Desktop versionMobile version

L'Imagination informatique de la Littérature

 | 
Bernard Magné
, 
Jean-Pierre Balpe

Module 1 : imaginer

Le conte au coefficient 72

Jeanne Demers

Abstract

Tout en restant a un niveau de généralité pré-informatique, Jeanne Demers analyse le conte de fées dans une perspective de modélisation. Elle essaie ainsi de dégager les relations entre archiconte, archétypes des contes et réalisations concrètes. Puis, s’appuyant sur cette analyse, elle esquisse quelques propositions imaginant une perspective de génération automatique, tentant ainsi d’indiquer quelques directions de travail à des recherches ultérieures.

Full text

  • 1 Italo Calvino, 1984, p. 18.

« La vraie machine littéraire sera celle qui sentira elle-même le besoin de produire du désordre, mais comme réaction à une récente production d’ordre ; celle qui produira de l’avant-garde pour débloquer ses propres circuits, engorgés par une trop longue production de classicisme ».
Italo Calvino1

  • 2 Escarpit, 1964, p. 218. Il faudrait réfléchir à l'évolution du concept de fabrication en littératur (...)
  • 3 Le sous-titre de l'ouvrage est significatif : - La machine à écrire, mise en marche et programmée p (...)

1Le rêve d’une « machine écrivante » n’est pas nouveau : se trouveraient déjà dans les possibles du « métier » à écrire de Swift le « littératron » imaginé par Robert Escarpit en 1964, ainsi que sa « machine à poésie » appelé « Calliope »2. Quant aux divers travaux de l’OULIPO ou à ceux plus récents du groupe ALAMO, chacun sait qu’ils ont leurs racines lointaines dans ceux des grands Rhétoriqueurs. L’indiscutable part de jeu inhérente à tous ces projets ne change rien à l’existence du fantasme... Fantasme de littéraires le plus souvent, qui souhaitent sans doute se prolonger par l’instrument selon un processus historique connu. Une exception peut-être : « la machine à écrire » de Jean Baudot qui s’en remet à l’aléatoire de l’ordinateur lui-même, à défaut d’ailleurs de pouvoir programmer une écriture automatique de type surréaliste3.

  • 4 R. Barthes, 1984, p. 62.

2Force nous est de constater que ce fantasme s’est précisé ces dernières années avec le progrès de l’informatique, la mise au point de logiciels de plus en plus souples et les espoirs que permettent les recherches sur l’intelligence artificielle. Il se prendrait même au sérieux si l’on en croit les ateliers qui surgissent un peu partout. La mort de l’auteur proclamée par Roland Barthes, après Mallarmé et Valéry, y serait-elle pour quelque chose ? A moins que le phénomène ne constitue qu’une retombée ludique des apports récents – encore scandaleux aux yeux d’une certaine critique – de la science littéraire ? Tenter de nommer/coder les divers éléments d’un type de texte, leurs fonctions et relations, n’est-ce pas apprendre à lire mieux chacune de ses actualisations ? D’autre part si dans le texte « c’est le langage qui parle », si « écrire, c’est à travers une impersonnalité préalable [...] atteindre ce point où seul le langage agit, performe »4, pourquoi ne pas demander l’assistance très impersonnelle justement de l’ordinateur ? En sachant bien cependant qu’au stade actuel des recherches en cours le produit obtenu importe moins que la démarche faite.

  • 5 Cf. « La stratégie de la forme », Poétique, 1976, p. 62 : -...on ne saisit le sens et la structure (...)

3C’est dans cet esprit de curiosité, lié plus au décodage typologique qu’à la production de textes (mais l’un(e) va-t-il (elle) sans l’autre ?) que j’ai souhaité proposer l’hypothèse suivante au sujet du conte – le conte, parce qu’il s’agit d’un texte narratif court, l’une des rares « formes fixes » de la prose, et qu’il est fortement orienté quant à l’effet à produire : tout conte écrit installerait nécessairement deux rapports de réalisation, de modification ou de transgression, l’un avec le modèle ou archiconte qui le distingue à la fois du conte oral et des autres récits brefs, l’autre avec les archétypes comique (facétieux), fantastique, merveilleux, moral, philosophique, poétique, réaliste, sentimental, de la sornette, etc. Cette hypothèse, partiellement empruntée à Laurent Jenny5, pourrait se présenter sous cette forme :

Archiconte et archétypes

4Une hypothèse aussi globale ne peut s’attendre à une démonstration/solution immédiate. L’utilité de sa projection ne devrait toutefois faire aucun doute au moment où les tentatives d’écriture par ordinateur commencent à piétiner pour ce qui est des textes en prose : n’ouvre-t-elle pas de nombreuses pistes de recherche, ne serait-ce que par ce qu’elle suppose de connaissances à acquérir sur l’archiconte d’abord, puis sur chaque archétype, sa grammaire, son lexique, les effets qu’il cherche à produire, etc ? Et bien maîtriser une pratique, n’est-ce pas courir la chance de la dépasser vers l’inattendu, l’encore inimaginable ? Nous examinerons cette hypothèse en nous appuyant sur un conte québécois, Les Mouches bleues de Michel Tremblay. Mais auparavant, que faut-il entendre par archiconte et archétypes ?

  • 6 L. Gauvin, 1982, p. 5-23.

5Sans avoir pour autant utilisé le terme que j’emprunte analogiquement à Gérard Genette, j’ai défini l’archiconte dans un article cosigné avec ma collègue Lise Gauvin6 et paru dans le numéro de Littérature intitulé Les contes Oral/écrit. Théorie/pratique (n° 45, 1981). L’archiconte ou modèle du conte écrit s’appuierait sur le double principe d’une sur-écriture systématique – le conte se devant de rappeler constamment à son lecteur qu’il est conte, c’est-à-dire récit raconté à quelqu’un – et sur une relation de plaisir partagé qui se trouve comme pointée du doigt par cette sur-écriture. Echapperait donc au « genre » conte tout écrit de type exemplum qui dépend d’une relation JE/tu didactique et autoritaire, l’anecdote et le récit historique dont le but se limite à renseigner, la nouvelle, plus proche de l’ambiguïté romanesque que de la simplicité directe du conte oral et qui n’a rien à reconnaître, ni la présence d’un narrateur ni celle d’un narrataire, etc.

  • 7 Ibidem p. 9-10.

6L’archiconte se dédouble en archiconte oral et en archiconte écrit comme en font foi les deux figures ci-dessous, l’une visualisant le texte du conte oral et sa réduction lorsqu’il y a simple transcription, l’autre, le texte du conte écrit. Pour éviter de mêler les cartes, la présente communication qui porte sur le conte écrit, c’est-à-dire sur le conte d’auteur (pour emprunter à Anne Girard) ne retient de l’archiconte que la dernière dimension7.

  • 8 Un bon exemple : le récit du troisième buveur dans le recueil de Tremblay, intitulé S idi bel Abbes (...)

7Les archétypes ont été nommés individuellement à partir généralement de textes célèbres : le conte philosophique d’après Voltaire, merveilleux, d’après Perrault et Madame d’Aulnoy, réaliste, d’après Daudet ou Maupassant, fantastique, d’après Villiers de l’Isle d’Adam, etc. Le conte comique (facétieux), lui, est perçu comme remontant aux fabliaux en passant par certains des récits du Décameron ou des Cent Nouvelles Nouvelles. Pour ce qui est du conte sornette qui n’a pas encore droit de cité dans l’institution littéraire, son existence, du moins dans sa forme embryonnaire, a été signalée par Jean Paulhan8 et il se retrouve réalisé dans certains recueils où son rôle de suspense est évident8.

  • 9 Cf. le tableau accompagnant la bibliographie analytique et critique de M. Cambron, J. Demers et L. (...)

8Avec Propp et ses émules, on s’est intéressé au fonctionnement de ces récits. Afin de cerner leur spécificité, on les a soumis tour à tour et dans un joyeux désordre aux approches psychanalytique, folklorique, thématique, stylistique, narratologique, rhétorique, anthropologique, ethnologique, sémiotique et plus récemment pragmatique9. Résultat plutôt décevant : quelques archétypes seulement peuvent à ce jour prétendre à un début de définition, soit les archétypes fantastique, merveilleux, philosophique, réaliste ; et encore est-ce de manière si partielle, si inégale qu’on est loin d’une typologie, même à caractère heuristique.

« Les Mouches bleues », une version fantastique de « L'Oiseau bleu » ?

9Revenons à notre hypothèse : il y aurait au minimum soixante-douze types de contes écrits possibles et bien entendu d’innombrables formes hybrides, chaque conte entretenant un rapport plus ou moins pur de réalisation, de modification ou de transgression avec l’archiconte et avec un ou plusieurs archétypes. Supposons en effet la formule :

10N (nombre de types de conte) = NA x RR x RM x RT

11où NA correspond au nombre d’archétypes (9, dans la liste ci-dessus qui est une liste ouverte), RR, RM, et RT, aux rapports (dichotomiques, oui/non) de réalisation, de modification et/ou de transgression.

12« Les Mouches bleues » de Michel Tremblay réaliserait l’un de ces possibles. Lisons le :

Les mouches bleues

La princesse ouvrit toute grande la fenêtre de sa chambre et regarda la mer.

– Déjà ? lui demanda Ismonde, la sorcière. Vous êtes déjà fatiguée de lui ? Il est beau, pourtant.

– Tu sais que je n’aime pas qu’on discute mes ordres ! coupa durement la princesse. Fais ton ouvrage et fais-moi grâce de tes commentaires !

Ismonde fit la révérence et sortit des appartements de la princesse.

– Quand ils seront tous devenus des mouches, pensait la princesse en regardant la mer, je transformerai les femmes en araignées.

Ismonde revint bientôt, une petite boîte rectangulaire dans la main gauche.

– Voilà, dit-elle à la princesse, c’est fait. Une mouche bleue de plus. C’est dommage, il était si beau.

La princesse quitta la fenêtre, se dirigea vers la sorcière et s’empara de la petite boîte.

– C’est bien, dit-elle à Ismonde, tu peux sortir.

Après que la sorcière se fut retirée, la princesse revêtit une longue cape et sortit du château par une porte dérobée.

***

La grotte était immence et sombre. La princesse, entourée de milliers de mouches bleues, se tenait debout au milieu de la grotte et souriait méchamment. « Oui, mes gentils amants, disait-elle parfois, je vous aime toujours et toujours vous aimerai. » Elle partit soudain d’un grand éclat de rire et ouvrit la petite boîte.
Un minuscule papillon noir s’en échappa et se précipita sur la princesse qui n’eut pas même le temps de crier. Le papillon noir se colla à la gorge de la princesse et la tua. Ismonde s’était vengée.

  • 10 Editions du Jour, Montréal, 1966, p. 127-128.

13Tiré d’un recueil intitulé Contes pour buveurs attardés10 et plus précisément de la seconde partie sous-titrée « Histoires racontées pour des buveurs » (la première ayant été consacrée à des contes de buveurs), » Les Mouches bleues » installerait un rapport de quasi réalisation avec l’archiconte. Grâce au cadre établi par le recueil, le lieu de parole est en effet identifié – taverne, précise le septième récit – et du coup présenté à l’auditoire exclusivement masculin. De plus, les « postes narratifs » interchangeables font office de narrateur et de narrataire explicites, permettant ainsi au texte qui nous occupe d’en faire l’économie. L’univers du conte est connoté par le titre dont l’intertexte, « L’Oiseau bleu », saute aux yeux mais où s’inscrivent déjà des éléments empruntés à l’archétype fantastique : le pluriel inquiétant « les mouches » et, parce que celles-ci sont bleues, leur association inévitable à la charogne.

14Contribue à la connivence nécessaire au conte le discours direct des dialogues ou des pensées de la princesse ; l’existence de celle-ci également, comme d’ailleurs celle de la sorcière – ne s’agit-il pas de personnages caractéristiques du conte ? – ; le château aussi, son décor habituel auquel ne manque même pas la « porte dérobée ». Ajoutons qu’il y a suspense dans le premier commentaire de la sorcière – « Déjà ? lui demanda Ismonde la sorcière. Vous êtes déjà fatiguée de lui ? Il est beau pourtant »-, dans le » il » non identifié repris en un « ils » non identifié non plus, dans la pause marquée d’un blanc et de trois astérisques ; qu’il y a enfin métamorphose et trait – « un minuscule papillon noir s’en échappa et se précipita sur la princesse qui n’eut pas même le temps de crier. Le papillon se colla à la gorge de la princesse et la tua. Ismonde était vengée –, et nous ne pourrons que nous mettre d’accord sur le fait qu’il s’agit bien d’un conte. Conte dont la forme et la signifiance dépendent beaucoup de la dynamique établie par son auteur entre l’archiconte qu’il réalise assez fidèlement et deux archétypes, l’archétype fantastique et l’archétype merveilleux soumis par contre à un important rapport de transformation.

15Il faudrait pouvoir démontrer cette transformation de l’archétype merveilleux en faveur du fantastique, lui-même modifié. Le temps alloué à cette communication me permet seulement de signaler que tout se joue non comme il se devrait dans le fantastique, par le biais d’un quotidien devenu soudain menaçant, angoissant, mais dans une sorte de surréel figé en horreur ; qu’il y a permutation du statut d’héroïne, de la princesse du conte de fée à la sorcière, jeu de connotation sur le prénom de celle-ci (Yseult/Isabelle, immonde/Ismonde...), réduction du texte par rapport à un archétype qui compte habituellement sur le temps pour installer et distiller la peur, etc.

  • 11 Mme d'Aulnoy, Hamilton, Mme Leprince de Beaumont, et Perrault, 1978, pp. 131-163.

16L’on admettra aisément, me semble-t-il, une lecture du conte « Les Mouches bleues » qui le voit comme une version fantastique du conte traditionnel « L’Oiseau bleu ». Il sera encore plus facile de reconnaître dans le récit qu’en donne Madame d’Aulnoy au XVIIe siècle11 une réalisation sans bavures de l’archiconte et de l’archétype merveilleux. L’hypothèse avancée qui trouve ainsi un début de confirmation permet d’imaginer une version réaliste, une version philosophique, une version sentimentale et même en remplissant les cases restées vides jusqu’à présent du modèle proposé, des versions d’un type non encore nommé. Jeu de l’esprit ? sans doute... mais qui ne risque pas de nous entraîner trop loin, compte tenu de nos ignorances.

Mise à l’épreuve du modèle proposé

  • 12 Maisonneuve et Larose, 1964, pp. 112-113.

17Et l’ordinateur dans tout cela ? Pour le moment du moins, il ne saurait être question de lui confier ce travail, encore qu’il serait relativement facile de lui faire rédiger une (des) version (s) poétique(s) et une (des) version(s) sornette(s). La version sornette surtout. Il suffirait en effet 1) de mettre en mémoire le conte de Madame d’Aulnoy ou le résumé qu’en donnent Paul Delame et Marie-Louise Ténèze12, même si celui-ci n’a rien à voir au plan de l’énonciation avec l’archiconte tel que défini plus haut ; 2) de programmer par le biais d’une série de syntagmes discursifs codables, une intention de récit, sans cesse affirmée et jamais actualisée, le récit ne dépassant pas, par exemple, la première phrase du conte annoncé, ce qui donnerait quelque chose comme : “L’Oiseau bleu : Il était une fois un roi veuf... un roi qui vivait où ? Peu importe, c ‘est un roi et il était veuf... je reprends : il était une fois un roi veuf avec une fille belle et bonne nommée Florine. Mais vous voulez vraiment que je vous raconte cette histoire ? C’est une histoire qui... et que... etc. ». Pour terminer en déplorant que le récit n’ait pas eu lieu.

18Le texte fini, qui pourrait emprunter de multiples formes, aurait la longueur que voudrait bien lui donner le programmateur. Il se trouverait réaliser l’archétype sornette mais transgresser l’archiconte dont il développerait de façon monstrueuse la dimension méta au détriment de tout événement, de tout récit. Quant à la méthode, je laisse plus expérimenté que moi décider laquelle l’emportera de l’applicationnelle ou de l’implicationnelle. Il me semble toutefois que s’il y a moule, celui-ci se présente au plan paradigmatique plutôt que syntagmatique.

  • 13 P. Feyerabend, p. 23 : - On admet souvent qu'une compréhension claire et distincte d'idées nouvelle (...)

19Grâce aux acquis actuels sur tout ce qui concerne le phénomène poétique, une version se rapprochant de l’archétype poétique est probablement accessible aussi. Elle sera cependant beaucoup moins simple de programmation, ne serait-ce que parce qu’elle ne pourra évacuer l’histoire comme le fait la sornette. Ne suppose-t-elle pas en effet que le programmateur soit capable de coder l’énoncé (dont il devra d’ailleur modifier thématique et fonctions) de manière à le rendre ambigu, polyvalent ? L’expérience vaut sans doute d’être tentée... Il reste qu’une version poétique ne sera possible qu’après de multiples essais. Un encouragement : l’écrivain procède-t-il autrement ? Et, pour citer Paul Feyerabend, « l’activité ludique initiale est une condition essentielle de l’acte final de compréhension »13.

Coda

20Mais si une autre voie s’ouvrait au chercheur, une voie moins empirique, plus systématique, une voie qui au lieu de se restreindre à réaliser/modifier/transgresser l’un ou l’autre archétype, permettrait de les confronter tous ? Je pense à une méthode encore à inventer qui établirait les différences entre les archétypes (donc leur spécificité) à partir du type de plaisir proposé au lecteur. Cette méthode orienterait tout codage de données selon un certain pacte narratif, c’est-à-dire selon l’effet recherché : faire rire (le comique), faire peur (le fantastique), dépayser (le merveilleux), « ravir » au sens montanien du terme (le poétique), faire rêver (le sentimental), taquiner ou, comme l’on dit au Québec, « faire étriver » (la sornette), enseigner mais dans une relation d’égalité (le moral), faire voir la réalité des choses et/ou des événements (le réaliste), leur absurdité (le philosophique), etc.

21L’on ne raconte pas la même histoire, du moins pas de la même façon, si l’on veut effrayer plutôt qu’enchanter ; rappelons-nous « Les Mouches bleues » et « L'Oiseau bleu »... Preuve que les modifications situationnelle, thématique, fonctionnelle etc., subies par l’archiconte qui se précise en un archétype donné sont commandées par ce que j’appellerai l’orientation du conte ou, pour emprunter à la pragmatique, son mode plus ou moins fort de perlocution. Aussi y aurait-il lieu de commencer par concevoir des minicontes comportant nécessairement une dimension méta et correspondant à chaque archétype, une phrase unique par exemple qui s’appuierait (lorsque c’est possible !) sur les catégories proposées par Austin dans son désormais classique Quand dire c'est faire.

22Si l’on prend comme infrastructure au conte-type « L’Oiseau bleu » le syntagme neutre : « une métamorphose sépare deux amoureux réunis par la suite », l’archétype merveilleux pourrait se présenter ainsi : « Je vais vous raconter la très belle histoire d’un roi et d’une princesse, séparés par la séquestration de l’une et la métamorphose en oiseau de l’autre, puis réunis et heureux » (le promissif ?) ; l’archétype moral : « voici l’histoire exemplaire de... » (l'expositif ?) ; l’archétype philosophique : « l’histoire significative... » (l'exercitif ? le compensatif ?), etc. Resterait à actualiser la perlocution, à imaginer des métamorphoses convenant à chaque projet, à bâtir une « histoire » en somme et à lui trouver un titre...

23Avant de reconnaître que si jamais j’arrive, seule ou avec d’autres, à programmer ne serait-ce que quelques-uns des archétypes nommés, je n’aurai qu’ajouté mes propres fantasmes au fantasme d’une « machine écrivante », une dernière remarque : se pourrait-il que le conte réaliste relève du constatif ? Auquel cas et à moins de provoquer le dégoût par exemple, ce qui le rapprocherait du fantastique, il marquerait la limite de l’illocution, la sornette indiquant probablement le point extrême de la perlocution. De nouvelles perspectives de typologie ?

Annexes

Discussion

Bernard Magné : Pour certains d’entre nous, la textualité est obtenue par complexification des réseaux internes à un écrit. Pour vous, textualiser un conte serait installer à l’écrit le système pragmatique du conte oral avec ses instances d’énonciation : narrateur, narrataire, système de relations spatio-temporelles par rapport au narrataire...

Jeanne Demers : Je ne le comprends pas du tout ainsi, pour moi, tout cela va de soi pour tout texte littéraire, c’est pourquoi j’ai parlé de valeur. Un conte peut devenir texte au sens pragmatique du terme mais ne doit être considéré comme « littéraire », ou ayant une valeur, que s’il devient texte au sens où vous l’entendez.

Bernard Magné : En ce qui concerne la textualité, votre modèle me semble intéressant. Si, en effet, on regarde les contes de fées français, on s’aperçoit que les premiers n’apparaissent pas de façon autonome. Ils apparaissent inscrits dans une autre œuvre, comme le premier des contes de Madame d’Aulnoy qui est inclus dans son roman Hippolyte comte de Douglas et qui offre le modèle canonique de la situation d’énonciation. Il y a toujours un personnage qui dit : « je vais vous rapporter un conte ». Lorsqu’on lit les Contes de ma mère l'Oye, la conteuse est une instance tout à fait particulière, elle n’apparaît pas ensuite dans le système de Perrault, elle n'apparaît que dans ce que Genette appelle « le paratexte ». Mais Perrault est le premier à installer un système différent. Il autonomise le texte et lui donne un statut indépendant.

Annie Bruant : Je voudrais revenir à l’informatique, que pensent les informaticiens du désir de Jeanne Demers de générer des versions nouvelles de contes à partir de son analyse ?

Jeanne Demers : Mon vrai projet est de mieux connaître les contes, mon souci est d’abord psychologique ; si vous arrivez à réaliser du texte répondant à la définition conte, archétype X, vous avez de fortes chances de savoir définir l’archétype. Ce qui est important c’est d’avoir une projection. Je vais prendre une image : dans les États et Empires de la Lune, Cyrano de Bergerac fait monter un personnage dans un char en fer puis, pour que le char se déplace, il jette un aimant à l’avant et le char suit, il rejette l’aimant, etc. J’essaie de lancer un aimant en espérant que le char suivra.

Jean-Pierre Balpe : Le modèle que vous présentez est un modèle très général, très abstrait ; or, si vous voulez vérifier ce type d’hypothèse dans une programmation vous allez être obligée de produire un modèle qui sera plutôt de l’ordre de la grammaire ; c’est-à-dire de décrire dans le détail. Ma question est la suivante : avez-vous des hypothèses sur les grammaires de discours impliquées par cette transformation ou êtes-vous restée au niveau des catégories générales ?

Jeanne Demers : J’en suis restée au niveau des catégories générales, excepté pour l’archiconte ; je pense que l’archiconte pourrait définir une grammaire, car même si je parle dès le début du conte comme une des rares formes fixes, vous avez une forme fixe qui est cependant mobile. En poésie quand vous avez une forme fixe elle est vraiment fixe ; mais ce que j'entends ici comme forme fixe c’est qu’il y a en elle l’exigence minimale d’un dosage d’éléments, et bien sûr ce dosage là peut aller de zéro à je ne sais quoi, ce dosage varie selon l’écrivain. C’est une forme fixe dans ce sens-ci : il y a un minimum de choses nécessaires, d’éléments nécessaires, tant fonctionnels au niveau du texte qu’au niveau de cette surécriture, pour que le conte existe.

Jean-Pierre Balpe : Ça m’amène à préciser ma question. Quand vous dites qu’il faut que la forme soit fixe, c’est une notion intéressante ; qu’elle soit fixe et mobile n’est pas gênant, je dirai même, peut-être à l’encontre de ce que vous dites, que la poésie fixe ne vit que parce qu’elle est mobile dans la forme fixe, et en fait ce qui est intéressant, c’est la variation ; à partir du moment où il y a forme fixe il y a mobilité ou alors il y a mort. La question est de savoir si vous avez déjà défini quelques-uns de ces éléments que vous appelez des « obligatoires ·· ?

Jeanne Demers : Je n’ai pas de liste dans l’immédiat, mais cette liste là pourrait se faire. Je ne l’ai pas conçue tout à fait comme une liste mais j’ai fait suffisamment d’analyses de textes pour théoriser, mettre en listes, en catégories. Pour parler de choses très simples, il y aurait des formules initiales et puis le trait final : c’est déjà le point de départ et le point d’arrivée. Il y aurait des points comme des « puis », des points qui à un moment donné relancent le récit pour remplir l’histoire. On pourrait par exemple prendre le résumé de « L’Oiseau bleu », et essayer de coder simplement le minimum de l’archiconte, voir ce qu’il faudrait ajouter comme formule de conteur, comme trait moral, ce serait un début.

Bernard Magné : Juste une remarque sur les indications que vous fournisse2. Il me semble que dans les exemples que vous avez donnés ce qui devrait rendre une algorithmisation difficile c’est l’écart énorme de niveau entre ce que j’appellerais un embrayeur de fiction, un embrayeur de conte, et le rire, le proverbe. On peut prévoir un petit générateur de proverbe etc., ce n’est déjà pas facile et ça soulèverait des problèmes énormes. Mais le rire, quand vous dites le rire programmé, algorithmisé, c’est vertigineux.

Jean-Claude Oriol : Je pense que dans l’état actuel du modèle l’informatisation est difficile ; il semble qu’il manque un peu d’outils d’abstraction pour que l’on puisse fabriquer un programme ou une base de contes de fées avec un moteur d’inférence générateur, mais ceci dit, on a une esquisse de quelque chose ; ce qu’on peut fabriquer assez facilement c’est un générateur de script, dans un premier temps.

Anne Abeille : L’horizon d’une informatisation possible pose des problèmes et amène à un type d’analyse, un type d’approche du texte ou d’un corpus littéraire qui peut être aussi intéressant qu’une informatisation effective ; la production du texte par ordinateur a son point d’intérêt, pour permettre une analyse, analyse de ce qu’est la littérature, analyse de ce qu’est l’écriture, qui devrait nous conduire à un autre type d’analyse du texte, à un autre type d’approche du texte. L’horizon d’une informatisation possible c’est essayer de construire des algorithmes et voir quels sont les opérateurs d’écriture indispensables dans un texte.

Notes

1 Italo Calvino, 1984, p. 18.

2 Escarpit, 1964, p. 218. Il faudrait réfléchir à l'évolution du concept de fabrication en littérature, depuis le » métier » de Boileau à la Petite fabrique de littérature de Duchesne et Leguay (Magnard, 1984), en passant par le Poète oufaiseur d'Etiemble. L'emploi de plus en plus fréquent qui en est fait de nos jours serait-il lié (au-delà du désir évident de - démocratiser · l’écriture) à une nouvelle conception de la lecture, une lecture menant, nécessairement, à l’écriture ?

3 Le sous-titre de l'ouvrage est significatif : - La machine à écrire, mise en marche et programmée par Jean A. Baudot, premier recueil de vers libres rédigés par un ordinateur électronique

4 R. Barthes, 1984, p. 62.

5 Cf. « La stratégie de la forme », Poétique, 1976, p. 62 : -...on ne saisit le sens et la structure d'une œuvre littéraire que dans son rapport à des archétypes, eux-mêmes abstraits de longues séries de textes dont ils sont en quelque sorte l'invariant. Ces archétypes, issus d'autant de "gestes littéraires", codent les formes d'usage de ce "langage secondaire" (Lotman) qu'est la littérature.

6 L. Gauvin, 1982, p. 5-23.

7 Ibidem p. 9-10.

8 Un bon exemple : le récit du troisième buveur dans le recueil de Tremblay, intitulé S idi bel Abbes ben Becar : J'aimerais bien vous raconter l’histoire de Sidi bel Abbes ben Becar, l'arabe qui avait trouvé le moyen de fertiliser les déserts ; mais avant sa mort il m'a fait jurer de ne jamais rien dévoiler de sa vie ni de ses secrets, et je dois me taire...

9 Cf. le tableau accompagnant la bibliographie analytique et critique de M. Cambron, J. Demers et L. Gauvin in - Quand le conte se constitue en objet(s) », Littérature février 1982.

10 Editions du Jour, Montréal, 1966, p. 127-128.

11 Mme d'Aulnoy, Hamilton, Mme Leprince de Beaumont, et Perrault, 1978, pp. 131-163.

12 Maisonneuve et Larose, 1964, pp. 112-113.

13 P. Feyerabend, p. 23 : - On admet souvent qu'une compréhension claire et distincte d'idées nouvelles précède, et doit précéder, leur formulation et leur expression institutionnelle. (Une recherche commence avec un problème, dit Popper.) D'abord, nous aurions une idée ou un problème, ensuite, nous agirions, c’est-à-dire que nous parlerions ou construirions, ou détruirions. Cependant ce n'est certainement pas ainsi que se développent les enfants. Ils font usage de mots, ils les combinent, ils jouent avec eux jusqu'au moment où ils en saisissent le sens qui jusqu'alors leur avait échappé. Et l'activité ludique initiale est une condition essentielle de l'acte final de compréhension. Il n'y a pas de raison que ce mécanisme cesse de fonctionner chez les adultes.

Author

© Presses universitaires de Vincennes, 1991

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search