Version classiqueVersion mobile

Variations juridiques sur le thème du voyage

 | 
Lycette Condé

Naissance, essor et mutations du marché du voyage

Voyage, voyage,... Le tourisme sans son ministère les marchands et le touring-club de France aux commandes, de la belle époque à la Seconde guerre mondiale

Philippe Delvit

Note de l’éditeur

Référence illustration : Carte Michelin de la France - no 78 Clermont-Ferrand.

Texte intégral

1Migrations heureuses… Le tourisme est en 2014 composante de cet aspect.

  • 1 Signal fort, le Quai d’Orsay est au cœur du dispositif. Voir www.diplomatie.gouv.fr, Assises du to (...)

2Ces derniers temps, le président de la République a fait du tourisme et de son développement “une priorité nationale”, comme Laurent Fabius lors de la clôture des Assises du Tourisme le 19 juin 20141.

  • 2 Citations extraites de l’interview donnée par Fleur Pellerin au Journal du Dimanche, 15 juin 2014. (...)

3Fleur Pellerin, en charge du dossier, n’a pas manqué de louer le “plan de bataille de François Hollande”. “Il faut, dit-elle, réveiller la belle endormie. La France ne peut plus se reposer sur son seul patrimoine, ses châteaux, ses cathédrales, la Côte méditerranéenne,…”2.

4Car la France est la première destination touristique mondiale ; la troisième pour les recettes tirées de cette activité. Bref, 83 millions de visiteurs, pour 7,3 % du PIB, et 2 millions d’emplois directs ou indirects, non délocalisables pour leur majorité, ce qui les rend encore plus désirables.

5Mais quand donc cette pépite est-elle apparue ? Et quand s’est-on préoccupé d’en faire autre chose qu’une sorte de cueillette ?

6Il n’y a pas lieu ici de faire l’histoire du tourisme en France.

  • 3 www.i-f-t.fr Le site du Comité, véritablement lancé en 2011 au Château de Fontainebleau (mais oui, (...)
  • 4 L’argumentaire justifiant l’assertion est limpide, “Les collectivités investissent massivement dan (...)

7Des structures le mettent à leur menu, ainsi depuis 2009 le Comité national d’histoire du tourisme3. Que ce dernier, dans son site électronique, date de 1981 “la véritable reconnaissance économique du tourisme” ne laisse pas d’étonner4.

8Il n’a quand même fallu attendre l’arrivée de François Mitterrand au pouvoir pour que justement le tourisme soit perçu comme un gisement de qualité et de bon rendement financier.

9Les connaisseurs savent l’origine assez élitiste et aristocratique du tourisme. Dans tourisme, on voit bien sûr “tour”. Tourisme et touriste sont des termes venus de Grande-Bretagne au début du XIXe siècle.

10Le “Grand tour” est au XVIIIe siècle, et jusqu’en 1914 encore, l’exercice très attendu et obligé des fils de famille avant leur établissement définitif.

  • 5 Voir par exemple à ce sujet la thèse de Philippe Massot-Bordenave soutenue en 2013 à l’Université (...)

11L’Italie, la France, en sont des étapes et séjours fréquents. Adam Smith lui-même n’a-t-il pas été le chaperon du jeune duc de Buccleuch pendant “The Grand tour” (ainsi toujours écrit) qui a fait passer son protégé à Toulouse ?5

12Ce tourisme nomade vit bientôt de pair avec une villégiature, estivale ou hivernale, dont le territoire de la France garde la marque.

  • 6 Cathédrale Saint Nicolas, achevée en 1912 et objet d’une querelle juridique à rebondissements mult (...)
  • 7 Le roi Alphonse XIII est en 1909 aux Eaux-Bonnes pour assister à un concours international de ski. (...)

13Nice et sa promenade des Anglais, son église anglicane, sa cathédrale russe6 ; Pau et son église anglicane (jadis ses églises anglicanes) ; Dinard, Dieppe et leurs résidents britanniques cela dès la monarchie de Juillet. Une partie de la Cour d’Espagne gouttant le grand frisson sur le versant septentrional des Pyrénées au début du siècle dernier,7

14Mais cela est bien peu face aux changements d’échelle du siècle dernier.

15Ces hommes, leurs femmes, ces notables, n’ont pas besoin de prescripteur, de voyagiste professionnel, pour trouver leur séjour, leur point de chute. Mais le changement d’échelle, le nombre des voyageurs devenu grand, très grand, ouvre des perspectives nouvelles, impose des approches et des rapports nouveaux, déchaine aussi des appétits nouveaux.

16Changements d’échelle par la conjonction d’outils nouveaux. Le chemin de fer est depuis longtemps rodé aux trains de plaisir, comme ceux que les frères Pereire forment très tôt entre Bordeaux et le Bassin d’Arcachon. Jusqu’à d’ailleurs fonder la cité balnéaire et lui donner de la substance.

17La bicyclette qui se démocratise en particulier par l’intermédiaire de l’entreprise des frères Peugeot, Eugène et Armand, en est un dans les années 1890. On compte à peu près 3,5 millions de cycles à la veille de la guerre de 1914.

18A peine plus tard, la voiture automobile permet elle de quitter à sa guise le corridor ferroviaire et d’aller voir plus loin que le Buffet de la Gare et son Hôtel.

  • 8 Pour ces changements, la thèse Histoire de Bertrand Larique soutenue en 2006-Université de Bordeau (...)

19Changements d’échelle par l’aspiration d’une partie de plus en plus conséquente de la population à profiter d’ouvertures hors du quotidien8.

  • 9 Léo Lagrange (1900-1940). Avocat, député SFIO, il est le premier en charge de ces thématiques, cel (...)

20De ce point de vue, le Front populaire et Léo Lagrange sont très emblématiques des temps nouveaux. Sous l’impulsion du sous-secrétaire d’Etat à la jeunesse, aux sports et à l’organisation des loisirs (le ministre de la Paresse pour l’opposition de l’époque), campagne, mer, montagne, ne sont plus des territoires lointains et inaccessibles, réservés à des familles sinon fortunées, du moins d’une honnête aisance9.

21Il faut donc organiser tout cela.

Un ministère du Tourisme ? Une longue marche

22Un ministère du Tourisme ne serait-il pas la solution pour dynamiser cette activité ? Mais faut-il donc un ministère de l’Information pour s’informer ? Et un ministère de la Culture pour s’initier au Beau ? Un ministère du Tourisme pour trouver la route des congés ?

  • 10 En fait, ce ministère apparaît à la fin du Front populaire (1938, Ludovic-Oscar Frossard), et de l (...)

23On peut douter de cette approche ici un peu caricaturale. Le ministère de l’Information semble tout droit sorti d’un monde dans lequel le pouvoir politique faisait entendre la bon choix. Pas si vieux, nous sommes sous la Ve République…10

  • 11 Bien sûr André Malraux, l’initiateur, et Jack Lang comme deux ministres de la Culture qui ont marq (...)

24Le ministère de la Culture ?11 Pas si vieux, Fleur Pellerin après Aurélie Filippetti est locataire de la rue de Valois. Pour quoi faire ? Promouvoir des artistes officiels ? Une sorte de réalisme à la sauce 2014 ? Mais non, le ministère de la Culture est aussi “de la communication”.

25Et le tourisme ?

26A une époque, la Belle époque, où cette activité est l’apanage d’une strate minime de la population, faut-il donc vraiment gâcher des deniers publics dans un tel dispositif ? Ne serait-ce pas l’illustration brutale d’une pathologie invasive, celle de l’État à s’immiscer partout ? En 1900, le Gouvernement de la République avait déjà voulu règlementer le temps de travail. Prétention scandaleuse aux yeux de beaucoup, et en particulier de ceux dont le statut, la fortune, les aspirations, permettaient l’évasion pour quelques jours ou semaines dans la maison de famille, ou la maison de campagne, ou le chalet balnéaire.

27Donc pas de ministère du Tourisme dans cet environnement mental et social. Mental, par ce que le pain des humbles est gagné à la sueur du front depuis la Genèse. Social, parce que le farniente est et reste l’apanage de nantis. Lorsqu’on pense qu’on a attendu 1881 pour voir le ministère de l’Agriculture se mettre en place, on ne voit en rien la pertinence d’un ministère du Tourisme à la même époque.

  • 12 Pour plus ample informé sur la genèse et le développement des premières structures étatiques en ch (...)

28On imagine certainement que le tourisme est comme les bonnes manières : il ne s’apprend pas, il se lègue12.

  • 13 Brochure Conseil national du tourisme. Histoire Organisation Publications, 20 pages en version éle (...)

29De la sorte, il faut attendre 1910 (loi du 8 avril 1910) pour que le ministre des Travaux publics, Alexandre Millerand, créée un Office national du Tourisme, épaulé d’un Conseil supérieur du tourisme (supérieur, mais uniquement consultatif). Il vit une existence assez languissante dans ses premières années. Une brochure institutionnelle en trace un portrait quelque peu flatteur, et le place en contrepoint de “quelques associations puissantes et élitistes, dont le Touring Club de France, le Club Alpin, l’Automobile Club, assuraient certaines missions d’intérêt général”13.

  • 14 Loi 24 septembre 1919, portant création de stations hydrominérales, climatiques et de tourisme, ét (...)

30La paix à peine signée en 1919, une loi (24 septembre 191914) renforce les compétences de l’Office. A Paris une imposante Maison de France, bientôt installée 101 Avenue des Champs Elysées, propose les charmes de la destination ; à Londres, également.

  • 15 Montagnes magiques, 100 ans de tourisme alpin à l’écran, 1910-2010, Fresques INA- www.institut-nat (...)
  • 16 Conseil National Economique. Le tourisme, le thermalisme et le climatisme. Conclusions adoptées pa (...)

31L’idée n’était pas nouvelle. A Chambéry, dès le début du siècle dernier, le syndicat d’initiative créé en 1896-on le nomme “Maison du tourisme” est même l’objet d’un reportage cinématographique en 192015. L’Office ne répond pas aux attentes mises en lui. Un Rapport que son auteur, Paul Peyromaure-Delbord, présente devant le Conseil National Économique le 12 avril 1935, va marquer la fin de son existence16.

  • 17 La loi du 24 décembre 1940 met fin à son existence, au profit d’un simple “Service du tourisme”. L (...)

32Le Commissariat général au tourisme va prendre la suite de cet Office national (décrets des 25 juillet et 7 septembre 1935)17.

  • 18 Les archives des structures de l’Etat en charge du tourisme donnent bien l’impression de cette sor (...)

33Après-guerre, lorsque se desserrent le rationnement et l’économie de pénurie, le tourisme revient au rang des préoccupations des décideurs. Les Travaux publics ; les Transports ; la Qualité de la vie, la Jeunesse ; les Sports ; les Loisirs, le Commerce ; l’Artisanat ; l’Industrie, les PTT, remplissent de manière plus ou moins longue la fonction d’hébergeur (ou de tuteur ?) d’une Direction générale ou d’un secrétariat d’État au Tourisme. Consécration ou lassitude, un “vrai” ministre du Tourisme est créé (1988)18.

  • 19 MK (né en 1977). Secrétaire d’Etat chargé du commerce extérieur, de la promotion du tourisme,… (vo (...)

34En octobre 2014, le Tourisme n’est plus un ministère à lui tout seul. Matthias Fekl l’incarne dans le ministère Valls II19.

Avant le ministère…

  • 20 Sur ces aspects, voir l’ouvrage de Catherine Bertho Lavenir, La roue et le stylo. Comment nous som (...)

35Et pourtant… Dès les années 1890, des acteurs économiques en ascension forte constatent et sentent combien le touriste, hardi découvreur d’espaces ignorés ; passionné de patrimoine ; en recherche de Nature vierge dans des sites préservés sans doute par la Destinée ; en désir d’une bonne table et d’un bon lit après une journée d’exploration heureuse ; curieux d’aller au devant de ces populations aux coutumes si intéressantes d’une France profonde et rurale, combien le touriste est une espèce intéressante et multiple. Des prescripteurs aux désirs ; aux idées ; aux finalités si différentes, vont en définitive occuper l’espace du tourisme. Ils portent sur les fonts baptismaux des structures très postérieurement officialisées par la puissance publique20.

  • 21 Guide …, Toulouse, Delboy, 1858. Les distances postales sont les étapes nécessaires pour parvenir (...)

36On ne part pas d’un néant antérieur. L’arrivée des chemins de fer en particulier, avait ouvert plus largement une porte, mais qui demeurait bien étroite. Les guides sont déjà légion à partir des années 1840 (c’est à dire à partir du moment où le chemin de fer sort de l’enfance et trace de longues lignes), destinés a priori à une clientèle d’amateurs des traditions, en particulier des traditions religieuses et monumentales. J’ai sous les yeux le Guide des étrangers dans Toulouse, du moins celui de la quatrième édition (1858). Le sous-titre en est éloquent, Guide […] contenant des notices historiques et descriptives sur les monuments et édifices publics et privés, anciens et modernes ; sur les bibliothèques, le musée, l’observatoire, le jardin des plantes, les fontaines, les casernes, les chemins de fer, suivi d’une notice sur les eaux des Pyrénées, avec leur distance postale”21.

37Mais la donne est désormais très différente.

38D’un côté, des marchands désireux de produire autour de leur industrie une dynamique vertueuse qui fasse certes augmenter leurs ventes, mais en les parant des attributs les plus flatteurs, services rendus à la personne, au commerce, à l’industrie, bref à la France.

39D’un autre, des citoyens, personnes privées, qui avaient au cœur la défense et illustration de l’aventure du XIXe siècle et bientôt du XXe. Loin des colonies (encore que, on le verra plus tard) mais près de chez soi, il y avait des mondes entiers à découvrir, à parcourir, et bientôt à protéger pour les garder accessibles aux visiteurs et défendre la vision du Beau destiné aux générations futures.

  • 22 Sur l’automobile en général, un coup d’œil pertinent, L’automobile, son monde, ses réseaux, Presse (...)

40Ainsi, d’un côté les De Dion-Bouton, les Michelin, d’autres aussi, moins efficaces ou trop vite effacés par les vicissitudes des affaires22.

  • 23 Multiples références pour cette puissance structure reconnue d’utilité publique en 1907 et morte e (...)

41De l’autre, il n’est pas le seul, mais est le plus entreprenant, le très puissant Touring-Club de France23.

42Les deux, marchands et Touring ont, jusqu’au second conflit mondial, été des sortes d’infatigables vulgarisateurs du tourisme.

43Les premiers, les marchands, afin de mieux placer leurs véhicules et de leur trouver une dimension supplémentaire et méliorative. La voiture de tourisme est bien faite pour justement le tourisme..

44Le Touring, dans une sorte de philosophie appliquée, découvrir, parcourir.

Des marchands

45Parmi ceux-ci, deux firmes emblématiques de la première époque de l’automobile rivalisent d’imagination, et parfois se retrouvent de concert : Michelin et De Dion-Bouton.

46Certes, tôt parti dans la course, le marquis de Dion dut rendre les armes, son entreprise périclitant dès le début des années 1920.

47Mais par ailleurs, que de pistes fécondes explorées et parcourues.

  • 24 Albert de Dion comprend ou du moins pense, à partir de 1889-1890, que l’avenir n’est pas dans le m (...)
  • 25 Les travaux de Gaëlle Baussaron sont une référence bien sûr de première importance. Voir dans L’au (...)

48Il n’est pas ici question de retracer le mariage de raison et de succès entre Albert de Dion (1856-1946) et Georges Bouton (1847-1938). L’aristocrate nantais, bien introduit et habile en société, passionné d’automobile (mais à vapeur ? avec un moteur à explosion ?24), et le mécanicien dessinateur ont associé leurs talents pour construire l’une des premières firmes automobiles porteuses, au-delà de la mécanique, d’un vrai mode d’emploi social. A un moment où l’automobile est un produit assez aléatoire dans son fonctionnement, pannes nombreuses, coût d’entretien prohibitif, Albert de Dion imagine avec bonheur un véritable système, capable de générer une sociabilité, un entre-soi, dont justement l’un des faire-valoir est la découverte de l’espace, bref aussi le tourisme, qui apparaît de suite comme un segment porteur25.

  • 26 Cette production et activité cartographique est cédée, semble-t-il en 1908, aux frères Vermot, Jos (...)

49Le marquis de Dion fonde l’Automobile Club de France (1895), de là l’Association Générale Automobile, destinée à un segment social moins fortuné et huppé que celui de l’ACF. Un Comité du tourisme y inaugure ses travaux (1902), en même temps qu’un service contentieux ; des panneaux indicateurs sont mis en place, avec la bénédiction du ministère des Travaux publics (1903). A partir de 1900, Albert de Dion pousse aussi en avant la fabrication et l’édition de cartes routières destinées aux automobilistes, et en particulier à ses clients. Bien avant Michelin, il met sur le marché des cartes aux échelles variées (de 1/150 000 à 1/900 000, mais la majorité d’entre elles au 1/200 000, ce que fera aussi Michelin)26.

50Le tourisme allait de l’avant.

51Chez les frères Michelin, on a aussi très précocement compris combien l’accompagnement du pneu et de sa chambre était important.

52Les deux frères, André (1853-1931) et Edouard (1859-1940) ont justement des compétences bien utiles. André est passé par le service cartographique du ministère de l’Intérieur. Edouard, lui, a un passé-au moins un désir- d’artiste-peintre.

  • 27 Voir le site institutionnel www.michelin.com. Cliquez sur histoire du groupe Michelin et choisisse (...)

53L’un et l’autre vont construire un monde de réclames et d’outils à même de donner à leur industrie un essor considérable27.

  • 28 O’GALOP (1867-1946), dessinateur, illustrateur français. Travaille pour Michelin jusqu’en 1910.
  • 29 Citation extraite de l’affiche de lancement du Guide, juin 1926. Le Guide régional est d’abord rou (...)

54Le tourisme est comme la résultante et le fruit de ces efforts. Le Bibendum, ce pneu qui “boit l’obstacle” et assure le confort des passagers est sorti en 1898 de la plume de Marius Rossillon (O’Galop), et va connaître une postérité magnifique, jusqu’à nos jours28. 1900 voit la parution du premier Guide, bientôt une institution. 1908, l’ouverture à Paris du Bureau des renseignements pour voyages automobiles (Bureau d’itinéraires Michelin à partir de 1919) : le Bureau de Tourisme Michelin est en pleine activité. 1910, Michelin, comme de Dion mais avec plus de réussite, s’adonne à la carte routière (le prototype en est la carte des approches de Clermont-Ferrand). 1926, Michelin commence à produire ses Guides touristiques. “Votre voyage sera un enchantement”, annonce la Notice. “Vous serez conduit par la main […] Et vous aurez bonne table et bon gîte”. On sent bien que le Guide Michelin s’adonne désormais autant aux stockistes (ceux qui ont les pièces détachées Michelin), qu’aux bonnes tables et aux panoramas. “Le premier guide régional Michelin La Bretagne. Tout ce qu’il faut au touriste pour visiter en détail les moindres coins”29.

  • 30 Pour la signalisation routière, de Marina Duhamel Henz, Un demi-siècle de signalisation routière. (...)

551931 : la firme reçoit des autorités publiques l’homologation de ses dispositifs de signalisation routière, qu’elle diffuse depuis 1908, en tôle ; en plaque de lave émaillée scellée dans un mur, incluse dans un plot ou poteau d’intersection, ou portée par une structure de béton30. Car en effet au début de l’automobile, il n’existe pas, par définition, de signalisation qui lui soit dédiée : Michelin est, avec d’autres, le promoteur de cet effort de jalonnement des itinéraires. Michelin, malgré la décision prise par les Pouvoirs publics en 1946 de refuser tout don de panneaux de signalisation (car comportant de la publicité), continue jusqu’au début des années 1970 sa production de panneaux indicateurs, mais sans sa marque désormais.

Le Touring-Club de France…31

  • 31 Jean ORSELLI, “Le rôle déterminant des associations dans la création de la première administration (...)

56Savoir-faire et faire-savoir.

57Le TCF a-t-il vraiment d’ailleurs la volonté de favoriser la mise en place d’une structure d’Etat qui à l’époque ne peut être imaginée que comme contraignante ? On en doute.

58Son action n’est-elle pas de beaucoup capable de pallier les besoins, même ceux qui sortent un peu de l’habitude ? N’est-on pas d’ailleurs au TCF entre gens de bonne compagnie, très à même d’agir en groupe de pression efficace auprès des Pouvoirs publics ?

  • 32 Etienne CLÉMENTEL (1864-1936). Originaire du Puy-de-Dôme dont il préside l’Assemblée départemental (...)

59De cette approche, un exemple très probant est donné par l’Assemblée générale du TCF, tenue le 7 décembre 1913 dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne. La présidence d’honneur devait être assurée par Etienne Clémentel, ministre si favorable à la cause32.

  • 33 Revue mensuelle du TCF, 1913, décembre, pp. 530-531. Souligné par moi pour le propos.

60Le président du TCF prend la parole pour le Rapport sur la situation morale, détaille les 137 000 membres TCF de l’année courante, les efforts des services de Renseignement, des Bibliothèques, des services des Routes, des Sites, des Hôtels,…, bref, “Nos services ont suivi une la marche parallèlement ascendante et il en a été de même de tous nos autres services dont on a baptisé l’ensemble-moitié plaisamment, moitié sérieusement-du nom du Ministère du Tourisme”33._

61Qu’on en juge à travers le compte-rendu satisfecit d’une double page de la revue du TFC, à la veille de la Première guerre. On y voit les mécanismes déployés pour vivifier le tourisme.

62“L’œuvre du Touring-club de France de 1890 à 1913. But poursuivi : Faire connaître la France”.

63Le TCF quadrille les espaces, sur terre, sur l’eau, et dans les airs, cela avec toute la gamme des moyens d’accès et de locomotion offerts par l’époque.

64En l’espace de quelques années, les comités fleurissent.

  • 34 Revue mensuelle du TCF, 1904, février, p. 54. “Considérant que la circulation sur les fleuves, riv (...)
  • 35 Revue mensuelle TCF, 1913, décembre, p. 531.
  • 36 Il en sera de même d’ailleurs pour la loi du 2 mai 1930 sur la protection des monuments naturels e (...)

65En 1904, le TCF met en place le Comité de tourisme nautique34, et la même année le Comité hippique, de même que Comité des sites et monuments pittoresques. Lors de l’Assemblée générale de 1913, l’action de ce dernier est spécialement distinguée, “le Comité des Sites et Monuments a vaillamment défendu les beautés naturelles et artistiques de notre pays, toujours et partout menacées par l’avidité des paysans, et plus terrible encore, l’avidité des spéculateurs”35. On sent pointer ici le mépris de l’homme de qualité pour celui qui jette les perles au fumier. D’autres pages de la même Revue ne manquent jamais pourtant de tresser des louanges, pourtant, à cette même paysannerie, tellement identitaire. Le TFC a fait sentir son poids justement lors de la réflexion qui a amené à la Chambre la loi sur les Monuments historiques, finalement promulguée le 31 décembre 191336.

66Trois ans plus tard, le Comité de tourisme scolaire, puis le Comité de tourisme hivernal (1907), à un moment justement où les sports d’hiver suscitent un premier engouement, autant que les activités de randonnée. Des refuges, des jalonnements de sentiers et de pistes, des informations météorologiques sont données, comme l’accès aux matériels, luges, skis,… Bref, un programme très complet sur le terrain.

  • 37 Les études secondaires sont payantes jusqu’aux années 1930, et l’école primaire, celle du peuple, (...)

67Le Comité de tourisme scolaire organisé en 1907 en lien avec le ministère de l’Instruction publique, ne touche pas tant les scolaires tels que nous l’entendons majoritairement, mais est destiné aux élèves des Ecoles normales (donc aux élèves-instituteurs), mais aussi aux élèves des lycées, c’est à dire alors à des enfants provenant majoritairement de milieux aisés37. On est autant dans le tourisme domestique (pour employer un terme actuel), que dans l’appel et la séduction vers l’extérieur.

  • 38 Pour le lancement du Comité de Tourisme aérien, Revue mensuelle du TCF, 1909, janvier, p. 10 (le C (...)
  • 39 Revue mensuelle TCF, 1909, octobre, p. 483. “Le Touring-Club rendra donc-comme toujours-un grand s (...)

68En 1909, le TCF se lance résolument dans d’autres espaces : il inaugure son Comité du tourisme aérien (mais le TCF suit depuis l’origine les progrès de la navigation aérienne). Le programme du Tourisme aérien est ambitieux. “Cartographie, jalonnements, garages, législation, réglementation, douanes, hygiène, aménagement des appareils au point de vue du voyage, etc. »38 L’année 1909 ne se termine pas sans que le TCF ne se projette outre-mer. Le président du Comité du tourisme nautique a prodigué sa plume dans La Dépêche coloniale, afin de promouvoir “un mouvement de tourisme vers nos colonies”. Le Comité de tourisme colonial du TCF naît dans la foulée, son principe est adopté le 25 octobre 190939.

69Le tourisme, c’est aussi la gastronomie. Le Comité en charge de cet aspect inaugure ses travaux en 1910. Enfin, l’une des dernières pièces à l’édifice (mais il s’agit plutôt de toile de tente) est l’intronisation du Comité de camping (1912).

70Se traduisent à travers tout cela des actions multiformes, des cartes routières ; des bureaux d’information ; des syndicats d’initiative ; des poteaux d’avertissement ou de direction ; des tables d’orientation ; des postes de secours (450 en 1913) ; des “bancs rustiques” le long des promenades parmi les plus remarquables (1 500 installés en 1913) ; des caisses de secours immédiats aux cantonniers et autres personnels de voie, routière, fluviale, ou ferroviaire ; des financements donnés aux travaux de construction ou d’amélioration de routes touristiques, ainsi celle de la Corniche de l’Estérel, très emblématique des volontés du TCF (qui couvre 20 % des frais des travaux).

  • 40 Pour une photographie de la chambre Touring-Club, voir la Revue…, 1903, janvier, pp. 10-11.

71Le TCF se déploie aussi dans le secteur de l’hôtellerie, et ne répugne pas à prêcher par l’exemple. Il mène le combat pour l’assainissement des hôtels ; diffuse ses “dispositions générales arrêtées par la Commission d’hygiène” pour la chambre Touring-Club40 ; propose ses “meubles TCF, types créés en vue de l’amélioration des vieux hôtels”,… Le TCF agit aussi par une intense action de “propagande” (le terme n’est alors pas frappé de l’interdit qu’il encourt encore aujourd’hui) ; agit pour la protection des forêts, et la RTM, la Restauration des Terrains en Montagne en favorisant les reboisements.

  • 41 Revue …, 1914, mars, p. 99. Lucien Cornet (1865-1922) est député (1896-1909) puis sénateur de l’Yo (...)

72A la veille de la guerre de 1914, le Groupe parlementaire du Tourisme, animé à la Chambre par Antoine Borrel, député de la Savoie, a désormais son pendant au Sénat. Lucien Cornet, son fondateur, fait annoncer dans la Revue mensuelle du TCF qu’il “se tenait à la disposition de notre association pour toutes les propositions qu’elle croirait devoir faire et ayant un caractère législatif”41.

73On voit combien l’appétit du TCF est vaste, et les résultats, à l’époque probants.

74Groupe de pression bien en cour ; association dynamique et active bénéficiant d’une série de relais très efficaces ; action incontestables sur le terrain, près des besoins et près des clients-la cible comme diraient aujourd’hui les gens de la publicité.

75Le TCF a mené de main de maître son action d’avant-guerre, et l’a poursuivie dans les années 1920 et 1930. Faut-il dire qu’il a tout inventé ? Certes non. Mais il a saisi fort bien ce que les marchands, fabricants de voitures comme De Dion-Bouton, ou d’équipements comme Michelin, ont aussi mis en œuvre pour leurs ventes et (parfois) pour le tourisme-on dit d’ailleurs “une voiture de tourisme” : un produit, un marché, une demande sociale.

  • 42 Allocution du président du TCF au Congrès forestier de 1913, “fait capital de cette année”. Revue (...)

76D’ailleurs, le TCF se sent pousser vraiment de grandes ailes, ainsi au Congrès forestier de 1913-un événement TCF-, “le président du Touring-Club a conclu en réclamant une protection plus efficace des beautés de notre pays, et l’institution à cet effet, d’un “Ministère de la Beauté publique42.

77Boutade ? Le TCF était cette force, face à un État qui avait d’autres préoccupations perçues comme plus urgentes ou essentielles.

78Mais il n’y a pas de rente de situation, jamais. La fin sans gloire du TCF en est l’une des preuves manifestes.

Notes

1 Signal fort, le Quai d’Orsay est au cœur du dispositif. Voir www.diplomatie.gouv.fr, Assises du tourisme, “Le tourisme, une chance pour la France”.

2 Citations extraites de l’interview donnée par Fleur Pellerin au Journal du Dimanche, 15 juin 2014. Nombreux articles à la même période et sur le même thème dans L’Express (19 juin 2014, Fleur Pellerin et le m-tourisme, smartphone, tablette, mobile,…)

3 www.i-f-t.fr Le site du Comité, véritablement lancé en 2011 au Château de Fontainebleau (mais oui, les châteaux sont encore des destinations de visite) est abrité par l’Institut Français du Tourisme.

4 L’argumentaire justifiant l’assertion est limpide, “Les collectivités investissent massivement dans les projets touristiques grâce à la décentralisation”. Et avant, rien ? Bien sûr que non.

5 Voir par exemple à ce sujet la thèse de Philippe Massot-Bordenave soutenue en 2013 à l’Université Toulouse-II, Adam Smith. Voyages en France. Voyageur impartial, spectateur invisible (1764-1766).

6 Cathédrale Saint Nicolas, achevée en 1912 et objet d’une querelle juridique à rebondissements multiples. La Fédération de Russie a aujourd’hui repris possession de l’édifice.

7 Le roi Alphonse XIII est en 1909 aux Eaux-Bonnes pour assister à un concours international de ski. L’éditeur toulousain Labouche Frères édite une carte postale pour l’occasion, “Le roi d’Espagne sur son traineau s’intéresse vivement aux sauts prodigieux des skieurs norvégiens”.

8 Pour ces changements, la thèse Histoire de Bertrand Larique soutenue en 2006-Université de Bordeaux III, L’économie du tourisme en France des années 1890 à la veille de la Seconde guerre mondiale.

9 Léo Lagrange (1900-1940). Avocat, député SFIO, il est le premier en charge de ces thématiques, cela dans la sphère du ministère de la Santé publique. Ceux qui n’ont jamais fait de tourisme de leur vie n’en connaissent pas les règles du jeu. Mort au combat en juin 1940.

10 En fait, ce ministère apparaît à la fin du Front populaire (1938, Ludovic-Oscar Frossard), et de là sous des bannières bien diverses disparaît en 1968. Le secrétariat d’Etat qui avait pris sa place sort définitivement du paysage lors de l’élection de Valery Giscard d’Estaing.

11 Bien sûr André Malraux, l’initiateur, et Jack Lang comme deux ministres de la Culture qui ont marqué leur passage.

12 Pour plus ample informé sur la genèse et le développement des premières structures étatiques en charge du tourisme, lire dans “Pour mémoire”, hors-série juillet 2012, “Cent ans d’organisation administrative du tourisme (1919 à nos jours)”, par Alain Monferrand et Arnaud Bertonnet, pp. 17-21. Pour mémoire est la revue du Comité d’histoire du Tourisme

13 Brochure Conseil national du tourisme. Histoire Organisation Publications, 20 pages en version électronique sur www.entreprises.gouv.fr Tourisme
Lire de Bernard Larique “Les débuts et déboires de l’organisation officielle du tourisme en France : l’expérience malheureuse de l’Office National du Tourisme (1910-1935)”, Entreprises et histoire, 2007/2, no 47, pp. 73-92. Au prix de quelques raccourcis, un publication gouvernementale donne gaillardement un existence plus que séculaire au Conseil national du tourisme, “une institution fondée en 1910 il y a plus d’un siècle” (il s’agit de L’Office national du tourisme pour l’institution en question).

14 Loi 24 septembre 1919, portant création de stations hydrominérales, climatiques et de tourisme, établissant des taxes spéciales dans lesdites stations et règlementant l’office national du tourisme.

15 Montagnes magiques, 100 ans de tourisme alpin à l’écran, 1910-2010, Fresques INA- www.institut-national-audiovisuel.fr_

16 Conseil National Economique. Le tourisme, le thermalisme et le climatisme. Conclusions adoptées par le Conseil dans sa session du 12 avril 1935 et rapport présenté par M. Peyromaure-Delbord., Imprimerie Nationale, 1935, 250 p.

17 La loi du 24 décembre 1940 met fin à son existence, au profit d’un simple “Service du tourisme”. Les touristes sont surtout, à cette époque, en uniforme Feldgrau. Mais leur pouvoir d’achat est fort.

18 Les archives des structures de l’Etat en charge du tourisme donnent bien l’impression de cette sorte de tourbillon institutionnel, voir la présentation faite de l’Etat des versements du ministère du tourisme aux Archives nationales (1979-1993), par Chantal Henry www.archivesportaleurope.net.

19 MK (né en 1977). Secrétaire d’Etat chargé du commerce extérieur, de la promotion du tourisme,… (voyez Portail du Gouvernement pour la suite et décret no 2014-1105 du 1er octobre 2014). Le ministère du Tourisme est placé souvent entre les mains du PRG (Michel Crépeau ; François Doubin ; Jean-Michel Baylet ; Sylvia Pinel,…).

20 Sur ces aspects, voir l’ouvrage de Catherine Bertho Lavenir, La roue et le stylo. Comment nous sommes devenus touristes, Odile Jacob, 1999.

21 Guide …, Toulouse, Delboy, 1858. Les distances postales sont les étapes nécessaires pour parvenir à tel endroit avec les voitures de poste (le chemin de fer est tout juste arrivé et ne dessert que peu de lieux). Parmi les Guides publiés dans la seconde moitié du XIXe siècle, le plus souvent à éditions multiples (par ordre alphabétique, et non exhaustif), les Guides Alix ; Baedeker ; Conty ; Dentu ; Joanne-le prédécesseur direct des Guides Bleus, si remarquables ; Murray,… Voir la conférence de Bernard Toulier (archéologue, conservateur du Patrimoine, historien de l’architecture) et mieux, responsable du programme de recherche Architectures et villégiature) délivrée en décembre 1998-Paris VII Denis Diderot, lors du colloque Les guides imprimés du XVIe au XXe siècle. Villes, paysages, voyages, “L’influence des guides touristiques dans la représentation et la construction de l’espace balnéaire (1850-1950)”. Egalement, de Goulven Guilcher, “Les guides européens et leurs auteurs : Clefs de lecture”. In situ, Revue des patrimoines (qui donne aussi : “Le patrimoine des guides : lectures de l’espace urbain européen”,

22 Sur l’automobile en général, un coup d’œil pertinent, L’automobile, son monde, ses réseaux, Presses Universitaires de Rennes, sous la direction de Anne-Françoise Garçon, 1998. On y trouve la plume de Catherine Bertho Lavenir.

23 Multiples références pour cette puissance structure reconnue d’utilité publique en 1907 et morte en 1983.
D’abord, à tout seigneur tout honneur, sa revue, Revue mensuelle du Touring-Club de France (disponible sur Gallica - collection non complète, mais 29 années numérisées),… D’un côté, des contributions de croyants, souvent passés par le Touring : “Le Touring-Club de France, inventeur du tourisme sur les routes”, André Girod, Cahier Espaces no 108, mai 2011 ; de l’autre, des publications de type universitaire, “Le Touring-Club : association évergétique, association d’usagers de la route ou association de tourisme ?”, Jean Orselli, Pour mémoire, no 10, hiver 2011-2012, pp. 86-99. Le même Jean Orselli, ingénieur général des Ponts-et-Chaussées honoraire, a soutenu en Sorbonne et en histoire une forte thèse, Usages et usagers de la route. Pour une histoire de moyenne durée (1860-2008). L’auteur n’aime pas le travail cité supra, La roue et le stylo, mais intervient souvent dans des assemblées où sont évoquées les destinées du tourisme (et bien sûr de la circulation routière). La substance de la thèse de Jean Orselli est sortie chez L’Harmattan sous le titre, plus brutal que le précédent, Usages et usagers de la route. Requiem pour un million de morts (1860-2010).

24 Albert de Dion comprend ou du moins pense, à partir de 1889-1890, que l’avenir n’est pas dans le moteur à vapeur, mais dans le moteur à gaz de pétrole. Il change alors le centre de gravité de ses investissements et de ses recherches, jusqu’alors très axé sur la vapeur. Signe, il interrompt sa collaboration avec Charles Trépardoux (1853-1920), spécialiste de la vapeur, avec lequel il œuvrait de concert.

25 Les travaux de Gaëlle Baussaron sont une référence bien sûr de première importance. Voir dans L’automobile…, o.c., “Le système de Dion (1882-1932) : un réseau complexe de relations et de structures”, pp. 19-30.

26 Cette production et activité cartographique est cédée, semble-t-il en 1908, aux frères Vermot, Joseph et Maurice, père de l’Almanach du même nom.

27 Voir le site institutionnel www.michelin.com. Cliquez sur histoire du groupe Michelin et choisissez les dates sur le bandeau déroulant. En 2009, Michelin a lancé L’aventure Michelin, un espace ou le parcours, l’aventure industrielle de la firme et de ses hommes est mis en avant www.laventuremichelin.com Michelin a toujours été très attaché à son patrimoine industriel, et a su très tôt en tirer parti.

28 O’GALOP (1867-1946), dessinateur, illustrateur français. Travaille pour Michelin jusqu’en 1910.

29 Citation extraite de l’affiche de lancement du Guide, juin 1926. Le Guide régional est d’abord rouge puis vert à partir de 1939.

30 Pour la signalisation routière, de Marina Duhamel Henz, Un demi-siècle de signalisation routière. Naissance et évolution du panneau de signalisation routière (1894-1946), Presses de l’Ecole Nationale des Ponts-et-Chaussées, 1994

31 Jean ORSELLI, “Le rôle déterminant des associations dans la création de la première administration du tourisme en 1910. L’action du Touring Club de France”, Pour mémoire, Cent ans d’administration du Tourisme, Hors-série juillet 2012, pp. 36-43.

32 Etienne CLÉMENTEL (1864-1936). Originaire du Puy-de-Dôme dont il préside l’Assemblée départementale de 1911 à 1935, il est aussi sénateur (de 1920 à sa mort), et huit fois ministre. Voir www.senat.fr pour sa biographie.

33 Revue mensuelle du TCF, 1913, décembre, pp. 530-531. Souligné par moi pour le propos.

34 Revue mensuelle du TCF, 1904, février, p. 54. “Considérant que la circulation sur les fleuves, rivières et canaux, que les croisières sur nos côtes sont appelées à prendre un nouvel et considérable essor, sous l’impulsion principalement de l’application aux canaux et yachts des moteurs mécaniques, a émis le vœu que notre Association s’intéressât à cette nouvelle forme de tourisme. […] Le Conseil a décidé l’institution d’un Comité du tourisme nautique.

35 Revue mensuelle TCF, 1913, décembre, p. 531.

36 Il en sera de même d’ailleurs pour la loi du 2 mai 1930 sur la protection des monuments naturels et des sites, la Comité du TCF en ayant rédigé la première mouture, voir à ces sujets, Patrimoine et patrimonialisation. Entre le matériel et l’immatériel, PUL (Université Laval), la contribution de Juliette Dutour, “La conservation des monuments historiques français à la croisée des intérêts touristiques, scientifiques ou sociaux”, pp. 91-114, et pour le TCF pp. 109-110.

37 Les études secondaires sont payantes jusqu’aux années 1930, et l’école primaire, celle du peuple, s’arrête au Certificat de fin d’études primaires, à 11ou 12 ans (avec ou sans l’obtention du fameux Certif).

38 Pour le lancement du Comité de Tourisme aérien, Revue mensuelle du TCF, 1909, janvier, p. 10 (le Comité a été officialisé quelques jours avant, le 28 décembre 1908).

39 Revue mensuelle TCF, 1909, octobre, p. 483. “Le Touring-Club rendra donc-comme toujours-un grand service à la chose publique, en travaillant à l’organisation du tourisme colonial.”

40 Pour une photographie de la chambre Touring-Club, voir la Revue…, 1903, janvier, pp. 10-11.

41 Revue …, 1914, mars, p. 99. Lucien Cornet (1865-1922) est député (1896-1909) puis sénateur de l’Yonne (1909-1922). Très actif dans ses mandats, et fervent partisan de l’espéranto (ce que l’on est au TCF, il y a sans doute un lien aussi de ce côté-là).
Antoine Borrel (1878-1961) Journaliste ; puis député et sénateur de la Savoie de 1909 à 1944 (on sait que le Sénat suspend ses travaux en 1940). Auteur chez Tallandier de Le tourisme en France, 1933 ; actif également au Conseil supérieur du Tourisme, il y présente un Rapport en 1928, “Il faut à la France un budget de publicité”. Savoyard, il préside le Comité du tourisme en montagne.

42 Allocution du président du TCF au Congrès forestier de 1913, “fait capital de cette année”. Revue du TCF, année 1913, décembre, p. 531.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search