Version classiqueVersion mobile

Laïcité et défense de l'État de droit

 | 
Joël Andriantsimbazovina
, 
Patrick Kabou

II. Les différentes visions du sécularisme

La crise centrafricaine face au tournant du conflit intercommunautaire

Godfroy-Luther Gondje-Djanayang

Texte intégral

  • 1 A. Çaglar Akgüngör et S. Bayraktar, Ulas.Sécularisation, Démocratisation et Monde musulman : Proce (...)
  • 2 S. Sassen, Critique de l’État. Territoire, Autorité et Droits, de l’époque médiévale à nos jours, (...)
  • 3 O. Abel, « La condition laïque : réflexions sur le problème de la laïcité en Turquie et en France  (...)
  • 4 D. Martin, « Remise en question de la théorie de la sécularisation », in G. Davie et D. Hervieu‑Lé (...)
  • 5 A. Filali-Ansary, « Islam, laïcité, démocratie », Pouvoirs, 2003, n° 1, p. 5‑19.
  • 6 F. Lorcerie, « Laïcité 1996 », Revue française de pédagogie, 1996, n° 117, p. 53‑85.

1La question de la croyance et de la religion a longtemps été au cœur des débats et analyses de la politique internationale. À ce titre, les chercheurs, les universitaires, les acteurs de la société civile, les institutions internationales ont tenté de développer plusieurs doctrines qui ont donné naissance à des controverses afin d’apporter des réponses sur les questions précitées. Et pourtant les croyances et la question des religions n’ont jamais cessé d’exister. Cependant, elles ont été à la fois comprises et incomprises dans leur conception philosophique1. En revanche, de nombreux conflits sont nés sur la base de l’instrumentalisation des croyances à titre d’exemple nous citerons l’expansion islamique du VIIe siècle et la venue du christianisme en Afrique. Toutefois, la religion a été à la source de l’avènement de l’État et son organisation.2 Sans pour autant remettre en cause le principe de la laïcité qui constitue le vecteur de la stabilité et de l’État de droit en France, le constat du déclin de la laïcité, son incompréhension au sein de la société contemporaine ouvre une nouvelle brèche de paradigme ; c’est ainsi que le cas du conflit centrafricain, une ancienne colonie de la République française, peut nous éclairer. Les nombreuses crises militaro-politiques qui ont jalonné la courbe de l’histoire centrafricaine ont donné naissance, plus particulièrement dans la dernière crise, à une théorie de conflictualité identitaire. Le machiavélisme politique et religieux continue d’offrir une opportunité dogmatique aux croyances et, notamment à l’incompréhension de la laïcité mettant en péril, la culture de la paix et la cohésion sociale. Il est vrai que le combat fratricide qui oppose parfois les groupes armés met en scène le plus souvent la question de la croyance en Dieu, l’identité religieuse ou la défense intercommunautaire. C’est pourquoi, il s’avère important de se demander si la mauvaise compréhension de la laïcité ne contribue pas parfois à des crises déstabilisatrices et ravageuses ? En effet, la conception de la laïcité moderne a toujours conduit à des réflexions scientifiques, philosophiques et idéologiques selon laquelle les pays à forte connotation islamique seraient antagoniques avec la démocratie libérale et laïque3. L’effondrement des principes démocratiques et la détérioration de la laïcité constitueraient des manquements pour la promotion de la démocratie et l’État de droit. L’État dans son rôle de promoteur de la cohésion sociale et la paix doit veiller sur la non instrumentalisation de la laïcité qui peut entrainer l’éclatement de la paix sociale. Peut-on alors s’interroger, si la pratique de la laïcité représente un dogme incompatible avec la démocratie ? En outre, le principe de la pluralité des opinions doit prendre en compte le caractère neutre du principe de la laïcité. Le bouleversement de la société qui a conduit au principe de la séparation de l’Église et de l’État a verticalement repoussé certaines réalités sociologiques et anthropologiques de certains États sur la perception de laïcité. Pour l’historien Bernard Lewis, la séparation de l’Église et l’État représente deux institutions séparées, donc ce qui appartient à Dieu est à Dieu et ce qui appartient à César est à César. C’est pour quoi entre l’Église et l’État on trouve le germe du sécularisme.4 Cependant, certains chercheurs ont démontré que le processus par lequel la sécularisation s’est accomplie est arrivé à des collusions doctrinales : « la religion chrétienne est depuis longtemps considérée comme un tissu social européen, il a fallu une mobilisation militante pour créer un espace séculier, une mobilisation qui demeure à la fois responsable d’un conflit qui a duré plusieurs siècles »5. La question de la mise en œuvre de la laïcité n’est pas soustraite de l’histoire contemporaine. La valeur politique de la laïcité tend à sa polarisation sur certaine opposition entre une acception libérale et une acception anti-libérale dite républicaine. Le croisement entre l’acception politique dominante de la laïcité et sa force juridique garantie par la Constitution et cadrée par des instruments juridiques internationaux donne lieu parfois à des débats controversés6.

2La question de la religion dans la gestion de la cité peut conduire à des vives tensions. Les polémiques sur le statut et la place que la religion occupe dans l’espace public mettent en péril parfois le vivre ensemble, les droits fondamentaux, les droits culturels, la tolérance, le pluralisme politique, l’État de droit, la neutralité de l’État. Les mutations actuelles et l’évaluation des rapports entre le religieux et le politique sont à la base des crises qui cristallisent le fonctionnement des institutions publiques ; c’est pour quoi, la religion devient de plus en plus un enjeu de la cité politique d’éthique publique7. En cas de conflits à caractère religieux, la théorie de la justice sociale ou l’usage des principes laïques et sociologiques peuvent être utilisés comme une solution qui désamorce une crise intercommunautaire. Pour preuve l’utilité de la pratique de l’État laïc n’est jamais remise en cause par Rawls qui rappelle, après Tocqueville, que ces principes sont un des grands succès de la démocratie américaine, ayant permis la consolidation de la démocratie et la prospérité de la religion.8 En outre, l’État laïc doit garantir la cohésion sociale et caractère consensuel et démocratique des débats, même avec des minorités religieuses hostiles. En d’autres termes cela veut dire que l’État laïc représente l’institution impartiale et garante de la stabilité sociale, il ne doit pas être l’élément amplificateur du sécularisme et de la laïcité. En l’espèce il résulte, dans la Constitution centrafricaine du 30 mars 2016 en son article 18 alinéa (3) que la République centrafricaine est un État de droit, souverain, indivisible laïc9. Alors étant donné que parfois, la théorie diffère de la pratique, c’est dans cet ordre d’idée que, dans les conflits où le pluralisme religieux est fortement présent, la croyance intervient comme l’élément catalyseur de la manipulation et de la pérennisation du conflit. Alors à qui profitent ces conflits ? En effet, le mode de dévolution du pouvoir qui s’opère par les coups d’États militaires en République centrafricaine a permis de réduire en cendres la consolidation des règles démocratiques et la défense de l’État de droit. L’incursion des indicateurs géopolitiques et géostratégiques rend plus complexe la compréhension du conflit centrafricain. En outre, la bataille du pouvoir entre les milices chrétiennes les Antibalaka10 et les Séléka qui sont les milices à connotation musulmane, donne à voir à quel point ce pays est dévasté par une crise intercommunautaire. Afin de mieux cerner les enjeux de notre sujet, nous évoquerons en quoi le cas du conflit centrafricain est un paradigme à plusieurs portées (I) ensuite nous passerons en revue, les acteurs de la crise tout en évoquant la défense de l’État de droit face au pluralisme politique (II).

I. Le conflit centrafricain est un paradigme à plusieurs portées

3L’incursion du nouveau paradigme intercommunautaire a suffisamment déstabilisé la vie de la nation centrafricaine. La République Centrafricaine connait une forte insécurité. Elle éprouve de grandes difficultés à se stabiliser au niveau politique, social et économique. Cela est dû aux conflits permanents de leadership, oubliant les aspirations du peuple. Or, la vertu première d’un leadership c’est d’assurer la stabilité de ses institutions en combattant contre toutes formes de menaces, qu’elles soient des menaces internes ou externes.

  • 11 GUERENGBO, Prince Thibault Bassengue. Le temps comme une expérience de la foi chrétienne : essai d (...)
  • 12 Ibidem.

4Rappelons que l’État centrafricain depuis sa fondation à savoir, le 1er décembre 1958, a connu une insécurité chronique qui a entraîné un délitement de l’État.11 Cet important bouleversement renvoie au fonctionnement de la vie politique, sociale et économique. Les institutions de l’État en RCA s’organisent en dehors de toute notion de légalité. Cette illégalité a laissé croire, comme on le dit en République Centrafricaine, que « le droit, c’est l’arme ; la justice c’est la puissance de feu »12. La puissance des armes et la violation des textes juridiques semblent être le principe qui gouverne la cité. L’illégalité se transforme en légalité cela veut dire que manifestement les règles qui pilotent le fonctionnement des institutions étatiques sont soumises à une mauvaise application et compréhension. La frayeur, les violations des droits de l’homme, la mauvaise gouvernance, la modification des textes constitutionnels, les coups d’États sont les points sur lesquels les régimes dictatoriaux concourent à la désacralisation des valeurs Républicaines.

  • 13 P. Ibanda Kabaka, Le conflit politique armé et l’exploitation des ressources naturelles en Centraf (...)
  • 14 A. C. Mayneri, « La Centrafrique, de la rébellion Séléka aux groupes anti-balaka (2012‑2014) : usa (...)
  • 15 G. Ngovon, « Le contrôle des ressources de l’État, un enjeu des conflits en Centrafrique
  • 16 R. Marchal, « Le Tchad entre deux guerres ? Remarques sur un présumé complot ». Politique africain (...)
  • 17 R. Marchal, « Premières leçons d’une “drôle” de transition en République centrafricaine ». Politiq (...)

5Depuis l’accession de la République centrafricaine à l’indépendance, l’État centrafricain n’a jamais connu une crise à caractère religieux, mais l’État était impuissant à assurer la protection de son territoire et de sa population, c’est pourquoi la porosité de ses frontières sera la source d’une insécurité.13 Les inégalités socioéconomiques en République centrafricaine ont été à l’origine de regain de violence, du dogmatisme, de l’enrôlement des enfants soldats, la fracture sociale fondée parfois sur des considérations tribalo-éthiques.14 Dans le cadre de l’éclatement de la dernière crise qui a secoué ce pays, les musulmans, venant du Nord, ont avancé comme argument pour se rebeller contre les institutions de la République à l’époque qu’ils sont toujours marginalisés par une inégalité de traitement de leur religion dans le cadre institutionnel et par une discrimination du fait de leur religion. Les chrétiens sont majoritaires et dirigent le pays depuis plusieurs décennies. Pendant longtemps le nord-ouest de la RCA connait une intensification sans précèdent des activités criminelles, les tensions intercommunautaires s’accentuent dans le centre et l’est du pays sur fond de grande fragmentation des groupes armées. Les rebellions Séléka à forte connotation musulmane constituées en 201215 pour renverser le régime de Bozize lui ancien putschiste16. La rébellion contrôle des zones stratégiques de la République centrafricaine. La prise de pouvoir par les armes de Michel Djotodjia dans une ambiance d’insécurité galopante a fait naitre plusieurs foyers de tension, ce qui a ouvert la boîte de Pandore de la violence ethnoreligieuse.17 L’instrumentalisation de la religion dans un pays déjà polarisé rendait plus complexe l’utilité et la compréhension de la laïcité. Les expéditions punitives au sein des communautés chrétiennes et musulmanes s’apparentent à une sorte de rite purificateur. Enfin, il apparaît que le conflit centrafricain a finalement entrainé une sorte de fracture ethnique qui ne cesse de disloquer la paix et la cohésion sociale. S’il existait auparavant une communauté Centrafricaine sans considération religieuse, en partant de la dernière crise le paradigme de la division devient plus qu’une fiction irrationnelle, mais une réalité socioculturelle. Dans ce cas de figure, la laïcité, dans le contexte centrafricain, doit revoir sa copie doctrinale.

II. Les acteurs de la crise centrafricaine face à l’État de droit

  • 18 P. Ibanda Kabaka, Le conflit politique armé et l’exploitation des ressources naturelles en Centraf (...)
  • 19 H. Küng, Projet d’éthique planétaire, Paris : Seuil, 1991, p. 127.
  • 20 L. Archambaud, Observer les crises et les résiliences en République Centrafricaine, 2018.
  • 21 J.-A. de Clermont, « Surmonter la crise en Centrafrique ». Études, 2015, n° 2, p. 7‑17.
  • 22 D. Niewiadowski, « La République centrafricaine : le naufrage d’un État, l’agonie d’une Nation », (...)
  • 23 Ch. Dickès, « République centrafricaine : le conflit inattendu ? », Outre-Terre, 2015, n° 4, p. 25 (...)
  • 24 https://www.la-croix.com/Monde/Afrique/Centrafrique-cauchemar-continue-2018-11-20-1200984332, cons (...)

6Dans la mesure où l’appareil étatique centrafricain est impuissant à garantir la liberté fondamentale, la mise en œuvre de la laïcité pose un véritable problème. L’impuissance de l’État centrafricain est devenue la règle qui confirme la faillite de la puissance publique centrafricaine. Les causes de cette faillite peuvent être endogènes ou exogènes. La rébellion provenant du nord de la République centrafricaine dénommée les “Séléka” et qui était majoritairement constituée des combattants musulmans qui sont des combattants au Darfour du Soudan qui ont reçu le financement et le soutien du tchadien et du Soudan, après plusieurs années de guerre civile, a réussi renverser à prendre le pouvoir par coup d’État en mars 2013. Leur chef Michel Djotodjia s’imposera comme l’homme fort du pays. Il va mettre en place un gouvernement essentiellement composé des combattants et ses alliés plus rapidement ils seront accusés d’être sous les ordres des États voisins notamment du Tchad et du Soudan18. Plusieurs crimes seront commis en violation des instruments juridiques nationaux et internationaux. Dans une ambiance d’insécurité, les conflits ethno-religieux s’introduisent dans le drame centrafricain par l’inapplicabilité des textes constitutionnels et l’absence du respect des droits de l’homme. La question de la défense de cette théorie philosophique nécessite de prime à bord son applicabilité par rapport aux valeurs anthropologiques, sociologiques culturelles et politiques. C’est pourquoi, les conflits intercommunautaires, l’intégrisme, les chocs de la civilisation sont les facteurs d’éclatement de la paix sociale. Les comportements humains basés sur l’intérêt général, le vivre ensemble doit être le corollaire fédérateur prôné par la République laïque et surtout par chaque religion. L’édification d’une paix sociale durable ne peut faire fi de l’apport des religions selon Hans Küng qui affirmait : « pas de paix entre les peuples sans paix entre les religions »19. Les tensions sous-jacentes parfois non-dites mais existantes, sont à la source de dislocation de la paix. En effet, la crispation des injustices a verticalement conduit la République centrafricaine vers un regain de tensions intercommunautaires.20 À titre de rappel, juste après les mauvaises organisations des élections qui ont eu lieu en 201121, la crise militaro-politique qui est née dans ce pays a facilité le retrait des partenaires bilatéraux, à l’exemple de l’Allemagne, des pays nordiques, du Royaume-Uni, du Canada ainsi le départ des investisseurs privés notamment français et portugais22. À ce jour, la Russie, ainsi que l’Union Africaine, ont fait également leur entrée dans le jeu de ce conflit qui a déjà une dimension géopolitique et stratégique. Les conflits centrafricains mettent en jeu une multiplicité d’acteurs. Conformément à la Résolution 2121 du Conseil de Sécurité, 12000 casques bleus sont déployés en RCA ; leurs missions consistent à protéger les populations civiles, contribuer à la restauration de l’autorité de l’État et appuyer le processus démocratique23. En outre, rappelons que la mauvaise compréhension du conflit centrafricain a fait réagir l’Église catholique. Devant les ambassadeurs accrédités, le Pape déclare que « là où l’on a abusé du nom de Dieu pour commettre l’injustice, qu’il voulait rappeler, avec la communauté musulmane, que « celui qui dit croire en Dieu doit être jamais un homme, une femme de paix, et donc de miséricorde, puisqu’on ne peut penser rendre justice au nom de Dieu. Seule une forme idéologique et déviée de la religion peut penser rendre justice au nom de du Tout- puissant, en massacrant délibérément les personnes sans …) » Le pape considère que le conflit en Centrafrique possède une forte dimension religieuse. Pour d’autres, elle est un conflit ethnique ou ni plus ni moins qu’une guerre civile24. Face à cette incapacité visant à qualifier les affrontements certains estiment que cette guerre n’a tout simplement pas de nom.

* * *

  • 25 G. Le Bras, « Le Conseil d’État régulateur de la vie paroissiale », Études et Documents du Conseil (...)
  • 26 J.-P. Willaime, « 1905 et la pratique d’une laïcité de reconnaissance sociale des religions », Arc (...)

7L’universalité de la laïcité ne pourra que se heurter aux particularismes de certaines mœurs ; dans le cadre français, la laïcité est une valeur républicaine et un principe constitutionnel. Elle va au-delà de la neutralité de l’État à l’égard des croyances religieuses et repose sur la liberté de conscience, notamment la liberté de religion qui est acquise depuis l’adoption de la Loi de 1905 qui permet à la République de l’appliquer. L’application libérale de la loi de séparation des Églises et de l’État de 1905 met en œuvre une laïcité fondée sur la reconnaissance constitutionnelle de la liberté de la religion qui est loin de briser le religieux dans sa liberté de pensée. Les réflexions sur la laïcité du Conseil d’État en date du 5 février 2004 constituent une démarcation positive. Comme Gabriel Le Bras l’avait souligné à propos de la vie paroissiale25, le Conseil d’État représente le juge régulateur des relations Églises-État en France dont les décisions et avis illustrent la mise en œuvre de la Loi de 1905 dans le respect des principes constitutionnels. La République française met de fait en œuvre une laïcité de reconnaissance sociale des cultes qui tient compte des spécificités du religieux en général et des particularités propres à telle ou telle religion. Mais cette application reste, en raison des circonstances historiques, fortement liée au catholicisme26. Cependant, l’application libérale de la laïcité n’empêche pas des tensions et des crispations face au dogmatisme religieux. Par ailleurs, en République centrafricaine, il y a un fossé social, culturel politique incompatible avec la perception de la laïcité, alors idéalisons pas la laïcité rendons la pragmatique en faisant pas de la science-fiction. Il est temps que les universitaires, les chercheurs, les acteurs de la société civile, les institutions internationales puissent s’accorder à nouveau sur l’évolution doctrinale de la laïcité dans toute sa compréhension et sa démarche. Enfin, la séparation de l’Église et de l’État n’est pas un dogme, mais plutôt une doctrine socio-politique et opérationnelle. Sur la base de la croyance, la République centrafricaine est aujourd’hui défigurée par l’instrumentalisation et la mauvaise compréhension de la laïcité ce qui concourt même à grande échelle au dysfonctionnement des règles démocratiques et l’État de droit. En revanche, le mimétisme juridique et constitutionnel sur la laïcité n’est pas un mythe ; tant qu’il ne sera pas adapté aux réalités sociales culturelles et anthropologiques de la République centrafricaine, son ancrage et sa pérennité institutionnelle ne seront qu’une fiction.

Notes

1 A. Çaglar Akgüngör et S. Bayraktar, Ulas.Sécularisation, Démocratisation et Monde musulman : Processus de changement ». Colloque international 25‑26 novembre 2002. Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 2003, n° 35.

2 S. Sassen, Critique de l’État. Territoire, Autorité et Droits, de l’époque médiévale à nos jours, Monde Diplomatique, Paris, 2006.

3 O. Abel, « La condition laïque : réflexions sur le problème de la laïcité en Turquie et en France ». Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 1995, n° 19.

4 D. Martin, « Remise en question de la théorie de la sécularisation », in G. Davie et D. Hervieu‑Léger (dir.), Identités religieuses en Europe, Paris, La Découverte, 1996, p. 26.

5 A. Filali-Ansary, « Islam, laïcité, démocratie », Pouvoirs, 2003, n° 1, p. 5‑19.

6 F. Lorcerie, « Laïcité 1996 », Revue française de pédagogie, 1996, n° 117, p. 53‑85.

7 J.-M. Larouche, « L’identitaire et la laïcité », Éthique publique, Revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale, 2007, vol. 9, n° 1.

8 J. Rawls, Théorie de la justice, trad. de l'angl. par Catherine Audard, Paris, Seuil, 1987 (A Theory of Justice, Cambridge, Belknap Press of Harvard University Press, 1971 et, pour la version révisée, A Theory of Justice. Revised edition, Oxford/New York, Oxford University Press, 1999). Toutes les citations sont tirées de la traduction française de l’édition révisée &Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Paris, Garnier-Flammarion, Livre I, II, chap. 9, 1981, p. 401-402. Cité par J. Rawls, The Law of Peoples, op. cit., p. 167, note 76.

9 https://www.sangonet.com/afriqg/PAFF/Dic/actuC/ActuC24/constitution-de-la-RCA-30mars2016-JO-ed-speciale.pdf, consulté 23 mai 2019.

10 Les Antibalaka sont milices chrétiennes centrafricaines à la différente de la Séléka qui sont des milices musulmanes dont la plupart sont recrutées au Tchad et au Soudan.

11 GUERENGBO, Prince Thibault Bassengue. Le temps comme une expérience de la foi chrétienne : essai de théologie contextuelle dans les crises en Centrafrique, 2016, Thèse de doctorat.

12 Ibidem.

13 P. Ibanda Kabaka, Le conflit politique armé et l’exploitation des ressources naturelles en Centrafrique, 2015.

14 A. C. Mayneri, « La Centrafrique, de la rébellion Séléka aux groupes anti-balaka (2012‑2014) : usages de la violence, schème persécutif et traitement médiatique du conflit. » Politique africaine, 2014, n° 2, p. 179‑193.

15 G. Ngovon, « Le contrôle des ressources de l’État, un enjeu des conflits en Centrafrique

Les Cahiers d’Outre-Mer, 2015, n° 4, p. 501‑533.

16 R. Marchal, « Le Tchad entre deux guerres ? Remarques sur un présumé complot ». Politique africaine, 2013, n° 2, p. 213‑223.

17 R. Marchal, « Premières leçons d’une “drôle” de transition en République centrafricaine ». Politique africaine, 2015, n° 3, p. 123‑146.

18 P. Ibanda Kabaka, Le conflit politique armé et l’exploitation des ressources naturelles en Centrafrique, 2015.

19 H. Küng, Projet d’éthique planétaire, Paris : Seuil, 1991, p. 127.

20 L. Archambaud, Observer les crises et les résiliences en République Centrafricaine, 2018.

21 J.-A. de Clermont, « Surmonter la crise en Centrafrique ». Études, 2015, n° 2, p. 7‑17.

22 D. Niewiadowski, « La République centrafricaine : le naufrage d’un État, l’agonie d’une Nation », Afrilex, Université Montesquieu-Bordeaux IV, 2014.

23 Ch. Dickès, « République centrafricaine : le conflit inattendu ? », Outre-Terre, 2015, n° 4, p. 256-260.

24 https://www.la-croix.com/Monde/Afrique/Centrafrique-cauchemar-continue-2018-11-20-1200984332, consulté le 24 mai 2019.

25 G. Le Bras, « Le Conseil d’État régulateur de la vie paroissiale », Études et Documents du Conseil d'État, no 4, 1950.

26 J.-P. Willaime, « 1905 et la pratique d’une laïcité de reconnaissance sociale des religions », Archives de sciences sociales des religions, 2005, n° 129, p. 67‑82.

Auteur

Doctorant-Chercheur en Droit et Sciences politiques
Université Toulouse 1 Capitole, IMH

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search