Version classiqueVersion mobile

Laïcité et défense de l'État de droit

 | 
Joël Andriantsimbazovina
, 
Patrick Kabou

Quatrième Partie : Religions et libertés fondamentales

Liberté religieuse et Église du silence : les discours de 1965 au Concile Vatican II

Christine Mengès-Le Pape

Texte intégral

« L’histoire nous avertit que ce Concile doit proclamer le principe de la liberté religieuse et de la liberté de conscience en des paroles bien claires et sans aucune restriction qui serait inspirée par des motifs d’opportunisme »,
intervention du cardinal Beran,
archevêque de Prague, au Concile Vatican II,
20 septembre 1965.

  • 1 É. Poulat, Compte-rendu de lecture sur Wei Tsing-Sing (Louis) Le Saint-Siège et la Chine, de Pie X (...)
  • 2 J. Zen, Per Amore del moi popolo non tacerò, Hong Kong, Chorabooks, 2018 ; L. Wei Tsing-Sing, Le S (...)
  • 3 « Selon l’article 36 de la Constitution chinoise, les citoyens de la République populaire de Chine (...)
  • 4 Cardinal Zen, « Le pape François doit rompre les négociations avec Pékin », La Croix, 21 novembre (...)
  • 5 « Un cardinal chinois dénonce l’accord entre Pékin et le vatican sur la nomination des évêques », (...)
  • 6 Lettre ouverte du cardinal Joseph Zen Ze-Kiun, évêque émérite de Hong Kong, sur le site AsiaNews d (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 « Homélie de S. S. Paul VI, lors de sa visite aux catacombes de Sainte-Domitille » 12 septembre 19 (...)
  • 9 A. Wenger, Vatican II, chronique de la deuxième session, Paris, Éditions du Centurion, coll. L’Égl (...)
  • 10 Lettre du pape Benoît XVI aux évêques, aux prêtres, aux personnes consacrées et aux fidèles laïcs (...)

1La question posée par ces journées sur les relations entre liberté religieuse et État de droit renvoie inévitablement aux embarras contemporains, souvent urgents et toujours reliés à un passé plus ou moins lointain. Or et nous le savons, lorsqu’un État s’écarte de la tradition des libertés pour aller vers un projet plus totalisant et parfois totalitaire, en rupture avec la neutralité en matière spirituelle, on aperçoit « des visions antagonistes »1 qui s’opposent et s’entrechoquent. Et l’on est confronté au dilemme entre maintenir les liens parfois périlleux du religieux avec le politique, ou accepter que ces relations se distendent pour éviter toute fausse réconciliation ou compromission. Du côté des actualités livrées par l’Observatoire de la liberté religieuse, il y a les alertes lancées auprès des autorités vaticanes par l’évêque émérite de Hong Kong, sur l’avenir du catholicisme en Chine2. Elles s’opposent à l’accord provisoire du 22 septembre 2018, passé entre le Saint-Siège et la République populaire qui porte sur la nomination - sans autorisation romaine- d’évêques par Pékin. Et l’on peut lire les interrogations fortement critiques utilisées par le cardinal Zen : « Mais est-il possible, dit-il, d’avoir quelque chose “en commun” avec un régime totalitaire ? Pourrait-on imaginer un accord entre saint Joseph et le roi Hérode ? ». Et l’évêque de Hong Kong d’ajouter : « Mieux vaut la clandestinité qu’un mauvais accord »3. Pour dire ce risque des négociations conclues souvent par méconnaissance, on trouve également cette formule du cardinal : « Je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi ils dialoguent avec la Chine », dans le souvenir des nombreuses répressions supportées par l’Église clandestine : les confiscations de biens, les destructions d’églises, les emprisonnements et les exécutions de prêtres clandestins4. Dans ses déclarations où il conseille au clergé clandestin de « retourner aux catacombes pour sauver leur foi et attendre des temps meilleurs »5, le cardinal Zen remonte l’histoire du XXsiècle ; il évoque les discriminations de la pax sovietica, et fait resurgir les figures des prélats d’Europe centrale qui ont été arrêtés et emprisonnés dans les pays de démocratie populaire. Ses discours les plus récents de l’hiver 2018 mentionnent les noms de l’archevêque d’Esztergom, József Mindszenty, du primat de Pologne, Stefan Wyszyński, de Jozef Beran, archevêque de Prague6. Ce rapprochement entre l’Europe centrale de la période soviétique et la Chine des XXe et XXIsiècles n’a rien de surprenant ; il est aussi repris par le Saint-Siège, avec l’expression que le pape François a employée à propos de la Chine et qui a donné lieu à des commentaires les plus contradictoires : « Je ne veux pas d’une autre affaire Mindszenty »7. L’actualité introduit ainsi au cœur de cet affrontement de deux attitudes qui ramènent aux millésimes 1960 et aux reproches entassés contre l’Ostpolitik vaticane. De cette alternative entre dialoguer ou ne plus dialoguer, devait sortir une doctrine particulièrement dense et renouvelée sur l’État et la liberté religieuse. Les discussions de la fin de l’été 1965, lors du Concile Vatican II, autour du schéma XIII De libertate religiosa ont fait large place à l’Église du silence8, elles ont également répondu aux attentes du monde sur la liberté9, et servent toujours de socle lors des tumultes actuels, on peut ici rappeler la lettre du pape Benoît XVI « aux évêques, …, de l’Église catholique de Chine »10. Regardons d’abord :

I. La question de l’État

  • 11 A. Guezengar, « Le problème de la rupture totalitaire », Études arendtiennes, mai 2018.
  • 12 « Intervention du cardinal Spellman, archevêque de New York », 15 décembre 1965, La documentation (...)
  • 13 « Radiomessage de Noël de S. S. Paul VI », « La fraternité entre les hommes », La documentation ca (...)
  • 14 « Allocution de S. S. Paul VI au Sacré-Collège et à la curie romaine », La documentation catholiqu (...)
  • 15 « La liberté religieuse, rapport lu au Concile par S. Exc., Mgr De Smedt, évêque de Bruges, le 19  (...)

2Entre 1960 et 1965, les discussions romaines ont traité des risques de catastrophe totalitaire11, et elles ont consacré, en même temps, le principe d’une impartialité bienveillante12, c’est-à-dire de neutralité. Elles ont montré la distance qui s’opère entre les ruptures totalitaires de l’Europe soviétisée et les nouveaux mouvements de la vie politique en Occident vers la liberté -que retient Rome. Dans son radiomessage de Noël 1964, Paul VI ne dissimule pas ses inquiétudes, il dénonce tout contrôle de l’Église par les pouvoirs publics qui s’insinuent dans un domaine situé en dehors de leur compétence13. Et pour illustrer ces alarmes qui atteignent le principe de l’autonomie des sphères, les Pères conciliaires convoquent l’histoire. Leurs discours montrent « combien les temps ont changé »14 pour les pouvoirs publics depuis la formulation au XVIe siècle par le canoniste luthérien Joachim Stephani du cujus regio, ejus religio. Cette maxime régaliste donnait aux princes des iura imperantis circa sacra alors que l’État – commente en 1963 Mgr De Smedt, évêque de Bruges – « n’a jamais le droit de diriger ou de contraindre en matière religieuse »15, dans la reprise du verset « rendre à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu ».

  • 16 « Intervention du cardinal Heenan, archevêque de Westmisnter » 17 septembre 1965, La documentation (...)
  • 17 « Intervention du cardinal Beran, archevêque de Prague », La documentation catholique, 1965, col.  (...)
  • 18 Ibid.
  • 19 R. Minnerath, L'Église et les États concordataires (1846-1981) : la souveraineté, 1983, Paris, Les (...)
  • 20 Ibid.
  • 21 R. Minnerath, Le droit de l'Église à la liberté, du Syllabus à Vatican II, 1983, Paris, Éditions B (...)
  • 22 « Homélie de S. S. Paul VI, lors de sa visite aux catacombes de Sainte-Domitille » 12 septembre 19 (...)

3L’archevêque de Westmisnter, le cardinal Heenan, rappelle qu’alors « de part et d’autre on brûlait des hérétiques »16. En 1965, le cardinal Beran évoque le supplice de Jean Hus : « ce recours au bras séculier voulait ou prétendait servir l’Église, il a laissé une blessure dans le cœur de la population »17 ; et l’archevêque de Prague explique les persécutions du XXe siècle par l’Église qui « semble expier aujourd’hui les fautes et les péchés qui ont été commis en son nom contre la liberté religieuse »18. D’autres lieux de collusion sont dénoncés, ceux des concordats ou des séparations du XIXe siècle, qui subordonnent pareillement la religion au service du politique, car ces actes étaient fondés sur l’omni-compétence juridique de l’État19. On y voit l’incorporation de l’Église dans l’organisme moniste de l’État et sa soumission à son autorité souveraine20. C’est ici, cent ans après la publication du Syllabus, la reprise de la 39ème proposition de ce recueil de Pie IX, contre « la puissance illimitée de l’État, origine et source de tous les droits, et qui jouit d’un droit illimité »21. Or selon les théologiens du Concile, cette conception historique de l’État a évolué sous la pression de la libéralisation, elle n’est plus la même au XXe siècle, avec toutefois l’exception des territoires communistes que condamne Paul VI, comme un retour à l’Antiquité et aux séductions du dominium mundi : « Les persécuteurs d’hier poursuivent le même but, exprime le pape, que ceux d’aujourd’hui, par la violence et la pression de tout l’appareil légal, judiciaire ou administratif »22.

  • 23 Intervention du cardinal Stefan Wyszyński au cours de la session IVe de Vatican II, septembre 1965 (...)
  • 24 Lettre de l’épiscopat polonais aux prêtres, 17 octobre 1966, La documentation catholique, 1967, co (...)
  • 25 Intervention du cardinal Stefan Wyszyński au cours de la session IVe de Vatican II, septembre 1965 (...)
  • 26 « Intervention du cardinal Beran, archevêque de Prague », La documentation catholique, 1965, col.  (...)
  • 27 « Intervention du cardinal Spellman, archevêque de New York », 15 décembre 1965, La documentation (...)

4Toujours au cours de cette IVe session du Concile, le cardinal Wyszyński qui était un canoniste, insiste sur les interprétations du matérialisme dialectique qui déforment les notions de droit, d’État et de liberté23, et les opposent aux définitions données par la modernité occidentale auxquelles la Pologne reste attachée24 ; Stefan Wyszyński en parle comme des principes issus du monde civilisé. À travers cet appareil de comparaisons, le primat de Pologne interroge la finalité du droit donnée par ce monde du diamat qui éloigne de l’objectif classique de justice et de bien commun, pour placer le droit au service de la Révolution : « le droit y est asservi à la révolution, note Stefan Wyszyński, dans l’oubli des personnes. …au fond l’État a cessé d’exister »25. Il n’est ici plus question d’État de droit. De ces parcours à travers l’histoire et les espaces, les Pères conciliaires retiennent l’impérieuse nécessité de refuser toute coercition étatique, toute pression de la part des régimes absolus contre les Églises, toute discrimination entre les citoyens pour motif de religion. Il s’agit de rechercher dans le socle scriptural les racines d’une immunité contre les pressions extérieures. Les prélats orientaux se réfèrent alors à l’image du Christ qui prêche, invite mais ne contraint jamais26. Pour contrer les absolutismes contemporains, les prises de parole au Concile livrent la notion de neutralité, avec le modèle d’un État impartialement bienveillant envers tous27. Et contre les totalitarismes qui font de l’État la fin exclusive de l’État, on retrouve ici la finalité aristotélicienne du bien commun confiée au juste gouvernement, et ce retrait du politique engage :

II. Vers la définition de la liberté religieuse

  • 28 « Intervention du cardinal Josyf Slipyj », 16 décembre 1965, La documentation catholique, 1965, co (...)
  • 29 Ibid.
  • 30 « La liberté religieuse, rapport lu au Concile par S. Exc., Mgr De Smedt, évêque de Bruges, le 19  (...)

5Dans son discours du 16 septembre 1965, le cardinal Josyf Slipyj, métropolite de l’Église gréco-catholique ukrainienne, montre le caractère récent de l’intérêt porté à ce principe de liberté que provoquent les violences contemporaines : « chaque concile cherche à trouver des remèdes pour les besoins de l’Église dans son temps »28, Josyf Slipyj remarque alors combien l’Église actuelle a besoin de préciser sa doctrine sur la liberté religieuse, « car au cours de son histoire elle n’a jamais subi autant de persécutions aussi graves »29. Selon les Pères conciliaires, la liberté est surtout à introduire dans les relations souvent contraignantes que le politique établit à l’égard du religieux, et que le religieux tente de rechercher auprès du politique. Si l’État doit se retirer de la sphère religieuse, l’Église doit réciproquement se retirer de la sphère politique pour retrouver sa part que limite l’ordre public30.

  • 31 Ibid., col. 175 et 176.
  • 32 Ibid.
  • 33 « La liberté religieuse chrétienne, compte rendu de l’intervention du cardinal Florit, archevêque (...)
  • 34 Lettre Encyclique de S. S. Jean XXIII, Pacem in terris, sur la paix entre toutes les nations, fond (...)

6Par des traits anthropomorphiques, l’évêque de Bruges critique cette propension de l’Église à rechercher bien souvent la protection du politique qui peut contenir un fort risque de compromission ou d’opportunisme : « Dans ses épreuves et ses difficultés, expose Mgr De Smedt, l’Église ne doit plus chercher refuge dans les bras des pouvoirs publics »31, ou encore « la confiance de l’Église ne doit pas reposer sur l’autorité civile »32. Les théologiens exhortent l’Église à ne plus être dans l’État, à se soustraire aux iura maiestatica, souvent acceptés par l’Église pour des raisons d’opportunisme, parfois de confort. Se dégage à Rome la notion de liberté religieuse, qui affranchit l’Église de toute ingérence de l’État, mais la place dans une situation peut-être plus inconfortable, selon l’expression du cardinal Florit, archevêque de Florence33. D’ailleurs qu’importe l’inconfort, comme le signalent les évêques polonais, il y va de la défense des droits de l’homme, parmi lesquels l’encyclique Pacem in terris du 11 avril 1963 désigne tout particulièrement le droit à la liberté religieuse34.

  • 35 « La liberté religieuse, rapport lu au Concile par S. Exc., Mgr De Smedt, évêque de Bruges, le 19  (...)
  • 36 « Intervention de Mgr Antoni Baraniak, archevêque de Poznan : l’expérience polonaise », 17 septemb (...)

7Avant d’en donner la définition, les Pères conciliaires d’Europe centrale indiquent combien ce droit relève d’une vérité fondamentale. Dans leurs discours une synonymie s’établit entre droit et vérité. Ces équivalences s’expliquent par l’urgence des discriminations, mais aussi par la tradition juridique orientale tellement différente des doctrines occidentales, car plus mystique. Ici, l’étymologie slave renseigne beaucoup. Nous le savons, en Europe de l’Est, le vocabulaire juridique est construit à partir de la racine praw, prawa, prawo, qui signifie le droit mais qui a également donné le terme de vérité, prawda. Les termes juridiques ont donc une résonnance ou une fécondité différente des registres occidentaux : à l’Est, par l’étymologie, le droit et la vérité vont ensemble, les notions restent liées. Dans le discours conciliaire, le droit à la liberté religieuse devient recherche de la vérité, pour éviter que ce droit ne serve des intérêts particularistes et des principes erronés35. Le 17 septembre 1965, le représentant de l’épiscopat polonais, Mgr Antoni Baraniak qui avait été emprisonné à Poznan de 1953 à 1956, enseigne cette recherche de la vérité comme garantie et finalité de la liberté, à côte de la dignité de la personne et du bien commun qui pour l’État consiste à la protection de l’ordre public36.

  • 37 Ibid., col. 1776 ; « La liberté religieuse, étude de S. Exc., Mgr Carlo Colombo, évêque de Victori (...)
  • 38 Ve congrès international des juristes catholiques, à Salamanque, septembre 1965, La documentation (...)
  • 39 A. Wenger, Vatican II, chronique de la troisième session, Paris, Éditions du Centurion, coll. L’Ég (...)

8Après avoir parlé de la finalité, les évêques d’Europe de l’Est s’accordent sur le contenu de la liberté religieuse qu’ils fondent sur les Écritures, puis sont citées les sources modernes avec les lettres libérales des papes depuis Léon XIII et l’encyclique du 20 juin 1888, Libertas Præstantissimum. Des discussions conciliaires, émerge une doctrine sur la liberté religieuse qui bouscule la notion plus étroite et différente de tolérance, et s’en éloigne pour affirmer la liberté de conscience, la liberté de culte et la liberté de l’instruction religieuse qui servent une approche plus communautaire37. À l’occasion de leur Ve congrès international, les juristes catholiques soulignent ces deux dimensions de cette liberté à la fois individuelle et communautaire38. Dans son rapport sur l’Église du silence, le cardinal Koenig, archevêque de Vienne, va dans ce même sens, lorsqu’il réclame la liberté d’instruction39. Il finit son discours par une dénonciation des discriminations exercées contre les croyants qui – du rideau de fer et jusqu’à la mer de Chine – sont chahutés comme des citoyens de seconde zone. C’était ici inviter à renoncer aux discriminations pour cause de religion, et promouvoir tout à la fois la dignité de l’homme et le bien commun à travers la liberté religieuse.

  • 40 «  Homélie de S. S. Paul VI, lors de sa visite aux catacombes de Sainte-Domitille » 12 septembre 1 (...)
  • 41 Ibid.
  • 42 Ibid.
  • 43 Lettre ouverte du cardinal Joseph Zen Ze-Kiun, évêque émérite de Hong Kong, sur le site AsiaNews d (...)

9Dans son homélie du 12 septembre 1965, prononcée aux catacombes de Sainte-Domitille, Paul VI fait le constat des pressions de l’appareil légal contre la liberté pourtant consacrée comme principe fondamental : « il est pénible, déplore-t-il, de voir que dans tant de pays après avoir tant parlé du peuple et de sa liberté, on cherche à asphyxier la libre vie religieuse du peuple et des individus »40. Et la suite du discours établit toujours ce parallèle : entre « l’Église des catacombes et l’Église qui aujourd’hui souffre dans les pays au régime athée et totalitaire, il y a, prononce le pape, des analogies réelles et évidentes »41. Toutefois au-delà des répressions, et selon la formule de Paul VI, les catacombes et la clandestinité enseignent que « la liberté l’emporte et finit toujours par s’imposer et devenir salutaire et bienfaisante même pour ceux qui l’ont combattue »42. Cette attitude d’attente lors des persécutions est restituée par le cardinal Zen, dans son exhortation faite aux prêtres clandestins de la République populaire de Chine : « Vous ne pouvez plus officier ? Rentrez chez vous et priez avec votre famille. Labourez la terre. Attendez des temps meilleurs, retournez aux catacombes »43.

Notes

1 É. Poulat, Compte-rendu de lecture sur Wei Tsing-Sing (Louis) Le Saint-Siège et la Chine, de Pie XI à nos jours, Archives de sociologie des religions, n° 33, 1972. p. 308.

2 J. Zen, Per Amore del moi popolo non tacerò, Hong Kong, Chorabooks, 2018 ; L. Wei Tsing-Sing, Le Saint-Siège et la Chine, Sotteville-Lès-Rouen, Éditions A. Allais, 1971.

3 « Selon l’article 36 de la Constitution chinoise, les citoyens de la République populaire de Chine jouissent de la liberté de croyance religieuse. Aucun organisme d’État, groupement social ou individu ne peut forcer un citoyen à suivre ou non une religion, ni à discriminer quelqu’un sur le fondement de ses croyances religieuses. « L’État protège les activités religieuses ordinaires » et interdit l’utilisation de la religion pour des activités qui « troublent l’ordre public, nuisent à la santé des citoyens ou interfèrent avec le système éducatif de l’État ». Les organisations et activités religieuses ne doivent pas être « soumises à une domination étrangère ». (China (People’s Republic of)’s Constitution of 1982 with Amendments through 2004, constituteproject.org, https://www.constituteproject.org/constitution/China_2004.pdf?lang=en).
Dans la pratique, l’article 36 de la Constitution ne protège que les activités des cinq traditions religieuses officiellement reconnues – le bouddhisme, le taoïsme, l’islam, le protestantisme et le catholicisme – et celles qui sont dirigées par les sept associations « patriotiques » reconnues par l’État. La pratique ou l’expression religieuse en dehors du cadre contrôlé par l’État est illégale, et au cours des 70 dernières années, elle a subi des peines, persécutions et de la répression à des degrés divers. Les nouvelles règlementations des affaires religieuses, entrées en vigueur le 1er février 2018, représentent les nouvelles lois, les plus restrictives depuis 13 ans, en matière de pratique religieuse », Observatoire de la liberté religieuse, « Chine et Hong Kong, Cadre juridique de la liberté religieuse et son application effective », 17 novembre 2018, https://www.liberte-religieuse.org/chine/

4 Cardinal Zen, « Le pape François doit rompre les négociations avec Pékin », La Croix, 21 novembre 2018.

5 « Un cardinal chinois dénonce l’accord entre Pékin et le vatican sur la nomination des évêques », Le Monde, 14 septembre 2018.

6 Lettre ouverte du cardinal Joseph Zen Ze-Kiun, évêque émérite de Hong Kong, sur le site AsiaNews de l’Institut pontifical pour les missions étrangères, 29 janvier 2018.

7 Ibid.

8 « Homélie de S. S. Paul VI, lors de sa visite aux catacombes de Sainte-Domitille » 12 septembre 1965, La documentation catholique, 1965, col. 1671 et suiv.

9 A. Wenger, Vatican II, chronique de la deuxième session, Paris, Éditions du Centurion, coll. L’Église et son temps, 1964. Y est cité Mgr De Smedt, évêque de Bruges : « Le monde attend que l’Église se prononce hautement sur la liberté religieuse et qu’elle le fasse tout de suite », p 182 et suiv.

10 Lettre du pape Benoît XVI aux évêques, aux prêtres, aux personnes consacrées et aux fidèles laïcs de l’Église catholique en République populaire de Chine, 27 mai 2007 : « Que la Chine le sache : l’Église catholique a le vif désir d’offrir, une nouvelle fois, un service humble et désintéressé, en ce qui relève de sa compétence, pour le bien des catholiques chinois et de tous les habitants du Pays ».

11 A. Guezengar, « Le problème de la rupture totalitaire », Études arendtiennes, mai 2018.

12 « Intervention du cardinal Spellman, archevêque de New York », 15 décembre 1965, La documentation catholique, 1965, col. 1767.

13 « Radiomessage de Noël de S. S. Paul VI », « La fraternité entre les hommes », La documentation catholique, 1965, col. 134 et suiv., 22 décembre 1964 : « L’Église ne peut donc ne pas exprimer publiquement ses regrets lorsque cette aspiration incoercible se trouve gênée, entravée, étouffée, voire punie par la force des pouvoirs publics, qui, dans ce cas, prétendent envahir un domaine qui dépasse leur compétence. À propos de cette question qui demanderait une réponse beaucoup plus large et approfondie, nous pouvons en tout cas répéter ce que l’Église proclame aujourd’hui : la liberté de religion juste et bien comprise ; l'interdiction de tirer prétexte des croyances d’autrui, à supposer qu’elles ne soient pas contraires au bien commun, pour imposer une foi non librement acceptée, pour procéder à des discriminations odieuses ou à des vexations indues ».

14 « Allocution de S. S. Paul VI au Sacré-Collège et à la curie romaine », La documentation catholique, 1965, col. 139 et suiv., 24 décembre 1964 : « Così, possiamo dimenticare le sempre difficili condizioni, in cui la Chiesa si trova in Paesi a Noi cari e a Noi ostili, dove tante elementari libertà sono dosate o negate alla vita cattolica, e dove l’educazione della gioventù specialmente è pervasa dalla negazione di Dio e di Cristo, e dall’opposizione e dal discredito alla Chiesa Cattolica? E le prove sofferte dai nostri Missionari e Missionarie, in più d’un Paese, quest’anno, non saranno ora da Noi ricordate? La loro gravità, giunta talora all’esilio, allo strazio delle persone inermi e innocenti e al sangue, merita il gemito e la deplorazione dei cuori buoni e civili, ed esige da Noi l’encomio per chi dà a Cristo la testimonianza della suprema fedeltà ».

15 « La liberté religieuse, rapport lu au Concile par S. Exc., Mgr De Smedt, évêque de Bruges, le 19 décembre 1964 », La documentation catholique, 1965, col. 169 et suiv.

16 « Intervention du cardinal Heenan, archevêque de Westmisnter » 17 septembre 1965, La documentation catholique, 1965, col. 1777 et suiv. : « tout au long des siècles, et presque jusqu’à aujourd’hui, on avait une conception très simpliste et très étroite de la foi. Dans l’optique des protestants comme des catholiques, les chrétiens étaient ou bien de notre bord, ou bien hérétiques ou schismatiques. Pratiquement personne ne prenait en considération, -et encore moins n’accordait- le droit pour un homme de suivre sa conscience ».

17 « Intervention du cardinal Beran, archevêque de Prague », La documentation catholique, 1965, col. 1787 et suiv., « L’histoire nous avertit que ce Concile doit proclamer le principe de la liberté religieuse et de la liberté de conscience en des paroles bien claires et sans aucune restriction qui serait inspirée par des motifs d’opportunisme. Si nous faisons cela, également dans un esprit de réparation pour les péchés du passé, l’autorité morale de l’Église y gagnera grandement, pour le plus grand bien des peuples ».

18 Ibid.

19 R. Minnerath, L'Église et les États concordataires (1846-1981) : la souveraineté, 1983, Paris, Les Éditions du Cerf, coll. « Droit canonique », 2012.

20 Ibid.

21 R. Minnerath, Le droit de l'Église à la liberté, du Syllabus à Vatican II, 1983, Paris, Éditions Beauchesne, coll. « le Point théologique », n° 39, 1982.

22 « Homélie de S. S. Paul VI, lors de sa visite aux catacombes de Sainte-Domitille » 12 septembre 1965, La documentation catholique, 1965, col. 1671 et suiv. ; « La liberté religieuse, étude de S. Exc., Mgr Carlo Colombo, évêque de Victoriana, octobre 1964 », La documentation catholique, 1965, col. 1201.

23 Intervention du cardinal Stefan Wyszyński au cours de la session IVe de Vatican II, septembre 1965, dans Cardinal Wyszyński, un évêque au service du peuple de Dieu, recueil de lettres, préface du Cardinal Gabriel-Marie Garonne, Paris, Éditions Saint-Paul, 1973, p. 78.

24 Lettre de l’épiscopat polonais aux prêtres, 17 octobre 1966, La documentation catholique, 1967, col. 437.

25 Intervention du cardinal Stefan Wyszyński au cours de la session IVe de Vatican II, septembre 1965, dans Cardinal Wyszyński, un évêque au service du peuple de Dieu, recueil de lettres, préface du Cardinal Gabriel-Marie Garonne, Paris, Éditions Saint-Paul, 1973, p. 78.

26 « Intervention du cardinal Beran, archevêque de Prague », La documentation catholique, 1965, col. 1787 et suiv.

27 « Intervention du cardinal Spellman, archevêque de New York », 15 décembre 1965, La documentation catholique, 1965, col. 1767 : « L’Église veut qu’en matière de religion l’État soit impartialement bienveillant envers tous ».

28 « Intervention du cardinal Josyf Slipyj », 16 décembre 1965, La documentation catholique, 1965, col. 1768.

29 Ibid.

30 « La liberté religieuse, rapport lu au Concile par S. Exc., Mgr De Smedt, évêque de Bruges, le 19 décembre 1964 », La documentation catholique, 1965, col. 175 et 176.

31 Ibid., col. 175 et 176.

32 Ibid.

33 « La liberté religieuse chrétienne, compte rendu de l’intervention du cardinal Florit, archevêque de Florence », le 17 septembre 1965, La documentation catholique, 1965, col. 17795 et 176.

34 Lettre Encyclique de S. S. Jean XXIII, Pacem in terris, sur la paix entre toutes les nations, fondée sur la vérité, la justice, la charité, la liberté,11 avril 1963 : « Ce fait montre que certains gouvernements restreignent à l'excès la sphère de liberté à laquelle chaque citoyen a droit et dont il a besoin pour vivre en homme ; ces régimes vont parfois jusqu'à contester le droit même à la liberté, quand ils ne le suppriment pas tout à fait. Une telle spoliation constitue sans aucun doute un renversement de l'ordre social, puisque la raison d'être des pouvoirs publics est de réaliser le bien commun, dont un élément fondamental consiste à reconnaître le juste domaine de la liberté et d'en protéger les droits ».

35 « La liberté religieuse, rapport lu au Concile par S. Exc., Mgr De Smedt, évêque de Bruges, le 19 décembre 1964 », La documentation catholique, 1965, col. 176 et suiv. : « À l’homme moderne personnel, l’Église doit apparaître personnelle et libre. Le meilleur témoignage que l’Église pourra donner à la vérité de l’Évangile sera de montrer qu’elle met sa confiance dans la puissance de la vérité ». « La liberté religieuse, étude de S. Exc., Mgr Carlo Colombo, évêque de Victoriana, octobre 1964 », La documentation catholique, 1965, col. 1201 et suiv.

36 « Intervention de Mgr Antoni Baraniak, archevêque de Poznan : l’expérience polonaise », 17 septembre 1965, La documentation catholique, 1965, col. 1775 et suiv.

37 Ibid., col. 1776 ; « La liberté religieuse, étude de S. Exc., Mgr Carlo Colombo, évêque de Victoriana, octobre 1964 », La documentation catholique, 1965, col. 1207.

38 Ve congrès international des juristes catholiques, à Salamanque, septembre 1965, La documentation catholique, 1965, col. 1821 et 1822.

39 A. Wenger, Vatican II, chronique de la troisième session, Paris, Éditions du Centurion, coll. L’Église et son temps, 1965, p. 321, « Le Cardinal Koenig, la liberté aussi pour l’Église du silence ».

40 «  Homélie de S. S. Paul VI, lors de sa visite aux catacombes de Sainte-Domitille » 12 septembre 1965, La documentation catholique, 1965, col. 1671 et suiv.

41 Ibid.

42 Ibid.

43 Lettre ouverte du cardinal Joseph Zen Ze-Kiun, évêque émérite de Hong Kong, sur le site AsiaNews de l’Institut pontifical pour les missions étrangères, 29 janvier 2018.

Auteur

Professeur
Université Toulouse 1 Capitole, CTHDIP

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search