Version classiqueVersion mobile

Mélanges en hommage à André Cabanis

 | 
André Cabanis

Cinquième sous-partie. Histoire des mentalités

Les mouvements populaires à Narbonne au xixe siècle1

Texte intégral

  • 1 Article publié dans les Annales de l’Université des sciences sociales de Toulouse, 1983, p. 57 à 74 (...)

1Source d’espérance ou d’effroi selon les points de vue, les mouvements populaires font l’objet, de la part des auteurs intéressés par les phénomènes politiques ou sociaux, d’une attention déjà ancienne mais plus soutenue aux XIXe et XXe siècles. La violence de la Révolution de 1789 ainsi que des successifs changements de régimes, jusqu’à la IIIe République, rendent la classe politique particulièrement sensible aux palpitations des masses. En même temps, une série de penseurs politiques, de Babeuf à Sorel, placent leur espérance dans les mouvements de fond des classes laborieuses, éventuellement entraînées par des minorités agissantes. Victor Hugo distingue l’aimable émeute de l’ignoble insurrection. Emile Zola pressent avec des frissons les sombres voluptés du grand soir. Le romantisme littéraire et le naturalisme romanesque se succèdent pour expliquer que la violence va faire accoucher l’histoire d’un enfant dont on ne sait trop qui est le père mais si chargé de responsabilités pour apaiser toutes les frustrations qu’il est difficile de ne pas lui reconnaître un fort handicap de naissance. Les révolutions permettent de gagner du temps, explique-t-on, à l’inverse d’une formule de Montherlant qui fait presque figure de paradoxe amusant.

2A côté de cet intérêt ancien, mais toujours vivant, apparaissent de nouvelles préoccupations pour étudier ces mouvements populaires. Longtemps dépeinte avec des couleurs sombres, l’émeute est parfois réhabilitée au nom de la fête. L’insurrection fait figure de manifestation ludique, occasion de convivialité pour un peuple que l’on a privé d’autres moyens d’expression et qui, de toutes façons, préfère ces moyens-là, violents mais plus excitants que des opérations électorales toujours un peu froides. C’est l’attendrissement sur les Trois Glorieuses, si bien nommées, figurant à côté de Bouvines et du sacre de Napoléon parmi « les journées qui ont fait la France ». C’est le récit épique du soulèvement des canuts lyonnais dont les chansons n’ont pas cessé de retentir. C’est la narration des mouvements ayant précédé, accompagné et suivi 1848, tant à Paris qu’en Province, narration publiée en 1982 et, paradoxalement, dans la vieille collection « Vie quotidienne ». L’émeute accède ainsi à la dignité du quotidien. Elle est récupérée, quasi banalisée, en tout cas ritualisée, codifiée ; elle annonce les grandes manifestations du XXe siècle, mode normal de défoulement collectif, relevant d’une forme d’hygiène sociale. Au XIXe siècle, l’on n’en est pas encore là, ou plutôt l’on y arrive progressivement.

3Si j’ai souhaité, dans cette perspective, traiter des mouvements populaires à Narbonne au XIXe siècle, c’est d’abord, bien sûr, pour m’efforcer de répondre au programme de recherche fixé pour le colloque dans le cadre duquel ce texte a d’abord été présenté : « histoire des mouvements sociaux dans le Midi aux XIXe et XXe siècles ». C’est également pour tenter de combler une lacune : s’il a été publié des études souvent passionnantes sur l’une ou l’autre des grandes journées révolutionnaires à Paris et en province, s’il a été effectué des recherches souvent abondantes sur l’un ou l’autre des changements de régime dans tel département ou telle’ville français, en revanche sauf dans des histoires de villes, et ce n’était pas la préoccupation principale des auteurs, l’on ne s’est guère penché sur la totalité des mouvements dont une agglomération a été le théâtre, par exemple au cours d’un XIXe siècle largement entendu, allant de 1789 à 1914.

4Deux considérations donnent quelque intérêt à une telle démarche. D’abord elle permet de constater une prédisposition plus ou moins grande à l’agitation, des types de désordres qui ressurgissent à intervalles plus ou moins longs, des foyers d’infection qui se maintiennent en permanence et se manifestent de façon tantôt aiguë, tantôt chronique. En un mot, il est ainsi possible de mettre en évidence des particularismes locaux, voire régionaux, dans les causes et les formes des mouvements populaires. Cette démarche favorise d’autre part la prise en compte d’un élément qui échappe à des études plus courtes sur le plan chronologique même si elles sont plus vastes sur le plan géographique. L’on peut ainsi retrouver, de révolution en révolution, les mêmes mouvements ou les mêmes hommes, voir ressurgir en 1848 certains protagonistes de 1830, lors de la Commune de 1871, certains ancêtres de la Seconde République, en un mot reconstituer l’influence d’une minorité active, souvent décisive dans une petite ville.

5Enfin, pour clore cette explication sur le sujet proposé, indiquons que le choix de Narbonne se justifie par une vie politique particulièrement agitée, notamment marquée par l’instauration d’une Commune en 1871, à l’imitation de Paris, et par les émeutes ensanglantées de 1907. Les perspectives évoquées dans cette introduction nous conduiront d’abord à tenter de déterminer si les mouvements populaires constituent, comme une approche intuitive pourrait conduire à le penser, un mode privilégié d’expression politique dans le Midi. Il conviendra donc de dégager les lignes de force d’une évolution dans le temps de ces formes d’agitation, en fonction des mutations économiques et sociales mais également sous l’influence de considérations stratégiques liées aux conditions des affrontements urbains entre manifestants et forces de l’ordre. Il faudra ensuite tenter de démêler, dans le grouillement des mouvements populaires dont Narbonne a été le théâtre, les formes spécifiques d’une agitation de type méridional à supposer que ces formes existent.

I – L’émeute, un mode privilégié d’expression politique

6Dans ce domaine d’une recherche sur les particularismes locaux, sur la propension d’une région à donner plus de place à certaines formes d’expression politique, chacun a conscience de la nécessité d’éviter les simplifications abusives. Il n’est même pas besoin, pour s’en convaincre, de remonter à la théorie des climats de Bodin ou de Montesquieu et d’en constater certaines naïvetés. Plus près de nous, Rolland Barthes a souligné ce qu’il pouvait y avoir de trop facile à prétendre fixer dans une « typologie improbable » le spectacle réel des conditions, des classes et des métiers. Aussi n’est-il pas question d’opposer, dans une démarche évidemment trop schématique, le méridional nonchalant, agité et habile au nordiste courageux, discipliné et taciturne. L’étude des mouvements populaires montre cependant certaines spécificités politiques non seulement « sudistes », mais, plus précisément, particulières au Midi viticole, essentiellement aux départements de l’Aude et de l’Hérault. C’est à cet ensemble qu’appartient Narbonne.

A - Le jugement des contemporains

7Sans doute n’est-il pas indifférent de s’intéresser d’abord à ce que pensent les contemporains. Le nez sur l’événement, immergés dans les problèmes concrets du maintien de l’ordre, les dirigeants parisiens et leurs représentants locaux ne sont sans doute pas les mieux placés pour porter un jugement objectif et mesuré. Du moins leurs opinions constituent-elles un élément qu’il faut prendre en considération. Un élément d’autant plus révélateur que ces opinions convergent. Dès 1818, le préfet de l’Hérault porte une appréciation péremptoire : « Le Midi va beaucoup plus loin et beaucoup plus vite (...) et le calme du Midi ressemble à la colère du Nord. Tandis qu’il y a des peuples qu’il faut pousser, celui-ci est de ceux qu’il faut retenir et adoucir. » Un peu plus tard, un autre préfet, Trouvé, complète et nuance ce jugement en s’intéressant plus précisément à Narbonne : « Naturellement vifs et impatients, mais bons et généreux, si les Narbonnais se laissent aller quelquefois à des mouvements de violence et de colère, ils s’apaisent à la moindre avance, à la moindre soumission. »

8Par delà ces nuances, les membres du corps préfectoral s’accordent sur une idée : « ce pays est essentiellement ennemi de l’autorité ». Et il est une manifestation de l’autorité qui paraît particulièrement odieuse, c’est l’obligation de payer l’impôt, d’autant plus mal accueillie qu’il s’agit d’une région fort rurale, bientôt à dominante viticole. Or, l’essentiel des ressources fiscales vient à l’époque de la contribution foncière et des droits indirects frappant particulièrement les boissons. « Ce serait peu dire que le caractère de ces gens-là est frondeur. On ne paie pas l’impôt, on fraude. »

9La tradition est ancienne. Les recherches menées sur les Paysans du Languedoc montrent l’apparition des revendications antifiscales et antiseigneuriales dès la seconde moitié du XVIe siècle, notamment sous l’influence de la réforme protestante. Une étude sur les mouvements populaires dans le département de l’Hérault au début de la Monarchie de juillet précise que « le maintien des Droits Réunis par les successifs régimes de la première moitié du XIXe siècle a été un des facteurs essentiels de la radicalisation politique des masses populaires dans le département : c’est autour du système fiscal que se sont cristallisés leur opposition et leur mécontentement. Les Autorités n’avaient pas tort quand elles disaient que le maintien de l’impôt sur les boissons avait jeté les classes populaires dans les bras du Socialisme ». Ce jugement s’applique également au département de l’Aude, et notamment à Narbonne où les premiers mouvements populaires, si l’on excepte ceux, assez largement provoqués de l’extérieur, qui ont eu lieu sous la Révolution, se déroulent en 1813, puis en 1831 contre les impôts indirects.

10Les conséquences de ce mélange de méfiance et de mépris chez les dirigeants nationaux coulent de source : les mouvements populaires lorsqu’ils se déclenchent, fût-ce avec une grande ampleur, sont difficilement pris au sérieux par les gouvernants. Sous-estimation du mécontentement qui a parfois des conséquences tragiques comme en 1907 où Clemenceau a proclamé pendant plusieurs semaines, alors que des centaines de milliers de manifestants se retrouvaient de dimanche en dimanche à Perpignan, à Nîmes, à Montpellier, que « tout cela finirait par un banquet ».

B - Les transformations économiques et sociales

11Les mutations dont les départements méditerranéens ont été le théâtre au XIXe siècle, ne sont pas étrangères à l’apparition de certaines formes de revendications violentes. Ces transformations peuvent être résumées d’un mot : c’est le passage d’une économie céréalière à une économie viticole. Les causes en sont également faciles à cerner. Le développement des échanges commerciaux, l’amélioration des transports surtout grâce aux chemins de fer, favorisent l’affirmation de nouvelles spécialisations régionales au point que la répartition des activités économiques sur le territoire français est presque entièrement remodelée par le démarrage industriel. La vocation céréalière du Midi méditerranéen n’est désormais plus de mise. Les terrains sont mal adaptés, le climat — rythme des pluies et des vents — ne convient pas, les techniques agraires — surtout les assolements — sont dépassées. En même temps, l’arrivée des blés russes débarqués à Marseille et la hausse des rendements dans le nord de la France provoquent une baisse des prix à partir de 1820 et dissuadent les paysans méridionaux de maintenir cette culture. Dans l’arrondissement de Narbonne, les surfaces en blé passent de 15 000 hectares vers 1820 à 10 000 hectares vers 1850, puis 3 000 hectares vers 1875. La cause est entendue.

12Simultanément, une solution de remplacement s’impose. Comme il se doit en bonne logique libérale-capitaliste, les causes d’un problème économique fournissent dans le même mouvement les moyens de le résoudre. Les mêmes motifs qui provoquent la disparition des champs de blé, ce climat chaud et sec, les progrès du commerce, encouragent la plantation de vignes, jusque-là limitée par la réglementation d’Ancien Régime, toute imprégnée de préoccupations frumentaires, et par des débouchés insuffisants. Dans l’Aude et à superficie égale, la vigne rapporte deux fois plus que le blé au début du XIXe siècle. Les chiffres de l’extension du vignoble sont donc exactement inverses de ceux qui trahissent le rétrécissement des emblavures : 15 000 hectares vers 1820, 30 000 vers 1850, 58 000 vers 1875.

13Cette totale transformation des paysages, des techniques, des mentalités se fait sentir à de multiples niveaux. Si l’on écarte le voile flatteur que déploie l’exceptionnelle prospérité du dernier quart du XIXe siècle, c’est une société très vulnérable qui apparaît à l’observateur. Les fluctuations normalement antinomiques des récoltes et des prix jouent des tours inattendus aux producteurs, avec des variations plus que proportionnelles des cours par rapport aux quantités offertes et demandées. Ces variations tiennent aux caractéristiques habituelles des marchés agricoles, aggravées par la position du vin audois dans les circuits de distribution, vin très recherché en cas de pénurie au niveau national, presque complètement abandonné en cas de surproduction durable.

14Au surplus, et à deux reprises, dans les années cinquante et dans les années soixante-dix, les mécomptes qui frappent le vignoble français profitent à la région narbonnaise. Vers 1850, c’est l’oïdium, maladie qui atteint le plus gravement les contrées humides. Vers 1870, c’est le phylloxéra qui ne touche guère la région narbonnaise avant 1884, bien plus tard que d’autres terroirs. Durant ces deux périodes où la situation audoise est à contre-courant du reste du pays, d’excellentes récoltes coïncident miraculeusement avec des prix élevés, franchissant le seuil de 30 F l’hectolitre, frôlant les 40 F.A d’autres époques, notamment à la veille de la crise de l’oïdium, au lendemain de la victoire sur le phylloxéra, les cours s’effondrent. Ils tombent à 6 F l’hectolitre en 1900 et provoquent les phénomènes inverses, la récolte invendable, l’impossibilité de faire face aux emprunts, l’appauvrissement général, la misère pour les plus défavorisés.

15Société vulnérable mais également société perturbée, y compris dans les périodes de prospérité, peut-être davantage dans ces périodes. Une nouvelle bourgeoisie apparaît. Au Conseil municipal, sous la Restauration, ce sont encore les grands propriétaires fonciers d’origine aristocratique qui dominent, les d’Exéa, les Chef de Bien, les Stadieu. Sous la Monarchie de Juillet, les transformations politiques et économiques les conduisent à laisser la place à des hommes de loi, à des propriétaires d’origine roturière et à des marchands-négociants, présents en proportions à peu près équivalentes. Enfin, avec le Second Empire, ce sont les notables économiques qui s’imposent jusqu’à ce que la victoire de la liste républicaine, juste avant la chute de Napoléon III, en 1870, fasse accéder à l’hôtel de ville des individus plus représentatifs de la population sur le plan politique que de la classe dirigeante sur le plan économique. La facilité apparente des enrichissements récents, l’insolence de certaines nouvelles fortunes choquent tant l’aristocratie et la vieille bourgeoise que les classes populaires. Le clergé n’est pas le dernier à s’indigner des habitudes de laxisme qui lui semblent révélatrices d’une société en décomposition. Une fortune trop facilement acquise est jugée inséparable du désordre des mœurs et des idées.

16Les conséquences du développement économique, de la prospérité viticole jusqu’en 1890 puis de la crise ne se font pas seulement sentir sur les nouvelles classes favorisées mais également sur tous ceux qui, par cascades successives, vivent de la vigne, petits propriétaires artisans, négociants, jusqu’aux cabaretiers et aux domestiques. L’essentiel des activités manufacturières, à Narbonne, sont liées à la viticulture, qu’il s’agisse de la tonnellerie, de la trituration du souffre à des fins de traitement, de la fabrication du verdet et de la distillation des eaux-de-vie. La population urbaine retrouve les chiffres atteints au plus fort du Moyen Age et perdus depuis. Après avoir compté environ 30 000 habitants au meilleur de la période romaine, puis de nouveau au milieu du XIV’siècle, Narbonne est retombée, après la grande peste à moins de 10 000 et s’y est maintenue jusqu’au début du XIXe siècle. A partir de là, la reprise est rapide : plus de 13 000 en 1851, plus de 17 000 en 1872, plus de 28 000 en 1881. Cette croissance est entièrement imputable à l’immigration puisque le bilan démographique naturel de la ville est négatif, avec un taux de natalité de 2,4 % et un taux de mortalité de 2,7 %. Les nouveaux venus arrivent surtout des régions déshéritées de la haute vallée de l’Aude et des zones autrefois céréalières du Carcassonnais. S’y ajoutent un certain nombre d’étrangers, surtout des Espagnols. Ils se placent comme ouvriers agricoles pour les hommes, dans les emplois de maison pour les femmes. Comme on l’imagine, ils s’impatientent des lenteurs de leur assimilation et de leur promotion sociales.

C - Les principaux mouvements politiques à Narbonne au XIXe siècle

17Sur le plan politique, un attachement de plus en plus net aux idéaux de la gauche française s’affirme progressivement à Narbonne, sous les diverses formes que cette sensibilité a pu revêtir au XIXe siècle : libéralisme, républicanisme, socialisme. Sans que les contemporains aient une conscience claire de chaque étape, la réputation de Narbonne, cité archiépiscopale, va faire place à l’image de la ville rouge, l’une des rares métropoles entièrement acquise à la S.F.I.O. à la veille de la première guerre mondiale.

18Le point de départ de cette évolution, c’est la période révolutionnaire, plutôt moins violente là que dans le reste de la France, avec des autorités municipales et de district qui font preuve d’une certaine modération dans l’exécution des ordres venus de Paris, notamment contre les prêtres réfractaires. Par la suite, surtout à partir de la Restauration, avec le retour à de véritables élections et plus encore après 1848 grâce au suffrage universel, le mouvement vers la gauche va s’affirmer, non sans quelques retours en arrière liés aux vissicitudes de la vie politique nationale, lorsque la Deuxième République devient conservatrice, également sous le Second Empire et sous le régime de l’Ordre moral. Mais chaque fois, le retour victorieux des candidats modérés ou conservateurs se fait plus malaisément à Narbonne que dans le reste du pays, et dure moins longtemps.

19Parallèlement au progrès des votes républicains puis socialistes, se fait jour un mouvement vers des habitudes de manifestations violentes dans la ville, surtout lorsque les procédures électorales ne semblent pas permettre aux vœux populaires de se manifester. De ce point de vue encore, le point de départ de cette évolution, l’époque révolutionnaire, n’est marqué que par des rassemblements limités, surtout dirigés contre les bâtiments ecclésiastiques. Les armoiries sont martelées, les statues brisées et dispersées, les sépultures ouvertes, les archives brûlées. Il est difficile de faire dans tout cela la part de la haine à l’égard de l’Ancien Régime et ce qui ressort de la satisfaction de tout casser. Au surplus les mouvements les plus violents à Narbonne sous la Révolution sont déclenchés par des éléments extérieurs, notamment par le passage de volontaires en marche vers les frontières, excités, entraînant les Narbonnais, sinon à les suivre dans l’aventure militaire, du moins à montrer quelques signes extérieurs de patriotisme.

20La seconde période de désordres de quelque ampleur se déroule en 1831. Les émeutes ne sont pas alors très violentes mais, cette fois, les Narbonnais n’ont besoin de personne pour les y pousser puisqu’ils ont le sentiment de défendre leurs intérêts en s’opposant à la tentative de la municipalité de rétablir les taxes sur les entrées de marchandises dans la ville. La fureur est d’autant plus grande que la perception de ces taxes avait été suspendue lors du changement de régime et du passage de la Restauration à la Monarchie de Juillet. Des désordres éclatent. Le maire tente de rétablir le calme mais il se fait copieusement huer, place de la porte de Perpignan puis place de la Mairie. Accompagné du sous-préfet, il fait appel à la troupe qui se heurte au premier rang de manifestants intentionnellement garni de femmes et d’enfants. Malgré les ordres, les soldats refusent de charger et de tirer. Tous les carreaux de la grande salle de l’hôtel de ville, au premier étage, sont brisés. La porte et les fenêtres de la sous-préfecture subissent une grêle de pierres. Finalement tout se termine avec une suspension de la taxe par le Conseil municipal. « Triomphe momentané de la rébellion et de l’anarchie », écrit le sous-préfet au ministre de l’Intérieur. Momentané en effet puisque, le lendemain de la décision, arrive à Narbonne, pour maintenir l’ordre, un bataillon de la garnison de Montpellier, avec à sa tête le maréchal Soult.

21Avec la Deuxième République, les manifestations prennent un tour plus violent et, pendant plus d’un an, quasi-endémique. Quelques rassemblements nocturnes et bruyants ponctuent la soirée qui suit les élections municipales. Le lendemain des présidentielles, c’est plus grave et, sans l’intervention d’un conseiller municipal, un commissaire de police s’apprêtait à faire armer de cartouches une patrouille de vingt soldats pour disperser la foule qui danse place de la Mairie et se livre, aussi, à quelques brutalités contre les partisans de la droite. Nouveaux incidents graves évités de justesse lors du carnaval de février 1849. C’est, quelque temps, le cycle classique des désordres et de la répression. L’arrestation des responsables du carnaval provoque des rassemblements menaçants devant le Palais de Justice. Il faut l’intervention de l’armée et de la Garde nationale pour que le calme revienne. Les déclarations apaisantes du maire n’y sont pas non plus étrangères. Les élections législatives ayant permis la victoire des conservateurs, ce sont de nouveaux mouvements de protestation. La gauche veut montrer qu’elle tient la rue : bagarres près de la place de l’hôtel de ville, violence contre l’un des députés conservateurs partant pour Paris. Finalement, la municipalité, considérée comme responsable des désordres, est dissoute. Nouveau mouvement lors des élections municipales de septembre 1849. Le maire provisoire doit faire dégager l’un des bureaux de vote par le poste des troupes de ligne en place à l’hôtel de ville. Les résultats, favorables à la gauche avec quinze voix de majorité seulement, sont annulés. Cette fois, la liste municipale conservatrice étant passée, les bals républicains sont interdits, le journal de cette tendance disparu sous le poids des amendes, l’ordre revient pour la période du Second Empire.

22En 1871, avec les événements de la Commune, Narbonne accède au rang de l’un des principaux foyers de désordre en province puisque le pouvoir révolutionnaire s’installe à l’hôtel de ville pendant près d’une semaine et constitue une Commune, à l’imitation de Paris. Comme dans la capitale, les autorités séditieuses s’efforcent d’organiser et de donner une apparence d’ordre à la rébellion... Comme à Paris aussi, la reconquête par les forces légales prend la forme d’un combat de rue, avec mise en place de barricades, tirs de part et d’autre, les émeutiers reculant en combattant jusqu’à la mairie qui constitue le dernier point de résistance. Bien moins sanglant cependant qu’à Paris.

23La défaite de la Commune de1871 dans les rares villes dont elle a pu prendre le contrôle marque la fin d’une époque en ce qui concerne les mouvements de rue. Jusque-là, encouragés par les réussites de 1830 et 1848, les émeutiers peuvent à bon droit considérer l’affrontement avec la police, la gendarmerie, éventuellement avec les troupes régulières, comme le meilleur moyen d’imposer leur volonté. La lenteur des tirs au fusil, la complexité du tissu urbain pas encore éventré par le percement des grands boulevards, la nécessité de mener des combats rapprochés, donc propices au débauchage de soldats peu motivés par l’idée de tirer sur des compatriotes, tous ces éléments concourent à rendre l’issu des fusillades indécises et la victoire des émeutiers tout à fait possible, même face à des troupes régulières. Au contraire, à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, les progrès de l’armement, les opérations d’urbanisme favorables aux grands déploiements militaires, la technique du combat à distance font basculer l’équilibre des forces.

24L’expérience de 1871 montre qu’une émeute armée, fut-elle assez nombreuse et décidée pour avoir mis la main sur une ville, fut-elle équipée au point de disposer de canons, est incapable de résister à l’avance de l’infanterie. La stratégie des émeutes urbaines va s’en trouver modifiée. Il ne pourra plus s’agir de chocs frontaux et armés entre manifestants et forces de l’ordre. Face à l’opinion publique dont la conquête constitue le principal enjeu et qui fait l’objet de tentatives de séduction de tout côté, chacun a intérêt à éviter un affrontement violent qui risque de déconsidérer celui qui en sera tenu pour responsable. Les mouvements populaires prennent donc un caractère très ritualisé, très codifié. Chaque partie veille à ne pas aller trop loin, à montrer sa force, mais aussi son sens des responsabilités.

25Complet changement de perspective dont tous n’ont pas immédiatement conscience. De ce point de vue, les événements de 1907 sont intéressants car ils rendent évident ce qui échappe encore à certains : le caractère désormais aberrant d’une confrontation armée entre manifestants et forces de l’ordre, la nécessité de respecter une série de rites, un cérémonial d’autant plus délicat à déployer que la violence verbale est de règle, que les manœuvres d’intimidation s’imposent de part et d’autre. Un cérémonial impératif cependant car toute erreur d’appréciation peut avoir des conséquences sanglantes.

26En 1907 donc, Narbonne est l’une des villes du Midi soulevé, particulièrement importante par le rôle que joue son maire, Ernest Ferroul. Elle est le lieu d’une des manifestations les plus importantes, groupant près de 100 000 personnes le 5 mai. Elle est surtout le théâtre des affrontements les plus violents, qui laissent six morts sur le pavé, de loin le plus lourd tribut payé à ces jours sombres. De toute façon, ces événements sont trop connus pour qu’il soit nécessaire de les décrire longuement ici. La violence populaire et celle de la répression atteignent alors une apogée à Narbonne. De même que la ville n’ira pas plus à gauche que le socialisme, de même il ne se produira plus rien de si violent à l’avenir.

II - Les spécificités des mouvements populaires

27La littérature, les rapports officiels, certains historiens même, opposent les émeutes du nord, plus lentes à se mettre en branle, mais plus dévastatrices, plus sanglantes lorsqu’elles se sont déclenchées, aux émeutes du midi, plus rapides à éclater, gerbes de forces plus complexes mais moins violentes, parfois mêlées de fête. Ce schéma doit être vérifié, nuancé et complété. Il est vrai que les responsables du maintien de l’ordre de l’époque sont rien moins que rassurés lorsque des rassemblements ont lieu à Narbonne. En 1849, par exemple, le maire de la ville informe le sous-préfet et le procureur de la République des précautions prises à l’occasion du banquet républicain tenu dans un cirque mis en place pour des représentations données par une troupe d’écuyers. Encore que le motif du rassemblement soit rassurant, encore que sa localisation facilite les opérations de maintien de l’ordre, le maire n’entend courir aucun risque. Il obtient du commandant de la place quatre-vingts hommes de troupe dirigés par un officier pour maintenir le calme. Il leur fait cerner le local du banquet de telle façon que les badauds doivent passer au large et ne puissent stationner à proximité. Il invite les convives à se rendre isolément dans la salle, sans se grouper pour venir ni rester aux portes. Il leur demande « de conserver le plus grand calme, de ne rien faire, ni de rien dire, qui pût troubler l’ordre et de se retirer après le banquet comme ils étaient venus, sans pousser aucun cri ». Et le maire de conclure victorieusement son récit de ce moment difficile : « ce que j’avais demandé fut religieusement observé (...). Je n’ai pas eu le plus petit reproche à faire à qui que ce fût ».

28L’inquiétude des autorités se comprend. Certes, un banquet républicain ne semble pas a priori très dangereux sous un régime qui se prétend encore républicain ; ce serait plutôt une manifestation de loyalisme. En fait, les rassemblements risquent toujours de dégénérer, même contre la volonté des organisateurs. Quelque temps avant ce banquet, le défilé du carnaval a bien failli se terminer en pugilat général. Les républicains avancés avaient préparé une série de chars politiques ironiques à l’égard du pouvoir en place, tel le « tombereau de la presse réactionnaire », le « fourgon du parti modéré », une boîte vide avec l’inscription « Trésor-Caisse d’Epargne ». Enfin, clou du défilé : un personnage monté sur un âne et affublé d’un masque à l’effigie du président de la République. C’est ce dernier qui crée la plus vive sensation et suscite les manifestations de mécontentement.

29Les charivaris sont une autre occasion traditionnelle de désordres. Déclenchés par les groupes de jeunes gens d’un village ou d’un quartier et généralement dirigés contre un couple mal assorti ou simplement marié depuis peu, des chahuts nocturnes réveillent périodiquement les habitants de la maison visée. Des scènes burlesques soulignent de façon grotesque les faits qui ont provoqué le rassemblement : l’âge élevé de l’époux marié à un tendron, l’autoritarisme de la femme devant laquelle tout doit plier et dont les éclats dérangent le voisinage, l’infidélité notoire d’un conjoint. Généralement tout se termine par quelques distributions de monnaie de la part des victimes, assez pour faire cesser le scandale, pas trop pour ne pas en encourager le renouvellement. Rien de politique là-dedans, sauf lorsqu’un notable dirige en sous-main le groupe de jeunes gens contre un adversaire, sauf lorsque les autorités se mêlent de vouloir interdire ces débordements salubres. Au XIXe siècle, avec le développement des enjeux électoraux, ces pratiques traditionnelles sont l’objet de déviations. Surtout le sous-préfet, le procureur de la République, les responsables municipaux s’accordent en général pour combattre ces manifestations qu’ils jugent contraires au bon ordre, indécentes, grossières, en un mot incompatibles avec une époque pudibonde et soucieuse de préserver les apparences de l’honorabilité.

30A Narbonne, le soir des élections communales d’août 1848, des groupes de jeunes gens se rendent en cortège devant les maisons des nouveaux conseillers municipaux et des diverses autorités locales. Chez certains, l’accueil est aimable et tout se passe bien, les nouveaux élus affectant de prendre le chahut avec bonne humeur d’autant plus qu’il est difficile de faire la part des félicitations et celle des moqueries. En revanche, d’autres goûtent mal la plaisanterie, tel le commandant de la place et il y a des bousculades devant son logement. La même nuit, d’ailleurs, une patrouille est attaquée par des jeunes gens qui viennent de faire un charivari à une veuve remariée. L’interdiction de ces mouvements spontanés, circonscrits mais mal perçus par des notables fort boutonnés, provoque la disparition d’un moyen de défoulement social finalement très sain.

31Les cafés sont également des lieux privilégiés de désordres, comme partout mais plus qu’ailleurs. Point normal de ralliement des opposants, ils font toujours l’objet d’une surveillance spéciale de la part de la police. Dans de nombreuses régions, et surtout dans le Midi, apparaît une spécialisation politique de chaque établissement, sans que l’on puisse en saisir toujours l’origine. A Narbonne, et selon les quartiers, certains accueillent essentiellement les royalistes, d’autres les bonapartistes, d’autres encore les républicains, tout cela avec des nuances infinies dans les affectations. Ce sont des points de départ, d’arrivée, voire d’affrontements tout désignés pour les manifestations. Le soir de l’élection de Louis-Napoléon Bonaparte à la présidence de la République, un groupe d’une cinquantaine de personnes part du café Brien, établissement connu pour être l’un des repaires des républicains, et défile dans les rues, précédé de tambours et de torches. Le passage devant deux cafés royalistes est l’occasion de cris sur le thème « A bas le tyran ! » et « A bas le brigand de 1815 ! »

32Emplacements tout désignés pour les désordres, en tous pays et particulièrement dans le Midi où les spécialisations politiques sont nettes, les cafés jouent un rôle de plus en plus important dans les régions viticoles. Ils sont les premières victimes des taxes sur les vins et donc les premiers à encourager la résistance. En 1831, ils sont au centre de l’opposition antifiscale. Le maire de l’époque ne s’y trompe pas : il les dénonce au préfet et, après les premiers désordres, il décide la fermeture des cabarets une heure plus tôt. Les tenanciers ne s’y trompent pas non plus et conspuent vigoureusement le maire lorsqu’il fait annoncer son arrêté par le commissaire de police. L’un des cabaretiers donne le signal des protestations en interrompant la proclamation au cri de « vive la liberté ! à bas les droits réunis ! ». Il est arrêté, puis délivré par la foule qui l’arrache aux soldats. Devant l’hôtel de ville les clameurs sont telles que la lecture ne peut même pas avoir lieu.

33Plus d’un demi-siècle plus tard, en 1907, les cafés sont toujours au centre des événements et c’est le bar Méridional, le long du boulevard Gambetta, qui est le théâtre de la première fusillade et du premier mort. Les cuirassiers, assaillis de projectiles, perdus au milieu d’un boulevard dont les lampes ont été brisées, effectuent un tir groupé sur l’un des seuls endroits restés éclairés, ce bar dont le patron n’a baissé que partiellement les rideaux de fer. Ils blessent trois clients dont une fille de 22 ans, et tuent un quatrième, le maçon Ramon, ancien secrétaire de la Bourse du travail. En face, le bar du Centre est également la cible d’une volée de balles, mais sans causer de victimes. Au cours de ces journées mémorables et sauf lorsqu’ils sont fermés en guise de protestation, les cafés narbonnais restent les centres normaux de réunion, de discussion, d’information notamment pour les journalistes arrivés de Paris, parfois mal accueillis lorsqu’on les prend pour des policiers en civil.

34A toutes les époques, la complexité de la vie politique méridionale se retrouve dans ces mouvements de rue. Comme dans le reste de la France, les partis politiques structurés n’y apparaissent qu’à la fin du XIXe siècle. Jusque-là, ce sont les sociétés de pensée, les clubs, les comités qui accueillent les diverses tendances. A Narbonne, sous la Révolution, à côté des autorités municipales et de district, apparaît ainsi une « société populaire » qui organisera plusieurs séances de vandalisme dont les édifices religieux de la ville portent parfois encore les traces. Elle coexiste plus ou moins bien avec un « comité civil et militaire » qui s’efforce de mobiliser les énergies locales contre les envahisseurs étrangers et avec un « comité de surveillance » qui poursuit l’ennemi intérieur et s’arroge le contrôle du civisme des Narbonnais.

35Après l’éclipse de l’Empire et de la Restauration, le libéralisme de la Monarchie de Juillet permet la naissance d’une véritable vie politique locale. Deux clubs s’affirment et s’affrontent : d’une part celui qui rassemble les conservateurs sous le nom de « Club de l’Union » ou « de l’Ordre » ; d’autre part celui qui regroupe les républicains, sous la direction des frères Raynal, dans l’église désaffectée de Lamourguier, qui donne son nom au club. Très actifs sous la Deuxième République, surveillés de près sous le Second Empire, jouant encore un rôle au début de la Troisième République, ces deux clubs laissent la place, à la fin du XIXe siècle, à de véritables partis politiques parmi lesquels les radicaux, appuyés sur la Dépêche, et les socialistes, publiant la République Sociale, tiennent la toute première place, sans que les royalistes, les bonapartistes et les libéraux disparaissent complètement.

36Entre conservateurs, réformistes, révolutionnaires, le combat est confus, complexe, avec des alliances imprévues qui rassemblent parfois les extrêmes, d’audacieuses finesses que l’on trouve volontiers dans la vie politique méridionale où une habileté réussie est souvent le gage de pardon d’une trahison, avec des rancunes obstinées aussi dans cette région où les joutes oratoires prennent souvent un tour très personnalisé et laissent des traces profondes. La réussite excuse en général une fidélité qu’il serait trop bienveillant de qualifier seulement de douteuse ; elle justifie aussi, a posteriori, les violences verbales. Les élections sont, par excellence, l’occasion favorable pour réaliser des unions surprenantes, les radicaux et les socialistes se trouvant ennemis forcenés dans la défense des classes populaires, ou alliés éternels pour barrer la route à la réaction ; les monarchistes et l’extrême-gauche regroupant parfois leurs voix pour faire obstacle à la victoire des modérés.

37Les mouvements populaires reflètent parfois les mêmes attitudes, subtilement compliquées. La manifestation qui affecte de célébrer l’élection de Louis-Napoléon Bonaparte, en décembre 1848, est en fait organisée par les républicains avancés dont le candidat, Ledru-Rollin, a été battu. On crie un peu « Vive Napoléon ! » et beaucoup « Vive la République ! ». On promène un tableau censé représenter la liberté, avec la mention menaçante « liberté, égalité, fraternité ou la mort ». Un commissaire de police, il est vrai pris de boisson et brutal, est molesté par la foule. La bourgeoisie narbonnaise, ravie de l’élection de Louis-Napoléon, est fort choquée de voir sa victoire récupérée et les républicains montrant qu’ils tiennent la rue. Comme l’explique le sous-préfet, il y a eu « substitution du parti vaincu au parti vainqueur ». En 1907, l’on retrouve des regroupements insolites. Chacun proteste qu’il faut laisser de côté les clivages traditionnels, dépasser les positions partisanes : « Unissons-nous contre la fraude qui nous ruine et nous affame. Faisons trêve à nos discordes. Délaissons la politique. N’ayons d’autres préoccupations que celles de l’intérêt commun. »

38Les ambiguïtés du combat politique sont accentuées plutôt qu’atténuées par la direction que leur donnent les élus locaux, les responsables des partis, les notables. Souvent plus soucieux de leur carrière ou de leur image que d’une stricte fidélité idéologique, n’accueillant de toutes façons les grandes doctrines, le socialisme notamment, qu’en l’affectant d’un certain nombre d’adaptations locales, les chefs politiques jouent un rôle apparemment considérable que rend plus spectaculaire, chez certains, une personnalité fortement accusée, une éloquence colorée et l’art de suivre l’événement en paraissant le conduire.

39Prudence par delà les grandes proclamations séditieuses. En 1871, en l’absence du maire, le premier adjoint, Raynal, refuse d’obtempérer aux souhaits de la foule qui veut obtenir une réunion du Conseil municipal. Plusieurs personnalités se sont d’ailleurs refusé à prendre la tête du mouvement, malgré les sollicitations des membres les plus avancés du club de Lamourguier. Finalement Digeon se laisse faire mais veille à freiner le mouvement. Il ne prend possession de l’hôtel de ville qu’après que la foule l’ait envahi. Il reste étranger à l’édification des barricades lorsque les troupes arrivent de Carcassonne, de Foix, de Montpellier, de Toulouse, pour reprendre la ville. Si le ton est exalté, l’action effectivement menée demeure mesurée. Digeon affirme qu’il exécutera des otages si l’armée tire au canon sur le centre ville, il proclame qu’il se laissera tuer sur place plutôt que d’abandonner la mairie ; mais, en même temps, il s’efforce d’éviter que tout se termine dans le sang. Les otages sont épargnés, lui-même se laisse entraîner par quelques fidèles hors de l’hôtel de ville. La justice tiendra compte de cette modération et la Cour d’assises de l’Aveyron acquitte tous les accusés.

40Même prudence de Ferroul en 1907. D’ailleurs l’ambiance, chez les meneurs vignerons, est à la responsabilité. Maître mot. L’on se veut responsable en même temps que l’on rejette volontiers sur les autres la responsabilité des désordres à venir. Malgré la démission de la municipalité de Narbonne en guise de protestation, le 10 juin, l’assistance médicale, les services de la voirie, des eaux, de l’éclairage continuent à fonctionner. Les jours suivants, Ferroul veille à éviter tout excès. Il décourage la foule d’assiéger la sous-préfecture : « Soyez calmes, le gouvernement et les adversaires de la viticulture nous épient. Montrez-leur que vous êtes forts en restant calmes ; retirez-vous dans les endroits où vous avez l’habitude de passer la soirée. » Il proteste contre la destruction des fils téléphoniques et cloue lui-même un avis sur la porte de la mairie : « L’intérêt de la cause que nous défendons interdit tous les actes, quels qu’ils soient, qui pourraient justifier, par leur nature, l’intervention des pouvoirs publics. Pas d’agression, pas de violence. » Il fait promettre aux habitants de Coursans de laisser réparer les lignes.

41Il passe la journée du 18 juin à calmer les esprits, dispersant les attroupements belliqueux sur la promenade des barques, commençant à déplacer de ses mains les madriers avec lesquels quelques excités construisent une barricade place de l’hôtel de ville, menaçant de se livrer lui-même au procureur de la République si ces obstacles ne disparaissent pas. Sachant qu’il va être conduit en prison, il fait proposer au sous-préfet d’organiser les modalités de son arrestation, pour éviter les incidents. Faute de réponse à cette suggestion, il mettra l’événement en scène lui-même. Depuis le balcon de son domicile, il multiplie les appels au calme à la foule massée dans la rue : « Retirez-vous (...) A quoi servira votre résistance ? (...) Si vous ne m’obéissez pas en cet instant si dramatique, comment saurez-vous obéir aux chefs que vous allez vous donner à la place de ceux qu’on vous ravit aujourd’hui ? » En même temps, il affecte beaucoup de mépris à l’égard du commissaire de police venu l’arrêter, il refuse d’ouvrir sa porte, il réclame d’être arrêté par « un simple soldat, un enfant du peuple » ou, à la rigueur, par le procureur de la République en personne. Quelques instants plus tard, l’arrestation effectuée au mieux, le commissaire de police lui reproche les termes utilisés depuis le balcon et s’entend répondre : « que c’était là un mot de circonstance ».

42Aux meneurs qui font l’objet de manifestations d’attachement frénétique correspondent, comme une image inverse, un certain nombre d’ennemis quasi-mythiques, chargés de toutes les fautes de même que les chefs populaires sont parés de toutes les vertus. Il y a, bien sûr, les dirigeants parisiens, lointains et a priori suspects mais trop hors de portée pour que les masses s’y intéressent beaucoup. Il y a surtout une série de boucs émissaires sur lesquels la foule s’acharne dans une sorte de défoulement collectif. Les agents du fisc jouent ce rôle pendant une grande partie du XIXe siècle. Surnommés les « rats », ils sont pourchassés par les émeutiers, tenus pour responsables des impôts qu’ils prélèvent, obligés de réclamer la protection des gendarmes, leurs logements attaqués, leurs registres détruits. Les forces de l’ordre subissent leur part d’avanies, les gendarmes dans les campagnes, les commissaires et les inspecteurs de police dans les villes et notamment à Narbonne. Quatre policiers en civil, malencontreusement envoyés dans les rues le 19 juin 1907 sont reconnus et font l’objet d’incroyables violences, l’un d’entre eux étant successivement agoni de coups, conduit au dernier étage d’un immeuble du centre ville pour être jeté en bas, puis et seulement, si l’on peut dire, précipité dans la Robine, lapidé, objet de nombreux coups de revolver, finalement reconduit à demi-nu jusqu’à la mairie sous la protection de l’armée. Cette dernière fait d’ailleurs l’objet de sentiments mêlés de la part des émeutiers. L’infanterie est souvent l’objet de tentatives de débauchage, acclamée, encouragée à la désobéissance, voire à la désertion, non sans résultat puisqu’en 1871 plusieurs dizaines de soldats du 52e de ligne refusent de s’opposer à la foule, livrent un capitaine et un sous-lieutenant aux rebelles et se laissent désarmer. De même, en 1907, à quelques kilomètres de Narbonne, ce sera la mutinerie de plusieurs centaines d’hommes du fameux 17e, bivouaquant en désordre sur les allées Paul-Riquet, effrayants et désemparés. A l’inverse, les militaires que l’on sait étrangers à la région, concentrent toutes les haines, les tirailleurs algériens, les « turcos », en 1871, les cuirassiers de Lyon utilisés à contre temps en 1907. Ils enrichiront l’imagerie populaire du spectacle de leurs excès, réels ou supposés, et susciteront des rancunes tenaces.

43Dans une telle société, d’autant plus fragile que des alternances brutales et courtes de prospérité et de crise ont altéré les structures traditionnelles, les techniques et les valeurs anciennes, d’autant plus sensibles aux fluctuations des cours qu’elle repose sur une quasi monoculture dont découlent la plupart des activités des secteurs secondaire et tertiaire, les mouvements populaires ne constituent pas la réponse d’une masse prolétarienne exaspérée par un long processus d’appauvrissement. Ces mouvements ne sont pas non plus le résultat de l’influence brusquement éclatante de groupes minoritaires très politisés. Ce sont des manifestations originales, souvent mal comprises par ceux auxquels elles s’adressent, élus locaux ou dirigeants parisiens. La gaieté, au moins apparente de certains défilés, leur caractère bon enfant au moins en début de rassemblement dissimulent les flambées de mécontentement d’une communauté déstabilisée et persuadée d’être victime d’une inexplicable injustice.

44L’on songe, presque sans le vouloir, à la formule de Napoléon : « il est difficile de gouverner un pays pour lequel un jour d’émeute est un jour de fête ». Y répond, comme en écho, le témoignage de l’un des participants aux grands défilés de 1907 : « les manifestations étaient un plaisir. Chacun partait avec un dîner dans le panier et on chantait tout le long de la route ». Que l’on ne s’y trompe pas : la gaieté des marches, l’aspect familial de ces déplacements dominicaux, l’ironie douce-amère des pancartes brandies ne doivent pas masquer la fureur, la violence toujours sous-jacentes, l’impression d’avoir été trompé. Les coups de fièvre peuvent donc succéder rapidement.

Notes de fin

1 Article publié dans les Annales de l’Université des sciences sociales de Toulouse, 1983, p. 57 à 74. Présentée sous forme de communication orale, cette étude ne comportait pas de notes. Qu’il suffise de renvoyer à la bibliographie figurant en fin de l’ouvrage sur Histoire de Narbonne, paru sous la direction de J. Michaud et A. Cabanis, chez Privat (Toulouse), en 1981. Qu’il suffise d’indiquer aussi qu’ont été en outre utilisés les documents des Archives municipales de Narbonne (notamment les délibérations du Conseil municipal : D 10, et les procès-verbaux des élections : K 274), des Archives départementales de l’Aude (série M, notamment 2 M 11, 2 M 13, 5 M 20, 5 M 23, 5 M 31, 5 M 32 et 5 M 48) et, pour comparaison, des Archives départementales de l’Hérault (série M, notamment 39 M 107, 39 M 112 et 39 M 132).

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search