Version classiqueVersion mobile

Variations juridiques sur le thème du voyage

 | 
Lycette Condé

Variations sur les variations

Le voyageur dans la littérature : quand la justice s’en mêle

Lionel Miniato

Texte intégral

  • 1 O. GANNER, La littérature de voyage, Ellipses, 2001.

1Si le voyage est, à bien des égards, saisi par le droit, il entretient également des liens étroits avec la littérature. L’une des œuvres les plus célèbres du siècle passé, précédant de quelques années la loi sur les congés payés (1936) n’est-elle pas Voyage au bout de la nuit de Céline (1932), où le héros Bardamu, soldat de 14-18, part ensuite en Afrique puis en Amérique avant de revenir en France pour exercer la profession de médecin ? Ne parle-t-on pas aussi du “syndrome de Stendhal” pour évoquer certains troubles (palpitations, vertiges) pouvant survenir au cours d’un voyage à la suite d’une forte émotion esthétique et dont l’écrivain fut victime à Florence ? Par ailleurs, la littérature n’est-elle pas considérée comme une façon de “voyager”, de s’évader de son quotidien ? Surtout, la littérature de voyage, qui prend des formes diverses (journaux de bord, lettres, comptes rendus de mission, souvenirs de voyage, roman de voyage réel ou imaginaire, etc.) comme le voyage lui-même (voyage d’affaires, d’agrément, d’amour, forcé, missionnaire, scientifique, etc.), constitue un genre à part entière1. Parmi les œuvres relevant de ce genre, une catégorie particulière est susceptible d’intéresser le juriste en particulier : celle où il est question de droit et de justice.

  • 2 A. GARAPON, D. SALAS (dir.), Le droit dans la littérature, Michalon, 2008, p. 8.
  • 3 Sur le courant Droit et littérature, v. notamment C. LE MEUR, Littérature et droit. Quelques réfle (...)

2A partir d’une sélection de romans et de récits, notre contribution se propose d’analyser trois figures de voyageurs qui, de différentes manières, vont être confrontées à la justice. Si quelques œuvres sélectionnées sont de pure fiction, certaines étant même fantastiques, d’autres sont inspirées de faits réels, bien que cette distinction soit contestable, les premières n’étant pas toujours très éloignées de la réalité ; les secondes comportant souvent des éléments inventés par l’auteur. Quoi qu’il en soit, ces œuvres littéraires “donnent au droit [et à la justice] figure humaine”, elles [leur] donnent vie”2. Elles permettent de voir, dans le cadre d’un récit et aux travers de personnages, l’application de normes particulières dans un pays donné à une époque précise ; ces œuvres offrent également une réflexion fondamentale, philosophique, sur le droit et la justice. La littérature, pour le juriste, est une source historique, de droit comparé et de philosophie du droit ; elle constitue aussi un outil pédagogique précieux, en montrant la façon dont le droit s’applique concrètement à des situations “reproduisant” la réalité. Tel est, sommairement présenté ici, l’objectif du courant “Droit et littérature” dans lequel cette contribution voudrait s’inscrire.3

  • 4 Gallimard, coll. Folio, 2009.
  • 5 V. LAMANDA, La plume et le prétoire. Quand les écrivains racontent la justice, op. cit., p. 5.

3Beaucoup d’écrivains se sont intéressés à la justice et, en lien avec notre étude, l’on ne saurait omettre Gide et sa fameuse citation tirée de ses Souvenirs de la cour d’assises : “En voyage, quatre choses surtout m’attirent dans une ville : le jardin public, le marché, le cimetière et le palais de justice”4. Mais “lorsqu’il est question de justice, l’homme de lettres [tout comme le cinéaste] n’est assurément pas tendre”5, et la littérature de voyage ne fait pas exception. Cette dernière nous montre dans tous les cas une justice faillible, sévère, inhumaine, inéquitable : c’est un procès qui est fait à la justice par la littérature laquelle, par la même occasion, dissuade quelque peu le lecteur de voyager autrement que par la littérature… Cependant, même si la littérature a un point de vue singulier, partial, sur la justice, ses œuvres sont d’une grande ampleur en ce qu’elles permettent d’appréhender l’ensemble ou presque de la question. Toutes les réflexions que peut susciter la justice y sont présentes ; ses procédures, ses étapes, les évènements et faits qui lui sont propres y sont relatés ; et ces œuvres littéraires, à leur tour, viennent enrichir et nourrir ce thème de la justice.

4Quelles sont ces trois figures de voyageurs ? D’abord, une injustice, en tout cas le sentiment d’avoir subi une injustice, peut-elle être la cause d’un voyage, le voyageur-justicier voulant se venger, se faire justice à soi-même. (I). Ensuite, c’est la justice d’un pays qui peut se révéler au voyageur : touriste, observateur ou missionnaire (II). Enfin, le voyageur peut subir un procès et ainsi devenir justiciable pendant son voyage, ou le condamné tout comme l’étranger peuvent être contraints au voyage à la suite d’une décision de justice (III). Dans toutes ces situations, le voyageur est souvent obligé d’entreprendre un voyage qui, de fait, ne sera pas agréable ; ou bien le voyageur va voir son périple perturbé par l’œuvre de justice laquelle pourra d’ailleurs y mettre un terme prématurément, et parfois de façon tragique. La mort est en effet omniprésente, même si ce n’est pas le voyageur qui trépasse. Ainsi, le voyage, à cause de la justice - qu’il faut rétablir, que l’on observe, ou que l’on subit -, ne sera jamais un “bon voyage”.

I – LE VOYAGEUR EN QUÊTE DE JUSTICE

  • 6 R. COLSON, Dictionnaire de la justice, L. CADIET (dir.), PUF, 2004, “Justicier”, p. 801.
  • 7 V. F. OST, Raconter la loi. Aux sources de l’imaginaire juridique, op. cit., p. 91 et s.
  • 8 Les figures du procès au-delà des frontières, W. MASTOR, L. MINIATO (dir.), Dalloz, coll. Thèmes e (...)
  • 9 Mille et une nuits, 2013.
  • 10 Gallimard, coll. Folio Classique, préf. de G. NIVAT, 1979.
  • 11 Le Livre de Poche, coll. Biblio romans, 1988.

5Le voyageur en quête de justice, le justicier, est celui qui va se faire justice à soi-même, qui va se venger à la suite d’un tort, d’un préjudice qu’il a subi. Il en paiera parfois les conséquences, car il agit hors la loi6. La vengeance poursuit le même but que l’institution judiciaire, mais de façon violente, sans débats contradictoires, sans procès. Elle en est son stade primitif, comme le relate Eschyle dans Les Euménides7. La vengeance s’exécute en dehors de l’enceinte d’un tribunal, et la littérature nous montre qu’elle implique souvent un déplacement, un voyage de la part du justicier. Tandis que la justice, s’incarnant dans ses temples, son rituel et ses symboles8, laisse venir à elle ses justiciables - hormis en ce qui concerne la justice itinérante. La vengeance peut exister de fait dans les cas où la justice s’est montrée à l’égard des victimes défaillante, laxiste ou partiale, qu’elle ne s’est pas montrée à la hauteur. Mais la vengeance peut aussi s’acheter et ainsi se substituer en toute légalité à la justice : c’est la vengeance à l’état pur, celle qui répare un tort qui n’aurait pu être pris en charge par la justice. La littérature offre des illustrations de la figure du justicier dont le voyage, et donc la vengeance, peuvent être réels ou imaginaires : Michael Kohlhaas de Heinrich von Kleist (1810)9, Le manteau de Gogol (1843)10 et La visite de la vieille dame de Friedrich Dürenmatt (1956)11.

A – La vengeance consécutive à une défaillance judiciaire

  • 12 V. notamment D. SALAS, Les cahiers de la justice, 2013, no 4, p. 129 ; L. VAN EYNDE, La loi du dra (...)

6 Michael Kohlhaas se venge en voyageant. Ce roman, qui s’inspire d’une histoire vraie du 16ème siècle, commence par un voyage, celui qu’accomplit l’honnête marchand Kohlhaas pour aller vendre des chevaux dans une foire de Saxe12. Mais, en chemin, ses chevaux lui sont confisqués par un seigneur local, car Kohlhaas ne peut s’acquitter d’un droit de péage dont il apprendra qu’il est illégal. Ne pouvant ultérieurement récupérer ses chevaux lesquels, de plus, ont été maltraités, Kohlhaas porte plainte devant le tribunal de Dresde. Sa plainte n’étant pas examinée, il forme une autre requête à Berlin mais celle-ci ne sera pas exécutée. Face à l’impuissance de la justice, Kohlhaas décide de se venger contre le seigneur puis mettra l’Empire à feu et à sang à l’occasion d’un périple qui le fera condamner à mort pour violation de la paix publique. Justice lui sera finalement rendue, mais le jour de son exécution. Kohlhaas n’a pas entrepris spécialement un voyage pour se venger mais il s’est vengé en voyageant, à l’inverse de la vieille dame dans la pièce de Dürenmatt qui entreprend un voyage dans le but précis de se faire justice elle-même.

7 Voyage et vengeance imaginaires : Le manteau. Le justicier qui accomplit un voyage imaginaire est, dans la nouvelle de Gogol, Bachmatchkine, un petit fonctionnaire disgracieux travaillant dans un ministère et s’attirant les sarcasmes de ses collègues à cause de son vieux manteau rapiécé de toutes parts et ne le protégeant plus contre le froid de Pétersbourg. Après avoir fait des économies pendant des années, il peut enfin s’acheter un manteau neuf. Malheureusement pour lui, il se le fait voler peu de temps après. Il porte plainte à la police mais sa plainte est accueillie avec dédain. Il demande alors à son directeur d’intercéder auprès des autorités, mais ce dernier le rabroue sèchement. Il tombe malade et meurt peu de temps après. Le voyage imaginaire qu’il va accomplir - la nouvelle de Gogol prenant alors une tournure fantastique - est celui qui va le ramener sur terre et à la suite duquel il va se venger en volant des manteaux, notamment celui de son directeur. Où l’on voit que même si le voyage du fonctionnaire-justicier est purement imaginaire, fantastique, cette nouvelle - comme le récit de von Kleist - offre une réflexion concrète et pertinente sur les conséquences que peut avoir l’insuffisance des autorités publiques et de la justice : celui d’inciter les victimes à se faire justice elles-mêmes.

B – La vengeance à l’état pur

8 La vieille dame voyage pour se venger. La vieille dame, dans la pièce de Dürenmatt, est une milliardaire qui arrive par le train dans sa ville natale ruinée : toutes ses usines ont fermé, la population est au chômage. Le retour de la vieille dame est considéré comme une aubaine par le maire et ses habitants. Mais elle ne compte pas les aider sans contrepartie. Ce que la vieille dame veut, c’est acheter la justice, pour se venger de l’un des habitants, son ancien amant, qui l’avait quitté alors qu’elle était enceinte pour épouser une autre femme. Se sentant humiliée, elle avait été contrainte de quitter la ville. Ici, il ne s’agit donc pas d’une vengeance faisant suite à une défaillance de la justice, à un déni de justice, mais l’on a affaire à une vengeance à l’état pur. Le maire, dans un premier temps, refuse la proposition disant que la justice ne s’achète pas. Mais, lui, comme l’ensemble de la population, finissent par accepter, condamnant ainsi à mort l’ancien amant. Et pour se donner bonne conscience, ils diront que ce n’est pas pour l’argent qu’ils ont cédé à la proposition de la milliardaire, mais pour la justice. La vengeance se trouve ainsi justifiée et légalisée, ratifiée par l’autorité publique.

II – LE VOYAGEUR À LA DÉCOUVERTE DE LA JUSTICE

9Le voyageur est ici le touriste, ou l’observateur, ou bien celui qui est en mission à l’étranger. Ce qu’il découvre systématiquement, c’est une justice très différente de celle de son pays, un autre système judiciaire, d’autres lois, et il s’agira toujours d’une justice archaïque, violente, en tout cas dépaysante…

  • 13 Le Livre de Poche, coll. Biblio romans, 1982.
  • 14 Auquel il est fait référence dans un arrêt récent de la Cour de cassation dans une affaire d’extra (...)

10De vengeance, il en est également question ici dans le roman Avril brisé d’Ismail Kadaré (1980)13, dont le récit se déroule dans les années 30 : un couple vivant à Tirana se rend dans le nord de l’Albanie (Le Rrafsh) pour son voyage de noces. Dans cette région, ce ne sont pas les lois de l’Etat albanais qui s’appliquent, mais un recueil de règles de droit coutumier appelé le Kanun, lequel réglemente notamment, et dans les moindres détails, les conditions et les modalités de la vengeance qui tient lieu de justice. Ainsi, le Kanun14 oblige-t-il l’auteur du crime à assister à l’enterrement de la victime et au repas mortuaire ; par ailleurs, la chemise de la victime, ensanglantée, ne doit pas être lavée tant que l’acte de vengeance n’a pas eu lieu, etc. Le couple va être confronté à cette justice, à la fois archaïque et savamment codifiée, par l’intermédiaire d’un personnage qui commet un meurtre pour venger la mort de son frère et qui, à son tour, sera tué. Le voyage de noces des jeunes époux en sera gâché.

  • 15 Gallimard, coll. L’imaginaire, 1981.

11Un autre voyageur, dans le roman de Samuel Butler Erewhon (1872)15, va connaître un système judiciaire exotique. Dans cette contrée lointaine - Erewhon-, le héros constate que les malades sont jugés comme des criminels, tandis que les criminels - ceux qui commettent des actes que nous considérons comme des infractions - sont traités comme des malades. Par ailleurs, le voyageur sera lui-même emprisonné lorsque les autorités d’Erewhon découvriront qu’il a une montre. Erewhon, victime du “complexe de Frankenstein”, interdit en effet les machines, de peur qu’elles soient un jour supérieures aux hommes.

  • 16 Gallimard, coll. Folio Classique, Préf. de M. DELON, 1988.
  • 17 P. 168 et s.
  • 18 P. 208 et s.

12Enfin, ce sont les peines particulièrement cruelles d’un pays que peuvent découvrir l’observateur et le missionnaire étrangers. Ainsi, Le jardin des supplices d’Octave Mirbeau (1899)16 relate-t-il le voyage d’un homme politique corrompu, envoyé à Ceylan officiellement pour une mission scientifique. Au cours de ses pérégrinations, il se rend en Chine où l’occasion lui est offerte de découvrir un bagne où les détenus y sont enfermés dans des conditions inhumaines. Puis sont décrits un certain nombre de supplices : celui de la cloche17 et celui du rat18.

  • 19 Flammarion, coll. Garnier Flammarion, 1991.
  • 20 M. PERROT, Tocqueville méconnu, in “Les ombres de l’histoire. Crimes et châtiments au XIXe siècle” (...)
  • 21 G. RABINOVITCH, Dictionnaire de la violence, M. Marzano (dir.), PUF, 2011, “Camps”, p. 183.

13Mais le personnage de Mirbeau, bien que confronté au système pénitentiaire d’un pays étranger, n’a pas voyagé dans ce but, contrairement à celui de la nouvelle de Kafka Dans la colonie pénitentiaire (1919)19. La mission qui est confiée au héros de Kafka n’est pas sans rappeler celle de Tocqueville et Beaumont en 1831, partis à la découverte du système pénitentiaire aux États-Unis, puis ensuite visitant des prisons en Europe et en France20. Mais ce que va découvrir le personnage de La colonie pénitentiaire est tout autre… Un chercheur accomplit un voyage d’études à l’étranger. Il a été invité pour assister à l’exécution d’un militaire condamné pour indiscipline et offense à son supérieur. Avant l’exécution elle-même, le bourreau lui présente la machine à exécuter, une machine très sophistiquée mais qui n’en est pas moins sale et mal entretenue. Le condamné est allongé sur le ventre, attaché, et des pointes en fer viennent lui graver la sentence sur son corps. La sentence, en l’occurrence, est : “Ton supérieur tu honoreras”. Sa condamnation est inscrite dans sa chair, dans son dos plus précisément. Le condamné a un tampon dans la bouche pour l’empêcher de crier. Le condamné meurt dans de grandes souffrances, l’exécution durant 12 heures. Ce récit évoque les châtiments corporels de l’Ancien Régime et certaines modalités d’exécution particulièrement horribles (écartèlement, supplice de la roue, marque aux fers rouges pour les récidivistes, ablation du poing droit pour les parricides…). Mais il évoque également les massacres du 20ème siècle. Rappelons que Dans la colonie pénitentiaire à commencé d’être écrit peu de temps après le commencement de 14-18, que l’on qualifie de “boucheries”, ou de “guerre totale”21. S’ensuivra la seconde guerre mondiale et le génocide des juifs accompli de façon industrielle. Le récit décrit non seulement la cruauté de la peine de mort, mais l’on apprend également que le condamné n’a même pas eu droit à un procès, il n’a même pas pu se défendre. En effet, c’est le bourreau qui a reçu la plainte du supérieur hiérarchique du condamné, et c’est lui seul, sans débat contradictoire, qui a décidé de la peine sans que le condamné en soit au préalable informé. Le bourreau est donc également le juge. Passée l’exécution, le bourreau explique au chercheur que la peine de mort est de plus en plus contestée dans son pays. Affirme qu’il fut un temps où les exécutions avaient beaucoup de succès, que même les enfants y assistaient au premier rang. Mais le nouveau commandant y est maintenant hostile, et plus personne n’assiste aux exécutions. A la fin du récit, comprenant que le chercheur désapprouve l’exécution et la façon dont le militaire a été condamné, comprenant aussi que la peine de mort va sans doute un jour disparaître, le bourreau décide de s’auto-exécuter avec sa machine qui s’enraye et devient folle mais finit par le tuer. L’abolition passe donc ici par la propre mort du bourreau.

III – LE VOYAGEUR AUX PRISES AVEC LA JUSTICE

14En premier lieu, il y a ici le voyageur qui devient justiciable, qui va subir un procès pendant son voyage. En second lieu, il y a le justiciable - condamné ou étranger - qui est contraint au voyage à la suite d’une décision de justice.

A – Procès au cours d’un voyage

  • 22 Billy Budd, marin, Gallimard, coll. L’imaginaire, 1987.
  • 23 Le Livre de Poche, Coll. Biblio romans, 1986.
  • 24 Le Livre de Poche, coll. Classiques, 2009.

15Il est deux sortes de procès : d’abord le procès réel subi pendant un voyage, c’est celui de Billy Budd de Herman Melville (1924)22. Ensuite, il y a les faux procès subis par des voyageurs réels ou imaginaires : celui du représentant de commerce dans La panne de Friedrich Dürenmatt (1979)23, et celui d’Alice dans Alice aux pays des merveilles de Lewis Caroll (1865)24. Ces trois œuvres donnent à voir des parodies de justice, le procès de La panne constituant d’ailleurs une parodie assumée avec des protagonistes qui jouent à rendre la justice.

  • 25 V. P. LEGROS, in Droit et littérature, F. JONGEN, K. LEMMENS (dir.), Préf. de F. OST, Anthemis, p. (...)
  • 26 V. M. DANTI-JUAN, “Justice militaire”, in Dictionnaire de la justice, op. cit., p. 777.

16 Billy Budd : un procès à contre-courant des droits de l’homme. Le roman se déroule à la fin du 18ème siècle. Billy Budd, jeune marin travaillant sur un navire marchant appelé “Droits de l’Homme”, est enrôlé de force dans la marine anglaise sur un navire “Le Bellipotent”. Surnommé “Le beau marin”, Billy Budd est l’incarnation du Bien. Son seul défaut est d’être bègue. L’histoire de Billy Budd se situe à une époque où des mutineries ont eu lieu. Sans véritable raison, si ce n’est la jalousie, la méchanceté, la perversité, le capitaine d’armes, celui qui est chargé du maintien de l’ordre sur le bateau (Claggart), va s’en prendre à Billy Budd en l’accusant faussement de fomenter une mutinerie, Claggart étant, lui, la figure du Mal. Le capitaine organise alors une confrontation entre les deux hommes et, face aux accusations, Billy Budd bégaie, perd ses moyens et finit par asséner un coup mortel à Claggart, mais de façon accidentelle. Le capitaine met alors en place sur le champ une cour martiale chargée de juger Billy Budd, cour composée de trois officiers et qui va siéger dans la cabine du capitaine. Billy Budd sera condamné à mort et pendu sur le bateau. Ce procès constitue, jusqu’à la caricature, une violation du droit à un procès équitable. En quittant “Les droits de l’homme”, Billy Budd va être victime d’une véritable injustice. Billy Budd est en effet jugé de façon expéditive (1h30), il n’a pas d’avocat et ne peut faire appel de la condamnation. Par ailleurs, le capitaine cumule les fonctions : c’est lui qui compose la cour martiale, lui qui témoigne des faits et enfin c’est lui qui convaincra les juges qu’il faut condamner à mort Billy Budd, se faisant ainsi procureur. En outre, la décision elle-même fait peu de cas des principes du droit pénal, car les juges ne tiennent pas compte des circonstances pour acquitter Billy Budd ou, au moins, pour minorer sa peine. Et le pire, c’est que les juges sont pleinement convaincus que les accusations de Claggart étaient fausses. Mais la justice militaire, en ces temps de mutinerie, se doit d’être implacable : la raison d’État doit l’emporter sur la justice, la peine se doit d’être exemplaire, peu importe que soit condamné un innocent25. D’ailleurs à la même époque, en France, la justice militaire s’est également raffermie, car si l’Assemblée constituante avait introduit le jury, sa présence fut de courte durée26.

17 La panne : un jeu qui tourne mal. Un représentant de commerce, Alfredo Traps, occupant un poste très lucratif, voit sa voiture de sport tombée en panne alors qu’il est en voyage d’affaires. Il est hébergé pour la nuit chez un juge à la retraite lequel, avec des amis, procureur et avocat à la retraite également, aiment reprendre des affaires célèbres mais aussi juger des cas réels. Alfredo Traps accepte, au cours d’un diner bien arrosé et joyeux, de participer à un procès fictif dans lequel il joue le rôle de l’accusé. N’ayant aucun crime à avouer, Traps se pensant parfaitement innocent - à l’instar de ce que pensent souvent les personnes arrêtées ou poursuivies -, commence alors, sans formalités, un interrogatoire sur sa vie au cours duquel un certain nombre de faits vont être révélés. Traps commence par parler de la mort, il y a un an, de son chef, qu’il détestait. Puis il déclare que, grâce à ce décès, dû à un infarctus, Traps l’a remplacé et a ainsi été promu. Enfin, il avoue avoir été l’amant de l’épouse de son chef et en avoir parlé à un tiers dont il pouvait penser qu’il dénoncerait Traps au mari trompé. Traps est alors accusé et condamné pour meurtre du mari. Comme l’affirme le procureur, il ne s’agit certes pas d’un meurtre du point de vue légal, mais Traps ayant voulu la mort de son chef, cela suffit à le déclarer coupable. De toute façon, ce procès n’étant qu’un jeu, les vieillards ne se sentent pas liés par la loi. Une fois la condamnation à mort prononcée, le champagne se met à couler à flots et tout le monde semble ravi de la soirée. Mais Traps ne poursuivra pas son voyage, car il se pend au petit matin dans sa chambre. Alors qu’il se croyait innocent, ce procès complètement loufoque provoque un examen de conscience chez Traps et lui fait découvrir sa culpabilité. “Tous coupables”, comme le dit l’inspecteur général des services au commissaire interprété par Bourvil dans le film Le cercle rouge de Melville : “Il n’y a pas d’innocents. Les hommes sont coupables. Ils viennent au monde innocents, mais ça ne dure pas”.

18 Le voyage d’Alice et son procès n’étaient qu’un rêve. Alice est sous un arbre avec sa sœur qui est en train de lire et elle s’ennuie. Pour rompre son ennui, elle décide d’aller dans le terrier d’un lapin blanc, s’enfonce dans les profondeurs de la terre, et se retrouve dans une petite pièce fermée à clef. Après quelques péripéties, elle se retrouve dans un jardin où une reine et un roi (de cœur) participent à une partie de croquets. La reine est un personnage tyrannique, sanguinaire, elle veut couper la tête de tous ses sujets… Puis un procès s’ouvre à la suite d’un vol commis au sein du royaume, un vol de tartes préparées par la reine. L’accusé est le valet de cœur. Les juges sont le roi et la reine ainsi que douze jurés, tous des animaux qui n’ont pas l’air très malins. Le greffier est le lapin blanc. Alice assiste au procès. Ce procès, à l’évidence, ne respecte pas les exigences du droit à un procès équitable. Le roi et la reine sont en effet à la fois juges et parties (la reine est la victime du vol), donc partiaux. De plus, le roi veut en finir au plus vite et condamner immédiatement le valet de cœur, mais le greffier lui rappelle que pour condamner il faut des preuves et donc qu’il convient d’entendre les témoins. Deux témoins viennent donc déposer à la barre et innocentent l’accusé. Un troisième témoin est alors appelé : il s’agit d’Alice qui, jusqu’à présent, n’était que spectatrice. Alice dit à la cour que, comme les autres témoins, elle n’a pas vu le vol. Le roi, embarrassé par ce témoignage, décrète alors à l’audience que “toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le tribunal”. C’est qu’en effet, tout au long du procès, Alice ne cesse de grandir… Alice conteste sa taille et ajoute que, de toute façon, cet article de loi n’existait pas avant le procès, que le roi vient de l’inventer. A l’issue des débats, la reine veut prononcer la condamnation avant même le délibéré des jurés. Ce à quoi Alice répond : “C’est stupide !”. La reine furieuse lui ordonne de se taire et ordonne dans la foulée qu’on lui coupe la tête. C’est donc Alice qui, de témoin, devient accusée et condamnée à mort par la Reine. Mais l’exécution n’aura pas lieu car Alice se réveille après ce voyage imaginaire. Tout cela n’était qu’un rêve…

B – Le voyage forcé du condamné ou de l’étranger

19Le condamné et l’étranger peuvent être contraints de voyager : l’un pour exécuter sa peine, l’autre parce que l’asile lui est refusé.

  • 27 V. J.-M. CARBASSE, Histoire du droit pénal et de la justice criminelle, PUF, 3ème éd., 2014.
  • 28 Gallimard, Coll. Folio Classique, Préf. de Cl. Roy, 1977.
  • 29 G. RABINOVITCH, Dictionnaire de la violence, op. cit., p. 183.

20 Le voyage forcé du condamné. Le droit pénal, notamment en France, a longtemps prévu des peines impliquant un voyage forcé du condamné : en premier lieu le bannissement, mais aussi d’autres châtiments supposant, outre un voyage, l’exploitation du corps du condamné : ainsi les galères à partir du 16ème siècle ; puis, à partir du code pénal de 1791, la peine de travaux forcés (les fers) qui s’est accompagnée de la transportation coloniale dans les bagnes de Cayenne et Nouméa avec une loi du 30 mai 1854, laquelle a été abrogée par un décret-loi du 17 juin 1938 (les travaux forcés eux-mêmes étant abrogés par une ordonnance du 4 juin 1960)27. Les travaux forcés, avec la transportation du condamné, existaient également en Russie, à l’époque où fut écrit le récit Souvenirs de la maison des morts28, en 1862, qui est la première œuvre de “littérature d’enfermement”. Bien que le narrateur se nomme Petrovicth, le récit est l’histoire vécue par Dostoïevski lui-même. Ce dernier faisait partie d’un cercle d’artistes et d’intellectuels (“le cercle de Petrachevski”) qui prônait des réformes en Russie, notamment la liberté de la presse, la libération des paysans et des réformes judiciaires. Pour s’être opposé au Tsar Nicolas II, Dostoïevski sera arrêté en 1849 et condamné à mort par un tribunal militaire. Mais la peine sera commuée à 4 ans par le Tsar et Dostoïevski sera envoyé dans un bagne, un camp de travail, en Sibérie, (appelé Katorgas)29, de 1850 à 1854.

  • 30 Gallimard, 2013.
  • 31 J. MICHEL, Les cahiers de la justice, 2014, no 1, p. 151.

21 L’étranger contraint de quitter un pays à la suite d’une décision de justice. Dans le récit Le chemin des morts de François Sureau (2013)30, il est question d’un juriste travaillant à la Cour nationale du droit d’asile, chargée d’examiner les recours contre les décisions de l’OFPRA. Les basques espagnols, réfugiés en France sous l’ère Franco, se voient retirer leur statut de réfugié sous la présidence de Giscard d’Estaing après l’avènement de la démocratie. L’un d’eux, Ibarrategui, plaide le fait qu’il serait exécuté s’il retournait en Espagne, à cause de polices parallèles, les GAL (groupes antiterroristes de libération), qui assassinent les militants de la cause basque. Mais son recours est rejeté car le droit d’asile ne peut être accordé qu’en cas de persécutions de l’État. Ibarrategui rentre donc en Espagne et se fera tuer peu de temps après. Ce récit illustre les difficultés de l’acte de juger, car la décision est régulière, fondée en droit, mais elle conduit à une tragédie, celle-là même que la Cour nationale d’asile est censée éviter. Il y a dans ce récit, bouleversant, un double voyage : celui d’Ibarrategui vers l’Espagne à la suite de la décision de justice qui lui est défavorable. Et, selon une tradition basque, le chemin que va emprunter sa dépouille mortelle, de sa maison jusqu’au cimetière : le “chemin des morts”31.

Notes

1 O. GANNER, La littérature de voyage, Ellipses, 2001.

2 A. GARAPON, D. SALAS (dir.), Le droit dans la littérature, Michalon, 2008, p. 8.

3 Sur le courant Droit et littérature, v. notamment C. LE MEUR, Littérature et droit. Quelques réflexions, Archives de philosophie du droit, no 46, 2002, p. 443 ; F. MICHAUD, Le mouvement “Droit et littérature” aux Etats-Unis, Mélanges Paul Amselek, Bruylant, 2005, p. 565 ; v. également : R. POSNER, Droit et littérature, PUF, coll. Droit, éthique et société, 1996 ; Ph. MALAURIE, Droit et littérature. Une anthologie, Cujas, 1997 ; F. OST, Raconter la loi. Aux sources de l’imaginaire juridique, O. Jacob, 2004 ; J.-P. MASSON, Le droit dans la littérature française, Bruylant, 2007 ; Le droit dans la littérature, A. GARAPON, D. SALAS (dir.), op. cit. ; Imaginaires juridiques et poétiques littéraires, C. GRALL, A.-M. LUCIANI (dir.), Ceprisca, coll. Colloques, 2013 ; La plume et le prétoire. Quand les écrivains racontent la justice, D. SALAS (dir.), Préf. de V. LAMANDA, La documentation française, 2014.

4 Gallimard, coll. Folio, 2009.

5 V. LAMANDA, La plume et le prétoire. Quand les écrivains racontent la justice, op. cit., p. 5.

6 R. COLSON, Dictionnaire de la justice, L. CADIET (dir.), PUF, 2004, “Justicier”, p. 801.

7 V. F. OST, Raconter la loi. Aux sources de l’imaginaire juridique, op. cit., p. 91 et s.

8 Les figures du procès au-delà des frontières, W. MASTOR, L. MINIATO (dir.), Dalloz, coll. Thèmes et commentaires, 2013.

9 Mille et une nuits, 2013.

10 Gallimard, coll. Folio Classique, préf. de G. NIVAT, 1979.

11 Le Livre de Poche, coll. Biblio romans, 1988.

12 V. notamment D. SALAS, Les cahiers de la justice, 2013, no 4, p. 129 ; L. VAN EYNDE, La loi du drame dans l’œuvre de Heinrich von Kleist, in “Lettres et lois, le droit au miroir de la littérature”, F. OST, L. VAN EYNDE, Ph. GERARD, M. van de KERCHOVE (dir.), Publications des Facultés universitaires de Saint-Louis Bruxelles, 2001, p. 77.

13 Le Livre de Poche, coll. Biblio romans, 1982.

14 Auquel il est fait référence dans un arrêt récent de la Cour de cassation dans une affaire d’extradition : Cass. crim., 21 oct. 2014 (no 14-85.257).

15 Gallimard, coll. L’imaginaire, 1981.

16 Gallimard, coll. Folio Classique, Préf. de M. DELON, 1988.

17 P. 168 et s.

18 P. 208 et s.

19 Flammarion, coll. Garnier Flammarion, 1991.

20 M. PERROT, Tocqueville méconnu, in “Les ombres de l’histoire. Crimes et châtiments au XIXe siècle”, Flammarion, 2001, p. 109.

21 G. RABINOVITCH, Dictionnaire de la violence, M. Marzano (dir.), PUF, 2011, “Camps”, p. 183.

22 Billy Budd, marin, Gallimard, coll. L’imaginaire, 1987.

23 Le Livre de Poche, Coll. Biblio romans, 1986.

24 Le Livre de Poche, coll. Classiques, 2009.

25 V. P. LEGROS, in Droit et littérature, F. JONGEN, K. LEMMENS (dir.), Préf. de F. OST, Anthemis, p. 2007, p. 151.

26 V. M. DANTI-JUAN, “Justice militaire”, in Dictionnaire de la justice, op. cit., p. 777.

27 V. J.-M. CARBASSE, Histoire du droit pénal et de la justice criminelle, PUF, 3ème éd., 2014.

28 Gallimard, Coll. Folio Classique, Préf. de Cl. Roy, 1977.

29 G. RABINOVITCH, Dictionnaire de la violence, op. cit., p. 183.

30 Gallimard, 2013.

31 J. MICHEL, Les cahiers de la justice, 2014, no 1, p. 151.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search