Version classiqueVersion mobile

Laïcité et défense de l'État de droit

 | 
Joël Andriantsimbazovina
, 
Patrick Kabou

Troisième Partie : L'État et les relations interconfessionnelles : Le vivre ensemble sous le toit de la République

L’État et les relations interconfessionnelles : le vivre ensemble sous le toit de la République

Abdellatif Mellouki

Texte intégral

1Je voudrais tout d’abord vous saluer tous et remercier les organisateurs de ce Séminaire international, pour m’avoir convié à participer à cette table ronde.

2En tant qu’acteur dans les dialogues interreligieux de par ma fonction de secrétaire général de la Commission des dialogues interreligieux de la fédération Union des Mosquées de France d’une part et aussi dans un dialogue avec les pouvoirs publics en tant qu’interlocuteur de l’État par ma fonction d’Élu dans les instances représentatives du culte musulman en France CFCM et CRCM. J’ai participé à de multiples reprises à l’Instance Nationale de Dialogue.

3Je suis heureux de pouvoir partager avec vous quelques réflexions sur ce sujet « l’État et les relations interconfessionnelles : le vivre ensemble sous le toit de la République », en m’appuyant sur mes expériences personnelles sur le terrain et mes recherches sur ces thématiques.

4Vivre en société au vingt-et-unième siècle demande un effort considérable d’adaptation aux changements ou mutations culturelles et cultuelles croissant. À cause ou grâce à la mondialisation culturelle, il existe aussi la mondialisation cultuelle. La multiplication des échanges économiques et financiers s’est accompagnée d’une accélération des échanges humains : migrations, expatriations. Ces échanges humains ont participé aux mouvements des échanges culturels et cultuels.

5Avec des moyens de transports très rapides et des outils de communication ultra modernes et sophistiquées, à des degrés divers, aucun endroit dans le monde n’est épargné.

6Ces populations se rencontrent tous les jours, mais elles ne peuvent pas s’ignorer continuellement.

7La France possède la communauté musulmane d’Europe la plus nombreuse, la communauté juive la plus importante et le plus grand nombre de Bouddhistes en Europe.

8L’Église Catholique a pris l’initiative d’entamer le dialogue interreligieux depuis le concile Vatican II, sur la base du respect et de l’estime réciproque.

9Je voudrais commencer par quelques observations :

10Sur le dialogue interreligieux de manière générale. Il y a, aujourd’hui, un foisonnement d’initiatives s’inscrivant dans le cadre du dialogue interreligieux. Ces initiatives émanent des institutions ou associations religieuses, certes, mais aussi du milieu associatif non confessionnel.

11Concernant les acteurs, il y a 20-30 ans le dialogue interreligieux était limité à une poignée de personnes qui se retrouvaient occasionnellement lors de conférences ou de rassemblements divers. Aujourd’hui, les initiatives se sont multipliées à l’échelle des petites villes ou même des quartiers.

12Concernant les institutions ou représentations religieuses, le dialogue interreligieux est perçu, depuis quelques temps comme un défi majeur, car il répond à une situation historique nouvelle. La prise de conscience d’un pluralisme religieux, de l’indifférence religieuse, mais aussi grâce à la volonté des grands acteurs religieux qui ont pris leurs responsabilités, dans la conjoncture actuelle.

13Suite à ces observations, la promotion des dialogues interreligieux s’inscrit, dans plusieurs objectifs : mieux se connaître, mieux vivre ensemble pour un meilleur vivre ensemble.

14L’effort consistant à mieux connaitre les croyances et les pratiques religieuses de l’autre est fondamental dans toute démarche interreligieuse. Connaître l’autre dans le cadre du dialogue interreligieux vaut reconnaissance, reconnaissance de l’autre dans son particularisme religieux.

15L’efficacité du dialogue interreligieux est de contribuer à dissiper les malentendus, pour déconstruire les préjugés mutuels, pour casser les clichés et les images souvent négatives qui se sont transmises de générations en générations.

16Concernant le vivre ensemble, le dialogue interreligieux contribue à promouvoir la qualité de ce vivre ensemble. C’est un effort considérable d’accepter l’autre celui qui est différent, l’autre, celui que l’on rencontre quotidiennement, dans sa résidence, à l’école, au travail, dans la rue, dans les manifestations culturelles et partout, dans la vie de tous les jours. Vivre avec l’autre c’est faire avec l’autre, le but est de construire un meilleur avenir pour les générations futures.

I. Le dialogue de l’État avec les cultes conjointement

17Ce qui est nouveau depuis 6/7 ans, des initiatives, encouragées et suivies avec bienveillance par l’État, les administrations, par les collectivités et les organismes qui veillent à une meilleure cohésion sociale entre les citoyens qui composent la communauté nationale.

18Dans la zone concordataire les choses se présentent différemment, le culte, la religion sont omniprésents dans la vie des citoyens des trois départements de l’Est de la France.

19Des expériences ont vu le jour dans différentes régions, l’exemple de Toulouse est très significatif.

20Depuis les évènements dramatiques et tragiques qui ont frappé Toulouse et Montauban en mars 2012, les pouvoirs publics ont investi les champs des rencontres interreligieuses.

21Toutes les institutions représentatives religieuses locales ont participé, sous l’égide des représentants de l’État, à la réalisation d’une charte de la fraternité qui a été signée le 19 mars 2015 à la préfecture de la région Occitanie, en présence de deux ministres d’État de l’intérieur et de l’éducation nationale. Depuis cette date, la préfecture d’une part et la Mairie de Toulouse encouragent et soutiennent des actions qui sont menées régulièrement sur le territoire par les signataires de la charte (les semaines de la fraternité, des visites des différents lieux de cultes, organisation des journées porte ouverts, les marches de la fraternité, des conférences, sans oublier les voyages interreligieux).

22D’autres projets soutenus par l’État en partenariat avec l’université Toulouse 1 Capitole, l’Institut Catholique de Toulouse et les institutions représentatives des cultes, ont vu le jour depuis la rentrée septembre 2015. Exemple : le diplôme universitaire Droit et Religions (DU) en présentiel.

23Des discutions et des échanges ont eu lieu avec le rectorat de Toulouse à plusieurs reprises dont les objectifs ne sont pas encore définis, mais il y a une réelle volonté d’ouvrir les établissements scolaires aux dialogues avec les cultes. Un besoin pour les élèves et étudiants d’une part, mais aussi pour les encadrants de l’enseignement.

24L’administration judiciaire locale a créé des ponts avec les représentants des cultes. Dans un premier temps, ils ont intégré un groupe de travail (GLTD) Groupe Local de Traitement de la Délinquance, exclusivement dédié au traitement des infractions à caractère raciste ou/ discriminatoire, où siègent le délégué défenseur des droits, délégué du procureur, des associations non confessionnelles (la ligue des droits de l’homme, le MRAP, Victimes de France et bien d’autres….

25En termes de perspectives et à plus long terme, ne faudrait-il pas envisager la création d’un centre de promotion du dialogue interreligieux géré conjointement par les différentes institutions religieuses ? L’inscrire dans une démarche citoyenne soutenue par différentes administrations dans le cadre de l’intérêt général supérieur ?

26Pourquoi ne pas prendre des engagements pour faire connaître la religion de l’autre par diverses actions artistiques (expositions, films, théâtre, sortis, voyages) (rencontres dans les établissements scolaires, colloques) non pas dans un but prosélyte, mais dans le souci de banaliser et de vulgariser les pratiques religieuses de l’autre !

II. La violence/le terrorisme n’a ni nationalité ni religion

27Les évènements tragiques qu’a vécu la France en janvier et novembre 2015 ont poussé à des réflexions beaucoup plus profondes de la part des pouvoirs publics en terme sécuritaire pour donner des réponses immédiates contre des actes terroristes et pour combattre les idéologies mortifères, par une grande vigilance et le renforcement des services de sécurités en particulier des services de renseignements intérieurs et extérieurs.

28Cela doit aller de pair avec des mobilisations sur le plan du discours qui est tenu par les ennemies de la démocratie. Déconstruire les discours radicaux demande des connaissances des idéologies radicales, cela relève aussi bien du monde universitaire et aussi des acteurs religieux. Le monde politico-médiatique a une immense responsabilité dans la diffusion des idéologies radicales et du rejet de l’autre.

29Dans une tendance où les lieux de culte sont devenus la cible de violences extrémistes, que ce soient des églises, synagogues ou des mosquées.

30Le 26 juillet 2016, le père Jacques Hamel, un prêtre catholique de 85 ans est assassiné sauvagement en l’église Saint-Étienne de Saint-Étienne-du-Rouvray alors qu’il célébrait la messe par deux terroristes de 19 ans, se réclamant de l’organisation DAECH. En criant Allaho Akbar. Tué parce que chrétien considéré comme (Kafir) mécréant.

31Une attaque terroriste antisémite survenue pendant l’office matinal de Chabbat, le samedi 27 octobre 2018, dans une synagogue de Pittsburgh, en Pennsylvanie, un terroriste a tiré sur des fidèles, le bilan est lourd, 11 personnes tuées et plusieurs blessées. Ils ont été tués parce qu’ils étaient juifs. « Tous les juifs doivent mourir », aurait-il proféré en passant à l’acte. C’est l’attaque la plus meurtrière perpétrée contre des Juifs dans l’histoire américaine récente. Le tueur se revendiqué d’un groupe suprémaciste.

32Le 15 mars 2019, l’auteur des massacres commis dans deux mosquées en Nouvelle-Zélande, ayant fait 50 morts et 90 blessés, avait posté un manifeste de 74 pages intitulé « Grand remplacement ». Il y fait référence à la théorie forgée par Maurice Barrès, dans l’Appel au soldat en 1900, en employant le terme de « grand remplacement » qui serait opéré par « le juif ». Cette théorie antisémite a été développée en France après la seconde guerre mondiale par les néonazis et adaptée dans les années 2000, en y remplaçant le juif par le musulman, par l’écrivain français d’extrême droite Renaud Camus.

33La présence de la théorie du grand remplacement est incontestablement diffuse dans le débat français. Des intellectuels et des politiques n’hésitent plus à reprendre à leur compte les principes de cette théorie.

III. Les propositions et les priorités des organisations musulmanes en France

34En ce qui concerne l’islam en France, on peut faire un constat mitigé, sur son organisation et plus particulièrement sur l’insuffisance des cadres religieux.

35La religion musulmane, la dernière installée en France métropolitaine, très mal connue et mal reconnue, jusqu’à il y a quelques années, le musulman était plutôt l’étranger et non le citoyen à part entière. Une population de confession de tradition de culture musulmane loin d’être homogène, elle est représentée aujourd’hui par le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM). Cette instance est mise en place depuis quinze ans, en partie grâce à la volonté politique des pouvoirs publics, avec des influences très complexes à tous les niveaux. Le CFCM l’interlocuteur des autorités peine à trouver une certaine stabilité. Cette stabilité que vivent aujourd’hui le consistoire juif et les différentes églises qui ont des siècles d’existence et d’expérience, dans leurs relations avec l’État.

36Sur les 2500 lieux de cultes musulmans en France, très peu d’imams sont formés !!

37Les imams et cadres religieux doivent suivre des formations (théologiques, civiles et civiques). Une des meilleures réponses aux discours extrémistes qui instrumentalise la religion à des fins politiciennes et idéologiques.

38Institut Mohammed VI de formation des imams et (morchidates) prédicatrices de Rabat forme des cadres religieux musulmans du monde entier. La première promotion d’étudiants français a été diplômée au printemps 2019 (convention entre la France et le Maroc 19 septembre 2016).

39Production des livrets qui se basent sur des interprétations des textes scripturaires contextualisées par des savants de renom, qui connaissent bien la société française, son histoire et notamment religieuse.

40Production de supports médiatiques, des capsules de dix minutes en moyens, diffusables sur les réseaux sociaux et consultables facilement.

  • Production de contenus médiatiques qui mettent en exergue les valeurs communes entre les religions et dont l’objectif n’est pas de réaliser des bénéfices à l’occasion de chaque acte terroriste 
  • Faire des écoles un espace d’échange qui promeut les valeurs de tolérance, d’amour et du vivre-ensemble
  • Souligner que les religions ne sont pas venues pour diviser mais pour renforcer les valeurs universelles fédératrices. Ne pas se présenter comme alternative à l’autre mais le compléter.

41En choisissant de vivre en France et d’y rester, les musulmans sont devenus co-auteurs et coresponsables du développement harmonieux de cette société, avec les droits et devoirs de tout citoyen.

42Ce constat forme le point de départ des réflexions qui suivent.

43Quel est l’impact, la portée, pour les musulmans de France, de l’appartenance à la société française ? Comment cette appartenance peut-elle colorer leur rapport à l’autre et le rapport de l’autre avec eux ?

44Une deuxième question et qui est le prolongement de la première et à laquelle je vous inviterai à chercher ensemble des réponses :

45Comment vivre sa foi musulmane dans le cadre de la citoyenneté française, assiste-t-on à la naissance d’un islam français ? La France ne gagnerait-elle pas à avoir cette coloration musulmane à côté des autres ?

Pour conclusion

46Vivre ensemble sous le toit de la République

  1. Bâtir l’avenir sur des valeurs communes (la démocratie, les Droits de l’Homme, l’État de Droit), dont l’expérience à travers l’histoire a montré qu’elles étaient productrices de paix, de stabilité, de développement et d’épanouissement individuel (conditions nécessaires, non suffisantes)
  2. Valoriser la diversité tout en veillant à ce que, par l’attachement à ces valeurs communes, la différence ne devienne pas source de division mais d’une cohésion plus riche.

Auteur

Secrétaire général
Commission des dialogues interreligieux de la fédération Union des Mosquées de France

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search