Version classiqueVersion mobile

Une civile société. La République selon Guillaume de la Perrière (1499-1554)

 | 
Géraldine Cazals

Partie II. L’ordre de la civile société

L’ordre de la civile société

Texte intégral

  • 1 G. de La Perriere, Miroir Politicque, p. 44 ; définition reprise presque textuellement par P. de La(...)

Le Philosophe dit, que là ou n’ha ordre, est toute confusion. Comme le bon mesnager & pere de famille doit donner ordre à sa maison, le naucher à son navire, le bon magistrat doit donner ordre à sa cité et Republicque : car toute communité est confusion, si par ordre elle n’est reduite à unité. Ordre est la deue disposition de toutes choses. Ordre (comme dit saint Augustin en sa divine cité) est certaine disposition, baillant ses lieux tant à ceux qui ont parité que disparité1.

  • 2 L’idée est aristotélicienne. Aristote, Physique, II, 1, cité par M. Senellart, Les arts de gouverne (...)
  • 3 Voir l’arbre contenant les conditions requises à la conservation des Républiques et son commentaire (...)
  • 4 Les écrits de saint Augustin font de l’« ordre »« ce qui nous conduit à Dieu, si nous le respectons (...)
  • 5 G. de La Perriere, Miroir Politicque, p. 46.

1La Perrière envisage l’univers comme un système dans lequel toute chose occupe une place déterminée2, un ensemble dont les règles et l’ordonnancement, reflétant la volonté divine, garantissent l’honnêteté. Le Miroir politicque fait donc naturellement de l’ordre l’un des présupposés fondamentaux de la République3. La chose n’est guère surprenante. Pensé comme le reflet de l’ordre cosmologique, puis doté de connotations morales complexes par les auteurs antiques, l’ordre de la République avait été au Moyen Âge reconsidéré par la philosophie chrétienne. À la recherche de l’ordre unique destiné à conduire l’homme jusqu’à la cité céleste, nombreux avaient été les théologiens qui s’étaient employés activement à en préciser les contours4. Au xvie siècle, ce sont encore les Saintes Écritures et la Cité de Dieu qui nourrissent la pensée d’un humaniste dont l’univers cosmologique est tout entier dépendant du religieux, Job affirmant que « Royaume ou Cité sans ordre est méritoirement comparée aux enfers »5, ou saint Thomas d’Aquin subordonnant la notion à celle de sa fin, car

  • 6 Ibidem, p. 53. Saint Thomas d’Aquin reprend les thèses de saint Augustin en montrant que l’ordo cor (...)

la fin de tout bon ordre tend à utilité : la fin de confusion tend à dommage & destruction6.

  • 7 G. de La Perriere, ibidem, p. 45.
  • 8 « Ordre est la deue disposition de toutes choses », ibidem, p. 44. Pour les auteurs médiévaux, tout (...)
  • 9 Saint Augustin (Sapientia, 11, 21 ; De ordine, I, 10, 28) considérait que l’ordre divin avait été é (...)

2Le bref développement que le Miroir Politicque consacre à l’ordre se limite au traitement d’une seule question : la nécessité de répartir « les plus honnorables estatz & plus eminentes dignitez du Royaume & cité » à des gens méritants7. Le gouvernement de la République doit être laissé non aux « idiotz et infimes », mais aux « nobles et vertueux », le choix du régime constituant un élément fondamental de l’ordre politique. L’auteur pour autant n’en oublie pas que la mise en ordre de la cité ne pourra se faire sans droit ou sans justice . La République doit donc être dotée d’un ordre juridique stable, fondé sur la famille et la propriété (chapitre III)8, comme sur les lois qui permettront l’avènement du règne de la justice (chapitre IV)9.

Notes

1 G. de La Perriere, Miroir Politicque, p. 44 ; définition reprise presque textuellement par P. de La Primaudaye, Académie Françoise, I, 1581, fol. 220.

2 L’idée est aristotélicienne. Aristote, Physique, II, 1, cité par M. Senellart, Les arts de gouverner, p. 163.

3 Voir l’arbre contenant les conditions requises à la conservation des Républiques et son commentaire. G. de La Perriere, Miroir Politicque, p. 41, 44-46.

4 Les écrits de saint Augustin font de l’« ordre »« ce qui nous conduit à Dieu, si nous le respectons dans nos vies ». L’ordre de la société terrestre est alors le reflet d’un ordre supérieur, intelligible. Mais la pensée du « Docteur de la grâce » avait évolué sur ce point, les observations tirées du présent et la lecture de saint Paul lui ayant peu à peu fait percevoir l’abîme existant entre ce discours platonicien, le discours biblique et la réalité. Histoire de la pensée politique médiévale (350-1450), dir. J. H. Burns, éd. fr. J. Ménard, Paris, 1988, p. 104-107.

5 G. de La Perriere, Miroir Politicque, p. 46.

6 Ibidem, p. 53. Saint Thomas d’Aquin reprend les thèses de saint Augustin en montrant que l’ordo correspond à une cause finale. P. Michaud-Quantin, « Ordo et ordines », dans Études sur le vocabulaire philosophique du Moyen Âge, avec la collaboration de M. Lemoine, Rome, 1970, p. 85 sq.

7 G. de La Perriere, ibidem, p. 45.

8 « Ordre est la deue disposition de toutes choses », ibidem, p. 44. Pour les auteurs médiévaux, toute la « Politique » est contenue dans la règle de droit, écrit G. de Lagarde, Recherches sur l’esprit politique, p. 14. Ainsi Gerson définit-il l’ordre de la manière suivante : « C’est quant chascune dez chosez a ce qu’il luy appartient, est en son droict lieu », cité par J. Krynen, L’empire du roi, p. 244.

9 Saint Augustin (Sapientia, 11, 21 ; De ordine, I, 10, 28) considérait que l’ordre divin avait été établi avec nombre (species), poids (modus) et mesure (ordo). La notion était ainsi très proche de celle de justice : « Ordo est parium dispariumque rerum sua cuique loca tribuens dispositio » (De civitate dei, xix, 13, 1). Saint Thomas d’Aquin reprit ces thèmes en montrant qu’ordo correspondait à une cause finale. P. Michaud-Quantin, « Ordo et ordines », p. 85 sq.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search