Version classiqueVersion mobile

Littérature et pathologie

 | 
Max Milner

II. Mythologies et usages romanesques

Barcelone malade de la guerre dans Le Palace de Claude Simon

Jeannine Guichardet

Texte intégral

B comme Barcelone : « puisqu’il faut l’appeler par son nom »

  • 1 Non plus que “le millésime” de la guerre d’Espagne. Ce “millésime dont l’énoncé devant un serveur (...)
  • 2 p. 9.

1Barcelone n’est jamais nommée dans Le Palace1 mais dès la première page, dès la première ligne, elle est là sous les grises espèces d’un oiseau emblématique : le pigeon dont le « bec en forme de virgule »2 ponctue toute la ville-texte jusqu’à la mise à mort finale. Ville obsessionnelle dont le tragique passé toujours présent hante comme un cauchemar récurrent le héros et son double.

  • 3 Histoire a été publié en 1967, cinq ans après Le Palace.

2C’est seulement sur une page d'Histoire, un lustre ayant passé3, que le nom pourra être écrit, explicitement associé à l’oiseau :

  • 4 Histoire, Collection Folio, p. 183.
  • 5 Les Géorgiques, Paris, Éditions de Minuit, 1981, p. 320.

... (ce B majuscule au double renflement opulent et majestueux, initiale aussi de Barcelone comme un poitrail de pigeon...)4 [...] cette ville ou plutôt cette étendue boursouflée, jaunâtre, au nom lui-même semblable à une boursouflure, ballonné, ventru, se déroulant (glissant) à partir de la double bouffissure initiale en sinueuses convulsions de boucles et de jambages5.

3Ville-serpent dont la morsure brûle jusqu’au cœur des Géorgiques. Ville malade de la peste moderne : la guerre.

• Purulence/Pestilence

  • 6 Le Palace, p. 14 (ce “dédale” annonçant le labyrinthe-urinoir où le drame se dénoue).

4Les premiers symptômes du mal se manifestent par de fétides odeurs « intestines », « viscérale exhalaison d’un organisme, de tripes pantagruéliques » [...] puantes comme si « la ville tout entière [...] était en train de se putréfier, jaunâtre, poussiéreuse et fossilisée au-dessus du suffocant dédale de ses égouts »6.

5Le plan même de la ville

  • 7 p. 16.

avec ses pâtés de maisons figurés en jaune, ses mes tracées en quadrillage régulier [est] [...] comme une grille d’égout, disait l’Américain, et si on la soulevait on trouverait par dessous le cadavre d’un enfant mort-né enveloppé dans de vieux journaux [...] pleins de titres aguichants. C’est ça qui pue tellement : pas les choux-fleurs ou les poireaux dans les escaliers des taudis, ni les chiottes bouchées : rien qu’une charogne, un fœtus à trop grosse tête langé dans du papier imprimé, rien qu’un petit macrocéphale décédé avant terme parce que les docteurs n’étaient pas du même avis et jeté aux égouts dans un linceul de mots7...

6Ainsi le diagnostic est-il établi par l’un des protagonistes réfugiés au sein du * Palace ». La ville est enceinte d’

  • 8 p. 17.

une puante momie enveloppée et étranglée par le cordon ombilical de kilomètres de phrases enthousiastes tapées sur ruban à machine par l’enthousiaste armée des correspondants étrangers de la presse libérale. Victime de la maladie préinfantile de la révolution : le parrainage et l’estime de l’honorable Manchester Guar... [...]
« Oh, ferme ça »8.

  • 9 Voir par exemple au cours de la lutte d'un fragment de journal contre le vent qui le froisse “sauv (...)
  • 10 p. 105.
  • 11 p. 191.

7Dès lors, le texte semble dominé par la double hantise de l’enflure purulente et de la nécessaire expulsion, irrévocablement liées aux mots pour les dire ou les taire, ces mots tour à tour entiers et tronqués9. Tour à tour image même de la mort : « Énigmatique squelette de langage où adhère encore par endroits la chair racornie de lambeaux de voyelles et de lambeaux de diphtongues »10 ; ou de la lutte pour la vie, pour la guérison par les mots qui tracent alors non pas sur mais dans la page de carnet de profonds sillons, comme si le papier, le fragile, dangereux et impalpable support de signes, d’abstractions devait être affronté et maîtrisé au prix d’un violent effort physique »11.

8Plume-laboureur, Plume qui tente de percer l’abcès, les bubons de cette peste partout présente :

Calle de la Cruz
Calle del Sepulcro
Calle de la Sangre
Calle del Hospital de Infecciosos.

  • 12 p. 18.

9Ce ne sont là que quelques exemples de « la lugubre litanie » des noms de rues de la ville qui expriment « l’impitoyable religion, l’impitoyable, arrogante et mystérieuse Histoire couverte de pus, d’infects et inguérissables stigmates »12 qui a marqué Barcelone, l’a élue au cours des âges pour un destin de souffrance et de mort.

10L’annonce en lettres vert d’eau sur fond noir qui courent sur la devanture d’une pharmacie

Analisis
Orina - Esputos - Sangre

  • 13 pp. 148-149.

11pourrait à tout prendre, comme le dit l’Américain, « constituer une assez jolie devise pour le patelin, et même pour le pays tout entier, répétant : « Ah ah ah ! Urine, Crachats et Sang ! Ah, ah ah ! « ils ont pissé sur ma face et ils ont craché sur tous mes os », est-ce que ce n’est pas comme ça ? »13

12Ville christique sous le signe de la dérision. Ville dont les plaies suintent sans trêve ni repos :

  • 14 p. 151.

même la nuit la ville continuait à suer, suinter, avec cette différence qu’alors on pouvait presque l’entendre à travers le (ou au-dessous du) silence nocturne (un ruissellement ténu, imperceptible, incessant, quelque chose qui s’écoulait d’elle goutte à goutte dans le noir, sournoisement, la vidant impossible à arrêter, continuant à sourdre par tous ses pores... mince et sournois chuintement de fuite, cette espèce d’invisible et permanente hémorragie14.

13Ville-Femme en gésine qui n’a pas été victime d’une « conquête », « d’un viol » mais

  • 15 qui préfigure l’accouchement final de la dernière page.
  • 16 p. 92.

comme déchirée par quelque chose qui était sorti ou qu’elle avait arraché, expulsé d’elle-même, plutôt (sang et ordure) comme une sorte d’accouchement15 ou peut-être d’avortement, dont les effets se répartissaient d’une façon pour ainsi dire centrifuge, comme les éclats d’une bombe se dispersent et se raréfient tout autour et à partir de son point d’explosion16.

14Ville qui donne la mort et non la vie. Peut-être est-ce pour cela que son mal s’exprime aussi par la pétrificaiton et ses variantes (momification, dessication, conservation caillouteuse dans un bocal, etc...). La ville semble alors condamnée à une tragique immobilité, comme si elle était médusée par la guerre, submergée par un flot de « vagues pétrifiées ».

• Pétrification/Submersion

15 Ville d’Apocalypse

  • 17 p. 80.

comme si elle avait été coulée d’un bloc (maisons, palmiers, trottoirs, chaussées) dans une sorte de lave, de métal encore brûlant17.

16 Ville de Ténèbres envahie par

  • 18 p. 159.

une sorte de marée, de lave tiède et opaque qui se serait lentement répandue dans les rues, les avenues, s’élevant peu à peu à partir du sol comme l’eau dans un bief escaladant les façades au fur et à mesure que la lumière se retirait, les submergeant à la fin, obstruant, interdisant le passage à l’air lui-même18...

17 Ville de silence et d’étouffement

  • 19 p. 170.

pas un bruit [...1 comme si la ville entière était morte, comme ces villes enfouies intactes avec leurs habitants étouffés pendant leur sommeil et qu’on retrouverait mille ou deux mille ans plus tard, étendus, contractés, nus et calcinés, accoudés sur leurs lits dans des poses de terreur et d’alarme19.

18Barcelone-Pompéi, ville au croisement d'un temps historique et d’un temps mythique :

  • 20 pp. 151-152.

la ville prenant peu à peu cette consistance de bronze (l’étudiant pensant à certains tableaux du Poussin, certains lavis où des statues renversées gisent mutilées sous des ciels de métal en fusion, suffocants, et des personnages courant, se voilant la face, s’enfuyant dans toutes les directions, parmi les palais solennels, les solennels alignements de frontons et de colonnades, les solennelles perspectives dallées, vides20...

19Ville déjà prête à la transfiguration par l’art, seul capable par-delà la mort de lui conférer une sorte d’éternité, de la rendre au lecteur-spectateur - telle qu’en elle-même » enfin, épurée, purifiée.

20Mais auparavant il faut vaincre la contagion du mal. Ce grand corps malade semble contaminer, en effet, tout ce qu’il touche.

Extension d’un « mal qui répand la terreur »

• Un espace théâtral et ses figurants

  • 21 p. 24 (architecture baroque qui parfois évoque celle de Gaudi jamais nommé).
  • 22 p. 213.

21L’enflure atteint tout d’abord le Palace lui-même, unité de lieu tragique au sein de la ville où il dresse « son architecture rocailleuse, boursouflée »21, avant de devenir « épave monumentale [...] drossée et abandonnée par la tempête [...] un rebut, un de ces chars de carnaval abandonné dans une remise après la fête, boursouflé et burlesque avec ses astragales de guirlandes, de rubans et de serpentins défraîchis »22.

22Ici, il ne s’agit que d’une inoffensive architecture de carton-pâte, d’une vision fugitive, mais ailleurs c’est une sorte de monstre capable de traverser l’épaisseur du Temps pour fasciner encore l’ancien étudiant revenu après quinze années écoulées sur le Théâtre de la guerre.

  • 23 p. 23.

En dépit de la façade de la banque que l’on avait édifiée à la place (il avait finalement brûlé, était resté là, debout, terrifiant, avec son intérieur à l’anatomie compliquée ; non plus les viscères feutrés et capitonnés où avaient déambulé, mangé, évacué, dormi crû et multiplié les milliardaires fainéants : mais un entrecroisement de poutres aux écailles charbonneuses)...
Il semblait maintenant muré, embastillé comme s’il continuait à se tenir, monstrueux, béant, tigré et invaincu, immédiatement derrière la muraille babylonienne et revancharde de pierres votives apportées une à une par la férocité zélée des cupides petits épargnants23.

  • 24 Nombreuses sont les métaphores théâtrales qui évoquent la ville : voir à ce sujet notre article in (...)
  • 25 Titre du chapitre III.
  • 26 p. 117. Voir aussi p. 170 “le Vieux et gros général dont le corps continuait à pourrir et empester (...)
  • 27 Publié en 1956.

23La nouvelle architecture n’est qu’un masque. La bête est là, tapie au fond du labyrinthe d’une conscience malheureuse perdue entre les mots et les choses et sur laquelle nous nous attarderons après avoir évoqué les figurants burlesques qui traversent la ville théâtralisée24. C’est lors des « Funérailles de Patrocle »25 qu’on peut les voir défiler à loisir, leurs ventres d’outre creuse aussi gonflés que celui du « mort invisible et meurtrier » qu’on enterre : * enfouissement hygiénique et solennel d’une charogne »26. Les voici, à la hauteur des marionnettes géantes du Balcon27 de Jean Genet :

  • 28 p. 114. Voir aussi p. 19.

Vieux généraux et vieux évêques parcheminés ou ventripotents, siégeant, avec leurs bottes étincelantes, leurs bedaines ceinturées d’azur (les généraux) ou d’écarlate (les évêques) et leurs têtes de caricatures, hautains et cruels, dans un irréel empyrée28.

24 Burlesques et non tragiques, ils incarnent ici un mal qu’on peut nommer : * une impitoyable, froide et paternelle vindicte ». Le vrai tragique, il est du côté de la foule précédée de ses pancartes et banderoles répétitives jusqu’à l’angoisse.

¿Quien a muerto? i Quien a muerto?
¿Quien a muerto?

25La foule en proie à l'innomable, à l’invisible, et qui s’interroge

  • 29 p. 114.

avec stupeur sur le nom, la nature d’une infection, d’un mal [...] quelque chose qu’elle (la foule) aurait elle-même secrété : une épidémie, une de ces terrifiantes, meurtrières et répugnantes maladies qui sont héréditairement l’apanage des pauvres, comme la teigne, la pelade ou les latrines bouchées, et qui tuait maintenant imbécile, furieuse et aveugle, ici et là dans la ville étouffée sous son pesant couvercle de puanteur29.

26Le Mal de la ville qui s’étend à toute cette foule ressemble ici au Destin. Un Destin venu du fond des âges. « Mon mal vient de plus loin » pourrait dire Barcelone l’innommée. Par cercles concentriques, il va s’élargissant à la terre entière, gigantesque Guernica hanté du Minotaure,

  • 30 p. 127.

parce qu’apparemment pour que cette vieille motte de terre et d’eau ne s’arrête pas de tourner lui faut-il sa périodique ration d’enfants écrasés sous des poutres, de femmes échevelées griffant leurs seins et de mains crispées sortant des gravats, moyennant quoi les saisons reviennent à peu près régulièrment et soleil, pluie, vent et gel se partagent le temps d’une façon supportable30.

  • 31 Cf. le numéro 414 de la revue Critique (novembre 1981) intitulé précisément “La Terre et la Guerre (...)
  • 32 Épigraphe du Palace.

27La Terre et la Guerre, souvent associées dans l’œuvre de Claude Simon31, semblent répondre toutes deux à cette définition de la Révolution32, effrayante dans sa neutralité de dictionnaire :

28« Révolution : mouvement d’un mobile qui, parcourant une courbe fermée, repasse successivement par les mêmes points. Dictionnaire Larousse. »

29Que peut donc l’homme pris dans cette fatalité circulaire, entraîné dans cette danse macabre ?

• Un héros malade de la ville

30L’étudiant est toujours flanqué de son double, « l’ancien étudiant » vu à distance comme une sécrétion ou plutôt comme une déjection de la ville même :

  • 33 pp. 20-21.

Puis il se vit, c’est-à-dire des années plus tard, et lui, ce résidu de lui-même, ou plutôt cette trace, cette salissure (cet excrément en quelque sorte) laissée derrière soi [...] pouvant donc se voir avec une sorte d’étonnement un peu agacé, d’incrédulité pensant : « Ça : moi ? Ça... ? » regardant le double microscopique et effaré de lui-même : c’était presque quinze ans plus tard33...

  • 34 p. 24.

31Mais en dépit de toutes ces années, il est toujours malade de la ville. Comme elle, il respire et voit la mort partout. Comme elle, il est parfois pétrifié de terreur et d’angoisse. Il semble qu’elle l’ait littéralement envoûté par les « magiques formules de conquête et de possession »34 qui s’étalaient jadis sur ses convulsives banderoles. Entre-t-il dans un bar, « la nourriture elle-même » exposée derrière le comptoir lui semble

  • 35 p. 22.

déposée là [...] une fois pour toutes, comme ces provisions apportées dans les tombeaux pour la nourriture des morts, le gardien (le serveur) lui-même semblable à un mort35.

32La vision peut aller jusqu’à l’hallucination, comme dans cette séquence où le barman est

  • 36 p. 27.

comme l'officiant, le célébrant de quelque culte macabre veillant sur son étalage d’aliments consacrés à des ombres et que venaient sans doute dévorer, aux heures de fermeture, des squelettes gastronomes (si bien qu’il croyait sentir, montant de la nourriture votive exposée dans les petites barquettes [...] comme une faible odeur marine et de putréfaction semblable à celle qui s’exhale sur les plages de ces choses gélatineuses, grises et luisantes abandonnées par les vagues et puant au soleil dans un essaim de mouches et de pucerons de mer36.

  • 37 Titre d’une célèbre nouvelle de Maupassant.

33Sur « l’écran scintillant » de sa mémoire viennent s’inscrire des scènes de cauchemar où il semble prisonnier d’un terrible « Horla »37. Voyez-le

  • 38 pp. 170-171.

appuyé maintenant sur le coude, ahuri, haletant, essayant vainement de secouer de lui l’espèce de gangue noire et dure du sommeil, et pendant quelques instants impossible de bouger, aussi raide que s’il avait été en bois, quoiqu’il ne cessât d’engueuler son corps, les oreilles bourdonnantes, l’obscurité tournoyant tout autour de lui ; puis cela cessa, s’immobilisa, la croûte noire et rigide qui le recouvrait s’écaillant, se fendillant douloureusement [...] il pouvait presque entendre la squameuse carapace de sommeil s’écailler, s’effriter sur toute la surface de son corps38...

34Ces écailles, cette carapace semblent renvoyer au monstre déjà évoqué et aux queues écailleuses des dragons qui ornent le socle de la colonne d’airain où veille, aux portes de la ville, le grand conquérant (Christophe Colomb). L’étudiant semble menacé d’une « métamorphose » kafkaïenne qui l’apparenterait plus étroitement encore à cette ville...

35Ailleurs, c’est le temps même qui se fige en une substance étrange où se prennent les êtres et les choses :

  • 39 p. 34. Ce n’est là qu’un des nombreux exemples de solidification du temps.

plus tard il lui semblera les voir, immobilisés ou conservés comme sur une photographie dans cette sorte de matière figée et grisâtre qu’est le temps passé, cette espèce de gélatine qui garde indéfiniment choses et gens39...

  • 40 p. 97.
  • 41 p. 99. Voir aussi p. 189 un “type humain supplémentaire et hybride, à mi-chemin entre le chien mai (...)

36Parfois c’est « l’air [...] épouvanté » qui se change « en plomb par l’immémoriale horreur, l’immémoriale malédiction qui pétrifia le monde à l’instant du premier meurtre »40, comme dans le récit de l'Homme-Fusil, étrange mutant lui aussi qui semble « avoir été engendré non par une femme, mais (en même temps que le fusil les armes à feu et les explosifs et comme leur indispensable complément) par le désespoir, l’humiliation et la colère »41.

37Comment se délivrer de cette pesanteur, de ces obsessions qui transforment le héros en personnage piranésien prisonnier d’un espace-temps illimité, répétitif ?

  • 42 p. 212.

Mais comment était-ce, comment était-ce ? : la rampe de l’escalier semblait s’enrouler sur elle-même en spirales de plus en plus petites, de palier en palier, jusqu’au dernier étage42...

  • 43 On y parle sans doute toutes les langues des combattants de diverses nationalités qui participent (...)

38Barcelone comme Babel43, labyrinthe dont il faut trouver l’issue, ville intériorisée avec tout son passé, ville qu’il faut expulser de soi sous peine de mort et de folie. Mais comment s’en débarrasser ?

S comme Sang d’encre

39Seule la mystérieuse transsubstantiation d’un sang devenu encre, seule la « plaintive inscription » d’une ville en guerre dans la chair d’un texte peut assurer la délivrance, opérer l’exorcisme car :

  • 44 p. 177.

Qui est-ce qui pousse un homme à raconter [...] c’est-à-dire à reconstituer, à reconstruire au moyen d’équivalents verbaux quelque chose qu’il a fait ou vu44 ?

40sinon cette espérance

  • 45 Ibid.

qu’une fois raconté, une fois mis sous forme de mots, tout cela se mette à exister tout seul sans qu’il ait besoin de le supporter plus longtemps [...], d’arracher, de rejeter de lui cette violence, cette chose qui a élu domicile en lui, se sert de lui [...] le possédant, le consumant45.

41Il s’agit de métamorphoser l’indicible en langage transitif, se délivrant ainsi du mal.

  • 46 pp. 77-78. Ces propos font penser au Septième Sceau, le film de Bergman.

Comme dans ces jeux où le perdant tire une carte, une figure maudite ou maléfique qu’il lui faut à tout prix refiler à un autre avant qu’elle le condamne définitivement46.

42On s’est beaucoup interrogé sur la fin énigmatique du Palace. Que s’est-il donc passé dans « l’urinoir souterrain », l’urinoir-labyrinthe où l’étudiant entre sur le mode conditionnel

pour y vomir, s’y débarraser (il serait là, solitaire et secoué de spasmes, dans la puanteur ammoniacale, l’âcre odeur d’excréments [...], penché au-dessus de la cuvette, plié en deux, ses mains appuyées aux fraîches et babyloniennes parois de briques vernissées,

43sous l’œil des curieux transfigurés en

espèces de divinités ou plutôt d’officiants contrefaits, claudiquants et macabres de quelque culte souterrain, les serviteurs d’un royaume à la fois secret, caverneux et intestinal. (L’intestin même de la ville-Léviathan...) ?

44Ce qui se passe là c’est sans doute le meurtre du double sur le mode fantasmatique, ce double qui au fil du texte s’est amenuisé de sorte qu’aux dernières pages

  • 47 p. 221.

cette partie de lui-même qui était l’étudiant, l’homoncule [...] il cessa tout à fait de l’écouter, de l’entendre (c’est-à-dire cette partie de lui-même qui diminuait, rapetissait, s’amenuisait à toute vitesse, n’avait plus maintenant que les dimensions et la voix dérisoire d’une minuscule poupée costumée en singe, une lilliputienne et noire mandragore furibonde, jeteuse de sorts et malfaisante)47.

45C’est elle qu’il achève d’un coup de feu, qu’il expulse au moment même – est-ce un hasard ? – où la ville agonisant expulse elle-même enfin son fœtus maléfique,

  • 48 p. 230 (dernière page du roman).

semblable à une de ces reines en gésine laissée seule dans son palais parce que personne ne doit les voir en ce moment, enfantant, expulsant de ses flancs trempés de sueur ce qui devait être enfanté, expulsé [...] et à la fin tout s’immobilise, retombe, et elle reste là, gisant épuisée, expirante [...], se vidant dans une infime, incessante et vaine hémorragie48

46A-t-on remarqué que la flaque de sang, « une petite mare bientôt », très curieusement s’étend, s’élargit lentement où ? « sur le carrelage de l’urinoir souterrain », se mêlant, se confondant ainsi avec le sang de l’ancien étudiant.

  • 49 p. 146.
  • 50 p. 197.

47Cette Barcelone du passé enfin mise à mort, le héros enfin délivré de son double, c’est une victoire non par le glaive mais par la plume. Victoire sur - la dépouille, le flasque et plat résidu, la flasque et plate oraison funèbre des événements morts »49 inscrits sur de mauvais papiers journaux à demi déchirés qui volent à travers texte comme des oiseaux blessés - victoire sur « les bureaucratiques entassements de papier en quoi se résorbent toute violence et toute révolte »50.

48Ce qui nous est donné ici à lire et à méditer c’est une Histoire réécrite, réenfantée par une écriture transfiguratrice qui enchâsse l’éphémère dans le perdurable.

49Écriture étoilée de métaphores qui éclatent parfois comme des cris, mais

  • 51 Judith Schlanger, Les Métaphores de l'organisme, Vrin, 1971, p. 262 (dernière page de ce bel ouvra (...)

Parce que le métaphorique est inévitable, faut-il se taire ?[...] Puisque l’imperfection est l’élément même du discours et puisque la parole s’incarne en images, heureux piège que la métaphore. Dans sa riche inadéquation, elle fait de la blessure intime de notre finitude, faille si secrète qu’elle échappe au dire et qu’aucune parole directe ne peut l’assumer, la substance de la poésie51.

Notes

1 Non plus que “le millésime” de la guerre d’Espagne. Ce “millésime dont l’énoncé devant un serveur et une putain constituait à lui seul une indécence” (Le Palace, Paris, Éditions de Minuit, 1962, p. 25. Toutes les références ultérieures renverront à cette édition.)

2 p. 9.

3 Histoire a été publié en 1967, cinq ans après Le Palace.

4 Histoire, Collection Folio, p. 183.

5 Les Géorgiques, Paris, Éditions de Minuit, 1981, p. 320.

6 Le Palace, p. 14 (ce “dédale” annonçant le labyrinthe-urinoir où le drame se dénoue).

7 p. 16.

8 p. 17.

9 Voir par exemple au cours de la lutte d'un fragment de journal contre le vent qui le froisse “sauvagement” le mot-clef : Vence/Venceremos, qui apparaît tronqué puis disparaît pour reparaître en entier “lisible pendant une fraction de seconde”.

10 p. 105.

11 p. 191.

12 p. 18.

13 pp. 148-149.

14 p. 151.

15 qui préfigure l’accouchement final de la dernière page.

16 p. 92.

17 p. 80.

18 p. 159.

19 p. 170.

20 pp. 151-152.

21 p. 24 (architecture baroque qui parfois évoque celle de Gaudi jamais nommé).

22 p. 213.

23 p. 23.

24 Nombreuses sont les métaphores théâtrales qui évoquent la ville : voir à ce sujet notre article intitulé Quelques images littéraires de la Révolution espagnole dans Le Palace,” (Actes du colloque Littérature et Guerre civile, organisé par l’université de Barcelone à Lleida en décembre 1986.

25 Titre du chapitre III.

26 p. 117. Voir aussi p. 170 “le Vieux et gros général dont le corps continuait à pourrir et empester paisiblement quelque part [...] gisant monstrueux, gonflé et pestilentiel sous la silencieuse et torride ville de bronze”.

27 Publié en 1956.

28 p. 114. Voir aussi p. 19.

29 p. 114.

30 p. 127.

31 Cf. le numéro 414 de la revue Critique (novembre 1981) intitulé précisément “La Terre et la Guerre dans l’oeuvre de Claude Simon”.

32 Épigraphe du Palace.

33 pp. 20-21.

34 p. 24.

35 p. 22.

36 p. 27.

37 Titre d’une célèbre nouvelle de Maupassant.

38 pp. 170-171.

39 p. 34. Ce n’est là qu’un des nombreux exemples de solidification du temps.

40 p. 97.

41 p. 99. Voir aussi p. 189 un “type humain supplémentaire et hybride, à mi-chemin entre le chien maigre et le rapace”.

42 p. 212.

43 On y parle sans doute toutes les langues des combattants de diverses nationalités qui participent à la guerre comme “l'Américain”.

44 p. 177.

45 Ibid.

46 pp. 77-78. Ces propos font penser au Septième Sceau, le film de Bergman.

47 p. 221.

48 p. 230 (dernière page du roman).

49 p. 146.

50 p. 197.

51 Judith Schlanger, Les Métaphores de l'organisme, Vrin, 1971, p. 262 (dernière page de ce bel ouvrage).

© Presses universitaires de Vincennes, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search