Version classiqueVersion mobile

Mélanges en hommage à André Cabanis

 | 
André Cabanis

Première sous-partie. Napoléon et le bonartisme

Un idéologue bonapartiste : Rœderer*

Texte intégral

  • * Article publié dans la Revue de l’Institut Napoléon, 1977, n° 133, p. 3 à 19.
  • 1 Comte P.-L. RŒDERER, Œuvres publiées par son fils le baron A.-M. Rœderer, 8 vol., Paris, 1853-1859, (...)

1Commençant la rédaction de Mémoires qu’il laissera d’ailleurs inachevés, Rœderer cherche le mot qui fait mouche et le trouve : « J’ai passé près de Louis XVI la dernière nuit de son règne, près de Napoléon la première nuit du sien »1. De fait, il se trouve bien aux côtés du roi le 10 août et que c’est sur ses instances que Louis XVI se réfugie à l’Assemblée nationale avant dêtre suspendu de ses fonctions. Il est également vrai qu’il est parmi les principaux acteurs du 18 brumaire, aidant le futur premier Consul de ses conseils, de sa connaissance des milieux politiques du Directoire, de ses articles dans une feuille achetée quelque temps plus tôt, le Journal de Paris.

2Mais cette phrase va plus loin que le rappel de deux épisodes d’une vie plutôt calme à une époque troublée. Elle rappelle bien les deux constantes de la personnalité de Rœderer. Chez lui, l’homme de 1789, le partisan des idées nouvelles héritées du XVIIIe siècle coexiste avec un bonapartiste fougueux, l’un des hauts fonctionnaires, les plus proches du premier Consul de 1800 à 1802, resté au service de l’Empereur jusque pendant les Cent-Jours. Son admiration pour le Siècle des Lumières pourra paraître s’atténuer avec l’âge et le goût de l’ordre, son enthousiasme pour Napoléon devenir moins ostensible sous la Restauration, il ne reniera ni l’une ni l’autre.

  • 2 Œuvres, t. IV, p. 222.
  • 3 A.N., 29 AP 101.

3C’est d’abord un idéologue. Sous le Consulat, Rœderer s’entend reprocher « d’être le chef des philosophes »2, c’est-à-dire de ce groupe d’auteurs qui, au début du XIXe siècle, sont restés fidèles à leurs admirations de jeunesse, aux principes en honneur au XVIIIe, même si les massacres de la Terreur les ont éloignés des masses populaires. On retrouve dans les papiers de Rœderer des notes prises à propos de l’Esprit des Lois3, éperdues d’admiration. Il voue à Voltaire un véritable culte, au penseur politique naturellement, mais aussi à l’homme de théâtre. Rarement le terme de bourgeois voltairien aura été mieux mérité. Face à Rousseau, il est plus réticent mais, convenablement interprété, l’auteur du Contrat Social peut être rangé parmi ses grands hommes.

4Le XVIIIe siècle, pour lui, c’est d’abord le combat contre les privilèges. Bonaparte, quoiqu’on ait pu dire, n’a pas mal choisi en lui faisant présenter devant le Corps législatif le projet de création de la Légion d’honneur. Nul n’est plus hostile à la restauration d’une noblesse, nul n’est mieux placé pour soutenir avec conviction que cette décoration ne constitue pas la première étape vers la constitution d’une nouvelle classe de privilégiés. Cela ne l’empêche pas de se retrouver, quelques années plus tard, comte de l’Empire. Il est vrai qu’il ne s’y attache guère que des avantages honorifiques.

  • 4 A.N., 29 AP 78, fol. 37. Cf. aussi comte BEUGNOT, Mémoires, Paris, 1868, t. II, p. 437.

5Le XVIIIe siècle, c’est aussi le mépris de la religion. Rœderer sera toujours anticlérical, mais d’un anticléricalisme paisible, agacé certes par le renouveau catholique du début du XIXe siècle, mais pacifique tant que les évêques restent à leur place qui est de seconder le pouvoir laïc. Au surplus, d’une incrédulité notoire. Il griffonne sur une feuille de papier que « le besoin de religion n’est pas autre chose pour le peuple que le besoin de morale »4, mais ne publie rien. Il ne plairait pas à Napoléon qu’il attaquât inconsidérément les prêtres dans son journal.

  • 5 Charles DURAND, Etudes sur le Conseil d’Etat, Paris, 1949, p. 455 ; Œuvres, t. VII, p. 349.

6S’il est quelque chose d’inviolable et de sacré à ses yeux, c’est la propriété. Elle tire sa justification des origines mêmes du monde. Les peuples sont d’autant plus civilisés qu’ils connaissent mieux la propriété, idée que reprendra Adolphe Thiers. D’une façon générale, « Rœderer poussait jusqu’à un point presque incroyable la considération pour la fortune et le dédain pour les classes indigentes »5.

  • 6 Œuvres, t. VII, p. 350.

7Sur les problèmes sociaux, il n’a pas d’opinion, ce qui est une manière de prendre position. Il faut reconnaître qu’à l’époque de l’Empire, la conscription, les contributions de guerre et le Blocus continental règlent bien des problèmes d’équilibre économique. Après Napoléon, la grande industrie se développe, avec les conflits sociaux qui y sont liés. Sous la Monarchie de juillet, Rœderer aura une idée naïve : il souhaite que chaque ouvrier soit individuellement propriétaire de ses instruments de travail, ce qui suppose, et il en a conscience, le retour, ou du moins le maintien, de l’artisanat6. Sur le plan économique, il en est bien souvent resté aux Physiocrates, particulièrement en ce qui concerne la répartition de la charge fiscale.

  • 7 Ibid., t. III, p. 259.
  • 8 Ibid., t. V, p. 5 à 10.

8Dans cette perspective, peu importe la forme constitutionnelle du régime en place. Au début de la Révolution, il croit quelque temps à la démocratie. Il l’écrit même en 1793, pour survivre et pour désarmer ses accusateurs, déclaration qui le poursuivra comme un remords7. En fait, la Terreur lui ouvre les yeux. Ce qu’il veut c’est un régime modéré, un régime d’ordre où les honnêtes gens tiennent le haut du pavé, un régime tel qu’il en a rêvé en 1789. Il explique à Benjamin Constant qu’il ne faut pas confondre réaction et contre-révolution : il convient de rester fidèle à la Révolution bien sûr, mais pas à n’importe quel aspect de la Révolution, à ce qu’elle a été à ses débuts8.

9Ces convictions s’accommodent donc fort bien d’un premier Consul doté de tous les pouvoirs pourvu qu’il respecte quelque apparence de modération. Quant à son bonapartisme, il apparaît d’abord comme le résultat d’une ambition comblée. Rœderer participe très activement au 18 brumaire, puis à la mise en place des nouvelles institutions. Il a préparé les brochures, les affiches, les proclamations qui semblent surgir spontanément le jour du coup d’Etat, persuadant les contemporains d’un irrésistible mouvement d’opinion. Il se fait le propagandiste officiel du nouveau régime, il vante la modération du chef de l’Etat, il fait l’éloge de chaque mesure, il s’en prend à tous les ennemis, aux opposants du Tribunat, aux émigrés d’Allemagne, aux journalistes de Londres. Infatigable.

  • 9 Ibid., t. III, p. 381.

10Un zèle si remuant est d’abord payé de retour. Son action lui vaut d’être nommé président de la section de l’Intérieur du Conseil d’Etat, ce qui lui permet de participer à l’élaboration des principales lois et à toutes les réunions importantes, jusqu’aux plus secrètes. En 1801, il devient même directeur de l’Instruction publique, titre vague qui donne vocation à contrôler les théâtres, la presse et l’enseignement, bref une sorte de ministère de l’esprit public. Ces postes de confiance lui fournissent la possibilité de travailler fréquemment et directement avec le premier Consul. Des relations faites d’estime et de reconnaissance réciproques les unissent. Rœderer déborde d’admiration pour son maître et s’en ouvre dans des notes griffonnées d’autant plus sincères qu’elles ne sont pas destinées à la publication : « Plus on en approche, et plus on le respecte. On le trouve toujours plus grand que soi quand il parle, quand il pense, quand il agit »9.

  • 10 Ibid., p. 450, 488, 470 à 485 ; t. VII, p. 245 ; A.N., 29 AP91, fol. 255 et 309.

11Même après sa disgrâce, en 1802, il continue à brûler d’un zèle d’autant plus amer qu’il se juge mal utilisé. Dans des rapports spontanément adressés au chef de l’Etat, il dénonce les ennemis du régime ou simplement ceux dont l’enthousiasme lui paraît trop tiède. Il entend continuer à faire la propagande du régime, il tente de préparer l’opinion à l’institution de l’hérédité, il veut accompagner le chef de l’Etat dans ses voyages officiels pour rapporter partout l’enthousiasme de l’accueil populaire. Ses initiatives sont jugées maladroites, compromettantes ; ses campagnes de presse, pourtant organisées avec les meilleures intentions du monde, sont interrompues par ordre supérieur. Le Journal de Paris est censuré et il en sera finalement dépossédé. Son bonapartisme traverse ces épreuves avec stoïcisme10.

12Et c’est sans doute par là que Rœderer mérite d’être étudié. Idéologue que n’a pu décourager les proscriptions de la Terreur, bonapartiste malgré les persécutions de la dictature, il conserve cette double fidélité en dépit des obstacles et des déceptions. Surtout, il veut concilier ces deux convictions. Il se veut à la fois idéologue et bonapartiste, malgré l’hostilité des idéologues pour la dictature impériale et malgré le mépris de Napoléon pour l’idéologie, cette « ténébreuse métaphysique ». Sa tentative de conciliation, exceptionnelle, il la tente surtout sous le Consulat, avant d’être réduit au silence. Il attaque les contre-révolutionnaires y compris ceux qui se sont ralliés au premier Consul, leur prouvant que le régime de brumaire ne peut leur donner satisfaction. Il combat les idéologues, à contre cœur mais fermement, chaque fois qu’ils s’opposent au gouvernement ; il tient à les convaincre que ce régime comble leurs vœux. Rien de plus curieux que de décrire ce singulier combat, fait de réticences et de contradictions, où ce qui est important et révélateur n’est pas toujours publié mais reste manuscrit, témoignage de ses hésitations et de sa gêne.

L’opposition aux contre-révolutionnaires

  • 11 Œuvres, t. IV, p. 502.
  • 12 RŒDERER, De la philosophie moderne et de la part qu’elle a eue à la révolution française ou examen (...)

13Il est des auteurs qui vouent la même hostilité à la philosophie du XVIIIe siècle et au régime du Consulat. Rœderer n’a guère de troubles de conscience lorsqu’il s’agit de polémiquer avec de tels ennemis. Ainsi, l’opuscule de Rivarol, De la philosophie moderne, lui inspire des accents d’autant plus véhéments que l’ennemi, exilé en Allemagne, semble à peu près inoffensif. Il utilise le Journal de Paris pour exhaler son premier mouvement d’indignation. Les mots se bousculent sous sa plume : « difformité », « disparates » ; emporté par son ardeur, il crée un terme : « inconciliation »11. Cette diatribe lui paraît insuffisante et il développe son analyse dans une brochure entièrement consacrée à la réfutation des thèses de Rivarol12. C’est l’occasion de reprendre et de discuter chaque critique habituellement adressée au Siècle des Lumières. Si les philosophes ont tenté d’analyser les mécanismes sociaux, ce n’est pas pour détruire toute société, mais pour l’améliorer. S’ils ont affirmé que les hommes sont égaux, cela ne revient pas à les prétendre semblables. Ils ont arraché la politique et la morale à la théologie mais seulement pour ramener la religion à sa juste place, pas pour s’y substituer. Certains ont paru faire la description, voire l’éloge, d’un état de nature problématique, ils n’en parlaient « que comme d’une hypothèse propre à faire entendre leurs idées sur les vices de la société ». Quant aux erreurs imputées à l’Assemblée constituante, d’avoir confondu souveraineté et propriété, d’avoir flatté le peuple en prétendant y trouver « plus de misère que de vice », d’avoir compromis l’existence des corps politiques en place, toutes ces accusations, à supposer qu’elles soient prouvées, apparaissent hors du débat : on ne peut attribuer aux auteurs du XVIIIe siècle les fautes commises par une assemblée politique.

  • 13 Ibid., p. 509 à 513.

14C’est bien là le problème et la plus lourde hypothèque qui pèse sur la philosophie du Siècle des Lumières. Rivarol lui reproche d’avoir provoqué « la révolution de 89 et de 92, ce qui ne la déshonorerait pas, mais aussi la Terreur de 93 ». Réponse de Rœderer : « La philosophie avait amené, préparé une réformation financière, militaire, civile, morale et religieuse, et pas une révolution politique. Ce qui a fait la Révolution, c’est la colère publique excitée par la plus odieuse résistance à la plus juste réformation ». C’est Louis XVI qui a acculé les novateurs à le renverser ; s’il n’avait pas été si maladroit, « il régnerait encore ». Là, Roederer semble brusquement se rappeler que le régime de brumaire, au moment où il écrit, se veut encore démocratique. Aussi : « on m’entendrait, au reste, fort mal si l’on croyait que je suppose à la philosophie moderne plus de faveur pour la monarchie que pour la république (...) : ce serait absolument le contraire de ma pensée. Je me contente d’avancer ici un fait, c’est que, contente d’améliorer-sensiblement la condition des peuples, elle n’avait pas aspiré, avant 1789, à la rendre incontinent la meilleure qu’il fut possible ». Quant au régime de la Terreur, ce fut un accident. Il se peut que l’un des conspirateurs jugés lors du procès de Babeuf se soit référé à quelque livre d’un auteur du XVIIIe siècle, de Mably par exemple, « cela n’accuse pas plus ses ouvrages que Cartouche n’eut accusé L’Imitation de Jésus-Christ, s’il l’eût citée pour prouver le néant et le danger des richesses ». Bien mieux : « une preuve que la philosophie n’a pas enfanté les crimes de la Terreur, c’est que Robespierre en les ordonnant était le détracteur de la philosophie, l’ennemi des philosophes (...), tout comme M. de Rivarol. Il a égalé M. de Rivarol en injures contre les hommes les plus respectés ; comme lui, les a accusés d’athéisme ; comme lui, il a accusé l’athéisme de tous les maux qu’il voulait réparer »13.

  • 14 Ibid., p. 221, 222, 411, 417 ; t. V, p. 86.
  • 15 Ibid., t. IV, p. 415, 434.
  • 16 Ibid., p. 222 ; A.N., 29 AP 6.

15Rœderer est visiblement à l’aise pour accabler ce proscrit, quitte à lui reconnaître quelques qualités de style. Sa position est à peine moins confortable lorsqu’il s’agit de réduire au silence des auteurs connus, réputés, mais hostiles aux idées nouvelles et considérés avec méfiance par le pouvoir politique. Il ne s’effraye donc pas d’attaquer le philosophe La Harpe et le poète Delille, deux gloires du XVIIIe siècle finissant, bénéficiant alors d’une célébrité qui nous étonne aujourd’hui, une célébrité telle que Rœderer lui-même y a sacrifié. Sous le Directoire et au début du Consulat, il a utilisé son Journal de Paris pour intercéder en faveur de La Harpe menacé d’arrestation, et pour faire l’éloge de Delille14. Le ton va rapidement changer. Il est vrai que La Harpe, d’abord partisan enthousiaste de la Révolution, a été ramené à la religion et pourfend les Lumières, notamment dans un cours de littérature publié entre 1799 et 1805. Les auteurs du XVIIIe siècle y sont fort maltraités et Rœderer en tire argument pour se moquer de ce professeur qui « vient de fustiger Marmontel, Voltaire comme poètes ; il va les anéantir comme philosophes ; il va foudroyer Diderot, Rousseau et Montesquieu et pulvériser la philosophie moderne »15. Ces attaques sont peu de choses à côté des brouillons d’articles trouvés dans les archives de Rœderer. Son fils en a publié quelques-uns, par exemple un texte où La Harpe s’entend reprocher sa trahison : « Je vous demandais le secours de la littérature pour la philosophie ; vous voulez opprimer la philosophie. Je vous croyais soldat de Voltaire, vous vous faites général des troupes d’Espagne. Vous avez des talents, de la célébrité ; mais vous faites un métier lâche (...). Je me défendrai ; je vous attaquerai, et je vaincrai ». L’article suivant n’a, en revanche, jamais été publié, ni par Rœderer, ni par son fils. Il est vrai qu’il utilise un ton menaçant qui ne paraît pas à l’honneur de son auteur : « Les journaux ont coulé bas de plus hautes réputations que les vôtres (...). Prenez garde aux réputations que nous avons faites en voyant que nous avons réduit à rien celles dans lesquelles nos devanciers avaient fait une mise de quelques mérites »16.

  • 17 Œuvres, t. V, p. 234

16Delille n’est pas davantage épargné. Il a fait un poème sur La Pitié que deux articles de Rœderer dénoncent avec violence. Le poète s’est en effet commis à décrire la guerre de Vendée et les massacres de la Révolution ; il a osé parler de l’exécution du roi. Cela « ne peut servir qu’à provoquer des vengeances, à échauffer des têtes fanatiques, à aiguiser des armes parricides ». Rœderer s’indigne : « Choisir alors un semblable sujet est une faute contre le goût, qui peut dégénérer en véritable crime d’Etat ». Delille est d’autant plus malvenu de s’attaquer à la Révolution qu’elle n’a menacé ni sa personne, ni ses œuvres, qu’elle lui a conservé tous ses titres et toutes ses places17.

  • 18 Correspondance générale de Napoléon Ier, 32 vol., Paris, 1858-1870, t. VII, n° 5.972 ; Henri WELSCH (...)

17Conséquences des attaques de Rœderer ou coïncidence, La Harpe fait l’objet d’une surveillance policière. Quant à Delille, son ouvrage est censuré, certaines éditions sont saisies. Selon les correspondants qui tiennent Louis XVIII au courant des événements parisiens, « les deux articles publiés dans le Journal de Paris annoncent une persécution sourde du gouvernement contre le dernier de nos poètes ». En fait, cette interdiction de rappeler les événements de la Révolution a été donnée par Napoléon lui-même qui entend imposer une politique d’oubli propice à ses projets de réconciliations nationale. Il en est affecté au point de ne plus paraître aux séances de l’Institut et de songer à se réfugier en Italie18.

  • 19 Œuvres, t. IV, p. 538 à 548.

18Rivarol est mort trop tôt pour mettre en péril le régime de brumaire. La Harpe et Delille ne peuvent se targuer d’aucune influence politique. Plus dangereux, encore que moins connu, semble Antoine Ferrand, ancien conseiller aux enquêtes au Parlement de Paris, futur ministre d’Etat et pair de France de la Restauration. Au début du Consulat, il vient de rentrer d’émigration et fait paraître un ouvrage sur L’Esprit de l’Histoire. Certes, cette histoire universelle s’arrête en 1748, mais la vigilance de Rœderer n’a pas de peine à y débusquer des allusions sacrilèges à la conjoncture politique contemporaine. Il devine, à l’occasion du récit des malheurs du peuple juif, la volonté mal déguisée de mettre en cause la Révolution de 1789 et les excès de la Terreur. Sous couleur de traiter de la Grèce, Ferrand critique les législateurs modernes qui font table rase du passé et édictent des règlements à partir d’idées abstraites, de conceptions a priori, sans tenir compte des traditions. Arrivé à l’étude de Rome, ni la république, ni l’empire ne trouvent grâce à ses yeux, la première parce qu’elle n’a connu que le désordre à l’intérieur et la guerre à l’extérieur, le second parce qu’il n’a pas su écarter les vieilles institutions républicaines. Finalement, Monck est le seul personnage qui lui paraisse digne d’admiration : il a rétabli la paix en ramenant le roi légitime. Ferrand laisse entendre qu’un tel fait pourrait se reproduire et il fait à l’avance l’éloge du nouveau Monck qu’un pays européen devrait connaître19.

  • 20 Mercure de France, 15 brumaire an XI ; Œuvres, t. III, p. 305.

19L’allusion est transparente. Or Rœderer ne craint rien tant que de voir Bonaparte se faire l’artisan du retour du prétendant. Il n’a pas trop de toute son ironie pour détruire l’effet qu’a pu produire sur les esprits cet « énorme et scandaleux pamphlet contre l’ordre de choses qui s’est établi en France et en faveur de celui qu’il a remplacé ; un pamphlet écrit par un homme contre une nation, un pamphlet écrit sans bonne foi ou sans raison ; où l’histoire, dénaturée de la première page jusqu’à la dernière, est toute entière produite en faux témoignage par l’esprit d’intrigue en faveur de l’esprit de parti ». Sa colère est d’autant plus vive que l’ouvrage a reçu un accueil favorable dans une partie de la presse, notamment dans le Mercure. Bonaparte saura apaiser ces inquiétudes : au lendemain de Marengo, sûr de lui, il décide de repousser officiellement les avances du comte de Lille, il ne jouera pas le rôle d’un Monck français20.

  • 21 Vicomte de CHATEAUBRIAND, Œuvres complètes, éd. Ladvocat, Paris, 1826, t. XXI. p. 18. Sur les relat (...)

20Il est un autre auteur, promis au plus brillant avenir et dont les premières œuvres laissent Rœderer un peu perplexe : Chateaubriand. A l’époque de son exil, ce dernier a d’ailleurs l’occasion de se recommander à la bienveillance de Rœderer. Rentré en France en 1800, il commence à se faire connaître par un roman exotique, Atala, et par quelques articles dans le Mercure de France que dirige son ami Fontanes. Le premier texte qu’il y publie est dirigé contre Madame de Staël, victime toute désignée sur laquelle s’acharne le parti antiphilosophique. Un peu plus tard, et à propos d’une courte étude sur l’Angleterre et les Anglais, il fait l’éloge de Burke, le premier contre-révolutionnaire, affirmant « qu’aucun Anglais n’a plus aimé les Français en particulier », ce qui ne laisse pas d’étonner21. A l’opposé, il atteste l’oubli dans lequel sont tombées les grandes figures du XVIIIe siècle, tels Hume, Gibbon et Locke. Il annonce qu’il publiera une analyse plus étendue de la littérature anglaise et tient sa promesse, y consacrant plusieurs articles de mars à juillet 1801.

  • 22 Œuvres, t. IV, p. 317.
  • 23 Ibid., p. 424. Cf. aussi Revue .des Deux-Mondes, 1er octobre 1903, p. 649.

21Rœderer semble hésiter. Son rationalisme, son mépris pour la religion, tout l’éloigne de ce jeune homme qui prétend réhabiliter le catholicisme au nom de la sensibilité. Dans le Journal de Paris, et à propos d’Atala, il exhorte Chateaubriand à corriger certaines erreurs de style. Sa conclusion montre qu’il a bien pressenti les séductions du romantisme naissant : « Si la sensibilité est un attribut de l’homme, la raison en est un autre, également noble, également nécessaire : permettez-nous de n’y pas renoncer, et de croire que tout ce qui n’est pas de bon sens, n’est pas non plus de bon goût »22. Il ne croit pas non plus devoir laisser passer les articles du Mercure sans réplique mais préfère l’ironie à une attaque de front : « M. de Chateaubriand assure qu’en Angleterre, on ne lit plus ni Hume, ni Locke, ni Pope, ni Milton, ni Driden, ni Adisson. C’en est donc fait de tous les écrivains du dix-huitième siècle dans toute l’Europe ! Il reste à peine un souvenir du siècle de la philosophie ». Et d’ajouter, faisant allusion à l’un des héros d’Atala : « Heureusement nous avons devant nous le siècle du Père Aubry »23.

  • 24 Journal de Paris, 14 mars 1803 ; 9 floréal an X ; CHATEAUBRIAND, Mémoires d’Outre-Tombe annotée par (...)

22Atala n’est qu’un « ballon d’essai », ainsi que le laisse entendre sa préface. Il est extrait du Génie du Christianisme, qui est publié à point nommé en avril 1802, quelques jours après que le Concordat eut été présenté à la ratification du Corps législatif. La seconde édition sera dédiée au premier Consul dont Chateaubriand seconde ainsi la politique de renaissance du catholicisme. Etant donné qu’il s’agit de la volonté du prince, Rœderer n’a garde de s’y opposer, mais nous pouvons considérer que son journal reflète sa pensée puisque nous savons qu’il en surveille le contenu avec attention, surtout quand la religion est en cause. Comme le reconnaîtra le Journal de Paris un. an plus tard, en réponse à un article du Mercure : « Le projet de critiquer le Génie du Christianisme était à la fois téméraire et puéril. Quoi !... Toucher à cette arche sainte ! Ne pas tenir la pieuse entreprise de frivoliser la religion afin de la rapprocher des gens du bon air et de la parer comme pour les noces avec le siècle ». Mais si l’attaque directe paraît inconcevable, il n’est pas interdit de prodiguer à l’ennemi les compliments ironiques. Le journal publie une lettre signée Etienne Papillart qui cite treize extraits de l’ouvrage de Chateaubriand, parmi « les plus remarquables par la beauté de l’expression ». Il s’agit de phrases dont on doit reconnaître que, séparées de leur contexte, elles ne laissent pas de paraître plus drôles qu’émouvantes. Par exemple : « Dieu est en lui-même le Grand Solitaire de l’Univers, l’éternel célibataire des Mondes » ou encore « La lune promène sa mystérieuse continence à travers les frais espaces de la nuit » ou enfin « Nous aimons à nous figurer la terre comme une belle nymphe qui pour chevelure a les forêts, pour mamelles des montagnes, pour yeux l’astre du jour et celui de la nuit, pour voix les vents et les eaux, pour manteau les mers et les perles ». Malgré ces précautions, ces fausses louanges, le public n’est pas dupe et le Journal de Paris passe dans l’opinion éclairée pour l’un des plus hostiles à Chateaubriand24.

  • 25 FIEVEE, Correspondance et relations avec Bonaparte, Paris, 1836, t. I, p. CLVIl ; Œuvres, t. IV, p. (...)
  • 26 A.N., 29 AP 18, fol. 252 à 258 ; Œuvres, t. IV, p. 147 ; FIEVEE, Correspondance, t. I, p. 51.
  • 27 A.N., 29 AP 18, fol. 266 ; 29 AP 75, fol. 260 à 268 ; FIEVEE, Correspondance, t. I, p. 23 ; Corresp (...)

23Vis-à-vis de Fiévée, la position de Rœderer est encore plus ambiguë. Il est vrai que ce journaliste, proscrit du 18 fructidor, n’a jamais dissimulé ses convictions contre-révolutionnaires. Mais les circonstances, des ennemis communs également, l’ont rapproché de Rœderer et en ont fait son obligé. Paradoxalement, c’est même Rœderer qui a fait la fortune politique de Fiévée, en le recommandant puis en le présentant au chef de l’Etat. Leur premier contact doit beaucoup au hasard : sous le Directoire, Fiévée trompe l’ennui de son existence clandestine en publiant un petit roman, La dot de Suzette, dont Rœderer a rendu compte avec bienveillance sans en connaître l’auteur25. Reparu avec l’avènement du Consulat, Fiévée se retrouve rapidement en prison, soupçonné d’avoir entretenu des contacts avec les agents anglais. Il cherche un protecteur capable de le tirer de ce mauvais pas et se tourne tout naturellement vers Rœderer, alors président de la section de l’Intérieur du Conseil d’Etat et qui passe pour très hostile au ministre de la Police. Cette réputation n’est pas usurpée : toute victime de Fouché bénéficie, aux yeux de Rœderer, d’un a priori favorable. Il intercède donc en faveur de Fiévée, le guide dans son système de défense, transmet ses mémoires justificatifs et, après sa libération, le recommande au premier Consul26. Lorsque ce dernier accepte de recevoir Fiévée, pour jauger le personnage, c’est Rœderer qui l’accompagne en voiture jusqu’aux Tuileries et lui fait les dernières recommandations avant l’entretien. C’est encore Rœderer qui sert d’intermédiaire lorsque Bonaparte décide d’envoyer cette nouvelle recrue en Angleterre en vue d’étudier l’esprit public et d’en rendre compte27. Incontestablement, Fiévée lui doit beaucoup. C’est pourtant ici que leurs relations vont se rompre.

  • 28 Œuvres, t. IV, p. 148. Cf. aussi ibid., t. III, p. 468 ; A.N. 29 AP 75, fol. 260.
  • 29 Mercure de France, 1er messidor an X.
  • 30 Relations secrètes des agents de Louis XVIII, p. 146.
  • 31 Œuvres, t. V, p. 105-106.
  • 32 FIEVEE, Lettres sur l’Angleterre et réflexions sur les philosophes du XVIIIe, Paris, 1802.

24Sa haine pour Fouché n’a pas aveuglé Rœderer au point de lui faire négliger les opinions réactionnaires de son protégé. Rédigeant à son sujet un rapport destiné au premier consul, il note que « sa chaleur à déprimer inutilement toutes les choses et tous les hommes qui ont eu quelque part à la Révolution lui ont fait beaucoup d’ennemis ». Il ajoute que Fiévée pourra néanmoins devenir utilisable « après s’être réconcilié par ses écrits avec les hommes de la Révolution »28. Ces espoirs en une conversion tardive aux idées nouvelles vont être déçus. Fiévée profite de son voyage pour adresser, outre des rapports au premier Consul et des lettres à Rœderer, des articles au Mercure de France. Les deux premiers textes ainsi publiés et consacrés à l’Angleterre sont anonymes et, d’ailleurs assez insignifiants. Mais le troisième, qu’il signe de son initiale, constitue une attaque en règle contre le XVIIIe siècle : « Je n’ai jamais mieux connu l’inconséquence des Français que depuis mon séjour dans ce pays. Je l’avoue franchement, j’y suis souvent en colère contre la plupart des auteurs de notre dernier siècle et ce n’est pas sans raison. Les écrivains du siècle de Louis XIV ont étendu la gloire de la France (...). Les écrivains du siècle dernier, au contraire, presque tous philosophes, politiques ou soi-disant tels, ont donné à l’Europe une grande idée de leur esprit et une bien petite idée de la France »29. Les lettres suivantes sont de la même veine et diversement accueillies : « Ses diatribes contre l’anglomanie ont déchaîné la fureur des anglomanes et des philosophes » rapportent les correspondants de Louis XVIII30. Effectivement, Rœderer a le sentiment justifié d’être trahi par son protégé. Il fait paraître cette appréciation dédaigneuse dans le Journal de Paris : « Parmi plusieurs choses agréables et spirituelles que l’on rencontre dans ces lettres, il en est beaucoup de très inexactes et de ce genre sont malheureusement presque toutes les observations politiques ». Rœderer concentre alors ses coups sur un point précis, s’efforçant de prouver que, contrairement à ce que prétend Fiévée, il n’y a pas de noblesse en Angleterre mais seulement des titres de courtoisie et quelques droits féodaux, ce qui ne revient pas au même31. De retour de Londres, Fiévée réunit ses articles en une brochure. Il se plaint des attaques dont il a été victime, tout en affectant d’ignorer que Rœderer en est l’un des responsables. Il joint à son recueil l’article du Journal de Paris et le réfute32. En tous cas, Bonaparte est tout à fait satisfait et Fiévée devient l’un de ses conseillers secrets, lui adressant des rapports périodiques sur l’opinion publique, intermédiaire habituel pour régler les problèmes de presse. Rœderer ne s’y attaquera plus.

  • 33 A.N., 29 AP 6.

25Comme pour La Harpe, les articles effectivement publiés au sujet de Fiévée ne sont rien à côté de la masse de notes accumulées à son encontre, projets d’articles jamais achevés, témoignages de la fureur de Rœderer et, en même temps, de sa prudence puisqu’aucun n’a été imprimé. Comme souvent, il oppose la gloire des philosophes du XVIIIe siècle à l’obscurité de leurs détracteurs : « Je demande à M. Fiévée s’il est une nation qui ne s’honorerait pas d’avoir été la patrie de Voltaire ? Pourquoi donc le déshonorer ? (...). Et a-t-on jamais souhaité d’avoir Voltaire en moins et M. Fiévée de plus ? ». Ou encore, plus perfide : « C’est ma foi très sérieusement que Mademoiselle Suzette croit qu’elle combat les philosophes du XVIIIe siècle. Je les attaque, a-t-elle dit d’abord, et l’on a souri. Je les combats, dit-elle aujourd’hui, et l’on rit...»33. Plaisanterie pour initiés, qui fait à la fois allusion au titre du premier roman de Fiévée et aux mœurs incertaines de son auteur.

La lutte contre les idéologues

26Il revient à Rœderer d’assurer une tâche autrement pénible que d’attaquer les contre-révolutionnaires, fussent-il aussi proches du premier Consul que Fiévée. Il lui appartient, en tant que brumairien, de défendre le nouveau régime contre tous ses ennemis, y compris contre ceux qui se réclament des idéaux du XVIIIe siècle. Ces auteurs partagent avec Rœderer son admiration pour les Lumières, mais c’est justement au nom de ces principes qu’ils refusent de composer avec le régime de brumaire, au moins de composer ouvertement. Rœderer ne peut que ressentir quelques scrupules au moment de s’en prendre à ces écrivains dont beaucoup ont été des compagnons de lutte au début de la Révolution. Il peut d’autant moins se dispenser de ces controverses que le premier Consul englobe tous les partisans du XVIIIe siècle dans la même méfiance ; il les qualifie d’idéologues, injure suprême, et compte parfois Rœderer parmi eux. Ce dernier doit donc se dédouaner. Lorsqu’il polémique avec ces auteurs, c’est toujours avec réticence, soucieux de convaincre ou de se justifier.

  • 34 Jean MENARD, « Madame de Staël et Rœderer », dans Revue de l’Université d’Ottawa, 1960, vol. 30, p. (...)
  • 35 Œuvres complètes de Madame la baronne de Staël publiées par son fils, t. XV, Paris, 1827, p. 7 ; à (...)
  • 36 Œuvres, t. VI, p. 399.

27Première cible : la société de Coppet, groupée autour de la dynamique Madame de Staël. Elle a connu Rœderer bien avant l’Empire. Leurs caractères étant différents mais également malcommodes, leur amitié se trouve traversée de fréquentes querelles. Pendant le Directoire, l’histoire de leurs relations se résume à l’énumération des demandes d’articles qu’adresse Madame de Staël à Rœderer, préoccupée que les journaux fassent son éloge. Rœderer s’y prête plus ou moins volontiers34. Sous le Consulat, ils ne se retrouvent pas dans le même camp. Déçue par Bonaparte, Madame de Staël se montre à contrecœur hostile au régime. Son ami Benjamin Constant est membre du Tribunat où il voudrait rassembler une opposition analogue à celle qu’on connaît en Angleterre. Un tel modèle ne coïncide pas du tout avec les projets de Bonaparte qui est très mécontent du discours prononcé par le jeune tribun contre un projet gouvernemental limitant les discussions au sein du pouvoir législatif. Ce discours marque le début d’une défaveur qui ira toujours croissante. La veille, conscient du danger, Constant a demandé conseil à son amie : « Voilà votre salon rempli de personnes qui vous plaisent : si je parle, demain il sera désert ; pensez-y ». « Il faut suivre sa conviction » a-t-elle répondu. Parmi les invités en question, il y a Rœderer35. Soit qu’il ait entendu la conversation, soit qu’il ait été averti autrement, il prend ses dispositions : dans le Journal de Paris du 5 janvier, le matin du jour où le projet doit être présenté, un article paraît, signé de son nom -fait rarissime- et dirigé contre ceux qui voient dans le Tribunat un organe d’opposition « organisée », systématique. L’assemblée se discréditerait, dit-il, en se laissant séduire par une telle conception36. Ce texte ne suffit pas à dissuader Constant de prononcer son discours. Du moins a-t-il dû être sensible à l’argument puisqu’il commence sa critique en niant s’être jamais fait une image semblable du rôle de son assemblée : « L’on semble considérer le Tribunat comme un corps d’opposition permanente ayant pour vocation spéciale de combattre tous les projets (...). Rien n’est plus propre que cette théorie à priver le Tribunat de l’influence qu’il doit avoir ».

  • 37 Journal de Paris, 16 nivôse an VIII ; Moniteur, 17-18 nivôse an VIII.
  • 38 A.N., 29 AP 78, fol. 75.
  • 39 Œuvres, t. VIII, p. 659-660.
  • 40 Benjamin CONSTANT, Journaux intimes, Paris, 1952, p. 63 ; Lettres de Julie Talma à Benjamin Constan (...)

28Beau joueur ou flatté, Rœderer laisse son quotidien reproduire le texte de l’intervention -comme le Moniteur d’ailleurs- et l’assortir même d’une appréciation bienveillante : « opinion éloquente et raisonnée »37. Il se donne l’élégance de ne pas se joindre aux insultes dont une partie de la presse gouvernementale couvre le couple genevois. Il ne publie même pas l’article qu’il a préparé au sujet de Constant et dont il suffit de lire le titre pour en deviner le contenu : « Le premier des orateurs et le dernier des logiciens » ; il y prenait pour cible cet exorde par lequel Constant a voulu se laver du péché d’opposition systématique38. Le Journal des Hommes Libres, dont les rédacteurs sont aux ordres de Fouché, n’imite pas cette réserve et met en cause Madame de Staël, sans rien sacrifier à la galanterie : « Ce n’est pas votre faute si vous êtes laide, mais c’est votre faute si vous êtes intrigante ». Elle adresse à Rœderer une lettre éplorée : « mais expliquez-moi donc je vous en conjure, Rœderer, ce qui se passe depuis trois jours ! (...). Ce Journal des Hommes Libres, lancé contre moi simplement parce que je suis l’amie d’un homme qui a prononcé un discours indépendant sur un règlement ! ». Elle gémit que l’on est revenu aux mœurs politiques de la Terreur. Elle proteste de son enthousiasme pour Bonaparte, apparemment persuadée qu’une heure d’entretien avec Rœderer peut tout apaiser : « Hâtez donc la fin de cette absurde guerre et soyez l’organe de la paix »39. Il n’y a pas de trace que cette demande, pourtant pressante, ait été satisfaite. Une tentative de médiation de Rœderer entre Madame de Staël et Bonaparte n’aurait pu que mettre en lumière l’ambiguïté de sa position. Le vide se fait autour des opposants, comme l’avait prévu Benjamin Constant. Ce dernier se montre d’ailleurs plus réservé que son égérie, n’effectuant aucune démarche semblable mais nourrissant à l’égard de Rœderer un mépris qu’entretient son entourage40.

  • 41 Œuvres, t. V, p. 245-246.
  • 42 Journal de Paris, 24 Thermidor an VIII ; Benjamin CONSTANT et Madame de STAËL, Lettres à un ami, Ge (...)

29Quelques mois après le discours de Constant, Madame de Staël publie, sous le titre De la Littérature, une étude sur les progrès parallèles des lettres et des institutions sociales. Rœderer songe à rendre compte de cet ouvrage, jette quelques critiques sur le papier pour reprocher à Madame de Staël certaines ambiguïtés dans sa thèse, puis il renonce à son projet et laisse l’article inachevé41. Le Journal de Paris ne peut cependant laisser passer un tel livre sans rien dire, il publie une critique assez sévère, sous la plume de Feydel. Ce dernier termine par une exhortation bien faite pour plaire au premier Consul puisqu’il ne s’agit de rien moins que de dissuader la dame de Coppet de se mêler de politique : « Une femme qui a de grands talents en littérature doit les employer à un usage plus doux que de batailler dans les querelles des politiques et des philosophes. Tant d’autres chemins peuvent conduire à la gloire, Madame de Staël ». Ce conseil la laisse fort indifférente, encore que, si elle se moque volontiers de Feydel, elle paraisse très anxieuse de l’opinion de Rœderer42.

  • 43 Simone BALAYE, « Madame de Staël, Napoléon et la mission de l’écrivain », dans Europe, avril-mai 19 (...)

30De toutes façons, rien de plus vain que d’inviter Madame de Staël à ne plus s’occuper des affaires politiques. Périodiquement, pressée de conseils de modération, effrayée à l’idée de devoir quitter Paris, elle prend de bonnes résolutions, elle s’engage à ne pas décrier le régime soit par ses écrits, soit par ses paroles. Mais son naturel, la conviction d’avoir une mission à remplir, reprennent vite le dessus. L’année 1802 la trouve d’autant moins disposée à se taire qu’à l’occasion d’un renouvellement partiel, la plupart des opposants viennent d’être exclus du Tribunat et Constant figure parmi les victimes. Ce n’est pas le moment de s’apaiser. Son nouveau roman, Delphine, plaidoyer en faveur des droits du cœur contre les préjugés sociaux, ne lui fournirait guère la possibilité de traiter la conjoncture politique s’il n’y avait la préface, et surtout la conclusion de cette préface : « La plupart des jugements littéraires que l’on publiera en France, ne seront pendant longtemps encore, que des louanges de parti, ou des injures de calcul. Je pense donc que les écrivains qui, pour exprimer ce qu’ils croient bon ou vrai, bravent ces jugements connus d’avance, ont choisi leur public ; ils s’adressent à la France silencieuse mais éclairée, à l’avenir plutôt qu’au présent »43. Cette allusion à la France silencieuse ne peut que déplaire au chef de l’Etat qui vient de museler la presse et les assemblées.

  • 44 Œuvres, t. VII, p. 251.
  • 45 Journal de Paris, 2 nivôse an XI ; Mercure de France, 4 et 11 nivôse an XI ; Œuvres, t. IV, p. 318  (...)

31Ce faisant, Madame de Staël s’est aliéné ceux-là mêmes que ses prises de position philosophiques devraient séduire. On peut voir la main du prince dans le fait que le Journal de Paris, organe des idéologues, après avoir attribué à l’intérêt de l’ouvrage le fait que théâtres et églises aient été désertés le jour de sa parution, se reprend et dément l’information. Une fois de plus, Rœderer prépare un article sévère, avec plusieurs chefs d’accusation : immoralité, manque de naturel, peinture des événements de la Révolution. Une fois encore aussi, il est pris de scrupules. Selon son fils, « il estima peut-être Madame de Staël suffisamment attaquée sans qu’il y ajoutât sa voix influente »44. Il revient finalement à un autre collaborateur du Journal de Paris, Villeterque, de faire la critique de Delphine. Il est nuancé dans son jugement et cultive volontiers le paradoxe, apparemment pour mieux éviter de prendre parti : « Ce roman est palais de fées, on ne peut y loger ; les murs sont de diamants et l’on y trouve pas une chaise ». En revanche, le Mercure de France, à la fois gouvernemental et contre-révolutionnaire, ne s’embarrasse d’aucune nuance, ni d’aucun paradoxe. Il publie un article, signé « F », à ce point injuste et injurieux que Rœderer ne peut garder le silence. Il n’est pas question pour lui de faire l’éloge d’une opposante au régime consulaire mais il se juge autorisé à corriger son agresseur. Dans son quotidien, il cite une douzaine de phrases de l’article, les plus maladroites, les plus insultantes, et conclut : « Comment un morceau écrit dans ce style se trouve-t-il dans le Mercure, à côté d’un morceau signé de La Harpe, et sous la lettre initiale d’un nom cher aux amis du goût et de la décence ? ». Fontanes, ainsi mis en cause, se croit obligé de publier un rectificatif pour nier être l’auteur de ce texte45.

  • 46 Œuvres, t. V, p. 104 ; cf. aussi t. III, p. 548.
  • 47 Ibid., p. 311.

32Chaque jour qui passe augmente l’acrimonie de Bonaparte vis-à-vis de la fille de l’ancien ministre de Louis XVI. Justement Necker publie ses Dernières vues de finance et de gouvernement. Les conseils qu’il donne aux Français et à leur chef déterminent chez ce dernier une explosion de colère dont toute la presse se fait l’écho. Rœderer tient sa place dans le concert : « M. Necker ne sait guère ce qui se passe en France ! »46. Les contre-révolutionnaires, ravis de pouvoir, d’un même mouvement, combattre le parti philosophique et faire leur cour au régime en place, s’empressent d’accabler indifféremment Necker et Madame de Staël. Ils concentrent leurs coups sur une conviction héritée du Siècle des Lumières et dont l’auteur de Delphine s’est fait le champion, l’idée que le monde va dans le sens d’une amélioration continue, d’un progrès, d’une perfectibilité indéfinie. Les articles se succèdent dans le Mercure de France et le Journal des Débats, contre cet optimisme hérité du XVIIIe siècle. Rœderer intervient. Il ne cherche pas à défendre Madame de Staël, il s’en moquerait plutôt, pour ne pas déplaire au chef de l’Etat : « On conçoit qu’une personne qui, comme Madame de S..., s’est fort approchée de la perfection, se soit persuadée qu’elle ait découvert la perfectibilité ». Il voudrait seulement maintenir la philosophie des Lumières en dehors des critiques. Il imagine de s’abriter derrière l’opinion d’un auteur du Grand Siècle et cite un long extrait des Pensées de Pascal sur les progrès de l’esprit humain47.

33Il y a également les membres de la société d’Auteuil, tels Sieyès, Volney, Destutt de Tracy. La plupart ont effectivement habité à Auteuil et ils s’y retrouvent parfois, chez Madame Helvétius où demeure Cabanis. Ils n’ont pas été les derniers à aider Bonaparte dans sa prise du pouvoir. Sans Sieyès, sans Cabanis, on ne sait comment aurait tourné le coup d’Etat du 18 brumaire, ni même s’il aurait eu lieu. Volney lui-même a joué un rôle. Mais, lorsqu’ils voient comment évolue le régime du Consulat, ils s’enfoncent dans une retraite morose, leur opposition est trop profonde pour que Napoléon parvienne à les séduire et trop silencieuse pour qu’il puisse les persécuter.

  • 48 Ibid., t. IV, p. 356.
  • 49 Jean GAULMIER, L’idéologue Volney, Thèse Lettres, Paris, 1958, p. 479.

34Rœderer, dans son journal, leur adresse, à l’occasion, quelques coups de plume, par exemple à Volney au sujet de son Tableau du climat et du sol des Etats-Unis d’Amérique. Volney y a fait l’éloge de la liberté de la presse. Crime majeur. Rœderer s’attache à démontrer que l’expérience américaine est impraticable en France : « M. de Volney trouvera donc bon que nous prévenions les conséquences qu’on pourrait tirer en France de son admiration pour la liberté de la presse en Amérique, et nous espérons que le chef du gouvernement ne croira pas nécessaire à l’affermissement de sa puissance, d’autoriser ou de provoquer contre sa personne quatre années d’injures, à l’exemple de celles dont s’est si bien trouvé M. Jefferson. Nous observerons, d’ailleurs, que personne en France ne veut de la liberté de la presse pour les feuilles publiques »48. Encore que Rœderer se soit voulu à la fois « sincère et bienveillant », Volney n’apprécie guère les critiques dont il a fait l’objet et s’en plaint dans une lettre à Jefferson : « Ici, notre Journal de Paris, c’est-à-dire M. Rœderer, m’a [attaqué]. La chose est toute naturelle : il flattait le maître et mordait le passant. Tout était profit. Je prendrai ma défense dans quelque journal d’Amérique, parce qu’au moins, là, on n’est pas épouvanté par la liberté de la presse »49.

35On doit à la vérité de reconnaître que Rœderer évite en général de s’en prendre ouvertement à ses anciens amis. Ses articles tendent plutôt à persuader le public que les idéologues, et notamment Sieyès dont la position est parfois ambiguë, ne sont pas vraiment hostiles au régime. Il s’indigne par exemple que les journaux anglais présentent certains d’entre eux comme des opposants. Il a conscience de servir non seulement les intérêts de Bonaparte en donnant une impression d’unanimité autour de lui, mais également d’assurer la protection de ses anciens amis qui risquent les persécutions du pouvoir. Quant à les amener à adhérer au nouveau régime, il ne faut pas y songer : leur entêtement est proverbial.

36Parmi ces hommes restés fidèles au souvenir de la Révolution, il en est pourtant un qui pourrait être sensible à quelques arguments habiles : il s’agit de Carnot, organisateur de la victoire sous la Convention puis membre du Tribunat, ce qui lui fournit l’occasion de se prononcer avec éclat contre l’hérédité impériale. A son égard, Rœderer utilise un ton autrement modéré qu’à rencontre de ses adversaires habituels. Il est visiblement soucieux de convaincre son interlocuteur, peut-être de se convaincre soi-même. Il s’entête à prouver que le nouvel Empire n’aura rien de commun avec l’Ancien Régime. L’autorité de Bonaparte, explique-t-il, n’est ni arbitraire, ni absolue. Le titre impérial vient consolider l’heureux équilibre que la France a atteint sans rien ajouter aux pouvoirs du chef de l’Etat en place, sans ressusciter en rien ni le système féodal, ni les privilèges du clergé et de la noblesse, ni les oppositions des intérêts locaux.

  • 50 Œuvres, t. IV, p. 615.

37Les structures sociales, les garanties constitutionnelles interdisent le retour des anciens abus. « Les Français forment un grand corps où sont confondus tous les ordres ; les Français ne sont plus un assemblage d’hommes privilégiés et d’hommes dégradés (...). Le pouvoir suprême est limité : suprême pour l’exécution des lois, il s’arrête pour leur formation devant des corps tirés de la nation toute entière ; il gouverne seul mais selon des lois faites pour tous, au nom de tous, par les représentants de tous, en vertu d’une prérogative qu’il tient de tous ; maintenant donc le dépositaire du suprême pouvoir est le chef d’une monarchie républicaine, et non le possesseur d’une royauté féodale ou despotique ». Il termine en ajoutant qu’il ne faut pas se laisser impressionner par les cris de victoire des contre-révolutionnaires. Ils plaquent des images vieillies et ridicules sur les institutions nouvelles, l’avenir les décevra50.

  • 51 Ibid., t. V, p. 3-4.

38Rœderer prévoit d’ailleurs de compléter son plaidoyer par quelques pages supplémentaires destinées à montrer tous les avantages qu’il y a à consolider les conquêtes de la Révolution par un régime héréditaire. Il entend prouver que Bonaparte et sa famille fournissent le meilleur rempart possible contre le retour de l’Ancien Régime : « au 18 brumaire, nous l’appelâmes pour notre salut ; aujourd’hui nous ne faisons rien que pour sa conservation et pour la nôtre (...) ; chacun voit dans sa famille, dans ses descendants, l’intérêt de protéger les descendants des hommes de la révolution »51. Ce texte, trop sincère et qui met au premier rang des justifications de l’Empire les intérêts bien compris des brumairiens, ne sera ni achevé, ni publié.

39Rœderer en arrive à débusquer des adversaires jusque parmi ses semblables, les bonapartistes partisans des principes de la Révolution. Le paradoxe n’est qu’apparent. On aurait tort de croire qu’il existe, dès le Consulat, un parti parfaitement homogène, composé d’hommes aux idées avancées, unis pour les défendre au sein du nouveau régime. La Révolution n’est pas encore un bloc et ses partisans en sont sortis divisés ; elle a ses modérés, les hommes de 1789, et ses extrémistes, les jacobins de 1793. Rœderer se réclame des premiers. Les idées nouvelles lui apparaissent comme une philosophie novatrice mais un peu abstraite. Pour un individu comme Fouché, au contraire, elles se résolvent en des institutions précises. Cette différence de point de vue ne suffirait pas à en faire des ennemis irréconciliables s’il ne s’y ajoutait des tempéraments opposés et des intérêts divergents. Pendant la Terreur, Rœderer a dû se cacher tandis que le régicide Fouché faisait fusiller les suspects de Lyon. L’ancien proscrit ne peut éprouver que du dégoût pour l’ex-commissaire de la république, sentiment partagé par la plupart des contemporains. D’autre part, Rœderer est lié aux frères de Bonaparte et désire avec eux que s’instaure une hérédité qui garantirait contre les convulsions futures. Fouché se juge encore trop compromis pour pouvoir accepter un retour, ne fût-ce qu’aux formes de la monarchie.

  • 52 Ibid.
  • 53 Ibid., t. VI, p. 432.

40La grande offensive contre Fouché, et Rœderer y participe, prend place à la fin de 1801 et au début de 1802. L’attentat de la rue Saint-Nicaise en marque le paroxysme, occasion d’autant plus favorable que chacun est persuadé de la culpabilité des jacobins. Dans un rapport destiné à Joseph Bonaparte, Rœderer se montre très sévère : la présence de Fouché au ministère de la Police favorise les complots « parce que l’infamie de sa vie passée, la multiplicité et l’énormité de ses crimes révolutionnaires, la bassesse de son esprit, de son langage, de ses manières, ses habitudes, ses liaisons, l’ont identifié avec la canaille ». Rœderer constate que « des égorgeurs connus » considèrent le ministre « comme un camarade de boucherie »52. Pas de doute que de telles aménités entre proches collaborateurs du premier Consul auraient causé, si la presse avait pu s’en faire l’écho, une forte sensation dans l’opinion. Mais c’est vainement que l’on chercherait dans les écrits publics de Rœderer une trace de ces luttes qui opposent les membres du régime en place, sinon peut-être une pointe très discrète à la fin d’un article qui raconte les circonstances de l’explosion de la machine infernale53. Evidemment, Bonaparte n’aurait pas toléré que deux personnalités si proches de lui prennent l’opinion à témoin de leur inimitié.

  • 54 Ibid., t. III, p. 373 ; A.N., 29 AP 18, fol. 277.

41Fouché peut cependant agir par journal interposé. Il finance un Journal des Hommes Libres qui, pendant le Directoire, a flagellé les mœurs politiques en se recommandant des principes de 1793. Il a paru menacer le nouveau régime, aussi. Bonaparte a-t-il chargé Fouché de l’acheter. Les rédacteurs se mettent alors au service des inimitiés du nouveau propriétaire et prennent Rœderer violemment à partie. A la suite des plaintes du conseiller d’Etat, le ministre de la Police promet de chasser les coupables. L’engagement n’est pas tenu et nous avons le brouillon d’une pétition par laquelle Rœderer s’en plaint au premier Consul : « J’invoque votre autorité contre votre ministre de la Police. Depuis huit mois, il m’insulte publiquement et presque tous les jours dans son journal ». Il se plaint notamment d’être présenté comme un agent de l’Angleterre. L’intérêt de l’Etat coïncide avec le sien : les excès de cette feuille font croire à l’étranger que la France est toujours aux mains des septembriseurs. « Quand les papiers anglais répètent, pour éloigner la paix, que les passions et les maximes de 93 sont toujours dominantes ou prêtes à dominer en France, ils en donnent pour preuve le Journal des Hommes libres ; et quand ils nomment les hommes qui le composent, et qu’ils ajoutent que ce journal se fait sous les ordres du ministre de la Police, c’est-à-dire du ministre qui a le plus de pouvoir, ils trouvent aisément croyance près de l’étranger »54. Bonaparte va mettre fin à cette querelle entre ses deux collaborateurs directs en les évinçant tous deux. Le 15 septembre 1802, le Moniteur annonce à la fois le départ de Fouché du ministère de la Police et celui de Rœderer du Conseil d’Etat, Bonaparte les couvre d’éloges et les relègue au Sénat conservateur.

  • 55 Ibid., t. III, p. 450. Jugements de Napoléon sur Roederer : Correspondance de Napoléon Ier, t. XII, (...)

42Rœderer ne se contente pas de polémiquer avec les ennemis du premier Consul ; jusqu’à sa disgrâce, il tente d’influencer l’évolution du régime. Paradoxalement, ce sont ses convictions idéologiques, son hostilité à la monarchie d’Ancien Régime qui le conduisent à se faire le protagoniste d’un régime fondé sur l’hérédité, dès le Consulat, bien avant que Bonaparte y songe, avant même que les contre-révolutionnaires ne croient la chose possible. Rien de contradictoire à cela : un régime stable est seul capable de faire obstacle au retour des Bourbons ; tant que le général du 18 vendémiaire est là, il n’y a rien à craindre mais sa disparition remettrait tout en cause sauf à prévoir à l’avance un successeur. Rœderer s’est donc rapproché des frères du premier Consul, d’abord de Lucien, ministre de l’Intérieur puis disgracié à la suite d’une brochure en faveur de l’hérédité. Il se place ensuite auprès de Joseph qui attend à Mortfontaine, prêt à toute éventualité. Rœderer prend des initiatives qui déplaisent au premier Consul, par exemple lorsqu’il propose de faire accorder au chef de l’Etat le droit de nommer son successeur. C’est encore trop tôt, les esprits ne sont pas prêts. Rœderer reçoit, par l’intermédiaire de Cambacérès, « l’ordre de ne faire, ni faire faire aucun ouvrage pour l’hérédité »55. Ce zèle maladroit et intempestif ne sera pas non plus étranger à son renvoi du conseil d’Etat. Ultime paradoxe de cet idéologue bonapartiste, disgracié pour avoir souhaité trop tôt le rétablissement d’une monarchie au profit de Napoléon.

Notes

1 Comte P.-L. RŒDERER, Œuvres publiées par son fils le baron A.-M. Rœderer, 8 vol., Paris, 1853-1859, t. III, p. 323. Contrairement à ce que prévoyait Napoléon à Sainte-Hélène : « Rœderer laissera des Mémoires curieux » (Général BERTRAND, Cahiers de Sainte-Hélène 1818-1819, Paris, 1959, p. 336), il n’a écrit que de très courtes autobiographies : « Notice de ma vie pour mes enfants » et « Notice pour une biographie demandée par mon fils Antoine » (Œuvres, t. III, p. 277 à 313, 315 à 321 et 397 à 421). Mais nous avons de lui une œuvre publiée assez importante totalisant une soixantaine de titres à la Bibliothèque nationale, et une masse de manuscrits plus considérable encore représentant, dans la série 29 AP, plus de cent cotes aux Archives nationales. Qu’il s’agisse d’articles de journaux, d’opuscules ou de manuscrits, nous avons toujours préféré nous référer aux Œuvres qu’a publiées le fils de Rœderer. Ces huit volumes constituent un remarquable instrument de travail ; ils rassemblent des documents dispersés dont certains n’existent qu’à un ou deux exemplaires à Paris. Naturellement, nous avons systématiquement comparé le texte publié par le fils à l’original, ne constatant que très peu de variantes, généralement sans aucune portée.

2 Œuvres, t. IV, p. 222.

3 A.N., 29 AP 101.

4 A.N., 29 AP 78, fol. 37. Cf. aussi comte BEUGNOT, Mémoires, Paris, 1868, t. II, p. 437.

5 Charles DURAND, Etudes sur le Conseil d’Etat, Paris, 1949, p. 455 ; Œuvres, t. VII, p. 349.

6 Œuvres, t. VII, p. 350.

7 Ibid., t. III, p. 259.

8 Ibid., t. V, p. 5 à 10.

9 Ibid., t. III, p. 381.

10 Ibid., p. 450, 488, 470 à 485 ; t. VII, p. 245 ; A.N., 29 AP91, fol. 255 et 309.

11 Œuvres, t. IV, p. 502.

12 RŒDERER, De la philosophie moderne et de la part qu’elle a eue à la révolution française ou examen de la brochure publiée par Rivarol sur la philosophie moderne, Paris, an VIII ; Œuvres, t. IV, p. 503 à 516.

13 Ibid., p. 509 à 513.

14 Ibid., p. 221, 222, 411, 417 ; t. V, p. 86.

15 Ibid., t. IV, p. 415, 434.

16 Ibid., p. 222 ; A.N., 29 AP 6.

17 Œuvres, t. V, p. 234

18 Correspondance générale de Napoléon Ier, 32 vol., Paris, 1858-1870, t. VII, n° 5.972 ; Henri WELSCHINGER, La censure sous le premier Empire, Paris, 1887, p. 146 ; Relations secrètes des agents de Louis XVIII, Paris, 1899, p. 299.

19 Œuvres, t. IV, p. 538 à 548.

20 Mercure de France, 15 brumaire an XI ; Œuvres, t. III, p. 305.

21 Vicomte de CHATEAUBRIAND, Œuvres complètes, éd. Ladvocat, Paris, 1826, t. XXI. p. 18. Sur les relations de Rœderer et Chateaubriand avant le Consulat : Œuvres, t. IV, p. 138.

22 Œuvres, t. IV, p. 317.

23 Ibid., p. 424. Cf. aussi Revue .des Deux-Mondes, 1er octobre 1903, p. 649.

24 Journal de Paris, 14 mars 1803 ; 9 floréal an X ; CHATEAUBRIAND, Mémoires d’Outre-Tombe annotée par Ed. Biré, Paris, t. II, p. 248.

25 FIEVEE, Correspondance et relations avec Bonaparte, Paris, 1836, t. I, p. CLVIl ; Œuvres, t. IV, p. 310 à 313 ; t. VIII, p. 506-507.

26 A.N., 29 AP 18, fol. 252 à 258 ; Œuvres, t. IV, p. 147 ; FIEVEE, Correspondance, t. I, p. 51.

27 A.N., 29 AP 18, fol. 266 ; 29 AP 75, fol. 260 à 268 ; FIEVEE, Correspondance, t. I, p. 23 ; Correspondance de Napoléon Ier, t. VII, n° 5995 ; F.A. AULARD, Paris sous le Consulat, 4 vol., Paris, 1903-1909, t. III, p. 90.

28 Œuvres, t. IV, p. 148. Cf. aussi ibid., t. III, p. 468 ; A.N. 29 AP 75, fol. 260.

29 Mercure de France, 1er messidor an X.

30 Relations secrètes des agents de Louis XVIII, p. 146.

31 Œuvres, t. V, p. 105-106.

32 FIEVEE, Lettres sur l’Angleterre et réflexions sur les philosophes du XVIIIe, Paris, 1802.

33 A.N., 29 AP 6.

34 Jean MENARD, « Madame de Staël et Rœderer », dans Revue de l’Université d’Ottawa, 1960, vol. 30, p. 150 à 184 ; Œuvres, t. IV, p. 472 à 494 ; t. VIII, p. 652-653 ; C.A. SAINTE-BEUVE, Chateaubriand et son groupe littéraire sous l’Empire, 2 vol., Paris, 1889, t. II, p. 189.

35 Œuvres complètes de Madame la baronne de Staël publiées par son fils, t. XV, Paris, 1827, p. 7 ; à comparer avec Madame de STAËL, Dix années d’exil, Paris, 1966, p. 5-6.

36 Œuvres, t. VI, p. 399.

37 Journal de Paris, 16 nivôse an VIII ; Moniteur, 17-18 nivôse an VIII.

38 A.N., 29 AP 78, fol. 75.

39 Œuvres, t. VIII, p. 659-660.

40 Benjamin CONSTANT, Journaux intimes, Paris, 1952, p. 63 ; Lettres de Julie Talma à Benjamin Constant, Paris, 1933, p. 120.

41 Œuvres, t. V, p. 245-246.

42 Journal de Paris, 24 Thermidor an VIII ; Benjamin CONSTANT et Madame de STAËL, Lettres à un ami, Genève, 1949, p. 19-20.

43 Simone BALAYE, « Madame de Staël, Napoléon et la mission de l’écrivain », dans Europe, avril-mai 1969, p. 124 à 137 ; Œuvres complètes de Madame la baronne de Staël, t. V, p. XLIX.

44 Œuvres, t. VII, p. 251.

45 Journal de Paris, 2 nivôse an XI ; Mercure de France, 4 et 11 nivôse an XI ; Œuvres, t. IV, p. 318 ; Journal de Paris, 4 janvier 1803.

46 Œuvres, t. V, p. 104 ; cf. aussi t. III, p. 548.

47 Ibid., p. 311.

48 Ibid., t. IV, p. 356.

49 Jean GAULMIER, L’idéologue Volney, Thèse Lettres, Paris, 1958, p. 479.

50 Œuvres, t. IV, p. 615.

51 Ibid., t. V, p. 3-4.

52 Ibid.

53 Ibid., t. VI, p. 432.

54 Ibid., t. III, p. 373 ; A.N., 29 AP 18, fol. 277.

55 Ibid., t. III, p. 450. Jugements de Napoléon sur Roederer : Correspondance de Napoléon Ier, t. XII, n° 10 312-10 400, t. XIII, n° 10 610 ; A.C. THIBAUDEAU, Le Consulat, Paris 1834, t. I, p. 115 ; comte BEUGNOT, Mémoires, Paris 1868, t. II, p. 18-19.

Notes de fin

* Article publié dans la Revue de l’Institut Napoléon, 1977, n° 133, p. 3 à 19.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search