Version classiqueVersion mobile

L'Imagination informatique de la Littérature

 | 
Bernard Magné
, 
Jean-Pierre Balpe

Résumé des interventions

(Dans l’ordre de leurs publications)

Texte intégral

1Anne Abeille envisage les productions littéraires informatisées sous l’angle de leur lecture. Elle considère que tout programme informatique littéraire, qu’il soit d’écriture interactive ou de génération, implique la définition d’un modèle de lecteur, donc le recours à une linguistique de l’énonciation. Elle examine sous cet angle quelques-unes des recherches les plus connues. Elle montre quelles sont les implications concrètes de cette conception de programmes orientés vers le lecteur et comment ces implications provoquent une stratégie spécifique de conception, seule à même de donner un statut novateur à la littérature produite par ordinateur.

2Tout en restant a un niveau de généralité pré-informatique, Jeanne Demers analyse le conte de fées dans une perspective de modélisation. Elle essaie ainsi de dégager les relations entre archiconte, archétypes des contes et réalisations concrètes. Puis, s’appuyant sur cette analyse, elle esquisse quelques propositions imaginant une perspective de génération automatique, tentant ainsi d’indiquer quelques directions de travail à des recherches ultérieures.

3Pierre Lusson présente sa théorie du rythme. Approche à l’origine de nombreux travaux développés par le groupe Polivanof de l’INALCO (Paris III) tant dans le domaine de l’analyse musicale que dans celui de la littérature ou dans l’étude des relations texte-musique. Après en avoir fait une description rapide, il s’efforce de montrer comment cette théorie d’application générale peut fournir des outils opératoires à divers domaines de la génération automatique de textes. Il laisse également apercevoir, entre autres directions de recherche, celle de la constitution, par l’emploi de cette méthode, d’une rhétorique générale abstraite.

4Daniel Goossens et Vincent Lesbros décrivent le fonctionnement d’un environnement de programmation – d’un ensemble de logiciels – utilisant des techniques empruntées à l’« intelligence artificielle » et permettant d’élaborer des jeux de rôles, simulation de relations plus ou moins complexes entre personnages de fiction agissant dans un univers fictif proche de l’univers réel. Leur travail porte essentiellement sur les contraintes qu’impose à la programmation la maîtrise d’un ensemble de connaissances figurant un mini-univers réaliste. Tout en suggérant une méthodologie qui pourrait enrichir une approche sémiotique, ils proposent une des réponses possibles au problème complexe de la gestion des relations de cohérence dans une perspective de génération de récits.

5Roger Laufer s’interroge sur les modifications qu’entraînent dans l'écriture l'apparition des « nouveaux produits de communication » et les possibilités de numérisation des messages quelles que soient leurs formes. Montrant combien la nature des supports conditionne la forme du message et la lecture qui peut en être faite, il fait un inventaire des nouvelles possibilités offertes, notamment par les écrans informatiques, tant à l'édition critique qu’à la créativité littéraire.

6Simone Balazard, écrivain, membre de l'ALAMO (Atelier de Littérature Assistée par la Mathématique et les Ordinateurs) présente son programme appelé le jardin des drames. Basé sur la description structurale des fonctions dramatiques de Souriau, ce programme crée, à l'infini, des situations inédites de récits par mise en œuvre d'une combinatoire simple. Simone Balazard en examine l’intérêt et les prolongements.

7Jean-Pierre Balpe présente quelques-unes des contraintes que la modélisation impose à tout auteur de générateur littéraire, essayant de dégager certains des concepts opératoires qui y sont à l'œuvre. Il s’appuie pour cela sur quelques programmes réalisés soit pour l’exposition Les immatériaux du Centre Georges Pompidou, soit pour d’autres générateurs jamais présentés en public.

8Guillaume Baudin, co-auteur d’ACSOO, premier scénario interactif réalisé pour minitel, présente l’expérience d’écriture qu’il a vécue et les leçons qu’il en a tirées. A partir de l’exposition de cette réalisation particulière, il esquisse une réflexion sur l’interactivité appliquée au domaine du récit de fiction.

9Christiane Cadet examine l’utilisation, dans la visée du concept d’ateliers d’écriture, de programmes permettant de travailler sur ce qu’elle appelle des textes patchwork. S’appuyant sur des exemples d’expériences menées dans des classes, elle montre comment leur emploi provoque des mouvements de lecture-écriture formateurs. Elle esquisse alors ce que pourrait être un logiciel permettant de travailler sur la para-littérature et, notamment, sur le roman sentimental.

10Claudette Oriol-Boyer, responsable de la revue T.E.M., animatrice de très nombreux ateliers d’écritures, présente l’utilisation qui est faite de l’ordinateur dans ceux qu’elle anime. Insistant sur la liaison lecture-écriture, elle montre comment l’utilisation de logiciels appropriés peut s’avérer efficace pour la mise en place d’outils d’aide à l’imaginaire et pour celle d’outils de relecture. Elle termine en décrivant ce que pourrait être, dans son travail d’atelier, un logiciel auxiliaire utile.

11Bernard Magné compare 1Έ.Α.Ο. (Enseignement Assisté par Ordinateur) et ce qu’il appelle le M.O.T.A.M.O. (Manipulations et Opérations Textuelles Assistées par Micro-Ordinateur). Il montre quels sont les avantages de cette deuxième approche et définit quelques-uns des outils informatiques qu’elle demande. Situant son questionnement dans une problématique plus large, il examine quelles perspectives il ouvre à un enseignement de la langue utilisant l’ordinateur.

© Presses universitaires de Vincennes, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search