Version classiqueVersion mobile

La recherche juridique vue par ses propres acteurs

 | 
Bertrand Sergues

Partie 3. La recherche juridique et la thèse de doctorat : un lien indéfectible

La thèse de doctorat : première étape de grande envergure pour le jeune chercheur

Bertrand Sergues

Texte intégral

  • 1 V. S. Dreyfus, La thèse et le mémoire de doctorat en droit, Armand Colin, 1971, 512 p.

1“La thèse” constitue le point central de l’intervention qu’il nous est demandé de réaliser. Pour autant celle-ci se doit d’être rattachée à un autre élément d’une importance singulière qu’est le doctorat. L’objectif de réaliser une étude qui se veut à la fois précise et complète sur le travail de thèse ne peut se faire sans une juste et préalable analyse des caractéristiques propres au diplôme de doctorat1. C’est dans cette optique que nous vous invitons à réfléchir sur ce diplôme ainsi que sur les objectifs professionnels du candidat au titre de docteur (I) et à poursuivre par une analyse que nous espérons la plus rigoureuse possible vis-à-vis de la notion de “thèse de doctorat” (II).

  • 2 Cf, C. Herzlich, Réussir sa thèse en sciences sociales, Armand Colin, coll. “128”, 2005, 128 p.
  • 3 V. G. Bachelard, La formation de l’esprit scientifique, 11e éd., Vrin, 1980, 257 p.

2Comprendre ce qui peut se cacher derrière l’appellation “doctorat” ainsi que les caractéristiques propres à la thèse de droit est indispensable pour le tout jeune chercheur. Prendre de la distance afin de mieux anticiper les objectifs2 fixés par les universitaires en vue de l’obtention d’un tel diplôme permet d’éviter certains écueils lors de la soutenance du travail de recherche. Cette prise de recul est utile pour le doctorant qui se doit d’être à la hauteur des attentes qui incombent à son travail mais également par respect pour les futurs examinateurs qui attendent de lui une démonstration scientifique rigoureuse3.

3Les difficultés rencontrées lors de la rédaction de la thèse, la capacité ou non de les résoudre seront également des indicateurs essentiels dans cette quête de réponse à la question qu’un grand nombre de doctorants se pose : “Ai-je les ressources nécessaires pour devenir enseignant-chercheur, suis-je fait pour poursuivre dans cette voie ?

I – LE DIPLÔME DE DOCTORAT : UNE NÉCESSAIRE CLARIFICATION DES CARACTÉRISTIQUES PROPRES À CE DIPLÔME

4Le doctorat est directement lié à la réalisation d’une thèse qui peut être qualifiée par certains universitaires de “thèse académique” ou de “thèse professionnelle” en fonction des objectifs fixés par le candidat au titre de docteur. Pour autant même si les vocations des doctorants ne sont pas les mêmes, la durée de rédaction de la thèse différente d’un étudiant à l’autre, le doctorat reste unique et indivisible. Il n’y a pas plusieurs doctorats mais bien un seul et c’est pour cette raison que cette différenciation opérée entre les thèses n’a pas l’approbation de l’ensemble des acteurs universitaires.

A – L’obtention du titre de docteur : entre satisfaction professionnelle et obligations multiples

  • 4 Le Master 2 est un diplôme dont l’appellation est issue de la réforme LMD (Licence-Master-Doctorat (...)
  • 5 Université Toulouse 1 Capitole. Présentation. Chiffres clés de l’université, [En ligne]. http://ww (...)

5Etymologiquement le terme “doctorat” vient du latin “docere” qui signifie enseigner, apprendre, maîtriser un savoir. Il s’agit du plus haut grade universitaire qui vient récompenser un nombre conséquent d’années d’études effectuées après le Master 24. Par facilité on désigne également ce diplôme par l’appellation “Bac +8”. Il serait pour autant inexact d’affirmer que trois années d’études supplémentaires suite à l’obtention d’un Master 2 suffisent dans la plupart des cas pour rédiger et soutenir une thèse de droit. Les chiffres publiés en 2014 au sein du site internet de l’Université Toulouse 1 Capitole font état d’une durée moyenne d’étude en doctorat d’environ 5 ans5. Nombreux sont d’ailleurs les doctorants qui sont largement au-delà de ces statistiques et soutiendront leurs travaux de recherche à la sixième, septième ou voire encore huitième année de doctorat. Ces statistiques servent de point d’ancrage à notre réflexion afin d’affirmer le fait que s’engager dans un doctorat n’est pas quelque chose d’anodin, ce choix doit être mûri, longuement réfléchi. Bien entendu il s’agit là d’une formidable expérience universitaire mais pour autant il faut être véritablement conscient des enjeux et des attentes qui pèsent sur un travail de thèse.

  • 6 Nous pouvons citer HEC Paris (Ecole des Hautes Etudes Commerciales de Paris) qui n’hésite pas à no (...)

6Être titulaire d’un doctorat dans le domaine juridique mais également dans d’autres disciplines prouve une capacité d’organisation et de ténacité qui ne peut qu’honorer son titulaire. Il confère à la personne qui dispose de ce diplôme le titre de “docteur”. Nous ne pouvons malheureusement que déplorer le fait qu’en France ce titre ne soit véritablement porté que par les médecins, chirurgiens-dentistes et vétérinaires. En Allemagne cela n’est absolument pas le même constat qui s’impose : l’obtention d’un doctorat dans n’importe quelle discipline vous donne la possibilité de faire précéder la mention “Docteur (Dr)” devant votre nom. Certains qualifieront cet élément de détail sans importance mais dans notre esprit il est véritablement limpide que la reconnaissance et la valorisation du doctorat n’est probablement pas la même Outre-Rhin. Dans les universités anglo-saxonnes voire même dans certaines grandes écoles6 en France le doctorat prend l’appellation de PhD (Philosophiæ doctor). Les objectifs en matière de recherche sont équivalents au doctorat des universités françaises, seule l’appellation change donnant une dimension plus internationale à ce diplôme.

  • 7 Il faut préciser que le diplôme de doctorat est régi au niveau national (au moment de la rédaction (...)

7Il est évident que le doctorat7 est un véritable choix, une décision personnelle qui honore mais surtout oblige. Prendre du recul sur les objectifs qui sont fixés par ce diplôme constitue une aide indispensable dans le but de mener à bien ses travaux de recherche.

B – La thèse et le doctorat : un couple indissociable mais non exclusif

8Il ne fait aucun doute que le doctorat est rattaché directement au travail de thèse. La preuve en est lors des réunions au sein des laboratoires de recherche où les étudiants en doctorat ne sont très souvent pas désignés par l’appellation “doctorants” mais “thésards”. La thèse et le doctorat semblent donc constituer un couple indissociable. Très souvent dans l’esprit du futur doctorant la thèse va être l’unique activité universitaire exercée mais en réalité c’est parfaitement inexact. De nombreuses activités intellectuelles vont jalonner le cursus en doctorat et le jeune chercheur se rendra rapidement compte de la nécessité de prendre part à ces dernières. La réalisation de publications, les interventions lors de manifestations scientifiques, les responsabilités en matière d’enseignement constituent des éléments à prendre en compte. Entrer en doctorat ne conduit donc pas exclusivement à rédiger une thèse et c’est dans cette optique qu’il est indispensable de se questionner sur le doctorat en lui-même avant de s’interroger sur la thèse.

  • 8 V. M. Hunsmann et Sébastien Kapp (dir.), Devenir chercheur – écrire une thèse en sciences sociale, (...)
  • 9 Cf. J. Habermas, La technique et la science comme “idéologie”, trad. J.R. Ladmiral, Paris, 1973, 2 (...)
  • 10 Les outils d’analyse en matière de recherche juridique doivent être maîtrisés par les chercheurs. (...)

9Le doctorat constitue un projet universitaire personnel, scientifique et professionnel. Il est évident que tout doctorant doit impérativement se poser la question suivante : quel but et quel sens dois-je donner à ce projet ? Certains souhaiteront s’engager dans la voie académique8, d’autres auront à cœur d’assumer des fonctions de magistrats, d’avocats… C’est un choix qui à n’en pas douter doit être médité, réfléchi avant l’inscription en doctorat et même après celle-ci. Dans le but d’atteindre ces objectifs professionnels il est nécessaire de réunir les conditions indispensables en vue de leur réalisation future. En effet, les doctorants qui se vouent à une carrière universitaire ne peuvent se contenter de la rédaction de travaux scientifiques tels que la thèse. Les compétences en matière de pédagogie dont il faut faire preuve face aux étudiants ne peuvent s’acquérir que par l’exercice de professions liées au milieu de l’enseignement supérieur. À ce titre les dispenses de travaux dirigés sont un moyen, parmi d’autres, permettant de s’accoutumer aux impératifs de l’enseignement au sein des universités, des facultés. Cette expérience professionnelle forte de son attractivité permet surtout de se confronter à la réalité de l’enseignement supérieur, aux interrogations des étudiants et à leurs attentes. Malheureusement cette expérience à elle seule ne peut très certainement suffire pour quiconque désire plus tard exercer les fonctions de maître de conférences ou de professeur des universités. Il y a également une absolue nécessité de faire la preuve de certaines compétences notamment en matière de rigueur scientifique9 et d’analyse de notions juridiques concrètes. Ceci peut se matérialiser par la réalisation de publications qui peuvent ou doivent être effectuées au cours du doctorat et donc en parallèle de la rédaction de la thèse. Le jeune chercheur peut également organiser un séminaire, une journée consacrée à l’étude d’un phénomène juridique bien précis ou encore un colloque sur un sujet déterminé. L’objectif de ces manifestations scientifiques est avant tout de nous éclairer sur des phénomènes juridiques spécifiques ou des notions fondamentales de la recherche, voire même comme c’est le cas avec la réalisation du présent ouvrage de s’interroger sur la recherche juridique10 elle-même.

  • 11 V. Erlich, “Étudiants doctorants : conditions d’études et de vie”, Études et documents, no 6, Obse (...)

10Le quotidien du doctorant est donc un combat de chaque jour dans le sens où ce dernier doit conjuguer la rédaction de sa thèse, la participation aux activités de son laboratoire de recherche, la réalisation et l’organisation de colloques et enfin le fait d’assumer de nombreuses fonctions. Parmi celles-ci on retrouve l’activité de chargé d’enseignement mais également d’autres fonctions car il ne faut pas omettre le fait que certains doctorants sont également avocats, notaires ou exercent une activité professionnelle étrangère à l’environnement juridique dans le but premier de rendre viable financièrement parlant la réalisation d’une thèse11.

  • 12 Faut-il d’ailleurs réformer le doctorat ? La question peut être posée et l’Association françaises (...)

11Le travail du doctorant est donc un travail chronophage qui impose rigueur et discipline mais surtout passion. Il faut être avant tout passionné par ce que nous sommes amenés à faire, c’est certainement là le meilleur moyen de réussir tous nos projets. L’objectif principal du doctorat12 est avant tout et il est peut être nécessaire de le préciser une nouvelle fois : la réalisation d’une thèse.

12Mais qu’est-ce qu’en réalité une thèse après tout ? Comment pourrait-on définir ce terme de manière à la fois globale et précise ?

II – LA THÈSE : UNE NOTION AUX FACETTES ET AUX CONTOURS SOUVENT TROP ABSTRAITS

13La thèse occupe une place singulière au sein de la recherche juridique. Il s’agit principalement d’une production de connaissances dont le but premier est d’accroitre le contenu des savoirs dans un domaine spécifique. L’enseignement de diverses matières juridiques peut s’en trouver enrichi suite à la parution de certains travaux de thèses de qualité. Un exercice pour le moins académique mais qui peut être également “professionnalisant”.

A – De singulières spécificités concernant ce support à la recherche universitaire

14Il est nécessaire de mettre en avant le fait qu’une thèse correspond avant tout à un travail de recherche et de rédaction impliquant une certaine clarté quant aux objectifs poursuivis ainsi que les moyens qui sont mis en œuvre afin d’atteindre ces objectifs. C’est également un travail d’honnêteté scientifique car lorsque des éléments sont mis en avant au sein d’une thèse n’étant pas issus de la réflexion personnelle du doctorant et empruntés à un autre individu, il faut immédiatement le signaler. Pour se faire, les notes de bas de pages sont des alliés essentiels.

  • 13 Il y a pléthore de revues juridiques de droit et notre volonté de rester à la fois clair et précis (...)

15La thèse est une réalisation scientifique qui demande de la rigueur ainsi qu’une capacité à maintenir un niveau d’exigence élevé. Actuellement, il y a une multiplicité de sources documentaires à la disposition du jeune chercheur et le développement de la numérisation d’ouvrages, de revues juridiques, permet un accès simplifié via internet pour ce même jeune chercheur. Il est véritablement nécessaire de vérifier la fiabilité de ces sources avant de tenter de les exploiter. Les ouvrages juridiques et bien entendu les articles, les revues juridiques spécialisées13 constituent un socle d’information important à savoir utiliser.

16L’articulation des idées au sein d’un plan est d’une nécessité absolue pour quiconque désire réaliser une thèse se voulant à la fois pointue et rigoureuse. Les plans binaires sont souvent privilégiés dans le but de montrer la rigueur des propos tenus en veillant à ce que ces derniers ne constituent pas un frein au raisonnement du chercheur en raison de leur trop grande rigidité. Le plan de la thèse permet surtout de mieux comprendre le raisonnement de son auteur, de mieux anticiper ses choix et de prendre du recul par rapport à la problématique qui est développée au cœur du travail de recherche.

17Au sein de cette thèse rédigée par les doctorants une exigence prévaut de manière indéniable, il s’agit de la neutralité en matière de prises de positions qui ne relèvent pas du domaine du droit. En effet, un chercheur est avant tout là pour constater, anticiper et apporter une explication scientifique sur des faits prédéterminés. Il effectue cette opération en développant une analyse dénuée de toute considération personnelle. Les orientations idéologiques de type politique, de type religieux ou moral sont mises de côté du raisonnement du chercheur. Ce dernier se concentre sur l’étude de phénomènes juridiques spécifiques et ce même chercheur doit tenter d’évacuer le plus possible, si ce n’est en totalité, ses convictions autres que celles inhérentes au domaine du droit. La rigueur intellectuelle et scientifique impose une objectivité des propos tenus.

18Dans le langage courant “émettre une thèse” c’est faire part d’un avis spécifique concernant un sujet précis. Sur un plan scientifique la signification du terme “thèse” est en partie similaire à cette définition mais implique l’utilisation d’une démarche scientifique rigoureuse. Les conclusions obtenues sont le fruit d’une très longue réflexion personnelle. La thèse engendre “l’ultra-spécialisation” de l’individu dans un domaine précis faisant du futur docteur un “technicien” de questions spécifiques, un expert reconnu par la communauté scientifique. Cette réalisation universitaire va accompagner le chercheur tout au long de sa carrière et c’est pourquoi elle a une portée majeure. La publication de la thèse peut permettre une meilleure diffusion des travaux de recherche du titulaire d’un doctorat. Cette proposition de publication s’effectue bien entendu après l’obtention du titre de docteur et la soutenance de la thèse. La maison d’édition à l’origine de la publication d’une thèse sera très généralement une maison d’édition “universitaire” bien plus que celle dite “généraliste”. L’objectif premier des éditeurs universitaires est la valorisation de la recherche rendue possible grâce à la diffusion des savoirs.

A – Une expérience de recherche inégalable pour le doctorant

  • 14 Les dispenses de Travaux Dirigés sont généralement effectuées par des étudiants inscrits en 3éme c (...)

19Ce travail de thèse est une expérience unique pour l’étudiant dans le sens où il s’agit d’une nouvelle et dernière étape au sein des études supérieures. Il est vrai qu’au niveau des études universitaires dans le domaine juridique il existe plusieurs étapes où le “suivi” des étudiants n’est pas tout à fait le même. De la licence au Master 1 des cours magistraux ainsi que des travaux dirigés (TD)14 sont dispensés entrainant par là même un certain suivi des étudiants. En revanche en ce qui concerne le Master 2 exit les TD il ne reste plus que les cours dispensés par les professeurs d’université ou maîtres de conférences. Pour le doctorat c’est encore une nouvelle étape qui s’ouvre : il n’y a plus de cours véritablement dispensés et les travaux dirigés sont inexistants ce qui peut conduire certaines personnes à penser que la thèse est un travail avant tout solitaire. Il est pourtant véritablement indispensable de nuancer ces propos à l’appui de plusieurs éléments. Il serait faux de penser que la thèse enferme le doctorant dans une profonde solitude. Nous en voulons pour preuve la présence des directeurs des laboratoires de recherche qui sont avant tout là pour guider les doctorants dans leurs choix avant l’inscription en thèse mais également durant leurs années d’études en doctorat.

20Il est nécessaire de signaler qu’un autre acteur d’une très grande importance pour l’étudiant en doctorat est présent : il s’agit de la directrice de thèse ou du directeur de thèse. Le choix de celle-ci ou de celui-ci est véritablement primordial à bien des égards. Tout d’abord, c’est avant tout elle ou lui qui va effectuer un suivi des recherches menées, qui ne va pas hésiter à guider le doctorant, à lui faire toucher du doigt des éléments qui auraient pu lui échapper. La complémentarité est donc un point indispensable dans cette collaboration entretenue avec cette personne. Le choix du directeur ou de la directrice de thèse est donc d’une grande importance pour le travail du thésard mais également pour lui-même. La détermination du sujet doit être autant que possible en lien avec le domaine de spécialité du directeur de thèse. Il faut avant tout faire appel à un spécialiste reconnu par la communauté scientifique dont la thématique de thèse choisie se marie parfaitement avec son domaine de spécialité. Ce dernier doit faire l’honneur au doctorant d’accepter de le diriger et c’est pourquoi il est nécessaire au préalable de réfléchir en profondeur sur ses propres objectifs en matière de recherche voire même lui présenter directement le sujet de thèse désiré. Bien sûr il n’y a aucune règle incontournable en la matière, certains ont une idée bien précise de ce qu’ils souhaitent aborder et ont choisi en conséquence de se tourner vers tel professeur d’université alors que d’autres préféreront que cela soit leur futur directeur de thèse qui leur propose un sujet.

  • 15 Cf. F. Rigaux, Introduction à la science du droit, Bruxelles et Paris, Editions Vie Ouvrière, 1974 (...)

21Ce sujet que le doctorant va choisir de traiter doit revêtir un intérêt en matière de recherche universitaire. L’étude qui va être menée ne doit en aucune façon être une compilation d’informations déjà existantes ou une synthèse de travaux déjà réalisés. Il faut en quelque sorte apporter sa “touche personnelle”, amener de nouveaux éléments et les expliciter. La recherche en droit a avant tout pour finalité de faire progresser la science juridique15 ainsi que d’enrichir les connaissances dans le domaine du droit.

  • 16 Chaque doctorant est rattaché à un laboratoire de recherche/une unité de recherche en fonction de (...)

22Une fois le sujet déterminé et l’inscription en doctorat déposée et acceptée lors de la sélection des dossiers il ne faut pas omettre certaines réalités. Le directeur de thèse a beaucoup d’impératifs à côté, même s’il tente de faire preuve d’une grande disponibilité à l’égard de la personne dont il dirige les recherches, il apparait comme extrêmement difficile de le solliciter de manière démesurée. Le “thésard” reste donc maître de son travail et de ses choix. De plus, pour éviter une trop grande solitude du doctorant qui n’est pas forcément un gage de qualité en matière de recherche, le thésard est amené à participer à des évènements scientifiques organisés par les laboratoires16 et auxquels les personnes qui y sont rattachées sont tout naturellement conviées.

23La rédaction d’une thèse n’est donc pas un travail si solitaire que cela. Cette dernière permet principalement de mieux se connaitre, de mieux évaluer sa capacité à rédiger et à réfléchir sur des sujets très précis. Cette même thèse donne l’occasion d’étayer son aspect critique ainsi que d’améliorer sa capacité de synthétiser les informations. Il est nécessaire de bien s’organiser et surtout d’adopter un rythme constant de travail, à défaut de cela il y a un risque d’être dépassé par de nombreux imprévus.

24Généralement on évalue un nombre de pages en moyenne rédigées de 400-500 feuilles pour le travail d’une thèse. Il est pourtant indispensable de rappeler et d’affirmer haut et fort le fait que la quantité ne fait pas forcément la qualité. En revanche cet élément permet surtout de mieux comprendre que le travail d’une thèse va se répartir sur plusieurs années et que la ténacité est certainement une des meilleures vertus du doctorant.

  • 17 M. Beaud, L’art de la thèse : comment préparer et rédiger un mémoire de master, une thèse de docto (...)

25Comme le soulignait Michel Beaud “La thèse est un travail long exigeant, astreignant et qui pèse pendant plusieurs années sur la vie personnelle, familiale et la disponibilité pour les autres17. Même s’il nous parait nécessaire d’apporter une pointe d’optimisme à ce constat dressé, nous ne pouvons qu’adhérer aux propos qui sont tenus. Des moments de joie et de satisfaction jalonneront les travaux de recherche : entre la satisfaction d’atteindre certains objectifs fixés au préalable, la découverte d’éléments passionnants ainsi que les rencontres universitaires contribuant à un enrichissement personnel et intellectuel, le quotidien du doctorant est riche à tout point de vue.

  • 18 Il s’agit d’une liste non exhaustive, d’autres personnes exerçant une profession non citée peuvent (...)
  • 19 R. Romi, Méthodologie de la recherche en droit : Master et Doctorat, Litec, coll. “Objectif droit” (...)

26Pour terminer il nous appartient d’évoquer la finalisation du travail du doctorant et l’objectif que celui-ci s’est fixé au préalable, c’est à dire la soutenance de sa thèse. Celle-ci s’effectuera, dans la plupart des cas, devant un jury composé d’un collège de professeurs des universités et/ou de maîtres de conférences. La composition des membres du jury est particulièrement encadrée, c’est le directeur de thèse qui émet un avis sur cette composition. On notera que les membres du jury sont généralement au nombre de quatre ou de cinq. Ces derniers sont composés pour une large majorité d’entre eux de professeurs des universités et de maîtres de conférences mais il n’est pas exclu qu’un magistrat, un avocat, un notaire, un juriste d’entreprise soient présents18. Parmi les membres du jury figurent entre autre le directeur de thèse (voire également le co-directeur en cas de cotutelle de thèse) ainsi que les rapporteurs chargés d’établir un rapport et ce avant la soutenance. Ces mêmes rapporteurs vont exprimer un avis sur la soutenance de la thèse et sont extérieurs à l’université de rattachement du doctorant ou de son directeur de thèse19.

  • 20 Everett C. Hughes, “Le drame social du travail”, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, no 11 (...)

27Everett C. Hughes disait à juste titre que “la soutenance de thèse correspond à ce que les ethnologues appellent un rite de transition ou rite de passage, au cours duquel un individu passe de l’état de chercheur apprenti à celui de collègue à part entière20. La soutenance de thèse constitue le point culminant du doctorat qui s’achève par un débat engendrant des prises de positions des membres du jury concernant les choix que le doctorant a opérés au sein de son travail de recherche. Les réponses apportées par le doctorant aux questions posées par les membres du jury se doivent d’être d’une grande précision et montrer une maîtrise totale des thématiques développées au cœur de la thèse. Ce débat qui dure généralement plusieurs heures est souvent attendu par le doctorant qui va pouvoir s’exprimer et se justifier sur les orientations qu’il a pu être amené à privilégier. Tentant de faire abstraction d’un certain “stress” propre à chaque épreuve d’examen, le candidat au titre de docteur devra impérativement démontrer l’apport que revêt sa thèse au sein de la recherche juridique. Il faut être conscient des forces mais également des faiblesses de ses propres développements afin de mieux anticiper les éventuelles remarques voire critiques.

28En conclusion la thèse de doctorat est un travail de grande envergure qui fait appel à n’en pas douter à de solides compétences en matière de rigueur, d’organisation et de dépassement de soi. Nier les difficultés c’est avant tout prendre le risque de s’écarter des objectifs fixés par un tel travail. Persévérance, objectivité des propos tenus sont autant de qualités dont la maîtrise est indispensable pour le tout jeune chercheur.

Notes

1 V. S. Dreyfus, La thèse et le mémoire de doctorat en droit, Armand Colin, 1971, 512 p.

2 Cf, C. Herzlich, Réussir sa thèse en sciences sociales, Armand Colin, coll. “128”, 2005, 128 p.

3 V. G. Bachelard, La formation de l’esprit scientifique, 11e éd., Vrin, 1980, 257 p.

4 Le Master 2 est un diplôme dont l’appellation est issue de la réforme LMD (Licence-Master-Doctorat). La mise en œuvre effective de celle-ci date de l’année 2004 et a été créée dans le but d’adapter et d’harmoniser l’enseignement supérieur français aux standards européens… TSVP
La semestrialisation des diplômes avec la nécessité pour l’étudiant de valider certains modules que l’on appelle “unités d’enseignement” par le biais de crédits européens a plusieurs objectifs : l’encouragement à la mobilité de la part des étudiants, une meilleure reconnaissance des formations dispensées par les établissements d’enseignement supérieur français en sont les deux objectifs principaux.
Ce même Master 2 se décline en deux catégories ou deux parcours distincts. Il y a tout d’abord la voie dite “recherche” correspondant au diplôme qui portait jusqu’en 2004 le nom de DEA (Diplôme d’Etudes Approfondies). Le choix de ce parcours nécessite la réalisation d’un travail de mémoire, étape indispensable pour l’étudiant en vue de la poursuite éventuelle de ses études en doctorat. Enfin, il y a la voie professionnelle qui nécessite la réalisation d’un stage en Master 2 ainsi que la rédaction d’un rapport de stage (nommé auparavant diplôme de DESS : Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées).

5 Université Toulouse 1 Capitole. Présentation. Chiffres clés de l’université, [En ligne]. http://www.ut-capitole.fr/universite/presentation/chiffres-cles/chiffres-cles-324609.kjsp?RH=INTERNET_FR&IFRAME=null (Page consultée le 06/03/2014).

6 Nous pouvons citer HEC Paris (Ecole des Hautes Etudes Commerciales de Paris) qui n’hésite pas à nommer par “PhD degree” en français “diplôme de doctorat” les formations dispensées par cette école pour l’année 2013-2014.

7 Il faut préciser que le diplôme de doctorat est régi au niveau national (au moment de la rédaction de la présente communication, soit en juillet 2014) par : l’article. L612-7 du code de l'éducation, les articles L412-1 et L412-2 du code de la recherche, le décret no 2013-756 du 19 aout 2013 relatif aux dispositions réglementaires des livres VI et VII du code de l'éducation (décrets en Conseil d’Etat et décrets), l’arrêté du 7 août 2006 relatif à la formation doctorale, l’arrêté du 7 août 2006 relatif aux modalités de dépôt, de signalement, de reproduction, de diffusion et de conservation des thèses ou des travaux présentés en soutenance en vue du doctorat ainsi que la circulaire no 2006-202 du 8 décembre 2006.

8 V. M. Hunsmann et Sébastien Kapp (dir.), Devenir chercheur – écrire une thèse en sciences sociale, Editions de l’EHESS, coll. “Cas de figure”, 2013, 360 p.

9 Cf. J. Habermas, La technique et la science comme “idéologie”, trad. J.R. Ladmiral, Paris, 1973, 212 p.

10 Les outils d’analyse en matière de recherche juridique doivent être maîtrisés par les chercheurs. Des ouvrages tentent notamment de répertorier ces outils et plus généralement d’expliquer la méthodologie de la thèse de doctorat et du mémoire de recherche en droit. Voir en ce sens D. Roussillon, Outils pour la recherche juridique : Méthodologie de la thèse de doctorat et du mémoire de master en droit, Editions des archives contemporaines, Paris, 2007, 160 p. ou/et I. Fructus, Méthodologie de la recherche documentaire juridique, Larcier, Paris, 2014, 320 p. Voir égal. M. Guidere, Méthodologie de la recherche, Ellipse, Paris, 2004, 128 p.

11 V. Erlich, “Étudiants doctorants : conditions d’études et de vie”, Études et documents, no 6, Observatoire de la vie étudiante, Décembre 2000, p. 99.

12 Faut-il d’ailleurs réformer le doctorat ? La question peut être posée et l’Association françaises des docteurs en droit tente d’y répondre par la voix de son président. Cf. à ce sujet D. Tricot, “Réforme du doctorat : l’Association française des docteurs en droit prend position”, Recueil Dalloz, 2014, p. 2040.

13 Il y a pléthore de revues juridiques de droit et notre volonté de rester à la fois clair et précis nous impose de nous concentrer sur quelques-unes et notamment les plus connues. Il y a notamment l’AJDA (L’Actualité Juridique : Droit Administratif), la RFDA (Revue Française de Droit Administratif), la RFDC (Revue Française de Droit Constitutionnel), RLDC (Revue Lamy Droit Civil), RTD civ. (Revue Trimestrielle de Droit Civil), RID pén. (Revue Internationale de Droit pénal)., RJDA (Revue de Jurisprudence de Droit des Affaires), RDT (Revue du Droit du Travail), RJE (Revue Juridique de l’Environnement), RPDS (Revue Pratique de Droit Social). Nous pourrions multiplier les exemples en la matière.

14 Les dispenses de Travaux Dirigés sont généralement effectuées par des étudiants inscrits en 3éme cycle (Master 2 ou Doctorat), par des personnes exerçant une profession libérale (généralement des avocats, des notaires…), par des dirigeants d’entreprises... Les dossiers de candidatures sont présents sur la plupart des sites internet des universités avec les conditions à remplir ainsi que les documents à fournir par les candidats.

15 Cf. F. Rigaux, Introduction à la science du droit, Bruxelles et Paris, Editions Vie Ouvrière, 1974, 407 p.

16 Chaque doctorant est rattaché à un laboratoire de recherche/une unité de recherche en fonction de son domaine de spécialité. Ce choix est effectué par l’étudiant lors de la constitution de son dossier en vue d’une inscription en doctorat.

17 M. Beaud, L’art de la thèse : comment préparer et rédiger un mémoire de master, une thèse de doctorat ou tout autre travail universitaire à l’ère du Net, La découverte, Paris, 2006, p. 19.

18 Il s’agit d’une liste non exhaustive, d’autres personnes exerçant une profession non citée peuvent prétendre à être membre d’un jury de thèse.

19 R. Romi, Méthodologie de la recherche en droit : Master et Doctorat, Litec, coll. “Objectif droit”, 2006, p. 92.

20 Everett C. Hughes, “Le drame social du travail”, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, no 115, 1995, p. 95.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search