Versión clásicaVersión móvil

Littérature et pathologie

 | 
Max Milner

Introduction

Max Milner

Texto completo

1Les liens entre littérature et pathologie sont extrêmement riches, et on ne saurait prétendre en explorer tous les aspects dans les limites d’un volume constitué, pour l’essentiel, des communications à un colloque sur ce sujet, qui s’est tenu à Paris en mai 1987, à l’initiative des Universités de Bologne et de la Sorbonne nouvelle, et avec la participation de l’université de Lille III.

2Du moins trouvera-t-on ici, groupés autour de quelques grands axes, les éléments d’une réflexion susceptible d’intéresser tous ceux que préoccupent les interactions entre la pensée scientifique et l’image, véhiculée principalement par la littérature et par l’art, que l’homme se donne de son être individuel et social, ainsi que des buts, immanents ou transcendants, de son existence.

3La maladie est, à cet égard, un terrain d’exploration exceptionnellement favorable, un lieu d’échanges et de métaphores, un instrument d’analyse et de critique, un écran de projection sur lequel les configurations mythiques se dessinent avec une particulière netteté. La maladie est en effet à la fois le scandale de la vie et ce par quoi nous prenons le plus souvent conscience de ce qu’est la vie, les corps bien portants n’ayant pas plus d’histoire que les peuples heureux. C’est, au point de vue scientifique, l’exception qui confirme la règle, mais aussi qui permet de la découvrir, si tant est qu’elle existe. C’est ce qui nous est à la fois le plus étranger et le plus intime : l’autre en nous, mais un autre qui nous façonne, qui nous interroge, qui, en tant que défi à notre vouloir-vivre, nous amène à composer avec la mort qui nous habite, physiquement, psychiquement et moralement, à la combattre ou à lui rendre les armes, dans un abandon qui peut être vécu comme une victoire de l’art, ou de la conscience.

4Du fait que nous avons ici un carrefour de signifiants, il est impossible de présenter l’ordre dans lequel sont groupées ces études sans signaler en même temps par où elles se recoupent.

5Une première partie, intitulée « Pathologies, thérapeutiques et discours culturels », rassemble des articles consacrés à des images culturelles de la maladie et des moyens de la combattre, que la culture en question soit de nature scientifique, religieuse, morale ou esthétique. Ce n’est pas un hasard si elles se situent toutes, sauf la dernière, dans une période qui s’étend du XVIe au XVIIIe siècle, les incertitudes et la labilité de la science médicale à cette époque permettant tous les glissements et recouvrements qui facilitent le passage du vital au mental, du naturel au surnaturel, de l’individuel au social. Il reste pourtant difficile de dégager au XVIIIe siècle, comme le montre l’exemple des écrits sur la peinture, et comme le montrerait sans doute une étude de la poésie, une esthétique du corps malade mettant en question l’idéal de santé et d’équilibre qui caractérisait l’esthétique et la morale classiques.

6Lorsque les limites du domaine médical seront plus nettement fixées (mais le seront-elles jamais totalement ?), la maladie fera sa véritable entrée, son entrée royale, en littérature. Les quelques exemples analysés dans cette seconde partie « Mythologies et usages romanesques », ne peuvent évidemment donner qu’une image très incomplète de ce qu’elle y représente, à la fois comme thème signifiant et comme ressort romanesque, producteur de crises, de tragique, de remises en question du sens de l’existence. Ils montrent cependant l’extraordinaire outil de création mythique qu’a été la maladie dans un monde où l’emprise des sciences biologiques se faisait sentir de façon à peu près universelle, donnant ainsi une nouvelle vigueur et souvent une nouvelle signification aux métaphores pathologiques utilisées depuis le XVIe siècle et jusque dans l’antiquité gréco-romaine pour qualifier le mal social, et y ajoutant des prolongements métaphysiques, nés d’un doute profond sur l’aptitude de la vie à vaincre les forces qui la menacent (ou même sur sa destination à les vaincre).

7C’est dans la notion de décadence, faisant l’objet de notre troisième section, que se rejoignent le plus intimement le champ de la science médicale, celui de la psychologie individuelle, celui de l’analyse sociale, et, dominant tout cet ensemble, en tirant profit pour son propre travail et fournissant en même temps des matériaux « cliniques » à ceux qui s’efforcent de formuler le diagnostic de l’entre-deux-siècles, le champ de la création esthétique. Dégénérescence, hystérie, perversion, homosexualité pénètrent en force le domaine de l’art et de la réflexion sur l’art, autorisant l’artiste à assumer, avec orgueil ou angoisse, sa propre déviance.

8Une brève quatrième partie touche au problème de la littérature dans son rapport avec le trouble mental, à partir duquel la réflexion freudienne ouvre, sur ce qui fait l’objet de ce colloque, des perspectives appelant de nouveau prolongements.

Autor

Université de la Sorbonne Nouvelle

© Presses universitaires de Vincennes, 1989

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search