Version classiqueVersion mobile

Mélanges en hommage à André Cabanis

 | 
André Cabanis

Cinquième sous-partie. Histoire des mentalités

Le sudisme dans la vie politique française au xixe siècle1

Texte intégral

  • 1 Article publié dans Etat et pouvoir - Réception des idéologies dans le Midi. L’Antiquité et les Tem (...)

1Le titre est trompeur. « Le sudisme dans la vie politique française au XIXe siècle » pourrait assez logiquement s’interpréter comme l’annonce d’une recherche consacrée aux revendications méridionales sous leurs diverses formes, violentes ou légales, économiques ou politiques, sociales, administratives ou culturelles. Les trente minutes qui me sont imparties n’y suffiraient pas. Au surplus, en un temps de centralisation triomphante comme le XIXe siècle, la protestation régionaliste a pris des formes si diverses, parfois si discrètes, voire déguisées, qu’il faudrait, pour démêler l’authentique de l’apparent, entrer dans des nuances et des controverses qui allongeraient encore le propos. Enfin, dans la mesure où les autonomismes provinciaux se développent actuellement et se cherchent des ancêtres ou, à tout le moins des prédécesseurs, la question de la résurrection d’un sentiment de spécificité locale, le problème des premiers frémissements dirigés contre la structure administrative parisienne, tout cela a déjà été fort étudié. Ici non plus, il ne serait pas facile de prétendre ajouter quelque chose de nouveau en demeurant bref.

  • 1 Sylvie VILA, « Une révélation ? Les luttes populaires dans le département de l’Hérault au début de (...)
  • 2 Jean SAGNES, Le Midi rouge, mythe et réalité. Etudes d’histoire occitane, Paris 1982, p. 269.

2En fait, notre intention est de vous entraîner sur un terrain différent, moins attendu et moins exploré. Il ne s’agit pas d’évoquer les prétentions des Occitans mais au contraire de rechercher comment les méridionaux sont considérés par l’opinion publique et notamment dans ce que l’on nomme volontiers à l’époque les classes éclairées. On constate en effet, sans que ce soit véritablement une surprise, la floraison au XIXe siècle de jugements passablement négatifs sur les habitants du sud et, entre autres, du sud de la France. Ils sont fréquemment taxés de paresse, d’indiscipline, en un mot de manque de sérieux. Il n’est d’ailleurs pas sûr que ce genre d’a priori ait disparu de nos jours. En tous cas, et pour s’en tenir à ce seul type d’exemple, les rapports des préfets sur leurs administrés au XIXe siècle montrent, lorsqu’ils sont en poste dans des départements méridionaux, que de tels préjugés sont fréquents, même s’ils sont présentés sous une forme parfois atténuée. Confronté à la Terreur Blanche, en 1815, le préfet de l’Hérault tire des violences du moment une règle générale : « ce serait peu dire que le caractère de ces gens-là est frondeur. Ce pays est essentiellement ennemi de l’autorité ». Plus nuancé, le préfet de l’Aude décrit ses administrés comme « naturellement vifs et impatients mais bons et généreux, s’ils se laissent aller quelquefois à des mouvements de violence et de colère, ils s’apaisent à la moindre avance »1. Donc, par delà la forme plus ou moins indulgente, on s’accorde à les juger agités, indisciplinés mais légers et sans suite dans les idées jusque dans leur violence. En 1907, au moment de la révolte des vignerons, un chef de bataillon se montre particulièrement péremptoire. Voulant décrire le tempérament de l’habitant de Béziers, il le dépeint « intelligent, paresseux, jouisseur, extrêmement vaniteux, souple et faux. Persuadé qu’il est d’être le premier en tout et pour tout, il ne trouve pas d’épithète assez forte, assez exagérée pour servir d’étiquette à ses opinions »2.

3Il n’est pas question de dresser ici le sottisier des jugements sommaires portés sur les méridionaux. D’ailleurs, les habitants du nord auraient aussi à se plaindre. Puisque nous sommes ici dans la capitale des Gaules, il suffit de rappeler le personnage de M. Brun, tel que le décrit Pagnol, ce Lyonnais en butte aux sentiments mêlés des Marseillais. Sans entrer dans de tels échanges de mauvais procédés, nous rechercherons comment, au XIXe siècle, ce sentiment d’une opposition nord-sud a pu faire l’objet de travaux à portée scientifique. Les préjugés, les mythes ont trouvé le renfort imprévu de méthodes soi-disant rigoureuses d’observation. Grâce à l’aide inattendue de savants ou prétendus tels, s’appuyant sur l’expérimentation, les statistiques, voire la criminologie, l’image du méridional nonchalant et sournois a pris une force nouvelle, fondée sur des études qui se voulaient sérieuses. Deux sciences ont ainsi donné la main à des opinions rien moins que bienveillantes pour les habitants du sud. La médecine les a scrutés, décelant toutes sortes d’affections spécifiques, des maux liés au climat, au soleil, à l’humidité, toutes causes qui atténuent leurs responsabilités sans diminuer leurs insuffisances. Au contraire, en donnant à ces dernières un caractère de fatalité, en les présentant comme le résultat d’un déterminisme rigoureux, on dissuade à l’avance de réagir. Tout au plus certains de ces médecins, un instant saisis par la science politique, admettent-ils que ces provinces du sud doivent relever d’un traitement différent, sur le plan administratif, de la part des autorités gouvernementales. Simultanément, le développement des statistiques a permis à des géographes d’établir la carte des disparités régionales en France. Là encore, les méridionaux n’en sortent pas souvent indemnes, taxés d’infériorité sur bien des terrains, parfois faisant jeu égal, surpassant les nordistes pour quelques indices mais généralement sous-estimés ou négligés. Ce sont ces deux points de vue que l’on évoquera successivement, celui des sciences dites exactes avec les médecins d’une part (I), celui des sciences humaines avec les géographes statisticiens d’autre part (II). On y trouvera plus d’une réaction commune.

I - Le sudisme et les sciences dites exactes : le diagnostic des médecins

4Chercher l’attitude des médecins du XIXe siècle face à la question de la différence nord-sud, implique de remonter en arrière, de s’intéresser à deux grands ancêtres dont l’un, Hippocrate, demeure, malgré son ancienneté, un élément important des études médicales et dont l’autre, Montesquieu, même s’il était juriste de formation, s’est fait, à l’occasion de sa théorie des climats, le propagandiste prestigieux d’une théorie à fondement physiologique, basée sur la dilatation ou la rétractation des fibres. Le plus récent, Montesquieu, est d’ailleurs de loin le plus bouffon lorsqu’il s’agit d’expliquer les interactions entre caractéristiques physiques et morales de chaque région.

A - Les grands ancêtres : Hippocrate et Montesquieu

  • 3 HIPOCRATE,

5Il est vrai que les développements consacrés par Hippocrate à l’influence des airs, des eaux et des lieux peuvent encore se lire. A côté d’affirmations plutôt comiques, par exemple sur les rapports entre la pratique de l’équitation et la faible natalité chez le peuple scythe, il présente surtout des analyses nuancées, parfois approfondies, toujours basées sur l’expérience et sur l’observation beaucoup plus que sur des idées a priori comme y succomberont nombre de ses successeurs. Il décrit longuement, mais sans y mettre plus de généralité que cela ne le mérite, les conséquences de l’emplacement et de l’orientation des villes sur la santé des habitants. Il étudie de façon systématique les effets que peut avoir la qualité des eaux. D’une façon générale, il fait l’éloge des climats tempérés qu’il croit trouver surtout en Asie : ceux qui en sont originaires, affirme-t-il, se montrent « moins belliqueux et d’un naturel plus doux que les Européens »3. Des générations de médecins raisonneront à partir de ces analyses, à tout le moins en s’inspirant de ses méthodes, parfois en reproduisant purement et simplement ses conclusions.

  • 4 MONTESQUIEU, De l’Esprit des Lois, t. I, Paris 1965, p. 239-240.

6L’autre grand inspirateur, que l’on continue de citer au XIXe siècle, y compris dans les ouvrages médicaux, Montesquieu, est sensiblement moins nuancé lorsqu’il s’agit d’évaluer « comment les hommes sont différents dans les divers climats ». La distinction essentielle est fondée sur l’opposition entre pays chauds et pays froids. Elle trouve sa justification dans une théorie des fibres où l’inattendu côtoie plus facilement le ridicule que le convaincant. Premier élément de démonstration : l’air froid resserre les extrémités des fibres extérieures de notre corps ; étant plus courtes, elles ont davantage de ressort, de force, elles sont mieux irriguées par le sang. A l’inverse, l’air chaud dilate l’extrémité des fibres, les allonge, diminue leur force et leur ressort. Suit un inventaire des qualités comparées des habitants du nord et du sud, inventaire accablant pour le sud avec, de la part de Montesquieu, l’utilisation d’une construction grammaticale ponctuée de « c’est-à-dire » qui enfoncent encore plus les contrées à température élevée dans leur infériorité. Donc, « on a plus de vigueur dans les climats froids (...) plus de confiance en soi même, c’est-à-dire plus de courage, plus de connaissance de sa supériorité, c’est-à-dire moins de désir de la vengeance ; plus d’opinion de sa sûreté, c’est-à-dire plus de franchise, moins de soupçon, de politique et de ruse ». Et le verdict tombe, sans nuance : « les peuples des pays chauds sont timides comme les vieillards le sont ; ceux des pays froids sont courageux comme les jeunes gens le sont »4. Tout à la plus -légère atténuation à un bilan désastreux- Montesquieu reconnaît que les habitants du nord transportés dans le sud, s’y montrent moins dynamiques, moins courageux, n’y font pas « d’aussi belles actions ». Mais c’est encore plus décourageant : le déterminisme climatique est invincible ; le tempérament le plus brillant fond à la chaleur ; il n’y a rien à faire.

  • 5 Id., p. 242.

7Et ce n’est pas tout. Dans les pays chauds, le tissu de la peau est relâché, les bouts des nerfs sont épanouis et exposés au moindre contact. Dans les pays froids au contraire, la peau est resserrée, beaucoup moins sensible. Ici Montesquieu s’appuie sur des expériences effectuées sur une langue de mouton qu’il avait mise à geler. Il a constaté au microscope que les organes du goût -mamelons, pyramides, petites houppes- se rétractent, s’enfoncent ou disparaissent sous l’effet du froid. Là encore, les conséquences déduites sont consternantes pour le sud : « avec cette délicatesse d’organes que l’on a dans les pays chauds, l’âme est souverainement ému par tout ce qui a du rapport à l’union des sexes : tout conduit à cet objet. Dans les pays du nord, une machine saine et bien constituée, mais lourde, trouve ses plaisirs dans tout ce qui peut remettre les esprits en mouvement : la chasse, les voyages, la guerre, le vin. Vous trouverez dans les climats du nord des peuples qui ont peu de vices, assez de vertus, beaucoup de sincérité et de franchise. Approchez des pays du midi, vous croirez vous éloigner de la morale même : des passions plus vives multiplieront les crimes ; chacun cherchera à prendre sur les autres tous les avantages qui peuvent favoriser ces mêmes passions »5.

  • 6 Id.

8Il y a donc une véritable proportionnalité entre le degré de température et le courage, l’ardeur au travail, la continence, la vertu ou, à l’inverse, la lâcheté, la paresse, les débordements et les vices. On peut en arriver à des situations extrêmes que Montesquieu décrit avec une sorte de volupté. Il évoque ces peuples qu’une température élevée transforme en véritables larves : « la chaleur du climat peut être si excessive que le corps y sera absolument sans force. Pour lors, l’abattement passera à l’esprit même ; aucune curiosité, aucune noble entreprise, aucune sentiment généreux ; les inclinations y seront toutes passives ; la paresse y sera le bonheur ; la plupart des châtiments y seront moins difficiles à soutenir que l’action de l’âme, et la servitude moins insupportable que la force d’esprit qui est nécessaire pc se conduire soi-même »6. Aucune espoir pour les méridionaux donc, sinon se traîner lamentablement d’habitudes malsaines en plaisirs pervers, avilissants si leurs auteurs pouvaient encore s’avilir.

B - L’auteur qui fait autorité : le docteur Cabanis

9Hippocrate et Montesquieu sont fréquemment cités par les auteurs du début du XIXe siècle. A la fois référence et garantie, ils sont habituellement appelés au secours lorsqu’il s’agit d’étudier les rapports entre l’homme et son environnement. Sur ce point, l’autorité appartient alors au docteur Pierre Cabanis, personnage fort connu sous le Consulat et l’Empire pour avoir trouvé un compromis satisfaisant entre ses convictions d’idéologue resté attaché aux principes de la Révolution et les avantages qui résultent d’un ralliement au régime napoléonien. Par ailleurs, en tant que médecin, il bénéficie d’une douteuse célébrité pour avoir généreusement fourni en poison ses amis politiques. Il est vrai que les vicissitudes de l’époque incitent les dirigeants de l’heure à porter sur eux le moyen efficace d’échapper par une mort rapide à des procédures judiciaires désagréables, à un emprisonnement pénible et finalement à une exécution ignominieuse. C’est une fois sorti de cette ambiance révolutionnaire que le docteur Cabanis publie son ouvrage le plus important, consacré aux Rapports du physique et du moral de l’homme. Il contient notamment un neuvième chapitre sur « l’influence des climats sur les habitudes morales », dont je dirai, malgré la bienveillance que devrait lui valoir de ma part une homonymie sans lien de parenté, que les meilleurs passages sont constitués par les très longues citations qu’il emprunte à Hippocrate.

  • 7 Pierre CABANIS, Rapports du physique et du moral de l’homme, Paris 1843, p. 385-386.

10Le reste, ce qui lui revient, est à la fois pédant et péremptoire. Il disserte longuement sur la notion de climat pour souligner qu’il ne s’agit pas seulement de l’influence de la chaleur ou du froid, mais de tout ce qui fait la spécificité d’un pays ou d’une région. Il s’interroge aussi sur ce que l’on peut embrasser sous le terme d« habitudes morales ». Enhardi par toutes ces précautions méthodologiques, il en arrive à énumérer les caractéristiques des habitants des pays chauds. Là, plus de nuance. Cinq spécificités sont présentées par Cabanis, suscitant chez le lecteur des qualificatifs dont on jugera s’ils sont exagérés. Ces gens-là sont d’abord mous et faibles : « les forces, sans cesse appelées à l’extérieur, n’ont point occasion d’acquérir ce surcroît d’énergie qu’elles reçoivent de leur concentration » ; ils sont par ailleurs lascifs : « les extrémités nerveuses y sont plus épanouies, et par conséquent plus susceptibles de vives impressions » ; ils sont, en troisième lieu, fort paresseux dans la mesure où « l’extrême chaleur rendant impossible toute action forte, invite à chercher constamment le repos » ; un élément supplémentaire accentue leur tendance libidineuse : « les hommes y recherchent d’autant plus avidement les sensation qu’ils sont plus sensibles, que leur activité n’est point consommée en mouvements musculaires » ; enfin, cela ne les empêche pas, cinquième caractéristique, de succomber à la nonchalance : « tous leurs besoins sont infiniment plus bornés ; et se sentant riches de la libéralité du sol et du climat, ces mortels favorisés par le sort ont moins de motifs de secouer la douce paresse qui suffit à leur bonheur »7.

  • 8 Id., p. 411.

11Ces caractéristiques générales étant, en quelque sorte, considérées comme acquises, Cabanis analyse avec une certaine complaisance, les vices inhérents à ces climats chauds ou torrides. Le point de départ, c’est ce qu’il appelle la « prématurité des organes de la génération ». Autrement dit « l’explosion de la puberté » se produit plus tôt ; la période d’activité sexuelle sera à la fois précoce et brève ce qui détourne le dynamisme de la jeunesse et décourage les individus plus âgés, hantés par le souvenir de ce qu’ils ne peuvent plus connaître pour y avoir goûté trop tôt. « Cette circonstance influe singulièrement sur toutes les habitudes des peuples des pays chauds. Comme les jeunes gens y sont très souvent énervés avant que le corps ait pris tout son accroissement, les hommes languissent dans un état d’impuissance précoce ; et cet état leur est d’autant plus importun, qu’autour d’eux tout respire la volupté, tout leur en retrace sans cesse les images, et va réveiller dans le cœur éteint les dernières étincelles du désir. Mais les sens ne se raniment pas toujours au gré de l’imagination. Voila pourquoi l’usage, et par conséquent l’abus des drogues stimulantes, est presque général dans les pays chauds. Or cet abus achève d’user des corps radicalement affaiblis : il les livre à tous les dégoûts et à toutes les incommodités de la vieillesse hâtive. Les maladies hypochondriaques les plus sombres, les penchants les plus bizarres et les plus égarés, l’immoralité la plus profonde, la cruauté la plus froide en sont fréquemment la suite fatale »8. Le portrait se précise : rongé par les aphrodisiaques et les hallucinogènes, le méridional vieillit prématurément, dans l’angoisse et les regrets.

  • 9 Id., p. 411-412.

12Avec ces descriptions, on croit avoir atteint le fond du gouffre. Il y a pire. Il y a plus atteint, plus dégradé que l’homme vivant dans un pays chaud, c’est, naturellement, la femme vivant dans un pays chaud. Sur un tempérament féminin, donc toujours fragile, vulnérable, inconstant, le climat ne peut faire que des ravages. Les résultats d’une puberté précoce sont peut-être encore plus remarquables et « étendus chez les femmes que chez les hommes ; et, par l’influence immédiate ou médiate, des femmes sur la vie domestique et civile, ils prennent un nouveau degré d’importance relativement aux hommes eux-mêmes ». Ardemment et prématurément sollicitées pour le mariage, ces femmes-enfants seront ensuite promptement délaissées, comme un objet de dégoûts ou de rêves inaccessibles. Elles ne peuvent être, comme ailleurs, les compagnes d’une vie dans un rapport qui leur accorde responsabilité et influences. Le mieux que l’on puisse souhaiter à chacune, sous de tels climats, c’est que « l’abrutissement et l’ignorance soient assez complets chez elle pour la dérober au sentiment de ses maux, ou pour l’aider à s’y résigner stupidement »9. Riantes perspectives.

  • 10 Id., p. 387-394. Cf. aussi la distinction présentée par Mme de Staël sur les différences entre la l (...)

13Pour être complet, il faut ajouter quelques autres faiblesses spécifiques aux pays chauds, tels un tempérament bilieux, un estomac faible ou encore une propension aux phtisies pulmonaires comme en Italie et dans quelques uns de nos départements méridionaux. Il convient aussi de noter que Cabanis semble nuancer son propos en reconnaissant à l’homme du sud un certain don pour les « arts de l’imagination »10 encore que, sous la plume de ce bourgeois matérialiste, ce ne soit pas nécessairement un compliment ; on sait la réputation des artistes.

C - Les ouvrages de médecine de la première moitié du XIXe siècle

14Les jugements portés par le docteur Cabanis seront, par la suite, complétés plus que démentis. Dans de nombreux ouvrages de médecine parus ultérieurement, et sans que l’on puisse parler d’une véritable théorie, la chaleur est présentée comme une calamité en soi, les pays chauds comme un bouillon de culture de miasmes dangereux, les habitants comme des êtres faibles dans tous les sens du terme, vulnérables aux maladies du corps comme à celles de l’âme. On s’en tiendra à quelques exemples.

  • 11 Robert THOMAS, Nouveau traité de médecine pratique, t. I, Paris 1818, p. 22-47-76.

15A propos de chaque infection, de chaque fièvre, de chaque inflammation, le docteur Albert Thomas, médecin à Salisbury, explique que les pays chauds sont les plus ou les seuls touchés ou, à tout le moins, que le mal y est plus durable ou plus grave qu’ailleurs. Lorsque les habitants des régions froides ou tempérées sont atteints, c’est généralement l’été. Il y a une quasi-proportionnalité entre l’intensité du mal et le degré de température. « Plus le pays est chaud, plus la saison ramène une haute température et plus les miasmes sont actifs et délétères ». Dans ces régions, tout concourt à aggraver l’équilibre au profit de la maladie. A la vigueur, à l’agressivité des principes malsains correspond l’atonie, la faiblesse des habitants. Une telle constatation paraît si évidente qu’il n’est même pas nécessaire d’en chercher les causes ou d’en détailler les symptômes. Parlant des « pays chauds où les fièvres intermittentes ont une grande disposition à devenir continues ou rémittentes », le docteur Thomas ajoute, presque sans y prendre garde : « et dont les habitants ont en général une constitution faible et irritable ». Plus loin, il remarque que le typhus dit « léger » est fort commun dans les pays chauds et l’explication vient d’elle même sous sa plume : c’est « parce que la température met nécessairement le corps des habitants dans un grand état de relâchement »11.

  • 12 M. le chevalier RICHERAUD, Nosographie et thérapeutique chirurgicales, t. I, Paris 1821, p. 498.

16Cette énumération -fièvre intermittente, typhus, mais aussi peste et dysenterie-n’épuise pas les maux auxquels sont naturellement voués les habitants des régions à température élevée. Ils ont également une propension habituelle à « toutes les maladies de la peau qui sont plus communes dans les pays chauds que sous les climats tempérés, ou dans les régions septentrionales ». Selon Richerand, professeur à la Faculté des lettres de Paris, dans ces contrées « l’organe cutanée, plus vivement excité, par la chaleur et la lumière solaire, plus sensible et fatigué par une transpiration plus abondante y devient le siège d’exauthèmes de toute espèce : les affections lépreuses, l’éléphantiasis, le mal rouge, le pian, etc. sont inconnus dans les pays du nord »12.

  • 13 Id., p. 455.

17Par delà cet « etc. » qui évoque d’autres maladies plus menaçantes les unes que les autres, il y a, juste compensation apparente, des infections qui se révèlent moins virulentes en pays chauds. Que les habitants ne se réjouissent pas pour autant. Lorsque de telles exemptions existent, elles sont plutôt un encouragement au vice que le signe d’une authentique bonne santé. Si la syphilis, par exemple, est moins agressive en région chaude, cela tient à ce que « la transpiration habituellement abondante sous la zone torride rend la maladie vénérienne tellement supportable, et en ralentit à un tel point les progrès, que les habitants ne s’en inquiètent guère et vivent tranquilles avec un hôte ailleurs si redoutable »13. Se méfiant moins, ils sont donc plus souvent atteints.

  • 14 Docteur ALIBERT, Nouveaux éléments de thérapeutique, s.l.n.d., p. XXVII

18Finalement, tout se ramène à une constatation unique, celle du tempérament à la fois faible et libidineux des méridionaux. Dans ses Nouveaux éléments de thérapeutiques, le docteur Alibert explique : « c’est (...) dans les climats chauds que se rencontrent les hommes doués d’une sensibilité excessive, ce qui provient de l’épanouissement habituel des extrémités nerveuses, et du bien-être occasionné par cet épanouissement ; de là (...) cet attrait invincible pour les boissons et les drogues stupéfiantes ; de là aussi ces goûts bizarres, qui tiennent à l’espèce d’attention avec laquelle ces hommes recherchent avidement toutes les sensations voluptueuses (...). Le climat influe sur la constitution physique de l’homme autant que sur les mœurs »14.

  • 15 Robert THOMAS, ouvr. cité, p. 149-150.

19Les sages habitants des contrées froides ou tempérées, heureusement épargnés par ces faiblesses et ces tentations si pernicieuses, n’en doivent pas moins se tenir sur leur garde. De même que des contagions physiques, il faut se préserver des contagions morales lorsqu’ils se rendent dans des pays chauds ou torrides. Ils ne sauraient prendre trop de précautions, et à tout point de vue. Le voyageur devra éviter de coucher à terre et préférer, autant que possible, un navire mouillé à quelques distances des côtes, ou alors choisir une habitation située sur un emplacement très élevé pour dominer les périls ; il lui est conseillé de se méfier de « l’hospitalité sans borne » des populations locales, occasion d’excès de toute sorte. "Je ne saurais trop recommander, explique le docteur Alibert, la modération dans les plaisirs de la table, une abstinence presque complète dans ceux de Bacchus ou de Vénus »15. Car, bien sûr, la médication prend le contre-pied de la maladie. Ces maux qu’ont attirés la propension à la lubricité, la tendance à la mollesse, une vie dissolue, bref tous les sous-produits de la chaleur, on les éloignera par la continence, la rigueur, une vie réglée... en somme, et bien que l’on n’ose pas le dire mais parce que tout le proclame, la vertu. Le froid devient, par lui-même, prophylactique. Il est conseillé de placer le malade dans un lieu frais, il faut l’asperger d’eau froide, peut-être même le plonger dans un bain glacée, traitement qui contribuera à la notoriété du docteur Récamier. Certes, cela peut faire tomber la fièvre. Mais il est autre chose, même inexprimé : l’eau froide emporte dans le même mouvement les miasmes délétères et les mauvaises pensées.

II - Le sudisme et les sciences dites humaines et sociales : les cartes des statisticiens

20Munis de la caution des médecins, les auteurs des sciences sociales vont pouvoir approfondir, clarifier, affiner la distinction entre le nord et le sud de la France. Bien sûr, leurs analyses sont les héritières de la vieille opposition entre pays de droit écrit et pays de droit coutumier. Ils vont y ajouter deux éléments qui chargent beaucoup, deux éléments qui les font passer du domaine de la constatation historique indiscutable appuyée sur des faits bien connus à celui des considérations quasi métaphysiques, assorties de jugements de valeur en fonction d’une conception a priori de la société. Premier élément à l’appui de cette transformation de point de vue : les statistiques. On va habiller des affirmations hâtives en les affublant de longues séries de chiffres, de pourcentages, de tableaux, de cartes d’autant plus probantes que l’on a choisi les seuils en fonction des buts poursuivis. Deuxième élément qui marque la modification d’état d’esprit des auteurs : il ne s’agit plus de constater des différences normales, des diversités provinciales légitimes, il faut mesurer les écarts entre chaque département et une moyenne nationale considérée désormais comme un idéal à atteindre, à moins que ce soit les chiffres du nord de la France, la partie la plus développée, la plus civilisée du pays qui fasse figure d’objectifs.

A - Les prédécesseurs (fin XVIIIe siècle)

  • 16 MOHEAU, Recherches et considérations sur la population de la France, Paris 1778, p. 202.

21Ces nouvelles préoccupations, ces nouvelles méthodes n’apparaissent pas avec le XIXe siècle. Elles s’y épanouissent. Mais, en ce domaine comme en bien d’autres, la fin du XVIIIe siècle s’affirme comme une période de transition. Les auteurs sont d’abord préoccupés par les questions démographiques. Au surplus, c’est le domaine privilégié des chiffres. Dans ses Recherches et considérations sur la population de la France, publiées en 1778, Moheau a de la peine à quitter absolument le terrain médical ou, du moins, physiologique. Tous les poncifs sur le méridional malingre et lascif sont mis au service de la démographie : « dans les contrées froides, l’homme est plus robuste et soutient mieux la fatigue et les veilles ; la faim est un besoin plus instant : les excès de boissons et de femmes sont moins dangereux ; à la vérité, ils énervent et abrutissent mais ils tuent dans les climats chauds ; dans ceux-ci, les tailles sont plus petites, communément la peau et les cheveux sont plus bruns, l’être a plutôt acquis sa perfection, mais il déchoit plutôt ; les deux sexes sont plus portés aux plaisirs vénériens et leurs conjonctions sont plus productives »16. L’ouvrage fait figure d’étude de transition puisque l’auteur semble hésiter à appliquer cette distinction à la France.

22Le pas sera franchi quelques années plus tard, avec Messance et ses Nouvelles recherches sur la population de la France ainsi qu’avec Pommelles dans son Tableau de la population de toutes les provinces de France, parus respectivement à Lyon en 1788 et à Paris en 1789. Tous deux s’interrogent sur le fait que la densité démographique diminue progressivement au fur et à mesure que l’on descend du nord vers le sud. Messance attribue cette différence au nombre des villes, plus important dans le nord, ce qui semble répondre à une question par une autre question. En fait, son explication va plus loin qu’il n’y paraît à première vue puisqu’il en arrive à soutenir que ce sont les villes qui peuplent les campagnes et non l’inverse comme on le croit généralement. Pommelles, pour sa part, se réfère à la nature du sol, propice à l’agriculture, aux terres de plaine, plus saines que les marécages, plus aisées que les montagnes. Rien dans tout ceci n’est très approfondi, ni très nuancé. Du moins engagent-ils les sciences sociales sur un terrain comparatif nouveau.

  • 17 L’Encyclopédie, article « grains » ; M. de BUTRE, « Apologie de la Science Economique sur la distin (...)

23Il n’y a pas que les questions démographiques qui préoccupent ces auteurs. Avec le développement des doctrines physiocratiques, les problèmes économiques prennent de plus en plus de place, surtout orientés vers l’agriculture puisque, selon la théorie du produit net, c’est la seule activité vraiment productive. Ici aussi, la fin du XVIIIe siècle fait transition. De même que les démographes, tel Moheau, se fondent sur les analyses de médecins pour justifier des taux de natalité et de mortalité différents entre le nord et le sud, de même les économistes, comme Quesnay, s’appuient sur les distinctions des juristes pour opposer un terroir septentrional exploité selon la technique du fermage et des campagnes méridionales surtout vouées au métayage. La différence apparaît nettement dans cette bible du siècle des lumières que constitue l’Encyclopédie, dans l’article « Fermiers ». Des considérations techniques et économiques viennent compléter cette distinction juridique. Le nord, c’est le domaine du cheval, le sud celui du bœuf. Toute une série de conséquences en découlent « dans l’emploi des terres, dans les frais et dans les produits »17. Et l’on en arrive bien vite, puisque c’était le but quasi avoué dès le début, au jugement de valeur : deux France s’opposent, celle de la « grande culture » qui comprend la Normandie, la Beauce, l’Ile-de-France, la Picardie, la Flandre française et le Hainaut, et le reste, les régions de « petite culture » qui mériteraient pitié si elles n’étaient en partie responsables de leur situation. C’est déjà, plus qu’esquissée, la différence développée au XIXe siècle entre la France instruite, industrieuse et riche du nord et la France ignorante, peu développée et pauvre du sud.

B - Les auteurs de la première moitié du XIXe siècle

  • 18 Cf. Mona OZOUF, « La Révolution française et la perception de l’espace national. Fédérations, fédér (...)

24Si l’on met à part le régime napoléonien, la première moitié du XIXe siècle apparaît comme l’époque de prédilection des analyses visant à définir les spécificités des grandes régions françaises. La période du Consulat et de l’Empire a été, il est vrai, peu propice à ce genre de recherche, Non que les chiffres manquent, ni les rapports administratifs. Simplement, l’heure n’est pas à insister sur les diversités mais plutôt sur les éléments de l’unité de la nation. A la faveur des victoires militaires, le gouvernement s’efforce d’étendre les frontières du pays jusqu’à intégrer la Belgique, les Pays-Bas, le nord-ouest de l’Allemagne, la partie genevoise et valaisanne de la Suisse, la côte yougoslave, l’Italie jusqu’à Rome, le nord de l’Espagne. Dans ces conditions, les services du ministère de l’Intérieur qui font la synthèse des chiffres et des informations transmises par les préfets, s’attachent à mettre en valeur tout ce qui peut donner le sentiment d’un ensemble homogène avec des moyennes dont aucune partie du territoire n’est vraiment éloignée. A la rigueur, les documents officiels notent la situation originale d’un département, circonscription présentant la double caractéristique d’être d’une part récente ce qui lui vaut de mériter d’être encouragés, d’autre part trop limitée pour menacer la cohérence du Grand Empire. En revanche, tout ce qui pourrait opposer le nord et le sud, faire entrer en conflit de grands blocs encore mal soudés, doit être occulté autant qu’il est possible18.

25Avec la Restauration et la Monarchie de Juillet, du fait du rétrécissement de la France à des dimensions plus normales, les études sur les grandes régions naturelles entre lesquelles peut être divisé le territoire national, perdent leur caractère tabou. Durant cette période, les ouvrages vont se multiplier, d’abord assez sommaires, plus descriptifs qu’analytiques, plus simplificateurs que nuancés, puis de plus en plus approfondis et élaborés. La distinction nord-sud, l’affirmation d’un tempérament méridional très spécifique y perdront de leur simplicité au profit d’une image moins contrastée, aux teintes moins franches, avec des dégradés, une sorte de camaïeu.

26D’un auteur à l’autre, au fur et à mesure que l’on avance dans le temps, trois tendances s’affirment. Il s’agit d’abord d’analyser les spécificités régionales à travers un nombre de plus en plus important de critères, de se placer à des points de vue aussi divers que possible. Il s’agit, en deuxième lieu, d’une volonté peu à peu affirmée de ne pas se contenter d’une distinction nord-sud simpliste mais d’introduire progressivement des sous-divisions qui permettent de descendre, en traversant des bandes successives, de Dunkerque jusqu’à Marseille, ou qui intègrent également l’opposition est-ouest. Il s’agit, enfin, de s’éloigner des jugements péremptoires des premières études pour accepter qu’au moins à certains égards, le vice et le mal ne se situent pas nécessairement en arrière du nord du pays.

27Le premier mouvement permet donc de constater que les auteurs se placent à des points de vue de plus en plus variés pour analyser les grandes diversités régionales. Il est vrai que la première allusion décisive à une opposition nord-sud en France fait figure d’ébauche fort sommaire puisqu’il s’agit d’un simple tableau, inséré sans commentaire par un géographe italien, Adrien Balbi, dans une étude consacrée au Portugal, comparé avec les autres Etats d’Europe. Ce tableau donne, pour la France et par académie, le nombre d’élèves dans les écoles et collèges. L’ouvrage sort en France en 1822. Il faut attendre l’année suivante un compte-rendu de Malte-Brun dans le Journal des Débats, pour que soit tiré de ce tableau le commentaire qu’il mérite. Le journaliste constate en effet que, si l’on oppose d’un côté les douze académies du nord et de l’autre les treize du sud, en excluant Paris, l’on s’aperçoit que la proportion d’enfants scolarisés est deux fois et demi plus élevé dans les premières que dans les secondes.

  • 19 C. DUPIN, Effets de l’enseignement populaire de la lecture (...) sur les prospérités de la France, (...)

28Le baron Dupin va reprendre cette distinction en 1826 dans un discours prononcé à l’occasion d’une séance d’ouverture de cours au Conservatoire des arts et métiers : il en arrive cette fois à l’idée que « l’instruction est trois fois plus étendue dans le nord que dans le midi »19. Il va mettre cette statistique en rapport avec d’autres critères, tels l’impôt foncier, la patente, les brevets d’invention, les lauréats des collèges parisiens ou les reçus à Polytechnique, critères qui montrent la même opposition entre le nord et le sud. Il développe ces éléments, l’année suivante, sous le titre Forces productives et commerciales de la France avec, notamment une sixième partie consacrée à un « parallèle de la France du nord et de la France du sud, avec toute la France ». Il y aborde tant le degré d’instruction qui sert de base à sa démonstration, que l’état des voies de communication, les types de production, les marchandises commercialisées, les revenus.

29Une autre série d’auteurs va s’appliquer à quitter le terrain économique et social pour se placer au point de vue moral. Reprenant une question esquissée par Malte-Brun, l’avocat Guerry s’efforce, sous le titre Essai sur la statistique morale de la France, publié en 1833, de délimiter la fréquence et la répartition des faits criminels sur le territoire national. Il distingue les diverses catégories de fait punissables, dirigés contre les personnes et contre les biens, et les met notamment en rapport avec le degré d’instruction, faisant ainsi le lien avec les recherches précédentes. A peu près simultanément, Bigot de Morogues, sous le titre De la misère des ouvriers, et Villeneuve-Bargemon, dans des Recherches sur la nature et les causes du paupérisme en France et en Europe, s’attachent à reconstituer la distribution géographique de la pauvreté à travers divers indices.

30Un ouvrage classique clôture et couronne cette évolution, celui d’Adolphe d’Angeville : Essai sur la statistique de la population française. Il marque moins par l’originalité de la méthode ou des conclusions que par la masse des statistiques mobilisée. Il utilise près d’une centaine d’indices différents parmi lesquels certains sont particulièrement adaptés pour illustrer l’opposition nord-sud, tel bien sûr le niveau d’instruction ou de criminalité, mais aussi la taille des recrues, le nombre d’enfants trouvés et de bâtards, la levée de l’impôt, la consommation d’aliments... Il s’efforce également, par des recoupements et des mises en parallèles, d’établir des liens de causalité entre éléments différents.

31En même temps que ces auteurs font appel à des variables de plus en plus diverses, l’image qu’ils présentent de la France se complique. L’opposition nord-sud ne suffit plus à la décrire, même si elle demeure essentielle. D’un certain point de vue, la distinction se renforce d’être présentée de façon plus nuancée, plus complexe. Ce qui, dans les premiers ouvrages, faisait figure de différence outrée, naïve même, devient, à force d’être polie et affinée, une analyse pouvant prétendre au titre de recherche scientifique, susceptible de se présenter comme un reflet fidèle de la réalité. Malheureusement, par fatalité ou mouvement logique de l’esprit, les lecteurs retiennent surtout la dichotomie nord-sud.

32On l’a vu, Malte-Brun se contente d’une délimitation assez rustique puisqu’il se borne à opposer douze académies du nord à treize du sud. Dans la mesure où il intègre dans la première catégorie des villes comme Orléans, Lyon et Grenoble, l’on sent que sa distinction correspond à un souci d’égalité à la volonté de soupeser des grandeurs comparables, à l’idée de mettre de chaque côté le même nombre de circonscriptions administratives plutôt qu’à des recherches approfondies sur la spécificité méridionale. Du moins esquisse-t-il quelques directions de réflexion nouvelles en laissant entendre que le nord remonte, si l’on peut dire, plus haut à l’ouest et descend plus bas à l’est, ce qui évoque, pour couper le pays en deux, un coup de lame donné en diagonale plutôt que sur un plan horizontal. Par ailleurs, il soutient qu’avec cette opposition nord-sud, la nation est, en quelque sorte, le résumé de l’Europe entière. Autre direction d’interrogations, riche de promesses mais encore seulement entrevue.

  • 20 Id., p. 34-35.

33Avec Dupin, l’emplacement des points de partage entre les deux France se précise. Ils prennent même leur allure durable avec une formule qui fait mouche, celle qui consiste à tout ramener à une ligne Saint-Malo-Genève. L’idée s’imposera qu’au-dessus de cette barre s’épanouissent la civilisation et la prospérité, qu’en dessous sinstallent l’ignorance et la pauvreté. Ici aussi, comme pour Malte-Brun, l’opposition entre les deux France est complétée par une distinction à l’échelle de l’Europe. La partie septentrionale de notre pays bénéficie du voisinage valorisant de la Grande-Bretagne, des Pays Bas et de la Suisse tandis que le morceau méridional n’a que la proximité décourageante de l’Espagne, du Portugal, de la Sardaigne et de l’Afrique. De toute façon, l’analyse de Dupin vaut mieux que l’image simpliste qui s’est imposée. Il est plus nuancé qu’il n’y paraît à première vue. Cette France méridionale désignée du doigt, présente des degrés dans l’obscurantisme et la misère. Les treize départements rhodaniens, languedociens et pyrénéens en forment l’élément « le moins arriéré »20. Il y a pire que le midi, il y a une sorte de midi profond, le sud-ouest. Pour résumer, constatons que Dupin y place la Bretagne, l’Aquitaine et le Massif central. En fait, l’histoire retiendra surtout la ligne Saint-Malo-Genève. Il y a là une injustice à l’égard de l’auteur, mais une injustice finalement habituelle puisque rien ne demeure mieux dans les mémoires que ce qui est simplificateur jusqu’à l’erreur.

  • 21 A.M.GUERRY, Essai sur la statistique morale de la France, Paris 1833, p. 9.

34Un peu plus tard, étudiant la criminalité, Guerry tente, au moins dans un premier temps, de rompre avec la trop facile opposition nord-sud. Il divise la France en cinq tronçons, en fonction des quatre points cardinaux et en y ajoutant le centre Il insiste sur le fait que cette distinction entre cinq grands ensembles regroupant chacun dix-sept départements « n’a rien d’arbitraire et ne tend à favoriser aucun système, puisqu’elle est toute géométrique, et que l’arrondissement de chaque région est déterminé par celui des quatre autres »21. Désormais, à propos de chaque type d’acte délictueux ou de chaque critère permettant de fournir un élément d’explication sur la répartition de la criminalité, il classe ses cinq parties de la France, établissant autant de palmarès qu’il a de séries statistiques différentes. Un souci compréhensible de regroupement le conduit à une division ternaire du pays : le nord et l’est où les délits contre les biens sont plus nombreux, le sud présenté comme violent, enfin l’ouest et le centre dans une position intermédiaire En fait là encore, une sorte d’attirance née d’un vieux réflexe de juriste, conduit à ne retenir que l’opposition entre pays de droit écrit et de droit coutumier, donc à retomber dans la sempiternelle distinction nord-sud.

  • 22 A. d’ANGEVILLE, Essai sur la statistique de la population française, Bourg 1836, p. 127-128

35C’est Angeville qui reste comme le plus nuancé. La multiplicité des critères utilisés, le nombre des chiffres présentés semblent garantir une image très complète et complexe de notre pays. Il subdivise la France du midi en sept régions ayant chacune sa spécificité. La première comprend la plupart des départements montueux du sud avec l’Auvergne, les Cévennes et les Pyrénées et s’affirme, pour simplifier, comme un lieu de résistance à l’autorité. La deuxième, avec le bassin du Rhône, ressemble à la première sauf en ce qui concerne la moralité qui y est meilleure. La troisième, le Limousin et la Marche, paraît, pour ce qui est du physique des habitants la partie du pays « la plus disgracié » ; au surplus, « on s’y nourrit d’une manière détestable ». La quatrième subdivision, baignée par l’océan de Nantes jusqu’aux Landes, est peuplée d’individus d’une exceptionnelle longévité. La cinquième occupe le centre de la France et l’instruction y est l’une des plus arriérées. La sixième correspond à la Bretagne et la septième à la Corse22.

36Enfin, à comparer ces auteurs, une troisième évolution apparaît d’un livre à l’autre, celle qui les conduit à poser sur le sud un regard progressivement moins sévère. Les premiers ouvrages sont véritablement accablants. Au début, même l’accumulation des critères aboutit à enfoncer davantage les méridionaux dans leurs insuffisances plutôt qu’à les sauver par un aspect ou à leur trouver un motif d’indulgence. Les jugements se compliqueront ensuite, mais, là encore, ce ne sont pas les nuances qui seront les mieux entendues. Malgré les atténuations, les précautions tardives, l’image négative du sud va perdurer.

  • 23 Journal des débats, 21 juillet 1823.

37Malte-Brun a des formules sévères, où la pitié le dispute à l’étonnement : « nous savions que la vivacité gasconne et provençale ne s’accommode pas d’études méthodiques. Nous savions que l’idiome particulier des bas Bretons, la pauvreté de quelques provinces centrales et les mœurs particulières de la Corse, s’opposaient à l’action des lois générales, mais nous n’avions jamais imaginé que plusieurs portions de la France méridionale et occidentale étaient placées au niveau des pays européens les plus dépourvus d’instruction tandis que le nord du pays « marche à l’égal des contrée les plus civilisées » de l’Europe23. Il y a là, souligne-t-il, un constat qui explique que soit particulièrement difficile l’exercice du pouvoir en France, dans la mesure où les dirigeants doivent faire marcher du même pas un ensemble très disparate. Les gouvernants ont du mérite à vouloir entraîner ce sud retardataire, désordonné et ignorant à la suite du nord dynamique, discipliné et instruit.

  • 24 C. DUPIN, Forces productives et commerciales de la France, t. I, Paris 1827.

38A ce jugement, Dupin apporte, comme pour la définition de la ligne Saint-Malo-Genève, son sens de la formule. Sa distinction entre « la France éclairée » et « la France obscure »-il n’est pas nécessaire de préciser où se situent les lumières et où se trouvent les ombres- s’imposera durablement. Il a, pour ceux qu’il appelle ses « compatriotes du midi », pour décrire leurs retards et leurs insuffisances, des termes apitoyés plus blessants qu’une insulte. Il est vrai qu’il a aussi des développements qui valent mieux que les affirmations simplistes auxquelles on le réduit souvent. Certes, il attribue à l’ignorance sudiste l’essentiel de la responsabilité d’un développement économique limité, d’une industrialisation réduite. Il y ajoute cependant des remarques intéressantes sur l’inégalité des termes de l’échange, soulignant que le nord a le bon esprit d’exporter des produits manufacturés tandis que le sud commet l’erreur de vendre des matières premières qu’il devra parfois racheter après transformation par les industries septentrionales. Malgré ces aperçus prophétiques au point d’annoncer la situation actuelle des pays sous-développés, Dupin frappe surtout par sa volonté de présenter la situation du nord comme un idéal que les méridionaux doivent tenter d’atteindre, s’ils en sont capable. Il les exhorte sur un ton condescendant et protecteur : « c’est à vous que je dédie la description de la France du nord. Je présente à votre émulation généreuse, à votre imitation raisonnée, le modèle d’une partie du royaume »24.

  • 25 A. M. GUERRY, ouvr. cité, p. 47.

39Avec Guerry et les études de criminalité, des nuances plus importantes sont décelées. Il s’efforce de redresser certaines erreurs, notamment celle qui consiste à déduire du moindre degré de scolarisation dans le sud une plus forte propension à enfreindre les lois : « les départements où il y a le plus d’ignorance ne sont pas, comme on l’affirme tous les jours, ceux où il se commet le plus de crimes contre les personnes »25. C’est encore plus net si l’on prend la proportion des crimes contre les biens puisque celle-ci est plus importante dans le nord. Le midi se trouve ainsi partiellement réhabilité.

  • 26 P. BIGOT DE MOROGUES, De la misère des ouvriers et de la marche à suivre pour y remédier, Paris 183 (...)
  • 27 VILLENEUVE-BARGEMON, Economie politique chrétienne ou Recherches sur la nature et les causes du pau (...)

40Il le sera bien plus par les études de Bigot de Morogues et de Villeneuve-Bargemon sur le paupérisme. Il est vrai que ces deux auteurs sont poussés par des préoccupations plutôt conservatrices, ce qui les conduit à se méfier des modernisations liées à l’industrialisation, des nouvelles formes politiques et sociales engendrées par l’évolution des idées et des techniques. Les tristes ouvriers du nord leur paraissent bien moins heureux, plus pervertis que les gais paysans du midi. Bigot de Morogues a des formules qui frappent mais qui font plutôt figure de combat d’arrière-garde : « ceux qui spéculent et calculent avec nos grands industriels du nord se jettent souvent dans la rivière, ceux qui rient et dansent avec nos villageois du midi se gardent bien d’y tomber »26. Villeneuve-Bargemon félicite le midi d’avoir su échapper aux « fruits amers de la civilisation matérielle moderne »27. Il est donc exact qu’ils souhaitent réhabiliter le sud mais les arguments utilisés ne sont pas les plus propres à convaincre que l’avenir se tient sur les bords de la Méditerranée plutôt que sur les rives de la Manche ou de la mer du Nord.

  • 28 A. d’ANGEVILLE, ouvr. cité, p. 125-126.

41Finalement, c’est Angeville qui tente de formuler le jugement le plus complet. Au terme de très nombreuses séries statistiques, il s’efforce de faire la synthèse de la distinction nord-sud : « la France du nord compte en général peu d’enfants trouvés mais beaucoup de bâtards ; c’est la partie industrieuse, riche et éclairée du royaume et pourtant les populations y sont faciles à gouverner. La loi du recrutement s’exécute presque partout sans difficulté, et l’esprit de chicane y est en général peu développé (...). Le nombre absolu des pauvres est bien plus considérable que dans le midi, et si nous n’étions arrêtés par la considération que cette deuxième partie du royaume envoie beaucoup de mendiants dans la France du nord, nous n’hésiterions pas à affirmer que les pays les plus riches sont ceux qui ont le plus de paupérisme. Il est pourtant un point qui tendrait à faire croire que, si la misère n’est pas plus intense dans cette partie du royaume, c’est du moins là qu’on trouve le plus d’hommes mécontents de leur sort : nous voulons parler des suicides ; ils sont presque exclusivement commis dans les départements de la France du nord et dans les parties les plus riches du royaume.// Passons à la France du midi qui est celle où, sous un nombre donné d’habitants, on compte le plus d’agriculteurs (...). Un esprit de chicane plus développé que dans le nord, plus de difficulté pour l’exécution de la loi du recrutement et pour la levée des impôts, indiquent que ces populations laissent beaucoup à désirer sous le rapport de l’obéissance aux lois ; on peut dire que la classe éclairée se ressent de cet esprit d’indépendance et presque de résistance à la loi qui est particulier aux habitants du midi ; car certains crimes, et particulièrement ceux contre les personnes, échappent souvent par l’acquittement à la vindicte publique (...). On peut dire en général que la moralité des habitants de la France du midi, sous le rapport de la criminalité, est meilleure que celle de la France du nord ; cependant, les crimes contre les personnes, qui sont les plus graves, y sont plus fréquents que dans cette dernière partie du royaume »28.

C - Les évolutions ultérieures

42Ces recherches menées dans une perspective scientifique au sujet de la spécificité sudiste en France connaissent donc leur apogée pendant la première moitié du XIXe siècle. Après la Monarchie de Juillet, cette préoccupation s’atténue beaucoup. La médecine s’écarte de plus en plus des méthodes approximatives, des généralisations trop hâtives qui avaient jusque là compromis son efficacité. Avec Claude Bernard, plus encore avec Pasteur, elle s’engage résolument dans le domaine des expériences précises et répétées, des études pointues et minutieuses, orientées vers une maladie une forme d’affection, voire un symptôme. Les grandes synthèses sur le tempérament physiologique ou psychologique des méridionaux, sur le déterminisme implacable qui les voue à une torpeur lymphatique à peine ébranlée par une sexualité précoce et éphémère, font désormais sourire. On continue à se protéger du soleil, notamment dans la bourgeoisie de la deuxième moitié du XIXe siècle, mais c’est parce que des considérations sociales, voire mondaines, ont pris le relai des craintes médicales : un teint hâlé risque d’être interprété comme le signe d’une extraction modeste plus que d’une santé fragile. On persiste à traiter les pensionnaires des asiles d’aliénés par des douches froides mais c’est faute d’une autre méthode, en attendant Freud puis la camisole chimique. La chaleur cesse d’être la source de toutes les insuffisances physiques et morales des méridionaux.

  • 29 Hervé LE BRAS et Emmanuel TODD, L’invention de la France, Paris 1981, p. 16.

43Pour ce qui est des ouvrages consacrés à la description des divers aspects du territoire national et à l’établissement de distinctions fondées sur les différences climatiques, ils sont de moins en moins nombreux et de plus en plus prudents, à partir de 1850 environ. Deux causes l’expliquent. Le développement industriel caractéristique du Second Empire, la croissance rapide des chemins de fer vont, quelque temps, faire passer les diversités régionales au second plan. Les auteurs ne sont pas naïfs au point d’imaginer que toutes les spécificités locales sont en train de disparaître. Du moins n’est-il plus à la mode d’y insister. Désormais, on appuiera davantage sur ce qui unit, sur ce qui rapproche que sur ce qui divise et qui éloigne. C’est la tendance du moment29.

  • 30 Paul VIDAL de la BLACHE, Tableau de la géographie de la France, Paris 1903 ??.
  • 31 Id., p. 51-52.

44Elle va trouver un allié décisif dans une seconde considération, autrement forte et qui découle de la défaite de 1870. Désormais, toutes les énergies doivent être tendues vers la Revanche. On y pense toujours, même si l’on s’efforce de n’en pas trop parler. Il paraîtrait désormais très malvenu d’insister sur les diversités françaises alors que les Allemands tirent argument du caractère germanique de l’Alsace-Lorraine pour justifier a posteriori leur annexion. Il convient au contraire d’exalter l’unité de notre pays. Il faut minimiser, peut-être même dissimuler les variétés ethniques, les oppositions de tempéraments, pour insister sur ce vouloir-vivre commun qui constitue le ciment de la nation française. Il est nécessaire de s’attacher à démontrer que, de cette volonté unique, de cette longue habitude de travailler, de lutter ensemble, est née une entité homogène dont on ne peut distraire un élément sans provoquer l’indignation générale. Les auteurs les plus prestigieux participent à cet effort commun, ainsi Vidal de la Blache au début de son Tableau de la géographie de la France : « la France oppose aux diversités qui l’assiègent et la pénètrent sa force d’assimilation. Elle transforme ce qu’elle reçoit. Les contrastes s’y atténuent ; les invasions s’y éteignent. Il semble qu’il y a quelque chose en elle qui amortit les angles et adoucit les contours »30. Suivent quelques développements sur la distinction nord-sud dans notre pays mais c’est pour revenir rapidement aux éléments d’unité, tout en soulignant qu’en Grande Bretagne et en Allemagne, au contraire, les différences se sont exacerbées : « En France, rien de semblable. Comment se raidir contre une force insensible (...) qui (...) nous rend de moins en moins étrangers les uns aux autres ? Un peu plus tôt ou un peu plus tard, tous ont successivement adhéré au contrat. // Il y a donc une force bienfaisante, un genius loci, qui a préparé notre existence nationale et qui lui communique quelque chose de sain. C’est un je ne sais quoi qui flotte au dessus des différences régionales. Il les comprend et les combine en un tout31.

45Que l’on ne s’y trompe pas. La mise en veilleuse des recherches à prétention scientifique sur le tempérament sudiste, n’implique pas la disparition, dans les mentalités collectives, des préjugés conduisant à attribuer aux méridionaux des caractères spécifiques, généralement négatifs. Les ouvrages de médecine ou de géographie statistique n’étaient que la traduction, la justification et l’explicitation par le milieu universitaire, d’un jugement déjà rendu au tribunal de l’opinion publique, surtout dans les classes dirigeantes. L’image du méridional paresseux, indiscipliné et dévergondé est bien antérieure aux ouvrages de Cabanis et de Dupin, elle survivra à leur mise à l’écart. Ils ont été l’alibi scientifique d’un préjugé qui n’avait pas besoin d’eux pour perdurer. Il va même s’exaspérer d’une situation dont le sud n’est pas responsable mais dont il va bénéficier. Tant que cette partie de la France était moins développée économiquement, on lui pardonnait volontiers ses défauts ; ils étaient même attendrissants, éveillant plus de pitié que de colère. Le manque de dynamisme et de discipline trouvait sa punition normale dans un niveau de vie moins élevé. Tout était dans l’ordre logique des choses.

  • 32 Paul CARBONEL, Histoire de Narbonne, p. 430-431.
  • 33 Cité par Jean CLAVEL et Robert BAILLAUD, Des vins en Languedoc, Toulouse M ??, p. 74.

46Il se trouve que, durant le dernier quart du XIXe siècle, une partie du littoral méditerranéen va profiter d’une conjoncture exceptionnelle et très provisoirement favorable. Plusieurs vignobles, notamment dans l’Hérault et l’Aude, sont longtemps épargnés par le phylloxéra. Ils bénéficient donc d’une rente de situation comme les viticulteurs n’en ont guère connu et ne peuvent plus guère en connaître, avec des récoltes très abondantes et des prix très élevés. La côte méditerranéenne s’enlaidit de châteaux prétentieux, signe d’une prospérité ostentatoire qui exaspère aussi bien la vieille bourgeoisie que les dirigeants politiques traditionnels d’autant qu’à cet enrichissement obtenu apparemment sans effort, s’ajoute une tendance à voter radical, voire socialiste. C’est l’époque où Mac Mahon, président de la République recevant le préfet de l’Aube, et croyant qu’il vient de Carcassonne, de l’Aude, part dans une violente diatribe contre « ces populations du Midi qui n’ont pas de discipline, qui ont fait trop rapidement fortune, et qui sont devenus insupportables ». « Mais, continue-t-il, tout cela changera car le phylloxéra va les ruiner et les mettre à la raison »32. Pour les contemporains, l’irruption de la prospérité est venues aggraver les défauts déjà imputables au climat. « L’arrivée soudaine de la fortune vint s’ajouter à l’influence déprimante du climat de la plaine ; enrichis trop vite, les paysans se laissèrent gagner par les défauts et les vices des parvenus. Un coup de folie emporta les esprits ; la vanité, le désir de jouissances grossières les grisèrent et les mœurs se relâchèrent »33.

47La reconstitution du vignoble français avec des plants américains et l’afflux du vin d’Algérie vont ressusciter un système de concurrence plus dure. Les viticulteurs de la côte méditerranéenne, habitués à des ventes faciles avec des prix élevés, connaissent une crise sans précédent, d’autant plus douloureuse qu’elle suit une période de prospérité. On n’ose dire que les dirigeants parisiens s’en félicitent. Du moins y voient-ils un juste retour des choses. Les manifestations qui rassemblent des centaines de milliers de personnes à Béziers, Narbonne ou Montpellier ne suscitent que peu de réactions de la part des pouvoirs publics. Les méridionaux sont revenus à leur état en quelque sorte normal, nonchalants et braillards mais chaleureux. Clemenceau, ministre de l’Intérieur, prophétise que « tout cela finira par un banquet ». En fait, tout cela débouchera sur la démission de centaines de maires et de conseillers municipaux, sur des charges de cavalerie dans la foule, sur la mutinerie des troupes régulières originaires de la région, sur des morts à Narbonne.

  • 34 Cf. « La revanche du Midi » dans Hervé LE BRAS et Emmanuel TODD, L’invention de la France, Paris 19 (...)

48On a utilisé à plusieurs reprises le terme de préjugé au sujet des jugements portés sur les méridionaux au XIXe siècle. Nul doute cependant que ces jugements comportent cependant une part de vérité, à l’époque et de nos jours. Il est bien exact que le sud de la France est moins peuplé, économiquement moins développé, industriellement en retard par rapport au nord. A noter d’ailleurs que des phénomènes différents peuvent, grâce à des éclairages variés, faire l’objet d’interprétation ; semblables. Au XIXe siècle, le moindre développement des départements du midi se traduisait par un taux de scolarité plus bas ; de nos jours, on considère volontiers les études plus longues des méridionaux comme le signe d’une économie en plus grande difficulté, d’un marché de l’emploi plus tendu, les jeunes cherchant à faire durer leur formation pour retarder et faciliter à la fois une problématique entrée dans la vie active34. Il n’est pas question de contester la part de réalité que comporte la division nord-sud. Il faut bien s’incliner devant ce que chacun croit vrai. Au surplus, cette distinction est d’autant plus nette que l’on contemple le terrain de plus haut, sans souhaiter tenir compte des petites diversités locales. A trop s’intéresser à ces dernières, l’on s’exposerait à voir apparaître une carte de France présentant tout une série de dégradés, plus qu’une opposition bipartite évidente.

49En fait cette division doit beaucoup aux mentalités collectives. Le mythe se nourrit de la réalité et l’entretient. Il est révélateur que plusieurs pays proches de la France sur les plans économique, social, politique et culturel comme la République fédérale d’Allemagne, la Suisse, l’Italie ou l’Espagne, connaissent la même distinction nord-sud, nettement identifiable malgré les variantes nationales. Le climat ne peut y jouer un rôle déterminant puisque le sud allemand se situe à peu près au même niveau que le nord français, tandis que le nord espagnol est en dessous du midi français. Ce fut même l’un des problèmes évoqués lors des négociations préalables à l’entrée de l’Espagne dans le Marché commun : les trois régions du grand sud-ouest français, peu développées, se plaignaient d’être exposées à une concurrence directe du nord de l’Espagne, partie la plus industrialisée du royaume. On en arrive au sentiment que, dans chacune de ces nations, peut-être même ailleurs comme aux U.S.A. ou en U.R.S.S., s’installe quasi automatiquement une sorte de répartition interne des charges et des responsabilités, presque des qualités et des défauts. Chacun, en fonction de sa position par rapport à une ligne en partie arbitraire, se confinera dans le rôle qui lui est imparti : ardeur au travail, discipline, froideur au dessus de la ligne, caractère chaleureux, fantaisie, nonchalance en dessous. Le réel finit par ressembler au mythe, selon un processus passablement banal.

Notes

1 Sylvie VILA, « Une révélation ? Les luttes populaires dans le département de l’Hérault au début de la Monarchie de Juillet. 1830-1834 », dans Droite et gauche de 1789 à nos jours, Montpellier 1975, p. 114- 115 ; Paul CARBONEL, Histoire de Narbonne, Narbonne 1956, p. 365 ; autre opinion du préfet de l’Hérault : « le Midi va beaucoup plus loin et beaucoup plus vite (...) et le calme du Midi ressemble à la colère du Nord. Tandis qu’il y a des peuples qu’il faut pousser, celui-ci est de ceux qu’il faut retenir et adoucir ». Cf. aussi supra : André CABANIS, « Les mouvements populaires à Narbonne au XIXe siècle », dans Annales de l’Université des sciences sociales de Toulouse, 1983, p. 57 à 74.

2 Jean SAGNES, Le Midi rouge, mythe et réalité. Etudes d’histoire occitane, Paris 1982, p. 269.

3 HIPOCRATE,

4 MONTESQUIEU, De l’Esprit des Lois, t. I, Paris 1965, p. 239-240.

5 Id., p. 242.

6 Id.

7 Pierre CABANIS, Rapports du physique et du moral de l’homme, Paris 1843, p. 385-386.

8 Id., p. 411.

9 Id., p. 411-412.

10 Id., p. 387-394. Cf. aussi la distinction présentée par Mme de Staël sur les différences entre la littérature du nord et celle du midi.

11 Robert THOMAS, Nouveau traité de médecine pratique, t. I, Paris 1818, p. 22-47-76.

12 M. le chevalier RICHERAUD, Nosographie et thérapeutique chirurgicales, t. I, Paris 1821, p. 498.

13 Id., p. 455.

14 Docteur ALIBERT, Nouveaux éléments de thérapeutique, s.l.n.d., p. XXVII

15 Robert THOMAS, ouvr. cité, p. 149-150.

16 MOHEAU, Recherches et considérations sur la population de la France, Paris 1778, p. 202.

17 L’Encyclopédie, article « grains » ; M. de BUTRE, « Apologie de la Science Economique sur la distinction entre la Grande et la Petite Culture », dans Ephémérides du Citoyen, 1769, t. X, p. 9 (cité dans l’intéressant article de Prosper CHARTIER, « Les deux France, histoire d’une géographie », dans Cahiers d’histoire, 1978, p. 393 à 415.

18 Cf. Mona OZOUF, « La Révolution française et la perception de l’espace national. Fédérations, fédéralisme et stéréotypes régionaux », dans L’école de la France, Paris 1984, p. 27 à 54 ; M.-N. BOURGUET, « Race et folklore. L’image officielle de fa France en 1810 », dans Annales E.S.C., 1976, p. 802 à 823.

19 C. DUPIN, Effets de l’enseignement populaire de la lecture (...) sur les prospérités de la France, Paris 1826, p. 27.

20 Id., p. 34-35.

21 A.M.GUERRY, Essai sur la statistique morale de la France, Paris 1833, p. 9.

22 A. d’ANGEVILLE, Essai sur la statistique de la population française, Bourg 1836, p. 127-128

23 Journal des débats, 21 juillet 1823.

24 C. DUPIN, Forces productives et commerciales de la France, t. I, Paris 1827.

25 A. M. GUERRY, ouvr. cité, p. 47.

26 P. BIGOT DE MOROGUES, De la misère des ouvriers et de la marche à suivre pour y remédier, Paris 1832, p. 120.

27 VILLENEUVE-BARGEMON, Economie politique chrétienne ou Recherches sur la nature et les causes du paupérisme en France et en Europe, t. II, Paris 1834, p. 23.

28 A. d’ANGEVILLE, ouvr. cité, p. 125-126.

29 Hervé LE BRAS et Emmanuel TODD, L’invention de la France, Paris 1981, p. 16.

30 Paul VIDAL de la BLACHE, Tableau de la géographie de la France, Paris 1903 ??.

31 Id., p. 51-52.

32 Paul CARBONEL, Histoire de Narbonne, p. 430-431.

33 Cité par Jean CLAVEL et Robert BAILLAUD, Des vins en Languedoc, Toulouse M ??, p. 74.

34 Cf. « La revanche du Midi » dans Hervé LE BRAS et Emmanuel TODD, L’invention de la France, Paris 1981, p. 288.

Notes de fin

1 Article publié dans Etat et pouvoir - Réception des idéologies dans le Midi. L’Antiquité et les Temps Modernes. Actes du colloque de Lyon 1920-21 septembre 1985, Presses universitaires d’Aix-Marseille, Aix 1986, p. 111 à 129.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search