Version classiqueVersion mobile

Nerval et Schumann, la folie en partage

 | 
Pierre Fleury

Chapitre 2. Je ne suis pas moi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dédoublements

Nous avons choisi de tirer le fil de la comparaison à partir de la problématique générale du dédoublement de personnalité, expérience pathologique commune à nos deux artistes.

La maladie de Schumann entraîne chez lui une double polarité du caractère ; Philippe André parle de « simultanéité de tendances orales et anales » – contentons-nous de noter un antagonisme au sein de ses mécanismes psychologiques entre un penchant constant à l’exaltation nerveuse et à la surexcitation d’une part, à la dépression apathique et à l’abattement d’autre part. Chez Nerval, la schizophrénie est mieux caractérisée encore : pendant les crises, il vit des expériences de dépersonnalisation – du type « je ne suis plus moi-même ». D’où la constante fondamentale des modes de pensée schumannien et nervalien : le signe du double. Nos deux artistes ont tous deux verbalisé cet antagonisme à travers le signifiant culturel du « Doppelgänger1 ».

Chez Nerval, le double est vécu comme un repoussoir qui fai...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search