Version classiqueVersion mobile

Tristan Corbière, ou les voix de la corbière

 | 
Hugues Laroche

Bibliographie analytique1

Texte intégral

1. Éditions critiques

L’édition de référence est celle de la Pléiade : Charles Cros, Tristan Corbière Œuvres complètes (Gallimard, 1970), annotée par P. O. Walzer et F. Burch (presque 150 pages de notes). Elle comprend une bibliographie importante mais évidemment datée.

On peut également citer : Tristan Corbière Les Amours jaunes, par E. Aragon et C. Bonnin (Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 1992, 514 p.). Cette édition, comme l’indique son titre, est limitée aux Amours jaunes et à leurs variantes. On y trouve une abondante annotation allant des éclaircissements lexicologiques et historiques aux remarques stylistiques ainsi que quelques reproductions de dessins ou manuscrits de Corbière. La bibliographie n’est pas exhaustive, elle propose un choix de critiques traitant des questions de poétique plutôt que de biographie.

La bibliographie la plus complète à ce jour se trouve dans Tristan Corbière. « Poète en dépit de ses vers » (Musée des Jacobins, Morlaix, 1995).

2. Ouvrages consacrés uniquement à Corbière

Angelet (Christian), La poétique de Corbière (Palais des Académies, Bruxelles, 1961). Après avoir exposé les rancœurs de Corbière vis-à-vis des « maîtres romantiques », C. Angelet se propose de montrer ce qui fait l’originalité de son style. C’est sur son caractère hétéroclite qu’il insiste : que ce soit dans le lexique (association de vrais néologismes et d’archaïsmes plus ou moins authentiques, mélange des niveaux de langue) ou dans les figures de style, dont les plus typiques, l’hypallage, l’antithèse et surtout l’oxymore, visent également à ce rapprochement de termes éloignés. Corbière fait feu de tout bois pour surprendre et imposer une langue nouvelle. Dans l’utilisation des images, on retrouve cette même « tendance, double et simultanée, qui va de la dépoétisation à la création d’une poésie nouvelle (p. 102) ». Enfin le dernier chapitre, à propos de syntaxe, relève la « mise en vedette du substantif (p 107) » et la pauvreté des épithètes, insiste sur l’importance des phrases affectives et souligne pour finir la constante oscillation entre langue savante et parlée qui caractérise le recueil.

Arnoux (Alexandre), Une âme et pas de violon... Tristan Corbière (Grasset, 1929). Il s’agit d’une biographie romancée de Corbière, riche en anecdotes dont les sources ne sont pas mentionnées.

Burch (Francis F.), Tristan Corbière. L’originalité des Amours jaunes et leur influence sur T. S. Eliot (Nizet, 1970). Le premier chapitre est consacré aux premières études sur Corbière en France et dans la critique anglo-saxonne. Viennent ensuite plusieurs chapitres sur la formation et les goûts littéraires des deux Corbière, montrant comment les principes du père sont développés par le fils. Puis, l’auteur pose le problème du catholicisme : il se montre réservé sur la thèse d’un Corbière chrétien, mais souligne l’importance des allusions et le poids de l’éducation. Suit un développement sur la structure du recueil qui orchestrerait quatre thèmes principaux (sans doute : gens, lieux, choses, la vie) : « Chacun des thèmes est repris pour être développé séparément, mais les autres forment comme une toile de fond et réapparaissent de temps à autre ou sont mariés au thème majeur du chapitre (p. 157) ». Cependant, l’auteur n’indique pas comment il répartit ces quatre thèmes à l’intérieur du recueil ou des parties. Il conclut citant l’exergue d’Épitaphe : « Que le lecteur commence par le début ou par la fin, il arrivera toujours au même point. Car, avant que le poète n’ait commencé à chanter, il n’y a que silence et après qu’il se soit tu, c’est de nouveau le silence (p. 158) ». Les dernières pages montrent l’influence de Corbière sur la poésie moderne américaine (et surtout Eliot), attirée par lui à cause de son réalisme.

Burch (Francis F.), Sur Tristan Corbière (Nizet, 1975). Cet ouvrage contient des lettres inédites, adressées à Corbière ou le concernant, complétant l’édition de la Pléiade, et les premières critiques, difficiles d’accès, sur l’homme et l’œuvre. Les textes faciles à trouver (Verlaine, Laforgue, Huysmans, Bloy, Gourmont) n’ont pas été retenus (mais Verlaine est cité longuement dans la préface écrite par Vanier, p. 142155, de même que Laforgue). Textes choisis : article anonyme de La Renaissance littéraire (1873), L-G Mostrailles « Les quais de demain » (Lutèce, 1885), G. Kahn « Les poètes maudits » (La Revue indépendante, 1888), O. de Gourcuff « Tristan Corbière » (Les Poètes bretons, 1889), V. Huet « Notes sur Tristan Corbière » (La Plume, 1889), J. Ajalbert « Lin poète à la mer » (Le Figaro, 1890), L. Vanier « Préface » des Amours jaunes (1891), L. Deschamps « Critique littéraire » (La Plume, 1891), V.-E. Michelet « Tristan Corbière » (Portraits du prochain siècle, 1894), C. Morice conférence sur Tristan Corbière (1912). À compléter par le numéro spécial de La Nouvelle Tour de Feu (1985) qui contient notamment deux articles de 1873.

Dansel (Michel), Langage et modernité chez Tristan Corbière (Nizet, 1974). Approche essentiellement stylistique présentée en trois parties. La première, intitulée « Désacralisation et attitude de refus », passe en revue les « infractions » de l’auteur dans le domaine de l’orthographe (initiative contestable puisqu’il est difficile de séparer les choix ou les erreurs de Corbière de ceux des imprimeurs), de la syntaxe et de la versification. Les conclusions visent à souligner l’indépendance du poète liée à son goût pour la parodie. La deuxième partie « Apports d’un langage amalgamé en 1873 » s’intéresse au lexique et aux relations qu’il entretient avec la langue orale et familière. La dernière partie tente de définir le concept de modernité qu’elle voudrait voir remplacer celui de poète maudit comme problématique autour des Amours jaunes.

Dansel (Michel), Tristan Corbière. Thématique de l’inspiration (L’Âge d’Homme, Lausanne, 1985). Approche tant géographique que thématique. Les quatre premières parties s’interrogent successivement sur l’Italie, l’Espagne, Paris et la Bretagne, tels que les Amours jaunes ou les lettres de Corbière les présentent. À l’intérieur de chaque partie, relevé exhaustif des écrits consacrés au lieu et commentaire œuvre par œuvre, mêlant généralement biographie et étude littéraire. La cinquième partie traite de la trilogie « indissociable » qui domine l’œuvre de Corbière : l’Amour, la Mer, la Mort. La conclusion propose un portrait psychologique du poète, « le même partout », malgré la multiplicité des lieux : « Le dénominateur commun à tous les thèmes de Corbière [...] sont (sic), avant tout, l’insatisfaction d’être poussée à un degré paroxystique et une quête d’amour qui dépasse les frontières du possible et transite nécessairement par Dieu (p 214). » En annexe des lettres inédites de proches de Corbière, un thème astral et surtout une bibliographie très complète.

Geslin (Olivier), L’Œuvre poétique et la Vie de Tristan Corbière (Les presses bretonnes, Saint-Brieuc, 1975). Ce petit ouvrage, écrit à l’occasion de l’anniversaire de la mort de Corbière, s’attache à donner « une véritable image de l’homme qu’il fut (p. 5) ». L’auteur insiste donc plus sur la vie et le caractère du poète que sur son œuvre. À partir de longues citations de proches de Corbière (Le Gad, Dufour...), il entend réfuter nombre de contre-vérités à propos de sa vie de bohème. Si Corbière fut fantaisiste, il ne mena jamais une vie de débauche et aima toujours sa famille (et notamment son père). Quant à son œuvre, elle est à la fois extrêmement novatrice (elle ouvre la voie au symbolisme avant Verlaine) et caractéristique de l’esprit breton. Le Pardon de sainte Anne est ainsi « un chef d’œuvre de littérature bretonne d’expression française (p. 24) ».

Ghazali (Keltoum), Tristan Corbière ou l’impatience verbale (Doctorat régime unique, Paris IV, 1993). Le portrait psychologique d’un poète maudit conduit l’auteur à en chercher les conséquences dans l’écriture. Il insiste sur la hâte et le désordre avec lesquels l’œuvre s’écrit, rejetant toute contrainte, mélangeant les registres et les tons pour répondre à un unique principe : la quête de l’authenticité.

Grin (Micha), Tristan Corbière, poète maudit (Le Nant d’enfer, Évian, 1971). Il s’agit de la publication d’une thèse soutenue à l’université de Fribourg. L’ouvrage est divisé en trois parties : l’homme, l’œuvre, la place de Corbière dans la littérature. La première partie retrace d’abord la biographie de la famille à partir du grand-père, Alexis, puis décrit le caractère du poète, ironique et sensible, pudique et teinté de mysticisme celte. L’œuvre est découpée en neuf parties, Ça, Paris, Épitaphe, les Amours jaunes, Sérénade des sérénades, Raccrocs, Gens de mer, Rondels qui sont décrites rapidement. La langue de Corbière, orale et impulsive, « correspond exactement au caractère du poète (p. 81) ». L’étude du style passe en revue les différentes figures, décrit l’originalité de la versification puis s’attache à rendre les effets produits par les allitérations et les rimes. Micha Grin tente ensuite de montrer que Casino des trépassés est écrit sur un schéma de vers libres assonancés. La dernière partie, après avoir affirmé que « Corbière est un déclassé et un inclassable », propose des « parentés » (Corbière l’Ancien, Baudelaire, Lautréamont, Rimbaud, Verlaine, Villon) et une descendance : les décadents, le surréalisme. Une place importante est faite à Laforgue et Richepin, ainsi qu’à l’influence sur les Américains. En appendice, une série de jugements (Barbey, Bloy, Kahn...).

Lavanan (René-Alain), Tristan Corbière et la chanson populaire (TER, Brest, 1973). Après un relevé des allusions à la chanson, des images sur la chanson et des sonorités musicales, l’auteur signale l’influence de Béranger dont É. Corbière, le père, aurait participé à la rédaction de la « Couronne poétique » (d’après J. Touchard, dans La Gloire de Béranger). La disposition typographique par courts vers viendrait ainsi de l’illustre chansonnier. Les chansons en si, les couplets de quatre vers sans refrain seraient quant à eux l’héritage de la chanson populaire. R.-A. Lavanan propose ensuite une description des chants populaires bretons et révèle l’existence de certains d’entre eux sur le camp de Conlie qui auraient pu servir de point de départ à la Pastorale. La suite de l’exposé traite de la chanson maritime et fait le rapprochement avec La Landelle.

Le Bihan (Patrick), Influences du légendaire breton dans l’œuvre de Tristan Corbière (TER, Lille III, 1975). Le corpus est restreint à seize poèmes (ceux qui mentionnent la Bretagne) et une nouvelle. La première partie situe dans la culture bretonne les lieux cités par Corbière et enrichit parfois sensiblement les commentaires de l’édition de la Pléiade. La deuxième partie, « l’univers des légendes bretonnes », rapproche certains passages d’Armor du folklore celte. À noter que P. Le Bihan, comme A. Sonnenfeld, voit dans les Rondels pour après une création typiquement bretonne sans donner plus de précisions que ce dernier sur les légendes reprises. La dernière partie est constituée d’un lexique breton-français, suivi d’un lexique des termes de marine.

Le Chanu (Fabienne), Tristan Corbière : le bestiaire des Amours jaunes (Doctorat régime unique, Rennes II, 1993). Comme l’indique son titre, cette étude appréhende Corbière par le biais de l’animal. L’auteur recense donc l’ensemble du bestiaire et propose à chaque fois une interprétation de la valeur symbolique des animaux considérés. Partant de considérations ethnologiques, elle précise ensuite le rôle qu’ils jouent dans l’imaginaire de l’œuvre. Une place importante est accordée au cheval (et ses rapports avec la femme) et au chien. La dernière partie, placée sous le signe de la cigale que relaient l’oiseau roux et le crapaud, est centrée sur la question du « déchant », de la discordance, à partir de l’analyse de l’anacoluthe.

Le Milinaire (André), Tristan Corbière. La paresse et le génie (Seyssel, Champ Vallon, 1989). Ce travail se présente à la fois comme une réflexion sur l’œuvre et sur l’itinéraire psychologique du poète. C’est pourquoi le plan choisi est chronologique. La première partie, « La parole perdue », décrit la jeunesse de Corbière, les années de lycée. Elle accorde une grande importance au milieu familial : le refus du père de reconnaître son fils comme écrivain, d’en faire son vassal ; le désir de liaison incestueuse avec la mère, bien plus jeune que le père. Tout cela amène Corbière à rejeter le cercle familial, à se vouloir fils de personne. Après le lycée, le poète s’installe à Roscoff, mais, d’après l’auteur, n’écrit pas : c’est le silence de Roscoff, rapproché de celui de Rimbaud en Abyssinie. Ce sont « Les heures hantées », titre de la deuxième partie, hantées par l’inceste, la sexualité incarnée par la « Bête féroce ». C’est l’époque de l’association amour-mer-mort, proposée par Michel Dansel. Corbière découvre alors que ses vers lui échappent, qu’il est parlé, sans qu’il puisse se définir lui-même. La troisième partie, « La parole retrouvée », marque l’acceptation de cette découverte. La langue se met alors à foisonner (richesse du lexique), les voix se multiplient pour décrire « l’étrangeté radicale du langage » (p. 108). L’utilisation de la ponctuation poursuit un but analogue : « la recherche systématique des points de rupture » (p. 109). Tous ces procédés visent à instaurer une langue orale, c’est-à-dire pulsionnelle et subjective. La fin de cette partie souligne l’importance de la dérision et l’opposition avec Hugo : aux figures de poètes-voyants correspondent les aveugles, ceux qui ne voient pas... Signalons pour finir que l’auteur propose quant à l’organisation générale du recueil un plan inverse de l’ordre chronologique, partant des expériences parisiennes, les plus tardives, pour remonter à l’enfance ou à la mort d’avant la naissance dans les rondels.

Levi (Ida), Tristan Corbière, a biographical and critical study (Oxford, 1951). Les quatre premiers chapitres sont biographiques. L’auteur distingue ensuite deux types d’influences : une réaction de rejet contre les romantiques et les parnassiens et une adhésion en faveur du folklore breton, des bohèmes et de Baudelaire. À propos de l’influence bretonne, I. Levi mentionne l’action des folkloristes Villemarqué et Luzel. Le chapitre VI s’intéresse à la structure du recueil. L’auteur y souligne les rapports entre poèmes d’ouverture et poèmes de fin de partie, ainsi que la parenté thématique à l’intérieur des parties : « Raccrocs présente des poèmes inspirés par le hasard et les rencontres occasionnelles (p 192). » Les parties n’auraient pas de lien entre elles ; il n’y aurait pas d’organisation générale du recueil. Après avoir affirmé que Corbière se distinguait des autres poètes maudits par l’absence d’ambitions prométhéennes, I. Levi insiste sur l’aspect autobiographique des Amours jaunes et conclut : « Corbière est un écrivain polémique et autobiographique dont l’œuvre n’a pas réussi à dépasser la sphère de l’expérience personnelle et du sentiment (p 255). »

Lindsay (Marshall), Le Temps jaune. Essais sur Corbière (University of California Press, Berkeley, 1972). M. Lindsay présente dans son premier chapitre une double poétique : poétique de la pose et poétique du regard par laquelle Corbière chercherait son reflet. Il tente ensuite de définir les grands principes d’une poétique générale. Après le voyage en Italie, le réalisme des Gens de mer n’est plus possible, mais l’idéal du poète reste de refléter « fidèlement les sentiments » ; et c’est parce que les romantiques mentent que Corbière les attaque. Le sentiment est sous l’emprise du jaune, défini comme « la conscience du refus des choses de répondre aux exigences du désir. » La seule issue possible est la mort, « absence absolue du temps » donc négation du « temps jaune. » Le quatrième chapitre est consacré au « monde imaginaire. » M. Lindsay souligne l’importance du thème de la recherche du sommeil, activité dont la finalité est de « devenir insensible à toute sensation du monde extérieur ». L’auteur propose également des remarques sur la maison et oppose la maison bourgeoise, toujours fermée, à la maison que se choisit Corbière, systématiquement trouée.

MacFarlane (Keith), Tristan Corbière dans les Amours jaunes (Bibl. des lettres modernes, Minard, 1974). L’introduction présente un compte rendu détaillé des ouvrages de Sonnenfeld, Angelet, Jannini, Burch, Noulet, Grin, Thomas et Lindsay. Keith Macfarlane propose ensuite l’objet de son étude : la personnalité littéraire de Tristan Corbière, telle qu’elle se lit dans le texte. Les chapitres du développement traitent ce sujet selon divers axes (la recherche d’une identité, l’amour, la mort, la poésie) qui tous présupposent l’unicité du narrateur des Amours jaunes. L’auteur insiste particulièrement sur les difficultés de Tristan à se définir harmonieusement, difficultés qui l’amènent à chercher refuge dans le sommeil, la prison ou, de façon plus définitive, dans la mort.

Martin (Denise), Paysage de Tristan Corbière (Thèse de 3e cycle, Université de Brest, 1970). Analyse de la situation de Corbière dans le paysage littéraire : rejet des romantiques et des parnassiens, influence de Baudelaire... Puis présentation des emprunts lexicaux à l’œuvre du père. D. Martin propose ensuite une étude de style qui insiste sur l’éclatement de la forme, le dédoublement, le rôle de la ponctuation (le tiret comme marque de rupture, les trois points servant à l’allusion), le jeu des ruptures de ton. Le chapitre IV s’intéresse aux variantes et conclut généralement en faveur de la version retenue. Les chapitres suivants sont psychologiques : « La recherche d’une forme poétique se confond avec la recherche de soi (p 77). » Ils visent à montrer que la poétique de Corbière est indissociable de son caractère et de sa vie. D’autres développements s’attachent à l’exposition de l’imaginaire : le sadisme, le décor, la mort et le rêve auquel D. Martin accorde une grande place : « Tourmenté par un désir d’évasion [...], Corbière trouve, dans l’exploration onirique, un moyen de revivre ses échecs en les dépassant (p 277). » Signalons également deux chapitres qui font le point sur la Bretagne : emprunts, fidélité, etc.

Martineau (René), Tristan Corbière. Essai de biographie et de bibliographie (Mercure de France, 1904). C’est la biographie de référence sur les deux Corbière. René Martineau a pu rencontrer des proches des deux auteurs. Son ouvrage est donc à l’origine, par la richesse de ses anecdotes et de sa documentation, de la légende qui entoure la vie de Corbière. Cependant, nombre de ses affirmations sont invérifiables et certaines ont été remises en question (on ne pense plus, par exemple, que Corbière soit allé en Palestine).

Mettinger (Serge), Tristan Corbière dans le texte : une lecture des Amours jaunes (Thèse de 3e cycle, Université de Rennes II, 1978). Cet auteur part en guerre contre les lectures psychologiques et vise à dégager « l’édifice patient du recueil », « la nécessité qui le conduit vers toujours plus de dépersonnalisation (p 21) ». Le plan de l’exposé suit donc celui des Amours jaunes. Dans les Amours jaunes (la partie) et Ça, Corbière dénonce « le système social qui [...] tend à assimiler la production des biens artistiques et intellectuels à celle des objets manufacturés (p 35) ». Dans ces conditions, le poète est contraint d’inventer un « parler autre » qui l’éloigne de l’idéologie romantique du cogito : « Désormais Corbière est dehors (p 91). » Sérénade des sérénades est précisément l’illustration de cet enfermement dehors. 11 faut alors parler de poésie objectale « en ce sens qu’elle s’attache au langage lui-même à qui elle fait produire des rapports nouveaux dans une sorte de liberté surveillée (p 107) ». Avec Raccrocs, une nouvelle page se tourne autour de la notion de « Sublime bête » aboutissement de la dépersonnalisation au profit d’une nouvelle virginité par laquelle le poète « laisse [...] le langage produire le texte » : il s’agira de « poésie objective » décrivant la réalité sans l’intervention du cogito. Enfin, les Rondels marquent l’aboutissement de ce parcours et définissent une poétique de la neutralité absolue, une célébration de l’Autre irréductible qu’est la mort.

Mitchell (R.-L.), Tristan Corbière (Twayne publishers, Boston, 1979). R.-L. Mitchell commence par un portrait psychologique de Corbière et de sa manie de l’autocontradiction. Il montre comment notre poète se démarque du contexte littéraire par son style hétéroclite et impulsif à la Céline. Sa recherche de l’originalité (les jeux de mots, les titres, le péritexte) peut conduire le lecteur à s’interroger sur le sérieux de cette écriture qui semble se moquer d’elle-même. C’est sa façon d’exprimer son isolement. Mitchell explore cette thématique de l’exil à travers Paria, Le poète contumace et Rapsodie du sourd, puis intitule un de ses chapitres « Pas d’Iseut » : isolement définitif, existentiel et amoureux auquel la Bretagne apporte une compensation. Les dernières parties du recueil abandonnent en effet toute ironie, le « je » s’efface devant la troisième personne.

Raskin (Richard Renard), Forms of role-playing in the poetry of Tristan Corbière (Thèse, The Johns Hopkins University, 1968). Cette étude s’inspire de la théorie sociologique des rôles. Elle veut montrer que Corbière, contrairement au mythe romantique de la sincérité, joue systématiquement un rôle. Elle débute donc par un tour d’horizon du répertoire : l’aveugle, le soldat, la voix du peuple, etc. Raskin s’intéresse ensuite aux raisons de ce procédé. Il s’agit pour Corbière d’imposer une nouvelle esthétique, celle de la conscience de son rôle (« a new esthetic of role consciousness, p. 156 »). Le rapprochement avec Brecht intervient naturellement et souligne la dimension dramatique, théâtrale des Amours jaunes.

Regnier (Christian), L’Humour dans les Amours jaunes (TER, Lyon II, 1973). Cette étude se présente en trois parties : l’humour dans le domaine politique et social, l’humour dans le domaine littéraire et artistique, l’humour dans le domaine individuel et humain. Une double finalité y est proposée : destruction de la tradition (stéréotype « parisien » de la Bretagne, modèles littéraires...) et rôle « constructeur pour donner forme à ses propres conceptions (p. 25) ». Un exposé des procédés s’intéresse particulièrement à l’homonymie et au zeugma.

Rousselot (Jean), Tristan Corbière (Seghers, coll. « Poètes d’aujourd’hui », 1951). Cet essai, suivi d’un choix de textes conformément aux principes de la collection, retrace l’itinéraire poétique et biographique du poète. L’événement décisif est l’installation à Roscoff pour raisons de santé, l’éviction de la vie active : « ... le vrai Corbière commence. Il est né d’une déception terrible (p. 21) ». Des premiers poèmes maritimes aux poèmes « amoureux », l’évolution poétique suit les accidents biographiques (l’inspiration amoureuse correspondant, selon l’auteur, à la rencontre de « Marcelle ») avec une constante : le désespoir qui transparaît à travers l’humour « jaune ». Cette lecture, souvent fine psychologiquement, n’est cependant pas toujours fiable : nombre de détails biographiques semblent dus à l’imagination de Rousselot (qui cite rarement ses sources), quand ils ne sont pas tirés des Amours jaunes.

Sonnenfeld (Albert), L’Œuvre poétique de Tristan Corbière (PUF, 1960). L’un des premiers travaux universitaires sur Corbière. Après une biographie des deux Corbière, l’auteur s’interroge sur le titre et la structure du recueil. Il rappelle que le jaune est la couleur de Judas et oppose au monde parisien de la solitude et de l’amour jaune la Bretagne de la solidarité et du catholicisme. C’est cette opposition qui explique l’ordonnance du recueil en damnation puis rédemption. Nombre de ces propositions sont discutées dans notre étude : elles sont l’un des axes majeurs de la critique corbiérienne. La fin de ce travail porte sur la descendance de Corbière : Laforgue, Richepin, les Fantaisistes, Pound, Eliot, etc.

Thomas (Henri), Tristan le dépossédé (Gallimard, 1972). L’auteur s’attache à révéler le mouvement de « dépossession » qui constitue la structure de l’œuvre. Les premiers poèmes, « parisiens », mettent en scène la violence de la relation amoureuse qui conduit à la bestialisation des deux partenaires. À une camarade marque le renoncement à l’amour. Le détachement à l’égard de tout ce qui n’est pas moi n’apaise pas pour autant Corbière : replié sur lui-même, il constate sa propre étrangeté. La Litanie du sommeil marque un tournant dans cette œuvre jusque là personnelle (les personnages des premiers textes étant considérés comme des doubles). Ce sommeil qui n’en est pas un, mais une forme d’éveil, de rêve que l’auteur oppose à la brutalité du « Ruminant », ouvre de nouvelles perspectives : « À partir d’Armor et jusqu’au dernier des Rondels Corbière cesse de parler en son propre nom (p. 153). »

Vacher Corbiere (Jean), Portrait de famille (Regain, Monte-Carlo, 1955). En réaction contre les lectures qui font de la rivalité avec son père ou son milieu l’un des fondements de la poétique de Corbière, ce livre, écrit par un neveu du poète, veut montrer que Tristan vécut heureux dans sa Bretagne, aimant les siens et jouissant de leur affection.

Voldeng (Evelyne), Aspects de la religion dans l’œuvre de Tristan Corbière (Thèse de 3e cycle, Aix, 1976). L’objet de ce travail est de souligner la force du sentiment religieux chez Corbière ; sentiment religieux, quête d’une transcendance, mais pas de religion précise. Les premiers chapitres rejettent l’idée d’un Corbière catholique en s’appuyant sur les passages blasphématoires des Amours jaunes. Il semble en outre qu’Édouard Corbière ait été franc-maçon (ch. 2). Ce qui caractérise Corbière, c’est « l’aspiration à l’unité » qui se confond avec la quête de l’androgynat accessible par le sommeil, la mort ou la poésie : « La poésie se voit confier par le poète la création d’un univers spirituel qui permette à Tristan de retrouver l’unité originelle par l’appréhension de l’infini (p 125). » D’où le fantasme de noyade dans la mer pour réintégrer le cosmos. Mais cette entreprise débouche sur une impasse dont seule la mort viendra sortir le poète.

Wauquier (Sophie), Tout Corbière d’un trait (TER, Lille, 1986). Le trait, c’est d’abord celui de Corbière graveur ou dessinateur : un maniaque du trait, de l’entaille. C’est aussi le tiret qui dans l’écrit traduit la même pulsion agressive. Prolifération du « r », qui s’acquiert, d’après l’auteur, après l’Œdipe. Toutes ces dents n’effacent pas la honte de l’auteur qui lie obstinément écriture et sécrétion. À l’inverse du « r », ce sont ici les vélaires « k » et « g », liées à la pulsion anale, qui font entendre leur voix.

2. Ouvrages consacrés partiellement à Corbière

Amara (Marie-France), T. Corbière, J. K. Huysmans, J. Laforgue : une écriture à rebours (Les Amours jaunes, À Rebours, Les Complaintes) (Doctorat régime unique, Nancy II, 1992). Cette étude stylistique présente de façon détaillée les caractéristiques du style de Corbière et notamment ce qui le définit comme écriture de la rupture. En fin d’ouvrage, un lexique regroupe : néologismes, termes vieillis, termes de spécialité et termes familiers.

Debauve (Jean-Louis), Laforgue en son temps (La Baconnière, Neuchâtel, 1972). Le dossier de presse réuni par l’auteur concerne les années 1885-1890. Il contient plus d’une dizaine d’allusions à Corbière, cité non seulement comme inspirateur de Laforgue, mais comme l’un des précurseurs de la poésie dite décadente et associé régulièrement à Verlaine, Mallarmé ou Rimbaud. Il est donc évident que le retentissement des Poètes maudits fait de Corbière, inconnu de son vivant, l’une des références de la jeune école et de la critique.

Galibert (Thierry), Une Malédiction littéraire. Étude thématique du processus de création chez les poètes de Gérard de Nerval à Antonin Artaud (Doctorat de 3e cycle, Aix, 1986). Analyse des conditions qui amènent l’émergence de la figure du poète maudit : Corbière y est associé à Nerval, Baudelaire, Cros, Mallarmé, Verlaine, Lautréamont, Nouveau, Rimbaud et Laforgue. Les événements politiques et littéraires associés à l’environnement familial poussent le poète à la révolte, laquelle le marginalise. Cette mise à l’écart sociale le conduit à poursuivre sa quête jusqu’au religieux. Il entre alors en lutte avec Dieu et est condamné à la « chute ».

Gleize (Jean-Marie), « Tristan Corbière, le lyrisme à la question », dans Poésie et figuration (Seuil, 1983, p. 104-123). C’est d’abord du sonnet que traite ce chapitre. Genre formel s’il en est, il sert de cible : Corbière le démonte, le reconstruit, pour le libérer et en faire une arme antiromantique en accentuant son dialogisme intrinsèque. Le sonnet devient alors duel : c’est le titre de l’un d’entre eux. L’analyse détaille ensuite la répartition des sonnets dans Paris (suite de huit sonnets d’octosyllabes) et dans les Amours jaunes (la partie). Ce qu’elle dégage, c’est la variation systématique dans la disposition des rimes et des tercets. Le Crapaud, sonnet à l’envers, s’affiche comme tel : il est bien parmi les bons sonnets le monstre qu’il faut aller voir pour comprendre les principes d’une poétique du « sans » (« poète sans aile ») et du « sous » (« sous sa pierre »). La seconde partie de cette étude traite de la Sérénade des sérénades. Après avoir insisté sur son unité thématique renforcée par les enchaînements de poème à poème, l’auteur souligne son aspect « métapoétique » : la Sérénade des sérénades est l’exposition de l’acte poétique (c’est bien le sens d’une sérénade) et de son échec inéluctable devant l’absence d’une destinataire.

Laforgue (Jules), Mélanges posthumes (Slatkine réédition, 1979, p. 119-128). Il s’agit d’un texte de poète, non dépourvu d’arrière-pensées polémiques : Laforgue a été accusé d’avoir plagié Corbière ; il veut s’en défendre et faire sentir sa supériorité. Critique d’humeur donc, qui souligne l’originalité de l’auteur des Amours jaunes, loue ses trouvailles mais ne ménage pas non plus les critiques, principalement sur deux plans : la poétique de Corbière, malgré son indépendance, n’est pas assez moderne (il lui manque l’arrière-plan philosophique de celle de Laforgue) ; et surtout, elle manque de technique, d’esthétique et se contente de procédés (« ... c’est toujours le même moule : un mot poétique à qui l’on donne en rime un mot vulgaire... »).

Mace (Gérard), Ex libris (Gallimard, 1980). Partant du conflit du poète avec le père et du fantasme d’inceste, Gérard Macé montre comment ce manque le conduit à écrire un recueil en forme de « fatras ». L’impossible identification au père et à la tradition littéraire produit une œuvre hétéroclite, « monstrueuse », car sans unité : du fatras à l’« arlequin » en passant par l’« accroc », les citations ou Idylle coupée, c’est tout le champ du discontinu, du mêlé, que l’on parcourt, un « labyrinthe circulaire qui n’a pas de centre » mais qui inverse la chronologie : « Si la mort est au bout du livre, elle est à l’origine de la vie (p. 43). »

Newman-Gordon (Pauline), Corbière, Laforgue, Apollinaire ou le Rire en pleurs (Nouvelles éditions Debresse, 1964). Cette lecture, essentiellement psychologique, présente un Corbière adolescent souffrant de sa laideur, craignant constamment la moquerie ou le manque d’affection. Anxiété que la complexité de ses relations avec Marcelle ne fait qu’aggraver. Ses bravades, sa forfanterie, ses farces sont une forme de pudeur : elles visent à cacher cette souffrance originelle. C’est également dans cette optique qu’il faut interpréter le dénigrement systématique : déprécier les objets, se déprécier soi-même, c’est encore une façon de préserver l’idéal à l’aune duquel on les juge. Une échappée cependant dans ce monde dur : « À côté du refus de la réalité il y a le monde du sommeil où les mots ont entre eux une étrange affinité (p. 24). »

Noulet (Émilie), Le Ton poétique (Corti, 1971), sur Corbière p. 59-79. C’est à travers le concept de ton défini comme une « disposition intérieure, apparente ou secrète » (p. 255) que l’auteur aborde Corbière. Son ton est « intimement lié à la déception fondamentale qui a brisé sa vie » (p. 63). En réaction contre cet échec, le ton sera la marque du refus de la tradition poétique, du rythme, de la musicalité, etc. Cette thèse s’appuie sur des remarques de prosodie (la destruction de l’alexandrin), de versification ou de syntaxe (« ellipses et syllepses sont ses figures préférées » p 71). É. Noulet insiste ensuite sur l’aspect oral de cette poésie qu’elle assimile au cri.

Richard (Jean-Pierre), Pages, paysages (Seuil, 1984, « Le pavé de l’ours » p. 21-38). Il s’agit d’une étude très précise de Rondel qui s’appuie d’abord sur la valeur des rimes. Rimes en « ours » négatives, masculines ; rimes en « elle » euphoriques et féminines. Un monde féminin de la légèreté est en lutte avec le poids de l’ours et du toujours, le poids du père. De fait, si les négations abondent (« il pèse peu », « ils ne viendront pas »), elles trahissent surtout, selon le principe de la dénégation, la peur de ce qui va arriver : « La victime potentielle de l’ours, c’est bien le petit enfant mort et endormi... » (p. 37)

Roudaut (Jean), Ce qui nous revient (Gallimard, 1980, « Les deux Corbière », p. 295-320). C’est aux relations des deux œuvres que Jean Roudaut s’intéresse. Après avoir évoqué rapidement le parcours du père de la marine aux affaires en passant par la littérature, il décrit plus longuement son œuvre, essentiellement Le Négrier et Le Banian dont il souligne l’antiromantisme et le sadisme qu’on retrouve dans les Amours jaunes. Il montre ainsi que « les Amours jaunes apparaissent à la fois comme le redan du Négrier (ils contiennent des thèmes et des phrases empruntés à Édouard Corbière) et comme son renversement (p. 317). »

Verlaine (Paul), Les Poètes maudits (Œuvres complètes, tome 4, Messein, 1949, 1e éd. 1883). C’est le texte qui tire Corbière de l’oubli, dix ans après la publication des Amours jaunes. Verlaine distingue trois aspects dans la personnalité du poète : le Breton, le marin et le « dédaigneux par excellence ». Il les étudie tour à tour, tels qu’ils se reflètent dans le texte. La poésie de Corbière est en effet transparente. La simplicité de la technique permet aux mots de décrire fidèlement le poète : « Comme rimeur et comme prosodiste il n’a rien d’impeccable, c’est-à-dire d’assommant [...]. Corbière était en chair et en os tout bêtement. » Verlaine propose donc de longues citations sur Paris, la Bretagne et la mer sans multiplier les commentaires. L’équivalence de l’homme et de ses écrits permet tout un jeu de métaphores souvent reprises par la suite : le vers de Corbière est ainsi « amer [...] et salé comme son cher Océan... ».

Walzer (Pierre-Olivier), La Révolution des sept : Lautréamont, Mallarmé, Rimbaud, Corbière, Cros, Nouveau, Laforgue (La Baconnière, Neuchâtel, 1970). Voulant réparer l’arbitraire du choix des Poètes maudits, Pierre-Olivier Walzer s’appuie sur un article de Thibaudet, « La Révolution des cinq » (Revue de Paris, 15 août 1934) qui regroupait Mallarmé, Verlaine, Corbière, Rimbaud et Lautréamont. P.-O. Walzer abandonne Verlaine « aux petites filles de province » selon l’injonction d’André Breton et ajoute Cros et Nouveau, défini grâce à Aragon comme l’égal de Rimbaud. Cette étude ne dissocie pas les sept auteurs mais essaie de délimiter un cadre commun, une poétique commune. P.-O. Walzer montre comment leur révolte contre le romantisme et l’impassibilité parnassienne s’exprime par une « anormalité inquiétante (p. 34) » qui conduit à un « dérèglement de l’imagination » et à un dépassement de l’esthétique (« le Beau n’est pas une réponse suffisante à la vocation poétique (p. 36) »). L’écriture poétique explore alors une voie nouvelle qui passe par la dislocation du vers, la recherche de la dissonance et l’instauration d’un monde « dont la réalité n’a d’existence que par le langage (p. 55) ».

3. Ouvrages collectifs consacrés entièrement à Corbière

La Nouvelle Tour de Feu (nos 11-12-13, 1985, « Tristan Corbière », dirigé par Michel Dansel). Cette revue contient entre autres un article de P.-A. Jannini sur Corbière en Italie comprenant des citations importantes d’une lettre à la tante Le Bris envoyée de Rome et publiée dans Hommage à Corbière (Bibl. de Morlaix, 1975) ; un article de J. L. Debauve faisant le point sur les éditions Glady qui publièrent les Amours jaunes ; et deux des premiers comptes rendus du recueil parus en 1873.

Cahiers de Bretagne Occidentale (no 1, 1976, « Études sur Édouard et Tristan Corbière »). Le premier article, signé Y. Le Gallo, « Corbière père et fils » fait le point sur la biographie des deux écrivains, apporte des informations précises sur la Bretagne, notamment sur les « kakous » et s’interroge sur la maladie de Tristan, pour laquelle il propose l’interprétation syphilitique. Le deuxième article concerne « La Guêpe », journal dirigé par Édouard Corbière. Le troisième, d’André Lebois, intitulé « Hypothèses sur Tristan Corbière », réfutant toute interprétation psychanalytique, s’intéresse essentiellement aux sources de l’œuvre. L’auteur propose le Tristram Shandy de Sterne comme parrain du prénom au même titre que le héros celtique. Il cite pour la veine marine Corbière l’ancien et son disciple La Landelle. La fin de l’article est destinée à justifier la prosodie des Amours jaunes (hiatus, diérèse, synérèse) souvent mise en cause. Denise Martin dans l’article suivant s’occupe de la trame d’images qui traverse l’œuvre. Elle souligne l’absence de lumière, associée à la mort, et signe de trouble intérieur, de souffrance. C’est que partout règne la violence, qui se lit sur les corps mutilés ou décomposés. Le bestiaire comporte essentiellement des animaux funèbres. L’ensemble du recueil est sous le signe de la malédiction, non métaphysique, mais plutôt biographique : « son Enfer ce fut lui. » « La Folie Tristan » de J.-R Bakou détaille le mal de vivre de Corbière : son dégoût de la laideur, de la sienne en particulier, son humour noir et son désespoir, et la nécessité du rêve en compensation. L’article de Bernard Tanguy est centré sur l’octosyllabe. Il décrit la variété rythmique de ce vers et les effets qu’en tire Corbière en l’employant seul ou en le combinant à d’autres mètres. Le dernier article, d’E. Voldeng, montre comment la notion de « poète maudit » proposée par Verlaine a orienté et limité la critique sur cette seule problématique, les uns s’attachant à redéfinir la malédiction du poète, les autres niant sa réalité. L’auteur propose pour finir une autre problématique, celle de la modernité (c’est aussi ce que fait M. Dansel dans son ouvrage Langage et modernité chez Tristan Corbière, analysé plus haut).

Tristan Corbière. « Poète en dépit de ses vers » (Musée des Jacobins, Morlaix, 1995). Outre la bibliographie déjà indiquée, ce livre, qui est aussi le catalogue de l’exposition consacrée au cent-cinquantenaire de la naissance du poète, contient une riche iconographie et de nombreux articles de synthèse, essentiellement dus à Fabienne Le Chanu.

Tristan Corbière en 1995 (Comité Tristan Corbière et Bibliothèque de Morlaix, Morlaix, 1996). Ce recueil propose une dizaine d’articles variés. Certains sont signés par des auteurs de travaux récents sur Corbière. On signalera notamment la présence de Chistopher Pilling et Franck Stuckemann (traducteurs des Amours jaunes en anglais et en allemand) ainsi que celle d’André Le Milinaire et Fabienne Le Chanu.

4. Articles consacrés à Corbière

Buisine A., « Sans rime ni marine » (Revue des sciences humaines, no 177, janvier-mars 1980). La question soulevée par cet article, très proche de celle que nous posons, est : comment écrire après son père ? Comment se faire un nom quand il est déjà illustré par le père ? Alain Buisine montre comment Tristan passe de la fierté au malaise : le nom du père d’abord revendiqué comme garant devient vite encombrant. Il ne reste plus qu’à se faire un prénom, mais un prénom tel qu’il vaille tous les patronymes. Il ne reste plus qu’à réécrire ou désécrire l’œuvre du père : c’est une poétique du raté comme seule issue possible qui se développe. Reprenant le célèbre Négrier du père, Corbière parle « nègre », selon l’expression d’Huysmans, se fait nègre en écrivant sous le nom du père. De même, c’est encore le patronyme qui intervient dans Gens de mer, dont nombre de scènes se déroulent sur la corbière espace réservé des contrebandiers et des douaniers. « Corbière m’aura appris que l’Œdipe est un art poétique », conclut l’auteur.

Debauve J.-L., « Avec Tristan Corbière au lycée de Saint-Brieuc » (Cahiers de l’Iroise, jan. mars 1979). Jean-Louis Debauve propose deux textes inédits : une lettre de 1859 où Corbière exprime son désespoir de rentrer au lycée après les vacances et un acrostiche dédié à une modiste prénommée Anna dont l’existence était jusqu’alors inconnue.

Fongaro A., « Le poète et le crapaud » (La Revue des lettres modernes, 1964, no 104-107, p. 113-124). Dans ce numéro consacré à Apollinaire, A. Fongaro commente deux passages où intervient le crapaud, identifié au poète, selon l’auteur. Cette identification rappelle évidemment le célèbre sonnet des Amours jaunes d’autant plus qu’une variante faisait du crapaud le « rossignol de l’amour » (Amours jaunes : « rossignol de la boue »). A. Fongaro est d’autre part certain qu’Apollinaire a lu Corbière (mais il ne donne pas de preuve dans cet article).

Fongaro A., « Sur le texte des Amours jaunes » (Littératures, no 14,1986, p. 77-85). Cet article très technique fait suite à une étude de G. Bernadelli (dans Tre studi su Tristan Corbière, Udine, Benvenuto, 1983) dont il prolonge les conclusions : « L’extraordinaire caprice de la ponctuation, de l’accentuation, de l’emploi de l’italique, de l’orthographe enfin [...] ne saurait constituer, de la part de Tristan Corbière, une démarche voulue et révolutionnaire (p. 7). » Antoine Fongaro consacre quelques lignes aux accents et au trait d’union pour mettre en évidence la « bizarrerie » ou « l’insouciance » de leur emploi, puis s’attache plus longuement au problème de l’orthographe. Il justifie une bonne partie des prétendues anomalies par la pratique de l’époque ou par des nécessités de rimes et conclut : « Les anomalies orthographiques dans les Amours jaunes sont moins nombreuses qu’il ne paraît ; et, surtout, elles n’ont rien de surprenant... (p. 83). »

Leroy C., « Jules Laforgue, auteur des Amours jaunes » (Revue des sciences humaines, 1980-2, no 178, p. 5-14). Cet article, s’appuyant sur le dossier de presse réuni par J.-L. Debauve dans son Laforgue en son temps, place les deux auteurs sous le signe du double qui engage la critique sur la voie du parallèle. Claude Leroy y « réhabilite » Laforgue en replaçant les emprunts (l’auteur pense que Laforgue a lu Corbière avant de publier les Complaintes) dans le cadre d’une « écriture louche », poétique de la citation volontairement maladroite, à prendre au second degré, caractéristique des deux poètes.

Lindsay M., « Notes pour une édition critique des Amours jaunes » (Revue des langues vivantes, Bruxelles, no 6, 1962). Cet article, paru avant l’édition de la Pléiade, vise à améliorer l’édition Gallimard de Y.-G. Le Dantec. Il est donc constitué d’une suite de remarques dispersées sur l’établissement du texte ou son interprétation, sur la ponctuation, la typographie, etc. Nombre des ces remarques se retrouvent dans l’édition de la Pléiade.

Lindsay M., « The Versification of Tristan Corbière Les Amours jaunes » (Publications of the Modem Language Association of America, vol. LXXVIII, no 4, 1963, p. 358-368). Ce travail très détaillé fait le point sur les « incorrections » de Corbière et relève ses particularités en les situant par rapport à la pratique de l’époque. Dans l’ensemble, « Corbière a pris beaucoup de libertés dans le compte des diphtongues (diérèse ou synérèse) et dans l’alternance des rimes... Il n’a pas été novateur dans la métrique (p. 363). » Caractéristiques également l’irrégularité des strophes et la liberté à l’égard des formes traditionnelles (pas un sonnet « régulier » sur les trente du recueil). La fin de l’article s’efforce de décrire les effets de sens de répétitions de son, puis M. Lindsay conclut en soulignant que la liberté vis-à-vis des règles ne s’érige pas chez Corbière en système : le respect y est aussi courant que l’irrespect.

Meitinger S., « L’ironie antiromantique de Corbière » (Littérature, no 51, oct. 1983, p. 41-58). L’auteur lie d’emblée le problème de l’ironie à celui du sujet, et de son autorité. Il passe en revue les grands parodiés et affirme que le Poète contumace marque le sommet du procédé de « désécriture » puisque Corbière tente d’y « exorciser à la fois le mythe du poète maudit et celui de l’amour romantique (p. 47) ». Cette tentative débouche sur « les ruines du moi lyrique (p. 51) ». Il ne reste plus qu’à laisser le langage « penser par lui-même (p. 58) » à partir d’éléments empruntés aux autres : c’est la poétique du « Sublime bête » (du même auteur : Tristan Corbière dans le texte : une lecture des Amours jaunes, thèse de 3e cycle analysée plus haut).

Morgan J., « Tristan Corbière et Germain Nouveau » [L’Isacothèque (XXe s.) : L’Avant siècle, les temps de la genèse (1870-1914) ; Préparateurs des faits futurs, Minard, 1975]. Germain Nouveau a connu les Amours jaunes : il envoie de Londres, en 1875, une lettre à Richepin contenant une ballade qui démarque Épitaphe. D’autre part, les deux auteurs se retrouvent dans leurs attaques contre l’amour courtois et notamment Ronsard, surtout présent chez Nouveau. En fin de compte, peu de ressemblances textuelles mais une « influence » de Corbière sur Nouveau qui trouve en lui une « âme sœur ».

Schneider R, « Le livre en forme d’homme » (Critique, no 68, janvier 1953). Partant du constat que la littérature est « un faire-part rendant compte et du vide et de la vie qui continue » en se soumettant aux convenances, Pierre Schneider nous fait assister aux hésitations d’un Corbière à l’œuvre « doublement “littéraire” : parce qu’elle l’est forcément (on y rencontre des formes et des parlers poétiques appris chez Hugo, Musset, Gautier, Baudelaire), mais aussi parce qu’elle se hait de ne pouvoir être autre chose (p. 4) ». Ces difficultés de communication pourtant préférées au silence aboutissent à une division de la personnalité : la part d’enfance s’oppose à l’Autre (le moi devenu adulte) comme la confession à la censure. Si l’Autre restreint dans l’ensemble tout épanchement, une expérience comme celle de l’Amour marque les limites de la pose : le masque s’y lézarde et laisse place au découragement. En revanche, la mer s’affiche comme le lieu d’une victoire, d’une réconciliation du moi au bénéfice de la partie adulte qui peut multiplier les propos virils. Simple trompe l’œil, derrière la Mer se cache la Mort à laquelle aspire la part d’enfance du poète comme à un accomplissement (« la perfection de Corbière a goût de mort (p. 18) »). Aux textes sur la mort, les plus parfaits, s’oppose l’imperfection délibérée des autres : l’imperfection comme signe du vivant.

Notes

1 Cette bibliographie n’est pas exhaustive. Elle s’efforce de rendre compte des travaux les plus marquants et les plus accessibles ayant un rapport direct avec notre propos. On voudra bien excuser les inévitables manques, parmi lesquels nombre de mémoires de Maîtrise ou de DEA (difficiles à trouver) ainsi que la plus grande partie de la critique italienne (hélas non traduite). Il faudrait un livre entier pour présenter tout ce qui a été écrit sur Corbière. Sauf indication, le lieu d’édition est Paris.

© Presses universitaires de Vincennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search