Version classiqueVersion mobile

Laïcité et défense de l'État de droit

 | 
Joël Andriantsimbazovina
, 
Patrick Kabou

II. Les différentes visions du sécularisme

Laïcité et droits des femmes au Burkina Faso

Adissa Alira

Texte intégral

  • 1 Néologisme forgé à partir ou repris par le dictionnaire Littré au début de la IIIe république fran (...)
  • 2 Loi du 9 décembre 1945 sur la séparation entre l’Église et l’état en France.

1Parler de laïcité1 suppose tout d’abord de faire de la tolérance le pilier de notre raisonnement. Ainsi selon la Déclaration des droits de l’homme et du Citoyen de 1789 en son article 10 : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions même religieuses ». Cela constitue le fondement des sociétés démocratiques, modèle du monde moderne, point de repère grâce auquel on donne un jugement de valeur sur les sociétés actuelles d’un point de vue universaliste, occidental. La définition du concept de laïcité telle qu’elle ressort dans l’esprit, et même la lettre de la loi de 19052en ce qu’elle induit cette idée de tolérance, est par nature une grille de lecture intéressante pour tenter de comprendre le fonctionnement général de plusieurs sociétés. On peut ainsi avancer en suivant un fil d’ariane depuis plus d’un siècle vers l’élargissement du concept à plusieurs sphères depuis l’époque des révolutionnaires du XVIIIe et les Lumières.

  • 3 Art. 31 « Le Burkina Faso est un État démocratique, unitaire et laïc ». - Titre II intitulé « De l (...)

2Dès lors, c’est donc presque naturellement que la laïcité est consacrée dans la Constitution actuelle du Burkina Faso3. De fait, il en est de même dans toutes les constitutions adoptées avant l’indépendance proclamée en 1960 et plus globalement dans toute la sphère géographique issue de la colonisation française. Ce constat permet de souligner que les principes fondamentaux qui caractérisent l’État burkinabé dans le domaine religieux sont les suivants :

  • La neutralité de l’État
  • Le respect de toutes les croyances
  • L’État est garant des intérêts de toute la nation
  • La défense et l’égalité des citoyens devant la loi sans distinction
  • L’absence d’une religion d’état et de religion de la majorité
  • La défense du pluralisme et la liberté de conscience (étant entendu que la religion relève du domaine privé) 

3Ce texte présente d’abord l’évolution de la question de la laïcité dans l’histoire des Constitutions du Burkina (I). Ensuite il met l’accent sur la question des droits des femmes par rapport aux réalités du fonctionnement d’un État laïc (II). Enfin il esquisse quelques pistes de réflexion au sujet de l’émancipation des femmes citoyennes au Burkina Faso laïc (II).

I. De la laïcité au Burkina d’hier à aujourd’hui 

  • 4 De la deuxième abolition de l’esclavage aux lois Jules Ferry de 1882 sur la gratuité, puis la laïc (...)

4On le sait, laïcité et république dans les colonies françaises ont évolué dans une étroite relation qui de 18484 à 1958 a été invariablement maintenue et réaffirmée.

  • 5 Plus de vingt ans après son indépendance les Burkinabé de la génération de Thomas Sankara refusent (...)

5Les pays africains girons de la colonisation française accédant à l’indépendance dans les années 1960 comme l’ancienne Haute Volta (devenue Burkina Faso sous Thomas Sankara en 1983)5, ont automatiquement « importé » dans les nouvelles républiques – des constitutions calquées à partir de la constitution française avec également la langue française comme langue officielle.

6Plusieurs états africains se sont mis en état de fonctionnement dès les indépendances avec la conviction que la laïcité correspondait à une certaine image d’Épinal, garantissant la liberté des croyances et celle des cultes, et qu’elle assurerait paix sociale, et convivialité entre les différents ordres religieux.

7Il est constant de noter un peu partout en Afrique et au Burkina que les dispositions constitutionnelles sur la laïcité, restent néanmoins une simple stipulation non soutenue par une règlementation significative de la primauté de la loi sur les activités issues ou liées aux cultes.

8Le discours sur la laïcité ressemble encore, au Burkina Faso et ailleurs dans les anciennes colonies françaises d’Afrique sub-saharienne à de simples incantations induisant chez le citoyen ou chez les dirigeants une démarche d’auto suggestion pour se convaincre du caractère vertueux des lignes de la constitution qui la proclame. Mais, cette méthode optimiste parfaitement adoptée en théorie sur la laïcité au Burkina, semble plus ou moins éloignée de la réalité du terrain. Du reste nulle part en Afrique francophone n’a eu lieu, un bon débat d’idées qui mesurerait l’adaptabilité et l’opportunité d’appropriation et d’adoption de ces notions purement et proprement étrangères qui sous-tendent le modèle institutionnel français importé. On peut soutenir qu’il y a autant de laïcités sur les continents que de pays.

II. La Question de la laïcité et les Droits des Femmes, entre droits formels et droits réels

A. Une question complexe

  • 6 Nombres infimes de femmes aux fonctions électives ou prestigieuses.

9La question du rapport entre le principe républicain de laïcité et les droits des femmes est une question complexe. Certes, il est vrai que l’accès des femmes à de nombreuses fonctions élevées6 est une preuve de l’exercice ou de la jouissance des droits civils, politiques et sociaux par celles-ci en tant que citoyennes au Burkina Faso. Mais, dans quelle mesure le fait que l’État se définisse comme « État laïc » dans ce pays, permet-il cet exercice ou cette jouissance effective des droits en ce qui concerne les femmes ?

10Une perspective nous semble féconde pour traiter cette problématique. Cette perspective réside dans la distinction qui est établie dans les sciences sociales entre, d’une part, les droits formels, et d’autre part, les droits réels.

  • 7 Mes données provisoires sont basées sur l’état actuel de mes recherches. D’autres sources proches (...)

11Ceci justifie la question suivante : comment les femmes du Burkina Faso exercent-elles leurs droits fondamentaux dans un État laïc ? Cette question entraine quelques autres toutes aussi pertinentes s’agissant d’un pays comme le Burkina qui compte environ 30% de chrétiens, 30% de musulmans et 30% d’animistes, les 10° restant pouvant être classés comme « sans religion »7.

12Comment les femmes pratiquent-elles la laïcité au regard de leurs appartenances religieuses ?

13Qu’en est-il des femmes rurales et des femmes urbaines, des femmes adultes ou des plus jeunes, des femmes scolarisées et des femmes non scolarisées, des femmes diplômées et celles qui ne le sont pas ?

14Autre interrogation : en quoi l’expérience des femmes dans l’exercice de leurs droits quotidiens est-elle différente de celle des hommes ? Et d’ailleurs, ces questionnements ne se justifient-ils pas pour toutes les anciennes colonies françaises ayant importé, le modèle institutionnel de la Vème République française ?

15On peut répondre à ces diverses interrogations en montrant d’abord le contexte dans lequel les femmes vivent cette citoyenneté au Burkina.

B. Le contexte actuel et la citoyenneté des femmes

16Globalement le contexte au Burkina Faso est en 2019, et depuis quelques années, celui d’un pays marqué par un regain de violence dont les causes sont multiples.

  • 8 Populations nomades contre populations sédentaires.
  • 9 Regroupe le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Le 2 juillet 2017, les cin (...)
  • 10 Après Yirgou, …
  • 11 Extrait : « Mercredi 2 janvier 2019, une attaque meurtrière suivie de représailles a fait au moins (...)

17Conséquence d’une géopolitique internationale, la perte de stabilité ayant dévasté des pays voisins comme que le Mali au nord et atteint un paroxysme sans précédent au Burkina Faso, des conflits d’un genre inédit se présentant parfois sous les couleurs de conflits interethniques ou de conflits entre éleveurs et cultivateurs8 sont désormais quotidiens. On déplore des morts par centaines dans ces affrontements et cela malgré la création du G5 Sahel9. La situation relayée par les médias internationaux, est désormais connue au-delà des frontières et au sein de la communauté internationale. Plusieurs organisations de la société civile ainsi que les partis politiques ont pris part à une marche organisée à Ouagadougou pour dénoncer d’autres tueries10 entre burkinabé survenues dans le village de Yirgou le 02 janvier 2019 – qui s’étaient déroulées sur fond de différends religieux ou ethniques. Cette manifestation exceptionnelle a lancé un appel à l’unité nationale. Les femmes ont massivement participé à la dénonciation des violences et plusieurs actions de solidarité ont immédiatement été organisées pour venir en aide aux victimes des atrocités commises à cause l’intolérance y compris sur des enfants. Témoignant de la complexité de lecture de ces événements, le 3 Janvier 2019 le journal catholique français « La Croix » titrait ainsi son article : « Au Burkina Faso, 2019 s’ouvre dans les violences intercommunautaires »11.

18À l’intérieur et hors du pays, les femmes se sont mobilisées. Elles ont aussi été parmi les premières à essuyer les larmes, soigner les plaies, dénoncer l’impuissance du pouvoir politique ainsi que le manque de volonté ou de moyens dans la lutte contre les assaillants. Comme les hommes elles ont su se montrer telles des partenaires engagées dans cette lutte contre l’innommable tout en restant aussi les premières victimes (viols, abus de faiblesse en tous genres).

19Le Tocsin association de lutte contre les discriminations12, une organisation regroupant des chercheurs en sciences sociales et des acteurs de plusieurs univers, a récemment publié un communiqué dont voici un extrait :

  • 13 Daté du 05/04/2019, ce texte relève d’un engagement patriotique et républicain sous l’autorité sci (...)

« Après Yirgou, voici Aribinda, le Tocsin sonne à nouveau pour exprimer l’indignation générale des Burkinabè. Dans les deux cas, les massacres intercommunautaires font suite à des crimes odieux commis par des individus non identifiés, probablement, des terroristes aux visages hideux. Ils ont massacré des leaders d’opinion et des membres de leurs familles, d’un côté, un chef coutumier, de l’autre, un guide religieux musulman. Même, leurs âges avancés, donc leur statut de grand-père ou de père, n’ont pas dissuadé leurs bourreaux. La réplique des populations locales, s’est traduite par des tentatives malheureuses et inacceptables de se rendre justice. Pire, leur furie mortifère a conduit à la mort de paisibles citoyens dont le seul tort a été d’appartenir au groupe ethnique des agresseurs présumés. Ainsi, à un mal innommable, s’est superposé un mal plus immonde ; comme si « pendant que la pluie nous bat, nous adoptons la fâcheuse attitude de nous battre entre nous »…. Les ennemis communs, que sont les terroristes, en plus d’avoir ôté des vies de leurs propres mains, sont arrivés à nous manipuler afin que nous nous exterminions et fragilisions notre vivre ensemble séculaire. Le Tocsin sonne pour condamner une fois de plus le terrorisme et rappeler les grands principes moraux, gages de paix, qui ont toujours sous-tendu notre État nation en continuelle construction. Ne nous trompons pas d’ennemis ou d’adversaires. Refusons l’auto-flagellation, les tueries fratricides. Arrêtons le cycle de violences intercommunautaires. Renforçons notre appropriation de la laïcité. Soutenons le fait que la diversité culturelle et religieuse soit une grande richesse. Prônons la cohésion nationale et le brassage des communautés de toutes natures. Ayons pour boussole, les grandes valeurs traditionnelles et religieuses de fraternité, d’unité, de tolérance et de solidarité. N’oublions pas que « la valeur humaine est la plus précieuse des richesses » et que le droit à la vie est le premier des droits[… ]13».

20Un nouveau type de conflit interne qui limite l’émancipation des femmes est de nos jours le djiadisme, certes. Mais cela serait un raccourci réducteur si les difficultés rencontrées par les femmes au niveau de l’exercice de leurs droits ne s’expliquaient uniquement que par ce seul facteur. Le djiadisme amplifie les effets de certains phénomènes structurels concernant les femmes parmi lesquels on peut citer.

  • Un relatif faible taux de scolarisation par rapport à celui des hommes ;
  • Les mariages précoces surtout dans l’est et le nord du pays ;
  • Une déperdition plus forte au cours de la scolarisation surtout au niveau des études supérieures (elles quittent plus tôt le système éducatif pour se consacrer aux travaux du foyer parental ou marital) ;14
  • Une faible représentativité dans les instances de décision ;15
  • 16 Également parfois appelé Sahelistan en référence aux zones de l’Afghanistan ou du Pakistan livrées (...)

21Aujourd’hui, la tendance au nord et à l’est du pays est à la déscolarisation des filles sous l’injonction de l’organisation État islamique et de son organe basé au Sahel16, le groupe Boko haram. Cette réalité annihile tout projet de laïcité dans les zones ainsi occupées par les rebelles.

22En un certain sens, il existe dans le contexte de la décennie en cours un réel paradoxe qui est le suivant : d’un côté, il y a les droits formels des femmes comme citoyennes dans l’État, de l’autre, il y a la très faible présence de l’idée de république dans le vécu quotidien des populations au premier rang desquelles on trouve les femmes lesquelles sont aussi démographiquement17 plus nombreuses que les hommes. Des femmes dont la situation ne s’améliore guerre au regard de ce qui précède.

  • 18 La population croît au rythme annuel moyen de 3,1 %, estimée à près de 18,6 millions en 2016. Le p (...)

23En un certain sens, il existe dans le contexte de la décennie en cours un réel paradoxe qui est le suivant : d’un côté, il y a les droits formels des femmes comme citoyennes dans un État dit « laïc », de l’autre, il y a la très faible présence de l’idée de la république dans le vécu quotidien des populations au premier rang desquelles on trouve les femmes lesquelles sont aussi démographiquement18 un peu plus nombreuses que les hommes.

III. Quelques pistes de réflexion pouvant servir de base à la politique d’émancipation des femmes dans l’état laïc du Burkina

24Commençons par la religion elle-même. On peut ainsi tenter une explicitation des visions de la laïcité selon les deux principales confessions religieuses du pays.

  1. Pour l’Église burkinabé héritière de celle de 1905, la laïcité est un principe dont elle reconnaît la valeur fondamentale… principe de différentiation et de respect mutuel qui implique une légitime autonomie de l’état et de la religion… elle s’invite néanmoins dans le débat : « la conception catholique de la laïcité la distingue du laïcisme qui consiste à exclure les religions du débat public ou de l’espace de la société civile pour les confiner dans la sphère privée ».
  2. Pour la OUMA Islamique « la liberté de croyance est reconnue aussi bien dans les textes internes, art 7 de la Constitution que dans les textes externes internalisés ». Et ceci en référence à : la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples de 1981 ; la Déclaration Universelle des Droits de l’homme 1948, art. 8 et aux pactes de 1966 (pacte international relatif aux droits civils et politique et pacte sur les droits économiques socio et culturels).

25Les deux précisions qui précédent au sujet des visions chrétienne et musulmane de la laïcité permettent de mieux approfondir la problématique du rapport des femmes à la laïcité au Burkina eu égard aux dispositions antérieurement évoquées.

26Il apparaît que cette problématique n’est pas spécifiée en tant que telle par rapport à la femme. Mais ne devrait-on pas s’interroger sur son impact en ce qui concerne les inégalités caractérisant la situation des femmes dans ce pays sur le plan des droits ? En effet de nombreux rapports d’ONG mettent l’accent sur celles dont souffrent les filles – souvent réduites à exécuter les tâches les plus ingrates pour survivre en ville ou à la campagne. Elles sont plus nombreuses dans l’économie informelle. Une forte concentration de population dans les périphéries urbaines accentuent cette inégalité. Certes il convient d’identifier les causes de telles inégalités. On citera ainsi les conséquences des conflits, la généralisation du chômage, la radication des jeunes désœuvrés perceptible durant la dernière décennie des conflits religieux, l’exode rural et les stratégies d’émigration de jeunes filles vers les pays du nord ou vers d’autres capitale d’Afrique notamment Abidjan en côte d’ivoire.

  • 19 Voir supra.

27Mais les causes de ces inégalités sont structurelles dans la mesure où on les observe également et de plus en plus chez les adultes19.

28La question du rapport des femmes à la laïcité en Afrique sub-saharienne francophone en général et au Burkina Faso en particulier est une problématique nouvelle.  Elle a ses limites parce qu’elle “essentialise” les femmes alors que celles-ci sont égales aux hommes du point de vue des droits fondamentaux, y compris la laïcité comme “droit”. Toutefois, au-delà d’une telle limite, la question pourrait davantage être explorée en procédant à une recherche empirique de terrain au sujet du hiatus entre les droits formels ou constitutionnels, d’une part, et d’autre part, les droits réels dont jouissent les femmes comparativement aux hommes.

29C’est dans le cadre d’une telle recherche empirique que l’on peut tester une hypothèse implicitement suggérée dans ce texte qui est celle‑ci : la laïcité étant un principe juridique importé dans certains pays à partir du modèle institutionnel de la France, ce principe juridique ne peut s’affirmer comme fondement du “vivre ensemble” dans la société burkinabé qu’à la condition que le système éducatif (écoles publiques, écoles privées religieuses) puisse en assurer l’assimilation. Cette hypothèse est d’ordre normatif. En d’autres termes, elle dit ce qui doit être. Procéder ainsi par une orientation normative dans la recherche de consensus nous semble une voie nécessaire même si elle n’est pas logiquement la plus féconde. Cette nécessité trouve sa justification, dans l’insécurité des pays du G5 Sahel et même au-delà, partout où la paix est menacée voir totalement rompue dans l’arc allant de la Mauritanie à Djibouti.

  • 20 Nous retenons l’idée de « litteratie du futur » au sens de l’UNESCO (cf. R. Miller : Transforming (...)

30Reconnaître la nécessité de promouvoir l’éducation à la laïcité de manière normative, dans un espace géographique touché par le « djihadisme » et les absolutismes de tous ordres, devrait inciter les acteurs politiques et de la société civile en Afrique à agir pour la préservation de la paix et des libertés fondamentales. Et en tous les cas, en inventant les outils et paradigmes appropriés pour arriver à mettre en avant les droits des femmes avec une certaine littératie20 du futur…

Notes

1 Néologisme forgé à partir ou repris par le dictionnaire Littré au début de la IIIe république française - en supplément dans l’édition de 1877 désignait simplement ce qui a un caractère laïc. Et laïc formé de laïcus en latin, ou laïcos en grec signifie peuple) - Le terme désigne celui qui n’est pas membre d’un corps sacerdotal ; et se différencie de celui de clerc. Autour de ces deux états s’articulent dès lors des systèmes de valeurs concurrents de toutes évidences.

2 Loi du 9 décembre 1945 sur la séparation entre l’Église et l’état en France.

3 Art. 31 « Le Burkina Faso est un État démocratique, unitaire et laïc ». - Titre II intitulé « De l’État et de la souveraineté nationale ».

4 De la deuxième abolition de l’esclavage aux lois Jules Ferry de 1882 sur la gratuité, puis la laïcité dans les édifices publics…

5 Plus de vingt ans après son indépendance les Burkinabé de la génération de Thomas Sankara refusent l’appellation haute volta portant à leurs yeux une trop grande vassalité vis-à-vis de la France et une connotation étrangère. Le pays devient Burkina Faso, pays des hommes intègres.

6 Nombres infimes de femmes aux fonctions électives ou prestigieuses.

7 Mes données provisoires sont basées sur l’état actuel de mes recherches. D’autres sources proches du terrain estiment que les musulmans représentent 60%, les chrétiens catholiques et protestants 30%, les religions traditionnelles représentant 20% de la population globale.

8 Populations nomades contre populations sédentaires.

9 Regroupe le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Le 2 juillet 2017, les cinq chefs d’États du G5 Sahel ont officialisé à Bamako le lancement d’une force conjointe transfrontalière en vue de mutualiser leurs efforts dans la lutte contre les menaces sécuritaires au Sahel. Cette force militaire conjointe a été actée par la résolution 2359 du Conseil de sécurité de l’ONU (21 juin 2017), portée par la France.

10 Après Yirgou, …

11 Extrait : « Mercredi 2 janvier 2019, une attaque meurtrière suivie de représailles a fait au moins 13 morts dans un village burkinabé du centre du pays. Cet affrontement, fruit d’un conflit persistant entre différentes ethnies, a eu lieu alors que les autorités ont décrété lundi 31 décembre 2018 l’état d’urgence dans plusieurs régions afin de contrer la menace terroriste de groupes islamistes armés… ».

12 Massacres intercommunautaires à répétition au Burkina Faso – http://lepays.bf/conflits-communautaires-au-burkina-le-tocsin-sonne-le-tocsin/

13 Daté du 05/04/2019, ce texte relève d’un engagement patriotique et républicain sous l’autorité scientifique du Professeur Moussa Willy Batenga, Chevalier de l’Ordre des Palmes Académiques.

14 Taux d’illettrisme Bénin, Burkina, Sénégal supérieur à 50% selon l’UNESCO. Les filles en représentent la majorité dans ces trois cas.

15 Contrairement à la période Sankara où les femmes avaient majoritairement investi l’espace public. Il y a bien sûr des femmes célèbres, militantes des droits de l’homme, femmes politiques, enseignantes etc.… cependant aujourd’hui elles restent majoritairement derrière les fourneaux.

16 Également parfois appelé Sahelistan en référence aux zones de l’Afghanistan ou du Pakistan livrées aux combats entre groupes rebelles, djihadistes depuis de longues années.

17 Voir banque mondiale : http://www.banquemondiale.org/fr/country/burkinafaso/overview

18 La population croît au rythme annuel moyen de 3,1 %, estimée à près de 18,6 millions en 2016. Le pays est enclavé dans la zone subsaharienne, avec un faible revenu et des ressources naturelles limitées, selon la banque mondiale.

19 Voir supra.

20 Nous retenons l’idée de « litteratie du futur » au sens de l’UNESCO (cf. R. Miller : Transforming the future : anticipation in the 21st century, ed. Routledge 2019). Ceci traduit un besoin d’avoir une aptitude pour anticiper l’avenir à partir de la connaissance et l’utilisation des textes et des données d’aujourd’hui.

Auteur

École de la Paix, Grenoble

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search