Version classiqueVersion mobile

Une civile société. La République selon Guillaume de la Perrière (1499-1554)

 | 
Géraldine Cazals

Partie III. L’Unité de la civile société

L’Unité de la civile société

Texte intégral

  • 1 G. de La Perriere, Considerations des Quatre Mondes, fol. [F 1 v.].
  • 2 « Qui sur le corps d’un estatue de geant mectoit la teste d’ung pigmain, la disparité et maulvaise (...)

1L’homme, « grand miracle & plus grand chef d’œuvre » de Dieu, demeure au centre de l’univers politique de La Perrière1. Cherchant les règles présidant au fonctionnement de la République, ce dernier interroge la nature humaine. L’analogie anthropomorphique ne se conclut pas, chez lui, par l’affirmation de la suprématie d’une partie donnée du corps politique, mais par la reconnaissance de la complémentarité parfaite de ses membres. Une complémentarité tout aussi admirable qu’impérieuse, car à n’en pas faire cas, c’est l’ensemble de l’édifice qui pourrait s’écrouler2 :

  • 3 G. de La Perriere, « Chronique 218 (1541-1542) », p. 52-53.

Et pour aultant que le corps humain est si bien symmetrié et ordonné par nature qu’il ne peult estre dict sain si le petit doy de la main ou du pied est malade et n’y a si petit et infime membre audict corps qu’il n’aye son office exprez et necessaire tant pour decorer que pour servir toute sa masse corporelle, semblablement au corps politicque donnant ordre aux grandz membres ne fault oublier les petitz car n’y a si petit et mynce estat en la cité qui ne puysse bien nuyre à toute la masse d’icelle si l’on n’a providance sur icelluy3.

2Le penseur sans doute ne l’oublie pas, c’est la mise en œuvre des savoirs et des compétences individuelles au profit de la collectivité qui a présidé à la constitution de la société politique. C’est elle qui continue de légitimer son existence. L’explication conventionnelle de l’origine de la société implique la reconnaissance de devoirs reliant l’individu à la République. Aristote l’a démontré, un adage le répète : l’homme, seul, n’est rien.

  • 4 G. de La Perriere, Miroir Politicque, p. 138.

Nature nous a produit pour vivre en societé & non mye en solitude, comme les bestes sauvages […]. Est-il chose que l’on doive plus hayr que l’homme qui n’est nay que pour soy ? Qui ne fait rien que pour soy ? Qui ne vit que pour soy ? Tel homme seroit digne d’estre separé du commerce des autres humains, & d’estre getté (avecq Timon) au plus profond gouffre de la mer Ionicque, pour donner pasture aux Tritons, Seraynes & autres monstres marins4.

  • 5 Sur la fidélité, G. de La Perriere, « Chronique 226 (1549-1550) », p. 113 et infra, p. 335 ; sur le (...)
  • 6 Saint Thomas voit dans le pluralisme l’application de la loi fondamentale de multiplicité inhérente (...)

3Naturellement enserré dans un réseau familial et solidaire dont l’amitié est le ferment, fidèle à ses amis, à sa famille et à sa cité, l’individu doit utiliser sa force de travail pour œuvrer à la satisfaction de besoins que seul, il n’est pas à même de satisfaire5. C’est la réunion des capacités productives de chacun qui fait la réussite de la République. Et c’est leur complémentarité qui confère à celle-ci la force qui lui est vitale6. La République, comme le corps humain, est nécessairement composée d’hommes dissemblables :

  • 7 G. de La Perriere, Miroir Politicque, p. 91 ; Aristote, La Politique, III, 4, 1277 a 5-6, p. 181.

Comme ainsi soit qu’une Republicque ne puisse estre establye sans parties dissemblables, car les uns d’icelle sont prestres, les autres magistratz, les autres nobles, autres bourgeoys, autres marchans, autres artizans, autres laboureurs, qui sont tous dissemblables en exercice & façon de vivre : comme en semblable nous voyons le corps humain estre composé de membres dissemblables [… ]7.

  • 8 R. Mousnier, Les hiérarchies sociales de 1450 à nos jours, Paris, 1969 ; voir également V. Piano Mo (...)
  • 9 Aristote distingue laboureurs, artisans, commerçants, hommes de peine ou ouvriers – thètes – , ceux (...)
  • 10 G. de La Perriere, Miroir Politicque, p. 166. L’éloge du chiffre sept est fondé sur l’observation d (...)
  • 11 G. de La Perriere, ibidem, p. 166.

4À la recherche de la diversité sociale nécessaire à son bon fonctionnement, La Perrière fait fi de la tripartition fonctionnelle entre oratores, bellatores et laboratores. Celle-ci ne correspond plus ni à la réalité sociale qui l’entoure, ni aux théories aristotéliciennes ou aux conceptions cosmologiques dont il est pénétré. Au début du xvie siècle, les troubles traversés par l’Église, la paupérisation de l’ancienne noblesse, le développement de l’activité commerciale de la bourgeoisie française et son entrée dans des fonctions politiques bouleversent l’ordre de la société8. L’humaniste a lu attentivement Aristote, lequel identifie huit catégories de citoyens9. Curieux de la kabbale, il s’intéresse à la numérologie, le Miroir politicque le montre en un prolixe éloge du chiffre sept, puis en un autre du chiffre six, « premier & duc des nombres parfaitz & premier nombre d’equalité »10. Au bout du compte, c’est à ce dernier chiffre qu’il arrête les catégories de citoyens composant la République, divers préceptes naturels lui montrant que « toute bonne cité et sociale civilité doit estre necessairement fournie et accomplie de six choses »11.

  • 12 La Perrière est en cela encore suivi par P. de La Primaudaye, Academie françoise¸ I, 1581, fol. 221 (...)
  • 13 La citoyenneté est ici fondée sur la participation de l’individu à l’activité globale de la Républi (...)

5Prêtres, magistrats, nobles, bourgeois, artisans et laboureurs constituent les six « manières de gens » nécessaires à la Cité12. Chargés de lui apporter les six choses qui lui sont indispensables, sacrifices, jugements, armes, richesses, arts et aliments, tous sont des citoyens13. L’ordre dans lequel l’auteur les présente se révèle partiellement schématique. S’il lui est évident que l’âme doit prévaloir sur le corps, raison pour laquelle, peut-être, le prêtre figure en premier, il n’en estime pas moins le rôle joué par les laboureurs dans la République. Et s’il y présente le magistrat comme le second type de citoyen, il n’en demeure pas moins conscient de la spécificité de la charge qui lui est assignée, comme il l’a confié quelques pages plus tôt :

  • 14 G. de La Perriere, Miroir Politicque, p. 54. La comparaison platonicienne de la République à un nav (...)

Comme en la mer les mariniers suyvent le commandement du n’aucher ou pilote, les malades du medecin, les viateurs de ceux qui leur monstrent le chemin, les gens de guerre du capitaine, le vassal du Prince ou seigneur. Semblablement le bon & vray citoyen suit & accomplit le commandement de son magistrat. Et comme le bon citoyen est tenu de bien & promptement obeyr, le magistrat est tenu reciproquement de bien & prudemment commander14.

6Le magistrat est responsable de la conservation du corps politique dans son ensemble ; les gouvernés, affectés à des tâches spécialisées, doivent se soumettre à son autorité. L’unité de la République semble réduite à la concorde résultant de la confrontation de ces deux forces politiques. Elle prend des airs de contrat synallagmatique : les devoirs des uns et des autres sont « réciproques ». Au magistrat de « bien & prudemment » commander (chapitre V), au citoyen de « bien & promptement obeyr » (chapitre VI).

Notes

1 G. de La Perriere, Considerations des Quatre Mondes, fol. [F 1 v.].

2 « Qui sur le corps d’un estatue de geant mectoit la teste d’ung pigmain, la disparité et maulvaise proportion le rendroit mal plaisant ». G. de La Perriere, « Chronique 226 (1549- 1550) », p. 118.

3 G. de La Perriere, « Chronique 218 (1541-1542) », p. 52-53.

4 G. de La Perriere, Miroir Politicque, p. 138.

5 Sur la fidélité, G. de La Perriere, « Chronique 226 (1549-1550) », p. 113 et infra, p. 335 ; sur les besoins de l’homme, Miroir Politicque, p. 186 et supra, p. 67.

6 Saint Thomas voit dans le pluralisme l’application de la loi fondamentale de multiplicité inhérente à la nature de l’ordre : à ses yeux, la centralisation tue tandis que l’ordre vivifie ; la centralisation égalise tandis que l’ordre différencie ; la centralisation anémie les sociétés secondaires tandis que l’ordre les suscite et les fait s’épanouir. G. de Lagarde, La naissance de l’Esprit laïque, II, p. 80.

7 G. de La Perriere, Miroir Politicque, p. 91 ; Aristote, La Politique, III, 4, 1277 a 5-6, p. 181.

8 R. Mousnier, Les hiérarchies sociales de 1450 à nos jours, Paris, 1969 ; voir également V. Piano Mortari, Diritto, Logica, Metodo, p. 107-116.

9 Aristote distingue laboureurs, artisans, commerçants, hommes de peine ou ouvriers – thètes – , ceux qui se chargent de la défense du pays, ceux qui ont part à l’administration de la justice ou délibèrent sur les affaires de l’État, ceux qui le servent par leur fortune, et les magistrats. Aristote, IV, 4, 1291 a, p. 272-274.

10 G. de La Perriere, Miroir Politicque, p. 166. L’éloge du chiffre sept est fondé sur l’observation des astres et planètes, la vie de l’homme, la Bible, Aristote, Valesco de Tarenta au prologue de son Philome, et Macrobe. Celui du chiffre six suit la doctrine pytagoricienne, Boèce Séverin, Nicolas de Cusa, Charles Bouelles, Jacques Lefèvre d’Étaples, puis la Bible ; on retrouve ce dernier chez J. Bodin, Les six Livres, VI, 6 ; IV, 2, p. 88-89.

11 G. de La Perriere, ibidem, p. 166.

12 La Perrière est en cela encore suivi par P. de La Primaudaye, Academie françoise¸ I, 1581, fol. 221-224.

13 La citoyenneté est ici fondée sur la participation de l’individu à l’activité globale de la République, non, comme chez Aristote, sur le caractère actif de sa participation au gouvernement ou aux charges publiques. Aristote, La Politique, III, 1, 1275 b, p. 167 ; L. Bescon, « Remarques sur la conception aristotélicienne de la citoyenneté », Souveraineté et citoyenneté, p. 23-34. Sur le concept moderne de citoyenneté, J. E. Blythe, Ideal Government, p. 215-217, 222-225 et 296 ; W. Ullman, The Individual and Society in the Middle Ages, Baltimore, 1966 ; Id., « The Rebirth of the Citizen on the Eve of the Renaissance Period », dans Aspects of the Renaissance. A symposium, dir. A. R. Lewis, Austin-Londres, 1967, p. 5-25 ; L’individu dans la théorie politique, p. 1-42 ; chez J. Bodin, Les six Livres, I, p. 111.

14 G. de La Perriere, Miroir Politicque, p. 54. La comparaison platonicienne de la République à un navire est illustrée par un emblème d’A. Alciat, « Esperance prochaine », dans Toutes les emblemes, p. 67.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search