Version classiqueVersion mobile

La recherche juridique vue par ses propres acteurs

 | 
Bertrand Sergues

Partie 3. La recherche juridique et la thèse de doctorat : un lien indéfectible

Le rôle du directeur de thèse et de l’enseignant chercheur

Stéphane Mouton

Texte intégral

1Dans la constitution de la double qualité qui caractérise la fonction d’enseignant chercheur, la thèse constitue ce temps précieux dans le cadre duquel l’étudiant va apprendre à devenir un chercheur. C’est avec la thèse que l’on devient un chercheur universitaire. Tel est le sens de l’obtention du grade de docteur en droit. C’est donc naturellement dans cette dimension de recherche que s’inscrit le rôle du directeur de thèse. Mais ceci dit, appréhender son rôle est difficile dans la mesure où d’emblée celui-ci est déterminé par deux principes.

2Le premier principe est que la thèse est l’œuvre du thésard. Dans cette perspective, le rôle du directeur de thèse est difficile à définir selon des critères certains car il n’existe pas de méthodes, de règles précises, de codes préétablis qui conditionnent une conduite à tenir avec le doctorant. De la sorte, il serait possible de dire qu’il n’y a pas de rôles prédéterminés pour le directeur de thèse, ou qu’il existe à l’inverse, autant de rôles qu’il existe de thésards.

3La thèse en effet est une aventure personnelle qui engage d’abord la personne qui l’entreprend dans un esprit de responsabilité. Je veux dire par là que la thèse se construit par le travail du doctorant. C’est lui qui fait le sujet. Par la même, le succès de la thèse dépend avant tout de la motivation et de l’engagement du thésard car ce travail est son œuvre, qui lui appartient personnellement. D’ailleurs, il doit indiquer que les idées qu’il développe n’engagent que son auteur et nullement son université de rattachement, et a fortiori son directeur de thèse.

4Dans le prolongement de ces premières réflexions introductives, il faut dire qu’il n’y a pas de bons et de mauvais sujets de thèse. Il y a des sujets de thèse et ensuite il y a des sujets bien ou mal traités. On peut faire de belles thèses sur des sujets techniques et “têtes d’épingles”, et de très mauvaises thèses sur des sujets qui paraissent “sublimes”. La encore, c’est la responsabilité du chercheur qui est engagée quant à la qualité définitive du travail réalisé.

5Le second principe est que le rôle de directeur de thèse est conditionné par une relation avec le doctorant qui est largement personnelle. Le caractère indéfinissable du rôle du directeur de thèse s’explique par la très grande complexité des relations qui unissent le directeur de thèse et le doctorant. Il s’agit là d’une relation qui doit être construite sur un double fondement : respect du doctorant vis à vis de son directeur, en retour de quoi, ce dernier se doit à une obligation de bienveillance. Cette bienveillance se manifestera par l’attention que le directeur doit au thésard au regard de la qualité des travaux présentés et à la progression personnelle du chercheur. Car la thèse peut devenir une entreprise périlleuse scientifiquement et psychologiquement, nous y reviendrons.

6A partir de ces deux principes, cette relation doit être étudiée à partir de trois idées.

7Premièrement, le rôle du directeur de thèse est conditionné avant tout par une relation de personnes, fondée sur les valeurs de confiance et d’espérance plus ou moins grande dans le candidat en fonction de la qualité de son parcours universitaire et de sa motivation. Bien sûr, cette relation peut être affectée par de très forts aléas. Des thésards jugés intéressants parce qu’ils détiennent tous les critères de réussite (dossier, motivation), peuvent faire de mauvaises thèses. Inversement, des doctorants moyens en début de thèse peuvent se révéler de bons thésards à mesure que la pensée se forme et que les travaux progressent. En réalité, l’expérience de la thèse est pleine d’incertitude, car en fin de compte, si le thésard construit sa thèse, la thèse construit aussi le thésard.

8Mais la thèse est aussi un moment qui est très révélateur de la capacité du doctorant à intégrer les valeurs de l’Université. Sans vouloir céder à quelques digressions emphatiques, il existe une éthique de la recherche fondée sur un principe de responsabilité vis-à-vis de soi et vis-à-vis de la société. Il faut insister sur ce point. L’université remplit une mission de service public et par là même, elle répond à deux valeurs essentielles : celles de l’engagement de soi et du désintéressement. Pour dire les choses simplement, la richesse qu’elle produit puise ses sources d’abord dans un souci d’engagement personnel pour le développement de l’autre, telle est le sens de la fonction éducative, et dans la volonté de participer à des projets oeuvrant pour le développement et le perfectionnement de notre société, telle est le sens de sa fonction socio-politique. Et ce sont là les objectifs qui participent à l’épanouissement du chercheur et la satisfaction de lui-même. De ce point de vue, je fais mienne ici un mot prononcé par Marcel Gauchet évoquant la mission de l’Education dans une émission radiodiffusée : “c’est avec des hommes désintéressés que notre système social tient”. J’aime beaucoup cette idée qui ne peut que rasséréner tous les enseignants inquiets sur le sens de leur mission dans le corps social. Au-delà de son aspect anecdotique, elle participe à souligner le sens de l’enseignement et de la recherche publique. Dans ses cours au collège de France, Pierre Bourdieu souligne aussi que l’action publique s’appuie sur deux critères importants dans la mesure où ils permettent à la fois de délimiter le champ d’action et l’esprit dans lequel l’Etat doit agir : l’espace public en premier lieu, distinct de l’espace privé pour reprendre une distinction “arendtienne” ; le désintéressement en second lieu, entendons ici l’action désintéressée (P. Bourdieu : Sur l’Etat, Cours au collège de France, 1989-1992, Raisons d’agir, Seuil, janvier 2012). La revendication de telles valeurs peuvent résonner ici avec un accent emphatique ou idéaliste dans une société consumériste de biens matériels et immatériels. Pourtant, elles sous-tendent les valeurs du travail de thèse. Elles doivent inciter le thésard à se prendre en main… et ne pas tout attendre de l’institution universitaire et de son directeur de thèse. Elle révèle aussi ce trait de caractère : le projet de thèse demande du courage.

9Deuxièmement, le rôle du directeur d’une thèse en droit se comprend à la lumière de la nature de son objet de recherche scientifique, c’est-à-dire le droit. La recherche en droit est une recherche sur la norme juridique, rappelons-le. Pour dire les choses simplement, l’objet du droit, c’est la norme juridique, c’est-à-dire la règle établissant un comportement social prescriptif et sanctionné. Dans le prolongement de cette idée, on le sait, la règle de droit définit un comportement qui doit être, distinction qui, à l’instar de la loi de Hume (David Hume, Traité sur la nature humaine, 1777), distingue la science du droit des autres sciences. En effet, cette loi pose un principe, à savoir que la norme juridique énonce ce qui doit être et non ce qui est. De là découle son caractère prescriptif puisqu’ : “il n’est pas possible de dégager des conséquences prescriptives à partir de prémices seulement descriptives” (D. Hume cité par X. Magnon, in theorie(s) du droit, Ellipses, 2008, p. 39). De ce point de vue, et comme on l’enseigne dans tous les cours d’introductions aux étudiants de première année dans les facultés de droit, le droit est un outil participant à la construction et à l’organisation des rapports sociaux. Là encore, la remarque est utile à rappeler. De ce caractère prescriptif découle une caractéristique : l’obligation de faire ou de ne pas faire. Et cette définition implique deux conséquences sur la nature du droit qui ont une influence sur la démarche scientifique du travail de thèse.

10D’un point de vue philosophique, la règle de droit se détache de l’être et du sensible, disons, le réel dans son donné immédiat. Elles ne sont donc pas le produit de la nature et ne sont donc pas “données” aux hommes. Donc, elles ne font pas partie des choses et des objets tels qu’ils sont et que la raison se propose de découvrir et de comprendre par le biais d’une démarche certes cognitive, voire philosophique, comme le font les chercheurs dans les sciences exactes. A l’inverse, le droit est un construit de l’homme et son étude entre dans le domaine des sciences sociales car il est avant tout un outil que les hommes se donnent pour vivre ensemble dans un espace où les comportements de chacun doivent être réglés afin de pouvoir vivre ensemble. Par la même, le droit est un produit de la culture. Ce premier point est philosophiquement important car c’est dans cette séparation entre la nature et culture que la dimension rationnelle du droit et par la même sa fonction sociale apparaissent. Outil rationnel organisant la vie sociale en reconnaissant ou rétablissant des équilibres, le droit met de l’ordre dans le chaos du monde et des relations humaines traversées par des volontés contradictoires. En règlementant les rapports sociaux, le droit se donne pour objectif ultime de réaliser la concorde sociale, cette harmonie collective qui assure l’épanouissement de la liberté de chaque individu dans le groupe social et politique auquel il appartient (vertu grecque de la justice).

11Deuxième conséquence, cette remarque d’ordre philosophique en appelle une seconde, de nature politique. D’un point de vue politique (entendons organisation de la Polis, de la Cité, du groupe social, visant à prescrire un comportement attendu), le droit est animé par un principe volontariste. Le droit véhicule une conception voulue de l’ordre social et politique. Il est le produit d’une entreprise active, et non passive, de l’homme sur le monde. Le système de normes qui le construit est donc sous-tendu par des valeurs, des représentations, des présupposés épistémologiques, références à des principes et/ou des valeurs métajuridiques. On sait tous qu’une loi est une norme visant à mettre en application une certaine décision politique parce que le droit est l’expression institutionnalisée du pouvoir. Donc préside à sa production et à sa fonction une volonté qui dépasse le droit.

12Ces développements signifient que la recherche en droit se caractérise par un certain aléa, car la séparation entre la nature et la culture qui fait de la règle de droit un outil au service de la volonté des hommes est soumise à une certaine subjectivité. Et ces deux présupposés conditionnent un certain nombre de réponses concernant la science du droit et donc le travail du thésard, nous y reviendrons là encore.

13Troisièmement, le rôle du directeur de thèse est conditionné par l’environnement institutionnel dans lequel cette relation se déploie, à savoir celui de l’Université. L’université est un établissement public, donc une personne morale de droit public ayant pour fonction de réaliser, de manière spécifique, une mission de service public, celle du développement de la formation, de la recherche et du savoir. Au-delà de cette approche administrative, cette institution a développé des codes, des usages, bref une culture dont le thésard doit faire l’apprentissage avant d’aspirer à devenir maître de conférences et/ou professeur par les différentes vois académiques dédiées au recrutement de ces différents corps. Outre sa dimension scientifique, la thèse est aussi un brevet institutionnel : elle doit mener à l’obtention du grade de docteur en droit, qui seul ouvre les voies de la maîtrise de conférence et du professorat. Cette précision n’est pas neutre. Elle détermine en effet la démarche du chercheur et la façon dont le directeur de thèse envisagera la thèse et même la façon dont le thésard doit aborder son sujet.

14A la lumière de ces quelques remarques introductives, il est possible d’appréhender le rôle du directeur de thèse vis à vis du doctorant en inscrivant son rôle dans une double dimension : un rôle de savoir, c’est la dimension scientifique de la direction de thèse (1) et un rôle de pouvoir, la dimension institutionnelle de ce rôle de direction (2).

I – UN RÔLE DANS UNE FONCTION DE SAVOIR (LA DIMENSION SCIENTIFIQUE DE LA DIRECTION DE THÈSE)

15La dimension scientifique du rôle du directeur de thèse peut être ramenée à deux fonctions : la détermination d’un objectif (A) et la délimitation d’un cadre de recherche (B).

A – La détermination d’un objectif

16Il faut entendre ici que le premier rôle du directeur de thèse est de révéler l’intérêt du sujet et ce, que le directeur donne au thésard son sujet ou – et la fonction ici est plus importante encore-que le thésard propose de lui-même un sujet à son directeur. Cette fonction implique un double positionnement du sujet.

17Positionnement scientifique d’une part. A titre d’exemple, s’il s’agit d’un sujet de contentieux constitutionnel, le directeur de thèse doit pointer l’intérêt du sujet par rapport à l’évolution du contrôle de constitutionnalité (un sujet sur la QPC par exemple). S’il s’agit d’un sujet sur le droit de la responsabilité administrative, il s’agira de positionner le sujet par rapport à la question de la reconnaissance par l’Etat des conséquences que ses missions engendrent sur les situations de droit des administrés.

18Positionnement académique d’autre part. Le directeur de thèse doit pointer l’intérêt doctrinal du sujet et mettre en perspective les avantages et inconvénients d’un sujet, qu’il soit neuf, ou qu’il s’inscrive dans le prolongement d’une problématique déjà mise en évidence. De ce point de vue, il est encore important pour le directeur de thèse de mettre en lumière l’apport potentiel du sujet pour la doctrine et les résultats alors espérés. Si un travail de recherche implique des résultats, il est enfin utile de rappeler que ceux-ci peuvent mener à des innovations ou pas. Aboutir à la négation d’une conclusion espérée n’est pas le signe d’un mauvais travail. Répondant d’une obligation de moyen pourrait-on dire plutôt qu’une obligation de résultat, pour reprendre une distinction académique, le travail de thèse ne doit pas aboutir forcément à la recherche d’une innovation. La qualité d’un travail de thèse se révèle par la pertinence d’une démonstration plus que par l’atypisme, voire l’apparente innovation d’une conclusion….

19Positionnement du sujet par rapport à son environnement théorique en second lieu. Le directeur de thèse doit mettre en lumière les avantages et les inconvénients d’une approche théorique (étude des principes fondamentaux structurant un ordre juridique par exemple) ou concrète (étude de régimes juridiques relatifs à un sujet) de la thèse ? De ce point de vue, il est ici nécessaire de préciser le positionnement scientifique au regard de la nature du droit telle que nous l’avons présentée en introduction au regard de deux questions.

20Le travail de recherche en droit doit-il se limiter à l’étude des normes telles qu’elles sont posées ? Le droit peut-il se limiter à l’étude des normes telles qu’elles sont ? Est-il seulement l’étude des prescriptions et l’analyse des comportements conditionnées par la norme ? Certes la science du droit se situe d’abord ici. Pourtant, inscrites dans le devoir être (c’est-à-dire dans la prédétermination d’un comportement attendu), ces normes véhiculent une certaine conception du comportement accepté dans une société. Par-là, on l’a dit, le droit engage des valeurs qui sécrètent des représentations sociales évolutives qui conditionnent elles-mêmes une volonté politique.

21De ces deux approches découlent deux conceptions de l’analyse de la norme : Quelle science du droit alors adopter ? Faut-il se limiter à l’étude de la norme telle qu’elle est et telle qu’elle s’applique et à analyser les conséquences qui découlent de ces normes dans le corps social, ou bien la recherche en droit doit-elle aussi invoquer l’environnement sociologique, historique, philosophique de la norme ? Faut-il se limiter à la norme ou étendre l’analyse aux organes productifs de normes, et l’ensemble des institutions sociales convoquées dans la production juridique ? Il est important ici de pointer les différents discours sur le droit et les différents courants théoriques qui traversent la science du droit (positivisme, institutionnalisme, réalisme juridique pour ne prendre que quelques exemples).

22Ici le directeur de thèse a un rôle déterminant, car en réalité, la bonne thèse est celle qui combine ces différentes exigences : précision dans l’analyse des faits et rigueur d’une analyse théorique qui révèle la signification d’une production normative. Si on reprend l’exemple de la responsabilité administrative, la thèse doit conduire à une étude sur l’évolution des relations entre l’Etat et les administrés et répondre notamment à la question de savoir si l’abaissement du seuil de la gravité de la faute est un signe (ou pas) du changement de relations entre l’administration et les administrés.

B – La délimitation d’un cadre de recherche

23Le deuxième rôle du directeur de thèse est d’aider le thésard à circonscrire la problématique du sujet de thèse. Ce travail implique trois critères d’appréciation.

24Pertinence des problèmes soulevés d’abord. La qualité scientifique d’une thèse réside essentiellement dans sa capacité à permettre aux juristes de mieux comprendre leur objet par la résolution d’une question de droit soulevée par le sujet proposé. Le directeur de thèse doit attirer le doctorant sur les dangers de la thèse dite “descriptive”. Il faut que la thèse contienne une dimension “problématique”. Là est bien la différence de nature existante entre un travail de mémoire de Master 2 par exemple et une thèse de doctorat en droit : la description d’un sujet : c’est le mémoire ; la problématisation d’un sujet : c’est la thèse. Là se situe le seuil qualitatif entre ces deux démarches de recherche scientifique.

25Cadrage des recherches ensuite. Nous avons déjà souligné plus haut que le droit est une science du “devoir-être”. Or cette caractéristique, qui suscite une démarche de prospective analytique et de déduction logique fortes, implique une méthode rigoureuse dans les questionnements et toutes les analyses scientifiques que ses objets impliquent. Ici le directeur de thèse a un rôle important. Face à l’incertitude des frontières épistémologiques, il doit veiller à ce que le chercheur reste dans une démarche utile à son sujet et en relation avec les problèmes juridiques qu’il soulève afin de lui éviter le danger et l’écueil du hors sujet.

26Révélation des pistes non soulevées enfin. Le directeur de thèse est un éclaireur. Par définition, il ne connaît pas toutes les problématiques révélées par le sujet. Ceci est bien sûr très normal et même souhaitable dans la mesure ou à l’inverse, le traitement du sujet n’aurait plus de pertinence : l’objet de la thèse est de faire découvrir des problèmes, des principes, des lois issus d’un sujet que l’on n’avait pas vu. En revanche, il connait mieux l’environnement du sujet que le thésard. Si ce dernier connait mieux son sujet que le directeur de thèse, le professeur lui connaît mieux l’environnement scientifique et institutionnel du sujet de thèse. Cela lui donne de la hauteur vis-à-vis du sujet, et cette hauteur permet au thésard de prendre de la distance par rapport à son sujet et de se remettre aussi en cause.

27Un point très important encore. Beaucoup de doctorants ne savent pas faire ce travail de mise à distance et de remise en cause de leurs travaux ; c’est le problème tant redouté pour le directeur de thèse du thésard qui s’entête, qui n’écoute pas, et qui poursuit son but en se coupant de l’extérieur et des conseils qui peuvent lui être prodigués. C’est très fréquent, et ce problème est redoutablement important car là réside la principale cause d’échec de la thèse. Dans son travail de recherche et jusqu’à sa soutenance, le doctorant doit donc être à la recherche constante de cet équilibre, certes très difficile à trouver, entre deux postures défensives bien différentes l’une de l’autre : la bonne posture défensive se révèle être le maintien d’une position raisonnée et construite face à la critique ; la mauvaise posture est de s’entêter à défendre des conclusions définitives fondées sur des arguments réfutables et donc encore contestables.

II – UN RÔLE DANS UNE FONCTION DE POUVOIR (LA DIMENSION INSTITUTIONNELLE DE LA DIRECTION DE THÈSE)

28Ce rôle peut ici se comprendre à l’aune de deux idées. Le directeur de thèse intervient dans l’orientation de la rédaction de la thèse (A), avant de jouer un rôle dans l’organisation de la soutenance de celle-ci (B).

A – L’orientation de la rédaction de la thèse

29Il s’agit là d’un rôle discret mais essentiel. La thèse est et doit toujours rester le travail du doctorant, et non celle du directeur qui ne doit pas s’immiscer dans la réflexion de l’étudiant. Mais il doit néanmoins intervenir et prendre une part active dans ce travail en participant à la fois à la détermination du titre définitif et à la construction du plan de la thèse, à la correction des épreuves et en rappelant enfin le timing de la thèse.

30D’abord, la détermination du titre définitif et du plan constituent des points essentiels où le directeur peut aider le thésard. Le choix du titre de la thèse est particulièrement important car il positionne le domaine de la recherche et déclenche l’intérêt scientifique que la thèse pourra susciter. Sans sombrer de manière artificielle dans les excès d’un souci de communication, le titre est un peu l’affiche de la thèse. Il participe à révéler l’originalité du travail et son apport pour la doctrine. Souvent les titres de départ sont des “programmes de recherche” qui s’affutent en cours de route et se précisent en fonction de l’avancée de la problématique. Cette dimension évolutive n’est pas gênante, mais concrètement, au moment de la soutenir le titre doit répondre à trois impératifs :

  • le titre doit être en adéquation avec le contenu de la thèse
  • le titre doit évoquer parfaitement le problème soulevé par le sujet de thèse
  • le titre doit susciter l’intérêt du sujet

31A côté du titre, la structuration du plan est là encore un moment très important. Le plan constitue “la colonne vertébrale” du travail de thèse. C’est lui qui révèle le déroulement de la pensée en présentant les problématiques et leurs modes de résolution. C’est lui encore qui met en lumière la pertinence, l’originalité et la force de proposition de la thèse. De ce point de vue, le directeur de thèse intervient pour souligner les cohérences et les incohérences de la démonstration dans le fond. Il intervient encore dans la formulation des intitulés afin d’éviter les répétitions et les redondances dans la forme. Il décide, avec le thésard, les points à approfondir et les thèmes à évacuer. De là, la direction de thèse bascule vers une autre fonction.

32Ensuite, il s’agit de la correction de la thèse en cours de rédaction. C’est ici que le directeur est réellement actif. C’est là que se situe l’essentiel de son rôle dans l’élaboration de la thèse. Il s’agit d’un travail minutieux, le moment, le seul moment, ou le directeur de thèse a une prise réelle, concrète, sur le travail du doctorant. Car répétons le, la thèse est l’œuvre du thésard qui n’engage que lui au moment de la soutenance. C’est aussi le moment ou le directeur peut juger de la vraie qualité du travail et inciter le doctorant à faire des modifications de fond et de formes. Notons un point important encore : Il faut savoir limiter quantitativement la thèse à 600 pages environ. Les bonnes thèses ne sont par forcément les grosses thèses. Il est un moment où “la thèse perd du nerf et prend du gras” disait le doyen G. Vedel.

33Enfin le directeur de thèse doit cadencer le timing de la thèse. Une bonne thèse est une recherche qui doit être effectuée entre quatre et six ans au plus ! Cinq ans est un moment important. Scientifiquement et même psychologiquement d’abord et d’un point de vue institutionnel aussi, cinq ans est le moment où le temps change de fonction. Jusqu’à cinq ans, le temps joue en faveur du thésard et de la qualité de la thèse. Trois ans ou moins ne constitue pas un délai sérieux. Mais attention, après cinq ans, le temps joue contre le thésard.

34Le temps joue contre lui scientifiquement et psychologiquement. Au bout d’un certain temps, il faut bien savoir que le temps, les problématiques ne sont plus modifiables. Le thésard sera incapable d’améliorer son travail par une entreprise de modification car il est psychologiquement figé dans sa conception du sujet. Donc toutes lenteurs deviennent alors un sujet de problèmes et de remise en cause. L’enlisement temporel doit être soigneusement évité et le directeur de thèse doit ici veiller à ce que le thésard ne se laisse pas piéger par cette situation qui peut générer une violence psychologique qui peut avoir des conséquences désastreuses sur l’équilibre du thésard.

35Mais le temps joue encore contre lui institutionnellement. En effet, au-delà du doute personnel que la lenteur peut provoquer sur le thésard, celui-ci donne aussi l’impression de ne pas s’en sortir (un sentiment d’échec, à quoi ne peuvent que se greffer des problèmes de financement…). De plus, ne l’oublions pas, la soutenance n’est qu’une étape qui révèle certes une belle certitude : celle de l’obtention d’un grade universitaire majeur, celui de docteur en droit sanctionnant positivement la reconnaissance d’une compétence juridique pleine. Mais cette soutenance révèle aussi une incertitude : en aucune façon, le grade n’assure le corps au docteur, c’est-à-dire l’intégration dans le corps des maîtres de conférences ou des professeurs. Par voie de conséquences, il est aussi nécessaire d’envisager une réorientation vers des carrières juridiques non universitaires. De telles remarques ne font que rendre plus importante encore la dernière fonction du directeur de thèse, celle de l’organisation de la soutenance.

B – L’organisation de la soutenance de thèse

36L’organisation de la soutenance de thèse est commandée par trois préoccupations.

37Le choix du jury en premier lieu. Il s’agit là d’un sujet dont le traitement demande une certaine subtilité. Le bon jury n’est pas le jury condescendant, ni bien sûr le jury conciliant, mais le jury dont les membres ont participé par leur travaux respectifs à inspirer le sujet et/ou les développements tenus par le thésard dans sa thèse. Il convient de le définir en fonction de l’orientation scientifique de la thèse, des sources d’inspirations scientifiques, de l’influence des travaux des membres sur la thèse, et des résultats trouvés ou non trouvés.

38La soutenance de thèse en second lieu. Il ne faut pas omettre que la thèse n’est pas finie avant la fin de la soutenance et que la soutenance est une discussion souvent âpre où continuent d’être évaluées les compétences scientifiques du candidat par les membres du jury qui pourraient encore douter des conclusions apportées par le chercheur et terminer ainsi de se forger une conviction sur ses qualités. Mais la soutenance est aussi le moment où sont appréciées et analysées les compétences pédagogiques du candidat, sa faculté à expliquer, démontrer, convaincre, mais aussi à accepter la critique, le questionnement et la remise en cause sans abdiquer ses opinions. Tous ces éléments entrent dans l’évaluation que le jury se fait de la thèse et de l’enseignant-chercheur potentiel qu’est le jeune docteur.

39Mais en tout état de cause, la soutenance de thèse reste toujours un beau moment car il est un moment doublement important. Il est l’aboutissement d’un très difficile travail qui révèlera toujours les qualités humaines d’un candidat arrivé au terme d’une si noble et difficile entreprise, et le commencement d’une nouvelle vie : celle de docteur en droit dans ou hors de l’université, mais celle d’un docteur en droit toujours ! Si la mention très honorable avec les félicitations du jury est toujours recherchée, elle ne doit pas virer à l’obsession du candidat. Si l’obtention des félicitations surtout est un gage de qualité, elle ne préjuge en rien du succès universitaire ultérieur du thésard. Des thèses avec félicitations ne permettent pas toujours la qualification du candidat au CNU. A l’inverse des thèses n’ayant pas obtenues les félicitations ne l’empêche en rien !

40Après la thèse en dernier lieu, le directeur de thèse peut jouer un rôle certes, mais dont il est bien délicat d’apprécier l’efficience dans la poursuite de la carrière du candidat. En effet, objectivement, le rôle du directeur de thèse est terminé. Mais, bien sûr, en fonction de la personnalité du docteur et de ses ambitions universitaires, de la personnalité du directeur et de la qualité de leur relation découlent des postures différentes selon les cas, mais qui s’analysent alors à l’aune de critères plus subjectifs. D’eux, dépend le soutien institutionnel plus ou moins appuyé du directeur de thèse dans le lancement de la carrière dont les effets concrets restent très aléatoires.

41Mais au-delà de tout, c’est bien la thèse qui reste essentielle ici, car c’est de sa qualité que découle le plus sûrement le recrutement du thésard dans la carrière. C’est la thèse qui qualifie ou non le thésard aux fonctions de maître de conférences et c’est la thèse encore qui conditionne la carrière du chercheur dans le concours d’agrégation. On sait qu’une mauvaise thèse est handicapante pour le docteur dans la carrière, comme la bonne thèse – en principe-constitue le passeport idéal pour la légitimation du chercheur dans l’institution.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search