Version classiqueVersion mobile

Nerval et Schumann, la folie en partage

 | 
Pierre Fleury

Chapitre 3. Ici n’est pas ici

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La citation permet de faire voyager, de nous faire aller là où nous ne sommes pas. Cet effet est relié à une autre expérience issue de la folie : celle d’une angoisse de l’espace. Les crises de démence sont caractérisées par des sensations d’étouffement et de repli sur soi, caractéristiques de l’angoisse. En latin, ango, angere, c’est « oppresser », « rendre étroit », « resserrer ». C’est l’impression que l’espace n’est plus accueillant ; pire, que l’espace où je suis n’est pas celui où je dois être ; cette impression étant compensée par la fuite illusoire hors de cet espace angoissant (rêve, dromomanie) vers un « espace non objectif ».

L’idée de fuite et l’image du flot – le débit schumannien

On a assez dit les réflexes de fuite de Nerval. Mais Schumann y est sujet plus qu’on ne pense. On se rappelle le « Cette angoisse me fit aller de ville en ville » de 1833 ; en 1842, à la suite d’une crise de couple, Schumann envisage de fuir aux États-Unis, « décision effroyable qui illustre bie...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search