Version classiqueVersion mobile

Laïcité et défense de l'État de droit

 | 
Joël Andriantsimbazovina
, 
Patrick Kabou

Troisième Partie : L'État et les relations interconfessionnelles : Le vivre ensemble sous le toit de la République

Penser et vivre la laïcité et la défense de l’État de droit

Contribution d’un moine bénédictin au « vivre ensemble sous le toit de la République »

Frère Thomas Pikandieu-Gomis

Texte intégral

Introduction

1Comment un moine, vivant entre quatre murs, peut-il parler de laïcité et de défense de l’État de droit ? Le dire surtout dans un pays comme la France où la laïcité est un pilier de l’identité nationale. Un pays où l’histoire tragique nous enseigne les relations jadis fort heurtées entre l’Église et les tenants de la laïcité. Nous connaissons cette formule de Victor Hugo prononcée, à l’occasion de l’Assemblée législative du 15 janvier 1850, dans le but de contrecarrer le projet de loi du comte de Falloux : « l’Église chez elle et l’État chez lui ». Je dirais à Monsieur Victor Hugo, s’il était des nôtres, aujourd’hui, que je ne suis pas venu endoctriner avec la religion, mais faire un partage de pensées devant cette auguste assemblée, dans la diversité de nos démarches, de nos convictions et de nos histoires, au-delà de ce qui, certains jours, pourrait nous séparer. Parlant de la liberté, en ce haut lieu où l’on étudie les libertés, un mot, un seul mot, à savoir la PAIX, est le but vers lequel nous voulons tendre, à travers nos exposés.

2Comme nous le suggère la note conceptuelle de ce séminaire international : « Religion, Droit de l’homme et Paix », « les Religions sont porteuses de Paix, mais aussi parfois de guerre », et pas seulement les Religions, mais aussi certains États totalitaires où sévissent des discriminations de tout genre et qui freinent la liberté religieuse ou culturelle de ses citoyens. C’est pourquoi nous sommes réunis pour chercher des solutions à favoriser « le vivre ensemble dans la paix sous le toit de la République ».

3Pour ma part, le dire, en tant que moine bénédictin catholique, en mettant bien en évidence le thème proposé pour ce panel : « L’État et les relations interconfessionnelles ; le vivre ensemble sous le toit de la République ». Aussi j’ai reformulé ma communication en ces termes :

4PENSER ET VIVRE LA LAÏCITÉ ET LA DÉFENSE DE L’ÉTAT DE DROIT : CONTRIBUTION D’UN MONASTÈRE BÉNÉDICTIN AU VIVRE ENSEMBLE SOUS LE TOIT DE LA RÉPUBLIQUE.

5Ma communication se structurera en trois parties. Dans la première partie, je compte relever brièvement quelques discours conceptuels sur la laïcité, de manière générale, selon l’Encyclopédie Universalis. Dans la deuxième partie, je parlerai de la position de l’Église catholique concernant la laïcité et la défense de l’État de droit, des différentes compréhensions de la laïcité, voire comment la laïcité est perçue au Sénégal. Dans la troisième et dernière partie, je montrerai comment un monastère contribue « au vivre ensemble sous le toit de la République ».

I. Définitions de la laïcité

  • 1 Encyclopédie Universalis définition du mot « Laïque », écrit par J. Baubérot, É. Poulat, G. Bernan (...)

6Le mot « laïc » vient du grec laikos, avec une signification purement religieuse. « Apparemment le terme de laïc désignait une catégorie de personnes consacrées au « Laos » qui signifiait le peuple élu de Dieu dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament. Autrement dit l’expression « laïc » avait une connotation religieuse à l’origine. Et il semblerait qu’elle serait galvaudée au fil des temps, jusqu’à se retrouver entièrement sécularisée. Aussi dans le langage du Grecque classique l’expression « laïc » signifie une personne non cultivée, une personne qui n’a pas d’éducation. Ainsi on peut trouver cette expression dans la Bible au livre des Actes des apôtres 4 : 13, avec le sens de «  sans culture »1.

  • 2 Ibid 2.
  • 3 Selon le Père Cédric Burgun vice doyen de la faculté de droit canonique de l’Institut catholique d (...)

7Plus tard, « à la suite du conflit entre l’Église catholique et la société moderne, le mot « laïc » prend le sens d’« anticlérical », « antireligieux ». Il évoquera surtout « la neutralité de l’État à l’égard des affaires religieuses ». Aujourd’hui si on s’en prend à la simple définition facile du dictionnaire que l’on pourrait trouver, le mot laïc est défini comme : « Qui n’appartient pas au Clergé », ou « qui ne relève pas du religieux ». Et le sens que lui donne l’Église : une personne tout en appartenant au sacerdoce commun des baptisés, ne fait pas partie par contre du sacerdoce ministériel »2. Aussi nous connaissons bien dans l’Église catholique, ce que c’est que « reconduire un prélat à l’état laïc » 3. L’expression « laïc » est donc inhérente du christianisme.

8La séparation de l’Église et de l’État a finalement conduit à l’opposition entre clerc et laïc. Avec la loi COMBE de 1905, l’État devenu Laïque supprime toute mainmise du religieux sur l’école publique et sur toutes autres institutions qui sont sous la responsabilité de l’État.

II. La laïcité et la défense de l’État de droit : position de l’Église catholique

  • 4 Citation de Mgr Rolland Minnerath in Actes de l’Académie Pontificales des sciences sociales, Lettr (...)

9On reprochera, sans doute, à l’Église catholique d’avoir été un peu en marge par rapport à la question des droits de l’homme et le droit à la liberté religieuse en particulier. Cette distance est due au fait que les présupposés anthropologiques des libertés modernes sont conçus en termes de droits subjectifs sans référence à un ordre objectif de moralité et de vérité. Ce qui conduit au relativisme. De ce fait, « avec un peu d’habileté dialectique il n’est pas difficile de faire passer pour une défense de la liberté, des attitudes et des idées qui, tombant dans l’extrême opposé, sacrifient violemment la vérité sur les autels de la liberté »4.

10Dans une République qui se dit laïque, la Religion est reléguée au domaine privé, elle cesse d’être « religion d’État ». Et la République ou « la chose publique » selon l’étymologie latine « res publica » prédomine. La référence religieuse n’est acceptable que si elle reste du strict ressort de la conscience intime des individus. La laïcité doit être perçue comme la liberté de conscience, de croire ou de ne pas croire, de culte, de penser, c’est également la neutralité de l’État vis-à-vis des croyances, des religions et en même temps, admet toutes les confessions religieuses qui se trouvent dans son territoire sans accession, sans les priver de liberté, sauf si elles sont facteur de troubles à l’ordre établi.

11Pris dans ce sens, la laïcité devient un gage de la paix civile. Récemment, en période de campagne électorale, le chef de l’État sénégalais, Monsieur Macky Sall, avait rendu visite à l’Archevêque de Dakar. Il avait tenu ce discours, permettez-moi de le citer : « le dialogue islamo-chrétien, le dialogue interreligieux, est fondamental pour la stabilité de notre pays et les autorités religieuses sont des guides pour nous, et l’État doit jouer sa partition dans l’exercice du culte aussi bien pour la religion musulmane que pour la religion chrétienne, les deux grandes religions au Sénégal. Cette visite détermine l’équilibre qu’il faut avoir entre les religions, entre les confréries religieuses pour la stabilité de notre pays. Et que chaque croyant, quelle que soit sa croyance puisse l’exercer, en toute autonomie sous la bienveillance de l’État. Mes hommages pour l’Église Catholique au Sénégal pour le rôle qu’elle a joué depuis de nombreuses années pour l’éducation… ».

  • 5 Benoît XVI, Congrès en Italie sur le thème « Liberté et laïcité » 17 octobre 2005, source ZENIT.or

12Cette forme de laïcité, l’Église Catholique, la soutient, et « la pleine garantie de la liberté religieuse doit prendre en considération la dimension publique de la religion et donc la possibilité, pour les croyants, de participer à la construction de l’ordre social »5

  • 6 Extrait du discours d’Emmanuel Macron au Collège des Bernardins, le lundi 09 avril 2018 in La Croi (...)

13Permettez- moi encore de citer une parole d’un chef d’État, cette fois-ci, le Président de la République française, Monsieur Emmanuel Macron : « Le dialogue est indispensable, et si je devais résumer mon point de vue, je dirais qu’une Église prétendant se désintéresser des questions temporelles n’irait pas au bout de sa vocation ; et qu’un président de la République prétendant se désintéresser de l’Église et des Catholiques manquerait à son devoir »6.

  • 7 St Augustin, « La Cité de Dieu ».

14Il y a bien lieu d’évoquer cette parole de saint Augustin : « La cité de Dieu et la cité terrestre avancent ensemble, enchevêtrées l’une dans l’autre jusqu’à ce que le jugement dernier survienne et les sépare7.

  • 8 Benoît XVI, au président des États-Unis, Maison Blanche le 16 avril 2008, source Osservatore Roman (...)

15Une « saine laïcité » selon le pape Benoît XVI qui reconnaît le rôle et la place des religions dans la vie sociale, est l’un des piliers de la démocratie. Et il incite les catholiques à prendre part activement à la vie de la « cité » parce que dit le pape « l’Église désire contribuer à la construction d’un monde toujours plus digne de la personne humaine, créée à l’image et à la ressemblance de Dieu »8.

16Ainsi selon le Pape Benoît XVI, la laïcité est un acquis démocratique à défendre, à condition, qu’elle soit comprise de manière positive. (Ref. Ibid. note 4)

17Hormis la compréhension de l’Église, il existe d’autres manières de voir la laïcité, que nous allons montrer.

III. La laïcité : un terme incompris 

18En évoquant la situation religieuse du Sénégal et en particulier notre Abbaye implantée sur un sol à presque 90% musulman, la question est à savoir : comment se vit la cohabitation ? Au Sénégal, le mot laïcité n’est pas toujours compris dans le sens évoqué plus haut. On peut se rappeler qu’après son accession à la magistrature suprême, le président de la République Monsieur Abdoulaye WADE, avait convoqué le peuple Sénégalais au palais, toutes classes sociales confondues. La question à débattre était : faut-il ou non garder le mot laïcité dans nos constitutions ? Faut-il continuer à dire que le Sénégal est un pays laïc ? Le concept de Laïcité prend alors une autre tournure. Certains musulmans estiment que la laïcité n’a pas sa place au Sénégal, qu’elle est une duperie de l’occident, héritage de la colonisation. Pour eux la laïcité est synonyme de libertinage, de dégradation des mœurs, de franc-maçonnerie et par conséquent ennemie de la religion.

19Un article du quotidien national « le Soleil » du 09 janvier 2001 avait titré : « Sénégal : Islam et laïcité : Bords et extrêmes ». Après la prière du Vendredi, dans la banlieue dakaroise, un imam avait interpellé les fidèles : « Que ceux qui veulent s’inscrire sur la pétition anti-laïcité viennent vers moi, munis de leur carte d’identité ». Et un micro trottoir interrogeait : à la question qu’allez-vous faire des chrétiens sénégalais ? Les réponses des tenants de l’anti-laïcité allaient dans le même sens : « votons par référendum, nous sommes plus nombreux (à savoir musulmans) et la charia pourra enfin prévaloir de droit, disent certains, « Faire payer aux chrétiens un impôt comme du temps du prophète à Médine » ou encore « leur créer des tribunaux religieux propres » disent d’autres.

20Pour beaucoup de nos compatriotes, la laïcité est étrangère à notre culture. Mais de quelle culture parlons-nous, s’interrogeait Yoro BA, journaliste : l’ethnique, la tribale, la confessionnelle, l’éducationnelle, ou la dialectale ?

  • 9 IFAN-CAD : Institut fondamental d’Afrique noire, Cheikh Anta Diop (Centre de recherche scientifiqu (...)
  • 10 La Croix, article d’I. de Gaulmyn, le 11/01/2010 « La laïcité positive de Benoît XVI ».

21Selon Makhtar Diouf de l’IFAN-CAD9 de Dakar : « Au Sénégal il convient donc en toute objectivité de mettre le texte de la Constitution en harmonie avec la réalité, c’est-à-dire supprimer toute référence à la laïcité car en effet l’État sénégalais entretient des rapports étroits avec toutes les autorités religieuses, octroie avantages à l’Imam de la Grande mosquée de Dakar, accorde son aide financière à toutes les grandes manifestations religieuses(…) Le terme laïcité n’existe pas dans les langues nationales, ce qui montre que la laïcité est tout simplement étrangère à notre culture10 ».

22Du même avis est Khadim Mbacké, directeur du département d’islamologie de l’IFAN-CAD, qui selon lui, la laïcité est tout à fait étrangère à l’Islam. Encore plus critique, Ciré Ly avait affirmé dans le même journal que la laïcité avait été un prétexte pour altérer le code de la famille et l’identité culturelle elle-même de la société sénégalaise.

  • 11 P. Diatta, « De la laïcité de la République au Sénégal », Le Soleil, 14 janvier 2001  ; Y. Ba « Is (...)

23Selon Ciré Ly, président de l’association ASI, l’Action de solidarité islamique : « En vertu de la laïcité, l’islam, majoritaire à plus de 90%, est placé théoriquement sur le même pied d’égalité que tout autre credo religieux. Au lieu et place de la laïcité, l’islam aurait pu revendiquer le statut de religion d’État dans presque tous les pays de l’Afrique de l’Ouest, par ailleurs il faut reconnaître qu’en réalité l’on assiste désormais à la montée à l’échelle du monde musulman de revendications populaires réclamant l’islamisation des systèmes politiques laïques issus de l’époque des indépendances. La crise générale dans les pays de l’Afrique de l’Ouest avec les délabrements de l’économie11».

  • 12 E. Barnavi (ex ambassadeur d’Israël en France), in « Les religions meurtrières », Histoire de l’ég (...)

24Par contre, il faut dire que cette tendance anti-laïque ne représente pas la totalité du peuple Sénégalais, si la laïcité est comprise de manière « positive ». Le chrétien pourrait être d’accord avec le musulman, en disant non à la laïcité synonyme de libertinage, de relativisme, une laïcité qui discrimine la religion et ses adeptes. Pourtant il ne faut pas « jeter l’eau du bain avec le bébé à la fois » selon l’expression anglaise. Autrement dit il faudrait se garder de niveler entre deux types de laïcités, et distinguer la laïcité pris au sens de neutralité pour mieux gouverner la cité à cause de la diversité de croyances des citoyens, et laïcité de combat contre la religion, avec une allergie à toute proposition de vérité. Il faudra aussi tenir compte du fait que dans les sociétés de culture musulmane ou hébraïque, la laïcité a du mal à s’imposer, comme le soutient l’essayiste Eli Barnavi : le « mot religion n’existe pas ; l’arabe ne connait que le mot dhim, qui désigne la Loi, tant civile que religieuse »12.

25Le Sénégal a un caractère particulier. Il est déclaré État laïc malgré sa majorité écrasante de musulmans. Dans l’État du Sénégal, chrétiens et musulmans vivent sans heurts, la cohabitation pacifique prédomine: cela ne veut aucunement dire, qu’il n’y a pas de blessures d’amour propres. Cette affirmation de l’ancien Evêque du diocèse de Thiès (Sénégal) en dit long, je le cite : « S’il y a une épine qui reste enfoncée dans mon pied, c’est bien l’affaire dite de la chapelle de Tivaouane ». Pour rappel historique, Tivaouane est la « ville sainte » de la Tidjania au Sénégal depuis 1902.

  • 13 R. de Benoist, in Histoire de l’Église au Sénégal.

26Les Tidjanes y avaient empêché l’ouverture d’une chapelle, que l’église catholique de ce diocèse avait déjà construite. Il y a eu injustice, et l’État, pour éviter que cette affaire tourne mal entre chrétiens et musulmans, qui jusqu’ici vivent sans heurts, comme je l’ai évoqué plus haut, a dû fermer le lieu de culte pour ensuite le transformer en une école publique. Une école que les jeunes chrétiens appellent ironiquement « école Vatican »13.

27L’on peut se demander quel type de laïcité avons-nous au Sénégal ? Celle d’une majorité écrasante qui dicte sa loi au risque d’influencer l’État ? En définitive, la paix à prévalue dans cette affaire de lieu de culte. La vie continue avec cette plaie qui demeure ancrée dans l’Église qui est au Sénégal, et c’est une difficulté dans un État comme le nôtre qui prône la laïcité.

28Il faudra noter que toute puissance publique doit être soumise par le droit en vertu d’un système institutionnel dûment établi. C’est l’État de droit. Mais de quel droit parlons-nous ? Dès lors qu’il s’agit de « LAÏCITÉ et défense de l’État de droit », comme le suggère le thème, il faudra reconnaître que le droit civil à la liberté religieuse est un droit humain qui est á la base, qui relève de la loi naturelle. Ce droit est inhérent à la nature humaine, il est inscrit dans le tréfonds de l’homme et donc passe avant toute disposition du droit positif. C’est ce qu’estime l’Église catholique. Le fondement théologique de ce droit est la doctrine de la création. Autrement dit l’homme n’est pas une marionnette manipulable contre son gré. Il est libre de croire ou de ne pas croire en Dieu. Tertullien disait déjà la fin du IIe siècle, que Dieu n’admet pas d’être adoré sous la contrainte. Cependant la liberté est un cadeau que Dieu fait à l’homme, mais cadeau toutefois redoutable, parce que l’homme, au nom de sa subjectivité peut s’orienter vers ce qui n’est pas vrai, juste et bon. L’homme peut, au nom de la liberté, être porté á priver de liberté son prochain en l’asservissant, voir même porter atteinte à la vie d’autrui au nom d’une idéologie, d’une religion.

  • 14 Mgr R. Minnerath, Archevêque de Dijon, L’Église catholique face aux États, Éd. Cerf.

29Malheureusement, dans beaucoup de nations, l’État de droit est pris en otage et modifiable de manière dictatoriale au gré des dirigeants. En tout cas, la conception chrétienne de la religion a exigé la liberté religieuse qui à son tour a appelé la laïcité de l’État, comme le suggère Roland Minnerath, « les partisans de la liberté dans le monde peuvent remercier le christianisme des premiers siècles d’avoir dissocié la religion du pouvoir pour permettre à l’un et à l’autre de définir sa nature et sa finalité sur son propre terrain. La dignité de la personne est le fondement et de la liberté de religion et de l’éthique sociale naturelle qui exige que cette liberté puisse s’exercer»(…) la pensée catholique raisonne donc en termes d’ordre objectif, de nature et de bien commun14.

  • 15 Cité par Me B. Diallo in Actes du colloque international Abbaye Cœur Immaculé de Marie de Keur Mou (...)

30Le professeur Sékéné Mody Sissoko abonde dans le même sens. Selon lui c’est l’occident chrétien qui a manifestement réalisé le plus de progrès dans le domaine de la libération de l’homme. C’est d’elle que vient la notion des droits de l’homme considérés comme attributs naturels de l’homme, être raisonnable fait à l’image de Dieu. Dès le 13e siècle (1236) l’article 7 de la fameuse charte de l’empire mandingue en Afrique, dite Charte du Kurukan Fugan, consacrait déjà les droits naturels ainsi : « l’Homme en tant qu’individu fait d’os et de chair, de moelle et de nerfs, de peau recouverte de poils et de cheveux, se nourrit d’aliments et de boissons, mais son âme, son esprit vit de trois choses : voir qui il a envie de voir, dire ce qu’il a envie de dire et faire ce qu’il a envie de faire ; si une seule chose venait à manquer à l’âme humaine, elle en souffrirait et s’étiolerait sûrement »15. Cependant cette liberté reconnue à l’homme ne définit pas d’agir contrairement à la raison.

31Par ailleurs, la cohabitation pacifique entre musulmans et chrétiens au Sénégal est une réalité. D’après beaucoup de témoignages cela est dû, au fait de la religion traditionnelle africaine qui unissait musulmans comme chrétiens avant l’arrivée des religions révélées. C’est ce qui fait que dans une famille, on pourrait trouver des adeptes des deux religions, sans que cela ne gêne. Aussi le fait que son premier Président de la République fut un catholique pratiquant et un ancien séminariste, est un paradoxe par rapport à la majorité musulmane.

32Le Sénégal est une nation de convivialité, d’où son surnom de « Pays de la Téranga », autrement dit de l’hospitalité. Et cela, je crois, c’est à cause de sa foi religieuse, de part et d’autre, chrétiens comme musulmans. La devise du Sénégal a été bien inspirée : UN PEUPLE – UN BUT – UNE FOI. Mais quel peuple sommes-nous ?, Quel but visons-nous ? Et quelle foi nous habite ? Voilà un défi lancé à tous citoyens Sénégalais. De la même manière que l’on dirait : LIBERTÉ – ÉGALITÉ – FRATERNITÉ. Quelle liberté, quelle égalité, quelle fraternité habitent le peuple français ? En voilà un autre défi pour la République. Pourtant ce sont là des valeurs qui ne s’opposent pas en soi au christianisme, qui prône des valeurs du vivre ensemble dans la charité et la paix.

IV. Contribution d’un monastère « au vivre ensemble dans la paix, sous le toit de la République, entre paradoxe et paradigme »

A. Croisée des expériences 

  • 16 D. Hervieu-Leger in « Le temps des moines » p. 622.

33La vertu de l’hospitalité est l’un des piliers de la vie monastique. Elle est donc bienheureuse de s’implanter au Sénégal (pays de l’hospitalité). Danièle Hervieu-Leger, définit « la vie monastique comme art de vivre en collectivité, et non pas art de mourir au monde et à tout ce qui attache au monde. Cela nécessite une certaine ascèse comme travail sur soi ». On pourrait y voir un lien avec le management à partir de la Règle de saint Benoît, ou simplement la recherche du spirituel pour bien mener son entreprise qui est très à la mode aujourd’hui. Cela doit être évalué sous l’angle de la transformation qu’il implique du rapport des moines au monde. Certes, les moines continuent de présenter cette recherche d’un art de vivre comme celle d’un mode d’être dans le monde comme n’y étant pas »16.

34Selon un moine de Maylis, un monastère dans le diocèse de Toulouse : « Le monastère est une société douce, qui assume un altermondialisme non conquérant : pauvre, humble et surtout correct. La « performance » pour nous est de ne pas entrer dans les logiques de la performance.

35Le monastère selon le Père Nault (Abbé de St Wandrille) « est un atelier de l’unité intérieure », « lieu de paix et de vie fraternelle où le temps est suspendu » (ibid.13)

  • 17 Article de M. Jaouën, journaliste française, presse écrite in La Religion, source d’inspiration de (...)

36Selon Muriel Jaouën ans le monde du travail, « les managers regardent aussi du côté de la vie en collectivité, pratiquée par toutes les religions depuis des millénaires. Chez les bénédictins, par exemple, la spiritualité est fondée sur la fidélité de la communauté à l’égard de ses membres et sur l’engagement de ceux-ci envers la communauté, pour un même objectif : le service – service de Dieu et service des hommes. La règle de saint Benoît, code fondateur de l’ordre, associe clairement solidarité et épanouissement »17.

  • 18 Règle de saint Benoît ch. 34.

37« Saint Benoît voit dans l’économie, qu’il appelle « organisation de la maison », une condition essentielle au bon fonctionnement de la communauté. Pour lui, la vie spirituelle de tout un chacun dépend aussi de l’environnement matériel. Si la responsabilisation et l’expression des talents sont encouragées, la règle exige que l’on donne à tous les outils et les moyens nécessaires pour réaliser leur travail ». On donnera à chacun selon ses besoins afin que Nul ne soit contristé au sein du monastère*18», 14b dit Benoît dans sa Règle. N’est-ce pas là une leçon de « laïcité positive », une éthique du vivre ensemble ?

38La vie monastique consiste à vivre selon un mode de vie particulier : retrait du monde, silence, vie de prière, travail intellectuel et travail manuel et vie communautaire. Et c’est là le paradoxe, qui n’entrave pas le « vivre ensemble ». Saint Benoît dans sa Règle conjugue tous ces éléments. Il a commencé par aller vivre seul dans la solitude et ensuite des disciples se sont joints autour de lui, ce qui a fait, plus tard, un certain nombre de fondations. 

39Saint Benoît fondateur de l’ordre bénédictin n’était pas un clerc, mais un religieux. Il a écrit une Règle de vie qui a connu du succès en traversant des siècles. « La règle de saint Benoît est un trésor de connaissances du cœur humain. » Cette règle de vie peut être utilisée pour un laïc, car elle indique des comportements aussi humains que spirituels, selon l’avis d’un prêtre d’un diocèse de France.

B. Le Monastère de Keur Moussa19, témoin du vivre ensemble sous le toit de la République

  • 19 Keur Moussa est situé au nord – ouest du Sénégal, dans la région de Thiès, à cinquante kilomètres (...)

40Aujourd’hui, des Africains de diverses provenances composent les deux tiers de la communauté monastique de Keur Moussa. Nous sommes sénégalais, français, guinéens, camerounais, gabonais, béninois et congolais. Nous sommes communautairement et solidairement tout cela à la fois, formant comme un tissu habilement tissé. Cela va au-delà de la simple intégration africaine, parce que nous sommes appelés à vivre, une fraternité universelle et un développement intégral et humain, comme un héritage légué par Saint Benoît.

  • 20 Professeur A. R. Ndiaye, in Postface Actes du colloque Abbaye de Keur Moussa, « Penser la veille » (...)

41Il y a six ans, les 11-12 avril 2013, notre Abbaye de Keur Moussa avait organisé un colloque international, à l’occasion de son cinquantenaire, un colloque non restreint dans le cercle monastique, mais ouvert. Le thème était « La veille ». Thème analysé dans ses multiples aspects. De la veille monastique à la veille considérée dans son rapport aux traditions religieuses : musulmane, juive, religions traditionnelles africaines, aux sciences humaines, au droit, à la politique, la littérature, aux arts et dans son actualité20. Tous devraient veiller à sauvegarder la Paix, trésor inestimable qui faisait dire au Pape Paul VI que : « La Paix est l’autre nom du développement ». La responsabilité des religions et des politiques, ne serait-elle pas ici engagée ? L’éveil du monde à la justice, à la paix, à la véritable fraternité est notre œuvre commune.

42Nous accueillons dans notre Abbaye, en moyenne plus de deux milliers de personnes par an, tant les individus que les groupes. Même pour des rencontres à caractère non religieux, et ce sont parfois des personnes de différentes confessions religieuses qui s’y retrouvent. « Le monastère se veut surtout un lieu d’hospitalité et de fraternité sans acception de race, d’appartenance religieuse.

43Je livre là le témoignage d’un médecin musulman très versé dans le Coran, qui est devenu notre ami. Voilà ce qu’il disait à propos de sa découverte de notre Abbaye : « C’est un cadeau pour notre pays, un havre de paix où l’individu peut aller à la recherche de lui-même. Je suis fier de voir un monastère chrétien dans un pays majoritairement musulman et cela, grâce au Président Senghor, qui cultivait une tradition d’acceptation de l’autre ».

C. Rencontre de cultures dans la musique religieuse des moines bénédictins de Keur Moussa

44Par ailleurs, si le monastère de Keur Moussa est devenu célèbre c’est grâce à sa musique religieuse. Cela dénote de l’ouverture d’esprit de neuf fondateurs qui étaient à l’écoute de ce que l’Esprit Saint souffle aux Églises. À peine un an après l’ouverture de la vie conventuelle, le concile Vatican II venait de donner les conclusions de ses travaux de réforme. Ainsi l’on pouvait dénoter cette recommandation de la Constitution sur le culte divin :

  • 21 Constitution dogmatique sur la Liturgie Sacrosanctum concilium.

« Les instruments de musique peuvent avoir une grande utilité dans les célébrations sacrées, soit qu’ils accompagnent le chant, soit qu’ils jouent seuls (…) pour admettre des instruments et pour s’en servir, on tiendra compte du génie et des coutumes de chaque peuple21.

45Pour emprunter le langage ecclésiastique dans sa distinction du religieux et du séculier, du profane et du sacré, on pourrait dire que la Kora, le Balafon, le Tam-tam sont des instruments séculiers, pour ne pas dire « laïcs » ou « profanes ». Autrement dit, jamais nous aurions pensé les utiliser dans la liturgie de l’Église, du moins nos grands-parents, d’abord et ensuite nos parents qui étaient éduqués à l’oreille grégorienne ou aux vieux cantiques en français, quant à l’expression de leur foi chrétienne.

  • 22 Père D. Catta, Oasis des cultures, livre entretien avec Professeur A. R. Ndiaye, p. 83‑84‑85.

46Et pourtant les moines de Keur Moussa ont introduit dans leur liturgie, grâce aux travaux du Concile Vatican II. Aujourd’hui, ces derniers, ont dans leur répertoire musical, une sorte de synthèse à la croisée des mélopées africaines et du chant grégorien. Un des fondateurs témoigne : « La première fois que j’ai entendu les chants de griots, je n’ai pas été très emballé. Et puis, à force de les écouter, j’ai fini par trouver des ressemblances avec les modes grégoriens…  L’harmonium a été abandonné pour la Kora (harpe-luth), le balafon (xylophone) et le tam-tam. Nous chantons en latin et en langues locales »22.

  • 23 Attention il y a une fraternité St Pie X issue des Lefevristes au Gabon.
  • 24 Père R. de Benoist, in Histoire de l’Église catholique au Sénégal, p. 484.
  • 25 Mgr R. Minnerath in Actes de l’Académie pontificale des sciences sociales sur la liberté religieus (...)

47En 1964, un an après Vatican II, les pères fondateurs de l’Abbaye de Keur Moussa, avaient mis en pratique les recommandations d’ouverture aux traditions locales. Malgré les « secrets de griots » pas toujours si bien gardés, nous avions appris à fabriquer des koras. Un atelier a été crée en 1972 et nous proposons cet instrument en version soprano, alto ou ténor. Voilà une belle histoire de rencontre des cultures ! « Si Mgr Lefebvre ancien archevêque de Dakar, n’a pas fait un seul adepte au Sénégal, ni ailleurs en Afrique,23 c’est que le Concile Vatican II avait permis aux chrétiens africains de prier dans leur langue natale, surtout de chanter et de danser Dieu jusque dans les couvents »24, et surtout aussi parce que le Concile Vatican II a promulgué la déclaration sur la liberté religieuse. Cela renvoie à ce que Roland Minnerath appelle « un changement de paradigme dans l’élaboration doctrinale des relations Église - État et donc de la liberté civile en matière de religion »25.

  • 26 Pape François au quotidien La Croix du 17/05/2016, propos recueillis par Guillaume Goubert.

48On a souvent loué les réalisations agricoles, artisanales, artistiques des moines, mais ce ne fut jamais sans l’aide d’amis. D’où la collaboration nécessaire entre le moine et le laïc. Pour renforcer cet argument, dans le domaine de la musique, jusqu’alors l’instrument Kora, qui était uniquement réservé à une ethnie et aux castes des Djéllis l’autre nom des Griots chez les Mandingues*. Et par delà désormais même accessible à ceux qui ne sont pas de cette ethnie et par delà aux femmes, parce que l’usage leur était interdit dans les traditions où est originaire l’instrument. À Keur Moussa nous avions initié à la Kora la première femme sénégalaise du nom de Sarah Carrère, une métisse franco-sénégalaise. Ce qui fait dire au musicologue sénégalais de renommée internationale, vous me permettez de le citer longuement :  « …tout produit culturel, quelle que soit son origine ethnique ou nationale, appartient au patrimoine de l’Humanité, car quand les musiciens africains peuvent utiliser des instruments de musique européens et leur faire parler le langage de leur choix, les moines de Keur Moussa sont aussi autorisés à user de la Kora, même si, pour lui faire parler leur langage, ils éprouvent le besoin de l’adapter. Les travaux des moines de Keur Moussa sur la harpe-luth Kora constituent indiscutablement une œuvre complémentaire de très grande valeur sur le champ de la fabrication, mais aussi par l’ouverture de nouvelles perspectives d’utilisation de l’instrument ; puisque dans leur contexte, c’est exclusivement à la prière qu’ils utilisent leur Kora… Grâce à cette expérience des moines de Keur Moussa et aux nombreux élèves qu’ils ont formé à travers le monde, la kora a fait une entrée remarquable dans l’interprétation de nombreuses pièces du répertoire classique de la musique occidentale »26.

49L’ouverture des moines de Keur Moussa par leur musique religieuse n’est-elle pas une réponse déjà amorcée à l’appel du Pape François d’aller en périphérie et de ne pas « se regarder le nombril » et donc contribuer ainsi à l’ordre social et au développement humain intégral sans rompre bien entendu avec son caractère de retrait du monde. Ici la dimension publique de la religion est manifestée, en « donnant ainsi la possibilité aux croyants de participer à la construction de l’ordre social » dans une république laïque comme le Sénégal. Un monastère contribue au vivre ensemble dans la recherche de la Paix. Mieux encore, il est un signe pour nos sociétés parfois égoïstes, individualistes, un signe dans toutes les parties du globe où se vivent des discriminations, des situations conflictuelles.

Conclusion

50La Religion ne doit pas être considérée comme une sous-culture, mais une culture à part entière, qui a sa place dans la vie sociale. Le religieux est capable de participer avec efficacité à la construction d’un monde qui favorise le développement intégral humain. Ce développement qui est un droit pour tout être humain, quelle que soit sa croyance, athée, agnostique chrétien ou autre religion. Un État doit être laïque, selon le Pape François, « les États confessionnels finissent mal dit-il. Cela va contre l’Histoire. Je crois qu’une laïcité accompagnée d’une solide loi garantissant la liberté religieuse offre un cadre pour aller de l’avant. Nous sommes tous égaux, comme fils de Dieu ou avec notre dignité de personne. Mais chacun doit avoir la liberté d’extérioriser sa propre foi. Si une femme musulmane veut porter le voile, elle doit pouvoir le faire. De même, si un catholique veut porter une croix. On doit pouvoir professer sa foi non pas à côté mais au sein de la culture ».

  • 27 Notra AÉtate décret du Concile Vatican II portant sur la déclaration sur ses relations avec les Re (...)

51En définitive, l’Église catholique prône l’unité et la charité entre les hommes, et même entre les peuples. L’Église réprouve « toute théorie ou toute pratique qui introduit entre homme et homme, entre peuple et peuple, une discrimination en ce qui concerne la dignité humaine et les droits qui en découlent »27.

Notes

1 Encyclopédie Universalis définition du mot « Laïque », écrit par J. Baubérot, É. Poulat, G. Bernanos, in La Grande peur sur des biens pensants, 1931, p. 366.

2 Ibid 2.

3 Selon le Père Cédric Burgun vice doyen de la faculté de droit canonique de l’Institut catholique de Paris, « au sens strict du droit de l’Église, il faudrait dire plutôt « être reconduit à l’état laïc, et non pas réduit, ce qui est un peu péjoratif pour le laïcat » in Quotidien La Croix du 31 août 2018.

4 Citation de Mgr Rolland Minnerath in Actes de l’Académie Pontificales des sciences sociales, Lettre encyclique du Pape Jean Paul II, Veritatis Splendor, p. 102 à 108.

5 Benoît XVI, Congrès en Italie sur le thème « Liberté et laïcité » 17 octobre 2005, source ZENIT.org

6 Extrait du discours d’Emmanuel Macron au Collège des Bernardins, le lundi 09 avril 2018 in La Croix du 10/04/2018.

7 St Augustin, « La Cité de Dieu ».

8 Benoît XVI, au président des États-Unis, Maison Blanche le 16 avril 2008, source Osservatore Romano, édition hebdomadaire en langue française nº 16, p. 3 et Documentation catholique n° 2403, p. 507-509.

9 IFAN-CAD : Institut fondamental d’Afrique noire, Cheikh Anta Diop (Centre de recherche scientifique, qui porte le nom du savant Egyptologue sénégalais Cheikh Anta DIOP).

10 La Croix, article d’I. de Gaulmyn, le 11/01/2010 « La laïcité positive de Benoît XVI ».

11 P. Diatta, « De la laïcité de la République au Sénégal », Le Soleil, 14 janvier 2001  ; Y. Ba « Islam et laïcité : bords et extrême », Le Soleil, 9 janvier 2001 ; Kh. Mbacké «  La laïcité ….. », Le Soleil, 9 janvier 2001 p. 9‑10  ; C. Ly. (La République et les fétiches), Le Soleil, 13 décembre 2000.

12 E. Barnavi (ex ambassadeur d’Israël en France), in « Les religions meurtrières », Histoire de l’église au Sénégal, par Père Roger de Benoist.

13 R. de Benoist, in Histoire de l’Église au Sénégal.

14 Mgr R. Minnerath, Archevêque de Dijon, L’Église catholique face aux États, Éd. Cerf.

15 Cité par Me B. Diallo in Actes du colloque international Abbaye Cœur Immaculé de Marie de Keur Moussa, p. 85.

16 D. Hervieu-Leger in « Le temps des moines » p. 622.

17 Article de M. Jaouën, journaliste française, presse écrite in La Religion, source d’inspiration des managers – Capital avec management, 22/10/2013.

18 Règle de saint Benoît ch. 34.

19 Keur Moussa est situé au nord – ouest du Sénégal, dans la région de Thiès, à cinquante kilomètres de Dakar, la capitale. De communauté rurale qu’il était, Keur Moussa est devenu une Commune depuis 2014, après l’acte de la décentralisation. Il est principalement connu grâce à l’Abbaye bénédictine qui porte son nom. Le milieu est essentiellement musulman. Il est important de noter que l’Abbaye de Keur Moussa est dans un diocèse qui regroupe dans son territoire trois grandes confréries musulmanes du Sénégal : Les Tidjanes à Tivaouane – Les Mourides à Touba, et les Khadres à Ndiassane.
L’Abbaye de Keur Moussa est une fondation de l’Abbaye de Solesmes en France. Au départ neuf moines sont venus fonder en 1962, à la demande de Mgr LEFEBVRE (1905-1991) alors Archevêque de Dakar.

20 Professeur A. R. Ndiaye, in Postface Actes du colloque Abbaye de Keur Moussa, « Penser la veille », L’Harmattan, Lire couverture du livre.

21 Constitution dogmatique sur la Liturgie Sacrosanctum concilium.

22 Père D. Catta, Oasis des cultures, livre entretien avec Professeur A. R. Ndiaye, p. 83‑84‑85.

23 Attention il y a une fraternité St Pie X issue des Lefevristes au Gabon.

24 Père R. de Benoist, in Histoire de l’Église catholique au Sénégal, p. 484.

25 Mgr R. Minnerath in Actes de l’Académie pontificale des sciences sociales sur la liberté religieuse / 20. O. Sow-Huchard, in La kora objet témoin de la civilisation mandingue, p. 367.

26 Pape François au quotidien La Croix du 17/05/2016, propos recueillis par Guillaume Goubert.

27 Notra AÉtate décret du Concile Vatican II portant sur la déclaration sur ses relations avec les Religions non chrétiennes (N. 5).

Auteur

Moine bénédictin à l’Abbaye du Cœur Immaculé de Marie
Keur Moussa au Sénégal

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search