Version classiqueVersion mobile

Mélanges en hommage à André Cabanis

 | 
André Cabanis

Quatrième sous-partie. Économie et politique

Pessismisme et disharmonies chez Frédéric Bastiat*

Texte intégral

  • * Article publié dans Un libéral : Frédéric Bastiat, Toulouse 1988, p. 51 à 69.

1Il est banal de constater qu’au fur et à mesure que les années s’écoulent, l’image que la postérité retient d’un auteur se simplifie et s’épure. Rien que de normal dans cette évolution : avec l’éloignement les souvenirs s’affaiblissent ; les historiens se croient en mesure de séparer, avec un risque d’erreur de plus en plus faible, l’important de l’accessoire, le durable de l’éphémère ; ils sont persuadés de pouvoir s’en tenir à l’essentiel. Ce processus apparemment inévitable, devient inadmissible lorsque l’image ainsi progressivement simplifiée se rapproche de la caricature.

  • 1 Emile JAMES, Histoire sommaire de la pensée économique, Paris 1965, p. 115 ; Luc BOURSIER DE CARBON (...)

2Il en va trop souvent ainsi pour Bastiat et il suffit, pour s’en convaincre, de rappeler quelques-uns des jugements formulés à son sujet dans les manuels d’histoire de la pensée économique ou d’économie politique parus au cours des vingt-cinq dernières années. Ainsi, dans son Histoire sommaire de la pensée économique, publiée par les éditions Montchrétien, Emile James croit devoir dénoncer plusieurs erreurs dans les analyses optimistes de l’auteur des Sophismes et non content de conclure que, « en fin de compte, un certain nombre des « harmonies » signalées par Bastiat paraissent imaginaires », il ajoute qu’au surplus leur auteur n’y croyait sans doute pas lui-même. Quelques années plus tard, chez le même éditeur, Luc Boursier de Carbon caractérise Bastiat comme « un polémiste plus qu’un théoricien »1. Et c’est finalement l’image qui triomphe : un pamphlétaire auquel on pardonne ses excès d’optimisme en considérant qu’il n’a produit que des œuvres de controverses.

  • 2 Henri DENIS, Histoire de la pensée économique, Paris 1977, p. 312 ; André PIETTRE, Histoire de la p (...)

3Dans le manuel Thémis d’Histoire de la pensée économique, Henri Denis se borne à faire allusion à Bastiat comme ayant été, au même titre que l’Américain Carey, parmi ces disciples de Jean-Baptiste Say qui ont proposé « une vision harmonieuse de l’ordre social existant ». Le précis Dalloz d’André Piettre, pour sa part, le classe dans le courant franco-américain optimiste, à coté de l’« optimisme raisonné » de Say, à côté de l’« optimisme de pionnier » de Carey, comme relevant, avec Dunoyer, d’un « optimisme passionné ». Même image lorsque, dans un manuel auquel l’actualité politique a valu un beau succès de librairie, Raymond Barre évoque la « floraison d’ismes » qui a marqué le XIXe siècle à partir de 1820 et qu’il cite, sans insister, à côté de l’interventionnisme de Sismondi, de l’industrialisme de Saint-Simon, des socialismes utopiques de Fourier et Proudhon, le « libéralisme optimiste » de Bastiat. Enfin, pour faire une place aux analyses des anglo-saxons, l’on peut citer l’ouvrage désormais classique d’Heilbroner, sur Les grands économistes : il reconnaît à Bastiat de l’humour dans sa critique des réactions corporatives et protectionnistes des groupes d’intérêts en France, mais termine en le qualifiant de « très petite étoile dans la constellation économique »2.

4 Il n’est pas question, ici, par quelque goût malsain du paradoxe, de nier ce qu’il peut y avoir d’optimiste dans les analyses de Bastiat. Au surplus, il est finalement agréable, dans la foule des économistes habituellement renfrognés que nous présente l’histoire de la pensée, au milieu du flot des prophètes plus sombres les uns que les autres, toujours annonciateurs de crises et de déséquilibres, de rencontrer un auteur qui ne semble pas se complaire dans l’annonce du pire. Cependant, ce ne serait pas moins trahir Bastiat que de le peindre uniformément rose et réjoui, aveugle aux problèmes de son époque, traversant sans rien voir les difficultés économiques et les convulsions sociales qui ont marqué le XIXe siècle. Dans ses livres, il fait preuve, au contraire, d’un certain pessimisme dans le constat qu’il dresse de la situation de son temps, diagnostic qui ne l’incite pas pour autant à suggérer des mesures correctrices puisqu’elles ne feraient qu’aggraver les déséquilibres mais qui le pousse au contraire à chercher une solution dans le libéralisme économique.

I – Le pessimisme du constat de base

5La postérité, toujours un peu rapide, et les contemporains eux-mêmes ont donc retenu des libéraux une image marquée par un optimisme que l’on jugerait volontiers naïf, voire béat. Le titre de l’ouvrage de Bastiat sur les Harmonies économiques y contribue avec cette vision d’un monde harmonieux ou harmonique (on ne sait trop quel adjectif utiliser) où chaque élément trouve aisément sa place pour concourir, comme dans un morceau de musique, à la beauté de l’ensemble. Si la comparaison éveille l’imagination, elle est trompeuse et Bastiat s’emploie, dans plusieurs passages de ses œuvres, à rétablir la vérité.

A - Les éléments du constat

  • 3 Frédéric BASTIAT, Œuvres complètes, 7 vol., Paris 1862 ; t. VI, p. 566.

6Il connaît les critiques qui lui sont adressées, ainsi qu’à son école. Il s’en indigne. Dans les chapitres sur propriété – communauté » et sur les « causes perturbatrices », il évoque les reproches dirigés contre les libéraux, pour mieux s’en justifier. Il répète les propos de ces individus qui n’ont rien compris et qui prétendent : « voilà bien l’optimisme des économistes ! C’est en vain que la souffrance, la misère, le prolétariat, le paupérisme, l’abandon des enfants, l’inanition, la criminalité, la rébellion, l’inégalité leur crèvent les yeux ». Par cette énumération même, il entend prouver que rien de tout cela ne lui est inconnu, ni la misère, ni le vice, pas même la rébellion qu’il glisse, apparemment sans y prendre garde, dans la liste des fautes et des malheurs. Il vitupère ses adversaires qui peignent les libéraux détournant « leurs regards des faits pour qu’un hideux spectacle ne trouble pas la jouissance qu’ils trouvent dans leur système »3. Ceux qui prétendent que les économistes nient le mal ou, pire, y sont insensibles, sont de mauvaise foi. Aucune comparaison possible entre la jeune école libérale et cette vieille doctrine philosophique dénoncée par Voltaire dans Candide et qui croyait que tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes.

  • 4 Id., t. VI, p. 260.
  • 5 Id., t. IV, p. 331
  • 6 Id., t. VI, p. 261.
  • 7 Ibid.

7Soucieux de désarmer les critiques, il proteste de son réalisme et de sa lucidité. Le mal est si évident que personne ne peut éviter d’en constater les ravages. « Quoi ! Nous ignorerions que le point de départ de l’humanité est la misère, l’ignorance, le règne de la force brutale »4. Il en rajoute dans le pessimisme pour mieux convaincre de son sérieux dans la note réaliste. Cet intérêt personnel que certains présentent à juste titre comme digne de tous les éloges, explique-t-il, se manifeste d’abord par la volonté de chacun de rejeter le poids du travail sur les autres. De là sont nés l’esclavage et toutes les formes de spoliation tels que « guerres, impostures, violences, restrictions, fraudes »5 et il conclut par un « etc. » désabusé. Sauf à oublier que l’on parle de l’homme, que l’on est homme soi-même, personne ne peut nier le mal, ni la douleur. Le monde n’est que « la lutte perpétuelle du fort contre le Droit »6 marquée par les efforts de chacun « fait en tous temps et qui se font encore » pour tromper son prochain et « altérer, par la force ou par la ruse, la naturelle équivalence des services »7. Bref, un mélange de violence et d’escroquerie.

  • 8 Id., t. VI, p. 260.

8Et Bastiat d’énumérer les calamités qui accablent la pauvre humanité souffrante. A plusieurs reprises, dans les Harmonies économiques, et en contrepoint de ses beaux mouvements d’éloquence optimiste, il fait la liste des maux et des vices : « anthropophagie, guerre, esclavage, (...) fraude, spoliation, imposture » et il proteste contre ceux qui prétendent que « nous verrions dans ces abominations, des rouages nécessaires à l’œuvre du progrès »8. A noter d’ailleurs qu’il a glissé au milieu de cette liste consternante et en quelque sorte, mais sans le dire, à égalité avec la guerre ou l’esclavage, le « privilège » et le « monopole ». Il est encore plus clair un peu plus loin. Il reprend et développe sa liste, évoquant la guerre, l’esclavage, l’imposture, les taxes abusives, les fraudes commerciales, tous les dangers qui menacent la juste jouissance de ses biens par le propriétaire. Et il ajoute, sans marquer aucune solution de continuité, comme un phénomène de même nature, le droit au travail, au crédit, à l’assurance et à l’instruction. Le lecteur comprend vite que ce rapprochement inattendu s’explique par la conviction que ces droits menacent également et injustement la propriété en faisant naître des revendications génératrices d’impôts spoliateurs. Ainsi, même dans la peinture de la noirceur de la nature humaine, il n’oublie pas sa doctrine économique.

  • 9 Id., t. VI, p. 647.
  • 10 Id., t. VI, p. 646.

9Finalement, c’est le chapitre sur la « perfectibilité » qui, dans les Harmonies économiques, lui donne l’occasion de la description la plus apocalyptique de notre monde. Le lecteur a peine à imaginer, lorsqu’il lit ce passage, avoir affaire à cet optimiste béat que peignent ses biographes. Lui-même reconnaît que, parfois, avec les membres de son école économique, « nous tremblons pour notre foi, il nous semble que cette lumière est vacillante, près de s’éteindre, nous laissant dans l’horrible nuit du Pessimisme ». De fait, explique-t-il, « un coup d’œil sur le monde réel » suffit pour constater le spectacle le plus consternant, celui d’un magma où l’on voit « se remuer, dans l’abjection et la fange, une masse (...) de souffrances, de plaintes, de vices et de crimes »9. Ce qui attriste le plus, ce n’est pas tant le pitoyable spectacle de la persistance des malheurs que la constatation que chacun, y compris les mieux dotés par Dieu, la nature ou le destin, tels les riches, les poètes, les prêtres, les rois..., utilisent leurs dons et leurs possibilités dans le sens le plus contraire à la mission qui leur est confiée. « Chaque parti semble chercher ce qui à la longue, doit être le plus funeste à lui-même et à l’humanité ». Il y a donc plus consternant que l’accumulation des fautes et des vices, c’est le fait que ce « grand moteur du genre humain, l’intérêt général », se manifeste dans le sens le plus matériel et le plus imprévoyant. Les classes populaires, les plus misérables, ne sont pas épargnées par cette irrépressible tendance à l’erreur ; elles dirigent leurs coups, lors des révolutions, non vers le parasitisme de l’Etat mais vers les richesses bien acquises. Finalement, à tous les niveaux, c’est « la cupidité sous toutes les formes et dans tous les rangs, le sacrifice constant des autres à soi, et de l’avenir au présent »10.

B - L’influence du courant contre-révolutionnaire

  • 11 Id., t. I, p. XII.
  • 12 Id., t. VI, p. 36.
  • 13 Id., t. I, p. XIII.

10Ce ton apocalyptique semble d’une autre école. Apparemment rien de plus éloigné du style habituel au libéralisme, mais au contraire des vociférations que l’on croirait émanées du courant contre-révolutionnaire, de Bonald, plus encore de Maistre, peignant avec délectation une humanité qui court à l’abîme. Ce n’est pas une coïncidence et l’un des biographes de Bastiat, en préface à l’édition de ses œuvres complètes, raconte les discussions qui l’opposaient à Félix Coudroy, un de ses amis les plus proches, à propos des caractéristiques de la nature humaine. Sous l’influence des contre-révolutionnaires, Coudroy affirmait le bien-fondé d’une vision fort pessimiste « où les tendances de l’humanité sont supposées mauvaises », image à laquelle Bastiat opposait celle d’un monde perfectible, se débarrassant progressivement de ses erreurs initiales. Et le biographe de conclure qu’au-delà de la controverse et du plaisir de la discussion, ces polémiques n’avaient pu que marquer Bastiat qui en reçut « une certaine impression de ces grandes théories de Bonald et de Maistre »11. En tout cas, il en a gardé une vive répulsion pour certaines analyses de Rousseau, de cet organisateur qui était convaincu que l’isolement est l’état naturel de l’humanité et que la société est d’invention humaine12. Il en a surtout conservé un « caractère profondément religieux »13 qui, par-delà les critiques contre certaines influences cléricales, imprègnent ses analyses et ses descriptions.

  • 14 Id., t. VI, p. 594.
  • 15 Id., t. VI, p. 13.

11A plusieurs reprises, l’on ne sait trop si c’est le croyant ou l’économiste qui présente l’analyse des équilibres sociaux. En tous cas, on est fort loin d’un optimisme inconditionnel : « il a plu à Dieu d’attacher la douleur à notre nature, puisqu’il a voulu qu’en nous la faiblesse fut antérieure à la force, l’ignorance à la science, le besoin à la satisfaction, l’effort au résultat, l’acquisition à la possession, le dénuement à la richesse, l’erreur à la vérité, l’expérience à la prévoyance »14. L’acceptation de cette triste réalité ne l’empêche pas de continuer à croire à un mouvement vers la perfectibilité. Au contraire, cette dernière lui paraît à la fois conforme au plan de Dieu et à l’intérêt bien compris des agents économiques. Du mal doit sortir un bien et c’est l’occasion, dans ses pages « à la jeunesse française », de mêler des analyses économiques qui prévoient une croissance fondée sur la recherche de l’enrichissement individuel, et des considérations morales qui évoquent le rachat par l’expiation et la rédemption par la souffrance. La démonstration se déroule avec la rigueur d’un syllogisme : « toute erreur engendre souffrance », or « la souffrance retombe sur celui qui s’est égaré, et alors elle met en œuvre la responsabilité », donc elle « doit nous ramener, par la douleur même, dans la voie du bien et de la vérité ». Finalement, « non seulement nous ne nions pas le mal mais nous lui reconnaissons une mission dans l’ordre social comme dans l’ordre matériel »15.

  • 16 Id., t. VI, p. 20-21.
  • 17 Id., t. VI, p. 594.

12Certaines pages font figure d’acte de foi, chaque phrase s’ouvrant par un « je crois » qui s’inspire ostensiblement du credo chrétien, affirmant notamment : « je crois que le Mal aboutit au Bien et le provoque »16. Ici, le lecteur se sent loin de l’école libérale et des harmonies économiques. Bastiat y revient rapidement et, sans se départir de son ton de prophète, il retrouve les images les plus classiques, celle de la main invisible qu’évoqué Adam Smith dans la Richesse des Nations. Simplement, on ne sait plus trop si l’on est encore dans la religion ou déjà dans l’économie lorsqu’il décrit les mécanismes providentiels qui conduisent à la prospérité, lorsqu’il se met en scène, non content de s’incliner « sous cette main aussi généreuse que puissante », ajoutant : « je la bénis, je l’admire et je l’adore »17.

II - L’aggravation des déséquilibres par des mesures correctrices

13De fait, ces descriptions pessimistes ne sont nullement en contradiction avec l’optimisme des libéraux. Elles ne sont d’ailleurs pas exceptionnelles chez les auteurs se réclamant de cette école. A les en croire, c’est au niveau collectif que les erreurs d’appréciation, les tendances mauvaises, les égoïsmes, les vices même se fondent en une grande harmonie. Les défauts de détail nourrissent la perfection de l’ensemble.

A - La dénonciation des organisations collectives

14Il est vrai que, lorsque Bastiat décrit quelque aspect de la société qu’il a sous les yeux, il se montre rien moins que bienveillant. Bien sûr, il réserve les coups les plus violents à l’Etat et à ses agents. Voilà le grand adversaire, le grand péril. Les fonctionnaires sont des parasites qui vivent aux dépens de la société. C’est, on l’a vu, contre eux que les déshérités devraient tourner leur révolte et leur protestation, pour être soulagés de l’insupportable fardeau que représente le poids de l’appareil d’Etat, à la fois coûteux et gaspilleur, incapable et même nuisible par sa démagogie, par les habitudes d’inefficacité qu’il engendre, par les exemples de paresse qu’il exhibe.

  • 18 Id., t. IV, p. 142.

15L’Etat, les gouvernements successifs quelle que soit leur couleur politique, sont d’autant plus dangereux qu’ils sont plus retors. « Ils agissent avec méthode, avec unité, sur un plan bien combiné et constamment perfectionné par la tradition et l’expérience »18. Ils flattent les passions humaines, par exemple l’instinct belliqueux. Ils développent donc une diplomatie imprudente puis, ayant recueilli les fruits de leur attitude, se trouvant menacés par des Etats voisins exaspérés, ils obtiennent des crédits pour l’armée, la marine, les arsenaux et les fortifications. Ils ne laissent donc passer aucune occasion d’alourdir la fiscalité, de développer leur rôle et leur apparente utilité. De même, ils tirent parti de la vanité humaine en distribuant les grades, les décorations et les titres. De même aussi, ils multiplient les promesses, ils s’engagent à chasser la misère, l’ignorance, la criminalité, ce qui les conduit tout naturellement à créer de nouveaux impôts pour financer tout cela. Le grand problème, c’est la différence entre ce que l’on voit, l’Etat distribuant des traitements, des subventions, des aides, et ce que l’on ne voit pas, l’Etat appauvrissant la nation par ses prélèvements.

  • 19 Id., t. V, p. 92.
  • 20 Id., t. II, p. 255 ; t. IV, p. 451.

16Ces invectives fournissent à Bastiat l’occasion de dénoncer une caractéristique qu’il juge suprêmement maladroite dans l’éducation donnée à l’époque aux enfants, par la place reconnue à l’histoire romaine et aux modèles tels que les Gracques, Caton ou César. C’est d’ailleurs l’un des aspects du grand complot de l’Etat contre la société. C’est volontairement qu’au moment où les esprits sont les plus influençables, le ministre de l’Instruction publique s’empare des jeunes intelligences, « nous fait sortir tout doucement du milieu social qui nous environne, pour nous plonger avec notre esprit si prompt, notre cœur si impressionnable, dans le sein de la société romaine. Il nous retient là une dizaine d’années, tout le temps nécessaire pour donner à notre cerveau une empreinte ineffaçable »19. Le but d’une si vaste manœuvre est évident : il faut répandre le respect de la puissance publique, l’attachement à un patriotisme générateur de conquêtes et de destructions, l’acceptation de l’esclavage pour les vaincus et de l’oisiveté pour les vainqueurs, le goût du vol à condition qu’il soit institutionnalisé, la conviction que la richesse des uns ne peut se fonder que sur l’appauvrissement des autres ; tels sont les stigmates que l’enseignement classique imprime dans les esprits malléables de la jeunesse française20, du moins à en croire Bastiat. Jugement sévère sans doute de sa part, mais qui ne laisse pas de faire réfléchir celui qui le rapproche de la différence souvent constatée et rarement expliquée de façon tout à fait convaincante entre pays d’héritage latin et nations de tradition anglo-saxonne.

  • 21 Id., t. III, p. 70.
  • 22 Id., t. II, p. 198.

17D’une façon générale, la classe politique est fort maltraitée par Bastiat. L’esprit de parti lui apparaît comme « le plus grand fléau des peuples constitutionnels21 ». Lorsqu’il est dans l’opposition, l’homme politique s’oppose à tout, discutant les mesures les plus évidemment bienfaisantes, retardant les décisions les plus urgentes ; il est ravi lorsque tout va mal car il y voit le gage d’un prochain retour aux affaires ; il se délecte des problèmes que rencontre le gouvernement il fait son possible pour envenimer les relations avec l’étranger. Il est vrai que l’homme politique au pouvoir n’est guère plus estimable : son but unique est de rester au gouvernement, d’encourager la démagogie, d’utiliser la corruption, de sacrifier l’avenir à un succès immédiat. Ils s’appuient au surplus sur des journalistes rien moins qu’honnêtes, et utilisant à tort et à travers d’imprudents réflexes patriotiques chez leurs lecteurs. « De toutes les classes d’hommes, la plus belliqueuse, c’est certainement celle des journalistes ». Ils expliquent que les Etats voisins sont en train d’armer, qu’il faut en faire autant pour ne pas se trouver en position d’infériorité. Comme leurs homologues étrangers tiennent le même langage de leur côté, c’est, de part et d’autre des frontières, la course aux dépenses militaires, une surenchère dans les équipements les plus modernes et les troupes les plus nombreuses, jusqu’au moment où la guerre, nourrie de toutes ces craintes artificiellement entretenues, finit par éclater. Jubilation des journalistes alors. Il est vrai qu’ils « ont le bonheur de ne laisser sur le champ de bataille ni leurs jambes, ni leurs bras : c’est le paysan qui est la chair à canon (...). Il est si facile d’exciter les armées, de les faire manœuvrer (...), de montrer le plus ardent patriotisme, la bravoure la plus héroïque, et tout cela du fond de son cabinet, au coin d’un bon feu ! »22.

  • 23 Id., t. II, p. 150.

18En fait, au-delà des catégories professionnelles perverties qui s’emploient à maintenir leurs avantages et leurs positions en utilisant les tendances les plus basses de l’humanité, le grand ennemi de la société doit être cherché dans la tentation de vouloir tout organiser. C’est une utopie. Il est déjà difficile à deux individus, fût-ce deux amis, de s’entendre pour s’associer, pour joindre leurs efforts dans le même but ; « et encore, le plus souvent, ils se séparent brouillés ». A fortiori, il est inconcevable de croire possible de « ramener instantanément le genre humain à une conviction uniforme ». Sur le milliard d’êtres qui peuplent la planète, les cinq sixièmes ne savent pas lire, ils parlent des langues différentes, ils sont divisés par des préventions peut-être infondées mais bien réelles ; « un grand nombre (...) ne cherchent que l’occasion de vivre aux dépens du prochain »23.

  • 24 Id., t. II, p. 359.

19Dans ces conditions, aucun accord n’est possible. Il faut se résigner à constater les tensions et les antagonismes, sans aller jusqu’à la description apocalyptique d’un monde qui ne vivrait que de destructions. Encore que visiblement intéressé, c’est avec une ironie un peu fataliste, que Bastiat rappelle ces analyses consistant à expliquer que chaque profession vit du malheur des autres, les médecins de la maladie, les soldats de la guerre, les avocats et les juges des procès : « si les maisons ne s’écroulaient pas, si les meubles étaient indestructibles, que de métiers seraient en souffrance ! Détruire, c’est se mettre dans la nécessité de rétablir. Multiplier les besoins, c’est multiplier la richesse. Répandez donc partout l’incendie, la famine, la guerre, la peste, le vice et l’ignorance, et vous verrez fleurir toutes les professions, car toutes auront un vaste champ d’activité »24.

  • 25 Id., t. IV, p. 9.
  • 26 Id., t. IV, p. 11.

20S’il se défend d’adhérer à une telle démonstration, il doit constater qu’au plan individuel, chaque travailleur, chaque professionnel souhaite la pénurie pour mieux s’enrichir de la misère des autres. « En tant que producteur, il faut bien en convenir, chacun de nous fait des vœux antisociaux »25. Le vigneron appelle le gel sur les vignes de ses voisins, le maître de forge espère des approvisionnements insuffisants en fer, le laboureur mise sur la cherté toujours croissante du pain, l’industriel du textile demande la fermeture des manufactures rivales. « Si les vœux secrets de chaque producteur étaient réalisés, le monde rétrograderait rapidement vers la barbarie. La voile proscrirait la vapeur, la rame proscrirait la voile, et devrait bientôt céder les transports au chariot, celui-ci au mulet, et le mulet au porte-balle. La laine exclurait le coton, le coton exclurait la laine, et ainsi de suite, jusqu’à ce que la disette de toutes choses eût fait disparaître l’homme même de dessus la surface du globe »26. Faut-il donc comprimer l’individualisme, établir des règlements pour contraindre ces tendances perverses ? Bien au contraire. Cela ne ferait qu’aggraver les problèmes au lieu de les résoudre. Ici le libéralisme économique retrouve ses droits.

B - Le refus des solidarités imposées

  • 27 Id., t. I, p. 161-162.

21Elles sont pourtant tentatrices, ces doctrines socialistes qui voient dans l’organisation, dans la réglementation, dans la solidarité imposée, la solution de tous les drames humains. Elles sont séduisantes, surtout aux yeux de la nouvelle génération, dans la mesure où les auteurs de ce courant commencent par toucher le cœur de ceux qu’ils veulent convaincre. Ils débutent en décrivant les souffrances du prolétariat, excitant des réactions de pitié et d’indignation avant de prétendre ainsi trouver la solution de tous les problèmes. A ce moment de la démonstration, explique Bastiat, le vague et la diversité des remèdes proposés contrastent avec la précision et l’unité des attaques contre le capital. Mais c’est un atout de plus pour les socialistes : imprécis, ils laissent les imaginations battre la campagne ; multiples, ils se présentent comme un monstre dont le libéralisme doit combattre à chaque instant les nouvelles inventions, comme une hydre à laquelle repoussent dix têtes, chaque fois qu’une a été coupée. Bastiat, s’efforce, par des conférences devant les élèves des écoles de droit et de médecine, de combattre ces chimères. Il leur distribue ses Sophismes espérant que « cela désobstruera un peu leur esprit »27 mais sans se faire trop d’illusions.

  • 28 Id., t. I, p. 418.
  • 29 Id., t. VI, p. 13.

22Cette philosophie larmoyante et qui se donne le masque flatteur de la générosité est d’autant plus dangereuse qu’elle taxe ses adversaires de sécheresse de cœur, alors qu’ils sont seulement réalistes. Bastiat s’indigne : « vous reprochez à l’école libérale d’être cruelle »28 tandis que vos propositions ne feraient qu’aggraver la situation de chacun et d’abord des plus défavorisés. Vous engagez l’Etat à adopter les enfants orphelins ou abandonnés, vous voulez qu’il s’interpose entre les masses et la misère, vous entendez proclamer le droit au travail. Rien de plus facile à dire, rien de plus difficile à mettre en œuvre sans ruiner tous les équilibres. La charité ne doit pas être forcée, mais volontaire29. Si elle devient un droit, elle supprime le sentiment de responsabilité dont chacun doit être pénétré.

  • 30 Id., t. I, p. 422.
  • 31 Id., t. I, p. 421.

23Ce n’est pas le travail des tribunaux de punir, en tant que telles, la paresse, l’intempérance ou l’imprévoyance ce doit être le résultat des lois économiques qui font tomber le coupable dans la misère, l’incitant ainsi à se redresser, à se racheter. Si les privations lui sont épargnées, il perdra cette incitation et se complaira dans ses vices. « En établissant une sorte de communauté de droit entre les classes aisées et les classes pauvres, l’on ôte à l’aisance le caractère de récompense, à la misère le caractère de châtiment que la nature des choses leur avait imprimé »30. Cette analyse n’exclut d’ailleurs pas quelques secours, y compris pour « l’être dégradé qui a encouru son malheur par sa faute ». Mais ce doit être le résultat d’une charité volontaire, donc éclairée, placée entre les mains de personnes compatissantes et réfléchies. Cette charité ne distribue son aide que « d’une main parcimonieuse, justement dans la mesure nécessaire pour que la punition ne soit pas trop sévère ; et elle n’encourage pas, par d’inopportunes délicatesses, des sentiments abjects et méprisables, qui, dans l’intérêt général, ne doivent pas être encouragés »31. La juste rigueur des lois économiques ne doit pas épargner le travailleur négligent ou malhabile.

  • 32 Id., t. V, p. 448.

24Il est vrai que ces analyses sont contraires aux demandes que l’Etat reçoit continuellement de la part des diverses catégories professionnelles : agriculteurs, manufacturiers, négociants, armateurs, artistes, chanteurs, danseurs, hommes de lettres, fonctionnaires de tout ordre, entrepreneurs, fournisseurs, banquiers. Chacun exige que le budget public les protège contre tous les risques auxquels leur métier les expose ; chacun appuie ces demandes de considérations techniques et habille « ces dispositions quelque peu abjectes » du beau mot de solidarité. En fait, il ne s’agit de rien d’autre que d’imposer un système fondé sur la mendicité, oubliant que la « générosité du pouvoir ne peut jamais égaler son avidité »32 puisqu’il va prélever en impôt non seulement ce qu’il compte redistribuer mais également les frais de perception et de répartition.

  • 33 Id., t. VII, p. 28.
  • 34 Id., t. VII, p. 29.

25Plus grave : la solidarité publique tendrait à suppléer la prévoyance privée à laquelle chacun est tenue. Une telle prise en charge publique serait génératrice de malheurs autrement tragiques que ceux auxquels sont exposés actuellement les membres les moins favorisés de notre société. « Suppléer la Prévoyance ! Mais c’est suppléer la modération, le discernement, l’empire sur les passions, la dignité, la moralité, la raison, la civilisation, l’homme même, car peut-elle porter le nom d’homme, la créature qui n’a plus rien à démêler avec son avenir ? »33. Sans prévoyance, il ne peut y avoir de moralité, il ne peut y avoir même de civilisation. Sous la plume de Bastiat, les perspectives d’évolution d’une société dominée par la solidarité publique se font de plus en plus menaçantes : la population va augmenter bien au-delà des possibilités d’emploi ; ce sera un appauvrissement général, la grande crise, la chute finale ; notre pays disparaîtra en tant que nation, la barbarie submergera tout ; nous rétrograderons jusqu’à ce que la France se retrouve à l’état des « forêts américaines, empire du buffle et du sauvage »34. L’Etat ne doit pas chercher à atténuer les rigoureuses mais salubres contraintes de l’économie.

III – La solution des déséquilibres par la liberté

26C’est donc par la liberté que, parfois douloureusement mais naturellement, les équilibres peuvent se rétablir. Du mal sortira le bien. Le malheur incite à l’effort rédempteur ; il contraint au travail, à l’épargne, à la vertu. De même que la souffrance a sa place dans le plan de Dieu, de même la misère joue son rôle dans les harmonies économiques. Elle a un effet incitatif.

A - Les limites de cette solution

  • 35 Id., t. I, p. 423.

27Tout ne rentrera pas aisément dans l’ordre naturel. Le retour à l’équilibre perturbé par l’imprudence ou les gaspillages, se fera péniblement mais il y a là un passage nécessaire, pour désagréable qu’il soit, une période pénible, à accepter comme la juste punition des facilités abusives que chacun a cru pouvoir se consentir. S’il y a crise, c’est que la population a dépassé les moyens de subsistances. Il faut que les salaires baissent, que les profits diminuent, que les mariages soient retardés, que le nombre des naissances décline. Il ajoute même qu’une augmentation de la mortalité est nécessaire puis, prenant sans doute conscience de la gravité d’une exigence présentée si abruptement et de son caractère médiocrement harmonieux, il accompagne son affirmation d’un « peut-être », malgré tout peu rassurant. Il se rend bien compte que le tableau ainsi présenté n’a rien de réjouissant mais il ne conçoit pas d’autre remède qu’un appauvrissement général et une diminution rapide du nombre de bouches à nourrir et de bras à employer. « Je vois que ce sont là des maux, des souffrances ; je le vois et je le déplore. Mais ce que je ne vois pas, c’est que la société puisse éviter ces maux en proclamant le droit au travail »35. Ce n’est pas par un prélèvement, au moyen de l’impôt, sur une épargne déjà insuffisante que l’on fournira du travail à ceux qui en manquent.

  • 36 Id., t. IV, p. 135.

28Bien loin de se méfier de l’individualisme, il convient de le considérer avec bienveillance, comme la meilleure garantie des harmonies économiques. Par un mouvement quasi dialectique, les problèmes engendrent leurs solutions. L’esclavage constitue un bon exemple de cette logique et de l’incapacité d’une solidarité imposée à résoudre les inégalités sociales. C’est en vain que le christianisme s’est installé aux Antilles puisque, malgré ses préceptes de charité et d’amour du prochain, les propriétaires continuent à faire exploiter leurs plantations par des esclaves. Heureusement les mêmes raisons qui les poussent actuellement à contraindre de malheureux captifs venus d’Afrique, vont les convaincre de renoncer à de telles pratiques. L’esclavage va s’éteindre de lui-même parce que « ce qui l’a fondé le détruira, je veux dire l’Intérêt pourvu que, pour favoriser les intérêts spéciaux qui ont créé la plaie, on ne contrarie pas les intérêts généraux qui doivent la guérir »36. Autrement dit, tout s’arrangera lorsqu’une meilleure appréciation de la rentabilité maximum les aura convaincus que le travail consenti est beaucoup plus productif que le travail forcé. En tous domaines, liberté est synonyme d’efficacité.

  • 37 Id., t. VI, p. 13.

29Cela ne signifie pas que tout ira nécessairement et immédiatement aussi bien que chacun pourrait le souhaiter, mais simplement que tout sera le mieux possible, ce qui n’est pas forcément très prometteur. « Pour que les lois providentielles soient tenues pour Harmoniques, il n’est pas nécessaire qu’elles excluent le mal. Il suffit qu’il ait son explication et sa mission, qu’il se serve de limite à lui-même, qu’il se détruise par sa propre action et que chaque douleur prévienne une douleur plus grande en réprimant sa propre cause »37. Donc, il n’y a pas à espérer la disparition définitive et rapide de la misère ou de la souffrance ; il faut se contenter de savoir que chacun de ces désagréments n’est que la juste rétribution d’une insuffisance du travail ou d’une erreur de gestion, à la rigueur d’un concours de circonstances et de quelques malchances qu’un nouvel effort devrait permettre de surmonter.

  • 38 Id., t. VIII, p. 350.

30Généralement fort classique dans ses démonstrations, Bastiat utilise à l’occasion une technique d’exposition qui s’apparente à la fois à la fable moralisante et au récit utopique. Dans cette perspective, il imagine le discours que Sancho Panca aurait pu prononcer devant les habitants de cette île que le goût pour les facéties lui avait valu de se voir en apparence confier. C’est un véritable programme politique et économique : chacun doit faire son bonheur soi-même ; personne ne doit rien attendre de l’Etat que sa protection contre les atteintes aux personnes et aux biens, en un mot la sécurité pour la propriété et pour les transactions ; « voici donc nos conventions : faites comme vous l’entendrez levez-vous tard ou de bonne heure, travaillez ou vous reposez, faites ripaille ou maigre chère, dépensez ou économisez, agissez isolément ou en commun, entendez-vous ou ne vous entendez pas (...). Je m’en fie à vous-mêmes et à cette loi de responsabilité à laquelle Dieu a soumis l’homme »38. Dieu et l’économie.

B - Pessimisme et lucidité

  • 39 Id., t. I, p. 172-173.

31Le pessimisme, le réalisme de Bastiat ne constituent pas seulement un des aspects à la fois mal connus et apparemment paradoxaux de ses analyses. Cet état d’esprit peu conforme à son image traditionnelle est à l’origine de certaines de ses affirmations les plus fines, voire les plus prophétiques. C’est ce réalisme qui le conduit, dès 1848, à prévoir la déception qui va naître de la politique suivie par des républicains pleins d’illusions. Alors que l’enthousiasme est à son comble, que l’accord est général, que toute la population, réunie par le suffrage universel, va voter en procession, curé et notables en tête, Bastiat laisse tomber quelques prophéties sinistres. Bien sûr, au début du régime républicain, tout nouveau tout beau. « Mais qu’arrivera-t-il quand les impôts, au lieu d’être diminués, seront aggravés, quand l’ouvrage manquera, quand aux plus brillantes espérances succéderont d’amères réalités ? (...) Tout cela ne finira-t-il pas par une terrible explosion ? »39. Il n’imagine qu’une solution susceptible de résoudre les problèmes financiers qui ne vont pas manquer de se poser, ce serait le désarmement général, proposition dont il reconnaît le caractère utopique.

32Au surplus, ce souci de décrire la réalité sociale telle qu’elle est et de ne pas se contenter d’imaginer ce qu’elle devrait être, le conduit à des diagnostics parfois passablement audacieux et qui, là encore, ne correspondent pas à son image de personnalité plutôt conservatrice. Dans le constat qu’il dresse au sujet des pays industriels en cette première montée du XIXe siècle, il rejoint certaines affirmations des socialistes qu’il dénonce par ailleurs lorsqu’il s’agit de présenter des solutions ou des remèdes. Il se montre beaucoup plus exigeant sur les équilibres sociaux que la plupart des auteurs de l’époque qui se contentent de se féliciter de l’égalité juridique conquise depuis 1789. Sous le titre « individualisme et fraternité », il proclame : « pour moi, je ne vois dans la société que deux classes ». Et la suite de sa description évoque certains thèmes connus, proches du marxisme même.

  • 40 Id., t. VII, p. 333.
  • 41 Id., t. II, p. 203.

33Il constate d’un côté l’existence de conquérants, qui se sont emparés des terres, des richesses, de la puissance législative et judiciaire, et ce tableau ne peut que faire penser aux condamnations se généralisant un peu plus tard contre la bourgeoisie, maître des moyens de production et de l’appareil coercitif d’Etat. Sur l’autre bord, il peint le peuple vaincu, qui souffre, travaille, grandit, brise ses chaînes, reconquiert ses droits »40. Il est souvent trompé, explique Bastiat, y compris par ceux qui sortent de son sein ; il est souvent victime de charlatans ; l’expérience finit par l’éclairer progressivement. Ici Bastiat s’éloigne du marxisme autant que possible, lorsqu’il explique que le peuple parviendra à l’égalité par la liberté, et à la fraternité par l’égalité. Il n’en reste pas moins que le bilan qu’il tire le ferait plutôt classer parmi les auteurs aux idées avancées, ainsi lorsqu’il oppose les deux classes sociales qui divisent les sociétés industrielles, « l’une qui exploite, l’autre qui est exploitée ; l’une qui dissipe, l’autre qui travaille »41.

  • 42 Id., t. V, p. 530 et s.

34Certaines de ses analyses, dispersées dans ses écrits, découvertes au fil des pages, finissent même par prendre un tour quasi d’actualité. Elles n’ont souvent qu’un caractère adventice dans des ouvrages dont ce n’est pas le thème principal. Elles font figure d’élément un peu marginal dans un raisonnement plus vaste, mais nos préoccupations de cette fin du XXe siècle les font actuellement considérer avec plus d’attention que n’y consacraient, sans doute, les contemporains. Ainsi, et pour s’en tenir à des exemples nécessairement limités, lorsqu’il s’oppose à ce que les députés puissent être en même temps ministres, il présente une série d’arguments que ne désavoueraient pas les auteurs de notre actuelle constitution. Il voit dans ce cumul une source de trouble et d’instabilité, une cause de fragilité pour le gouvernement en place dans la mesure où chaque député espère devenir ministre à l’occasion du prochain remaniement ou de la chute du ministère, en tous cas un encouragement à l’esprit de parti dans la perspective d’une redistribution périodique des places et des responsabilités42.

  • 43 Id., t. I, p. 475.

35Il est d’autres arguments de Bastiat qui annoncent des polémiques fort proches de nous, notamment ceux qu’il présente en faveur de l’école libre, contre le monopole de l’Etat, affirmant avec Leibnitz que celui qui est maître de l’éducation, le devient de l’humanité, soutenant que « le gouvernement n’est pas institué pour asservir nos intelligences, pour absorber les droits des familles ». Le monopole de l’instruction ne pourrait se concevoir qu’au profit d’une autorité qui posséderait une réelle et permanente infaillibilité, hypothèse évidemment absurde. Sinon, chacun de ceux entre les mains duquel passera ce moyen d’influence, l’utilisera, parfois de bonne foi, pour répandre ses propres idées. Ainsi Napoléon voulait-il former des soldats et Frayssinous des dévots ; « Cousin ferait des philosophes, Fourier des harmoniens, et moi sans doute des économistes ». La conclusion coule de source : « Laissons donc l’enseignement libre. Il se perfectionnera par les essais, les tâtonnements, les exemples, la rivalité, l’initiative, l’émulation »43. On croit entendre l’écho lointain de revendications récentes.

36Il y a quelque paradoxe et pas mal de provocation apparente à parler du pessimisme de Bastiat que tout semble plutôt ranger parmi les auteurs optimistes, et d’abord son appartenance au courant libéral. C’est en fait l’occasion de souligner que, si les libéraux sont convaincus que les équilibres automatiques permettront d’atteindre la plus forte croissance possible et la meilleure répartition des fruits de cette croissance en fonction du travail et des mérites de chacun, ils n’en demeurent pas moins fort sévères dans leur diagnostic de la situation du pays dans la mesure où se maintient une réglementation tant de la production que des échanges, notamment du fait du protectionnisme douanier. Au surplus, ils reconnaissent que l’introduction de la liberté totale du commerce et de l’industrie ne résoudra pas tous les problèmes d’un coup ; il y aura nécessairement une période d’adaptation douloureuse pour les parasites et pour les professionnels excédentaires, jusqu’alors protégés par des privilèges ou des monopoles il demeurera aussi le risque d’un retour brutal aux vieux équilibres pour mettre fin à d’abusives facilités ou à des imprudences.

37Il faut aussi en rabattre de l’image d’un XIXe siècle, marqué par l’entrée dans l’ère industrielle et par un taux de croissance inconnu jusqu’alors, donc vécu par les contemporains comme un temps de fortes espérances et de perspectives uniformément encourageantes. C’est faire bon marché des appréhensions apparues, en France, dans les classes dominantes du fait de l’instabilité politique. La peur du peuple, la crainte des insurrections populaires constituent, depuis 1789 et pour une centaine d’années, une constante des mentalités collectives dans les catégories privilégiées. Même si les discours officiels évitent alors d’en trop parler pour ne pas attirer le malheur, les rapports administratifs, les correspondances privées, la littérature même révèlent leur conviction que les équilibres sont fragiles, que le risque est permanent de voir les masses prolétariennes descendre dans la rue pour tout ravager dans une vaste apocalypse sonnant rien moins que le glas de la civilisation.

38Les aspects les plus pessimistes des analyses de Bastiat ne sont donc pas exceptionnels, ni dans le courant libéral, ni en ce début du XIXe siècle. Ces analyses ont cependant leurs aspects spécifiques. Elles révèlent d’abord un penseur plus complexe, plus nuancé qu’on ne l’imagine en général. L’auteur des Harmonies économiques entremêle son plaidoyer en faveur du libre-échange de considérations lucides sur les inégalités sociales et de jugements aigus sur les modes d’exercice du pouvoir par les classes dirigeantes. Derrière l’économiste, longtemps masqué par sa réputation, apparaît un autre auteur, analyste fin et souvent convaincant des équilibres politiques et sociaux dans la France de la première moitié du XIXe siècle.

Notes

1 Emile JAMES, Histoire sommaire de la pensée économique, Paris 1965, p. 115 ; Luc BOURSIER DE CARBON, Essai sur l’histoire de la pensée et des doctrines économiques, Paris 1971, t. 1, p. 244.

2 Henri DENIS, Histoire de la pensée économique, Paris 1977, p. 312 ; André PIETTRE, Histoire de la pensée économique et analyse des théories contemporaines, Paris 1973, p. 73-74 ; Raymond BARRE, Economie politique, Paris 1975, t. 1, p. 47 ; Robert L. HEILBRONER, Les grands économistes, Paris 1977, p. 168.

3 Frédéric BASTIAT, Œuvres complètes, 7 vol., Paris 1862 ; t. VI, p. 566.

4 Id., t. VI, p. 260.

5 Id., t. IV, p. 331

6 Id., t. VI, p. 261.

7 Ibid.

8 Id., t. VI, p. 260.

9 Id., t. VI, p. 647.

10 Id., t. VI, p. 646.

11 Id., t. I, p. XII.

12 Id., t. VI, p. 36.

13 Id., t. I, p. XIII.

14 Id., t. VI, p. 594.

15 Id., t. VI, p. 13.

16 Id., t. VI, p. 20-21.

17 Id., t. VI, p. 594.

18 Id., t. IV, p. 142.

19 Id., t. V, p. 92.

20 Id., t. II, p. 255 ; t. IV, p. 451.

21 Id., t. III, p. 70.

22 Id., t. II, p. 198.

23 Id., t. II, p. 150.

24 Id., t. II, p. 359.

25 Id., t. IV, p. 9.

26 Id., t. IV, p. 11.

27 Id., t. I, p. 161-162.

28 Id., t. I, p. 418.

29 Id., t. VI, p. 13.

30 Id., t. I, p. 422.

31 Id., t. I, p. 421.

32 Id., t. V, p. 448.

33 Id., t. VII, p. 28.

34 Id., t. VII, p. 29.

35 Id., t. I, p. 423.

36 Id., t. IV, p. 135.

37 Id., t. VI, p. 13.

38 Id., t. VIII, p. 350.

39 Id., t. I, p. 172-173.

40 Id., t. VII, p. 333.

41 Id., t. II, p. 203.

42 Id., t. V, p. 530 et s.

43 Id., t. I, p. 475.

Notes de fin

* Article publié dans Un libéral : Frédéric Bastiat, Toulouse 1988, p. 51 à 69.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search