Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Imagination informatique de la Littérature

 | 
Bernard Magné
, 
Jean-Pierre Balpe

Module 1 : imaginer

La place du lecteur dans le texte programmé

Anne Abeille

Résumé

Anne Abeille envisage les productions littéraires informatisées sous l’angle de leur lecture. Elle considère que tout programme informatique littéraire, qu’il soit d’écriture interactive ou de génération, implique la définition d’un modèle de lecteur, donc le recours à une linguistique de l’énonciation. Elle examine sous cet angle quelques-unes des recherches les plus connues. Elle montre quelles sont les implications concrètes de cette conception de programmes orientés vers le lecteur et comment ces implications provoquent une stratégie spécifique de conception, seule à même de donner un statut novateur à la littérature produite par ordinateur.

Texte intégral

Interactivité et intelligence artificielle

  • 1 Italo Calvino, 1984, p. 20.

« Le processus de la composition littéraire une fois démonté et remonté, le moment décisif de la littérature deviendra la lecture, (...) L'œuvre ne cessera pas de naître, d'être jugée, d'être détruite ou sans cesse renouvelée au contact de l'œil qui la lit -1.

1La question du ou des rôles de l’ordinateur en littérature a été surtout envisagée selon une problématique écrivain/machine : comment un auteur peut-il être aidé, ou handicapé, par un outil informatique ? L’écriture d’une machine peut-elle égaler les performances humaines ?

  • 2 Au sens linguistique du terme, c’est-à-dire concernant différentes situations d'énonciation.
  • 3 Voir sa distinction entre crypto-texte, phano-texte et scripto-texte, les textes programmés entrant (...)

2Jeanne Demers présente ici un projet, dans lequel un système de caractérisations « pragmatiques »2 devrait déterminer la variabilité d’un programme de production de contexte, ce qui peut constituer une première tentative pour tenir compte du lecteur. Jean Ricardou, de son côté, nous fait constater, en déplorant l’absence de dimension métatextuelle des textes programmés, le faible rôle qu’y tient le procès de lecture-écriture3.

  • 4 Cité par M. Boroff, 1971, p. 512.

3Doit-on pour autant penser que la définition d’un horizon de lecture par une machine est impossible ? Il faudrait alors certainement suivre le pessimisme a priori manifesté par Alan Türing dès 1957 : « a poem written by a machine would be of interest primarily to other machines »4 et l’étendre à toute littérature programmée.

  • 5 Cf. l'intervention de G. Baudin.
  • 6 L'exemple typique en la matière est le fameux – voulez-vous tourner à droite ou à gauche ? ».

4En fait, en littérature assistée par ordinateur, semblent exister deux possibilités d’intégration du lecteur : la simulation d’un dialogue entre machine et utilisateur dans le cadre d’un programme interactif ; ou la construction, sous forme de représentation informatique interne, d’une fonction lecteur devant déterminer la constitution d’un texte par un programme automatique. Le premier type de réalisation étant le sujet d’une intervention5, marquons en simplement ici, à notre avis, les limites, certainement temporaires. Les schémas interactifs à choix multiples, qu’ils se présentent sous la forme de Contes à votre façon ou de romans télématiques, se réduisent généralement à de simples combinatoires de textes entièrement prérédigés ; faute de faire appel à une représentation formelle du sens, seule façon pourtant de produire des textes significativement différents en offrant au lecteur des choix précis et une maîtrise véritable, sinon du texte, du moins du récit, ils ne présentent bien souvent que des choix pauvres ou aveugles6 et laissent la porte ouverte à toutes les manipulations. Le lecteur semble parfois convié au procès d’écriture, mais peut-on encore parler d’écriture quand il s’agit simplement de choisir, en cours d’histoire, entre la mort ou la survie du héros, exemple pourtant des plus élaborés en la matière.

5Il semble qu’on ne puisse parler d’intervention significative du lecteur, dans un schéma interactif, que si le programme mis en place satisfait, au moins, les deux conditions suivantes :

  1. Ne pas se contenter de fournir à l’utilisateur des réponses préenregistrées, mais recourir à de véritables générateurs de phrases.

  2. Utiliser autant que faire se peut, afin d’accroître les capacités de reconnaissance du système, des modules de compréhension en langue naturelle, qui sont encore généralement du domaine de la recherche dès qu’on dépasse le stade de l’analyse syntaxique, mais qui peuvent être rendus opérationnels dans le cadre d’un micro-univers de discours.

  • 7 Paul Braffort de l'A.L.A.M.O. (Atelier de Littérature Assistée par la Mathématique et les Ordinateu (...)

6On entre alors ici dans le domaine de l’intelligence artificielle, ou plus précisément de la » littérature déductive »7, abordé selon une perspective différente, dans l’intervention de V. Lesbros.

7Le générateur que nous étudierons se base en effet sur une représentation sémantique du texte à produire, la construction de moules logiques devant déterminer celle de moules syntaxiques.

8Mis au point en 1984 par R.C. Schank et E.H. Hovy, à l’Université de Yale, son originalité est d’être, bien qu’automatique, basé sur la représentation interne d’un lecteur potentiel.

La nécessité d’une fonction lecteur

  • 8 Voir par exemple les travaux de l'école de Constance à la suite de H.R. Jauss ou W. Iser. Voir auss (...)

9Que toute écriture construise un (ou plusieurs) horizon de lecture, sur lequel elle repose, est devenu aujourd’hui une évidence8. Dans le cas d’une production de texte gouvernée par un programme, la prise en compte d’un lecteur possible (prise en compte qui doit toujours être en même temps une construction, sous peine de sortir du cadre de la littérature pour verser dans le publicisme) devient encore plus nécessaire : ce qui sort d’une machine, de par sa production inédite, irréversible, instantanée, difficilement repérable, a des caractéristiques rappelant étrangement la parole, et le lecteur est souvent face à l’appareil dans une situation plus proche de la conversation que de la lecture proprement dite. C’est pourquoi le recours à une linguistique de l’énonciation, outil privilégié pour l’étude d’un dialogue ou d’une « littérature orale », devrait devenir l’orientation principale des chercheurs en génération automatique de textes.

10« Pouvez-vous me dire l’heure qu’il est ? » La réponse attendue à une telle phrase n’est pas, en dépit de sa structure de surface, une réponse par oui ou par non. C’est dire que des connaissances purement syntaxiques ou sémantiques, quelle que soit leur richesse, ne peuvent suffire à la mémoire d’un ordinateur, ni même à celle d’un cerveau humain, pour comprendre, a fortiori pour engendrer, ce type de phrase. Pour reprendre notre exemple, il faudrait ici la définition de la notion de politesse, ce qui suppose des connaissances à la fois sur la société, et sur la relation interpersonnelle des locuteurs considérés.

11Une telle extension des ressources linguistiques des programmes a été longtemps tenue pour utopique, tant que la pragmatique était considérée comme la pierre d’achoppement de toute formalisation linguistique.

  • 9 Littéralement : « moulin à contes ».

12Néanmoins, l’équipe animée par R.C. Schank a cherché à intégrer des connaissances pragmatiques à des programmes informatiques, en commençant par la prise en compte d’un univers du discours. Le programme Tale-Spin9, développé à l’Université de Yale à partir de 1976, et dont le principal responsable était James Meehan, a de fait été le premier programme d’écriture « intelligent », c’est-à-dire comprenant ce qu’il faisait. Il s’agissait de simuler un micro-univers devant servir de cadre à de courts récits dont les protagonistes étaient en général des animaux, en proie à des besoins primaires tels que la faim ou la soif. L’originalité de ce programme ne résidait ni dans son dictionnaire ni dans la formalisation syntaxique utilisée, mais dans la mise en œuvre de « plans », définis et recensés par Schank, c’est-à-dire de suites stéréotypées d’actions permettant de résoudre un problème. De nombreuses règles ont été implantées concernant la connaissance du monde : les oiseaux se déplacent en volant, les ours en marchant ; pour aller d’un point à un autre on doit la plupart du temps traverser toutes les zones intermédiaires et on évite les obstacles naturels... ; pour demander quelque chose à quelqu’un, il faut en général d’abord aller le voir...

  • 10 Cf. un exemple de texte in Action Poétique n° 95, 1984.
  • 11 Nicolas Dehn, 1981, p. 16-18.

13Les résultats obtenus10, conformes aux ambitions affichées, semblent difficilement exportables, et ce programme a suscité de nombreuses controverses. Certes le modèle narratif utilisé – chaque personnage, l’un après l’autre, résout son problème ou échoue – était des plus rudimentaires. On a pu reprocher à Meehan, à partir du moment où il concevait l’écriture comme un processus logique rationnel et finalisé (et entendait faire du texte l’explicitation du raisonnement gouvernant son propre processus de construction), de confondre buts poursuivis par tel ou tel personnage et buts poursuivis par l’auteur, certainement plus déterminants11.

14Mais considérons une séquence-type engendrée par ce programme :

  • 12 Traduction littérale : « John voulait demander à Arthur si Arthur pouvait dire à John où il y avait (...)

John wanted to ask arthur whether arthur would tell john where there was some honey. john wanted to get near arthur. John walked from a cave exit through a pass through a valley through a meadow to the ground by the cherry tree. John knew that John was near the ground by the cherry tree. John knew that arthur was in his nest. Arthur knew that john asked arthur whether arthur would tell john where there was some honey12.

15Ce qui frappe n’est pas tant le caractère simpliste de la trame narrative que l’extrême lourdeur stylistique du résultat. La pronominalisation est quasiment inexistante, l’ordre chronologique est scrupuleusement suivi et se confond avec l’ordre causal : aucune tension, aucun phénomène d’attente. Toutes les étapes de construction du texte sont explicitées, les unes après les autres. Faute de la modélisation préalable d’une instance réceptrice, même les éléments les plus facilement inférables sont infligés au lecteur.

  • 13 C'est le défaut du programme AUTHOR élaboré par N. Dehn, à la suite de TALESPIN.

16Il ne s’agit donc pas seulement, si l’on veut faire mieux, d’intégrer à la logique du programme des intentions d’auteur, comme le voudrait N. Dehn, mais de construire une relation auteur-lecteur. Faute de quoi la « simulation » d’auteur risque fort de se réduire à la simple expression d’une biographie imaginaire13.

17C’est seulement dans ces conditions que pourrait être évité le reproche plus général que formule Jacques Pitrat, dans un livre récent, à l’encontre des générateurs automatiques :

  • 14 Jacques Pitrat, 1985, p. 118.

Les programmes actuels n’ont pas la possibilité de s'adapter à un individu ou de tenir compte de ses réactions. Ce sont des – raseurs · qui poursuivent leurs discours avec persévérance, totalement indifférents aux manifestations de l’auditoire. Il y a heureusement une touche * Break » pour les interrompre14.

Le générateur de EH. Hovy et de R.C. Schank

18La littérature programmée est une littérature de la variation, puisqu’elle se fonde non sur un texte mais sur une matrice de textes. Or cette variation est, la plupart du temps, gratuite, voire régie par une fonction aléatoire.

19Ce qu’exemplifie le générateur de Hovy et Schank, véritable exercice de pragmatique appliquée, c’est une variation orientée selon les différents destinataires possibles. Ses deux innovations consistent en effet à modéliser des récepteurs, auxquels sont attribués un certain nombre de caractéristiques, et à définir à leur égard un certain nombre de stratégies narratives possibles : concentrer l’intérêt ou disséminer l’information, choquer ou satisfaire les sympathies... Les règles sous-jacentes, dont on peut programmer la transgression, s’inspirent des maximes conversationnelles formulées par H.P. Grice :

  • que la communication contienne autant d’information qu’il est requis.

  • que la communication ne contienne pas plus d’information qu’il est requis.

    • 15 Cf. Logique et conversation in Communications n° 30, Le Seuil Paris 1979 p 57-72.

    éviter d’être ambigu...15

20Une telle pragmatique, simplifiée pour être formalisable, est bien évidemment rudimentaire. Mais ce qui nous importe ici, c’est son articulation étroite à des modules de génération proprement linguistiques.

  • 16 Cf. l'exposé de J.P. Balpe.

21Quatres étapes peuvent être distinguées, en général, dans la construction automatique d’un texte : définir le schéma narratif de base, déterminer le nombre et l’ordre des phrases associées, définir la structure syntaxique de ces phrases, choisir des items lexicaux adéquats. Les trois dernières étapes comportent en général une bonne part d’aléatoire16. Ici, au contraire, les considérations pragmatiques définies ci-dessus servent de critère de décision à chaque niveau, en vertu de présupposés assez simples : c’est mettre en valeur un événement que d’en parler dès la première phrase ; il y a un focus implicite sur le terme ayant fonction de sujet dans une phrase... On a donc affaire à un renversement méthodologique : au lieu de faire intervenir, selon une orientation traditionnelle, des connaissances pragmatiques pour enrichir des programmes essentiellement syntaxo-sémantiques confrontés à des phrases difficiles ou ambiguës, le primat revient ici à la pragmatique, sous la dépendance de laquelle interviennent les connaissances sémantiques ou syntaxiques du programme, comme le montre le schéma suivant :

Les connaissances sur le monde

22Un tel programme de génération n’est possible qu’à condition de définir un univers restreint où les champs sémantiques ou lexicaux pourront être entièrement maîtrisés. Le domaine ici choisi, le terrorisme, permet de disposer de suites stéréotypées d’actions correspondant à des séquences prévisibles telles que : embuscade – coups de feu — fuite, ou : enlèvement – demande de rançon... En outre le schéma narratif de base utilise une représentation conceptuelle qui permet de décomposer chaque action en un certain nombre de notions élémentaires.

  • 17 Ce type de représentation, à mi-chemin de la logique et de la grammaire, repose sur un certain nomb (...)

(tuer :

(agent =

homme armé

(nom = x)

(âge = y)...)

(instrument =

arme

(type = w)

(marque = z)...)

(objet =

victime

(nom = x’)

(âge = y’)...)

(résultat =

changement d’état

(agent = victime)

(état initial = B)

(état final = mort))...)17

23Suivant ce modèle, Schank et Hovy peuvent entrer en mémoire un squelette d’histoire, par exemple celui d’un attentat récent perpétré, au stade de Belfast, par deux membres de l’IRA à l’encontre d’un soldat britannique, et blessant grièvement une passante et sa fille.

Modèles de lecteurs

24Sont enregistrées en machine diverses caractéristiques correspondant aux différents allocutaires possibles pour un même récit. Avant chaque production de texte, un choix aléatoire, ou effectué par l’utilisateur, devra être réalisé parmi les allocutaires. La modélisation ici retenue définit l’allocutaire selon cinq caractéristiques :

  1. les connaissances du lecteur, qui permettent de savoir quelle richesse, ou quelle technicité, de vocabulaire est tolérable pour être comprise. Cette représentation des connaissances autorisera également certaines ellipses logico-narratives ; c’est seulement par exemple si le lecteur dispose du concept de jalousie qu’il pourra admettre la séquence suivante : Jean aime Marie qui aime Paul. Jean souhaite éliminer Paul.

  2. les centres d’intérêts, qui permettent d’insister sur des traits appartenant pourtant au bien-connu du destinataire, sont définis rationnellement, dans l’exemple considéré, comme fonctions de la profession, de la nationalité ou de la raison sociale du lecteur envisagé.

  3. et d-les sympathies, dont on déduit les antipathies, permettent de faire intervenir des critères plus « subjectifs » : (l’âge, le sexe, la nationalité...).

  4. l’état émotionnel initial du narrataire, qui permet de définir la charge affective du texte nécessaire pour parvenir à l’état émotionnel souhaité par l’auteur.

25Sont ainsi définis quatre narrataires différents pour le récit de l’attentat au stade de Belfast.

26• An IRA terrorist :

interests :

British losses

sympathies :

IRA successes

antipathies :

anything British, authorities

emotion :

tense, angry

knowledge :

terrorism in detail

27•The terrorist’s wife :

interests

nursing, children

sympathies :

children

antipathies :

killing, war

emotion

tense, unhappy

knowledge

nursing, terrorism in general

28• A British soldier :

interests :

weaponry

sympathies :

British successes, authorities

emotion :

tense, irritated

knowledge :

military action in detail

29• An American person :

interests :

politics

sympathies :

peace

antipathies :

killing, war

emotion

relaxed, neutral

knowledge :

terrorism in general

Les stratégies narratives

30Elles sont, pour l’instant, limitées dans le programme, puisqu’elles ne tiennent compte que des caractéristiques b et c du narrataire : celui-ci est conçu comme un adulte convenablement informé ; en l’absence, d’autre part, d’une formalisation de la charge affective de la langue, le narrateur est censé n’avoir qu’une connaissance relativement superficielle de son destinataire, et adopter envers lui un comportement de type journalistique.

31La stratégie retenue : aller ou non dans le sens des intérêts supposés du narrataire, aller ou non dans le sens de ses sympathies, fournit des critères suffisants pour le choix des concepts, des structures phrastiques et du lexique nécessaire à l’écriture du texte, comme nous allons le voir en étudiant les différents paragraphes produits à partir d’un même scénario de base : l’attentat du stade Belfast.

Texte n° 1

Hearer is (Sean O’Flanahan : membre de l’IRA)
Imput concepts are : (SHOOTING 1)
Concentrating on : INTERESTS membre de l’IRA

Final generation is :

A forty year old British soldier from Leeds, a city. Bill Smith, was shot and killed with a seventy calibre rifle at Belfast Football Stadium yesterday. He will be buried tomorrow. Two freedom-fighters shot and wounded a twelve year old girl, Mary. She was taken to Mary Magdalene Hospital and treated and discharged. She is an orphan at present. A twenty-five year old passerby woman, Rosie Areas, was shot and killed. She will be buried in Belfast Cemetery three days from now. They escaped with an Austin car.

Texte n° 2

Hearer is (Sean O'Flanahan : membre de l’IRA)
Imput concepts are : (SHOOTING 1)
Concentrating on : SYMPATHY

Final generation is :

An Austin car was used by two freedom-fighters to escape from Belfast Football Stadium yesterday. A twelve year old girl, Mary, was shot and wounted with a seventy calibre rifle. She was taken to Mary Magdalene Hospital and treated and discharged. She is an orphan at present. A forty year old British soldier from leads, a city, Bill Smith, was shot and killed. He will be buried tomorrow. A twenty-five year old passerby woman, Rosie Areas, was shot and killed. She will be buried in Belfast Cemetary three days from now.

Texte n° 3

Hearer is (John Brown : soldat britanique)
Imput concepts are : (SHOOTING 1)
Concentrating on : INTEREST

Final generation is :

A seventy calibre semi-automatic Belgian rifle was used by two gunmen to shoot and to kill a forty year old British soldier from leeds, a city, Bill Smith. He will be buried tomorrow. The rifle was used by them to shoot and wound a twelve year old girl, Mary, yesterday at Belfast Football Stadium. She was taken to Mary Magdalene Hospital and treated and discharged. She is an orphan at present. The rifle was used by them to shoot and to kill a twenty-five year old passerby woman, Rosie Areas. She will be buried in Belfast Cemetary three days from now. An Austin car was used by them to escape.

Texte n° 4

Hearer is (John Brown : soldat britanique)
Imput concepts are : (SHOOTING 1)
Concentrating on : SYMPATHY

Final generation is :

A forty year old Englishman from Leeds, a city, Bill Smith, was shot and killed with a seventy calibre rifle at Belfast Football Stadium yesterday. The soldier will be buried tomorrow. A twelve year old girl, Mary, was shot and wounded. She was taken to Mary Magdalene Hospital and treated and discharged. She is an orphan at present. A twenty-five year old passerby woman, Rosie Areas, was shot and killed. She will be buried in Belfast Cemetary three days from now. An Austin car was used by two gunmen to escape.

Texte n° 5

Hearer is (Mary O’Flanahan : épouse de Sean O’Flanahan)
Imput concepts are : (SHOOTING 1)
Concentrating on : CONVERSATION

Final generation is :

A twelve year old girl, Mary, was shot and wounded with a seventy calibre rifle at Belfast Football Stadium yesterday. She was taken to Mary Magdalene Hospital and treated and discharged. She is an orphan at present. A forty year old British soldier from Leeds, a city, Bill Smith, was shot and killed. He will be buried tomorrow. A twenty-five year old passerby woman, Rosie Areas, was shot and killed. She will be buried in Belfast Cemetary three days from now. An Austin car was used by two gunmen to escape.

Texte n° 6

Hearer is (Pete Piascyk : observateur américain)
Imput concepts are : (SHOOTING 1)
Concentrating on : CONVERSATION

Final generation is :

An Austin car was used by two terrorists to escape from Belfast Football Stadium yesterday. A twelve year old girl, Mary, was shot and wounded with a seventy calibre rifle. She was taken to Mary Magdalene Hospital and treated and discharged. She is an orphan at present. A forty year old British soldier from Leeds, a city, Bill Smith, was shot and killed. He will be buried tomorrow. A twenty-five year old passerby woman, Rosie Areas, was shot and killed. She will be buried in Belfast Cemetary three days from now.

(Pour une traduction littérale des textes, cf. note 22.)

Les modules de génération

32Schanck et Hovy distinguent quatre étapes d’écriture, qui sont autant de niveaux de choix.

a- l’ordonnancement des séquences narratives :

  • 18 On peut se demander pourquoi il enchaîne sur la blessure de la petite fille, accident plutôt néfast (...)

33Cet aspect du texte a été manifestement le plus travaillé, c’est lui qui présente la plus grande variabilité, selon les allocutaires mais aussi bien selon la stratégie adoptée à l’égard de chaque allocataire. Le scénario a été décomposé en micro-séquences : attentat – fuite des coupables – identification des victimes, dont certaines peuvent être omises et d’autres développées. Dans les exemples ici retenus, les variations conceptuelles ne portent que sur l’ordre de présentation des séquences. Comparons les textes 1, 2 et 4. N’ayant en vue que l’intérêt personnel d’un membre de l'IRA, le générateur commence par la mort du soldat britannique, succès incontestable de cette organisation (texte 1). Mais s’il veut flatter les sympathies de Sean O’Flanahan, le générateur va d’abord mentionner le sort réservé à ses compagnons : le texte 2 commence par l’escapade réussie des auteurs de l’attentat18. Au contraire, s’agissant de toucher un lecteur appartenant à l’armée britannique, c’est la mort de son compatriote, Billy Smith, qui vient en premier. Ensuite vient la mention des deux autres victimes. La fuite des coupables ne vient qu’en dernier lieu (texte 4).

b- le choix des structures phrastiques :

34Quoique le nombre de phrases par textes soit ici toujours le même, la distribution des éléments narratifs entre phrases, et la construction logique de chacune, sont soumises à variations. Pour relater l’assassinat du soldat britannique, première séquence commune aux deux textes s’adressant à John Brown, le générateur, afin d’attirer l’attention d’un passionné d’arme à feu, emploie, dans le texte 3, une forme passive qui lui permet de placer le fusil en position de sujet (sans pour autant minimiser la responsabilité des tireurs, ce qu’aurait fait une construction active ayant le fusil pour sujet), alors que dans le texte 4, où il s’agit d’émouvoir John Brown, c’est la victime anglaise qui est en position de sujet (toujours selon une construction passive).

35De la même façon, la jeune blessée Marie est en position de sujet dans le texte s’adressant à une mère de famille (texte 5), en position d’objet dans le texte s’adressant au membre de l’IRA et s’attachant donc aux actions commises par cette organisation (texte 1).

36On peut vérifier, sur ces exemples, que ce générateur ne procède pas à partir de moules phrastiques préenregistrés, mais qu’il construit des structures syntaxiques adéquates à partir d’une expression logique : il construit par exemple une phrase passive automatiquement si les contraintes de la stratégie narrative adoptée lui imposent de mettre au premier plan un élément étiqueté « objet » ou « instrument » (et non agent) dans la représentation conceptuelle. Ceci imposera donc le choix d’un verbe transitif pour exprimer l’action en question.

c- le choix des compléments et des déterminations :

37C’est surtout ici la présence ou l’absence de compléments circonstanciels, de groupes nominaux en apposition, qui permet de faire la différence entre les textes. Le syntagme « a seventy calibre rifle » devient dans le texte intéressant le soldat britannique « a seventy calibre semi-automatic Belgian rifle » (texte 5). On pourrait de la même façon omettre l’origine ou l’âge d’une victime, mentionner le lieu d’enterrement du soldat,...

d- les choix lexicaux :

  • 19 Comparer : a gun was used to kill... »/« a gun killed... ».

38Le travail des concepteurs a porté sur la notion de synonymie. Il ne s’agit pas, bien sûr, de rechercher, parmi tous les termes possibles, un terme exprimant tel concept, ce qui supposerait un dictionnaire complet en mémoire, et des algorithmes de recherche coûteux. Le lexique a été restreint au départ (c’est l’intérêt de travailler dans un micro-univers), et organisé en champs sémantiques. Au concept « personne armée », par exemple, est associée la procédure suivante : à condition que l’action appartienne au domaine de la violence politique, employer le terme « freedom-fighter » (résistant) si l’intérêt visé est la liberté politique, et le terme « terrorist » (terroriste) s’il s’agit de situer du côté d’un partisan de l’ordre ; dans tous les autres cas, employer « gunman » (franc-tireur)19. Ainsi aux « freedom-fighters » chers aux membres de l'IRA (textes 1 et 2) s’opposent les « terrorists » que l’américain ne peut que réprouver (texte 6).

39Cet exemple peut sembler trivial, mais il est le premier pas vers un objectif plus ambitieux, consistant à coder la charge émotionnelle des termes, c’est-à-dire à enrichir considérablement les descripteurs associés aux éléments des lexiques de base, qui sont en général de simples indications de construction.

  • 20 Les textes présentés ici ont chacun été produits en une minute. Le programme comprend 4 000 lignes (...)

40Pour conclure sur la présentation, trop schématique, d’un tel programme, deux précautions doivent être prises. Il serait vain de s’interroger sur le bien-fondé de la caractérisation de tel ou tel allocutaire. Les stéréotypes retenus ici pourraient évidemment être considérablement diversifiés et complexifiés. D’autre part, les exemples de textes produits présentés ici sont en deçà du potentiel performatif d’un tel programme : il suffit d’accroître sa base lexicale, ainsi que ses connaissances syntaxiques pour que les variations entre les textes soient plus importantes. Toutes les caractéristiques des allocutaires n’ont pas été prises en compte et seules deux stratégies narratives ont été mises en œuvre. On a voulu présenter ce programme comme un simple point de départ, à valeur essentiellement méthodologique. Ses auteurs l’ont complexifié et enrichi depuis20 surtout dans le sens d’une efficacité informatique accrue ; nous pourrions le détourner dans le sens d’une production littéraire.

Perspectives en production de textes littéraires

41La vocation de programmes s’inspirant du modèle décrit ci-dessus semble bien être l’écrit utilitaire. R.C. Schank envisageait même la production de discours politiques, sur des sujets sensibles, adaptés à leur auditoire. La réalisation de mailings publicitaires repose sur une approche comparable, et qui pourrait être étendue à toute « littérature » ciblée. Les romans de gare, dont C. Cadet nous propose une écriture informatisée, reprennent souvent la même intrigue sentimentale sous plusieurs titres, dans des collections différentes ayant chacune son centre d’intérêt : sexe ou évasion, passion ou tendresse. Quel que soit le public visé, tout projet d’écriture reposant sur un « programme » (c’est-à-dire une liste de contraintes explicitées) pourrait s’inspirer d’un générateur à base pragmatique.

  • 21 Laurence Danlos, 1985, p. 73.

42Mais pour opérer le saut qualitatif consistant à faire produire des textes littéraires à un générateur de ce type, il convient de répondre à deux critiques possibles : la première, plutôt linguistique, pourrait contester le bien fondé d’un schéma basé sur une représentation conceptuelle de l’histoire à écrire : pourquoi travailler sur autre chose que la langue même ? La seconde, plus « littéraire », nous amènera à préciser ce qu’on peut entendre par fonction lecteur, s’agissant d’un texte littéraire. Le générateur de Schank semble tomber sous le coup des critiques adressées par L. Danlos à tout programme dans lequel « les décisions conceptuelles (Dans quel ordre doivent apparaître les information ? Quelles sont les informations qui doivent être exprimées explicitement par rapport à celles qui ne sont exprimées qu’implicitement ?) sont prises avant les décisions linguistiques (Comment découper le texte en phrases ? Quelles constructions syntaxiques choisir ? Quels mots choisir ?) »21. Comment supposer, en effet, que des décisions conceptuelles, c’est-à-dire concernant les unités narratives, puissent être prises en dehors (et avant) toutes considérations linguistiques ? Surtout si, à l’instar de R.C. Schank, on ne vise qu’à simuler, par l’ordinateur, des processus censés être ceux de l’esprit humain, et donc de l’écrivain. Mais il s’agit peut-être d’un faux problème, si l’on tient compte du fait que les représentations conceptuelles nécessaires à un tel programme, qu’il s’agisse des connaissances sur le monde ou de la schématisation du récit, ne sont jamais indépendantes de considérations linguistiques. La représentation logique d’un verbe, par exemple, n’est jamais que son insertion dans un arbre de synonymie, et sa décomposition en une suite de verbes de base. Le français et l’anglais sont des langues assez proches, du point de vue des structures causales, mais la constitution du même générateur dans une toute autre langue supposerait la constitution d’une « métalangue » très différente.

  • 22 Traduction des textes sur l'attentat de Belfast :
    a.
    Texte 1 : Un soldat britannique de 40 ans, Bill (...)

43Plus limitative peut être la constitution du récit à partir d’un « script » préétabli, ici le script attentat22, c’est-à-dire en fait d’un « architexte », qui peut d'ailleurs inclure plusieurs scripts. Mais cette opération semble inhérente à toute production de récits par ordinateur, et peut précisément rapprocher cette production des théories narratologiques héritées du structuralisme. Bien plus, le fait de pouvoir définir les variations autour du schéma de base en fonction des destinataires permettrait à un générateur de ce type de servir de banc d’essai à des théories du récit visant moins la définition d’un commun dénominateur qu’une typologie raisonnée des différences observées. La typologie des contes de fée que présente J. Demers pourrait constituer une base de travail. A partir de l’archi-conte Blanche-Neige, la version « conte merveilleux », par exemple, serait produite pour un narrataire enfant, dont l’intérêt se porte sur une fin heureuse, la sympathie sur Blanche-Neige et l’antipathie sur la Reine, ayant des connaissances en matière de magie et de métamorphoses. A contrario, la version « conte fantastique » supposerait, par exemple, un narrataire adulte, intéressé par les opérations magiques ou criminelles, ayant des sympathies inverses de celles de l’enfant, et des connaissances identiques. Ces hypothèses ne sont, somme toute, pas très éloignées du fonctionnement du conte comme littérature orale, le conteur s’adaptant à son public.

44D’autre applications peuvent être envisagées, à partir du moment où on ne se limite pas à une caractérisation purement sociopsychologique du narrataire : quel texte serait produit pour un amateur du son EU, intéressé par les objet de couleur bleue et disposant de connaissances en rhétorique ? N’est-ce pas un premier pas vers un authentique programme d’écrivain ?

45Différents aménagements sont certainement nécessaires. Une version interactive permettrait de développer les potentialités proprement littéraires d’un tel programme : si l’utilisateur peut choisir entre différentes identités avant qu’un texte soit produit, la fonction lecteur ainsi constituée en machine sera plus proche du « lecteur fictif » des théoriciens du texte que du « destinataire » des sociologues. Tout problème d’adéquation référentielle entre cette représentation interne et le lecteur réel est alors évincé. La possibilité de changer cette fonction lecteur, d’un paragraphe ou d'un page à l’autre, serait également souhaitable, s’il est vrai que le récit littéraire joue sur des variations de focalisation.

Conclusion

46On a voulu illustrer ici la possibilité d’un renversement méthodologique : que l’ordinateur ne serve pas seulement à simuler un écrivain, mais puisse également simuler un lecteur. L’enjeu de ce renversement n’est pas seulement de pouvoir ainsi maîtriser la variété des textes produits par un programme. Il est aussi théorique.

47La littérature assistée par ordinateur est l’aboutissement ultime d’une conception de l’écriture envisagée comme travail de production, et non comme l’expression d’un individu plus ou moins inspiré. Par là même, le rapport auteur/lecteur passe d’une hypothétique communion à une véritable stratégie de communication, dont on peut expliciter les caractéristiques linguistiques ou pragmatiques. C’est seulement dans ces conditions que la littérature programmée pourra instaurer un processus de lecture différente, et donc avoir véritablement ce caractère novateur qu’on lui accorde trop volontiers les yeux fermés. En effet, les règles formelles qui la sous-tendent sont généralement parfaitement explicitées dans le programme, et parfaitement occultées dans les textes produits. A ce compte l’ordinateur, ultime sophistication de la mystification scripturale, ne ferait qu’élargir le fossé existant entre l’écrivain et le lecteur. Considérons en revanche la production d’un texte à laquelle préside la représentation interne d’un lecteur possible, suivant le principe du générateur de Schank. Les variations entre les textes sont alors raisonnées selon des critères sémantiques, et en fonction de leurs effets de lecture ; il suffit d’adopter un mode de présentation interactif pour que la responsabilité et la maîtrise du texte produit soient le fait du lecteur, au lieu d’être remises, plus ou moins explicitement, au hasard (c’est-à-dire au concepteur de la fonction aléatoire).

48La littérature programmée, loin d’être une littérature inhumaine, serait donc la première porte ouverte à une littérature véritablement personnalisée. Trop humaine, alors ? Sans doute, si ce type d’écriture, visant une connaissance parfaite de son destinataire, qu’elle peut définir et identifier, finissait par éliminer ce qui est pourtant le principe constitutif de toute littérature : le travail de l’altérité.

Annexes

Discussion

Jean-Pierre Balpe : Votre exposé fait paraître très clairement que si l’on parle linguistique on ne parle pas forcément littérature. Si l’on prend le texte de Mechan ce qui est intéressant c’est que cette forme fruste produit un effet littéraire et que cet effet littéraire vient justement de la non maîtrise du programme.

Anne Abeille : Il me semble qu’il y a toujours construction d’un lecteur possible, de plusieurs lecteurs possibles, à l’occasion d’un texte, sans que cela remette en cause la notion de pluralité de l’œuvre littéraire.

Jean Ricardou : Si la fonction lecteur consiste à prévoir un lecteur sur le mode d’une image alors je suivrai Jean-Pierre Balpe. Mais il y a autre chose, à quoi Anne Abeillé a fait allusion : concevoir non plus un lecteur ciblé, définitivement figé par un certain nombre d’attributs, mais plutôt un lecteur variable. Par exemple, l’on pourrait commencer un livre avec le point de vue du premier des quatre allocutaires et en cours de constitution faire une sorte de courbe de variation qui passerait par les quatre. Bref, on pourrait aller le plus loin possible dans la transformation. Or même avec ce raffinement, je reste ici du côté de Balpe. Si l’on a une image, même évolutive, d’un lecteur, extérieurement à l’acte d’écrire, alors je crois qu’on risque de manquer beaucoup. Pour ma part ce que j’ai essayé dans cette perspective avec le Théâtre des métamorphoses, c’est de décevoir, si je puis dire, tout lecteur ciblé au préalable, qu’il soit fixe ou évolutif, en lui proposant toujours autre chose, au moins par quelque côté, que ce qu’il pouvait attendre, non seulement avant de commencer, mais encore à partir de ce qu’il venait de lire. Bref, la fonction lecteur me semble capitale à condition que le lecteur soit non point une image a priori, mais bien l’instance à laquelle on s’efforce de donner les moyens d’apprendre à lire le texte à mesure qu’il s’écrit. Or cette place, elle est occupée à mesure par le scripteur lui-même qui ne peut se donner pour règle la mise, chemin faisant, en place dans l’écrit des procédures qui ne permettront de les lire qu’en les testant d’abord sur lui-même. Alors cette fonction lecteur si elle ne peut être ainsi ni extérieure, ni préalable, je doute qu’elle puisse être programmable : elle est prise dans un procès qui se fait à mesure et déplace sans cesse les conditions de sa programmation, même si l’on peut y intégrer des programmes locaux provisoires destinés à être sans cesse transformés.

Anne Abeillé : C’est bien le sens dans lequel il faudrait que s’oriente la génération de textes, je crois ; cette idée qu’on puisse définir une cible et jouer à déjouer cette cible, et à déjouer toute cible qui sera proposée au fur et à mesure, ne me paraît pas complètement étrangère à certaines recherches de la programmation actuelle.

Jean Ricardou : Écrire c’est faire de la transprogrammation permanente. Dès lors, même si l’on peut y arriver quelque peu avec une machine, je ne vois pas tellement l’intérêt de le faire de cette façon, assez lourde et assez sommaire, alors qu’on peut le réussir, avec mille nuances, « à la main ».

Anne Abeillé : S’il ne s’agissait que de faire de la simulation, l’intérêt ne serait pas grand. L’intérêt théorique essentiel de la programmation de textes c’est d’expliciter les fonctionnements qui sont en jeu dans une écriture justement sans ordinateur ; d’expliciter un peu ce qui se passe, et qui souvent échappe à l’analyse.

Jean Ricardou : La notion de programme est antécédante à l’informatique il ne faudrait donc pas que l’informatique annexe le sens qu’elle lui donne comme étant le vrai sens par rapport auquel tous les autres deviendraient métaphoriques.

Anne Abeille : A mes yeux l’intérêt d’une programmation avec ordinateur par rapport à une programmation sans ordinateur, est de donner des contraintes de formation, d’algorithmisation beaucoup plus strictes que ce qui se fait en théorie littéraire à partir du moment où toute opération d’écriture suppose la définition de l’instance de lecture ; il n’y aura écriture programmée que si l’on arrive à programmer aussi, non pas une lecture, mais la formalisation même des lectures ; c’était un peu ce que je voulais faire sentir.

Jean Ricardou : Si la formalisation doit être évolutive elle-même, il faudra la changer à mesure et c’est toujours le même problème qui se pose : on ne peut pas complètement prédéfinir la fonction de lecteur puisque le fait que la lecture s’accomplisse change la position de celui qui lit.

Anne Abeille : Ce qui m’intéressait c’était de faire apparaître la nécessité d’une formalisation ; on pourrait prendre comme exemple la littérature programmée. Le travail de Schank est un exemple minimal, c’est le premier exemple qui pourrait aller dans cette direction là. Si cette formalisation doit évoluer on passe à une formalisation de niveau deux ; à ce moment-là, il faut une double étape de formalisation : on essaiera de formaliser les règles d’évolution de cette formalisation du lecteur.

Jean Ricardou : C’est toujours le même problème de la formalisation qui essaie de rattraper une pratique nuancée et de la penser dans sa sphère. Elle peut le faire en partie, probablement, mais toujours en courant derrière...

Anne Abeillé : Mais ce n’est pas un problème propre à la littérature programmée.

Jean Ricardou : Lorsque dans une des occurrences, un verbe advenu sert de générateur d’acrostiche, l’on pourrait essayer de voir quel serait l’apport d’hétérogène que la lecture pourrait ajouter à ce mécanisme-là.

Jean-Pierre Balpe. Vous prenez comme postulat que quelqu’un qui écrit avec un ordinateur n’est pas capable de faire des opérations de lecture sur le programme qu’il écrit et sur les effets du programme. Or cette lecture est parfaitement possible, c’est l’hypothèse sur laquelle je travaille. Parce que je crois profondément qu’on ne peut pas définir le procès d’écriture autrement qu'en terme d’étapes. Sinon cela veut dire que l’on estime une œuvre comme terminée et qu’on n’a plus une ligne à retoucher ; hélas ou au contraire heureusement ce n’est pas ce qui semble être le plus fréquent.

Jean Ricardou : Accepter que ce premier travail à l’ordinateur soit nécessairement toujours une étape, cela signifie qu’il doit toujours être suivi disons, par une relecture, et, par suite, une écriture « à la main ». Supprimer cette clause reviendrait à reconstruire le fantastique que tu dénonces : cette tentation d’accroître la longueur du travail de l’ordinateur pour repousser toujours plus loin interminablement l’intervention qui lui est foncièrement hétérogène. A supposer deux états, suspendus : celui de l’écrit obtenu avec l’ordinateur et celui de l’écriture obtenu « à la main ». Le premier présente un inachèvement mais qui ne comporte pas de relecture à l’intérieur. Le second présente un inachèvement qui comporte de la relecture à l’intérieur. Sous cet angle, il n’y a pas homologie entre les deux situations...

Jean-Pierre Balpe : Ce n’est pas tout à fait vrai parce que c’est supposer que l’on ne peut travailler sur la modification du programme ; or en cours de travail, il y a constamment effet de lecture-écriture : j’ai des productions et je modifie le programme...

Jean Ricardou : A partir de l’effet que cela a produit ?

Jean-Pierre Balpe : Bien sûr...

Jean Ricardou : Alors d’accord, mais cela c’est une relecture qui découvre de l’hétérogène...

Jean-Pierre Balpe : On peut modifier l’écriture dans le domaine propre à l’ordinateur, c’est-à-dire sur le programme.

Jean Ricardou : Alors le problème c’est celui de l’ampleur de ce qui a été déjà produit avec l’ordinateur. Dans la mesure où la relecture consiste à programmer de nouvelles directives à partir de l’effet produit, si une grande ampleur a été déjà obtenue du premier coup, alors celle-ci se trouve caduque par rapport à ces nouvelles directives. Aussi, je crains que cette grande ampleur déjà produite se défende et que la relecture soit d’autant moins bien vue qu’elle est en quelque sorte plus subversive par rapport à cet ordre installé. S’il est confronté à cette immense longueur dont l’ordinateur est capable, la lecture a du mal à bien se focaliser sur la ligne...

Simone Geber-Nodiot : Je pense que la lecture ne se programme pas, elle surgit.

Jean-Pierre Balpe : Plus exactement, on ne peut pas programmer la lecture, on peut programmer des trajectoires potentielles de lecture, on peut programmer des formes, et les formes sont des trajectoires de lecture, c’est ce que j’essaie de faire.

Notes

1 Italo Calvino, 1984, p. 20.

2 Au sens linguistique du terme, c’est-à-dire concernant différentes situations d'énonciation.

3 Voir sa distinction entre crypto-texte, phano-texte et scripto-texte, les textes programmés entrant généralement dans la première catégorie, parfois dans la seconde. Les scripto-textes, seuls véritablement « écrits – sont pourtant les seuls à intégrer leur propre processus de déconstruction par un lecteur.

4 Cité par M. Boroff, 1971, p. 512.

5 Cf. l'intervention de G. Baudin.

6 L'exemple typique en la matière est le fameux – voulez-vous tourner à droite ou à gauche ? ».

7 Paul Braffort de l'A.L.A.M.O. (Atelier de Littérature Assistée par la Mathématique et les Ordinateurs) distingue parmi les programmes d'écriture : littérature combinatoire (permutations naïves de fragments textuels pré-rédigés) ; littérature fonctionnelle (l'ordinateur remplit des patterns, des phrases à trous) ; littérature déductive reposant sur des patterns de patterns.

8 Voir par exemple les travaux de l'école de Constance à la suite de H.R. Jauss ou W. Iser. Voir aussi ceux de Jean Ricardou.

9 Littéralement : « moulin à contes ».

10 Cf. un exemple de texte in Action Poétique n° 95, 1984.

11 Nicolas Dehn, 1981, p. 16-18.

12 Traduction littérale : « John voulait demander à Arthur si Arthur pouvait dire à John où il y avait du miel. John désirait se rapprocher d'Arthur. John quitta une grotte, passa un col, traversa une vallée, traversa une prairie jusqu'au pied d’un cerisier. John savait que John était près du cerisier. John savait qu’Arthur était dans son nid. Arthur savait que John était près du cerisier. John demanda à Arthur si Arthur pouvait dire à John où il y avait du miel ·.

13 C'est le défaut du programme AUTHOR élaboré par N. Dehn, à la suite de TALESPIN.

14 Jacques Pitrat, 1985, p. 118.

15 Cf. Logique et conversation in Communications n° 30, Le Seuil Paris 1979 p 57-72.

16 Cf. l'exposé de J.P. Balpe.

17 Ce type de représentation, à mi-chemin de la logique et de la grammaire, repose sur un certain nombre de » primitives sémantiques – découvertes par R.C. Schank et sur des liens de dépendance conceptuelle inspirés des grammaires de cas de C.J. Fillmore.

18 On peut se demander pourquoi il enchaîne sur la blessure de la petite fille, accident plutôt néfaste à la cause de l'IRA, et non sur la mort du soldat, ce qui serait plus cohérent...

19 Comparer : a gun was used to kill... »/« a gun killed... ».

20 Les textes présentés ici ont chacun été produits en une minute. Le programme comprend 4 000 lignes d'une variante du langage LISP.

21 Laurence Danlos, 1985, p. 73.

22 Traduction des textes sur l'attentat de Belfast :
a.
Texte 1 : Un soldat britannique de 40 ans, Bill Smith, natif de Leeds a été tué hier au stade de football de Belfast d’une balle de calibre soixante-dix. Il sera enterré demain. Deux combattants de la liberté ont blessé d'une balle une enfant de douze ans, Mary. Elle a été transportée à l'hôpital Marie-Madeleine où on l'a soignée et d'où elle est sortie. Elle est maintenant orpheline. Une passante de vingt-cinq ans, Rosie Areas, a été tuée par balles. Elle sera inhumée dans trois jours au cimetière de Belfast. Les combattants se sont enfuis dans une Austin.
b. Texte 2 : Deux combattants de la liberté se sont enfuis à bord d’une Austin du stade de football de Belfast aujourd'hui. Une enfant de douze ans, Mary, a été blessée d'une balle de calibre soixante-dix. Elle a été conduite à l’hôpital Marie-Madeleine d'où elle est partie après avoir été soignée. Elle est maintenant orpheline. Un soldat britannique de 40 ans, Bill Smith, natif de Leeds a été tué hier au stade de football de Belfast d'une balle de calibre soixante-dix. Il sera enterré demain. Une passante de vingt-cinq ans, Rosie Areas, a été tuée par balles. Elle sera inhumée dans trois jours au cimetière de Belfast.
c. Texte 3 : Deux tueurs ont utilisé un fusil belge semi-automatique de calibre soixante-dix pour assassiner Bill Smith, un soldat britannique de quarante ans natif de Leeds. Cette même arme leur a servi pour blesser hier, au stade de football de Belfast, Mary, une enfant de douze ans. Elle a été conduite à l'hôpital Marie-Madeleine d'où elle est partie après avoir été soignée. Elle est maintenant orpheline. Ils se sont également servis de cette arme pour tuer une passante de vingt-cinq ans, Rosie Areas. Elle sera inhumée dans trois jours au cimetière de Belfast. Les combattants se sont enfuis dans une Austin.
d. Texte 4 : Un anglais de quarante ans, natif de Leeds, Bill Smith, a été tué aujourd'hui d'une balle de fusil calibre soixante-dix au stade de football de Belfast. Ce soldat sera inhumé demain. Une enfant de douze ans, Mary, a été blessée d'une balle de calibre soixante-dix. Elle a été conduite à l'hôpital Marie-Madeleine d'où elle est partie après avoir été soignée. Elle est maintenant orpheline. Une passante de vingt-cinq ans, Rosie Areas, a été tuée par balles. Elle sera inhumée dans trois jours au cimetière de Belfast. Les combattants se sont enfuis dans une Austin.
e. Texte 5 : Une enfant de douze ans, Mary, a été blessée d'une balle de calibre soixante-dix. Elle a été conduite à l’hôpital Marie-Madeleine d’où elle est partie après avoir été soignée. Elle est maintenant orpheline. Un soldat britannique de 40 ans, Bill Smith, natif de Leeds a été tué hier au stade de football de Belfast d'une balle. Il sera enterré demain. Une passante de vingt-cinq ans, Rosie Areas, a été tuée par balles. Elle sera inhumée dans trois jours au cimetière de Belfast. Les combattants se sont enfuis dans une Austin.
f. Texte 6 : C'est à bord d'une Austin que deux terroristes se sont enfuis hier du stade de football de Belfast. Une enfant de douze ans, Mary, a été blessée d’une balle de calibre soixante-dix. Elle a été conduite à l'hôpital Marie-Madeleine d'où elle est partie après avoir été soignée. Elle est maintenant orpheline. Un soldat britannique de 40 ans, Bill Smith, natif de Leeds a été tué hier au stade de football de Belfast d'une balle. Il sera enterré demain. Une passante de vingt-cinq ans, Rosie Areas, a été tuée par balles. Elle sera inhumée dans trois jours au cimetière de Belfast.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/1168/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

Auteur

© Presses universitaires de Vincennes, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540