Version classiqueVersion mobile

Mélanges en hommage à André Cabanis

 | 
André Cabanis

Première sous-partie. Napoléon et le bonartisme

Napoléon, le peuple et les élites*

Texte intégral

  • * Article publié dans Mélanges offerts au professeur Pierre Montané de la Roque, Toulouse 1986, p. 56 (...)

1Entre l’histoire des idées politiques et celle des mentalités, a pu se maintenir, presque intact, un domaine d’étude peu exploré, celui de l’état d’esprit des classes dirigeantes. Grâce aux recherches récentes d’un historien anglo-saxon, les passions françaises sont désormais mieux connues, mais il s’agit d’une description des sentiments les plus répandus, les plus faciles à saisir car venant des catégories les plus nombreuses et les plus démonstratives. Les études de presse, providence des étudiants en mal de sujets de mémoires de D.E.A., sont autant de contributions à la bonne connaissance de l’opinion publique, complétées ou contredites par l’examen des rapports administratifs émanant des membres des corps préfectoral et judiciaire, donc suspects à beaucoup. En revanche, les préjugés, les a priori, les évolutions de mentalités des personnalités au pouvoir sont mal connues ou décrites à travers des biographies destinées au grand public et selon les lois d’un genre qui a peu évolué depuis la « Vie des hommes illustres ».

  • 1 Principaux ouvrages utilisés : CHATEAUBRIAND, Mémoires d’Outre-Tombe, 4 vol., Lausanne 1963 (abrégé (...)

2Nul doute qu’il soit plus difficile de saisir les pensées de l’oligarchie au pouvoir que celles des masses qu’elle gouverne. Par système, par goût, par précaution, les classes dominantes évitent de trop se dévoiler. C’est dans une ambiance de secret et de mystère que le pouvoir s’épanouit. Ce qui transparaît relève le plus souvent de la propagande de la part de dirigeants en apparence surpris en pleine sincérité mais qui, en fait, ont pris la pose un instant avant que le rideau se lève. La recherche vaut pourtant que l’on tente de la mener. Les résultats pourraient ne pas être négligeables. Il s’agit de mettre au jour les arrière-pensées des catégories dirigeantes, de déceler des intentions dissimulées et des motivations où le rationnel n’a pas toute la place souhaitable. Il s’agit finalement d’éclairer des décisions, des réactions, des entêtements qui demeureraient, autrement, inexplicables ou méconnus. Une telle curiosité ne peut être satisfaite que progressivement. Sa difficulté même rend nécessaire des études particulières. Parmi les hommes d’Etat qui peuvent en être l’objet, Napoléon semble l’un de ceux qui s’y prêtent le mieux. Très tôt entouré de lieutenants, de collaborateurs, de familiers, de courtisans convaincus de vivre à ses côtés des moments historiques, il a été abondamment décrit, et chacun de ses mots noté. Derrière le général en chef de l’armée d’Italie, derrière le premier consul, derrière l’empereur, le plus souvent attentif à l’image que commenteront l’opinion publique puis la postérité, apparaît parfois l’homme tel qu’en lui-même, traversé de sentiments mêlés, tant à l’égard du peuple qu’il gouverne que des élites qu’il a contribué à mettre en place1.

A l’égard du peuple, un mépris indulgent

  • 2 CHATEAUBRIAND, t. II, p. 487. Revenant de Moscou avec Caulaincourt, et après une série d’anecdotes (...)
  • 3 CHATEAUBRIAND, t. II, p. 494-495.

3En 1814, contraint à l’abdication par ses maréchaux, Ney et Macdonald en tête de la délégation, abandonné par ceux qu’il a abreuvés d’argent et d’honneur, Napoléon exhale des mots amers qui transparaissent dans sa proclamation à l’armée : « Si l’empereur avait méprisé les hommes comme on le lui a reproché, le monde reconnaîtrait aujourd’hui qu’il a eu des raisons qui motivaient son mépris »2. En une phrase ambiguë, il révèle à la fois ses convictions profondes et le sentiment du moment. Pas de mépris avoué mais assez de motifs pour avoir du mérite à n’y pas succomber. Il a levé un instant le voile et le laisse retomber aussitôt. Quelques jours plus tôt, il accablait Macdonald, venu le sommer d’abdiquer, de propos aimables, au point de se faire interrompre : « Trêve de compliments ». Quelques jours plus tard, ce sont les adieux de Fontainebleau. Il prend la pose pour la postérité, présente les soldats de la Garde impériale comme « des modèles de fidélité et de bravoure » et embrasse leur drapeau faute de pouvoir embrasser chacun. Il donnera de même l’accolade à Augereau, rencontré à Valence, venu l’insulter, le tutoyer, lui reprocher son ambition qui l’avait conduit là3. Les étreintes se succèdent pendant cette descente vers l’exil comme elles se multiplieront pendant la remontée vers Paris, en 1815, lors du vol de l’Aigle. Chaque baiser de l’empereur marque l’oubli ostensible d’une trahison. On devine ce qu’il ressentait d’autant mieux que son mépris trop explicable, sourd parfois, rarement et devant des interlocuteurs de confiance.

  • 4 NAPOLEON, t. IX, p. 404-405, n° 7.674.
  • 5 Ibid., t. XII, p. 663, n° 10.491.

4Il est vrai que ses méthodes de gouvernement lui interdisent de trop laisser percer un tel sentiment. Nul n’obéit s’il se sent méprisé. Il le sait et le répète, en confidence, à ceux qui gouvernent en son nom. Il tance sa sœur Pauline, mariée au prince Borghèse et installée à Rome : « J’ai appris avec peine (...) que vous montriez du mépris aux habitants »4. Il explique à la princesse Stéphanie de Bade qu’il ne faut surtout pas paraître moqueur ou critique là où l’on dirige : « on ne vous aimera et estimera qu’autant que vous aimerez et estimerez le pays où vous êtes ; c’est la chose à laquelle les hommes sont le plus sensibles »5. Cette bienveillance de commande qu’il s’impose à lui-même, dissimule des sentiments assez contrastés, différents selon qu’ils s’appliquent au peuple ou aux élites mais qui, dans les deux cas, transparaissent au fil de conversations, de lettres, de proclamations, sous forme de remarques et de jugements qui, rassemblés, permettent de reconstituer sa pensée.

  • 6 CAULAINCOURT, t. II, p. 309.
  • 7 Cf. Benjamin CONSTANT, Mémoires sur les Cent-Jours, Paris 1961.
  • 8 MOLE, t. I, p. 153. C’est un argument qui revient souvent dans sa conversation, sous l’Empire, tend (...)

5Le peuple suscite chez lui des réflexes qui peuvent paraître contradictoires mais qui s’expliquent par les distinctions qu’il établit plus ou moins consciemment. Selon un préjugé tout à fait banal à l’époque, il oppose « le peuple, c’est-à-dire la nation » à « ce que beaucoup de gens entendraient par le mot peuple : la canaille »6. La populace, la tourbe selon les termes du temps, il l’a peu rencontrée, sinon à Paris en 1792. Encore qu’alors très séduit par les idées nouvelles, encore que protégé des excès populaires par sa situation de militaire, il a gardé du spectacle de ces émeutes et comme beaucoup de ses contemporains, une répulsion affirmée à l’encontre des désordres et un sentiment de malaise lorsqu’il est en face de groupes indisciplinés. Ce malaise peut déboucher sur une véritable panique comme en 1814, lorsque la foule entoure sa voiture, en brise les vitres, le pend en effigie et menace de lui faire subir ce sort. Ce malaise peut se traduire seulement par des maladresses, ainsi au 18 brumaire an VIII, intimidé par les Conseils des Anciens et des Cinq cents, ou encore en 1815, pendant les Cent-Jours, jouant avec peine le rôle d’un monarque jacobin, hésitant entre un libéralisme bourgeois qui répond à certaines de ses tendances naturelles mais qui ne peut guère lui reconquérir des notables invinciblement hostiles, et une dictature révolutionnaire qui lui répugne et que réclament des foules exaltées7. Tout au long de sa vie, cette répulsion ne se démentira pas et c’est avec sincérité qu’il se présente comme le meilleur rempart contre les excès de la canaille : « Tant que j’y serais, cette lie ne bougera pas parce qu’elle a appris à me connaître (...) et qu’elle me sait toujours prêt, si je la prends en faute, à l’écraser »8.

  • 9 AUBRY, p. 188.
  • 10 Cf. par exemple, à Benjamin Constant : « Je suis l’homme du peuple (...) j’ai reconnu sa souveraine (...)
  • 11 ROEDERER, Œuvres, t. III, p. 342.
  • 12 Références dans A. CABANIS, « Contribution à l’étude des idées politiques de Napoléon 1er, dans Res (...)

6Distinct de la canaille, tenté parfois de la rejoindre dans les rues, mais retenu à temps par la main du maître, le peuple proprement dit présente, pour Napoléon, un double visage. Il y a d’abord le peuple souverain devant lequel le premier consul affecte de s’incliner volontiers, sous l’influence plus ou moins prolongée des idées rousseauistes, pour rassurer ceux que commencent à inquiéter des allures de dictateur. Les plébiscites sont présentés comme autant d’occasions suscitées pour vérifier la bonne concordance existant entre la politique officielle et le sentiment national. Sous l’Empire, la référence rituelle à la souveraineté populaire se fait plus rare sans disparaître tout à fait. Elle ressurgira en 1814, plus encore pendant les Cent-Jours et à Sainte-Hélène : « On ne fait de grandes choses en France qu’en s’appuyant sur les masses (...) le principe fondamental doit être l’universalité des votes »9. Tout cela, des proclamations du Consulat jusqu’aux propos habilement confiés à Las Cases, relève, bien sûr, de l’ostentation, sans doute pas contraire aux convictions réelles mais trop officiel, trop affecté pour être entièrement sincère10. Dans les conversations privées, Napoléon s’explique, non pas pour nier le peuple souverain en tant que principe, mais pour en simplifier les conséquences : il faut « gouverner les hommes comme le grand nombre veut l’être. C’est là, je crois, la manière de reconnaître la souveraineté du peuple »11. Cela suppose par exemple -et ici intervient la litanie trop souvent répétée à trop d’interlocuteurs pour ne pas être importante- de se présenter comme musulman en Egypte, ultramontain en Italie, catholique en France...12. Autant de masques présentés sans remords comme des sincérités successives et nécessaires.

  • 13 CAULAINCOURT, t. II, p. 277 cf. aussi p. 340 une allusion à « la légèreté de la nation », Mémorial,(...)
  • 14 Mémorial, t. III, p. 55.
  • 15 Mme de REMUSAT, t. II, p. 275 ; AUBRY, p. 190.

7Il y a aussi un peuple plus réel, considéré avec une attention pleine de méfiance. Et c’est un thème de prédilection pour Napoléon que d’épiloguer sur le tempérament français. Sans beaucoup d’originalité mais avec une force de conviction et un bonheur des formules qui retiennent l’attention. Les Français ? « légers, familiers, prêts à manger dans la main », ou encore « frondeurs, turbulents », « de vraies girouettes »13. Tous ces jugements sont formulés sur un ton d’indulgence amusée : ces défauts remontent loin, ils viennent des Gaulois, mais ils sont rachetés par l’absence de vice, voire de calcul : « leur légèreté est tellement de nature, leurs variations si subites qu’on ne saurait dire qu’elles les déshonorent »14. L’homme d’Etat doit évidemment s’adapter à une nation si versatile, être toujours en scène, distraire le peuple par des batailles gagnées. Au surplus un peuple riche de contradictions, attaché à la liberté mais plus encore à l’égalité -thème sur lequel Tocqueville épiloguera longuement- attaché à l’égalité mais plus encore aux distinctions, attachéà ces distinctions à condition d’en bénéficier ou du moins d’en avoir l’espérance15. Les institutions doivent tenir compte de ces penchants opposés.

  • 16 DANSETTE, p. 244.
  • 17 AUBRY, p. 18 DANSETTE, p. 337.
  • 18 CHATEAUBRIAND, De Bonaparte et des Bourbons, Paris 1814, p. 28 ; ROEDERER, Œuvres, t. III, p. 515 ; (...)

8Du moins est-il un biais qui permet de réhabiliter, aux yeux de Napoléon, ce peuple persifleur et léger. Il lui suffit de considérer l’armée qui en est issue et dont le premier consul puis l’empereur est tellement satisfait qu’il en vient parfois à l’identifier à la nation, à confondre les acclamations de ses troupes avec l’approbation populaire. S’adressant à Chaptal, il fait du soldat français le tableau le plus flatteur : infatigable, généreux, doté d’une « bravoure impatiente » et d’un « sentiment d’honneur qui le rend capable des plus grands efforts ». Ses défauts ne sont que la contrepartie de ses qualités à moins que, convenablement utilisés, ils ne puissent devenir des avantages : il est « raisonneur parce qu’il est intelligent »16, ce qui le conduit à beaucoup de dévouement lorsqu’un plan de combat lui agrée. La victoire le transfigure tandis que la proximité du danger lui donne de l’esprit. Bien sûr, on ne peut espérer faire se battre les hommes par des raisonnements. « Il faut au soldat de la gloire, des distinctions, des récompenses », une discipline rigoureuse qui conduit chacun à se dépasser. Entre la haute idée que l’empereur se fait des soldats et la piètre opinion qu’il a du peuple, le contraste est tel qu’il ne peut que s’en étonner : « Je ne m’expliquerai jamais comment les Français, si braves sur le champ de bataille, si prodigues de leur vie pour l’honneur d’une remarque, montrent si peu de caractère quand il s’agit de la foi politique »17. Cette admiration pour ses troupes n’empêche pas une certaine indifférence qui sourd parfois quand il s’agit de vies humaines. Des déclarations de sensibilité, notamment sur le champ de bataille d’Eylau, source d’inspiration pour les peintres, alternent avec des formules à l’emporte-pièce sur ses 300 000 hommes de revenus par an, sur ces pertes qu’une nuit de Paris compense, sur le couronnement de l’impératrice qui aura lieu « dût-il m’en coûter 200 000 hommes », sur le fait qu’un « homme comme moi se soucie peu de la vie d’un million d’hommes »18. Il est vrai que ces affirmations malheureuses visent surtout à impressionner l’interlocuteur. Au surplus, le mépris n’est pas tout à fait absent des sentiments qu’il porte à ses troupes, mais un mépris d’une nature différente de celui qu’il marque, teinté d’indulgence, à l’égard du peuple, ou marqué de fatalisme, à l’encontre des classes dominantes.

A l’égard des élites, un mépris assumé

  • 19 Mémorial, t. VI, p. 58.
  • 20 ROEDERER, Œuvres, t. III, p. 514-515-539. Cf. aussi « J’aime le pouvoir, moi ; mais c’est en artist (...)

9Au mépris du peuple correspond, chez Napoléon, et comme par symétrie, le mépris des classes dominantes, un mépris beaucoup plus ancré, né sans doute d’une connaissance plus intime et de contacts plus fréquents qu’avec les masses. L’attitude des notables, longtemps obséquieux et courtisans, plus tard ingrats et rebelles, justifie dans une large mesure les jugements les plus sévères que porte sur eux le maître. La fin du règne l’a particulièrement consolidé dans cette conviction mais, dès le Consulat, il se fait peu d’illusions, comme en témoigne, notamment, son opinion désabusée sur Benjamin Constant changeant brutalement de position selon qu’il sollicite un poste au Tribunat ou selon que, l’ayant obtenu, il l’utilise comme moyen d’opposition : « à onze heures du soir, il suppliait encore à toute force ; à minuit et la faveur prononcée, il était déjà relevé jusqu’à l’insulte »19. S’ajoute à ce peu de confiance en la fidélité humaine, le contraste entre les qualités intellectuelles du prince et les capacités de travail de ses ministres, les meilleurs s’étant souvent éloignés de lui pour ne laisser en place que les plus besogneux. Pour couronner le tout, il y a la crainte de voir se dresser des rivaux. Napoléon entretient avec le peuple des rapports que l’on ne peut qualifier d’ambigus tant il s’est clairement expliqué là-dessus : « Je n’ai qu’une passion, qu’une maîtresse, c’est la France ; je couche avec elle. Elle ne m’a jamais manqué, elle me prodigue son sang et ses trésors ». Pas question donc d’en laisser approcher qui que ce soit. Pas de corps intermédiaires entre cette généreuse maîtresse et son amant, mais un rapport direct. De la volupté et de la mort. Tous ceux qui prétendront exercer une influence sur la nation sont donc suspects, celui qui se croit des droits qui ne procéderaient pas de l’empereur est coupable, serait-ce son propre frère : « c’est comme s’il eut dit à un amant passionné qu’il a b... sa maîtresse, ou seulement qu’il espère réussir près d’elle (...). Ma maîtresse est le pouvoir. J’ai trop fait pour sa conquête pour me la laisser ravir, ou souffrir même qu’on la convoite »20. Avec des affirmations telles qu’il n’est même pas possible de parler d’arrière-pensées, on pressent la difficulté pour les notables de trouver leur juste place dans cette société que rêve Napoléon : trop influents, ils sont taxés d’ambitions impures ; trop discrets, ils sont jugés incapables.

  • 21 METTERNICH, t. I, p. 391.
  • 22 DANSETTE, p. 82-83 ; MOLE, t. I, p. 152.
  • 23 DANSETTE, p. 83.

10Se tenir dans leurs limites est particulièrement malaisé pour les membres du législatif, répartis entre quatre assemblées. Ils sont chassés s’ils ne font pas preuve de docilité, et méprisés s’ils la montrent. Les membres du Tribunat s’étant hasardés à émettre quelques réserves sur les lois proposées, « je l’ai dissout ». Il est facile de discréditer une assemblée, explique Napoléon à Metternich intéressé. Il suffit de la faire taire. Sa seule force est dans la parole. Après quoi, l’on ferme la porte de la salle des séances et on met la clef dans la poche ; « personne n’y pensera plus »21. Pour survivre, le Corps législatif doit se réduire à sa plus simple expression. Qu’aucune opposition ne se forme dans son sein qu’il ne puisse plus refuser l’impôt lorsque celui-ci a été voté une fois. En résumé, « la politique intérieure ou extérieure ne le regarde pas. Le long séjour des députés dans les provinces les rend impropices à ces sortes d’affaires ». Pas question a fortiori de prétendre représenter les Français. Il ne manquerait plus que cela. « Vous vous dites les représentants du peuple, vous ne l’êtes pas... Il n’y a de représentant en France que moi »22. Ses interlocuteurs en viennent à se demander à quoi peuvent donc bien servir les députés dans ces conditions. Napoléon dresse un portrait de l’assemblée idéale, composée de propriétaires âgés, de pères de famille, de notables locaux, auxquels leur titre vaudrait un voyage par an à Paris, l’occasion de rencontrer l’empereur avant de revenir chez eux, « content de cette petite portion de gloriole jetée dans la monotonie de leur vie »23.

  • 24 NAPOLEON, t. XV, p. 537 ; Manifestations d’idéophobie de NAPOLEON : ROEDERER, Mémoires, p. 135-188  (...)

11Ce mépris qui frappe les titulaires du pouvoir législatif est inséparable de la méfiance que suscitent, chez Napoléon, tous ceux qui prétendent s’intéresser aux théories politiques. Il a tôt fait de les classer parmi les idéologues, gens tout juste capables de constructions abstraites mais dangereux par l’influence qu’exercent parfois leurs vaticinations sur les esprits faibles. Ces idéologues, le premier consul a dû s’en accommoder pendant les premiers temps de son gouvernement d’autant qu’il avait profité de leur aide pour y accéder. Il n’a cependant de cesse que de s’en être détaché et ne manque guère d’occasion de souligner leur inutilité, voire leur nocivité. « Je regarde les savants et les hommes d’esprit comme des coquettes ; il faut les voir, causer avec eux, mais ne prendre ni les unes pour sa femme, ni les autres pour ses ministres »24.

  • 25 Molé, t. I, p. 198. Cf. aussi : « J’ai pris quelques gens de l’ancienne cour dans ma maison (...) j (...)
  • 26 Mémorial, t. VI, p. 247 ; MOLE, t. I, p. 192.

12Ceux qu’il utilise lui paraissent à peine plus fiables. Les fonctionnaires sont toujours tentés d’abuser de leur pouvoir, ils croient avoir agi parce qu’ils ont écrit une lettre. La noblesse dont il a entouré son trône n’est pas homogène. La vieille aristocratie demeure confinée dans ses souvenirs. Il a fallu la traîner aux emplois. « Et de bonne foi, je vous le demande, combien d’entre eux sont propres aux affaires aujourd’hui... ». Les habitants du faubourg Saint-Germain continuent de se croire un droit de contrôle sur le monarque ; ils bloqueraient tout si on les laissait faire25. Quant aux nouveaux nobles, issus de la Révolution, ils ont reçu leur titre sans en comprendre la signification. Sur le moment, cette distribution a permis à l’empereur de faire accepter sa propre élévation. Par la suite, elle devait consolider le nouveau régime en créant une catégorie sociale dont les intérêts lui seraient indéfectiblement liés. Ne pouvant compter sur la loyauté ou le dévouement des nouvelles classes issues de la Révolution, l’empereur vient s’appuyer sur l’évaluation de leur intérêt bien compris26. Il se constate, là encore, déçu.

  • 27 DANSETTE, p. 341 MOLE, t. I, p. 155 ; METTERNICH, t. I, p. 313 ; Mémorial, t. VII, p. 18.

13Jusqu’à sa famille qui lui apparaît comme un boulet au pied. Il n’en attend pourtant pas grand chose. Parlant de ses frères et sœurs, il n’a pas de mots assez durs pour leurs prétentions, leurs exigences, cette âpreté à faire valoir des droits qu’ils n’ont pas conquis ni mérités. Ce n’est pas tant qu’une telle disposition d’esprit l’étonne, il la trouve plutôt malcommode, difficile à intégrer dans ses plans, incompatible avec les places où il souhaite élever ses frères et sœurs, à la tête de royaumes ou de principautés, dans le cadre d’un grand plan de domination de l’Europe. Lorsque certains lui manifestent quelque attachement, notamment les enfants de Joséphine, il n’est guère moins méfiant, assez satisfait mais plus encore soucieux de ne pas paraître dupe : « Ils me traitent comme un vieil oncle ». Il se veut insensible, indifférent aux affections. Ce sont toute une série de formules plus amères les unes que les autres. « Je commence d’abord par croire le mal ». A Molé : « Ne croyez pas que je n’ai pas le cœur sensible comme les autres hommes (...). Mais dès ma plus grande jeunesse, je me suis appliqué à rendre muette cette corde qui chez moi, ne rend plus aucun son ». A Roederer : « l’amitié n’est qu’un mot, je n’aime personne »27. Et d’énumérer : ni mes frères, ni mes généraux, ni aucune femme. Il le répète trop pour être tout à fait sincère, trop pour que l’on n’y voie pas un moyen de n’être pas déçu par des trahisons pressenties de longue date.

  • 28 METTERNICH, t. I, p. 149 ; DANSETTE, p. 356-357.
  • 29 Cf. Jacques BANVILLE, Napoléon, Paris 1981, p. 518 : « Ce n’est pas le peuple qui manque d’énergie  (...)
  • 30 P. MONTANE DE LA ROQUE, Ecrits politiques et constitutionnels, Toulouse 1982, p. 50.

14Malgré toutes ces précautions et même pour celui qui affectait ne compter sur personne, les abandons blessent. Il cherche des explications désabusées. Il explique à Metternich que le froid de Moscou a durablement démoralisé ses généraux, qu’ils étaient brisés moralement et physiquement, qu’il en a vu qui pleuraient comme des enfants. Devant Las Cases, il préférera attribuer leur trahison à trop de richesses, trop d’honneurs, à la recherche du repos après trop de fatigues, le désir de jouir des positions acquises. Il cherche des excuses aux revirements : « J’ai été plutôt abandonné que trahi, il y a eu plus de faiblesse autour de moi que de perfidie »28. Il n’en accuse pas moins le coup. Il a surtout été marqué sur le moment, en 1813 et 1814, et la déception lui a arraché quelques formules parmi les plus amères. Pour un peu, il réhabiliterait le peuple, même le plus bas, par comparaison avec les élites qu’il a constituées : « je ne trouve de noblesse que dans la canaille que j’ai négligée et de canaille que dans la noblesse que j’ai faite »29. Bref moment d’abandon. Ensuite, il croit nécessaire à son image de ne paraître ni déçu, ni étonné, et utile pour un revirement éventuel de fortune de ne pas renverser les hiérarchies qu’il a fondées. Présentant une conférence sur les élites devant le Cercle Antoine de Saint-Exupéry, Pierre Montané de la Roque avait souligné le caractère nécessairement oligarchique de tout régime politique, quelle que soit la légitimité qu’il invoque30. Pour l’avoir oublié, le pouvoir napoléonien s’est effondré dans l’indifférence et le soulagement de l’élite méprisée.

Notes

1 Principaux ouvrages utilisés : CHATEAUBRIAND, Mémoires d’Outre-Tombe, 4 vol., Lausanne 1963 (abrégé : CHATEAUBRIAND) CAULAINCOURT, Mémoires, 3 vol., Paris 1933 (abrégé : CAULAINCOURT) ; LAS CASES, Mémorial de Sainte-Hélène, 9 vol., Paris 1840 (abrégé : Mémorial) ; METTERNICH, Mémoires, documents et écrits divers, t. I et II, Paris 1880 (abrégé : METTERNICH) ; Marquis de NOAILLES, MOLE, sa vie et ses mémoires, t. 1, Paris 1922 (abrégé : Molé) ; MOLLIEN, Mémoires d’un ministre du Trésor public, 3 vol., Paris 1898 (abrégé : MOLLIEN) ; NAPOLEON 1er, Correspondance publiée par ordre de l’empereur NAPOLEON III, 32 vol., Paris 1858-1870, (abrégé : NAPOLEON) ; Madame de REMUSAT, Mémoires, Paris 1880 (abrégé : Mme de REMUSAT) ROEDERER, Œuvres publiées par son fils, 8 vol., Paris 1853-1859 (abrégé : ROEDERER, Œuvres) ; ROEDERER, Mémoires sur la Révolution, le Consulat et l’Empire, textes choisis et présentés par Gustave AUBRY, Paris 1942 (abrégé : ROEDERER, Mémoires). Cf. aussi Ecrits de NAPOLEON présentés par Gustave AUBRY, Paris 1969 (abrégé : AUBRY) ; NAPOLEON, Vues politiques. Avant-propos d’Adrien DANSETTE, Paris 1939 (abrégé : DANSETTE).

2 CHATEAUBRIAND, t. II, p. 487. Revenant de Moscou avec Caulaincourt, et après une série d’anecdotes pessimistes sur son entourage et notamment sur les maréchaux, il ajoute : « Voilà les hommes (...). On me reproche de les estimer peu. Ai-je tort ? Pardonnerai-je, oublierai-je si je les croyais meilleurs qu’ils ne peuvent être et qu’ils ne sont en effet » (CAULAINCOURT, t. II, p. 332). Témoignage de METTERNICH : « il était persuadé que nul homme, appelé à paraître sur la scène publique ou engagé seulement dans les poursuites actives de la vie, ne se conduisait ni ne pouvait être conduit par un autre ressort que celui de l’intérêt » (METTERNICH, t. I, p. 281). Cf. José CABANIS, Le sacre de NAPOLEON, Paris 1970, p. 150.

3 CHATEAUBRIAND, t. II, p. 494-495.

4 NAPOLEON, t. IX, p. 404-405, n° 7.674.

5 Ibid., t. XII, p. 663, n° 10.491.

6 CAULAINCOURT, t. II, p. 309.

7 Cf. Benjamin CONSTANT, Mémoires sur les Cent-Jours, Paris 1961.

8 MOLE, t. I, p. 153. C’est un argument qui revient souvent dans sa conversation, sous l’Empire, tendant à se présenter comme le seul rempart contre les excès populaires (CAULAINCOURT, t. 1, p. 233 ; DANSETTE, p. 29 ; MOLIEN, t. III, p. 294 Mme de REMUSAT, t. II, p. 275). A Sainte-Hélène, il continue d’agiter cette idée, en forme de regret (« Dans la grande cause dont je me voyais le chef et l’arbitre, deux systèmes se présentaient à suivre de faire entendre raison au roi par les peuples, ou de conduire à bon port les peuples par les rois, mais on sait s’il est facile d’arrêter les peuples quand une fois ils sont lancés : il était plus naturel de compter un peu plus sur la sagesse et l’intelligence des rois (...), ils n’ont tenu compte de rien ; et, dans leur aveugle passion, ils ont déchaîné contre moi ce que j’avais retenu contre eux. Ils verront !!! » Mémorial, t. III, p. 67) ou en forme d’espoir (« Je ne vois guère que deux grandes chances bien incertaines pour sortir d’ici : le besoin que pourraient avoir de moi les rois contre les peuples débordés ; ou celui que pourraient avoir les peuples soulevés aux prises avec les rois » DANSETTE, p. 318).

9 AUBRY, p. 188.

10 Cf. par exemple, à Benjamin Constant : « Je suis l’homme du peuple (...) j’ai reconnu sa souveraineté, il faut que je prête l’oreille à ses volontés, même à ses caprices » (Mémorial, t. III, p. 76).

11 ROEDERER, Œuvres, t. III, p. 342.

12 Références dans A. CABANIS, « Contribution à l’étude des idées politiques de Napoléon 1er, dans Res Publica, 1975, p. 130, note 34.

13 CAULAINCOURT, t. II, p. 277 cf. aussi p. 340 une allusion à « la légèreté de la nation », Mémorial, t. III, p. 55 ; cf. aussi t. VII, p. 201, allusion à « notre inconstance, notre mobilité naturelles ».

14 Mémorial, t. III, p. 55.

15 Mme de REMUSAT, t. II, p. 275 ; AUBRY, p. 190.

16 DANSETTE, p. 244.

17 AUBRY, p. 18 DANSETTE, p. 337.

18 CHATEAUBRIAND, De Bonaparte et des Bourbons, Paris 1814, p. 28 ; ROEDERER, Œuvres, t. III, p. 515 ; METTERNICH, t. I, p. 151-152.

19 Mémorial, t. VI, p. 58.

20 ROEDERER, Œuvres, t. III, p. 514-515-539. Cf. aussi « J’aime le pouvoir, moi ; mais c’est en artiste que je l’aime... je l’aime comme un musicien aime son violon (...) pour en tirer des sons, des accords, des harmonies » (Ibid., p. 541-542).

21 METTERNICH, t. I, p. 391.

22 DANSETTE, p. 82-83 ; MOLE, t. I, p. 152.

23 DANSETTE, p. 83.

24 NAPOLEON, t. XV, p. 537 ; Manifestations d’idéophobie de NAPOLEON : ROEDERER, Mémoires, p. 135-188 ; METTERNICH, t. I, p. 281 ;, t. I, p. 75.

25 Molé, t. I, p. 198. Cf. aussi : « J’ai pris quelques gens de l’ancienne cour dans ma maison (...) je ne les aime point ; ils ne sont propres à rien » (ROEDERER, t. III, p. 538) ; « malheur au souverain qui se livrerait au faubourg Saint-Germain, car il n’a pas changé ! » (CAULAINCOURT, t. II, p. 310) ; « il est vrai que j’ai élevé quelques hommes de la vieille noblesse par esprit d’égalité ; mais on a beau dire, je n’ai jamais eu une grande confiance en eux » (DANSETTE, p. 162) ; enfin, pour l’anecdote, cf. Mémorial, t. VII, p. 111.

26 Mémorial, t. VI, p. 247 ; MOLE, t. I, p. 192.

27 DANSETTE, p. 341 MOLE, t. I, p. 155 ; METTERNICH, t. I, p. 313 ; Mémorial, t. VII, p. 18.

28 METTERNICH, t. I, p. 149 ; DANSETTE, p. 356-357.

29 Cf. Jacques BANVILLE, Napoléon, Paris 1981, p. 518 : « Ce n’est pas le peuple qui manque d’énergie ; ce sont les hommes que j’ai placés à sa tête qui me trahissent ».

30 P. MONTANE DE LA ROQUE, Ecrits politiques et constitutionnels, Toulouse 1982, p. 50.

Notes de fin

* Article publié dans Mélanges offerts au professeur Pierre Montané de la Roque, Toulouse 1986, p. 565 à 574.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search