Version classiqueVersion mobile

Variations juridiques sur le thème du voyage

 | 
Lycette Condé

Variations sur les variations

Voyager avec Sophie Rostopchine

Bernadette Bédry-Pierchon

Texte intégral

1Voronovo 1816 : Dans le glacial hiver russe, où le ciel se confond avec la terre, s'élancent sur les routes gelées de riches berlines lourdement chargées. La famille du Comte Feodor Vassilievitch Rostopchine va rejoindre à Paris le gouverneur et célèbre incendiaire de Moscou.

  • 1 C. CATINEAU, Comte ROSTOPTCHINE, La Comtesse de Ségur née Rostopchine, Condé-sur-Noireau, Associat (...)

2A toute allure, emportée dans le froid sur les routes chaotiques, Sophaletta, 17 ans, filleule du Tsar, roule vers la France : elle ne sait pas encore qu'elle commence un voyage sans retour1. Trois ans plus tard, elle épousera le Comte Eugène de Ségur, mais restera russe dans l'âme…

3Depuis que Louis Hachette a lancé sa célèbre collection de la Bibliothèque Rose, Sophie Rostopchine a fait voyager à sa manière des générations de jeunes lecteurs.

  • 2 J. DOURY-BONNET, L’invention du roman pour la jeunesse au XIXe siècle, Paris, Didier Érudition, 20 (...)
  • 3 I NIÈRES-CHEVALET, Terres étrangères, figures d’étrangers dans l’œuvre de la comtesse de Ségur, da (...)

4Certes, les auteurs de livres de voyages pour les enfants sont-ils nombreux au XIXe siècle2, mais l'apport de la comtesse de Ségur est original : ses romans au premier abord peuvent apparaître statiques, sorte de “voyages immobiles”3. Elle semble faire voyager son petit monde autour des châteaux, sans beaucoup de déplacement si ce n'est d'un château à un autre.

5Une lecture plus approfondie de son œuvre révèle des récits dans le récit. Les héros, Paul et Sophie, pour amuser leurs cousins pendant Les Vacances (1859), racontent des histoires et font le récit de leur voyage aux Bons Enfants (Les) (1862). Avec l'Auberge de l'Ange Gardien (1863) apparaît un personnage haut en couleurs : Le général Dourakine, et le lecteur est entrainé dans un joyeux désordre vers un voyage cocasse et émouvant.

  • 4 M. PATY, La science et l’imaginaire ou l’invitation aux voyages de Jules Verne dans Revue Jules Ve (...)

6Ces romans restent très éloignés des guides touristiques. Ce ne sont pas non plus des romans de voyage comme ceux de Jules Verne, qui feraient voyager “de la terre à la lune”…4

7Mais toute l'exubérance de Sophie et son imagination débordante emportent loin, très loin du château des Nouettes vers l'Amérique jusqu'à la lointaine Sibérie des Tsars autocrates de la Sainte Russie orthodoxe, dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Les escales seront rares et courtes : Paris, dans Les Deux Nigauds et l'Allemagne dans Les Vacances. Nous ne saurons rien de l'Ecosse du bon petit diable (un) : le décor du roman n’est qu’un prétexte.

  • 5 S. VENAYRE, Panorama du voyage. Mots, figures, pratiques. Paris, Les Belles-Lettres, 2012.

8Dans l'univers ségurien, le voyage parfois lié aux affaires comme le font beaucoup de récits5 : deux familles s'embarquent pour récupérer un héritage dans Les Vacances ; le général Dourakine va régler ses affaires en Russie ; quelquefois le héros se déplace pour aller prendre les Eaux : la Comtesse, dont une des filles était dame d'honneur de l'impératrice Eugènie, sacrifie à la mode des cures thermales dans L'Auberge de l'Ange gardien. Mais le voyage dans les romans de Sophie Rostopchine est essentiellement un voyage vers la liberté : des naufragés, prisonniers de “bons” sauvages, s'échappent pour retourner vivre parmi les leurs. Les Deux Nigauds, qui avec une ténacité inébranlable, ont inlassablement seriné à leurs parents un “je veux aller à Paris” insupportable, reviendront chez eux, l'expérience parisienne conclue. Le Général Dourakine fuira un régime autoritaire devenu dangereux pour lui-même et pour ses protégés. Bref, tous les héros voguent vers la liberté.

9Le voyage, c'est aussi une aventure, souvent dangereuse. Les récits s'inscrivent dans une nature hostile : la mer démontée, la tempête, la forêt sombre et toujours remplie de loups ; l'homme aussi représente autant de dangers pour le voyageur qui rencontre voleurs et dénonciateurs.

  • 6 F. MARCOIN, Mme de Ségur, disciple de Jean-Jacques ? dans Les Cahiers Séguriens, no 8.

10Sophie transporte ses petits lecteurs dans un monde qui existe réellement : l'Amérique du XIXe siècle même si elle en revisite l'image devenant une sorte de Rousseau en jupon mâtinée de religion6 mais son âme russe emporte le lecteur dans la Russie des Tsars, ne se privant pas d'ailleurs de donner au passage une magistrale leçon de politique.

11Arrivé à destination, le lecteur est totalement dépaysé : l'exubérante Sophie l'a amené très loin….

12Le voyage sert ainsi de fil conducteur au propre et au figuré pour la découverte du monde vu par Sophie Rostopchine, avec sa part de réel et d'imagination féconde et distrayante.

I – EN CHEMIN AVEC SOPHIE

13Les voyageurs utiliseront dans leurs périples tous les moyens de transports du siècle, voyageant dans des conditions plus ou moins faciles.

A – Sur les routes et les steppes

14Voyager avec Sophie Rostopchine c'est d'abord prendre la route.

  • 7 COMTESSE de SEGUR, Jean qui grogne et Jean qui rit, Librairie de LouisbHachette, Paris, 1866, p. 1
  • 8 Ibidem, p. 41.

15La route, c'est celle qu'empruntent les petits bretons Jean qui grogne et Jean qui rit, qui vont chercher pain et fortune à Paris. Pauvres, ils voyagent avec pour seul bagage un petit baluchon accroché à un bâton ; une mère inquiète a rajouté un manuel du chrétien comme viatique7. Leur réserve est bien maigre : quelques centimes en poche. De bonnes surprises attendent Jean qui rit : la générosité d'un étranger, pris d'abord pour un voleur, lui permettra d'arriver rapidement vers Paris même s'il voyage sur une carriole “secoué comme un panier à salade” et au trot du cheval8.

  • 9 COMTESSE de SEGUR, Les Deux Nigauds, Louis Hachette, Paris, 1900, p. 22.

16Mais dans la France du Second Empire le moyen le plus courant de voyager est la diligence, omniprésente dans les romans séguriens. Derniers moments pour cette vieille institution que le succès du chemin de fer va bientôt faire disparaître. La diligence depuis le XVIIIe siècle est une voiture à compartiments dont le récit des Deux Nigauds montre l'étroitesse et surtout l'entassement des voyageurs… La comtesse de Ségur raconte avec humour raconte cette promiscuité : si la diligence est prévue pour six, ils seront une dizaine à voyager, situation cocasse et aggravée par la présence “d'une grosse (et) laide bête, jaune, puante et méchante” : c'est chéri Mignon le “délicieux” chien de Madame Courtemiche9.

  • 10 Ibidem, p. 30.

17Tirée par deux chevaux d'attelage, montée par un postillon qui doit assurer la sécurité du véhicule, cette lourde voiture fatiguait les chevaux et manquait de stabilité. Les romans de la Comtesse de Ségur sont remplis d'accidents… Car la diligence est en général lancée au galop et gare à celui qui ne se tient pas : la maîtresse de chéri Mignon, aussi grosse que les deux polonais Boginski, en fera la cruelle expérience, tout simplement éjectée du véhicule, pour la grande réjouissance de Simplicie et de son imbécile de frère10.

  • 11 A. GUILLERMÉ, Corps à corps sur les routes : les routes, les chemins et l’organisation des service (...)

18Les propriétaires aisés possèdent leur propre berline de voyage - parfois deux ! - confortable et tirée par quatre robustes chevaux que l'on change aux relais de poste. Véhicule lourd, les roues arrières ont la hauteur d'un homme. Pour y accéder il faut un marchepied. Ce véhicule pouvait transporter six à huit voyageurs. Autour de la berline, tout un personnel s'affaire : le cocher, le postillon et aussi le courrier, celui qui court en avant pour faire tenir prêts des chevaux frais à l'étape suivante11. Pour faire le voyage jusqu'en Russie “De Loumigny à Gromiline”, près de Smolensk, le général Dourakine emportera tout son monde dans une berline commode et spacieuse. Le lecteur ne saura pas grand-chose du voyage si ce n'est qu'il fut “gai et heureux” et qu'ils arrivèrent “tous en bon état” malgré l'état abominable des routes en Russie.

  • 12 COMTESSE de SÉGUR, Le Général Dourakine, Librairie de L. Hachette, 2ème édition, Paris, 1864, p. 8 (...)
  • 13 Ibidem, p. 228.

19La lenteur des transports exaspère le général qui enrage d'avancer comme une tortue. Alors, il insulte copieusement le cocher et ses acolytes qui fouettent les chevaux12 et c'est au grand galop que les voyageurs secoués s'envolent sur les routes dont l'état rend le voyage bien inconfortable, pour la grande joie des enfants qui, eux, s'amusent de ces routes chaotiques, explosant de rires parce qu'ils se sont “tous cognés” et “cassé la tête”13.

  • 14 COMTESSE de SÉGUR, Les Deux Nigauds, déjà cité, p. 47.
  • 15 COMTESSE de SÉGUR, Jean qui grogne et Jean qui rit, déjà cité, p. 97.

20L'aventure de chemin de fer a déjà commencé en France et la comtesse de Ségur fait voyager ses personnages de temps à autre par ce nouveau moyen de locomotion : dans Les Deux Nigauds, après avoir pris la voiture de leurs parents, puis la diligence, le célèbre trio conduit par la brave Prudence découvrira l'univers des chemin de fer, l'achat du billet en troisième classe, l'enregistrement des bagages, la salle d'attente et ne devra qu'à la perspicacité des deux acolytes polonais de ne pas rater le train lors d'un arrêt en gare14. La gare de Montparnasse sera à peine esquissée dans Jean qui grogne et Jean qui rit15. Le général Dourakine ira prendre les eaux de Bagnols près d'Alençon en chemin de fer sans autre précision que l'évocation de sa générosité proverbiale. On peut être surpris de cette absence d'éléments détaillés sur les chemin de fer puisque le mari de Sophie était Président de la Compagnie des Chemins de Fer de l'Est et que Louis Hachette avait négocié la présence des ouvrages de la comtesse dans les bibliothèques des gares.

  • 16 COMTESSE de SÉGUR, Les Malheurs de Sophie, Nouvelle Bibliothèque rose, 1970, p. 182.
  • 17 Ibidem, p. 183.

21Alors que les voyages transatlantiques se développent au XIXe siècle, Sophie ne donne pas beaucoup de détails non plus sur le transport maritime. Le lecteur apprendra seulement que les familles de Réan et d'Aubert embarquent pour l'Amérique sur LA SYBILLE en 1858, navire qui permettait alors de rejoindre les Antilles. La description du bateau est fort sommaire : “ils entrèrent dans le navire qui devait les emporter si loin”16 Paul et Sophie découvrent les cabines : “deux petites chambres chacune comportant deux lits” dans laquelle seront rangés leurs bagages sans oublier les jouets. Le capitaine du bateau joue aussi un rôle éducatif : “…il leur expliquait tout ce qui étonnait dans le vaisseau, comment il marchait sur l'eau, comment on l'aidait à avancer en ouvrant les voiles, et bien d'autres choses encore… “17 : c'est en fait bien peu de choses !

  • 18 COMTESSE de SÉGUR, Les Vacances, Librairie de Louis Hachette, Paris, 1861, p. 131.

22Sophie se plaint de la durée du voyage : “lorsqu'il pleuvait c'était ennuyeux parce qu’on était obligé de rester dans des chambres basses étouffantes ; mais quand il faisait beau, nous allions sur le pont “. La jeune narratrice, sauvée des eaux, expliqua plus tard fort doctement à ses cousins : “… ce n'est pas un pont comme ce qu'on fait sur une rivière. C'est le dessus du vaisseau qu'on appelle le pont et où l'on s'y promène”. Puis, pendant la tempête, la jeune demoiselle raconte qu'elle était même montée dans un “un énorme baquet qui était sur la mer”18.

B – Les mauvaises auberges

  • 19 COMTESSE de SEGUR, Le Général Dourakine, déjà cité, p. 9 et suiv.

23Les conditions d'hébergement au cours du voyage sont très inconfortables. D'une manière générale, l'auberge est toujours mauvaise : deux chambres pour cinq voyageurs ; en guise de lit : “des canapés étroits et durs” et “des chandelles pour tout éclairage”19. Souvent le dîner est assez triste et la nuit mauvaise… en effet, le jour tombé, les punaises qu'elles soient parisiennes ou russes (elles prennent alors le nom de tarakanes) commencent leur repas, dévorent les voyageurs avant de se retirer repues, le jour venu… Seul l'accueil de L'auberge de l'Ange Gardien est digne des deux anges qui le tiennent !

  • 20 COMTESSE de SÉGUR, L’Auberge de l’Ange Gardien, Nouvelle Bibliothèque rose, 1966, p. 101-122.

24Le tableau change lorsque le général Dourakine va prendre les eaux : il descend alors au grand hôtel de la station dont il loue pour un mois le plus bel appartement, s'y établit avec sa suite, faisant étalage de son immense fortune20.

  • 21 COMTESSE de SÉGUR, Le Général Dourakine. déjà cité, p. 225.

25Si l'auberge est mauvaise, en revanche l'aménagement de la berline permet aux voyageurs de patienter pendant les longues étapes du voyage en Russie. “Les nombreuses poches de la voiture et du siège” sont garnies de provisions… fort variées : tranche de pâté, jambon, volailles, gâteaux, fruits, vin de Bordeaux. Abondance de mets dont la vue avait pour effet de calmer instantanément le vieux Général, bonne pâte mais si soupe au lait !21. Au cours de ces longs voyages les enfants s'ennuient, ou s'amusent, font des batailles d'oreillers et réveillent le général assoupi. Ils n'observent pas beaucoup le paysage russe… le souci éducatif de la romancière viendra ensuite, une fois ses lecteurs arrivés à destination.

  • 22 COMTESSE de SÉGUR, Les Deux Nigauds, déjà cité, p. 18.
  • 23 COMTESSE de SÉGUR, Les malheurs de Sophie, Bibliothèque rose, 1970, p. 181-182.

26Les itinéraires de voyages sont assez succincts. Sophie reste en effet une femme de la campagne russe ou française. Elle évite les villes : Paris est décrite comme “une ville sale qui n'en finit pas, on ne se rencontre pas, on s'ennuie à mourir, il y a des gens mauvais et des voleurs à chaque coin de rue” pleurniche Prudence à l'idée d'y accompagner les deux nigauds campagnards22. Mais Paris sera source d'amusement pour Paul et Sophie avant le départ pour l'Amérique. Les deux cousins folâtrant au bois de Boulogne, aux Tuileries ou encore au Jardin des Plantes dont Sophie voulut même acheter la petite girafe…23.

27Si la berline permet de rester dans un “entre soi”, les transports publics sont des lieux de rencontres et de brassage social :

  • 24 COMTESSE de SÉGUR, Les Deux nigauds, déjà cité, p. 38.
  • 25 Ibidem, p. 43.
    I. NIÈRES-CHEVZLET, Terres étrangères, figures d’étrangers dans l’œuvre de la comtes (...)

28Dans la diligence qui les amène - enfin - à Paris, puis dans le train, Simplicie et son frère découvriront un autre monde : “Il n'y a que des blouses et des bonnets ronds” se plaint, pincée, Simplicie désignant les ouvriers et les paysans de la salle d'attente24 ; “Comme on est mal ici ! “enchaîne Innocent peu habitué aux wagons de troisième classe, d'autant que “le wagon surchargé” est plein de “nourrices munies de deux nourrissons chacune, un homme ivre…” Et la narratrice de rentrer dans les détails des langes salis posés par terre pour qu'ils sèchent et perdent “leur odeur repoussante”… Sur l'illustration, un voyageur se pince le nez !25.

29Dans les transports publics, c'est la rencontre avec des étrangers : deux polonais qui vont escorter Prudence ; il y a aussi un anglais “à longues dents”… Sophie n'aime pas les anglais ! !

  • 26 COMTESSE de SÉGUR, Les Deux Nigauds, déjà cité, p. 47.
  • 27 B. DERIVRY, La nourriture et ses fonctions dans L’auberge de l’Ange Gardien et dans Le Général Dou (...)

30Dans les trains, les voyageurs descendent de voiture pour aller au buffet mais l'arrêt en gare, fort court, surprend nos jeunes voyageurs : ils n'auront pas le temps de consommer tout ce qu'ils ont payé et le restaurateur servira alors aux suivants ce qui était resté sur les tables. Seuls les voyageurs expérimentés, dont nos Polonais, savaient qu'il fallait déjeuner très vite26. La romancière donne une grande place à la nourriture au cours des voyages…27

31La comtesse de Ségur décrit ainsi l'univers des transports mais que découvrent les héros au cours des voyages séguriens ? Ces migrations temporaires et cocasses souvent, font traverser à son jeune public une partie du monde.

II – LE VOYAGE VERS LA LIBERTÉ OU LE MONDE DE SOPHIE

32Les voyages de Sophie Rostopchine racontent peu les villes mais des univers étrangers aux petits lecteurs français du Second Empire auxquels la romancière, sous la fiction du conte, raconte des itinéraires vers la liberté.

A – La découverte de l'Amérique : une robinsonnade à la Ségur

  • 28 COMTESSE de SÉGUR, Les malheurs de Sophie, déjà cité, p. 180.

33Le voyage, dans les romans de la comtesse de Ségur, a d'abord été l'occasion de découvrir le Nouveau Monde. Un nouveau monde dont la description relève davantage d'un imaginaire exotique que de la réalité de l'Amérique du milieu du 19ème siècle. Sophie de Réan a beau dire : “j'aime beaucoup l'Amérique”, “c'est un très joli pays”, elle ne le connaît pas et la description donnée par les deux cousins restera bien vague. Sophie et Paul promirent à leurs cousins, avant le départ, de rapporter : “des fruits, des fleurs, des oiseaux – mouches, des perroquets” et même “un petit sauvage si l'on voulait bien lui en vendre un” !28. L'Amérique que décrit Sophie ressemble bien davantage au monde des îles…

  • 29 Et pourtant la littérature abonde sur le sujet : L’Amérique du Nord dans la littérature française (...)

34Rien sur New York, déjà la plus grande ville des États Unis, ni sur la conquêtes de l'Ouest29. Seulement quelques mentions de Peaux Rouges et d'indiens qui massacrent les Européens… LA SYBILLE, cette frégate qui transporte les personnages du roman, a réellement existé et faisait d'ailleurs la liaison régulière avec les Antilles où l'on peut raisonnablement situer le roman.

35Après le naufrage, Paul, dont les parents ont péri dans la tempête, et le commandant de Rosbourg, abordent sur une île sans savoir où ils ont échoué. Le lecteur n'en saura pas davantage mais il est alors entraîné vers une forêt de palmiers, de cocotiers, de palmiers-dattiers dont les fruits serviront à nourrir les naufragés.

36Le récit du voyage en Amérique montre les dangers de la mer ; dès le début de l'aventure, Sophie laisse présager le naufrage : “ils entrèrent dans le navire qui devait les emporter si loin, au milieu des orages et des dangers de la mer”.

  • 30 COMTESSE de SÉGUR, Les malheurs de Sophie, déjà cité, p. 182.
  • 31 F. LABADENS, Les emprunts de Mme de Ségur au Robinson suisse dans Les Cahiers séguriens, no 8, p.  (...)

37Elle entraîne ensuite ses petits lecteurs dans une sorte de robinsonnade qui durera plusieurs années. La comtesse russe30 a beaucoup emprunté pour son récit, non à Daniel Defoe, mais au Robinson suisse du pasteur Johann David Wyss paru en 181231. Le matelot le bon Normand et le commandant du bateau savent construire un radeau sur lequel ils mettent “un petit tonneau de provisions”, ils sont équipés de haches, d'une boussole… Tout l'arsenal du parfait naufragé ! Paul, va devoir faire preuve de courage et, à travers ce voyage interrompu et la vie sauvage, deviendra un homme.

  • 32 COMTESSE de SÉGUR, Les Vacances, déjà cité, p. 176.

38C'est toute la vie des naufragés sur une île qui est ainsi évoquée dans le récit de Paul à ses cousins, sans oublier bien sûr la rencontre avec les autochtones : “les sauvages qui débarquent” et se manifestent rapidement ; le commandant muni d'une hache les contient mais Paul a peur “des mangeurs d'hommes”32..

  • 33 Ibidem, p. 135 ; p. 242

39Les petits sauvages s'avéreront cependant bien inoffensifs et la comtesse, pour introduire davantage d'exotisme leur invente un langage : “Tchihan, tchiane poundi” ! Mais l'Européen reste celui qui apporte la civilisation : il construira une maison avec les matériaux de l'île, fabriquera des escabeaux etc… sans oublier de manifester la religion en construisant une croix et en faisant la prière. Avant son départ, le commandant baptise toute la population. La romancière reste assez méprisante vis à vis des “sauvages” et fait tenir aux naufragés des propos peu amènes. “Je les aimais bien, raconte Paul, mais j'avais passé ces cinq ans années avec la pensée et l'espérance de les quitter, et puis, ils étaient plutôt mes esclaves que mes amis ; ils m'obéissaient comme des chiens…” Et le matelot le Normand d'ajouter à propos de ce “tas de gueux, chiens de païens” : “ils m'écoutaient parler, les imbéciles, bien entendu qu'il n'y comprenait rien ; et n'ont pas assez d'esprit pour comprendre seulement bonjour et bonsoir. Ils me montraient toujours ma hache”33.

40Cet épisode n'aura qu'un temps, et le voyage va reprendre vers la liberté pour ces naufragés prisonniers de l'île et des sauvages : les héros entament la construction d'un bateau pour la pleine mer avant d'être libérés par l'arrivée inopinée de l'INVINCIBLE qui a réellement été réellement lancé en 1858.

  • 34 COMTESSE de SÉGUR, Les Vacances, déjà cité, p. 344 “Les Tourneboule quittèrent le pays et la Franc (...)

41Sophie Rostopchine ne semble pas beaucoup aimer l'Amérique, pays des fortunes impures ou du malheur34. Elle reste très attachée à sa Russie natale…

B – Le voyage en Russie : une leçon politique

  • 35 La comtesse de Ségur dès le début de sa production romanesque évoque en filigrane son pays natal e (...)

42La découverte de la Russie35 est beaucoup plus réaliste et l'aventure plus courte : six mois.

  • 36 C. KRAUSS, La Russie et les Russes dans la fiction française du XIXe siècle. 1812-1917. D’une imag (...)
  • 37 J. CHUPEAU, Dourakine en Ségurie, ou la Russie racontée aux enfants, dans Les Cahiers Séguriens, n(...)

43Le sujet était d'ailleurs d'actualité lorsque paraît le roman en 1863 : le traité de paix avec la Russie venait d'être signé au printemps 1856. Les ouvrages consacrés au pays des tsars sont certes nombreux36 depuis les célèbres Lettres de Russie du marquis de Custine, mais la comtesse de Ségur se démarque de la prudence de la littérature enfantine du temps37 et par le biais du roman réussira très adroitement à instruire son jeune public ; elle utilise la fiction pour faire comprendre une réalité qui la touche, mêlant rire et émotion ; le rire c'est le personnage truculent du général, l'émotion : la fuite d'un bagnard à travers la Sibérie glaciale et hostile qui dévoile les aspects sombres du régime tsariste. Le Général Dourakine sert ainsi de cadre à un double voyage en Russie et en Sibérie.

  • 38 COMTESSE de SÉGUR, Le Général Dourakine, déjà cité, p. 2.

44De la Russie, les lecteurs ne connaîtront que la campagne dans laquelle voyagent les Français ou celle qu'ils découvrent à travers le récit de l'ancien forçat échappé de l'enfer. Si les voyageurs restent une semaine à Saint-Pétersbourg son aspect “majestueux, régulier et sévère, ne plut pas aux compagnons de route du vieux général”. Rien dans le récit n'évoque la capitale de l'empire russe ni le pouvoir impérial… Moscou “qui excita leur curiosité et leur admiration” n'est pas davantage décrit38.

45La Russie, même si les voyageurs arrivent avant le grand froid, reste le pays de la neige et de tous les dangers. Un univers de forêts et de “plaines immenses et désolées nommées steppes” dans un hiver particulièrement rigoureux. Que ce monde pouvait paraître étrange aux petits voyageurs français !

  • 39 Ibidem, p. 16 et 19.

46Les paysans russes portent la barbe et “sont en robe de chambre de drap bleu avec une ceinture rouge” remarque Paul : “ils ressemblent à des sapeurs”39. Ce costume national : le caftane, long et ample vêtement, a pourtant été interdit par le Tsar Paul 1er. L'hiver, les russes essayaient de se protéger avec la touloupe ou l'armiak, “espèce de bournous de peau de mouton”. Les mots russes dans le texte donnent une sorte de sonorité musicale dans un souci d'authenticité et de dépaysement.

  • 40 Ibidem, p. 22
  • 41 C. CATINEAU, déjà cité, p. 12.

47Les jeunes lecteurs découvrent aussi la hiérarchie sociale et la brutalité des rapports sociaux : il y a bien un château, celui du Général et ses propriétés à Gromiline près de Smolensk. Mais le confort y est fort rudimentaire, il n'y a pas de lits et pour ustensile de toilette : un seul seau d'eau ! Sophie n'est pas tendre avec son pays natal : elle montre une château dévasté par des “bandes de brigands domestiques”40. Sur les terres de Gromiline, alias le domaine paternel de Voronovo41, vivent plus de quatre mille paysans, des dvardoï que le général n'hésite pas à qualifier de “bande de brigands” ou de “brutes qui ne comprennent rien”. Dourakine est le maître, qui traite tout ce petit monde au knout, au grand dam de ses amis français surpris par tant de violence et par l'usage du baisemain à un homme. Ainsi, la question du servage est-t-elle largement évoquée, le voyage se déroule en 1857 et le servage sera aboli par le tsar en 1861, or, le roman a été publié en 1863… Mais Sophie a la mémoire dure.

  • 42 COMTESSE de SÉGUR, Le Général Dourakine, déjà cité, p. 308.

48Le voyage est également l'occasion de découvrir le monde russe : l’isbas construite en bois au milieu de nulle part dans laquelle se réfugie le forçat polonais lors de sa fuite… c'est toute l'atmosphère de la vie quotidienne qui est évoquée et notamment la prière devant l'icône. Le repas sibérien aussi avec “la soupe aux raves, de poissons séchés, de gruau à l'huile et choux marinés”42. Sans oublier la khasha autrement dit le sarrasin, le kvas, sorte de cidre, et le thé. Pour dormir, des bancs ou le sol dans l'isba encombrée. L'organisation sociale transparaît aussi à travers notamment l'évocation du staroste, qui fait la police dans les villages.

  • 43 B.LE RU, L’image de la Russie chez la Comtesse de Ségur, dans Les Cahiers Robinson, no 9, 2001, p. (...)

49Les russes voyagent dans des “véhicules” inconnus des lecteurs français : le traîneau sur la neige, la kibitka sorte de cabriolet montée sur patins l'hiver, le télégue, charriot en bois découvert à 4 roues, la tarentass, berline à huit chevaux, la troïka, sans oublier la route sibérienne si dangereuse43.

  • 44 COMTESSE de SÉGUR, Les Bons Enfants, Librairie Hachette, Paris, 1862, p. 322.

50Hors du domaine, le récit donne l'image d'une Russie sauvage et effrayante dans laquelle il ne fait pas bon traverser les forêts : la comtesse avait déjà évoqué ce monde du froid et de la peur dans Les Bons Enfants : pas moins de cinq cents loups y attendaient la famille Bogoslage qui se rendait en Lituanie44.

  • 45 COMTESSE de SÉGUR, Le Général Dourakine, déjà cité, chapitre XIII récit d’un prince forçat, p. 287 (...)
  • 46 Ibidem, p. 202.

51Très émouvant, le récit45 du prince polonais Pajarski accusé de conspiration contre la Russie et condamné à la peine suprême : l'enfer des mines en Sibérie…. Échappé, il fait revivre la déportation des ennemis politiques, le bagne dans toute son horreur : le voyage aller, fers aux pieds vers l'” enfer des vivants”, la terrible vie du camp, puis sa longue errance. Les petits lecteurs l'accompagnent dans les paysages enneigés, les nuits glacées, la peur de la trahison aussi. La Comtesse de Ségur évoque ainsi largement la persécution de la Pologne catholique par le régime autocratique qui menace tous les opposants et elle se range à leurs côtés46.

  • 47 Souvenirs d’un sibérien de Rufin Piotrowski, dans Revue des Deux Mondes, 1er et 15 mai 1863. R. SA (...)
  • 48 COMTESSE de SÉGUR, le Général Dourakine, p. 297 et suiv.

52Elle emprunte certes beaucoup pour son récit aux Souvenirs d'un Sibérien47, faisant découvrir les terribles camps à ses petits lecteurs et à leurs parents, les camps même si au passage elle transforme les mots russes : pocélénié (lieu de détention) pour possilenié (déportation)48.

  • 49 Ibidem, p. 186.
  • 50 Ibidem, p. 157.

53La comtesse de Ségur reste russe de cœur mais ne se prive pas de dévoiler les aspects sombres du régime politique. La délation y est courante : “Une dénonciation est toujours bien accueillie dans ce pays, surtout quand il y a de la Pologne catholique sous jeu” constate Dourakine49. C'est la peur qui fera fuir le vieux général ; sa terrible nièce Mme Papofski a reconnu un polonais derrière le précepteur anglais, alias Prince Pajarski, et elle fomente de funestes projets : “… je les dénoncerai à la police comme conspirateurs, révolutionnaires polonais catholiques… Je les ferai tous arrêter, emprisonner, knouter”50.

  • 51 . Le chapitre XIII du roman porte un titre évocateur : “Premiers pas vers la liberté”.
  • 52 COMTESSE de SÉGUR, Le général Dourakine, déjà cité, p. 253.

54Son voyage de retour et celui de ses protégés sera éprouvant : c'est une véritable fuite vers la liberté51 et le temps est compté. Le passage de la frontière est facilité grâce à l'intervention de l'agent de police, le feltyègre “qui recevra sa paye la frontière franchie” prudence oblige, car “le passeport anglais non visé de Jackson alias le Prince aurait souffert quelques difficultés sans les ordres et les menaces de ce personnage”52. La corruption des agents de l'état est générale et Sophie n'en fait pas mystère.

55Le voyage russe s'achève comme l'aventure américaine par un retour vers la France dont l'auteur salue la tradition d'accueil et de liberté.

56Voyager avec Sophie Rostopchine c'est rester chez soi, entrer dans un roman et laisser courir son imagination, partageant les émotions et les rires des personnages tout en découvrant des horizons lointains. La finalité éducative se double d'un souci récréatif. Le voyage de l'inénarrable Dourakine suscite des cascades de rires même s'il fait aussi frémir. Avec Sophie, le lecteur parcourt en diligence ou en berline, des centaines de kilomètres, des milliers de verstes ou des milles marins, si loin du monde des châteaux du Second Empire : le dépaysement est garanti. Avec Sophie, les enfants sages vont en voyage dans les livres d'images car les illustrations appuyaient aussi fortement le récit de la comtesse.

Notes

1 C. CATINEAU, Comte ROSTOPTCHINE, La Comtesse de Ségur née Rostopchine, Condé-sur-Noireau, Association des Amis de la Comtesse de Ségur, 2012, p. 29.

2 J. DOURY-BONNET, L’invention du roman pour la jeunesse au XIXe siècle, Paris, Didier Érudition, 2002, p. 414 et suiv.

3 I NIÈRES-CHEVALET, Terres étrangères, figures d’étrangers dans l’œuvre de la comtesse de Ségur, dans Revue de littérature comparée, 2002/4, p. 467 F. MARCOUIN, La Comtesse de Ségur ou le “bonheur immobile” dans Revue des livres pour enfants, no 131-132, p. 52 et suiv.

4 M. PATY, La science et l’imaginaire ou l’invitation aux voyages de Jules Verne dans Revue Jules Verne, 2006,. p. 2.

5 S. VENAYRE, Panorama du voyage. Mots, figures, pratiques. Paris, Les Belles-Lettres, 2012.

6 F. MARCOIN, Mme de Ségur, disciple de Jean-Jacques ? dans Les Cahiers Séguriens, no 8.

7 COMTESSE de SEGUR, Jean qui grogne et Jean qui rit, Librairie de LouisbHachette, Paris, 1866, p. 1.

8 Ibidem, p. 41.

9 COMTESSE de SEGUR, Les Deux Nigauds, Louis Hachette, Paris, 1900, p. 22.

10 Ibidem, p. 30.

11 A. GUILLERMÉ, Corps à corps sur les routes : les routes, les chemins et l’organisation des services au 19ème siècle, Paris, Presse de l’Ecole Nationale des ponts et chaussées, 1984 ; J.-L. LIBOUREL, Voitures hippomobiles, vocabulaire typologique et technique, Paris, Édition du Patrimoine, 2005.

12 COMTESSE de SÉGUR, Le Général Dourakine, Librairie de L. Hachette, 2ème édition, Paris, 1864, p. 8.” Sac à papier ! Dites-leur dourak, skatina, skareï !” 1.” Imbécile, animal, plus vite”.

13 Ibidem, p. 228.

14 COMTESSE de SÉGUR, Les Deux Nigauds, déjà cité, p. 47.

15 COMTESSE de SÉGUR, Jean qui grogne et Jean qui rit, déjà cité, p. 97.

16 COMTESSE de SÉGUR, Les Malheurs de Sophie, Nouvelle Bibliothèque rose, 1970, p. 182.

17 Ibidem, p. 183.

18 COMTESSE de SÉGUR, Les Vacances, Librairie de Louis Hachette, Paris, 1861, p. 131.

19 COMTESSE de SEGUR, Le Général Dourakine, déjà cité, p. 9 et suiv.

20 COMTESSE de SÉGUR, L’Auberge de l’Ange Gardien, Nouvelle Bibliothèque rose, 1966, p. 101-122.

21 COMTESSE de SÉGUR, Le Général Dourakine. déjà cité, p. 225.

22 COMTESSE de SÉGUR, Les Deux Nigauds, déjà cité, p. 18.

23 COMTESSE de SÉGUR, Les malheurs de Sophie, Bibliothèque rose, 1970, p. 181-182.

24 COMTESSE de SÉGUR, Les Deux nigauds, déjà cité, p. 38.

25 Ibidem, p. 43.
I. NIÈRES-CHEVZLET, Terres étrangères, figures d’étrangers dans l’œuvre de la comtesse de Ségur, déjà cité, p. 467.

26 COMTESSE de SÉGUR, Les Deux Nigauds, déjà cité, p. 47.

27 B. DERIVRY, La nourriture et ses fonctions dans L’auberge de l’Ange Gardien et dans Le Général Dourakine, dans Les Cahiers Séguriens, no 2, 2001, p. 50.

28 COMTESSE de SÉGUR, Les malheurs de Sophie, déjà cité, p. 180.

29 Et pourtant la littérature abonde sur le sujet : L’Amérique du Nord dans la littérature française jusqu’à la fin du XIXe siècle, BIBLIOGRAPHIE, B.N.F., décembre 2011, p. 9 et suiv. Jules Verne y situera une vingtaine de ses romans.

30 COMTESSE de SÉGUR, Les malheurs de Sophie, déjà cité, p. 182.

31 F. LABADENS, Les emprunts de Mme de Ségur au Robinson suisse dans Les Cahiers séguriens, no 8, p. 47-52 ; J.-P. PICOT, L’ile, haut lieu pédagogique de la Robinsonnade chez Verne et la Comtesse de Ségur, 1999.

32 COMTESSE de SÉGUR, Les Vacances, déjà cité, p. 176.

33 Ibidem, p. 135 ; p. 242

34 COMTESSE de SÉGUR, Les Vacances, déjà cité, p. 344 “Les Tourneboule quittèrent le pays et la France pour habiter l’Amérique avec les débris de lier fortune perdue en luxe et vanité ; mademoiselle Yolande mal élevée, sans esprit, sans cœur et sans religion se fit actrice quand elle fut grand et mourut à l’hôpital”.

35 La comtesse de Ségur dès le début de sa production romanesque évoque en filigrane son pays natal et y a déjà placé un voyage. M. GASTELLIER, La veine slave dans l’œuvre de la comtesse de Ségur, dans Les cahiers séguriens, no 2, 2001, p. 3 et suiv.

36 C. KRAUSS, La Russie et les Russes dans la fiction française du XIXe siècle. 1812-1917. D’une image de l’autre à un univers imaginaire, Amsterdam, Rodopi, 2007. Coll. IFAVL : Internationale Forschungen zur Allgemeinen und Vergleichenden Literaturwissenschaft.

37 J. CHUPEAU, Dourakine en Ségurie, ou la Russie racontée aux enfants, dans Les Cahiers Séguriens, no 2, 2001, p. 8-11.
De la Russie, les lecteurs ne connaîtront que la campagne dans laquelle voyagent les Français ou celle qu’ils découvrent à travers le récit de l’ancien forçat échappé de l’enfer. Si les voyageurs restent une semaine à Saint-Pétersbourg son aspect “majestueux régulier sévère ne plut pas aux compagnons de route du vieux général”. Rien dans le récit n’évoque la capitale de l’empire russe ni le pouvoir impérial… Moscou “qui excitât leur curiosité et leur admiration” n’est pas davantage décrit (38).

38 COMTESSE de SÉGUR, Le Général Dourakine, déjà cité, p. 2.

39 Ibidem, p. 16 et 19.

40 Ibidem, p. 22

41 C. CATINEAU, déjà cité, p. 12.

42 COMTESSE de SÉGUR, Le Général Dourakine, déjà cité, p. 308.

43 B.LE RU, L’image de la Russie chez la Comtesse de Ségur, dans Les Cahiers Robinson, no 9, 2001, p. 155-164. C. KRAUSS, déjà cité, p. 196.

44 COMTESSE de SÉGUR, Les Bons Enfants, Librairie Hachette, Paris, 1862, p. 322.

45 COMTESSE de SÉGUR, Le Général Dourakine, déjà cité, chapitre XIII récit d’un prince forçat, p. 287 et suiv

46 Ibidem, p. 202.

47 Souvenirs d’un sibérien de Rufin Piotrowski, dans Revue des Deux Mondes, 1er et 15 mai 1863. R. SAUDRAY, Le Général Dourakine et les Souvenirs d’un sibérien dans Revue de littérature comparée, no 262, fasc. 2, 1992, p. 195.

48 COMTESSE de SÉGUR, le Général Dourakine, p. 297 et suiv.

49 Ibidem, p. 186.

50 Ibidem, p. 157.

51 . Le chapitre XIII du roman porte un titre évocateur : “Premiers pas vers la liberté”.

52 COMTESSE de SÉGUR, Le général Dourakine, déjà cité, p. 253.

Auteur

Maître de conférences, Université Toulouse 1 Capitole, Centre Toulousain d’Histoire du Droit et des Idées Politiques (CTHDIP)

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search