifie que par l'impuissance théorique : dans l'impossibilité de donner de chaque mot une définition univoque et opératoire, le programme se contente de travailler sur des approximations du genre « un bâton, c'est un bout de bois » et « un bout de bois, ça flotte », ces approximations étant, à chaque besoin précis du programme, recoupées entre elles et permettant ainsi d'approcher, par croisements et recoupements, la sélection du terme utile au moment adéquat. Nous pourrions qualifier cette façon de procéder de méthode des devinettes : « Qu'est-ce qui court, peut nager et mange de la viande ? » permet comme réponse « l'homme » et quantité d'animaux terrestres (mais n'y a-t-il pas ici, mentalement, priorité à l'homme ?), mais exclut les poissons, les inanimés, un certain nombre d'oiseaux aquatiques, etc. Si l'on ajoute « ne mange que de la viande et vit dans les forêts », ne restent plus guère que les animaux carnivores sauvages ; avec « qui vit en France », le choix devient beaucoup plus restreint et « roux » ne laisse guère que le renard.

29Dans l'exemple cité ci-dessus, les critères sont de natures diverses : pragmatique, définitionnelle et conceptuelle. Rien n'interdit de prendre également en compte des critères syntaxiques : « Qu'est-ce qui est masculin... » élimine, dès le départ, belette et fouine... Ainsi la recherche des mots, leurs relations, tentent de s'établir dans une démarche d'entrecroisement, dans des parcours non-linéaires de l'ensemble des termes où le sens glisse, insensiblement, de l'un à l'autre.

30Dans le programme Renga, le dictionnaire est structuré en sept micro-univers qui sont :

la campagne japonaise classique,
une ville en fête,
un atelier de menuiserie,
une marine (au sens pictural du terme),
un univers imaginaire,
un cocktail mondain,
le monde du renga traditionnel.

31Ces micro-univers ont été choisis pour des raisons diverses : le 3 pour apprendre à maîtriser un vocabulaire technique, le 4 pour essayer celui des nuances et des jeux de couleurs, le 6 pour la syntaxe des mots d'origine anglo-saxonne, le 5 par jeu, le 1 et le 7 par référence à l'origine du renga, le 2 pour répondre à une commande. Leurs frontières ne sont pas étanches et l'on retrouve dans certains les mots de certains autres. De même, l'étiquette qui leur est attachée est des plus floue ; ce ne sont que des concepts opératoires.

32Ces micro-univers sont eux-mêmes considérés comme un nombre x de sous-ensembles. Ainsi, le micro-univers « campagne japonaise » comprend les suivants :

sentiments humains

(ex. chagrin)

parties du corps humain

(ex. pied)

humains

(ex. moine)

animaux domestiques

(ex. chien)

animaux sauvages qui volent

(ex. papillon)

animaux sauvages

(ex. rat)

animaux aquatiques

(ex. carpe)

« réveil, rêve, déchirure, sommeil, reflet »

plantes comestibles

(ex. melon)

fleurs

(ex. coquelicot)

arbres

(ex. érable)

géographie

(ex. pré)

idée d'eau

(ex. vague)

constructions

(ex. temple)

ciel

(ex. nuage)

lumière

(ex. soleil)

chronologie

(ex. mois)

chronologie du jour

(ex. matin)

« couleur, odeur »

objets manufacturés

(ex. savate)

« monde, dieu »

« cri, miaulement »

concepts abstraits

(ex. mort)

« tonnerre, foudre »

« oubli, danger »

« ride »

« incendie »

« canari »

bois (lieu)

(ex. forêt)

matières naturelles

(ex. glace)

« barque, bateau »

« vent, brise »

« calme, fumée, gelée »

33On y reconnaîtra, bien sûr, quelques grandes catégories conceptuelles classiques, (non-animés/animés (humain/non-humain (animaux sauvages/animaux (etc.)))) ; cependant, au-delà d'une organisation faussement rationnelle, c'est l'aspect disparate et éclaté des critères qui est le plus important, à tel point que certains sous-ensembles (19, 33 par exemple) ne pourraient que difficilement être étiquetés. En dehors de ces grandes catégories, le seul critère d'affectation à un sous-ensemble, à une classe, est le suivant : si le terme A peut avoir une relation sémantique possible dans un micro-univers donné avec un terme B, alors ils appartiennent à la même classe. La relation sémantique est un concept toujours aussi peu défini et ne reposant que sur l'intuition linguistique de l'auteur. Par exemple, « bateau » et « bâton » peuvent avoir une telle relation, puisque tous deux « flottent ». Ils appartiennent donc à la classe de « ce qui flotte ». On peut ainsi, dans un ensemble de x termes, créer de 1 à x classes, x étant la limite absurde, puisque si dans x termes il y a x classes, cela signifie qu'il n'y a aucune relation sémantique possible entre ces x termes et donc que le système sémantique de ce micro-univers est complètement fermé.

34Ces classes ne sont, elles non plus, pas étanches et leurs relations peuvent être d'inclusion, d'intersection ou de disjonction. Leurs dimensions sont ouvertes : une classe peut ne contenir qu'un terme ou tous les termes ; elle serait alors égale au micro-univers considéré. Un micro-univers n'est donc que l'ensemble des classes qui le constituent. Cette définition est isomorphe à celle du dictionnaire et l'on peut trouver à l'intérieur du dictionnaire les mêmes relations entre micro-univers que celles que l'on trouve entre classes dans le micro-univers lui-même. Pour créer une nouvelle classe, il suffit de la nommer. L'apprentissage dont il était question un peu plus haut trouve là une concrétisation immédiate. La lecture des insuffisances au niveau des productions permet un effet retour dans la définition des micro-univers et dans la production des nouveaux textes. Hélas, cela n'a rien d'automatique et le critique-programmateur-auteur assure cette tâche. C'est le descripteur relationnel qui assure l'exploration des classes. Pour cela, il est en liaison avec la nature syntaxique du terme qu'il accompagne et dont il essaie de gérer les structures de contextes, utilisant un certain nombre de règles d'inférence lui permettant de s'orienter dans le maquis des relations possibles. C'est à partir de ces règles que le programme saura qu'un moine peut renverser son bol alors qu'un roitelet ne le peut pas, et qu'il peut renverser un bol mais non une montagne, à moins de définir un micro-univers dans lequel des moines peuvent, comme la foi, renverser des montagnes. Entrer dans le détail technique des procédures utilisées nous entraînerait trop loin et nous nous permettrons de glisser pudiquement.

35Malgré cela, restent quelques problèmes que va tenter de prendre en compte le descripteur définitionnel contrôlant d'autres types de recoupements.

36Supposons que la structure syntaxique explorée au moment du tri sémantique soit celle d'une phrase de surface du type : « L'enfant lointain regarde la mer », soit GNS = article substantif adjectif ; GV = verbe GNC ; GNC = article substantif. Supposons encore que le verbe choisi soit « regarder ». Dans la catégorie des sujets possibles peut se trouver celle des « humains » qui contiendra éventuellement le mot « aveugle ». Or, « l'aveugle curieux regarde la mer » n'est pas acceptable. On peut toujours créer une classe particulière pour des humains non-voyants, mais son coût (rapport entre sa commodité d'utilisation et son apport informatif) risque d'être élevé puisque l'existence de cette classe nécessitera, dans chaque usage où intervient la classe humains, de préciser les deux classes humains voyants et humains non-voyants, sauf pour « regarder, voir, etc. », ou une catégorie animés non-voyants qui conviendrait également à « taupe » et qui serait peut-être, paradoxalement moins coûteuse, dans la mesure où la catégorie générale « animée » est certainement moins sollicitée que la catégorie « humains ». Une autre solution est de viser une position locale (solution déjà adoptée pour la syntaxe de surface) et de transporter avec le verbe lui-même un concept de « vue » et, avec le substantif, celui de non-vue, bloquant les sélections concomitantes éventuelles des deux termes. La solution du type « classes » va transporter le problème sur toutes les sous-catégories syntaxiques et alourdir la structuration interne du micro-univers pour une possibilité d'occurrence extrêmement réduite (plus encore s'il s'agit du type de problème posé par « l'enfant aveugle regarde la vallée ») alors que le choix de ce que j'appellerai un descripteur définitionnel n'interdit un tel choix que dans le cas peu fréquent de cette occurrence et n'agit que localement, n'obligeant qu'alors à la sélection d'un terme proche, c'est-à-dire dans la même classe.

37Ce sont là des choix « stratégiques » qui, s'ils peuvent certainement être calculés avec une assez grande précision en tenant compte des probabilités d'apparition, sont, dans le cas de renga, restés au niveau de l'intuitif. Je dois avouer que la simplicité du système, ses extrêmes facilités de modification ou de correction de l'une ou l'autre des données y sont pour beaucoup et qu'un certain nombre de choix de ce type ont été adoptés pragmatiquement à la lumière des résultats obtenus. Leur théorie n'en est pas encore esquissée et ils relèvent plutôt d'un bricolage de linguiste amateur que d'une série de décisions longuement pensées et solidement argumentées par un échafaudage théorique solide.

38C'est de cette façon que la conception du descripteur définitionnel est, elle aussi, relativement lâche et floue sur le plan théorique. J'oserais presque dire qu'on se trouve là dans une démarche de linguistique expérimentale à l'étape de la manipulation des objets linguistiques. De plus, dans renga, ce descripteur reste très restreint puisqu'il n'a comme rôle que celui de vérificateur ultime de non-compatibilité, les décisions essentielles étant prises par le système antérieurement. Son usage essentiel n'est que d'apporter des informations complémentaires à celles du descripteur relationnel. Il est, par exemple, inutile que le descripteur du substantif « aveugle » porte les informations (animés (humains)) qui figurent déjà dans le descripteur relationnel. Il s'en tient donc à quelques grands concepts élémentaires, que ne gère pas le relationnel dans tel micro-univers, par exemple lieu, déplacement, vue, etc. En ce sens j'ai l'impression qu'il est plutôt conceptuel pour les verbes et définitionnel pour les substantifs et les adjectifs, apportant dans ces cas des informations difficiles à donner autrement (par exemple, la couleur rousse du renard ou de l'écureuil ou leur queue touffue). La difficulté de réalisation de ce descripteur, surtout en Basic et sur de petits systèmes, est celle que présente tout choix définitionnel qui risque d'imposer rapidement un ensemble de notions non-maîtrisable si l'on veut donner toutes les informations particulières concernant un terme et notamment dans l'ordre du réel pragmatique (par exemple, les lunettes noires, la canne blanche, la tête levée, le regard vide, etc. pour les aveugles), renvoyant à la problématique complexe de la représentation des connaissances sur le monde. Il faut donc, intuitivement d'abord, puis par vérifications successives sur un grand nombre de productions, déterminer les deux ou trois informations essentielles mais, par ailleurs, non-exponentielles dans l'ensemble des informations demandées. Ainsi, pour les animaux, les informations complémentaires retenues ne sont que : habitat, couleur, particularité dominante ; et la « taupe » occupe une classe à elle seule.

39Enfin, ces informations complémentaires sont hiérarchisées (Habitat (Couleur (Particularités discriminantes))). Là encore, la rationalisation de ces hiérarchies n'est pas toujours aussi naturelle qu'elle peut sembler l'être. On peut aussi bien représenter la même suite ainsi : (Couleur (Habitat (Particularités discriminantes))). Mais c'est là le genre de questions qui a été volontairement ignoré dans renga, les textes générés étant seuls à fournir des informations sur les corrections à apporter au système. On considère a priori ces informations comme hiérarchisées. Leur lecture correspond au parcours descendant d'un graphe et à une profondeur en niveaux matérialisée très simplement par la longueur du descripteur définitionnel.

40J'appelle distance définitionnelle cette profondeur de parcours qui, dans l'exemple des animaux ci-dessus, serait donc : Dd = 3. L'intérêt de cette notion est de permettre une plus ou moins grande rigueur de sélection sémantique. Si x est la distance maximale du descripteur définitionnel dans un micro-univers donné, on peut, en effet, indiquer dans la macrostructure que la distance désirée de recherche est : 0 ≤ Dd ≤ x. De même, lorsque la recherche d'un terme s'avère longue et difficile, le programme peut réduire progressivement la distance de recherche jusqu'à obtention d'un résultat. On produit alors des phrases plus ou moins métaphoriques. Cela permet aussi d'envisager un descripteur définitionnel riche, puisque le programme peut ne travailler que sur une distance productrice, évitant d'éventuels blocages en cas d'erreur dans la constitution de la base. Il s'est ainsi produit plusieurs fois que les contraintes imposées au descripteur verbe ne puissent autoriser un seul terme adéquat dans le lexique complet du micro-univers exploré. Dans ce cas-là, le système, définissant, par retrait successif, Dd comme Dd = 0, annule ces contraintes et permet ainsi de créer une phrase moins satisfaisante dans le système référentiel renga, mais qui évite un blocage du programme. Il faut pour cela, bien entendu, qu'existent des substantifs ou des adjectifs pour chaque classe définie — et il arrive au cours de modifications successives que l'on supprime une classe sans supprimer son existence dans l'ensemble du système de règles qu'utilise le moteur d'inférences sémantiques, ce qui a pour conséquence grave de faire tourner le programme indéfiniment à vide, faute de terme correspondant aux contraintes données. Des utilitaires simples de travail sont chargés de ce type de contrôle et testent systématiquement, lors du travail sur les bases de données, à la demande, les classes, leur structuration et leurs rapports au système de règles.

41Voilà donc à peu près tout ce qui concerne la structuration du lexique utilisé dans renga. Pour épuiser le problème de la sémantique, il aurait fallu décrire également par le menu le système de règles d'exploration utilisées par le moteur d'inférences. Cela nous aurait quand même emmenés un peu loin et le propos de l'auteur que je revendique d'être s'est trouvé déjà suffisamment emporté loin de ses préoccupations normales d'écriture, j'espère qu'on me le pardonnera. Pour y revenir, je me permettrai de lire, parmi les derniers haïkus produits alors que je tapais laborieusement — sans traitement de texte — cet exposé, celui que je préfère :

Dans la bruine,
un bœuf paisible s'abrite,
tout encore peut changer.

© Presses universitaires de Vincennes, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540