Version classiqueVersion mobile

Mélanges en hommage à André Cabanis

 | 
André Cabanis

Première sous-partie. Enseignement : ambitions et appréhensions

Contribution à l’histoire de l’enseignement de la gestion*

Texte intégral

  • * Article publié dans Mélanges offerts à Pierre Vigreux, Toulouse 1981, p. 159 à 183

1Les écoles de gestion ont rarement l’occasion de se retourner sur leur passé. Le regard fixé sur les indices qui leur permettent de se situer les unes par rapport aux autres, tel le nombre de candidats à leur concours d’entrée ou le niveau de rémunération de leurs jeunes diplômés. Elles sont plus soucieuses de concurrence, de conserver ou d’améliorer leur place dans la hiérarchie des établissements de formation que de scruter leur propre histoire ou d’interroger des traditions parfois séculaires. Qu’il n’y ait pas grand-chose de commun entre les prestigieuses institutions de ce dernier quart du XXe siècle et les petites écoles d’avant la première guerre mondiale, vouées à initier aux techniques du commerce, quelques élèves ayant échoué au baccalauréat, n’enlève rien à l’intérêt d’une étude sur l’histoire de l’enseignement de la gestion. Au contraire.

  • 1 Je tiens à remercier, pour les renseignements qu’ils m’ont obligeamment fournis, Philippe Agid, sec (...)

2Il faut suivre la transformation des programmes, de la pédagogie, des effectifs, depuis les balbutiements, depuis les débuts de la IIIe République, jusqu’aux méthodes actuelles, toutes imprégnées d’influences anglo-saxonnes. Il faut surtout discerner, derrière une évolution apparemment anarchique, gerbe d’initiatives et d’expériences individuelles menées tant à Paris qu’en province, des lignes directrices et de grandes étapes, l’avant-guerre marquée par la mise en place des établissements qui deviendront les actuelles écoles de gestion, l’entre-deux-guerres voyant la montée d’une formation originale avec un souci encore maladroit mais obstiné de préparer réellement à l’administration des entreprises, l’après-guerre enfin permettant l’avènement d’un véritable enseignement de la gestion1.

I - Avant la première guerre mondiale : la mise en place des futures écoles de gestion

  • 2 W.W. ROSTOW, Les étapes de la croissance économique, Paris, 1970, p. 115-116.

3Découpant l’évolution économique mondiale en étapes successives, l’économiste américain Rostow place vers 1860 le passage de la société française du troisième stade, celui du démarrage, au quatrième, celui qui permet la marche vers la maturité. Il explique que l’image du chef d’entreprise évolue parallèlement : l’inventeur de génie qui met en place un appareil de production moderne, puis le capitaine d’industrie aux initiatives financières hasardeuses mais souvent rentables, laissent la place au gestionnaire prudent mais efficace, les aventuriers étant remplacés par des professionnels de l’administration des entreprises2. L’on ne peut donc s’étonner de voir alors fleurir en France les écoles commerciales, jetant les bases de ce qui sera plus tard une authentique préparation à la gestion.

  • 3 Figurent également à l’époque dans les listes des Ecoles supérieures de commerce, celles d’Alger et (...)
  • 4 L’on ne doit pas s’étonner de voir l’Université publique à l’époque généralement absente de ces cré (...)

4Le rôle des Chambres de commerce est déterminant dans ces créations. Dès 1868, la Chambre de commerce de Paris rachète l’Ecole supérieure de commerce de Paris qui remontait à 1820. Elle est suivie en 1871 par les Chambres de commerce de Rouen et du Havre qui fondent chacune leur propre école. Puis les créations se précipitent, successivement à Lyon et Marseille en 1872, à Bordeaux en 1874, à Lille en 1892, à Montpellier en 1897, à Dijon et Nantes en 1900, à Toulouse en 1902. Ainsi, au début du XXe siècle, onze des dix-huit Ecoles supérieures de commerce qui fonctionnent actuellement, existent déjà3. Elles ne sont d’ailleurs pas les seuls établissements à organiser ce type d’enseignement puisque se joignent à elles en 1881 l’Ecole des hautes études commerciales (H.E.C.) créée également par la Chambre de commerce de Paris, en 1906 la section commerciale de l’Ecole des hautes études industrielles de Lille, section qui se transformera en 1921 en Ecole des hautes études commerciales du Nord, en 1907 l’Institut économique de l’Ecole Sainte-Geneviève, Institut qui, restant à Paris après le départ de l’Ecole pour Versailles, devient en 1913 l’Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales (E.S.S.E.C.), enfin en 1909 l’Ecole supérieure des sciences commerciales d’Angers. Ces trois dernières institutions se développent alors dans le cadre des Facultés catholiques de Lille, de Paris et de l’Ouest. A la veille de la première guerre mondiale, l’essentiel de l’appareil de formation voué à l’enseignement de la gestion est en place4.

  • 5 J.O., 1886, p. 465-466 ; 1889, p. 3439-3440 ; 1898, p. 2577. Il ne faut pas sous-estimer la capacit (...)

5Ces apparitions sont aidées par une législation favorable qui reflète la bienveillance des pouvoirs publics. Mesure géographiquement limitée mais significative, la loi du 27 janvier 1886 autorise la perception à Paris d’une imposition additionnelle à la patente pour faire face à la création d’une bourse de commerce et au développement de l’enseignement des écoles commerciales gérées par la Chambre. Plus important et riche de conséquences pour l’avenir, l’article 23 de la loi du 15 juillet 1889 dispense de deux ans de service militaire les jeunes gens ayant obtenu le diplôme supérieur délivré par les Ecoles supérieures de commerce reconnues par l’Etat. Voilà qui va attirer du monde. Enfin l’article 14 de la loi du 9 avril 1898 prévoit la possibilité d’autoriser les Chambres de commerce « à fonder et à administrer des établissements à l’usage du commerce, tels que (...) écoles de commerce, écoles professionnelles, cours pour la propagation des connaissances professionnelles et industrielles »5.

  • 6 Georges GUILLAUMOT, Les Chambres de commerce avant et depuis la loi du 9 avril 1898, Paris-Nancy, 1 (...)

6Naturellement ces diverses faveurs sont assorties d’un contrôle. Déjà, lors de la création des H.E.C., le Conseil d’Etat avait émis l’avis que le ministre de l’Instruction publique soit consulté sur l’ouverture de la nouvelle école et que le règlement intérieur et le programme de l’enseignement soit soumis au ministre du Commerce. De fait, un décret du 31 mai 1890 organise la procédure en vue de la reconnaissance nécessaire pour que les diplômés bénéficient d’une dispense du service militaire, tandis que l’autorisation d’ouvrir une école est généralement accordée par le ministre du Commerce qui approuve règlement et tarif6.

  • 7 Gilbert OLIVIER, « Le groupe E.S.S.E.C. : profil et perspectives », dans Enseignement et gestion, j (...)
  • 8 La création des H.E.C. est précédée par un rapport de 1867 : « Nous voulons une grande école supéri (...)
  • 9 Extrait de la note de lancement de la section commerciale de l’Ecole des hautes études industrielle (...)
  • 10 Documents fournis par l’E.S.CA.E. de Toulouse.

7Les motifs affichés lors de ces créations varient peu d’une école à l’autre, toutes désireuses de « former des dirigeants pour la carrière commerciale et économique qui réclame des gens compétents »7. Lors de l’inauguration des H.E.C., Léon Say, économiste et président du Sénat, se félicite que soit ainsi « inauguré un enseignement qui manquait à notre pays »8. Plus modeste, le prospectus annonçant le lancement de la section commerciale de l’Ecole des Hautes études industrielles de Lille se borne à espérer « répondre à un réel besoin de notre région et de notre temps » en fournissant du personnel qualifié « aux grands établissements commerciaux, aux banques, aux comptoirs de France et de l’étranger »9. Reçu à l’Ecole de Toulouse, le ministre du Commerce proclame qu’il faut « sans rien sacrifier de la culture générale ou de l’enseignement secondaire (...) préparer ainsi les jeunes générations, par le moyen de l’enseignement technique et professionnel aux luttes de la concurrence qui seront le fond de leur existence »10.

  • 11 Bulletin I.C.P., 1913, p. 145 à 154.

8Au surplus, l’empressement des Facultés catholiques à occuper le terrain en fondant leurs propres écoles commerciales, montre la vigueur du mouvement. Pour justifier la création de l’E.S.S.E.C., Mgr Baudrillart rappelle que l’enseignement public, malgré quelques qualités, « ne développe qu’une faculté, la faculté critique, et que cette faculté devient, chez la plupart, à ce point prédominante qu’elle tue jusqu’à la faculté de croire ». C’est vrai pour toutes les formations. C’est particulièrement vrai pour les études qui préparent aux carrières industrielles, commerciales, financières car « la science économique a, plus que tout autre, besoin des principes chrétiens ». En effet, « la réforme économique des sociétés a pour fondement nécessaire la réforme morale de l’individu »11.

  • 12 Bulletin F.C.O., mars 1925, p. 103.

9Les programmes de ces nouvelles écoles ne semblent pas tout à fait à la mesure des ambitions de leur promoteur. La lecture de la liste des divers cours délivrés montre une grande parenté d’inspiration qui ne doit pas étonner. Les influences sont évidentes d’un établissement à l’autre. Ne voit-on pas un professeur d’économie politique aux Facultés catholiques de l’Ouest se rendre successivement à Paris, Louvain, Anvers et Cologne pour y étudier divers types d’écoles commerciales avant de revenir fonder et diriger un tel établissement à Angers12 ? Les formations s’étendent sur deux années, entre lesquelles se répartissent de vingt à trente cours portant assez uniformément sur l’histoire du commerce, la géographie économique, l’arithmétique commerciale, l’économie politique, la publicité et la psychologie sociale, surtout la comptabilité, le droit et les langues étrangères.

  • 13 Ibid., août 1914, p. 830-831.

10Bien sûr, à côté de ce programme à peu près général, chaque école a son originalité. Les établissements catholiques y joignent un enseignement d’apologétique ou de science religieuse. Les Ecoles supérieures de commerce comme celle de Toulouse, prévoient une spécialisation au niveau de la deuxième année, les élèves pouvant choisir, en fonction du secteur auquel ils se destinent, entre trois sections : commerciale, industrielle et, singulièrement, agricole. A Angers, la remise du diplôme est subordonnée, pour les jeunes gens reçus à la fin de la deuxième année, à la rédaction d’une « thèse », obligation qui, pour réduite qu’elle soit en nombre de pages, n’en décourage pas moins une forte proportion des candidats. L’année 1914, par exemple, est exceptionnellement riche avec trois thèses soutenues sur le secteur du cuir, celui de la porcelaine et sur le pin landais13.

  • 14 Bulletin I.C.P., 1913, p. 145 à 154.

11Quant aux fondateurs de l’E.S.S.E.C., ils avaient prévu en 1913 une troisième année permettant d’obtenir un diplôme supérieur ou des certificats, à la suite d’une formation plus approfondie et plus critique, avec des cours tels que « étude critique des méthodes de comptabilité » ou « étude critique du régime légal des sociétés par actions ». L’« Histoire du commerce et de l’industrie » de première et deuxième année fait place à une « Histoire de la colonisation. Le commerce de la France avec ses colonies ». Les enseignements se veulent aussi plus pratiques, comme « Théorie et pratique des opérations financières » ou « Théorie et pratique du contentieux en matière commerciale et industrielle »14. La guerre gênera la mise en application de ce programme ambitieux.

  • 15 Par exemple, à l’Ecole de commerce de Toulouse, sur 25 enseignants, 6 sont professeurs de lycée et  (...)

12De toute façon, ces longues énumérations ne doivent pas faire illusion. Les programmes de toutes ces écoles peuvent se résumer en quelques mots : de la comptabilité, du droit et des langues. La comptabilité constitue la principale originalité et, avec la perspective d’alléger son obligation militaire, la plus indiscutable séduction de l’enseignement commercial. C’est un expert-comptable d’Angers qui est à l’origine delà création de l’Ecole de cette ville, avec pour premier but de compenser une lacune dans les enseignements de la Faculté de droit. Cette dernière discipline n’est pas pour autant négligée, droit public et droit privé mêlés, le droit commercial disputant la première place à la législation financière, le droit constituant à l’E.S.S.E.C., par exemple, un tiers des formations des deux premières années. Les Facultés de droit, qu’elles relèvent de l’Instruction publique ou des Instituts catholiques, fournissent habituellement une part importante du corps professoral de ces nouveaux établissements qui, en toute hypothèse, ne comptent pratiquement pas d’enseignants à plein temps et, somme toute, assez peu de professionnels15. Quant aux formations linguistiques, elles privilégient l’anglais et, à un moindre degré, l’allemand avec, parfois, un infléchissement vers l’utilisation des termes du commerce international. Le caractère finalement très abstrait de cette préparation à l’administration des entreprises ne doit pas étonner : chacun considère alors que les techniques de gestion ne peuvent s’enseigner efficacement, qu’elles s’apprennent par la pratique et grâce à une expérience de plusieurs années.

  • 16 J.O., 1898, p. 3667 ; modifié par un décret du 30 avril 1906, dans J.O., 1906, p. 3046-3047.
  • 17 J.O., 1900, p. 2054.
  • 18 De fait, les élèves sont jeunes : à Toulouse, de 15 à 17 ans en première année. En contrepartie, la (...)
  • 19 J.O., 1899, p. 1988.

13L’on ne doit pas non plus nourrir des illusions sur le niveau des élèves, alors fort limité, avec une minorité de bacheliers. Un décret du 11 juin 1898 organise le recrutement des Ecoles supérieures de commerce : chaque année, six mois à l’avance, un arrêté du ministre du Commerce fixe le nombre des places mises au concours pour chaque école16. En 1900, par exemple, le total atteint 764 places réparties entre dix établissements, inégalement puisque les H.E.C., l’institution la plus importante, en obtiennent 150 tandis que Montpellier, récemment créé, se contente de 40 places17. Les candidats doivent avoir seize ans au moins18. Après les épreuves, le jury dresse une liste des admis par ordre de mérite en y joignant éventuellement une liste supplémentaire pour compléter l’effectif et remplacer ceux qui renoncent. Quelques années plus tard, le système du concours paraissant sans doute inutilement lourd et rigoureux, un nouveau décret du 30 avril 1906 le remplace par un simple « examen » passé à partir de quinze ans devant une « commission », épreuve dont sont au surplus dispensés les titulaires de toute une série de diplômes, tels que le certificat d’études secondaires du premier degré, le brevet élémentaire ou le certificat d’études primaire supérieur. Cette liste n’évoque pas l’idée d’un public trié de façon très sévère. En application d’un arrêté du 23 mars 1899, un certain nombre de bourses sont versées à des élèves méritants par les soins du ministre du Commerce qui en fixe le nombre chaque année19. Le choix des bénéficiaires fait intervenir les services préfectoraux pour avis, le ministre et le jury pour décision. Les Ecoles organisent d’ailleurs des cours préparatoires adaptés aux exigences du programme du concours prévu en 1898, puis de l’examen mis en place en 1906, programme très proche de ceux de l’enseignement secondaire : mathématiques, français, histoire, géographie, physique, chimie, langue étrangère. Répétons-le, rien de comparable, en difficultés, avec les concours actuels.

  • 20 Evolution, avant la première guerre mondiale, des effectifs comparés des H.E.C., de l’Ecole supérie (...)

14Ainsi canalisés, les effectifs connaissent d’assez sensibles variations d’une année sur l’autre. Ils s’accroissent régulièrement à la fin du XIXe siècle : si les H.E.C. comptent 261 étudiants en 1895 sans qu’y soient comprises les classes préparatoires et 320 en 1901, les Ecoles de commerce de Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux et Lille connaissent des évolutions comparables dans le même laps de temps, passant respectivement de 118 à 254, de 150 à 221, de 98 à 152, de 90 à 145. Les premières années du XXe siècle sont marquées par une diminution des effectifs jusqu’en 1905, puis par une nouvelle augmentation : onze Ecoles reconnues par l’Etat réunissent 1 991 élèves en 1900, quinze n’en rassemblent plus que 1 531 en 1905, puis 1 963 en 1910, 2 099 enfin en 1913. Le nombre des diplômes supérieurs délivrés chaque année est évidemment inférieur : 436 en 1900, 386 en 1905, 379 en 1910, 434 en 191320.

II - L’entre-deux-guerres : la montée d’un enseignement consacré à l’administration des entreprises

15La fin du XIXe et le début du XXe siècle ont donc été caractérisés, en ce qui concerne l’enseignement de la gestion, par la naissance d’une quinzaine d’écoles commerciales délivrant une formation encore peu spécifique à base de comptabilité, de droit commercial et de langue anglaise. Au contraire, l’entre-deux-guerres verra peu de créations nouvelles, limitées à l’apparition de deux Ecoles de commerce à Clermont-Ferrand en 1919 et à Reims en 1928, et à la transformation de la section commerciale des H.E.I. de Lille en Ecole des hautes études commerciales du nord en 1921. La période allant de 1914 à 1929 n’en est pas moins bénéfique pour les sciences de la gestion : c’est l’époque où un certain nombre de professionnels et d’enseignants se préoccupent de fournir une formation mieux adaptée aux problèmes que devront affronter les cadres de l’industrie et du commerce. C’est alors que sont jetées les bases d’un enseignement original, consacré aux méthodes d’administration des entreprises.

16Paradoxalement, malgré des soucis apparemment plus urgents, la période de la guerre voit se développer une réflexion théorique très riche dans ce domaine de l’initiation à la gestion. Peut-être cette préoccupation plus vive n’est-elle pas étrangère aux problèmes liés à l’économie de guerre. En tous cas, ce qui est nouveau, c’est moins la conscience d’une infériorité des Ecoles de commerce — et chacun convient alors qu’elles cherchent encore leur voie et leur place à côté des Facultés de vieille tradition — que la volonté de certains de favoriser l’émergence d’un enseignement original, aussi noble et mieux adapté que les formations universitaires classiques.

  • 21 Bulletin I.C.P., 1928, p. 338 à 350.

17Révélatrice de cet état d’esprit : une discussion qui oppose, en 1915, dans le vestiaire des professeurs de l’Institut catholique de Paris, deux enseignants dont l’un, mathématicien, soutient que l’Université ne doit se consacrer qu’aux connaissances fondamentales. Elle n’a pas à faire de place à une école commerciale dont l’enseignement ne serait « que le prolongement et la confirmation des leçons données par l’enseignement secondaire, agrémentées tout au plus d’un grain de réalisme, puisque tendant avant tout à inculquer des connaissances d’ordre pratique à des jeunes gens destinés aux affaires, c’est-à-dire à demeurer toute leur vie sur le terre à terre des ventes et des achats, sans aucun souci d’idéal. Un enseignement qui ne poursuit d’autre but n’a rien d’un enseignement supérieur à quoi l’Université puisse apporter son concours ». Argumentation classique, alors, et inséparable d’un certain mépris de la société française pour le monde des affaires. L’interlocuteur, un professeur d’économie politique, répond que les milieux de l’industrie et du commerce ont besoin de dirigeants, comme ceux de la politique ou de la littérature, qu’ils ne peuvent se contenter « d’auxiliaires sans idéal, toujours penchés sur le comptoir (...), ne consultant que les mercuriales ou la cote des prix »21. Les professeurs d’Université, conclut-il, doivent se consacrer à cet enseignement commercial dont les exemples étrangers prouvent l’intérêt.

  • 22 Ibid., 1915, p. 242.

18A la même époque, le Bulletin de l’Institut catholique de Paris publie une lettre adressée au recteur par un « grand commerçant de Paris, conseiller du commerce extérieur ». Il faut, explique-t-il, intéresser le Parlement à tout ce qui touche le commerce et l’industrie et orienter l’éducation des enfants vers les carrières commerciales et industrielles, « seules susceptibles de développer la puissance économique du pays », Il faut réhabiliter ces carrières pour lesquelles certains manifestent encore du dédain. Il faut que nos consuls à l’étranger connaissent ces problèmes, éventuellement leur imposer un stage dans nos « Ecoles de haut commerce »22. L’idée est en marche.

  • 23 M. BOULLE, « La doctrine administrative de Fayol appliquée à l’entreprise industrielle et commercia (...)

19L’année suivante, en 1916, paraît un ouvrage fondamental, encore utilisé des dizaines d’années plus tard, sobrement intitulé Administration industrielle et générale et rédigé par Henri Fayol, ingénieur des mines, directeur général de la société de Commentry-Fourchambault et Decazeville. La pensée de cet auteur, outre qu’elle est fondée sur une longue expérience professionnelle à des fonctions de haute responsabilité, ce qui n’est pas une mince originalité chez les théoriciens de la gestion, se caractérise par une volonté de diviser, de subdiviser tous les aspects de l’administration des entreprises, analyse si minutieuse que certains commentateurs contemporains résument toute sa réflexion en quelques tableaux synoptiques23 et que son ouvrage est encore utilisable dans le cadre d’une initiation à l’informatique appliquée à la gestion.

  • 24 Henri FAYOL, Administration industrielle et générale, Paris, 1947, p. 1 à 13. Cf. aussi, très révél (...)

20Il commence par répartir toutes les opérations qui se déroulent dans les entreprises entre six groupes, entre les fonctions technique, commerciale, financière, de sécurité, de comptabilité et administrative. A chacun de ces types d’opérations correspondent des capacités différentes qui doivent se trouver chez les membres du personnel, selon des dosages variables en fonction de la place de chacun dans la hiérarchie. Et d’expliquer de façon péremptoire que, si le directeur doit faire preuve de 40 % de capacité administrative, de 15 % de capacité technique et de capacité commerciale, etc., à l’autre extrémité de l’échelle l’ouvrier ne se voit demander que 5 % de capacité administrative, 85 % de capacité technique et 5 % respectivement de capacité de sécurité et de comptabilité24. De petits tableaux en couleurs illustrent ces dosages que l’on ne peut s’empêcher de trouver un peu arbitraire dans leur précision mathématique.

  • 25 FAYOL, ouvr. cité, p. 20 et s.

21Se consacrant ensuite à l’étude de la seule fonction administrative, Fayol la définit par cinq infinitifs, puisqu’elle implique, selon lui, de « prévoir, organiser, commander, coordonner, contrôler ». Chacune de ces actions lui fournit l’occasion de nouvelles distinctions, pour décrire les divers types de prévisions, annuelles, décennales ou spéciales, les multiples formes d’organisation ou de commandement, ce dernier point décomposé en huit préceptes, enfin les modes de coordination et de contrôle. Les cinq infinitifs n’épuisent pas sa description de la fonction administrative puisqu’il subordonne son succès au respect de quatorze principes généraux : division du travail, autorité, discipline, unité de commandement, unité de direction, subordination des intérêts particuliers à l’intérêt général, rémunération, centralisation, hiérarchie, ordre, équité, stabilité du personnel, initiative, union du personnel. Et de subdiviser de nouveau...25 Toutes ces distinctions, ces classifications baignent dans une conception à la fois exigeante et flatteuse du chef d’entreprise, personnage qui allie qualités physiques, intellectuelles et morales, culture générale, expérience et connaissances techniques, tellement bardé de perfections que l’on ne sait si elles l’apparentent au surhomme ou si elles le font relever de la tératologie.

  • 26 Ibid., p. 97-98.

22Dans ces conditions, directeurs ou cadres, les dirigeants dans le difficile secteur de l’industrie et du commerce doivent bénéficier d’une formation adaptée. Ici Fayol reprend quelques critiques déjà adressées à l’enseignement public, citant une lettre du président du comité des forges au ministre des Travaux publics : « Nos jeunes ingénieurs sont, pour la plupart, incapables d’utiliser avec profit les connaissances techniques qu’ils ont reçues par l’incapacité où ils sont de présenter leurs idées dans des rapports clairs, bien composés et rédigés de manière à faire saisir nettement les résultats de leurs recherches ou les conclusions auxquelles les ont conduits leurs observations »26 Ce manque d’esprit de synthèse est particulièrement dangereux à une époque où le phénomène de concentration industrielle met entre les mains des responsables, des entreprises de taille de plus en plus importante, avec des problèmes d’administration de plus en plus ardus.

  • 27 Ibid., p. 110

23Il dénonce le principal défaut de notre enseignement technique supérieur : « l’abus des mathématiques ». Cette discipline se voit reconnaître, sous l’influence de l’Ecole polytechnique, une place disproportionnée avec son utilisation réelle dans le monde de la production. Les formations supérieures sont trop longues, elles ne produisent que « des ingénieurs fatigués, anémiés de corps et d’esprit, moins bien disposés qu’on peut le souhaiter aux besognes modestes et à ces beaux efforts qui rendent tout facile ». Il vaudrait beaucoup mieux que les jeunes gens suivent pendant six mois ces leçons d’administration, de commerce, de finances, de sécurité et de comptabilité qui manquent aux grandes écoles, et qu’ils soient accueillis dans les entreprises dès 21 ou 22 ans. « Nos futurs ingénieurs restent beaucoup trop sur les bancs de l’école. L’industrie a besoin de jeunes gens bien portants, souples, sans prétention, je dirais même, pleins d’illusions »27. Fayol avait débuté dès 19 ans comme ingénieur divisionnaire des houillères de Commentry.

  • 28 J. WILBOIS et P. VANUXEM, Essai sur la conduite des affaires et la direction des hommes. Une doctri (...)

24Le succès de ses analyses est considérable, répandues par de nombreux glossateurs, plus sommaires mais intéressants à étudier dans la mesure où c’est par leur intermédiaire que la pensée du maître a pu se répandre dans les écoles de préparation aux carrières du commerce et de l’industrie. Dès 1919, Wilbois et Vanuxem, le premier ancien élève de normale supérieure, le second ancien élève de polytechnique et ingénieur des manufactures de l’Etat, publient un Essai sur la conduite des affaires et la direction des hommes, se situant dans la ligne des idées de Fayol qui a préfacé l’ouvrage. A cette époque de nationalisme chatouillé par la guerre et la victoire, ils insistent d’abord sur le caractère éminemment français de cette analyse, également éloignée des techniques allemandes que des procédés américains, indépendante et complémentaire du taylorisme qu’ont tenté de répandre, avant-guerre, le Châtelier et Fréminville. La démarche est différente : Taylor, mécanicien, est parti de l’atelier où il chronométrait les gestes des ouvriers, pour s’élever ensuite et peu à peu vers des organisations plus vastes ; Fayol, ingénieur des mines, commence au contraire par organiser la journée d’un directeur général et descend peu à peu dans les bureaux des chefs de service pour gagner de proche en proche le contremaître et l’ouvrier28.

  • 29 Ibid., p. 183.

25Si Wilbois et Vanuxem font preuve de peu d’originalité dans la description des méthodes préconisées par Fayol, ils se montrent plus explicites lorsqu’il s’agit de décrire la formation idéale du parfait dirigeant d’entreprise. Ils n’hésitent pas à faire partir leur analyse de la prime enfance, occasion pour eux de vanter, au passage, les familles nombreuses, les seules où l’apprentissage de la discipline et du commandement puisse bien se faire. Après les écoles primaire et secondaire, ils s’intéressent à l’enseignement supérieur dont les élèves doivent être insérés dans un groupe comparable au collège anglais ou au club des Universités américaines. Le temps sera réparti en deux périodes, l’une consacrée à l’étude des techniques commerciales, industrielles et bancaires, l’autre « à ce qui est plus général que la technique »29. Il faut limiter les leçons magistrales, multiplier au contraire les travaux d’étudiants à partir de la connaissance d’entreprises réelles.

  • 30 Ibid.

26Programme ambitieux qui les conduit à renoncer à tout espoir de réforme des lycées, des écoles religieuses, des Facultés ou des grandes écoles. « Ces immenses machines, alourdies par la perfection de leurs procédés, la dignité de leur personnel, l’argent immobilisé dans leurs bâtiments, et, il faut le dire, toute leur gloire, ont peine à se mouvoir ou du moins, ont peine à prendre l’initiative d’un mouvement. Les changements ne peuvent venir que de l’enseignement libre »30, non pas congréganiste mais inspiré de l’Ecole libre des sciences politiques. Le dernier chapitre de l’ouvrage s’efforce de montrer comment ces méthodes d’administration moderne des entreprises feraient également merveille dans l’administration publique, à condition bien sûr, d’avoir la stabilité ministérielle.

  • 31 J. CARLIOZ, Le gouvernement des entreprises commerciales et industrielles. Leçons professées à l’Ec (...)

27Dix ans après le livre de Fayol, ses idées se retrouvent notamment dans un cours professé aux H.E.C. par Carlioz et publié sous le titre Le gouvernement des entreprises commerciales et industrielles. L’introduction, baptisée « programme », situe l’ouvrage comme « une adaptation de la doctrine administrative de M.H. Fayol au gouvernement des entreprises ». Il démarre par un éloge vibrant du chef, du patron, dont dépend la prospérité de l’entreprise puisque « tant vaut l’homme, tant vaut l’affaire ». Plusieurs citations exaltent les qualités exigées du chef d’entreprise, homme orchestre, « arbitre de tous les intérêts », ayant « des clartés sur tout », ingénieur, commerçant, juriste, comptable, diplomate, « expert en physiognomie », lisant ou parcourant « tous les journaux, y compris le Journal officiel, tous les périodiques, tous les livres sérieux et, si possible, les journaux étrangers », aimant le travail pour lui-même, « foncièrement juste et bon », en un mot « ne perdant jamais de vue qu’il est le Patron, c’est-à-dire le Père »31. On imagine les jeunes étudiants devant lesquels le professeur brosse un tel portrait, pantelants d’émotion et de nobles ambitions. On les imagine aussi, une dizaine d’années plus tard, à l’époque du Front populaire, confrontés à leurs ouvriers en grève avec occupation des lieux de travail, stupéfaits de tant d’ingratitude.

28Le chef doit être à la fois un technicien savant, un financier émérite, un comptable distingué, un juriste averti, un psychologue profond, un savant économiste et, surtout, qualité qui domine toutes les autres, un bon administrateur. A lire ces descriptions apologétiques, on songe aux « miroirs des princes », ces ouvrages qui ont marqué les balbutiements de la recherche en science politique dans l’occident médiéval, fastidieuse énumération des vertus constatées ou souhaitées chez le prince chrétien, longue incantation où la part de la flatterie et celle de l’exhortation sont difficiles à faire.

  • 32 CARLIOZ, ouvr. cité, p. 60 à 63.

29Une lacune frappe dans ce cours : la médiocre place accordée aux problèmes sociaux sinon sous forme de quelques principes très généraux sur l’équité dont le chef doit faire preuve, son souci de subordonner les intérêts particuliers à l’intérêt général, les qualités de meneur d’hommes qui lui permettront de faire rendre à chacun le meilleur de lui-même. Carlioz stigmatise ces entreprises d’Etat où les syndicats entendent exercer un droit de proposition, voire de contrôle, et osent dénoncer à la direction les ingénieurs énergiques qui tentent de faire régner la discipline. De fait, le ton général est très malveillant pour les entreprises d’Etat, pour ces fonctionnaires qui « manquent généralement d’initiative » et dont les agissements fournissent un bon échantillon des erreurs à ne pas commettre : échange de correspondance pour rectifier une omission d’un centime dans une facture, application obstinée d’une pénalité pour enregistrement tardif d’un marché, retard dans la réparation du matériel...32.

  • 33 Ibid., p. 253 à 379. Cet état d’esprit, méfiant à l’égard de toute intervention de l’Etat en matièr (...)

30L’ouvrage se termine par cinq monographies, quatre portant sur des entreprises privées jugées exemplaires — les Forges de Vulcain, les Grands Magasins du Louvre, la Belle Jardinière, la Compagnie Electro-mécanique — et la cinquième consacrée au Monopole des Tabacs, occasion d’un long réquisitoire. A sa tête, se trouve toujours un chef politique, placé là par protection, incompétent et instable. C’est « une absence presque complète de discipline », des cloisons étanches entre services, l’intervention des syndicats, « des salaires exagérés », les machines nouvelles laissées inutilisées par peur de devoir débaucher, etc. En fait, une tare principale : l’absence d’autorité ; un seul remède : établir un chef. Une telle réforme est-elle possible ? « Il n’existe aucun précédent montrant si une semblable réorganisation d’une entreprise d’Etat est possible »33. Le cours publié se termine sur cette affirmation désabusée.

  • 34 Benjamin IPPOLITO, Les Chambres de commerce dans l’économie française, thèse droit, Bordeaux, 1945, (...)

31Le souci d’élaborer une pédagogie authentiquement française de préparation à l’administration des entreprises n’empêche pas l’introduction, dans les années trente, d’une technique importée des Etats-Unis : la méthode des cas, notamment utilisée alors à l’Université d’Harvard pour l’enseignement du droit et des affaires. En France et pendant 1’entre-deux-guerres, sa mise en œuvre demeure limitée au cadre d’une institution de la Chambre de commerce de Paris : le Centre de préparation aux affaires (C.P.A.), reconnu par l’Etat par un décret de 1932 et destiné à initier ou perfectionner les cadres dans la gestion pratique des entreprises. Le cours théorique y est remplacé par des discussions portant non sur des affaires fictives mais sur des cas concrets empruntés à la vie réelle. Au C.P.A. est adjoint un Bureau des recherches industrielles et commerciales, chargé de puiser dans le secteur de la production ou des échanges les « cas » susceptibles de devenir des thèmes de discussion. La méthode ne sera généralisée que bien après la seconde guerre mondiale, dans les années soixante34.

  • 35 Témoignage, parmi d’autres, de la modestie de ces écoles : en 1919, l’E.S.S.E.C. se présente comme (...)
  • 36 Annuaire, 1951, p. 66*. Au lendemain de la guerre, des facilités sont accordées aux mobilisés et au (...)
  • 37 IPPOLITO, ouvr. cité, p. 116.
  • 38 Les Ecoles font depuis longtemps un effort de propagande pour accroître et améliorer leur recruteme (...)

32En effet, ces diverses nouveautés pédagogiques ne doivent pas faire illusion. Les Ecoles de commerce restent des institutions modestes, faisant une grande place aux formations comptables et juridiques, sans corps enseignant permanent, avec une forte proportion d’élèves non titulaires du baccalauréat35. Quant au nombre des inscrits, il continue de connaître des évolutions contrastées. Il est en forte baisse pendant la première guerre mondiale : alors que quinze écoles rassemblaient, on l’a vu, plus de 2 000 élèves en 1913, douze ou treize établissements n’en réunissent plus, selon les années, qu’entre 1 000 et 1 700 de 1914 à 1918. La remontée est rapide avec le retour à la paix puisque les effectifs dépassent 3 000 répartis dans seize institutions en 1920 et s’établissent autour de ce chiffre jusqu’en 193036. L’arrivée de la crise économique mondiale, lente et tardive en France, provoque une baisse régulière, chaque année déplorant une diminution par rapport à l’année précédente. Les contemporains attribuent cette évolution au « mouvement qui porte les jeunes vers les carrières administratives aux époques de dépression économique »37. Autre cause, soulignée par le directeur des H.E.C. du Nord : le déséquilibre démographique, au point « qu’en raison de la crise de la natalité et du portefeuille, le nombre des élèves a terriblement baissé ». Les avantages toujours liés à l’obtention du diplôme en vue d’alléger l’obligation militaire des élèves continuent d’attirer certains candidats mais en nombre insuffisant. Quelques chiffres permettent de se faire une idée de cet effondrement : plus de 2 900 élèves en 1930 dans les dix-huit Ecoles supérieures de commerce reconnues par l’Etat, moins de 2 200 en 1935, moins de 1 400 en 194038, ce qui marque le niveau le plus bas de l’entre-deux-guerres.

III - L’après-guerre : l’avènement de l’enseignement de la gestion

33A la veille de la première guerre mondiale, la plupart des établissements aujourd’hui encore les plus importants en ce qui concerne l’enseignement de la gestion, sont en place. A la veille de la seconde guerre mondiale, une nouvelle préoccupation s’est imposée en faveur d’une formation originale qui ne se contenterait pas d’emprunter aux écoles pratiques un peu de comptabilité, aux Facultés de droit quelques notions juridiques et aux Facultés des lettres quelques heures d’anglais, mais qui s’emploierait à préparer les jeunes gens à l’administration des entreprises. Ces établissements encore médiocrement prestigieux et cette formation neuve mais cherchant ses méthodes et ses conclusions vont se joindre pour déboucher sur un enseignement de qualité. Les problèmes que rencontrent les formations universitaires classiques feront le reste pour contribuer à orienter certains éléments parmi les meilleurs vers les écoles commerciales, choix difficilement concevable auparavant.

34C’est ainsi que les H.E.C. et l’E.S.S.E.C. s’affirment comme les deux premiers établissements en ce domaine et doivent s’adapter à une telle responsabilité. On les constate animées d’un double mouvement. D’une part, trop à l’étroit dans le centre de Paris, toutes deux quittent leurs anciens locaux pour la lointaine banlieue : à partir de 1964, les H.E.C. s’éloignent de la rue de Tocqueville vers Jouy-en-Josas ; en juillet 1973, c’est le transfert de l’E.S.S.E.C. des salles de l’Institut catholique vers la ville nouvelle de Cergy-Pontoise. D’autre part, toutes deux également diversifient leurs activités en donnant davantage de place à la recherche et à la formation continue : ainsi le Centre d’enseignement supérieur des affaires de Jouy-en-Josas rassemble désormais, aux côtés des H.E.C., l’Institut supérieur des affaires et le Centre de formation continue ; de même le groupe E.S.S.E.C. comprend également un Centre de recherche, un Institut supérieur et l’Ecole des praticiens du commerce international. Le même double mouvement, avec extension des locaux et diversification des activités, affecte également, en même temps qu’elles se développent, l’E.S.C. de Paris et les E.S.C. de province dont le nombre se complète avec de nouvelles créations à Amiens, Brest, Nice, Pau et Poitiers.

  • 39 MENISSEZ, passim.

35Avec l’après-guerre, l’Université tente également sa chance dans l’enseignement de la gestion. La principale nouveauté réside dans la mise en place, à partir de 1955 et sous des noms variés parmi lesquels revient souvent le titre d’Institut de préparation aux affaires (I.P.A.) ou d’Institut d’administration des entreprises (I.A.E.), de dix-huit centres voués aux formations de gestion et qui, pour la plupart, deviendront, au sein de leurs Universités respectives, des Unités d’enseignement et de recherches à dérogation. Elles délivrent un certificat d’aptitude à l’administration des entreprises. Par ailleurs, une place est reconnue à un enseignement de gestion dans le cadre des sections économiques et financières des Instituts d’études* politiques, dans le cadre également des licences de sciences économiques (à partir de 1960) et des Instituts universitaires de technologie (à partir de 1966)39.

  • 40 Ibid. Cf. notamment : M. ALBOUY, « La formation des futurs enseignants et formateurs de gestion », (...)

36Après 1968 et grâce notamment au rôle de laboratoire joué par le Centre universitaire de Dauphine devenu l’Université de Paris IX, une série de diplômes nationaux aux titres spécifiques consacre l’émergence de cette nouvelle discipline considérée désormais comme digne de fournir la base d’une spécialisation dans le cadre du deuxième cycle universitaire. Ce sont les maîtrises de sciences de gestion, d’informatique appliquée à la gestion, puis de sciences et techniques du domaine de la gestion, et de sciences économiques avec mention du domaine de la gestion. Il en ira de même pour le troisième cycle avec l’octroi d’habilitations ministérielles pour des diplômes d’études approfondies et des diplômes d’études supérieures spécialisées consacrés à la gestion. Enfin, la nécessité de recruter des professeurs pour ce nouvel enseignement conduit les pouvoirs publics à créer en 1962 une agrégation des techniques économiques de gestion, puis, en 1976, un concours de recrutement des maîtres de conférences agrégés des disciplines de gestion40. Au terme de cette fastidieuse énumération d’initiatives successives et malgré les efforts déployés, il faut reconnaître que le développement des grandes U.E.R. de gestion au sein des Universités françaises est retardé par les problèmes liés à l’organisation d’actions pluridisciplinaires, à la mise en place de liaisons avec les entreprises, au respect de la réglementation sur les diplômes nationaux.

  • 41 J.O., 1967.

37L’enseignement évolue. Le changement le plus spectaculaire est le passage de deux à trois années dans la durée des études, dès 1939 aux H.E.C., dix ans plus tard à l’E.S.S.E.C., progressivement dans toutes les écoles de gestion. Les évolutions les plus profondes sont liées à la création, en application de l’article 22 de la loi du 3 décembre 1966 sur la formation professionnelle, de la Fondation nationale pour l’enseignement de la gestion des entreprises. Les conclusions d’une commission installée par M. Debré, alors ministre de l’Economie et des Finances, et présidée par M. Dontot, président de la Thomson, conduisent à donner à cet organisme des caractères originaux. A la base, une inquiétude et une conviction. De cette inquiétude, l’exposé des motifs de la loi de 1966 se fait l’écho : « l’enseignement commercial, dont l’importance est essentielle au bon fonctionnement des entreprises, fait actuellement l’objet d’initiatives multiples, mais dispersées et insuffisantes, notamment par rapport aux besoins des prochaines années. Son développement et le renouvellement de ses méthodes commandent l’avenir de notre économie »41. Quant à la conviction, elle est inséparable de l’ambiance du temps, de la publication en 1967 du Défi américain, d’une admiration pour la maîtrise dont les Etats-Unis font preuve dans les techniques du « management », dans l’art d’organiser et d’utiliser les talents.

  • 42 MENISSEZ, p. 183 à 189 ; cf. aussi trois articles de M. CAHIER, dans Le Nouveau Journal, 21-22 et 2 (...)

38Désirant créer des corps permanents de professeurs de gestion, création considérée comme de première nécessité, la F.N.E.G.E. décide de consacrer pendant cinq ans l’essentiel de ses moyens à la formation de plusieurs centaines d’enseignants dans cette discipline, en les envoyant principalement aux Etats-Unis et au Canada, et au profit d’une trentaine écoles de cadres françaises. A partir de 1974 et le premier objectif au moins partiellement atteint, la Fondation peut diversifier ses actions, non plus seulement en faveur du développement des enseignements de gestion, mais également pour jouer un rôle de carrefour accueillant professeurs, responsables d’établissements de formation et personnalités extérieures, enfin pour exercer une fonction d’études et de diffusion notamment par l’intermédiaire de trois publications42.

  • 43 MENISSEZ, p. 186.

39Finalement, son apport le plus remarquable demeure la répartition en dix ans de quelques six cents bourses à des candidats professeurs de gestion pour suivre des formations d’abord en Amérique du nord puis, de plus en plus, en Europe. Constatant en outre l’importance des séminaires de perfectionnement qui s’organisent en concertation avec la F.N.E.G.E., certains ont pu évaluer à la « moitié des professeurs permanents de l’appareil d’enseignement de gestion français »43, la proportion de ceux qui, à un titre ou à un autre, ont bénéficié de ces bourses pour leur formation ou leur perfectionnement. Quelle que soit la part de responsabilité dont peut se prévaloir la F.N.E.G.E., il est certain que l’enseignement évolue rapidement depuis une dizaine d’années, avec un corps enseignant permanent, un choix de cours plus important offert aux étudiants, la multiplication des stages, une pédagogie plus active.

40Mais la principale originalité des écoles de gestion par rapport au reste de l’enseignement supérieur réside moins dans le développement d’institutions nouvelles vouées à la recherche ou à la formation continue, moins également dans la modernisation de la pédagogie que dans une attitude différente de celle adoptée par l’Université en face de la montée des effectifs. Alors que les Universités traditionnelles continuent de se plier à l’exigeante contrainte d’accueillir indifféremment tous les bacheliers, les établissements d’enseignement commercial s’efforcent d’attirer et de sélectionner les meilleurs éléments. L’on ne peut même pas dire que ces attitudes différentes aient été le résultat d’un choix délibéré de la part des unes ou des autres. Il a suffi à chacun de persévérer dans ses errements. Les Facultés étaient ouvertes à tout titulaire du baccalauréat, elles continueront alors même que les effectifs des années 1970 n’ont plus rien de commun avec ceux des années 1950. Les Ecoles de commerce, autrefois voyant surtout se diriger vers elles des non-bacheliers entre lesquels elles devaient faire un choix, avaient été conduites à mettre en place un examen d’entrée dont il suffira de faire un véritable concours avant d’y soumettre progressivement les bacheliers, pour instaurer une sévère sélection.

  • 44 Ibid., p. 72.
  • 45 Le Nouveau Journal, 21 juin 1979.

41Les H.E.C. donnent l’exemple : dès 1920, son examen d’entrée est remplacé par un concours offrant selon les années de 150 à 200 places. Elles seront imitées par l’E.S.S.E.C. dont le premier concours d’entrée a lieu en juin 1944, puis, après la guerre, par les Ecoles de commerce lorsqu’elles n’acceptent plus les bacheliers sur leur seul titre. Hommage tardif de l’Université à ces méthodes, les Instituts d’administration des entreprises eux-mêmes sont conduit à pratiquer la sélection, avec des procédures modestement intitulées « test de lecture » ou « test d’entrée »44. Pour certains chefs d’entreprise paradoxalement, le niveau du concours d’accès compte plus que la qualité de la formation : « pour moi, seul le filtre d’entrée compte »45.

  • 46 Evolution depuis la guerre, des effectifs comparés des HEC, de l’Ecole supérieure de commerce de Pa (...)

42Il est vrai que, plus à l’aise dans les nouveaux locaux de l’après-guerre, encouragées par leur succès, par l’augmentation du nombre des candidats à leur concours, par les sollicitations des employeurs, les grandes Ecoles de commerce et d’administration des entreprises laissent croître leurs effectifs. Grosso modo, compte tenu de la difficulté qu’ont les statisticiens à donner une définition stricte des établissements de préparation à la gestion et d’en obtenir régulièrement des chiffres, le nombre des élèves passe de moins de 2 500 en 1948 à plus de 5 200 en 1960, pour dépasser 7 000 en 1965, 9 000 en 1970 et 10 000 en 1975. Ce n’est pas pour autant l’inflation des étudiants et des diplômes. Le rapport entre les effectifs de ces écoles commerciales et ceux des Universités, qui était de 1 à 14 en 1900, atteint 1 à 36 au lendemain de la guerre, en 1948, et 1 à 74 en 197546.

*

  • 47 L’Institut de préparation aux affaires de Toulouse était, en 1977, le troisième de France, après Pa (...)

43La formation à la gestion n’a longtemps eu, dans l’enseignement supérieur français, qu’une place marginale. Sa percée actuelle tend à faire oublier un rôle longtemps limité, voire inférieur. Les progrès y ont été le fait de personnalités rares, souvent venues du secteur privé et faisant bénéficier leurs élèves de cette expérience, capables de réunir autour d’eux des équipes soudées et dynamiques, ayant su se doter d’institutions efficaces. Le professeur Vigreux, directeur honoraire de l’Institut de préparation aux affaires de Toulouse47 et auquel ces lignes sont dédiées, a été de ces personnalités.

Notes

1 Je tiens à remercier, pour les renseignements qu’ils m’ont obligeamment fournis, Philippe Agid, secrétaire général de la Fondation nationale pour l’enseignement de la gestion des entreprises, René Baylac, chef du service de documentation de la Chambre de commerce et d’industrie de Toulouse, Lucien Camus, secrétaire général de l’Ecole des hautes études commerciales du nord, Max Cluseau, directeur de l’Ecole supérieure de commerce de Toulouse, Gilbert Olivier, directeur général du « groupe ESSEC ». Principales abréviations utilisées dans les notes : Annuaire : Annuaire statistique de la France ; Bulletin F.C.L. : Annuaire des facultés catholiques de Lille puis Facultés catholiques de Lille. Bulletin trimestriel ; Bulletin F.C.O. : Revue puis Bulletin des facultés catholiques de l’ouest ; Bulletin I.C.P. : Revue puis Bulletin puis Nouvelles de l’Institut catholique de Paris ; J.O. : Journal officiel ; MENISSEZ : Yvette MENISSEZ, « L’enseignement de la gestion en France », dans Notes et études documentaires, n° 4 5294 530, 24 septembre 1979.

2 W.W. ROSTOW, Les étapes de la croissance économique, Paris, 1970, p. 115-116.

3 Figurent également à l’époque dans les listes des Ecoles supérieures de commerce, celles d’Alger et de Nancy, cette dernière créée en 1905 par accord entre l’Université et la Chambre de commerce de cette ville et devenue, sous le titre d’Institut commercial de Nancy, U.E.R. d’Université. Cf. le tableau « éléments de chronologie » dans MENISSEZ, p. 8.

4 L’on ne doit pas s’étonner de voir l’Université publique à l’époque généralement absente de ces créations, sinon pour fournir quelques enseignants : outre un certain dédain à l’égard des formations commerciales jugées volontiers trop étroitement techniques, les Facultés sont enserrées et protégées par l’organisation napoléonienne qui empêche toute initiative un peu importante sauf impulsion donnée par les services du ministère.

5 J.O., 1886, p. 465-466 ; 1889, p. 3439-3440 ; 1898, p. 2577. Il ne faut pas sous-estimer la capacité de séduction de cette dispense pour les jeunes gens n’ayant pas le baccalauréat mais désireux d’alléger leur obligation militaire : les livrets de présentation des Ecoles supérieures de commerce insistent alors sur cet avantage.

6 Georges GUILLAUMOT, Les Chambres de commerce avant et depuis la loi du 9 avril 1898, Paris-Nancy, 1898, p. 91-92 ; J.O., 1890, p. 2631-2632.

7 Gilbert OLIVIER, « Le groupe E.S.S.E.C. : profil et perspectives », dans Enseignement et gestion, janvier 1976, p. 34.

8 La création des H.E.C. est précédée par un rapport de 1867 : « Nous voulons une grande école supérieure commerciale, destinée à fournir à notre commerce intérieur et extérieur une pépinière de jeunes gens, qui après avoir acquis, par de fortes études, toutes les sciences nécessaires seront, après quelques années de pratique, en état de continuer nos grandes maisons existantes, en France ou à l’étranger, ou d’en fonder de nouvelles et par suite de procurer à nos produits de larges débouchés extérieurs qui font la fortune des nations » (H.E.C., n° 8 et 9, fév. 1965, p. 15-16).

9 Extrait de la note de lancement de la section commerciale de l’Ecole des hautes études industrielles de Lille.

10 Documents fournis par l’E.S.CA.E. de Toulouse.

11 Bulletin I.C.P., 1913, p. 145 à 154.

12 Bulletin F.C.O., mars 1925, p. 103.

13 Ibid., août 1914, p. 830-831.

14 Bulletin I.C.P., 1913, p. 145 à 154.

15 Par exemple, à l’Ecole de commerce de Toulouse, sur 25 enseignants, 6 sont professeurs de lycée et 11 professeurs de Faculté.

16 J.O., 1898, p. 3667 ; modifié par un décret du 30 avril 1906, dans J.O., 1906, p. 3046-3047.

17 J.O., 1900, p. 2054.

18 De fait, les élèves sont jeunes : à Toulouse, de 15 à 17 ans en première année. En contrepartie, la discipline est rigoureuse : les cours commencent à 8 h et 14 h. Les élèves doivent être présents pour l’appel cinq minutes avant sous peine de deux à quatre heures de consigne, le dimanche ou le jeudi suivant. Toute absence injustifiée entraîne un avertissement et trois avertissements l’exclusion. Même hors des locaux, les élèves doivent, sous peine de mesures disciplinaires, « s’abstenir de tout acte de nature à compromettre la dignité et le bon renom de l’école ». A l’intérieur, ils doivent conserver sans changement les places assignées en début d’année. Enfin, l’avant-dernier article du règlement prévoit que, « en cas de désordre général dont les promoteurs seraient inconnus, certains élèves peuvent être rendus responsables, soit pour un groupe, soit pour une promotion entière » et, éventuellement, exclus. Dans la grande salle où les élèves peuvent travailler individuellement sous la surveillance d’un maître, une inscription : « Vous ne travaillerez que dans le silence ». Les parents reçoivent un bulletin mensuel avec les résultats du travail et de la conduite de l’élève.

19 J.O., 1899, p. 1988.

20 Evolution, avant la première guerre mondiale, des effectifs comparés des H.E.C., de l’Ecole supérieure pratique de commerce de Paris et des E.S.C. de province :*
Image
* Ecoles de commerce prises en considération : celles de Bordeaux, le Havre, Lille, Lyon, Marseille et Rouen pour 1895, auxquelles s’ajoutent celles d’Alger, Dijon, Montpellier, Nancy et Nantes pour 1901, celle de Toulouse pour 1905. Renseignements extraits de l’Annuaire, 1895-1896, p. 212-213 ; 1902, p. 58 ; 1905, p. 72 ; 1910, p. 58-59 ; 1913, p. 40-41. Par ailleurs, on peut imaginer que la baisse des effectifs jusqu’en 1905 n’est pas étrangère au décret du 30 avril 1906 et que ce dernier, élargissant les conditions d’accès aux Ecoles, a contribué à la remontée des années suivantes.

21 Bulletin I.C.P., 1928, p. 338 à 350.

22 Ibid., 1915, p. 242.

23 M. BOULLE, « La doctrine administrative de Fayol appliquée à l’entreprise industrielle et commerciale », dans Humanisme et entreprise, 1962, p. 1 à 14 ; VERNAY, Un grand ingénieur : Henri Fayol, Paris, 1925.

24 Henri FAYOL, Administration industrielle et générale, Paris, 1947, p. 1 à 13. Cf. aussi, très révélateur de la pensée de cet auteur : Frédéric BLANCPAIN, « Les cahiers inédits d’Henri Fayol », dans Bulletin de l’Institut international d’administration publique, n° 28 et 29.

25 FAYOL, ouvr. cité, p. 20 et s.

26 Ibid., p. 97-98.

27 Ibid., p. 110

28 J. WILBOIS et P. VANUXEM, Essai sur la conduite des affaires et la direction des hommes. Une doctrine française : l’administration expérimentale, Paris, 1919, p. 129-130.

29 Ibid., p. 183.

30 Ibid.

31 J. CARLIOZ, Le gouvernement des entreprises commerciales et industrielles. Leçons professées à l’Ecole des hautes études commerciales, Paris, 1927, p. 4-5. L’E.S.S.E.C. se complaît dans le même moralisme, le fondateur de l’école se vantant de former « l’élite laborieuse, instruite et profondément honnête dont la France industrielle et commerçante aura toujours besoin » (Bulletin I.C.P., 1928, p. 338 à 350).

32 CARLIOZ, ouvr. cité, p. 60 à 63.

33 Ibid., p. 253 à 379. Cet état d’esprit, méfiant à l’égard de toute intervention de l’Etat en matière économique, n’a rien d’exceptionnel : en 1936, par exemple, une conférence est prononcée à l’Institut catholique de Paris, sur le thème : « le commerce intérieur et l’ennemi public », dénonçant la responsabilité des pouvoirs publics dans le déclin de la notion de contrat, les occupations d’usines, les réformes sociales et « l’écrasement fiscal ». Conception fort conservatrice que l’on retrouve dans la conclusion d’une conférence sur le droit de grève prononcée l’année suivante : « la grève est un fait que, faute de mieux, le législateur peut tolérer, mais qui est en dehors de l’ordre juridique et à propos duquel il faut éviter de parler de droit. Le droit c’est la procédure de conciliation et d’arbitrage obligatoire » (Bulletin I.C.P., 1937, p. 1 à 19 ; 1938, p. 3 et s.). Cf. aussi Henri FAYOL, L’incapacité industrielle de l’Etat : les P.T.T., Paris, 1921.

34 Benjamin IPPOLITO, Les Chambres de commerce dans l’économie française, thèse droit, Bordeaux, 1945, p. 116-117 ; MENISSEZ, p. 166-167.

35 Témoignage, parmi d’autres, de la modestie de ces écoles : en 1919, l’E.S.S.E.C. se présente comme « une annexe des Facultés de droit ou des sciences, une section d’études commerciales supérieures » (Bulletin I.C.P., 1919, p. 188-189) ; en 1939 encore, l’Ecole des H.E.C. du nord se présente comme « annexée à la Faculté de droit » (Bulletin F.C.L., 1939). En 1924, sur 24 personnes composant le corps enseignant de cette dernière, 11 sont des professeurs de la Faculté de droit.

36 Annuaire, 1951, p. 66*. Au lendemain de la guerre, des facilités sont accordées aux mobilisés et aux Alsaciens-Lorrains, J.O., 1919, p. 2520.

37 IPPOLITO, ouvr. cité, p. 116.

38 Les Ecoles font depuis longtemps un effort de propagande pour accroître et améliorer leur recrutement. Le R.P. Blondat, qui s’occupe des services de direction et de surveillance de l’E.S.S.E.C., effectue chaque année la tournée des collèges de l’enseignement libre de la région parisienne pour présenter l’Ecole et attirer des élèves (Bulletin I.C.P., 1928, p. 338 à 350). Le directeur de l’Ecole d’Angers en fait autant dans les collèges bretons. Il constate cependant que l’année 1936-1937 est celle des effectifs les plus réduits, encore que reviennent alors quelques étudiants qui avaient négligé de présenter le diplôme supérieur et qui souhaitent bénéficier des avantages prévus dans l’accomplissement du service militaire (Bulletin F.C.O., 1924, p. 36 et s. ; 1936, p. 45). Annuaire, 1951, p. 66*. Evolution pendant l’entre-deux-guerres, des effectifs comparés des H.E.C., de l’Ecole supérieure pratique de commerce de Paris et des E.S.C. de province :
ImageImage
* Ecoles de commerce prises en considération : celles d’Alger, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Le Havre, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nancy, Nantes, Rouen et Toulouse pour 1920, auxquelles s’ajoutent ensuite Mulhouse et Strasbourg pour 1925, puis Reims pour 1930. Renseignements extraits de Annuaire, 1923, p. 45 ; 1927, p. 51 ; 1930, p. 43 ; 1935, p. 47.

39 MENISSEZ, passim.

40 Ibid. Cf. notamment : M. ALBOUY, « La formation des futurs enseignants et formateurs de gestion », dans Enseignement et gestion, printemps 1979, p. 15 à 23.

41 J.O., 1967.

42 MENISSEZ, p. 183 à 189 ; cf. aussi trois articles de M. CAHIER, dans Le Nouveau Journal, 21-22 et 23 juin 1979 ; cf. enfin Politique générale de la Fondation 1973-1977 (rapport ronéotypé de novembre 1977).

43 MENISSEZ, p. 186.

44 Ibid., p. 72.

45 Le Nouveau Journal, 21 juin 1979.

46 Evolution depuis la guerre, des effectifs comparés des HEC, de l’Ecole supérieure de commerce de Paris et des ESC de province :
Image
Renseignements extraits de Annuaire, 1966, p. 154 ; 1968, p. 116 ; Tableaux des enseignements et de la formation. Statistiques rétrospectives 1967-1968 et 1976-1977, p. 406-407.

47 L’Institut de préparation aux affaires de Toulouse était, en 1977, le troisième de France, après Paris et Grenoble, par le nombre des C.A.A.E. délivrés (MENISSEZ, p. 73).

Notes de fin

* Article publié dans Mélanges offerts à Pierre Vigreux, Toulouse 1981, p. 159 à 183

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search