Version classiqueVersion mobile

Laïcité et défense de l'État de droit

 | 
Joël Andriantsimbazovina
, 
Patrick Kabou

II. Les différentes visions du sécularisme

Islam et laïcité : regards croisés entre le Maroc et la France

Abderrahim El Janati

Texte intégral

1Le XVIIIe siècle avait connu deux Révolutions contradictoires et complètement antinomiques : La révolution française et la révolution dite wahhabite.

2La première a réussi à mettre en place les valeurs : Liberté, égalité et fraternité. La deuxième, au contraire, a pu propager l’obscurantisme religieux et plonger le monde musulman dans un sommeil dogmatique profond.

  • 1 R. Aron, Essai sur les libertés, Édition Pluriel, 1998, pp. 25‑26.

3Si la France reste désormais fidèle à la définition de la liberté selon laquelle « chaque homme étant présumé avoir reçu de la nature les lumières nécessaires pour se conduire, apporte en naissant un droit égal et imprescriptible à vivre indépendant de ses semblables en tout ce qui n’a rapport qu’à lui-même, et à régler comme il l’entend sa propre destinée » 1, la majorité des pays musulmans, au contraire, défigure le sens même de la liberté en mettant sous tutelle de l’appareil religieux la personne humaine « musulmane ». Cette dernière n’a aucune liberté de penser ou d’exister en dehors de l’institution religieuse qui lui dicte les règles de conduite, même celles qui touchent sa vie intime. De ce fait, même la liberté de conscience est inexistante. Et par conséquent, chaque personne mettant en doute la suprématie de la religion musulmane ou qui compte la changer pour une autre serait passible de la peine de mort. Heureusement, un nombre limité de pays musulmans a pu se mettre à l’abri de cette idéologie wahhabite en permettant d’une part, une liberté des cultes et d’autre part, un accès à la modernité. Le Maroc est l’un de ces pays qui ont pu adopter une philosophie de sécularisation pour contrecarrer les activités des islamistes radicaux.

I. L’acheminement du Maroc vers la modernité et la sécularisation

4Certes, le Maroc est un pays où l’islam est religion d’État mais cette réalité ne l’empêche pas un pays qui s’achemine vers la modernité et la sécularisation. Reconnaitre officiellement ou officieusement une religion n’est pas contre la sécularisation. En fait, « pour apprécier le degré de sécularisation d’une société, on ne se demande pas si la religion est revendiquée par une majorité ou une minorité d’individus, mais si elle conditionne les comportements et contribue à façonner les liens sociaux »2.

5Le Maroc est un pays souverain respectueux des engagements internationaux et des libertés publiques et privées telles qu’elles sont mentionnées dans les chartes internationales et nationales. En outre, le Maroc est un pays musulman qui veuille au respect de son identité islamique sans menacer ou opprimer les autres croyances religieuses, philosophiques et humanistes. Ainsi sans mentionner le concept de laïcité dans sa constitution, le Maroc reste désormais un pays de liberté, d’égalité et de fraternité. Depuis plusieurs années, le Maroc continue de multiplier les réformes non pas pour islamiser la vie quotidienne de sa population mais pour l’adapter à la modernité et à la sécularisation que connaît le monde entier et dont le Maroc ne pourrait pas y échapper.

A. Les réformes marocaines une voie vers la modernité

6Le Maroc avait entamé plusieurs réformes concernant la femme marocaine, l’école et aussi le statut des minorités religieuses. Par contre, cet ensemble de réformes pourrait-il faire du Maroc un pays laïc ?

1) La réforme de la Moudawana (code du droit de la famille marocain)

  • 3 B. Murgue, « La Moudawana : les dessous d’une réforme sans précédent », Les Cahiers de l’Orient, 2 (...)

7Les réformes entamées, depuis plusieurs années, par le Maroc répondaient à une nécessité d’adaptation au contexte national et international. Ces réformes tentaient d’une part de respecter les engagements internationaux du Royaume Chérifien et d’autre part, donner plus de libertés au citoyen marocain. Or, la réforme de la Moudawana (code du droit de la famille marocain) en 2004 était considérée par la communauté internationale comme « une révolution juridique et sociale consacrant l’égalité homme-femme et améliorant le droit des femmes au sein de la cellule familiale… faisant entrer le pays dans une nouvelle ère, celle de la modernité et de la consécration de la femme marocaine en tant qu’individu à part entière »3.

  • 4 Z. E. Katja. « Reforming the Moroccan Personal Status Code : A Revolution for Whom ? » Mediterrane (...)

8Au Maroc, on ne pourrait pas attendre le changement des mentalités pour afficher de nouvelles réformes. Le Roi du Maroc, en tant que chef religieux et politique est l’habilité d’imposer une réforme quand il constate que ladite réforme révolutionnerait les mœurs et conduirait le pays vers la modernité. Or, malgré l’opposition des groupes islamistes, le Roi avait imposé cette réforme parce qu’elle répondait à un besoin vital. Libérer la femme de l’emprise d’une mentalité archaïque était nécessaire pour révolutionner la vie familiale et sociale au Maroc surtout que la femme marocaine qui l’exige4. On ne pourrait accepter dans un Maroc du XXIe siècle que la femme marocaine accepte un mariage malgré son jeune âge, qu’elle soit soumise à son mari sans qu’elle ait droit de rétorquer les arguments de cette soumission, de ne pas demander le divorce malgré ce qu’elle subissait comme pression et marginalisation, qu’elle accepte que son mari soit polygame….

9La réforme du Moudawana avait permis à la femme de récupérer son statut de citoyen libre et indépendant.

10La même chose concernant le foulard islamique qui, dans certains pays musulmans est passible d’une peine d’emprisonnement et aussi de coups de fouet5. En fait, quand en 1989, les deux filles d’origine marocaine avaient refusé d’enlever leur foulard à l’intérieur de l’école républicaine, le Roi du Maroc s’est adressé à elles par l’intermédiaire de son ambassadeur à Paris pour leur demander de l’enlever6.

11En réalité, le foulard dit islamique n’est pas une prescription religieuse. Il s’agit d’un symbole de démarcation sociale. En fait, au début de l’islam, le groupe de femmes était scindé en trois catégories : les femmes du prophète, les femmes libres et les femmes esclaves. Les premières étaient obligées de mettre un voile par respect à la vie intime du prophète. Les femmes libres étaient obligées de le mettre pour afficher leur position sociale. Par contre, la femme esclave n’avait pas le droit de le mettre pour ne pas duper les hommes sur sa situation sociale. C’est dans ce sens que le deuxième calife Omar Ibn Al khatab interdisait catégoriquement à une femme esclave de mettre le foulard pour ne pas tromper les hommes sur sa position sociale et juridique. Actuellement, dans la société marocaine ou la société française, la femme ne se voit pas obligée de mettre le foulard pour se montrer qu’elle est libre ou qu’elle appartient à une classe sociale quelconque. Toutes les femmes sont égales et respectées dans la société moderne. Et s’il y a des viols ou du harcèlement cela n’oblige pas la femme à être voilée pour ne pas être violée.

2) Réforme du système éducatif marocain

  • 7 « Maroc : Mohammed VI appelle à l’enseignement d’un islam tolérant », Jeune Afrique du 27 juillet (...)
  • 8 M. El Ayadi, « Entre islam et islamisme », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 36, 2004, 1 (...)

12L’école n’a pas échappé à la réforme surtout après les attaques terroristes de Casablanca en 2003. En fait, à la suite des vagues d’attaques terroristes commises par des jeunes marocains de confession musulmane, la révision des manuels scolaires marocains est devenue une nécessité. Dans ce contexte, le Roi du Maroc a pris la décision de réformer les manuels scolaires pour faire disparaître toutes « les représentations sexistes, racistes ou extrémistes… Le ministère de l’Éducation nationale a ordonné une grande opération de nettoyage afin de retirer toute expression de discrimination à l’égard de la femme et toute référence religieuse pouvant encourager la violence et l’extrémisme. »7. Cette réforme a montré qu’une vision extrémiste et misogyne de la religion n’a pas sa place dans les écoles publiques marocaines.  Toutes les écoles publiques marocaines enseignent l’éducation islamique à ses élèves. Or, pour que l’élève ne soit pas manipulé ou instrumentalisé, le ministère de l’Éducation contrôle quotidiennement toutes les structures scolaires publiques et privées pour vérifier l’adaptabilité de la méthode et le programme d’enseignement avec les directives imposées par le ministère. En fait, depuis les attentats terroristes du 2003, le ministère de l’Éducation nationale et de l’enseignement supérieur a pris l’initiative de contrôler même l’enseignement dans les structures coraniques préscolaire8.

3) Réformes au profit des minorités religieuses

13Premièrement, concernant les minorités religieuses, le Maroc est le seul pays au monde musulman où la loi juive s’applique sur son territoire. Les juifs au Maroc ont leurs tribunaux rabbiniques où ils peuvent statuer selon la torah en matière de divorce, héritage… Cette réalité ne date pas d’aujourd’hui mais elle vielle depuis plus d’un siècle. Ainsi les conditions de sa mise en œuvre sont mentionnées dans le dahir du 22 mai 1918.

14Actuellement, le nombre de chrétiens connaît une croissance à la suite de l’immigration subsaharienne9. Cette croissance du nombre des chrétiens au Maroc a conduit à la mise en place de l’Institut “Al Mowafaqa”. Cet « Institut œcuménique de Théologie a été créé en 2012 à l’initiative des Églises catholique et protestante au Maroc, pour répondre à leurs besoins de formation. C’est un lieu de formation, de réflexion et de promotion du dialogue interculturel et interreligieux. Il comprend un pôle universitaire (théologie et sciences des religions) et un pôle culturel destiné à promouvoir la rencontre des cultures »10. L’objectif est d’institutionnaliser la culture du vivre ensemble dans un pays majoritairement musulman.

  • 11 Article 41 de la constitution de 2011.
  • 12 Nulle contrainte dans la religion S2V 256.

15En fait, depuis la promulgation de la dernière constitution marocaine de 2011, le Roi, commandeur des croyants « est le garant du libre exercice des cultes »11. Cette liberté d’exercer son culte garantit aussi le changement de religion ou d’en avoir aucune. Depuis 2012, le Conseil des Oulémas marocains adopte une nouvelle définition de l’apostasie. Ce conseil précise que la peine de mort est réservée à ceux qui trahissent leur patrie et non pas à ceux qui changent de religion. Il s’agit ici d’une initiative sérieuse de toilettage de la religion musulmane de tout acte ou déclaration mensongère mettant en péril le vrai sens de la liberté de conscience et du culte en islam. Même s’il n’y avait jamais eu d’application de la peine de mort pour apostasie, les autorités religieuses compétentes exigent la liberté des cultes qui est un principe coranique12.

B. Le Maroc pourrait-il devenir laïc ?

  • 13 G. Vaillant, INFOGRAPHIE - 40 pays favorisent officieusement une religion, selon une étude, Journa (...)

16Reconnaître officiellement une religion ne devrait pas constituer une preuve de l’impossibilité de l’adaptation du Maroc, en tant que pays musulman, avec la laïcité. Parce que la laïcité n’est pas contre la religion mais la liberté d’en avoir une ou de n’en avoir aucune. En Europe même, il y a nombre de pays qui reconnaissent officieusement une religion mais qui en même temps restent laïques13.

17En fait, l’islam est foncièrement laïc. Or, si certains radicaux ont voulu imposer une lecture erronée de l’islam et considérer la laïcité comme forme d’athéisme pour empêcher les Marocains de vivre leur quotidien librement, la constitution marocaine de 1962 à 2011 a pu libérer les Marocains de la tutelle des religieux en considérant le Roi comme commandeur des croyants et à lui seul la légitimité de prononcer les fatwas (Avis juridiques islamiques) par le biais du Conseil des Oulémas dont il est le président. Le Maroc reste un pays musulman mais qui ne considère pas la charia comme source unique du droit comme c’est le cas dans certains pays musulmans tels que l’Arabie Saoudite, l’Iran… Il n’est pas non plus un pays où on pourrait appliquer une laïcité autoritaire comme c’était le cas pour certains pays comme la Turquie, la Tunisie… Le Maroc a su préserver son identité arabe et islamique tout en accédant modestement à la modernité et à la démocratie sans heurter la sensibilité de son peuple majoritairement musulman.

18Grosso modo, le Royaume du Maroc avait fait le choix depuis plus d’un siècle de s’ouvrir sur le monde et de ne pas obliger son peuple à appliquer un islam wahhabite. Le Maroc par son ouverture et son sécularisme en marche a su protéger son peuple contre l’hégémonie des groupes extrémistes. La concentration du pouvoir religieux et du pouvoir politique entre les mains d’une seule institution en l’occurrence l’institution royale constitue actuellement un flytoxe contre tous les parasites extrémistes. Cette institution garantit le libre exercice des libertés publiques et privées et en même temps protège l’identité religieuse des Marocains et de toutes les communautés minoritaires.

II. La laïcité et l’islam en France

  • 14 Nous avons choisi ce concept pour montrer que la France abrite un ensemble de groupes et des struc (...)

19On ne pourrait rajouter d’autres réponses à la question posée depuis des décennies : L’islam est il compatible avec la République ? Il ne s’agit pas dans cette deuxième partie de notre intervention de donner une réponse à cette question mais notre objectif est double : d’abord, montrer que l’ennemi de la République n’est pas l’islam mais l’islam politique. Ensuite, préciser que les infrastructures de l’islam politique commencent désormais à se propager pour se constituer en force idéologique déstabilisante. Enfin, montrer que la France, pour se protéger contre cette idéologie mortifère, a besoin de ses citoyens musulmans éclairés pour contrecarrer les discours et les activités des mentors de l’islam politique Français14.

A. Islam politique, ennemi de la République

  • 15 O. Roy, La sainte ignorance. Le temps de la religion sans culture, Édition Seuil, 2012.
  • 16 A. Faraj, Le jihad, l’obligation oubliée, 1981, éditeur non mentionné.

20La majorité des musulmans en France vit sa religion paisiblement. Les Français de confession musulmane n’ont aucun problème avec la République. Ils sont respectueux des valeurs et des lois républicaines. Le seul problème de cette communauté musulmane de France est l’ignorance. Une partie d’entre eux parle et pratique faussement la religion musulmane dans ce pays. La sainte ignorance15 est devenue la seule référence de leur pratique dite religieuse musulmane. Cette sacralisation de l’ignorance a malheureusement réussi à imposer différentes lectures et pratiques incompatibles avec la République française. Par exemple, la question du foulard est devenue, par ignorance, un pilier de l’islam alors que le foulard n’a jamais été une prescription religieuse islamique, le jihad est devenu une obligation que tout musulman doit observer16.

  • 17 Le prêche de l’imam de la grande mosquée de Toulouse à propos du jihad contre les juifs et ses con (...)

21L’absence d’une instance forte composée de jurisconsultes musulmans a laissé prospérer une idéologie incompatible avec les lois de la République. Ainsi que ce soit dans certaines mosquées ou dans d’autres structures sociales islamiques, le discours politico-religieux continue à faire subir la société française d’indicible souffrance17. Depuis quelques années, les mosquées radicales et les propos de haine continuent à fleurir dans la société française. Sans aucun contrôle de ces instances par les acteurs musulmans modérés, l’islam risque de devenir une vraie religion de haine. Les Musulmans éclairés peuvent se baser sur les enseignements de l’histoire de l’islam pour combattre ce type d’égarement qui pourrait nous conduire vers un cataclysme dans les prochaines années. En fait, le prophète de l’islam avait ordonné la destruction d’une mosquée destinée à créer la zizanie entre les musulmans. Il ordonna : « Partez pour cette mosquée dont les occupants sont injustes. Détruisez-la et brûlez-la ! »

  • 18 Sourate 4, verset 107.

22Concernant l’antisémitisme qui était répandu depuis des siècles dans le monde musulman et même à l’époque du prophète. Certains musulmans tentaient par jalousie ou par haine de mépriser les juifs. L’histoire du juif soupçonné de vol par un musulman fut un message adressé à tous les musulmans quel que soit le temps ou l’espace. Le Coran précise qu’on ne devait pas croire à ce que nous racontent les dupeurs même s’ils sont musulmans. « Ne dispute pas en faveur de ceux qui se dupent eux-mêmes. Dieu déteste le dupeur qui s’obstine au péché. »18

23Depuis plusieurs années, les nouvelles revendications apparaissent et se renforcent au nom du droit à la différence. Ces revendications dites musulmanes se constituent sous formes de structures pour renforcer la légitimité des groupes islamistes radicaux.

B. Les infrastructures de l’islam radical versus les infrastructures de la République

24Les infrastructures de l’islam radical se construisent pour donner sens au communautarisme. Ces infrastructures devenues omnipotentes : clubs de sport, mosquées, écoles islamiques… rentrent en conflit perpétuel avec l’ordre républicain. Ce dernier basé sur la liberté, l’égalité et fraternité ne trouvera pas sa place dans l’idéologie islamiste.

  • 19 Voir le rapport concernant la radicalisation dans les services publics du juin 2019.
  • 20 Propos d’une jeune fille française d’origine marocaine étudiante en Droit à l’Université Toulouse  (...)

25En fait, l’idéologie islamiste radicale a pour objectif de fracturer la société française en imposant différentes formes et structures identitaires et ethniques au sein même des institutions publiques19. Dans l’école républicaine, l’enfant de confession musulmane devient aussi acteur d’une culture purement islamiste et communautariste. Dans l’université française, les filles subissent la pression pour suivre la mouvance radicale : « quand ils me voient parler ouvertement et m’habiller à l’occidental, ils me jugent et me blâment. Pour eux, je suis je suis l’alliée des mécréants et trop française. »20

26Même les hôpitaux ne sont pas épargnés de cette culture islamiste radicale. Lors de notre participation aux réunions du Conseil de l’Ordre des Médecins de la Haute Garonne, nous avons pu répondre à une question concernant l’allaitement. En fait, les femmes musulmanes refusent d’offrir leur lait pour « raisons religieuses ». Nous avons expliqué aux médecins que cette question a été résolue depuis le Xe siècle mais les musulmans ignorent leur religion en permettant aux islamistes de propager leur discours politico-religieux pour fracturer les sociétés non musulmanes. La femme musulmane peut offrir son lait au lactarium sans aucune gêne.

27L’ignorance et le refus d’adaptabilité restent désormais les deux armes fatales des groupes islamistes et communautaristes destinées à déstabiliser le modèle républicain du vivre ensemble. Certes, l’État ne pourra en aucun cas intervenir dans le champ religieux mais il peut exiger le respect de la loi. La question du Burkini ne pourrait être résolue que par une loi. L’affaire du foulard de 1989 ne doit pas se transformer en Burkini en 2019. Mais il faut réarmer la loi pour qu’elle soit efficace et empêcher les radicaux à imposer leur idéologie. Cette idéologie menace les musulmans et les non musulmans de ce pays.

C. La France et ses musulmans éclairés

28Certes, l’État pourrait stopper le renforcement de l’islam politique. Les citoyens français de confession musulmane pourraient participer activement dans cette bataille menée acharnement par les mentors de l’islam politique mondialisé.

29Les connaisseurs de la religion musulmane et de la société française pourraient être les seuls capables à résoudre cette problématique. Les musulmans éclairés savent que le texte coranique ou prophétique qui ne s’adapte pas à la vie en société pourrait être abrogés pour faciliter la vie en société. Omar fut deuxième calife, trois ans après, la mort du prophète avait abrogé différents versets du Coran parce qu’il les avait jugés incompatibles avec le nouveau contexte. Actuellement, quinze siècles après la mort du prophète et les radicaux continuent à revenir en arrière et fouiller dans le patrimoine cultuel musulman pour ressortir ce qui pourrait déstabiliser les citoyens français de confession musulmane d’ici ou du là-bas.

30Dans ce sens, la France a besoin des musulmans éclairés pour stopper la « salafisation » de la société française.

31Les instances musulmanes doivent créer un organe spécialement chargé de réformer en profondeur l’islam en formant de nouveaux acteurs et imposant une nouvelle lecture des textes religieux musulmans pour qu’ils soient compatibles avec la société où nous vivons. Ce n’est pas à la laïcité de s’adapter à l’islam mais c’est à l’islam de s’adapter à la laïcité.

32En outre, les mosquées véhiculant un islam radical doivent être définitivement fermées. Le prophète de l’islam avait détruit une mosquée parce qu’elle semait la discorde entre les musulmans alors il n’avait que Deux. La question n’est pas la quantité mais la qualité et aussi la finalité de la mosquée. Si on construit une mosquée pour menacer le vivre ensemble il veut mieux qu’elle ne soit pas autorisée à s’ériger. Les musulmans de France ne méritent pas d’être manipulés, au nom de la religion par une telle ou telle mosquée ou un groupe quel que soit son origine.

33Pour arriver à bien mettre en place cette politique de prévention de la radicalisation islamiste et la protection de la société française les instances musulmanes doivent s’occuper à :

  • La formation des intellectuels musulmans seuls capables de déstabiliser les islamistes. La formation des imams ne serait en aucun cas une solution.
  • Institutionnaliser l’islam de France par le bas en donnant plus d’importance à des associations culturelles musulmanes respectueuses de la loi républicaine.
  • Encourager la mise en place des structures de recherche sur l’islam, la civilisation musulmane en collaboration avec les universités pour produire des résultats scientifiquement fiables.

34En guise de conclusion, l’islam et la laïcité ne sont pas deux systèmes antinomiques. L’islam pourrait s’adapter facilement à la laïcité parce qu’il est foncièrement laïc. La laïcité n’est pas une religion en concurrence contre d’autres religions mais elle est la représentation de la liberté cultuelle et de l’égalité. La laïcité à la française avait pu libérer l’individu de l’emprise de la dictature religieuse. Actuellement, c’est aux musulmans de se positionner en tant que défenseur de la liberté et l’égalité de tous les citoyens pour qu’ils puissent confirmer que leur religion est une religion de paix sinon l’islam serait considéré par le monde entier comme étant une religion productrice de haine et de guerre.

Notes

1 R. Aron, Essai sur les libertés, Édition Pluriel, 1998, pp. 25‑26.

2 P. Hayat, Laïcité et sécularisation, Les Temps Modernes 2006/1‑2, n° 635‑636.

3 B. Murgue, « La Moudawana : les dessous d’une réforme sans précédent », Les Cahiers de l’Orient, 2011/2, n° 102, p. 15.

4 Z. E. Katja. « Reforming the Moroccan Personal Status Code : A Revolution for Whom ? » Mediterranean Politics 14, n° 2 juillet 2009.

5 http://www.leparisien.fr/international/iran-l-avocate-des-droits-des-femmes-condamnee-a-10-ans-de-prison-et-148-coups-de-fouets-13-03-2019-8030556.php

6 Voir l’émission L’Heure de vérité 1989 : https://www.youtube.com/watch?v=vUIybWsYx-I

7 « Maroc : Mohammed VI appelle à l’enseignement d’un islam tolérant », Jeune Afrique du 27 juillet 2016.

8 M. El Ayadi, « Entre islam et islamisme », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 36, 2004, 111-122.

9 « Les chrétiens au Maroc, une minorité en pleine croissance », La Croix, 28 mars 2019.

10 https://www.almowafaqa.com

11 Article 41 de la constitution de 2011.

12 Nulle contrainte dans la religion S2V 256.

13 G. Vaillant, INFOGRAPHIE - 40 pays favorisent officieusement une religion, selon une étude, Journal La Croix du 04/10/2017.

14 Nous avons choisi ce concept pour montrer que la France abrite un ensemble de groupes et des structures islamistes qui ont fait émerger l’islam politique français. Cet islam politique français a tendance à devenir le plus violent d’Europe.

15 O. Roy, La sainte ignorance. Le temps de la religion sans culture, Édition Seuil, 2012.

16 A. Faraj, Le jihad, l’obligation oubliée, 1981, éditeur non mentionné.

17 Le prêche de l’imam de la grande mosquée de Toulouse à propos du jihad contre les juifs et ses conséquences sur le vivre ensemble et le dialogue interreligieux.

18 Sourate 4, verset 107.

19 Voir le rapport concernant la radicalisation dans les services publics du juin 2019.

20 Propos d’une jeune fille française d’origine marocaine étudiante en Droit à l’Université Toulouse 1 Capitole.

Auteur

Doctorant
Université Toulouse 1 Capitole, IDETCOM

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search