Version classiqueVersion mobile

Laïcité et défense de l'État de droit

 | 
Joël Andriantsimbazovina
, 
Patrick Kabou

Troisième Partie : L'État et les relations interconfessionnelles : Le vivre ensemble sous le toit de la République

L’État et les relations interconfessionnelles : le vivre ensemble sous le toit de la République

Ephraïm Teitelbaum

Texte intégral

1Que le régime politique soit un Royaume, un Empire ou une République, le « vivre ensemble » est posé comme une évidence, une question rhétorique. Car comment vivre autrement et en paix et harmonie dans un cadre étatique au sein d’une Nation et être hostile aux autres composantes de cette Nation ?

2Les Juifs vivent sur les terres aujourd’hui françaises depuis le temps lointain des Phéniciens venus à Marsillia et à Agde au 8e siècle avant notre ère. Ils sont venus en tant que commerçants. Certains Princes de la Judée sont nés à Lyon, comme les Princes Hasmonéens les Agrippa au 1er siècle avant notre ère.

3L’histoire des Juifs en Gaulle Romaine est connue, elle se confond avec les différentes dynasties Mérovingiennes et ensuite Carolingiennes. Le statut des juifs au Moyen Âge les mettait hors la Loi commune. Ils n’étaient protégés par personne.

4Ne pouvant pas appartenir à des guildes ils étaient préteurs, commerçants, bijoutiers, traducteurs et passeurs du savoir Grec. Ils étaient, à partir du 8e siècle de notre ère, des diplomates venant auprès des cours des Califes Omeyades en Espagne.

5Avec la dynastie des Capets au 10e siècle, les juifs en terre du Royaume de France dépendaient et « appartenaient » au Royaume. Ainsi ils « appartenaient » dans le Comtat Venaissin aux Papes d’Avignon au 14e siècle de notre ère.

6Les Juifs n’avaient pas de statut « légal », ils étaient dépendants de la bonne ou de la mauvaise volonté des Rois, Princes, Évêques et Papes. Ils étaient selon les « besoins » économiques et politiques du moment, livrés à la foule se livrant au pillage et au meurtre, ou bien expulsés du Royaume, leurs biens confisqués par la Couronne.

7Ils étaient soumis à des impôts particulièrement élevés et arbitraires et étaient forcés de porter des habits distinctifs pour les humilier.

8La situation des juifs a grandement évolué au 18e siècle, celui des Lumières.

9L’édit de tolérance de Joseph II d’Autriche (1781) qui accorde la liberté de culte aux protestants comme aux juifs, la suppression du péage corporel en Alsace - inspirée par Malesherbes, sur les instances de Cerf Berr - signée par le Baron de Breteuil (1784) et l’édit de tolérance de Louis XVI (1787), publié sous l’influence de Malesherbes encore, qui accorde l’état-civil aux non-catholiques de France. Les Juifs des États-Unis, dont l’indépendance a été soutenue par le gouvernement français, bénéficient (avec quelques restrictions) de l’égalité des droits.

10L’Assemblée Nationale vote, la motion de Duport et, le lendemain, adopte définitivement la rédaction de la loi. Deux jours plus tard, l’Assemblée nationale se sépare et, le 13 novembre 1791, Louis XVI ratifie la loi déclarant les Juifs citoyens français.

11Cette Loi n’est pas obligatoire dans tous les territoires français et c’est sous l’Empereur Napoléon 1er que Statut définitif des Juifs vivant en France est enfin adopté. Nous vivons aujourd’hui encore sous le régime du Décret Impérial du 10 décembre 1808 qui prescrit des mesures pour l’exécution du règlement du 10 décembre 1806 concernant les juifs (27 articles).

12L’Empereur envoie une note de Posen (Poznan en Pologne aujourd’hui) à Mr. Champigny en date du 29 Novembre 1806 sur le projet d’Organisation de la Nation Juive. Il lui demande de convoquer un « Sanhédrin », assemblée de 72 juifs.

13À partir de ce moment, une procédure importante fut déclenchée ! Le Sanhédrin a reçu Douze questions auxquels il fallait répondre à l’Empereur. C’est pour donner suite à ces réponses que l’Empire a reconnu la Nation Juive comme faisant partie de la Nation Française.

14La notion de « vivre ensemble » est aussi vielle que le Judaïsme et la Loi Juive « La Halakha ».

15Voici à ce sujet la réponse du Sanhédrin à la 4e question de l’Empereur Napoléon 1er :

Quatrième question : Aux yeux des Juifs, les Français sont-ils leurs frères ou sont-ils des étrangers ?

Article Quatre
Fraternité

16Le Grand Sanhédrin, ayant constaté que l’opinion des nations parmi lesquelles les Israélites ont fixé leur résidence depuis plusieurs générations, les laissent dans le doute sur les sentiments de fraternité et de sociabilité qui les animent à leur égard, de telle sorte que ni en France, ni dans le royaume d’Italie, l’on ne paraisse point fixé sur la question de savoir, si les Israélites de ces deux états regardaient leurs concitoyens chrétiens comme frères, ou seulement comme étrangers.

17Afin de dissiper tous les doutes à ce sujet, le grand sanhédrin déclare :

18Qu’en vertu de la loi donnée par Moïse aux enfants d’Israël, ceux-ci sont obligés de regarder comme leurs frères, les individus des nations qui reconnaissent Dieu créateur du ciel et de la terre, et parmi lesquels ils jouissent des avantages de la société civile, ou seulement d’une bienveillante hospitalité.

19Que la sainte écriture nous ordonne d’aimer notre semblable comme nous-mêmes, et que, reconnaissant comme conforme à la volonté de Dieu, qui est la justice même, de ne faire à autrui que ce que nous voudrions qu’il nous fût fait, il serait contraire à ces maximes sacrées, de ne point regarder nos concitoyens, français chrétiens, comme nos frères.

20Que, d’après cette doctrine universellement reçue, et par les docteurs qui ont le plus d’autorité dans Israël, et par tout Israélite qui n’ignore point sa religion, il est du devoir de tous d’aider, de protéger, d’aimer leurs concitoyens, et de les traiter, sous tous les rapports civils et moraux, à l’égal de leurs coreligionnaires.

21Que, puisque la religion mosaïque ordonne aux Israélites d’accueillir avec tant de charité et d’égards les étrangers qui allaient résider dans leurs villes, à plus forte raison leur commande-t-elle les mêmes sentiments envers les individus des nations qui les ont accueillis dans leur sein, qui les protègent par leurs lois, les défendent par leurs armes, leur permettent d’adorer l’Éternel selon leur culte, et les admettent, comme en France et dans le royaume d’Italie, à la participation de tous les droits civils et politiques.

22D’après ces diverses considérations, le grand sanhédrin ordonne à tout Israélite de l’Empire français, du royaume d’Italie, et de tous autres lieux, de vivre avec les sujets de chacun des États dans lesquels ils habitent, comme avec leurs concitoyens et leurs frères, puisqu’ils reconnaissent Dieu créateur du ciel et de la terre, parce qu’ainsi le veut la lettre et l’esprit de notre sainte loi.

23La notion du « vivre ensemble » a reçue une légitimité Rabbinique lors du Concordat de Worms en Allemagne en l’an 1030 et le principe qui dit « La Loi du Royaume est la Loi », qui faisait allusion à la fin de la polygamie dans le Judaïsme.

24Au fond, pour vivre dans un pays hôte et bénéficier de son hospitalité, il faut par tout prix, respecter la Loi et les coutumes du pays.

25En France, nous vivons sous le régime de la Loi du 9 Décembre 1905, dite la Loi de la « séparation de l’Église et de l’État »

26Article 1er : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes […] ». Le premier article crée un large consensus. Le texte ne laisse que peu de marge pour son application, par les mots « assure » et « garantit ».

27Article 2 : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. […] ».

28Cette Loi fait en réalité référence aux trois religions, dont deux chrétiennes : le catholicisme, le protestantisme et le judaïsme.

29Cette Loi permet donc la liberté de conscience et l’exercice du culte. Personne n’interfère dans la pratique religieuse.

30Les Juifs en France sont des citoyens égaux en Droit et en Devoir comme tous les autres citoyens français. Ils sont pacifiques, travailleurs et fidèles à la Nation Française pour la défendre en cas de menaces.
Ils respectent la Constitution, les Lois françaises et les Institutions françaises.

31Il faut savoir que les Juifs prient dans leurs synagogues toutes les semaines le Shabbat, pour le bonheur, la sécurité et la prospérité de la France.

32Le Judaïsme Français a trois grandes Institutions dont :

  1. Le Consistoire Central, issu du Décret Impérial du 10 décembre 1808. Il représente le culte.
  2. Le CRIF, Conseil représentatifs des Institutions Juives de France – créé en 1944 par des résistants. Il représente le rôle politique de la communauté juive et les liens avec l’État.
  3. Le FSJU, Fonds Social Juif Unifié crée en 1950. Il a pour mission de venir en aide et d’animer la vie juive en France dans les domaines suivants : le champ social, culturel, mouvements de jeunesse, écoles juives et centres communautaires.

33Les organisations juives participent à tous les dialogues avec les autres religions, associations, ONG.
Les Institutions juives et les communautés juives collaborent et participent dans des programmes menés par des Mairies, Conseils Généraux et Régions.

La situation actuelle

34Depuis maintenant plus de 20 ans, la vie d’un juif en France et en Europe Occidentale devient difficile.

35Dans plusieurs pays, comme la Belgique et certains pays nordiques, il est impossible de pratiquer l’abattage rituel et parfois même la circoncision. Ces deux pratiques sont inscrites dans la Loi juive. Le Parlement Européen, pour donner suite à une proposition d’une élue socialiste Allemande a voulu interdire en Europe la Circoncision la comparant à l’Excision. Une stupidité et une aberration, car elle voulait dire que la circoncision est une mutilation, comme l’est en effet l’excision, acte barbare et inhumain lequel mutile la femme.
Depuis plusieurs années, les juifs en France sont agressés physiquement et moralement. Ils représentent 0,8% de la population mais subissent plus de 60% d’agressions, voire plus.
Très rapidement, les agressions verbales, physiques et morales se sont aggravés et des juifs sont assassinés, y compris des enfants de manière délibérée pour la simple raison d’être né juif.

36Tous les assassinats ont été commis par des musulmans au nom de leur dieu et par leur haine de l’État Juif d’Israël.

37Là réside le problème : les représentants des communautés juives et musulmanes se rencontrent et discutent, mais le problème est beaucoup plus large.
Ainsi, un nombre important des juifs quittent les écoles publiques pour l’enseignement privé Juif et Catholique.
La quasi-totalité des enfants juifs ont quitté les écoles publiques dans le département de la Seine Saint Denis (le 93).
Le nombre des maltraitances contre la population juive est telle que des dizaines des milliers des juifs français ont quittés la France, principalement pour Israël. Curieusement, ceux qui haïssent Israël, renforcent l’État Juif. Les jeunes français arrivant en Israël s’engagent dans l’armée Israélienne, Tsahal, et quasiment tous, servent dans des unités de combat.

38La question est la suivante : qui menace les juifs de France ? La réponse réside dans l’engagement idéologiques de la gauche extrême associés aux organisations Salafistes et Islamistes issues de l’organisation des « Frères Musulmans ».

39Des partis politiques, des associations, ONG et autres militants politiques, Maires, élus divers et plus particulièrement un organisme antisémite, le BDS, soutiennent ces organisations antisémites : financièrement, structurellement et par la propagande dans l’espace public.
Les gouvernements français qui se succèdent sont impuissants face à cette haine antisémite, laquelle n’a rien à voir avec le « Racisme » car les Juifs ne sont pas une « Race », ils sont une Nation et un Peuple.
Ces gouvernements se conduisent de manière lâche : soit ils ignorent le phénomène, soit ils le minor, soit ils n’arrivent pas à désigner le mal et ses ressorts comme je l’indique dans ce papier.

Conclusion : aucun gouvernement, y compris l’actuel, n’en fera rien pour endiguer ces crimes antisémites

40Tout de suite j’entends la phrase de « pas d’amalgame » et « Islamophobie ». Dire les choses et décrire les faits et la réalité, n’est pas un amalgame, ni la haine de l’autre. C’est salutaire. Les Juifs de France ne sont en guerre avec personne, ni aucune communauté en France.

Ma proposition

41Les religions catholiques, protestante, juive, bouddhiste et autres sont reconnues par l’État Français officiellement, pas la religion musulmane, car son existence en France est très récente.

42Tant que la France ne posera pas des questions claires et publiques à une Assemblée des Musulmans représentant des citoyens Français de confession musulmane en France, comme cela fut fait par Napoléon 1er pour les Juifs de France, rien ne se fera. Tous les systèmes mis en place échoueront.

43Il s’agit bien de poser des questions aux citoyens français de confession musulmane, non aux États arabes qui les représentent aujourd’hui.

44C’est en lisant les réponses claires et publiques de cette Assemblée que la religion musulmane pourra faire partie de la Nation Française, comme nous les Juifs.

45C’est à cette condition que toutes les communautés cesseront de vivre en Tribus ennemies pour devenir enfin une Nation unie.

46Nous en sommes loin et le « vivre ensemble » avec.
Aujourd’hui c’est l’antagonisme, la haine et l’envie qui priment.
Hélas !!!

ANNEXE I
Le Grand Sanhédrin de France

47Le Grand Sanhédrin s’est tenu à l’Hôtel de ville de Paris durant le mois de février 1807.
Les numéros sont ceux qui ont été attribués suivant la place occupée par les membres autour de la salle de réunion du Grand Sanhédrin.

  1. Joseph David SINZHEIM, Grand Rabbin de Strasbourg, (né 1745 à Trêves, décédé 11.11.1812 Paris, inhumé au cimetière du Père-Lachaise). Fils de Isaac Sinzheim, lui-même rabbin, décédé en 1767 à Niedernai.
    Épouse Esther, soeur de Cerf Beer (1726-1793), en 1765.
    Une fille, Gittelé, épouse en 1780 à Bischheim, son cousin, le rabbin Abraham Auerbach, (1763 Bouxwiller, 67-1845 Bonn), fils du Rabbin Selig Auerbach de Bouxwiller. De ce couple sont nées 2 filles. L’une épousa le poëte Lipman Moshe Büschental (1784 Strasbourg-1818 Berlin).
    Abraham Auerbach épousa ensuite Esther Oppenheim dont il eut 16 autres enfants et de nombreux descendants rabbins.
    À Paris, pendant le Grand Sanhédrin, Sinzheim habite chez son neveu Baruch Cerf-Berr 21 rue Neuve des Mathurins.
  2. Josué (Sauveur, Benoît) SEGRE, (1729 (?) Vercelli - 1809 Paris), premier assesseur au grand Sanhédrin, membre de l’Assemblée des Notables, membre du Consistoire Central en 1808. - Représente le département de la Sesia. Etait conseiller municipal à Vercelli ; on ne sait où il a été inhumé. Habitait à Paris Hôtel et rue du Gros-Chenêt.
  3. Abraham Vita de COLOGNA (1754 Mantoue-1832 Trieste), Grand Rabbin de Mantoue, deuxième assesseur au grand Sanhédrin, membre de l’Assemblée des Notables, membre du Consistoire Central, puis Président de 1812 à 1826. Fils de Samuel de Cologna et de Benedetta Bona Trabotti. Son épouse est Benedetta Norsa, fille de Rafael Vita Norsa, famille de banquiers italiens bien connus, et de Speranza Finzi, autre famille juive célèbre d’Italie.
    Quatre descendants sont membres de GenAmi, par sa fille Espérance de Cologna, qui a épousé Salomon Vanderheym, originaire d’Amsterdam.
    (
    Voir étude généalogique ascendante et descendante, de Micheline Gutmann, accessible à GenAmi. Dossier de naturalisation et notice nécrologique dans la “Gazette de Mantoue”, traduite en français, article sur le site de GenAmi).
  4. Ventura FOA, (Adriatique), de Reggio Emilia
  5. Isaac Raphael FINZI (Brenta), sindaco de Bozzolo, originaire de Padoue, 74 ans, rabbin du département de la Brenta.
    Au début du 17e siècle, le parnass ou préposé s’appellait Marco Finzi. Ce nom se retrouve dans toute la Lombardie et l’Emilie. L’épouse d’Abraham de Cologna est une descendante de cette famille.
  6. Elias SPIRE, représentant de Paris, est né en 1739 à Carpentras, professeur d’hébreu, rabbin. Elie Vitta Espir a été nommé par le préfet du Gard mais a refusé, car entretemps il avait été nommé par le préfet de Paris. Son épouse est Colombe Crémieux, au moins deux filles à Nîmes, Rousse 1783, Nana en 1786. Fils du rabbin Jacob Espir, venu de Prague. Prof. d’Hébreu en 1808.
    Au moins un descendant chez GenAmi.
  7. Jacob MEYER (1739-1830), Bas-Rhin, Grand Rabbin de Strasbourg après David Sintzheim. Etudes à Karlsruhe et Francfort-sur-le Main, rabbin à Hagenthal-le-Bas et Rixheim.
    Petit-fils de Itzak Sikel Mutzig, rabbin de Ribeauvillé et de Samuel Sanvil Weyl, rabbin des Juifs d’Alsace, originaire de la famille de Jacob Weyl de Westhoffen (voir numéro 11 de GenAmi). Assemblée des Notables. Ancêtre de Zadoc Kahn.
    Première épouse : Feyel Dreyfus de Niederhagenthal (voir étude M. Gutmann, GenAmi n° 7, janvier 1999). Deuxième épouse : Fromet Ulmmo de Sierentz. Le Grand rabbin Zadoc Kahn descendait des deux épouses.
    Études généalogiqus chez GenAmi, familles Meyer, Dreyfus, Ulmo.
  8. Moïse SELIGMANN, (Mont-Tonnerre).
  9. Moïse KANSTAD (Mont-Tonnerre) Rabbin à Mayence, accompagné de M. Lorch (n° 70) et Benjamin, ancêtre de l’écrivain Carl Zuckmayer. (Paul Arnberg, Die Jüd. Gemeinden in Hessen, 1971).
  10. Jacob OURY-LÉVY (Bas-Rhin). Inhumé au cimetière de Montrouge.
  11. Wolf EGER (Meurthe), en 1808, Wolf Louis Eger se trouve à Nancy, veuf de Sara Cayen, 2 enfants nés à Bamberg, Judith en 1772, Cayen en 1776. (Relevés de P. Katz).
    Probablement né le 26/08/1744 à Fürth.
  12. Isaac SAMUEL (Bas-Rhin) (1757-1815), originaire de Romanswiller, prend le nom de LUNTESCHUTZ en 1808 à Westhoffen. Épouse Sara Nettre. Enfants : Eléonore, majeure en 1808 à Westhoffen, Suzanne (27.04.1789), Jonas (18.03.1790), Raphaël (31.07.1791). Incarcéré à la Révolution, faillit être exécuté. Un descendant peintre à Besançon. Voir article et généalogie par Philippe Blachais qui est un descendant.
    Étude généalogique chez GenAmi.
  13. Salomon DELVECCHIO (Reno). Un enfant de la famille Delvecchio qui fut enlevé à ses parents et baptisé.
  14. David Moïse GUNZBURG(ER), (1745-13.10.1824 Hégenheim), premier rabbin d’Hégenheim en 1772, fils de Joseph Gunzburger, maître d’école, décédé en 1803, et de Hedes Wormser, 32e famille du dénombrement de 1784.
    Petit-fils de Baruch bar David, décédé en 1759 et de Fromet, décédée en 1751, à Hégenheim.
    David Gunzburger a signé en 1692 les statuts du cimetière d’Hegenheim, avec le nom de David bar Boruch le jeune. Epouse Zerle. Décédés respectivement en 1714 et 1713.
    David Moise a épousé Esther Wormser puis, après 1792, Théodora Haas, veuve d’un Didiesheim, décédée le 05.01.1830. Voir étude de Moïse Gunzburger et la généalogie saisie par Werner Frank (bibliothèque de GenAmi).
    Étude généalogique chez GenAmi.
  15. Bonaventura MODENA (Modène Panaro)
  16. Seligmann LEVY (1752 Durmenach, Haut-Rhin-1841 Durmenach), fils de Meier Levy et de Merlen Hauser, épouse en 1786 Hanna Simon, fille du rabbin Isaac Simon de Durmenach qu’il remplacera plus tard, après quelques années passées à Blotzheim où sont nés plusieurs enfants. Famille 17 en 1784 à Durmenach.
    Il a traduit quelques contrats de mariage (en 1820, 1828).
    Renseignements trouvés par Micheline Gutmann, aux Archives de Colmar. Contrats de mariage de Salomon Picard. Voir 1784, 1808 et divers relevés sur microfilms.
    Une importante étude généalogique a été publiée par GenAmi
     concernant plus particulièrement la descendance de son fils Samuel Meyer Lévy qui a épousé une Hauser. Plusieurs membres de GenAmi ont pu être raccordés à cette branche.
  17. Jacob CRACOVIA (Venise, Adriatique).
  18. Michel SELIGMANN Grand Rabbin de Paris - À Paris en 1809, épouse : Babet Lazard (1756 Mutzig), enfants : Henry (1800 Pris), Julie (1789 Rosheim), Fanchette (1801 Rosheim), Jeannette (1796 Phalsbourg).
    Étude généalogique chez GenAmi.
  19. Lazare Nephtali HIRSCH (Bas-Rhin), (1750-1823 Wintzenheim H-R), fils du rabbin Lazarus Moïse Elsass Katzenelenbogen, Membre de l’Assemblée des Notables, devint Grand-Rabbin du Haut-Rhin, à Wintzenheim. (Roger Berg). Voir Neil Rosenstein, « The Unbroken Chain ».
    Etude généalogique chez GenAmi.
  20. Abraham ANDRADE (? - 1836 Bordeaux), représentant des Landes, rabbin de Bayonne de 1789 à 1808 - Membre de l’Assemblée des Notables. - Grand rabbin de Bordeaux de 1809 jusqu’à sa mort. En 1784 épouse Abigaïl d’Aguilar à Bayonne. Famille originaire de Cadix.
  21. Moïse ARON (Mulhouse, Haut-Rhin)
  22. Samuel Wolff LEVI (Mont-Tonnerre) né en 1751 à Pfersee près Augsburg, décédé à Mayence en 1813, « parle un excellent Français, possède de grandes connaissances talmudiques, une formation humaniste et de bonnes manières en société ». Il représente au Grand Sanhédrin, la ville de Worms dont il est alors rabbin.
    De 1808 à son décès, Grand-Rabbin du département du Mont-Tonnerre, siège à Mayence.
    Son fils, Benedict Samuel Levi, (1806, 1899), rabbin provincial à Giessen. A fréquenté le Heder à 4 ans, le Talmud Thorah à 5 chez R. Eisik (Isaac) Schwalge (Chevalier). En parallèle, poursuit ses études classiques (latin, grec), obtient son baccalauréat puis un doctorat de philosophie. Enseigne à l’université de Würzburg. (Paul Arnsberg).
  23. Judas BLOCH (Haut-Rhin), habite Wintzenheim de Kayserberg.
    Étude généalogique chez GenAmi.
  24. Prosper Moïse ARIANI (Mincio).
    Le departement de Mincio a pour préfecture Mantoue, mais Ariani a aussi été rabbin de Milan.
  25. Aron WORMS, (1754 Geislautern, Sarre-1836 Metz), rabbin à Créhange en 1777, à Metz en 1785, Grand Rabbin de Metz (Moselle); en 1832, habitait l’actuelle rue du Château.
    Étude généalogique chez GenAmi.
  26. Baruch GOUGENHEIM (Meurthe), Rabbin de Nancy, successeur de Jacob Schweich (Famille liée aux Loewel de Marmoutier, pas de rapport avec la famille de rabbins actuels).
    Étude généalogique chez GenAmi qui permet de remonter jusqu’à Rachi.
  27. Jaquia TODROS (Pô), famille de banquiers à Turin et Piémont 1700...
  28. Jacob CALMANN (Haut-Rhin)
  29. Nathan SALOMON (Hombourg, Deux-Ponts).
    Début de généalogie et registre de 1808 trouvés par Ernest Kallmann.
    Rabbin de Homburg, né ca 1762, +16.05.1820.
    A conservé nom et patronyme en 1808.
    Son père maître d’école juif de Hanweiler, Salomon Marx, sa mère Reitz Salomon.
  30. Lazare WOLF (Bas-Rhin)
    Étude en cours
  31. COHEN (Meuse, Verdun).
  32. Joseph ou Jassé ROCCA MARTINO ou ROQUEMARTINE (Nîmes, Gard) (ca1758-02.12.1827 Nîmes), ép. Nouné Roquemartine, rabbin, propriétaire, notable.
    Enfants : 1. Anna -2. Abraham (10.09.1789 Carpentras-14.10.1834 Nîmes), Orfèvre. Un enfant mort en bas âge, ép.11.10.1818 Nîmes Sara Crémieux (1795 Pont St Esprit (84)-28.02.1880 Nîmes) de Mossé, marchand de meubles et Sipora Carcassonne.
    3. Gentille (02.03.1792 Nîmes- ) ép. Moyse Beziers de Tarascon, veuve en 1733, dom. à Tarascon. 4. Isaac (25 Frim 03-Nîmes - 06.04.1868 Nîmes), marchand de toiles et indiennes. Ep. 30.05.1813 Toulouse ? Doucette Saint-Paul. Pas de descendance 5. Rachel.
    Etude généalogique chez GenAmi
  33. Samson (Lazare en 1808) LIEBERMANN (Bas-Rhin), Saverne. Voir GenAmi.
  34. Moïse MILLAUD (Vaucluse) (ca 1760-Carpentras-18.02.1829 Nîmes), épouse Sara Muscat (décédée avant 1817), rabbin propriétaire. Enfants :
    1. Rosine (08.10.1779 Carpentras-18.02.1841 Nîmes), ép. 1817 Isaac Roquemartine, couturière.
    2. Esther, décédée en 1815 à 28 ans.
    3. Anne, décédée le 29.12.1852 à Nîmes, un fils, Benjamin
    Étude généalogique chez GenAmi.
  35. Mardochée ROCCA MARTINO (Nîmes, Gard) ou Roquemartine (1751-1832 Marseille), Académie Israélite de Carpentras, Grand-Rabbin de Marseille en 1810. Fils de Jassé et de Esther Milhaud, épouse sa nièce Rousse, fille de Moïse, également rabbin.
    Fille Eve née à Nîmes le 06.03.1806
    Etude généalogique chez GenAmi.
  36. Bondi ZAMORANI (Bas-Pô)
  37. Abraham Isaac SAMUEL (Bas-Rhin)
    Etude généalogique chez GenAmi.
  38. Gracciadio NEPPI (Ferrare, Cento, Bas-Pô), (1759 Ferrare-1863 Cento), rabbin et médecin, cabbaliste.
    Biblio. Ghirondi Neppi 115-6
  39. Samuel LION (Mont-Tonnerre)
  40. Emmanuel DEUTZ (Rhin et Moselle) (1743-Coblence-1842 Paris), études à Mayence, rabbin de Coblence, Assemblée des Notables. Grand-Rabbin du Consistoire Central de 1810 à 1812, puis après la démission d’Abraham de Cologna, de 1826 à sa mort.
    Fils converti au catholicisme, voir affaire de la Duchesse de Berry.
  41. Abraham MUSCAT (Nîmes, Gard), propriétaire, ép. Anne Roquemartine, enfants : Isaac, Jassuda David, Joseph, Liotte Hermine, Moyse et Rebecca.
    Etude généalogique chez GenAmi.
  42. Elis Aro LULLIS (Stura)
  43. Jacob Israel CARMI (Reggio Emilia, Crostolo), Grand Rabbin, décédé en 1849.
    Famille d’origine Française (Carpentras), établie à Casale Montferrato et Mantoue, banquiers aux 16e et 17e siècles, puis à Livourne et Reggio Emilia.
    Annuaire d’Etudes Hébraïques, Carruci éditeur, Rome, P.324.
  44. Jacob BRUNSCHWIG (Wintzenheim, Haut-Rhin)
    Informations généalogiques chez GenAmi.
  45. Samuel Marx LEVI (Sarre). Oncle de Karl Marx - Etude réalisée par Micheline Gutmann, GenAmi n° 18.
  46. Abraham MONTEL fils (25.12.1777 Nîmes-27.06.1828 Nîmes), fils de Isaac, fripier, et de Esther Baze. Ep. Naumy Vidal-Naquet (public. Nîmes 30 Brum. IV)
    Étude généalogique chez GenAmi.
  47. Saul CREMIEUX (1744 L’ISLE-), à Paris en 1809, épouse Sara SAINT PAUL, Esther née Avignon 1788, Colombe en 1791. Négociant rue du Mont Blanc.
    Étude généalogique chez GenAmi.
  48. Aron LATIS
  49. Benoît FANNO
  50. Berr ISAAC-BERR (Nancy)
    Informations généalogiques chez GenAmi.
  51. Abraham Cohen
  52. Israel Cohen. Modène?
  53. Sabaton COSTANTINI (1744 La Canée, Crête - ap. 1818), Trieste puis Marseille où il fait du Commerce (procès), Nice et de nouveau Marseille en 1806, porte parole de la communauté.
    En 1808 : Sabaton a 64 ans, son épouse, Régine Provençal a 60 ans. Trois enfants, Julie, 35 ans, Abraham, 29 ans, Marianne, 28 ans. Abraham a trois enfants : Reginette, Sabaton, Moïse-Nissim.
    Assemblée des Notables. Refuse de sièger au Grand Sanhédrin. Figure jusqu’en 1818 sur les listes de la répartition des frais du culte à Marseille.
    Etude généalogique chez GenAmi.
  54. David LEVI de Chieri, Piémont.
  55. Aron SCHMOLL, à Paris, membre du Consitoire, responsable du cimetière de Montrouge. Assemblée des Notables.
    Informations généalogiques chez GenAmi.
  56. Moise FORMIGGINI (Modène). Marchands de pierres précieuses, protégés par le Duc de Modène au 18e siècle. Plus tard, sénateur du Royame d’Italie.
  57. FRIEDBERG
  58. Lyon MARX
  59. Marq FOY (Italie, Bayonne)
    Informations généalogiques chez GenAmi.
  60. Mayer NATHAN
  61. Abraham FURTADO (30.07.1756 Londres-29.01.1817 Bordeaux), fils de Elie et Hana Pinto Vega, marranes. Epouse Sara Rodrigues Alvares en 1775 à Bordeaux. Président de l’Assemblée des Notables. Propriétaire, adjoint du maire de Bordeaux,
    «  Décoré de l’ordre du Lys par le duc d’Angoulême, le 12 juillet 1814, ses obsèques se firent avec le concours des personnalités officielles maire et préfet en tête. » (Note dans les Israélites Bordelais, de Cavignac)
    Joseph Elie (05.07.1778- 15.10.1882 Bordeaux)
    Anne Emilie (01.01.1784-12.03.1823) ép.26.12.1809 Moise Aimé SOLAR, fils Aaron Euryate Félix SOLAR (11.02.1811-19.11.1870), banquier et bibliophile.
    Voir mariage Fould
    Sara Furtado épouse Lopez-Dubec.
    Sarah Reibeiro-Furtado, + 26.12.1879, 8 av. de la Grande Armée, Paris 17ème (Jewish Victorian)
  62. Olry-Hayem WORMS, banquier, ép. Blumelé Levi ; 1. Samuel, devenu Worms de Romilly (02.02.1778 Sarrelouis- ) ep. Sophie Lyon
    Etude généalogique chez GenAmi.
  63. Seligmann WITTERSHEIM (1754-1828), délégué des Juifs d’Alsace en 1789.
    Étude généalogique chez GenAmi.
  64. Lipmann CERF-BERR
    Étude génalogique de la famille Cerf-Berr chez GenAmi.
  65. Baruch CERF-BERR, Idem
  66. Jacob RODRIGUES (Lisbonne 1736- ), arrive à Bordeaux en 1761 avec son père, sa soeur, ses cousins rescapeés du tremblement de terre. Sa soeur épouse Abraham Furtado, décède, ainsi que son père en 1784. Epouse sa cousine Rachel, disparue à cette date. (Cavignac)
  67. Théodore CERF-BERR, Idem
  68. Cerf-Jacob GOUDCHAUX
  69. Isaac RODRIGUES fils, Paris, secrétaire de l’Assemblée des Notables, Secrétaire Général du Consistoire depuis 1809. Venu de Bordeaux.
    En 1809 à Paris, il y a 2 familles Rodrigues.
  70. C L LORICH
  71. Isaac Samuel AVIDGOR, (1776- ), Propriétaire et négociant en 1811, fils de Isaac (1754 - 27 fruc 12) et Esther Locchio.
    Ep. Gabrielle Pauline Henriette Raba (1791, Bordeaux- ), 7 enfants : Esther Eloïse (1808- ), Stéphanie-Rebecca (1810- ), Etienne (1811- ), Moïse-Jules, banquier (1812- ), Henri (1814- ) et les jumeaux Frédéric(1818- ) et Laure (1818-).
Suppléants rabbins :
  • Mendel PRAGUE
  • Moïse Hertz MOSBACH (1772 Mayence - ), à Paris en 1809. Ep. Merlin Schonbach, née en 1784 à Bischheim, 6 enfants en 1809 dont Mayer lié plus tard aux Vanderheym.
  • Betsallel MILHAU
Suppléants laïques :
  • J. Emmanuel OTTOLENGHI, famille de Acqui, Montferrato. Fils de Giuseppe Salvatore, banquier et commerçant, jacobin.
  • Samuel GHEDILIA
  • Emilio VITA, Mantoue ou Ferrare. Voir « Les Juifs de Mantoue » à l’AIU
  • J. DREYFOSS
  • Jérémie HIRSCH
  • Félix LEVI
Scribes :
  • Michel BERR, scribe rédacteur, fils de Berr Isaac Berr.
  • BLOTZ, pour l’allemand, probablement d’Hagenthal-le-Bas.
  • Jonas VALLABREGUE, pour le Portugais. En 1809 à Paris (1754 Avigon - ), ép. Neuma Saint-Paul (1754 Avignon). 5 enfants.
  • Étude généalogique chez GenAmi.
Participations ultérieures :
Le 12 février, sont arrivés d’Amsterdam :
(Memorbook d’Amsterdam à l’AIU)
  • Carel ASSER, (1780-1836), fils de Mozes Salomon, spécialiste en Droit. Prise de noms d’Amsterdam en 1813 : Asser, une famille, grand-père, 3 fils adultes, enfants.
    Voir article dans GenAmi n° 7 et le livre de son descendant Henk Asser.
  • J. LITTWAK, (1764 Lupt, Lit.- ), mathématicien,
  • H de H. LEMON ((1755-1823), médecin, membre de l’Assemblée Nationale de la République Batave en 1798.
  • Le 9 mars, de Franckfort sur le Main :
  • Salomon TREVES
  • HILDESHEIMER
  • Jacob LAZARD, joailler parisien (1760 Sarrelouis-), ép. Rachel Halphen (1772 Metz-)
    Informations généalogiques chez GenAmi.

ANNEXE II
Les douze questions

  • Première question : Est-il licite aux Juifs d’épouser plusieurs femmes ?
  • Deuxième question : Le divorce est-il permis par la religion juive ? Le divorce est-il valable sans qu’il soit prononcé par les lois contradictoires à celles du code français ?
  • Troisième question : Une Juive peut-elle se marier avec un Chrétien et une Chrétienne avec un Juif ?
  • Quatrième question : Aux yeux des Juifs, les Français sont-ils leurs frères ou sont-ils des étrangers ?
  • Cinquième question : Dans l’un et dans l’autre cas, quels sont les rapports que leur loi leur prescrit avec les Français qui ne sont pas de leur religion ?
  • Sixième question : Les Juifs nés en France et traités par la loi comme citoyens français regardent-ils la France comme leur patrie ? ont-ils l’obligation de la défendre ? sont-ils obligés d’obéir aux lois et de suivre les dispositions du code civil ?
  • Septième question : Qui nomme les rabbins ?
  • Huitième question : Quelle juridiction de police exercent les rabbins parmi les Juifs ? Quelle police judiciaire exercent-ils parmi eux ?
  • Neuvième question : Ces formes d’élection, cette juridiction de police judiciaires sont-elles voulues par leurs lois ou simplement consacrées par l’usage ?
  • Dixième question : Est-il des professions que la loi des juifs leur défende ?
  • Onzième question : La loi des Juifs leur défend-elle l’usure envers leurs frères ?
  • Douzième question : Leur défend-elle ou leur permet-elle de faire l’usure aux étrangers ?

ANNEXE III 
Texte de la décision du Grand Sanhedrin

Convoqué à PARIS en vertu des ORDRES de SA MAJESTE L’EMPEREUR et ROI. 
le 8 mars 1807
(Moniteur Universel du 11 avril 1807, pages 398 à 400)
PRÉAMBULE

48Réunis aujourd’hui sous sa puissante protection dans sa bonne ville de Paris, au nombre de 71 docteurs de la loi et notables d’Israël, nous nous constituons en grand sanhédrin, afin de trouver en nous le moyen et la force de rendre des ordonnances religieuses conformes aux principes de nos saintes lois, qui servent de règle et d’exemple à tous les Israélites. Ces ordonnances apprendront aux nations que nos dogmes se concilient avec les lois civiles sous lesquelles nous vivons, et ne nous séparent pas de la société des hommes.

49En conséquence, déclarons que la loi divine, ce pieux héritage de nos ancêtres, contient des dispositions religieuses et des dispositions politiques.

50Que les dispositions religieuses sont, par leur nature, absolues et indépendantes des circonstances et des temps.

51Qu’il n’en n’est pas de même des dispositions politiques, c’est à dire de celles qui constituent le gouvernement, et qui étaient destinées à régir le peuple d’Israël dans la Palestine, lorsqu’il avait ses rois, ses pontifes et ses magistrats.

52Que ces dispositions politiques ne sauraient être applicables depuis qu’il ne forme plus un corps de nation.

53Que, en consacrant cette discrimination déjà établie par la tradition, le Grand Sanhédrin déclare un fait incontestable, qu’une assemblée des docteurs de la Loi réunis en grand sanhédrin pouvait seule déterminer les conséquences qui en dérivent.

54Que, si les anciens sanhédrins ne l’ont pas fait, c’est que les circonstances politiques ne l’exigeaient point, et que, depuis l’entière dispersion d’Israël, aucun sanhédrin n’avait été réuni avant celui-ci.

55Engagés aujourd’hui dans ce pieux dessein, nous invoquons la lumière divine, de laquelle émanent tous les biens, et nous nous reconnaissons obligés de concourir à l’achèvement de la régénération morale d’Israël.

56Ainsi, en vertu du droit que nous confèrent nos usages et nos lois sacrées et qui déterminent que dans l’assemblée des docteurs du siècle réside essentiellement la faculté de statuer selon l’urgence des cas, et que requiert l’observance desdites lois, soit écrites, soit traditionnelles, nous procèderons dans l’objet de prescrire religieusement l’obéissance aux lois de l’État en matière civile et politique.

57Pénétrés de cette sainte maxime, que la crainte de Dieu est le principe de toute sagesse, nous élevons nos regards vers le ciel, nous étendons nos mains vers son sanctuaire et nous l’implorons pour qu’il daigne nous éclairer de sa lumière, nous diriger dans le sentier de la vertu et de la vérité afin que nous puissions y conduire nos frères pour leur félicité, et celle de leurs descendants.

58Partant, nous enjoignons, au nom du Seigneur notre Dieu, à tous nos corrélationnelles de tous sexes, d’observer fidèlement nos décisions, statuts et ordonnances, regardant d’avance tous ceux de France et du royaume d’Italie qui les violeraient ou en négligeraient l’observation, comme pêcheurs, notoirement contre la volonté du Seigneur Dieu d’Israël.

Article Ier
POLYGAMIE

59Le Grand Sanhédrin, légalement assemblé ce jour 9 Février 1807, et en vertu des pouvoirs qui lui sont inhérents, examinant s’il est licite aux Hébreux d’épouser plus d’une femme, et pénétré du principe généralement consacré dans Israël, que la soumission aux lois de l’État, en matière civile et politique, est un devoir religieux.

60Reconnaît et déclare que la polygamie permise par la loi de Moïse, n’est qu’une simple faculté, que nos docteurs l’ont subordonnée à la condition d’avoir une fortune suffisante pour subvenir aux besoins de plusieurs épouses ;

61Que dès les premiers temps de notre dispersion, les Israélites répandus dans l’occident, pénétrés de la nécessité de mettre leurs usages en harmonie avec les lois civiles des États dans lesquels ils s’étaient établis, avaient généralement renoncé à la polygamie, comme à une pratique non conforme aux mœurs des nations ;

62Que ce fut aussi pour rendre hommage à ce principe de conformité en matière civile, que le synode convoqué à Worms, en l’an 4790 de notre ère, et présidé par le rabbin Guerson, avait prononcé anathème contre tout Israélite de leur pays qui épouserait plus d’une femme ;

63Que cet usage s’est entièrement perdu en France, en Italie, et dans presque tous les États du continent européen où il est extrêmement rare de trouver un Israélite qui ose enfreindre à cet égard les lois des nations contre la polygamie

64En conséquence, le grand sanhédrin pesant dans sa sagesse combien il importe l’usage adopté par les Israélites répandus dans l’Europe, et pour confirmer, et tant que besoin, ladite décision du synode de Worms, statue et ordonne comme principe religieux :

65Qu’il est défendu à tous les Israélites de tous les États où la polygamie est défendue par les lois civiles, et en particulier à ceux de l’Empire de France et du Royaume d’Italie, d’épouser une seconde femme du vivant de la première, à moins qu’un divorce avec celle-ci, prononcé conformément aux dispositions du code civil, et suivi du divorce religieux, ne l’ait affranchi des liens du mariage.

Article II
REPUDIATION

66Le Grand Sanhédrin, ayant considéré combien il importe aujourd’hui d’établir des rapports d’harmonie entre les usages des Hébreux, relativement au mariage, et le code civil de France, et du royaume d’Italie, sur le même sujet, et considérant qu’il est de principe religieux de se soumettre aux lois civiles des États, reconnaît et déclare :

67Que la répudiation permise par la loi de Moïse n’est valable que pour autant qu’elle opère la dissolution absolue de tous les liens entre les conjoints, même sous le rapport civil.

68Que d’après les dispositions du code civil, qui régit les Israélites comme Français et Italiens, le divorce n’étant consommé qu’après que les tribunaux l’ont ainsi décidé par un jugement définitif, il suit que la répudiation mosaïque n’aurait pas le plein et entier effet qu’elle doit avoir, puisque l’un des conjoints pourrait se prévaloir contre l’autre du défaut de l’intervention de l’autorité civile dans la dissolution du lien conjugal :

69C’est pourquoi, en vertu du pouvoir dont il est revêtu, le grand sanhédrin statue et ordonne comme point religieux :

70Que dorénavant nulle répudiation ou divorce ne pourra être faite selon les formes établies par la loi de Moïse, qu’après que le mariage ait été déclaré dissous par les tribunaux compétents et selon les formes voulues par le code civil.

71En conséquence, il est expressément défendu à tout rabbin, dans les deux États de France et royaume d’Italie, de prêter son ministère, dans aucun acte de répudiation ou de divorce, sans que le jugement civil qui le prononce lui ait été exhibé en bonne forme, déclarant que tout Rabin qui se permettrait d’enfreindre le présent statut religieux serait regardé comme indigne d’en exercer à l’avenir les fonctions.

Article III
MARIAGE

72Le Grand Sanhédrin, considérant que, dans l’Empire français et le royaume d’Italie, aucun mariage n’est valable qu’autant qu’il est précédé d’un contrat civil devant l’officier public.

73En vertu du pouvoir qui lui est dévolu, statue et ordonne :

74Qu’il est d’obligation religieuse pour tout Israélite français et du royaume d’Italie, de regarder désormais, dans les deux États, les mariages civilement contractés comme emportant obligation civile.

75Défend en conséquence à tout Rabin, ou autre personne dans les deux États, de prêter son ministère à l’acte religieux du mariage, sans qu’il leur ait apparu auparavant l’acte des conjoints devant l’officier civil, conformément à la loi.

76Le Grand Sanhédrin déclare en outre que les mariages entre Israélites et Chrétiens, contractés conformément aux lois du code civil, sont obligatoires et valables civilement et, bien qu’ils ne soient pas susceptibles d’être revêtus des formes religieuses, ils n’entraîneront aucun anathème.

Article IV
FRATERNITE

77Le Grand Sanhédrin, ayant constaté que l’opinion des nations parmi lesquelles les Israélites ont fixé leur résidence depuis plusieurs générations, les laissent dans le doute sur les sentiments de fraternité et de sociabilité qui les animent à leur égard, de telle sorte que ni en France, ni dans le royaume d’Italie, l’on ne paraisse point fixé sur la question de savoir, si les Israélites de ces deux états regardaient leurs concitoyens chrétiens comme frères, ou seulement comme étrangers.

78Afin de dissiper tous les doutes à ce sujet, le grand sanhédrin déclare :

79Qu’en vertu de la loi donnée par Moïse aux enfants d’Israël, ceux-ci sont obligés de regarder comme leurs frères, les individus des nations qui reconnaissent Dieu créateur du ciel et de la terre, et parmi lesquels ils jouissent des avantages de la société civile, ou seulement d’une bienveillante hospitalité.

80Que la sainte écriture nous ordonne d’aimer notre semblable comme nous-mêmes, et que, reconnaissant comme conforme à la volonté de Dieu, qui est la justice même, de ne faire à autrui que ce que nous voudrions qu’il nous fût fait, il serait contraire à ces maximes sacrées, de ne point regarder nos concitoyens, français chrétiens, comme nos frères.

81Que, d’après cette doctrine universellement reçue, et par les docteurs qui ont le plus d’autorité dans Israël, et par tout Israélite qui n’ignore point sa religion, il est du devoir de tous d’aider, de protéger, d’aimer leurs concitoyens, et de les traiter, sous tous les rapports civils et moraux, à l’égal de leurs coreligionnaires.

82Que, puisque la religion mosaïque ordonne aux Israélites d’accueillir avec tant de charité et d’ égards les étrangers qui allaient résider dans leurs villes, à plus forte raison leur commande-t-elle les mêmes sentiments envers les individus des nations qui les ont accueillis dans leur sein, qui les protègent par leurs lois, les défendent par leurs armes, leur permettent d’adorer l’Éternel selon leur culte, et les admettent, comme en France et dans le royaume d’Italie, à la participation de tous les droits civils et politiques.

83D ‘après ces diverses considérations, le grand sanhédrin ordonne à tout Israélite de l’Empire français, du royaume d’Italie, et de tous autres lieux, de vivre avec les sujets de chacun des États dans lesquels ils habitent, comme avec leurs concitoyens et leurs frères, puisqu’ils reconnaissent Dieu créateur du ciel et de la terre, parce qu’ainsi le veut la lettre et l’esprit de notre sainte loi.

Article V
RAPPORTS MORAUX

84Le Grand Sanhédrin, voulant déterminer quels sont les rapports que la loi de Moïse prescrit aux Hébreux envers les individus des nations parmi lesquelles ils habitent, et qui, professant une autre religion, reconnaissent Dieu, créateur du ciel et de la terre :

85Déclare que tout individu professant la religion de Moïse, qui ne pratique pas la justice et la charité envers tous les hommes adorant l’Éternel indépendamment de leur croyance particulière, pêche notoirement contre sa loi.

86Qu’à l’égard de la justice, tout ce que prohibe l’Écriture Sainte comme lui étant contraire, est absolu, et sans acception de personne.

87Que le Décalogue et les livres sacrés qui renferment les commandements de Dieu à cet égard, n’établissent aucune relation particulière, et n’indiquent ni qualité, ni condition, ni religion, auxquels ils s’appliquent exclusivement ; en sorte qu’ils sont communs aux rapports des Hébreux avec tous les hommes en général, et que tout Israélite qui les enfreint envers qui que ce soit est également criminel et répréhensible aux yeux du Seigneur.

88Que cette doctrine est aussi enseignée par les docteurs de la loi, qui ne cessent de prêcher l’amour du Créateur et de sa créature (Traité d’Abot, chap. 6, f.6), et qui déclarent formellement que les récompenses de la vie éternelle sont réservées aux hommes vertueux de toutes les nations: qu’on trouve dans les prophètes des preuves multipliées qui établissent qu’Israël n’est pas l’ennemi de ceux qui professent une autre religion que la sienne; qu’à l’égard de la charité, Moïse, comme il a déjà été rapporté, la prescrit au nom de Dieu comme une obligation. " Aime ton prochain comme toi-même " car Je suis le Seigneur"." L’étranger qui habite dans votre sein, comme celui qui est né parmi vous. Vous l’aimerez comme vous-même, car vous avez été étrangers en Égypte ; Je suis l’Eternel votre Dieu (Lévit. chap. 19, v.34). David dit : la miséricorde de Dieu s’étend sur toutes ses œuvres. (Ps 145, v. 9) : Qu’exige de vous le Seigneur, dit Michée ? Rien de plus que d’être juste. Exercez la charité (chap. 6, v. 8) Nos docteurs déclarent que l’homme compatissant aux maux de son semblable, est à nos yeux comme s’il du sang d’Abraham " (Hirubin, chap.7)

89Que tout Israélite est obligé envers ceux qui observent les Noachides, quelle que soit d’ailleurs leur région, de les aimer, comme ses frères, de visiter leurs malades, d’enterrer leurs morts, d’assister leurs pauvres, comme ceux d’Israël, et qu’il n’y a point d’acte de charité dont ils puissent se dispenser envers eux.

90D’après ces motifs, puisés dans la lettre et l’esprit de l’Ecriture Sainte ;

91Le Grand Sanhédrin prescrit à tous les Israélites, comme devoir essentiellement religieux et inhérent à leur croyance, la pratique habituelle et constante, envers tous les hommes reconnaissant Dieu créateur du ciel et de la terre, quelque religion qu’ils professent, des actes de justice et de charité, dont les livres saints leur prescrivent l’accomplissement.

Article VI
RAPPORTS CIVILS ET POLITIQUES

92Le Grand Sanhédrin, pénétré de l’utilité qui doit résulter pour les Israélites d’une déclaration authentique qui fixe et détermine leurs obligations comme membres de l’État auquel ils appartiennent, et voulant que nul n’ignore quels sont à cet égard les principes que les docteurs de la loi et les notables d’Israël professent et prescrivent à leurs coreligionnaires, dans les pays où ils ne sont point exclus de tous les avantages de la société civile, spécialement en France et dans le royaume d’Italie.

93Déclare qu’il est de devoir religieux, pour tout Israélite né et élevé dans un état, ou qui en deviennent citoyens par résidence ou autrement, conformément aux lois qui en déterminent les conditions, de regarder ledit état comme sa patrie

94Que ces devoirs qui dérivent de la nature des choses, qui sont conformes à la destination des hommes en société, s’accordent par cela même avec la parole de Dieu.

95Daniel dit à Darius qu’il n’a été sauvé de la fureur des lions que pour avoir été également fidèle à son Dieu et à son roi. (Chap. 6, v. 3)

96Jérémie recommande à tous les Hébreux de regarder Babylone comme leur patrie ; concourez de tout votre pouvoir, leur dit-il, à son bonheur (Jer. chap. 3). On lit, dans le même livre, le serment que fit prêter Guédalya aux Israélites. « Ne craignez point, leur dit-il, de servir les Chaldéens.; demeurez dans le pays; soyez fidèles au roi de Babylone, et vous vivrez heureusement » (ibid. chap. 24, v. 9)

97Crains Dieu et ton souverain, a dit Salomon (Prov. chap. 24, v. 2 1)

98Qu’ainsi tous ont prescrit à l’Israélite d’avoir pour son prince et ses lois le respect, l’attachement et la fidélité dont tous ses sujets lui doivent le tribut ;

99Que tout l’oblige à ne point isoler son intérêt de l’intérêt public, ni sa destinée, non plus que celle de sa famille, de la destinée de la grande famille de l’état; qu’il doit s’affliger de ses revers, s’applaudir de ses triomphes, et concourir, par toutes ses facultés, au bonheur de ses concitoyens.

100En conséquence, le Grand Sanhédrin statue que tout Israélite, né et élevé en France et dans le royaume d’Italie, et traité par les lois des deux États comme citoyen, est obligé religieusement de les regarder comme sa patrie, de les servir, de les défendre, d’obéir aux lois, et de se conformer, dans toutes ses transactions, aux dispositions du code civil.

101Déclare en outre, le Grand Sanhédrin, que tout Israélite, appelé au service militaire, est dispensé par la loi, pendant la durée de ce service, de toutes les observances qui ne peuvent se concilier avec lui.

Article VII
PROFESSIONS UTILES

102Le Grand Sanhédrin, voulant éclairer les Israélites, et en particulier ceux de France et du royaume d’Italie, sur la nécessité où ils sont et les avantages qui résulteront pour eux, de s’adonner à l’agriculture, de posséder des propriétés foncières, d’exercer les arts et métiers, de cultiver les sciences qui permettent d’embrasser des professions libérales, et considérant que, si, depuis longtemps, les Israélites des deux États se sont vus dans la nécessité de renoncer aux travaux mécaniques, et principalement à la culture des terres, qui avait été, dans l’ancien temps, leur occupation favorite, il ne faut attribuer ce funeste abandon qu’aux vicissitudes de leur état, à l’incertitude où ils avaient été, soit à l’égard de leur sureté personnelle, soit à l’égard de leurs propriétés, ainsi qu’aux obstacles de tous genres que les règlements et les lois des nations opposent au libre développement de leurs industries et de leur activité.

103Que cet abandon n’est aucunement le résultat des principes de leur religion, ni des interprétations qu’en ont pu donner leurs docteurs tant anciens que modernes, mais bien un effet malheureux des habitudes que la privation du libre exercice de leurs facultés industrielles leur avait fait contracter !

104Qu’il résulte, au contraire, de la lettre et de l’esprit de (la) législation mosaïque, que les travaux corporels étaient en honneur parmi les enfants d’Israël, et qu’il n’est aucun art mécanique qui leur soit nominativement interdit, puisque la Sainte Écriture les invite et leur recommande de s’y livrer.

105Que cette vérité est démontrée par l’ensemble des lois de Moïse, et de plusieurs textes particuliers ; tels entre autres que ceux-ci :

106Psaume 127 « Lorsque tu jouiras du labeur de tes mains, tu seras bien heureux, et tu auras l’abondance »
Prov. Ch. 28 et 29 : « celui qui laboure ses terres aura l’abondance, mais celui qui vit dans l’oisiveté est dans la disette ».

107Ibidem, ch. 26 art 27 « Laboure diligemment ton champ, et tu pourras après édifier ton manoir ».
Mishna, Traité d’Abot, ch. 1 « Aime le travail et fuis la paresse ».

108Qu’il suit évidemment de ces textes non seulement qu’il n’est point de métier honnête interdit aux Israélites, mais que la religion attache du mérite à leur exercice et qu’il est agréable aux yeux du Très Haut que chacun s’y livre, et en fasse, autant qu’il dépend de lui ; l’objet de ses occupations.

109Que cette doctrine est confirmée par le Talmud qui ; regardant l’oisiveté comme la source des vices, déclare positivement que le père qui n’enseigne pas une profession à son enfant, l’élève pour la vie des brigands (T. Kidaschim, chap. 1er).

110En conséquence, le Grand Sanhédrin, en vertu des pouvoirs dont il est revêtu,

111Ordonne à tous les Israélites, et en particulier à ceux de France et du royaume d’Italie, qui jouissent maintenant des droits civils et politiques, de rechercher et d’adopter les moyens les plus propres à inspirer à la jeunesse l’amour du travail, et à la diriger vers l’exercice des arts et métiers, ainsi que des professions libérales, attendu que ce louable exercice est conforme à notre sainte religion, favorable aux bonnes mœurs, essentiellement utile à la patrie, qui ne saurait voir dans des hommes désoeuvrés et sans état, que de dangereux citoyens.

112Invite en outre le Grand Sanhédrin, les Israélites des deux États de France et d’Italie, d’acquérir des propriétés foncières, comme un moyen de s’attacher davantage à leur patrie, de renoncer à des occupations qui rendent les hommes odieux ou méprisables aux yeux de leurs concitoyens, et de faire tout ce qui dépendra de nous pour acquérir leur estime et leur bienveillance.

Article VIII
PRET ENTRE ISRAELITES

113Le Grand Sanhédrin, pénétré des inconvénients attachés aux interprétations erronées qui ont été données au verset 19, chapitre 23 du Deutéronome, et autres de l’Écriture Sainte sur le même sujet, et voulant dissiper les doutes que ces interprétations ont fait naître, et n’ont que trop accréditées sur la pureté de notre morale religieuse relativement au prêt,

114Déclare que le mot hébreu nechech, que l’on a traduit par celui d’usure, a été mal interprété ;
qu’il n’exprime dans la langue hébraïque qu’un intérêt quelconque, et non un intérêt usuraire :
que nous ne pouvons entendre par l’expression française d’usure qu’un intérêt au-dessus de l’intérêt légal, là où la loi a fixé un taux à ce dernier; de cela seul que la Loi de Moïse n’a pas fixé ce taux, l’on ne peut pas dire que le mot hébreu nechech signifie un intérêt illégitime ;
qu’ainsi, pour que là qu’il y eût lieu de croire que ce mot eût la même acceptation que celui d’usure, il faudrait qu’il en existât un autre qui signifiât intérêt légal: que ce mot n’existant pas, il suit nécessairement que l’expression hébraïque nechech ne peut point signifier usure .

115Que le but de la loi divine, en défendant à un Hébreu le prêt à intérêt envers un autre Hébreu était de resserrer entre eux les liens de la fraternité, de leur prescrire une bienveillance réciproque, et de les engager à s’aider les uns les autres avec désintéressement,

116Qu’ainsi il ne faut considérer la défense du législateur divin que comme un précepte de bienfaisance et de charité fraternelle,

117Que la loi divine et ses interprètes ont permis ou défendu l’intérêt selon les divers usages que l’on fait de l’argent. Est-ce pour soutenir une famille ? L’intérêt est défendu. Est-ce pour entreprendre une spéculation de commerce qui fait courir un risque aux capitaux du prêteur, l’intérêt est permis quand il est légal, ou qu’on peut le regarder comme un juste dédommagement. Prêter au pauvre, dit Moïse ; Ici le tribut de la reconnaissance, l’idée d’être agréable aux yeux de l’Eternel, est le seul intérêt ; le salaire du service rendu est dans la satisfaction que donne la conscience d’une bonne action. Il n’en n’est plus de même de celui qui emploie des capitaux dans l’exploitation de son commerce : là il est permis au prêteur de s’associer au profit de l’emprunteur.

118En conséquence, le Grand Sanhédrin déclare, statue et ordonne, comme devoir religieux, à tous les Israélites, et particulièrement à ceux de France et du royaume d’Italie, de n’exiger aucun intérêt de leurs coreligionnaires, toutes les fois qu’il s’agira d ‘aider le père de famille dans le besoin par un prêt oilicieux ;

119Statue en outre que le profit légitime du prêt entre coreligionnaires n’est religieusement permis, que dans le cas de spéculations commerciales qui font courir un risque au prêteur, ou en cas de lucre cessant, selon le taux fixé par la loi de l’État.

Article IX
PRETS ENTRE ISRAELITES ET NON-ISRAELITES

120Le Grand Sanhédrin voulant dissiper l’erreur qui attribue aux Israélites la faculté de faire l’usure avec ceux qui ne sont pas de leur religion, comme leur étant laissé par cette religion même, et confirmée par leurs docteurs talmudistes,

121Considérant que cette imputation a été, dans différents temps et dans différents pays, l’une des causes des préventions qui se sont élevées contre eux, et voulant faire cesser dorénavant tout faux jugement à cet égard, en fixant le sens du texte sacré sur cette matière ;

122Déclare que le texte qui autorise le prêt à intérêt avec l’étranger ne peut et ne doit s’entendre que des nations étrangères, avec lesquelles on faisait du commerce, et qui prêtaient elles-mêmes aux Israélites ; cette faculté était basée sur un droit naturel de réciprocité.

123Que le mot nochri ne s’applique qu’aux individus des nations étrangères, et non à des concitoyens que nous regardons comme nos frères :

124Que même à l’égard des nations étrangères, l’Écriture Sainte, en permettant de prendre d’elles un intérêt, n’entend point parler d’un profit excessif et ruineux pour celui qui le paie, puisqu’elle nous déclare ailleurs que toute iniquité est abominable aux yeux du Seigneur.

125En conséquence de ces principes, le grand sanhédrin, en vertu des pouvoirs dont il est revêtu, et afin qu’aucun Hébreu ne puisse à l’avenir alléguer l’ignorance de ses devoirs religieux en matière de prêts à intérêt envers ses compatriotes, sans distinction de religion.

126Déclare à tout Israélite et particulièrement à ceux de France et du royaume d’Italie, que les dispositions prescrites par la décision précédente sur le prêt officieux ou à intérêt d’Hébreu à Hébreu, ainsi que les principes et les préceptes rappelés par les textes de l’Écriture Sainte en cette matière, s’étendent tant à nos compatriotes, sans distinction de religion, qu’à nos coreligionnaires.

127Ordonne à tous, comme précepte religieux, et en particulier à ceux de France et du royaume d’Italie, de ne faire aucune distinction à l’avenir en matière de prêt, entre concitoyens et coreligionnaires, le tout conformément au statut précédent.

128Déclare en outre, que quiconque transgressera la présente ordonnance viole un devoir religieux et pêche notoirement contre la loi de Dieu.

129Déclare enfin que toute usure est indistinctement défendue, non seulement d’Hébreu à Hébreu ; et d’Hébreu à concitoyen d’une autre religion, mais encore avec les étrangers de toutes les nations, regardant cette pratique comme une iniquité abominable aux yeux du Seigneur.

130Ordonne également le Grand Sanhédrin, à tous les rabbins, dans leurs prédications, et leurs instructions, de ne rien négliger auprès de leurs coreligionnaires pour accréditer dans leur esprit les maximes contenues dans la présente décision.

131Nous soussignés certifions véritable la présente, et conforme au registre des procès-verbaux du Grand Sanhédrin.

Paris, le 8 Mars 1807
Le chef du Grand Sanhédrin D. SINTZHEIM
SEGRE, Rabbin, premier assesseur
COLOGNA, Rabbin, second assesseur
Michel BEER, scribe-rédacteur

ANNEXE IV
Note de Napoléon à M. Champagny en date du 29 novembre 1806 sur le projet d’organisation de la nation juive

Auteur(s) : NAPOLÉON IER
Posen, 29 novembre 1806
A M. de Champagny

132Monsieur Champagny, j’approuve que vous rendiez exécutoire la contribution sur les Juifs des départements, pour indemniser les rabbins et membres de l’assemblée de Paris. Moyennant cette indemnité, mon intention est qu’ils restent à Paris et que le sanhédrin soit convoqué dans le plus court délai.

133Quant au projet d’organisation de la nation juive, il faut que le sanhédrin soit rassemblé. Convoquez-le pour une époque telle que je puisse lui renvoyer tout ce qui doit y être réglé. Il faut ôter des lois de Moïse tout ce qui est intolérant ; déclarer une portion de ces lois civiles et politiques, et ne laisser de religieux que ce qui est relatif à la morale et aux devoirs des citoyens français.

§1

134Pour marcher d’une manière régulière, il faudrait commencer par déclarer qu’il y a dans les Lois de Moïse des dispositions religieuses et des dispositions politiques ; 
Que les dispositions religieuses sont immuables ; mais qu’il n’en est pas de même des dispositions politiques qui sont susceptibles de modifications ;
Que c’est le Grand Sanhédrin qui seul peut établir cette distinction :
Que pendant tout le temps où les Israélites sont restés dans la Palestine et formaient corps de nation, les circonstances politiques étant les mêmes que du temps de Moïse, les Grands Sanhédrins n’ont point été dans le cas de faire cette distinction ;
Que depuis que les Israélites ont quitté leur Patrie, il n’y a plus de Grand Sanhédrin.

135Après la déclaration de ces principes, en viendra l’application.
- 1° La polygamie était permise ; elle doit cesser de l’être aux Juifs qui se sont répandus dans l’occident, tandis qu’elle le peut être encore à ceux de l’orient, en considération de la situation particulière dans laquelle ils se trouvent.
- 2° Selon la loi de Moïse, les Juifs ne regardaient comme leurs frères que ceux qui professaient la même religion. Cela devrait être, lorsque le peuple juif était environné de peuple idolâtres qui avaient juré une haine commune aux enfants d’Israël. Cela peut cesser d’être quand cette situation a changé et c’est ce que le sanhédrin établira en décidant qu’il doit considérer comme frères tous les hommes, quelque religion qu’ils professent, s’ils ne sont pas idolâtres, et si les Israélites jouissent au milieu d’eux des mêmes droits qu’eux-mêmes.
- 3° Cette fraternité étant établie, il en doit résulter l’obligation de défendre le pays où les Israélites jouissent des mêmes droits que les autres citoyens, de même que selon la loi de Moise, ils devraient défendre le temple de Jérusalem. Le sanhédrin doit en faire une loi positive.
- 4° De la doctrine qui établira que les Juifs doivent considérer les chrétiens comme frère, il résultera non seulement que les mariages entre Juifs et Chrétiens ne sont point anathème, mais la nécessité de les recommander parce qu’ils importent au salut de la nation.
- 5° et 6° La répudiation et le mariage doivent être assujetti à l’observation des formalités prescrites par le Code Napoléon.
- 7° et 8° Les explications sur le prêt à intérêt à peu près telles qu’elles sont établies dans le projet, dérivent également de la fraternité reconnue.
- 9° Les professions utiles. Ajouter aux dispositions de la décision proposée une invitation à devenir propriétaire.
- 10° Enfin une obligation de la propriété. Toutes ces décisions appartiennent au Grand sanhédrin, et c’est seulement de cette partie dogmatique que le travail présenté par le Ministre fait mention.

§2

136Des dispositions d’organisation et de discipline doivent aussi être prises, et elles paraissent appartenir à l’Assemblée générale. Ainsi l’Assemblée générale déterminera :
- 1° L’organisation de Sanhédrin ou de Consistoires administratifs par arrondissements et par départements, et celle d’un sanhédrin ou Consistoire central et les attributions de ces institutions qui doivent exercer une police sévère sur les rabbins ;
- 2° Le nombre des rabbins, la manière dont ils seront payés, leurs obligations et leurs attributions.
- 3° Les conditions nécessaires pour être autorisé à faire le commerce, et la manière dont cette autorisation sera donnée, sous l’approbation de l’autorité locale.
- 4° La prohibition de toute espèce de commerce du droit de tirer des lettres de change, de l’exercice du brocantage, de la faculté d’avoir boutique à tout individu qui ne sera pas pourvu de l’autorisation ci-dessus.
- 5° La prohibition pendant dix à tous les israélites qui ne prouveraient pas qu’ils possèdent en France des biens fonds, de la faculté de prêter sur hypothèque, et l’autorisation aux propriétaires de fonds, en limitant la faculté de prendre hypothèque à une somme égale à la valeur des fonds qu’ils possèdent.
- 6° L’obligation dans chaque département ou arrondissement de Sanhédrin ou Consistoire de n’autoriser sur trois mariages que deux mariages entre Juifs et Juives et un mariage mi-partie entre Juif et Chrétien ;  Il est ajouté en marge : Si cette disposition paraît d’une exécution trop difficile, il faut prendre des mesures d’invitation, d’instruction, d’encouragement, de commandement, qui puissent conduire à ce but.
- 7° L’obligation de fournir une quantité de Conscrits proportionnée à la population israélite, sans qu’il puisse y avoir de remplacement d’un israélite si ce n’est par un autre israélite. D’autres dispositions pourraient être prescrites; mais elles viendront ensuite.

§3

137Parmi celles établies ci-dessus, il en est plusieurs qui sont non seulement de discipline mais encore de législation et pour lesquelles le Concours du Conseil d’État est nécessaire. Ainsi, le Grand Sanhédrin expliquant les dispositions politiques de la loi de Moïse, prescrirait comme dogme les objets qui se trouvent dans son ressort. L’Assemblée générale des Israélites faisant une sorte de convention avec l’administration et, en considération des avantages que la Révolution a accordé aux Juifs, prescrirait les dispositions d’organisation et de discipline. Enfin le Conseil d’État ferait les règlements nécessaires pour l’exécution des dispositions et des prohibitions indiquées ci-dessus. Il y a dans tout ceci un mélange de dogmes, de discipline, de législation, d’où résulte la nécessité d’un grand Sanhédrin, d’une assemblée générale des israélites et d’un concours mutuel de l’autorité des Juifs entr’eux et de l’autorité publique. Il faut beaucoup de réflexion et de discernement pour distinguer d’une manière précise ce qui doit appartenir dans ce plan au grand Sanhédrin, à l’assemblée générale et au Conseil d’État. Si un sénatus Consulte était nécessaire on n’y verrait pas de difficulté ; mais il ne serait pas possible de procéder au moyen d’une loi, attendu qu’il s’agit d’arriver par des dispositions civiles à des résultats politiques.  

§4

138Le principal but qu’on s’est proposé a été de protéger le peuple français, de venir au secoure des campagnes et d’arracher plusieurs départements à l’opprobre de se trouver vassaux des Juifs ; car c’est un véritable vasselage que l’hypothèque d’une grande partie des terres d’un département à un peuple qui, par ses moeurs ou ses lois, formait une nation particulière dans la Nation. C’est ainsi que dans des terres fort rapprochées de nous, la main-morte menaçant de s’emparer du territoire, on fut obligé d’opposer des obstacles à son progrès. De même, la Suzeraineté des Juifs s’étendant sans cesse au moyen de l’usure et des hypothèques, il devient indispensable d’y mettre des bornes. Le second objet est d’atténuer, sinon de guérir la tendance du peuple Juif à un si grand nombre de pratiques contraire à la civilisation et au bon ordre de la Société dans tous les pays du monde. Il faut arrêter le mal en l’empêchant ; il faut l’empêcher en changeant les Juifs. L’ensemble des mesures proposées doit conduire à ces deux résultats. Lorsque sur trois mariages il y en aura un entre Juif et Français, le sang des Juifs cessera d’avoir un caractère particulier. Lorsqu’on les empêchera de se livrer exclusivement à l’usure et au brocantage, ils s’accoutumeront à exercer des métiers ; la tendance à l’usure disparaître. Lorsqu’ils ne pourront obtenir d’hypothèque qu’en possédant eux-même des propriétés, ils deviendront propriétaires. Lorsqu’on exigera qu’une portion considérable de la Jeunesse aille aux armées, ils cesseront d’avoir exclusivement des intérêts et des sentiments Juifs; ils prendront des intérêts et des sentiments français. Lorsqu’on les soumettra aux lois civiles, il ne leur restera plus comme Juifs que des dogmes, et ils sortiront de cet état où la religion est la seule loi civile, ainsi que cela existe chez les musulmans, et comme cela a toujours été dans l’enfance des Nations. C’est en vain que l’on dirait qu’ils ne se sont avilis que parce qu’ils sont vexés en Pologne, où ils sont nécessaires pour remplacer la classe intermédiaire de la société, où ils sont considérés et puissants, ils n’en sont pas moins vils, mal-propres et portés à toutes les pratiques de la plus basse improbité. Les spéculateurs proposeraient sans doute de se borner à introduire des améliorations dans leur législation ; mais cela serait insuffisant. Le bien se fait lentement et une masse de sang vicié ne s’améliore qu’avec lenteur. Cependant les peuples souffrent. Ils crient et l’intention de S. M. est de venir à leur secours. Il faut user concurremment de deux moyens, dont l’un est d’arrêter l’incendie et l’autre de l’éteindre. De-là la nécessité d’employer en même temps le Grand Sanhédrin, l’Assemblée générale des Juifs et les dispositions réglementaires qui seront délibérées par le Conseil d’État. Le Grand Sanhédrin a pour lui les voeux et l’opinion de tout ce qu’il a d’éclairer parmi les Juifs de l’Europe. Avec cet appui, il est le maître de supprimer de la législation de Moïse les lois qui sont atroces et celles qui n’appartiennent qu’à la situation des Juifs dans la Palestine.  Source : Archives Nationales F/19/11004 et 11005.

Auteur

Chercheur en théologie juive

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search