Version classiqueVersion mobile

Laïcité et défense de l'État de droit

 | 
Joël Andriantsimbazovina
, 
Patrick Kabou

Troisième Partie : L'État et les relations interconfessionnelles : Le vivre ensemble sous le toit de la République

L’État et les relations interconfessionnelles : le vivre ensemble sous le toit de la République

Un point de vue protestant

Gaël Cosendai

Texte intégral

1En tant que membre du pôle Toulousain de la Fédération Protestante de France, je tenterai d’apporter un point de vue protestant sur la question du rapport du religieux à l’État et les relations interconfessionnelles.

2C’est une problématique qui a touché ma famille. Deux de mes arrière-grands-pères sont allés en prison à cause de leurs convictions religieuses.

  • 1 L. Segond, (1996). La Sainte Bible (Exode 20.13). Oak Harbor, WA: Logos Research Systems, Inc.

3Mon arrière-grand-père maternel a refusé de porter les armes. Lorsque vous aviez 15 ans pendant la première guerre mondiale, ce n’était pas la meilleure des positions. Il avait lu le 6e commandement dans la Bible qui dit « tu ne tueras point1 », et son interprétation du texte avait forgé sa conviction. Il a passé 6 semaines au secret, puis 18 mois en prison. Pendant la deuxième guerre mondiale il a été pompier à Londres et son fils était brancardier.

  • 2 Idem (Exode 20.10).

4Mon arrière-grand-père paternel a refusé quant à lui d’envoyer ses enfants à l’école le samedi. Il avait lu le 4e commandement dans la Bible qui dit : « (…) le septième jour est le jour du repos de l’Éternel, ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes2 ». Son interprétation du texte biblique avait formé sa conviction qu’il devait respecter le Sabbat biblique et ne pas envoyer ses enfants à l’école le samedi. Dans la Suisse de 1925, les lois du canton de Vaud lui ont imposé la prison. Tous les jeudis, il descendait au village de Corcelles où il laissait sa femme vendre les produits de la ferme au marché, et il allait passer la journée à la prison avant de retourner chez lui pour la traite des vaches du soir. Il a finalement obtenu une dispense pour ses enfants.

5Si je raconte ces histoires, c’est qu’elles témoignent d’un principe fondamental commun aux protestants, qui est le sola scriptura, « l’Ecriture seule ». Il signifie que pour le protestant, le texte biblique porte une autorité supérieure à celle des institutions qui s’en réclament. Les positions particulières sur l’antimilitarisme ou l’observation du sabbat évoquées plus haut sont plutôt minoritaires chez les protestants, mais elles ont la même source, c’est-à-dire une lecture personnelle du texte biblique, qui va contribuer à l’émergence de l’idée de liberté de conscience. Lorsque le moine Martin Luther affiche ses 95 thèses sur la porte d’une église de Wittemberg en 1517, c’est sur la base de sa lecture du texte biblique. Sa traduction de la Bible en allemand va la rendre accessible à un public plus large, plaçant chacun dans la possibilité de vérifier, étudier, se forger une opinion face au texte, plutôt que soumis à la directive d’une institution ou d’un État.

6C’est ce qui explique aujourd’hui la multiplicité des confessions protestantes, chaque congrégation ou fédération d’églises se réclamant d’une interprétation particulière du texte biblique. Quand j’utilise l’expression « les protestants », il faut donc garder à l’esprit que cela recouvre des centaines de confessions, en discussion et souvent en désaccord entre elles sur nombre de sujets théologiques et éthiques comme l’homosexualité, l’avortement, la bioéthique. Mais ils ont en commun cet attachement à la primauté de l’autorité du texte biblique sur l’institution et la responsabilité personnelle face au texte sacré.

7Au XVIe siècle, c’est une idée nouvelle et redoutable qui ne sera pas appliquée sans contradictions. Si l’on peut se faire sa propre opinion, que penser de celui qui aboutira à une opinion différente de la sienne propre ? C’est un débat qui va agiter le monde protestant. L’Histoire nous montre qu’une minorité persécutée court souvent le risque de devenir bourreau à son tour, et c’est malheureusement ce qui est arrivé au protestantisme quand il a usé du bras politique. Persécuté par l’Église et l’État, le protestantisme va tenter de faire contrepoids par la voie politique, et c’est ce qui va entrainer les guerres de religions. C’est paradoxalement l’intolérance religieuse de certaines régions protestantes, telle la Genève sous Calvin, qui va pousser des théologiens protestants à militer pour la liberté de conscience et la séparation de l’église et de l’État.

  • 3 S. Castellion, Traité des hérétiques, 1554.
  • 4 S. Zweig, Conscience contre violence, ou Castellion contre Calvin, Paris : Le Castor Astral, 1997, (...)

8Ainsi le théologien protestant Sébastien Castellion s’est élevé contre l’exécution de Michel Servet pour hérésie à Genève. Il écrit ainsi en 1554 : « Tuer un homme ce n’est pas défendre une doctrine, c’est tuer un homme. Quand les Genevois ont fait périr Servet, ils ne défendaient pas une doctrine, ils tuaient un être humain : on ne prouve pas sa foi en brûlant un homme mais en se faisant brûler pour elle3 ». Ce qui fera dire plus tard à Stefan Zweig en 1936 : « Par ces mots à l’emporte-pièce, Castellion a prononcé à jamais la condamnation de toute persécution de la pensée. Qu’elle soit morale, politique ou religieuse, la raison invoquée pour justifier la suppression d’un homme ne dégage pas la responsabilité de celui qui a commis ou ordonné cet acte. (…) On répand des idées, on ne les impose pas4 ».

  • 5 J.-P. Rabaut de Saint-Etienne, Discours sur la liberté des opinions religieuses prononcé à l’Assem (...)

9La pensée de Castillon va influencer d’autres penseurs protestants, comme Jean-Paul Rabaut Saint-Etienne, un pasteur qui va militer pour l’égalité des droits des protestants pendant la Révolution Française. Lors des débats de l’assemblée constituante, le député du Tiers-État va prononcer un discours qu’il va terminer ainsi : « Je conclus donc, Messieurs, à ce qu’en attendant que vous statuiez sur l’abolition des lois concernant les non-Catholiques, et que vous les assimiliez en tout aux autres Français, vous fassiez entrer dans la Déclaration des Droits de l’Homme cet article : Tout homme est libre dans ses opinions, tout Citoyen a le droit de professer librement son culte, et nul ne peut être inquiété à cause de sa religion5 ». C’est donc un protestant qui a demandé à faire entrer la liberté de religion dans la déclaration des droits de l’homme. L’égalité réelle des droits interviendra en France en 1790 pour les protestants, et en 1791 pour les juifs. Bien qu’inscrit dans la loi, l’application de cette égalité connaîtra des avancées et des reculs par la suite.

  • 6 G. Mireille, « Protestants et laïques d’origine protestante dans la loi de 1905 », Matériaux pour (...)
  • 7 J. Baubérot, « La loi de 1905 n’est en aucune manière un athéisme d’État », Le Point Références, D (...)

10C’est logiquement que plus tard des protestants auront une part active dans l’élaboration de la loi de 1905 qui établit les modalités des cultes dans une séparation des églises et de l’État. On peut mentionner Ferdinand Buisson, militant pour l’école laïque, qui préside la commission, ou Francis de Pressensé et Louis Méjan qui participent à la rédaction de l’avant-projet avec Aristide Briand6. Par cette loi, c’est le droit de ne pas croire aussi bien que le droit à une croyance différente qui sont ainsi légitimés dans un espace d’expression commun7.

11Les protestants, longtemps exclus de la citoyenneté en France, sont donc particulièrement attentifs à la liberté de conscience et de croyance pour les minorités religieuses. Aussi ont-ils exprimé leurs réserves quant au projet de révision de la loi 1905 par le gouvernement actuel. Bien que la raison de ces propositions soit officiellement de mieux encadrer le culte musulman, les protestants se sentent particulièrement visés puisque la grande majorité des associations loi 1905 sont protestantes. D’après les derniers bruits de couloirs de l’Élysée, il semble que le gouvernement et le parti de la majorité sont en train de reculer sur le projet, parce que trop de questions inattendues en sont sorti.

12Les protestants répètent avec force que le principe de laïcité doit rester un espace de liberté de conscience et d’expression, et non une absence du religieux, ou une tentative de contrôle par l’État, et la réponse aux extrémismes doit être trouvée ailleurs.

  • 8 A. Boyer, Liberté de conscience et laïcité aujourd'hui, conférence prononcée à la Maison de Pierre (...)
  • 9 « Évangéliques », et non « évangélistes », comme les médias français en font souvent l’erreur.

13Une des clés se trouve certainement dans le dialogue interconfessionnel et interreligieux. À l’heure des fake news et des rumeurs, « ce n’est pas l’hostilité contre la religion qui domine, ni même l’indifférence, c’est l’ignorance, la méconnaissance des différentes confessions de foi8 ». C’est cette ignorance qui fait le lit des extrêmes, qu’ils soient contre les musulmans, les juifs ou les chrétiens. En 2008 la Suisse a voté une loi interdisant la construction des minarets. Il est intéressant de noter que les cantons qui ont voté le plus en faveur de cette loi sont ceux qui comptaient le moins de musulmans. De la même manière, c’est l’ignorance colportée par les rumeurs complotistes qui nourrit l’antisémitisme. En France, les protestants évangéliques9 doivent faire face à toutes sortes de phantasmes causés par les amalgames des médias, et ils ont toutes les peines du monde à convaincre qu’ils n’ont rien à voir avec les composantes religieuses qui ont porté au pouvoir Donald Trump aux États-Unis ou Jaïr Bolsonaro au Brésil.

14On a peur de ce qu’on ne connaît pas. Mais lorsqu’on a côtoyé l’autre, il a un nom et un visage, et les préjugés tombent. Il faut donc sortir de nos lieux de culte, de nos mairies, affronter nos peurs mutuelles et aller se parler. Tout en maintenant leur séparation d’avec l’État, les protestants veulent être présents dans la grande discussion pour contribuer au projet commun au même niveau que les autres composantes de la société civile.

15Ce qui empêche souvent le dialogue, c’est la peur d’y perdre son identité, d’être englouti dans la discussion, de s’y dissoudre et de s’y perdre. C’est là qu’une autre contribution protestante peut venir en aide. Pour le protestant, la Réforme de soi et des institutions ne doit jamais être considérée comme acquise et terminée. La Réforme doit être continuelle et donc il y a toujours matière à progresser, à apprendre, à changer, à corriger pour coller au plus près de l’exemple du Christ. Celui-ci initiait le dialogue et invitait à le suivre tout en reconnaissant à l’autre la liberté de le refuser.

16Si je résume le point de vue protestant sur la question qui nous occupe aujourd’hui, je le caractériserais par un attachement à la liberté de conscience, un appel à la responsabilité individuelle en même temps que le respect de l’autre dans sa conscience, et la conviction de la nécessité d’une réforme interne continuelle qui permet l’ouverture au dialogue. C’est là, je crois, de bonnes bases pour une société véritablement démocratique.

Notes

1 L. Segond, (1996). La Sainte Bible (Exode 20.13). Oak Harbor, WA: Logos Research Systems, Inc.

2 Idem (Exode 20.10).

3 S. Castellion, Traité des hérétiques, 1554.

4 S. Zweig, Conscience contre violence, ou Castellion contre Calvin, Paris : Le Castor Astral, 1997, p. 157.

5 J.-P. Rabaut de Saint-Etienne, Discours sur la liberté des opinions religieuses prononcé à l’Assemblée nationale le 29 août 1789, Montauban : Vincent Teulières, 1789, p. 16. Consultable sur https://fr.wikisource.org/wiki/Discours_sur_la_libert%C3%A9_des_opinions_religieuses

6 G. Mireille, « Protestants et laïques d’origine protestante dans la loi de 1905 », Matériaux pour l'histoire de notre temps, n° 78, 2005. pp. 16‑26.

7 J. Baubérot, « La loi de 1905 n’est en aucune manière un athéisme d’État », Le Point Références, Décembre 2017, p. 64‑65.

8 A. Boyer, Liberté de conscience et laïcité aujourd'hui, conférence prononcée à la Maison de Pierre et Marie Durand, 2003, consultable sur http://laicite.protestants.org/fileadmin/user_upload/Protestantisme_et_Societe/archives/2005-1905_Dossier-2005_Centenaire_de_la_loi_de_separation_des_Églises_et_de_l_État_01.pdf, p. 9.

9 « Évangéliques », et non « évangélistes », comme les médias français en font souvent l’erreur.

Auteur

Pasteur de l’Église Adventiste du Septième Jour
Membre du pôle régional de la Fédération Protestante de France

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search