Version classiqueVersion mobile

Variations juridiques sur le thème du voyage

 | 
Lycette Condé

Variations sur les variations

Le thème du voyage dans l’opera1

Danielle Anex-Cabanis

Texte intégral

  • 1 On lira avec grand intérêt le beau Dictionnaire amoureux de l’opéra, d’André Tubeuf, Paris 2013

1Par définition à l’opéra comme au théâtre, on voit ce qui se passe et le voyage ne trouve guère sa place en représentation directe. Tout au plus, une scène peut se dérouler pendant un voyage, mais elle ne sera que la capture d’un temps court, sans réelle mobilité.

  • 2 Cf. Christian Montes, “Les lieux de l’opéra”. Géographie et cultures, l’Harmattan, Paris 1993, 6, (...)

2Cela ne signifie pas pour autant que le voyage ne soit pas présent, voire qu’il ne constitue pas un paramètre fondamental2 dans la construction de nombreux opéras.

  1. Le voyage aux enfers ou associé à une malédiction ou à un chagrin : “Orphée et Eurydice” (Monteverdi, Glück, Offenbach), “Lohengrin”, “le voyage d’hiver” de Schubert, “les chants d’un compagnon errant” de Mahler. “Werther” part quand il comprend qu’il ne peut avoir Charlotte.
  2. Le voyage stratégique ou sanction : “Cosi fan Tutte” : tester la fidélité des fiancées ; “Oberto, conte di San Bonifacio” : Riccardo tue Oberto et doit fuir d’Italie ; “Le Hollandais volant ou le vaisseau fantôme”, le héros est condamné à errer.
  3. Voyage et politique : “Le voyage à Reims”, on projette d’assister au sacre de Charles X, mais on ne le fait pas ; dans “Nabucco”, les Hébreux ont été emmenés à Babylone et rêvent de revenir en Israël ; dans “I Lombardi” c’est la première croisade qui sert de toile de fond ; on ne connaît que les étapes, mais on n’évoque pas les déplacements
  4. Voyage et religion : le thème du pèlerinage, de la croisade est présent. Le voyage initiatique se rapproche de ce champ : “la Flûte enchantée”, “Parsifal”.

3Pour simplifier, on peut distinguer les voyages réels, plus ou moins extraordinaires, et les voyages qui laissent la porte ouverte au mythe, au fantasme.

I – SUR TERRE, SUR MER ET DANS LES AIRS

4L’avion n’est guère présent dans l’imaginaire des librettistes, leurs héros s’en tiennent le plus souvent aux modes de déplacement traditionnels, mais ils ont quand même intégré la révolution industrielle, puisqu’il y a le train ou la voiture en plus de bateaux en tous genres. Rien n’exclut même la science-fiction, mais c’est un peu l’exception-alibi. On peut toutefois mentionner Kurt Weill qui compose sur des textes de Brecht, en 1929, la cantate Der Flug des Lindberghs (le Vol de Lindbergh).

5Britten situe l’action de “Billy Budd” à bord de l’Indomptable pendant la guerre qui oppose le Royaume Uni à la France révolutionnaire au cours de l’été 1797. Le navire fait route au large de côtes françaises pour retrouver la flotte de la Méditerranée. Dans “Owen Windgrave”, Britten impose à son héros de se déplacer dans la propriété de sa famille : le jeune pacifiste y est violemment critiqué, puis deshérité avant de mourir de manière assez mystérieuse. Le train est au cœur de l’action du “Train bleu”, un ballet pantomime de Cocteau : il sert à créer une ambiance très particulière avec des bruits inédits, pour illustrer les temps modernes. De même, Olivier Desbordes, lorsqu’il met en scène le dernier opéra de Kurt Weill, “Lost in the Stars”, inspiré du célèbre “Pleure, ô pays bien aimé” de Paton, en revoit le titre et l’intitule “Un train pour Johannesburg”. C’est une façon d’insister sur l’importance du déplacement du héros, à la recherche de son fils déjà parti.

6Les héros de Mozart voyagent : “Don Juan” ne raconte pas ses pérégrinations, mais son valet Leporello fait le compte, pays par pays, des nombreuses femmes, jeunes ou vieilles, belles ou laides, que son maître a séduites. Il est allé d’Espagne en France, en Allemagne et en Italie. Dans “L’enlèvement au sérail” comme dans “Les Indes Galantes”, l’héroïne a été enlevée par des pirates qui ont attaqué son vaisseau et l’ont vendue ! Dans les deux cas, le ravisseur est un étranger, titré, d’abord vu comme méchant, mais qui se révèle magnanime en renonçant à sa conquête car elle en aime un autre. Le récit des mésaventures d’Angélique, marquise des Anges, n’apporte rien de bien neuf à un genre bien établi, sinon que le support cinématographique permet une perception plus réaliste du voyage. Dans “Cosi fan tutte”, pour tester les sentiments de leurs fiancées, les deux amoureux feignent de partir à la guerre et de s’embarquer, avant de revenir déguisés en Albanais. L’épopée d’”Idoménée” plonge le spectateur dans de terribles tempêtes que les héros affrontent sur une mer déchaînée.

  • 3 F. EOUZAN, “L’Arioste réécrit pour l’opéra : un voyage en Europe et dans les genres”, Cahiers d’ét (...)
  • 4 Cf. Opéra baroque, “Alcina” htm (compilation des articles consacrés aux représentations depuis 192 (...)

7Quant aux personnages de Vivaldi, ils sont doublement mobiles : l’intrigue les fait voyager pour affronter des ennemis autant que pour retrouver un trésor. En outre leur épopée est reprise dans de nombreux pays, où l’on s’approprie la trame de l’histoire, parfois en la “relocalisant”, ainsi les personnages du “Roland furieux” : le Roland français qui est passé de Roncevaux à la cour de Ferrare (où il devient fou du fait de son amour déçu pour la reine Angélique qui lui préfère le simple écuyer Médor), inspire la France et l’Italie, avant de parcourir l’Europe3. Un second exemple de personnages devenus “voyageurs européens” apparaît dans “Alcina” une des trois intrigues principales de l’épopée de l’Arioste, reprise par Vivaldi : Roger, contrairement à Roland (est au service de Charlemagne comme la tradition nous le rappelle), est un chevalier sarrasin défendant la cause d’Agramante qui affronte les croisés, parfait exemple de héros en déplacement. Toutefois, par amour pour la belle guerrière chrétienne Bradamante, il va se convertir… et fonder la lignée des Este, ducs de Ferrare. La version de Haendel d’“Alcina” ne détone pas : L’enchanteresse Alcina attire les hommes sur son île magique où elle les transforme en rochers, ruisseaux ou bêtes sauvages. Elle tient ainsi en son pouvoir le chevalier Ruggiero, mais pour la première fois, en est tombée amoureuse. Bradamante, la fiancée de Ruggiero, qui voyage à sa recherche en se faisant passer pour Ricciardo, acccompagnée de Melisso, ancien tuteur de Ruggiero, débarque dans l’île d’Alcina. Passer d’un état masculin à féminin ou le contraire ne pose aucun problème d’autant qu’il n’y a pas de distribution fixe des registres vocaux. Elle est accueillie au palais par Morgana, la soeur de la sorcière Alcina, promise à Oronte, chef des armées de la magicienne, qui s’éprend du pseudo Ricciardo. Oronte s’en aperçoit et convainc Ruggiero qu’Alcina est amoureuse de Ricciardo. Melisso délivre Ruggiero du pouvoir où le tient Alcina, et feint d’être toujours amoureux d’Alcina. Ruggiero prépare sa fuite avec Bradamante, et Alcina, qui a perdu ses pouvoirs, ne peut s’y opposer. Les hommes ensorcelés retrouvent leur forme originelle4.

  • 5 Cf. “Le retour d’Ulysse”, in L’Avant-Scène Opéra, numéro 159, 1994, 140 p.
  • 6 Dictionnaire de la musique : sous la direction de Marc Vignal, Paris Larousse 2011, 1516 p., p. 11 (...)

8Monteverdi avait imaginé semblable histoire lorsqu’il avait repris l’Odyssée et composé “Le retour d’Ulysse” bâti nécessairement sur le thème du voyage5. “Didon et Enée” de Purcell est construit autour du long et douloureux dilemme d’Enée dont la destinée est de fonder une ville en Italie mais qui aime Didon, reine de Carthage, qu’il a épousée. La reine se croit trahie, le chasse, puis se donne la mort. Cette issue tragique a été voulue par les sorcières qui déforment le projet d’Enée6. Le voyage, parce qu’il est mal compris, devient la source de tous les malheurs.

9Wagner fait voyager Tristan pour aller quérir en Irlande Isolde, la fiancée du roi Marc, le souverain de la Cornouailles, fatal voyage dont on connaît l’issue tragique. Le philtre de mort est remplacé par un philtre d’amour et la machine s’emballe. Marc se croit trahi, Tristan blessé part en Bretagne où il agonise lentement quand la seule qui pourrait le sauver, Isolde arrive enfin, mais c’est trop tard. Le roi Marc, qui avait fini par comprendre les arcanes de cette tortueuse affaire et voulait les unir, n’aura plus que des cadavres à enterrer côte-à-côte

10Les pérégrinations de “Don Quichotte” sont au cœur de l’opéra de Massenet, tout comme les déplacements de Carmen, don José et Escamillo rythment la “Carmen” de Bizet : le premier mouvement, c’est la route vers la prison. Elle use de son charme pour envoûter don José ; deuxième étape, la traversée des montagnes avec les contrebandiers et en dernier lieu, le voyage à Séville où Don José la tuera. Micaella n’avait pas hésité elle non plus à prendre la route pour apporter à Don José la lettre de sa mère. Pour le spectateur, tout cela vaut de fort beaux airs ! Micaella, c’est l’anti-Carmen, en ce sens qu’elle respecte l’ordre établi, ne pense qu’à retrouver son village. Le voyage, elle l’accomplit à son corps défendant parce qu’elle croit en avoir le devoir.

11Mignon” a été arrachée à sa famille et rêve sur le beau texte de Goethe : “Kennst du das Land wo die Zitronen blühen” pour retrouver sa patrie perdue

12On ne manquera pas de mentionner la fantaisie délirante de Jacques Offenbach dans son “Voyage à la lune”, inspiré du “Voyage de la terre à la lune” de Jules Verne. Ce dernier s’était d’ailleurs ému de la ressemblance avec son œuvre, mais cela n’eut pas de suite. L’opéra – féérie d’Offenbach rencontra un succès exceptionnel, lié tant à la musique pleine d’inventivité que pour son thème tout à fait en harmonie avec l’air du temps, alors qu’on se passionne pour la science en général et pour la science – fiction en particulier, avec cette idée que le progrès, auquel on croit, va faire de tous ces rêves fous la réalité.

13Alors que le voyage apparaît bien comme une composante importante, les quelques exemples retenus montrent que ce n’est pas une activité perçue comme agréable : les mésaventures des héros les montrent confrontés à de terribles dangers et s’ils s’en sortent, c’est grâce au courage extraordinaire ou la ruse de l’un d’entre eux, ainsi Ulysse le rusé. C’est en tout cas inconfortable, long et le plus souvent périlleux. Le voyage tue souvent, ainsi en va-t-il dans l’opéra de Verdi, “I due Foscari”. Suspect de trahison, en fait victime de sombres machinations, le fils du Doge est condamné à l’exil et il meurt de ce voyage.

14Dans la “Traviata”, pour le détacher de Violetta, le père d’Alfredo le fait partir loin, si loin qu’il n’arrive pratiquement que pour recueillir son dernier souffle. Le voyage est ressenti moins comme une occasion de découvertes ou de rencontre que comme une séparation d’avec ceux qu’on aime, une coupure avec sa réalité.

15Il n’y a pas encore de goût marqué pour la découverte, le grand large ou plutôt quand il existe, il est tenu pour marginal et il n’est pas question de généraliser ! En exagérant à peine, on pourrait dire que c’est un élément d’un décor relativement mobile, mais pas plus. Ce n’est donc pas surprenant que le voyage puisse être une sanction ou que, parce qu’il est associé à des soucis et des dangers, on en use à des fins d’initiation du héros. Le réalisme n’est plus de mise, place à l’imaginaire !

II – VOYAGES AU BOUT DE LA NUIT

16Avec plus ou moins de conviction, librettistes et compositeurs inventent des histoires pas nécessairement crédibles pour faire vivre à leurs héros des parcours d’initiation ou de rédemption, qui réussissent ou pas.

  • 7 Cf. Michele Galletta, “Sur, l’aile de ces vers – l’Ecriture et i’opéra”, in Cahiers d’études roman (...)

17Le premier que nous retiendrons est le voyage d’Orphée vu par Monteverdi et Gluck. Je laisse délibérément la version Offenbach qui est une géniale pochade, magistralement menée, mais sans chercher à susciter une profonde réflexion métaphysique. L’époux désespéré par la mort de sa femme, dans lequel Monteverdi tout juste veuf s’identifiait, a lui une sorte de seconde chance : il peut utiliser ses dons musicaux pour convaincre les dieux de l’enfer de lui rendre son Eurydice, mais il doit franchir le Styx et il pourra ramener sa belle dans le monde des vivants à condition de ne pas se retourner et de ne pas lui parler. Simple en apparence cette double condition est diabolique ; c’est sans compter avec l’incompréhension d’Eurydice, qui veut savoir ce qui se passe, qui a besoin d’être rassurée, qui, comme toutes les femmes, a besoin qu’on lui parle. Orphée ne résiste pas et les enfers gardent leur proie. Il en mourra. L’histoire ne nous dit pas qu’ils se retrouvèrent ou même se retrouveront. On est encore loin des paradis du monothéisme. L’opéra ne comporte pas de réelle description du voyage et de ses conditions, seules certaines étapes, dramatiques, sont évoquées, avec une sorte d’arrêt sur image qui donne lieu à un grand air. Lorsque Kathleen Ferrier prêtait sa sublime voix d’alto à Orphée, déclarant avoir perdu son Eurydice, même un célibataire endurci ne pouvait pas rester insensible à tant de peine après tant d’efforts finalement vains7 !

18Joseph Haydn lui-même a commis un charmant “Monde de la lune”, un “dramma giocoso”, qui est l’occasion de mettre en scène un faux voyage lunaire parsemé de fausses rencontres, tout cela pour convaincre le père grincheux d’une jeune beauté qu’il doit la laisser épouser l’homme qu’elle aime.

19Lorsque le prince Tamino apprend que sa belle est dans les mains de Sarastro, il se déclare prêt à affronter tous les dangers pour la délivrer. Seulement, le mal n’est pas où il croit et Sarastro va le soumettre, ainsi que son compagnon Papageno à une série d’épreuves, dont il doit ressortir qu’il est un cœur pur ou pas, tandis que Papageno se voit promettre qu’il rencontrera sa Papagena qu’il devra accepter telle qu’elle lui apparaîtra. Muni l’un de sa flûte l’autre de ses clochettes, les héros de “la Flûte enchantée” souffrent de ne pas pouvoir expliquer : Tamino est ravagé de chagrin lorsque Pamina chante son désespoir, Papageno, la bouche d’abord cadenassée, puis condamné à accepter sans condition, tente, sous cape, d’annoncer qu’il promet pour rire, un violent coup de tonnerre le rappelle à l’ordre ! Sarastro, magnanime, considère que les deux jeunes gens ont prouvé leur bonne nature, Tamino aura sa Pamina, Papageno sa Papagena et ces derniers annoncent même de nombreux futurs enfants, les “Kindlein” qu’ils évoquent avec ravissement. Petit message subliminal pour dire qu’on s’en est tiré entier !

20Dans “le vaisseau fantôme” aussi connu sous le titre du “Hollandais volant”, Richard Wagner imagine la malédiction du Hollandais condamné à errer sans fin sur les mers et les océans sauf si une femme consent à l’aimer sans réserve jusqu’à la mort si nécessaire. Senta, la fille du capitaine norvégien Daland, est attendrie et décide d’épouser le Hollandais, malgré les protestations de son ancien fiancé. Le Hollandais se croit trahi et repart et pour le libérer, Senta se jette dans l’océan et meurt. Tragique malentendu dont la femme est la victime alors que l’homme maudit s’en sort. On peut toujours espérer leurs retrouvailles après le long voyage vers l’éternité…

21Avec “Lohengrin”, Wagner joue le voyage dans l’éternité mystique. Lohengrin est venu pour être le champion d’Elsa injustement accusée, il la sauve, va l’épouser, lorsqu’elle transgresse sa promesse de ne pas lui poser de question sur son nom, son origine. Il révèle venir du pays du Graal, conservé par son père Parsifal et il va y repartir. Elsa retrouve le frère qu’on l’accusait d’avoir tué. On voyage entre mythe et réalité : le cygne qui se transforme est en fait un élément charnière incontournable.

22Avec “Parsifal”, Wagner pousse le mythe au plus profond, le cœur pur est la condition pour pouvoir se lancer à la recherche de la sainte Lance. Le voyage auquel Parsifal est astreint est semé d’embuches et de traquenards, il lui faut toute la force de sa foi pour remporter ce défi qui l’entraîne loin de chez lui pendant de longues années. Il remporte le défi et c’est alors qu’il prie, arrivé enfin au but, que la lumière resplendit, le Graal s’embrase et irradie le héros qui a vaincu la malédiction.

23Dans un registre sensiblement plus léger, on peut mentionner le jazz opera Pinocchio, inspiré du héros de Collodi, créé en 2013 à l’Opéra de Paris, qui raconte le voyage initiatique de la marionnette qui gagnera après mille tribulations son état de vrai petit garçon.

24Finalement alors que leur objet est plus grave, les voyages initiatiques sont un sujet plus apaisé qu’on pourrait l’imaginer et ils finissent bien, à la différence des voyages-sanctions qui se finissent le plus souvent en tragédie. En tout état de cause, c’est là une mine fascinante de thèmes qui sous-tendent de très nombreux opéras, suscitant le rire, l’émotion et une prise de consciences d’un certains nombres de grands problèmes récurrents.

Notes

1 On lira avec grand intérêt le beau Dictionnaire amoureux de l’opéra, d’André Tubeuf, Paris 2013

2 Cf. Christian Montes, “Les lieux de l’opéra”. Géographie et cultures, l’Harmattan, Paris 1993, 6, p. 51-74 (halshs-00703453.

3 F. EOUZAN, “L’Arioste réécrit pour l’opéra : un voyage en Europe et dans les genres”, Cahiers d’études romanes [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 02 février 2013, consulté le 22 novembre 2014. URL : http://etudesromanes.revues.org/1865.

4 Cf. Opéra baroque, “Alcina” htm (compilation des articles consacrés aux représentations depuis 1928°.

5 Cf. “Le retour d’Ulysse”, in L’Avant-Scène Opéra, numéro 159, 1994, 140 p.

6 Dictionnaire de la musique : sous la direction de Marc Vignal, Paris Larousse 2011, 1516 p., p. 1132.

7 Cf. Michele Galletta, “Sur, l’aile de ces vers – l’Ecriture et i’opéra”, in Cahiers d’études romanes, en ligne, n éè, 2013, mis en ligne le 25 juin 2014, consulté le 15 décembre 2014, URL : http://etudesromanes.REVUES;org/4761

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search