Version classiqueVersion mobile

Laïcité et défense de l'État de droit

 | 
Joël Andriantsimbazovina
, 
Patrick Kabou

I. Les enjeux des définitions de la laïcité

Itinéraire d’une laïcité vécue au Sénégal, en France et aux USA

Jules Pascal Coly

Texte intégral

Introduction

1Autre lieu, autres mœurs dit l’adage. Une fois de plus cet adage se confirme dans la façon qu’est vécue et que se vit encore la laïcité en France, aux USA et au Sénégal, les limites géographiques de notre réflexion. Qu’en sera-t-il dans le futur au vu de l’évolution des idéaux, de sa praxis au quotidien dans ces pays et de leurs flux et reflux migratoires ? À l’heure de la globalisation, de la mondialisation, ère d’ouverture et d’expérimentation tous azimuts, il nous plaira d’y apporter notre contribution.

2Auparavant, il nous est loisible ici dans le cadre de ce colloque qui nous réunit ici à Toulouse en ce mois d’avril 2019, les 11 et 12 du mois, de vous partager les vécus de cette laïcité dans ces trois pays ci-dessus mentionnés en l’occurrence la France, les USA et le Sénégal. Nous ne saurons cependant nous y lancer sans pour autant visiter brièvement l’histoire de cette laïcité dans ces pays.

I. La laïcité en France

A. Bref historique de la laïcité en France

3Dans l’histoire de la France, la religion, précisément catholique, avait toujours et longtemps pris une part prépondérante dans la vie des cités et des citoyens. Les religieux et surtout le clergé avaient un impact sur la gestion de ces cités, leurs mots à dire sur la vie de l’État et leurs avis à partager sur la vie des citoyens. La religion s’était imbriquée dans les affaires des villages, des communes, des départements et de l’État. Ce qui n’était pas du goût de tout le monde surtout que son immixtion dans les affaires des cités lui avait octroyé des faveurs comme la rémunération de son personnel. Elle devenait pesante pour un nombre de plus en plus grandissant de citoyens et d’élus. Alors ce qui devait arriver survint. Le 9 décembre 1905, une loi, à l’initiative du député républicain-socialiste Aristide Briand, posant la séparation des Églises et de l’État fut votée. Elle annula de facto les engagements relatifs au concordat de 1801, qui régissait les rapports entre le gouvernement français et l’Église catholique. Elle proclama la liberté de conscience et garantit le libre exercice des cultes. Signalons en passant qu’elle était avant tout un acte fondateur dans l’affrontement violent qui a opposé pendant presque un quart de siècle deux conceptions sur la place de l’Église dans la société française : une qui la voulait présente et une autre qui la réclamait absente.

4Dans l’esprit de certains défenseurs de cette loi, il fallait tout simplement la disparition de l’Église de la gestion des choses publiques. Ils en avaient assez de sa présence encombrante, selon eux, dans la vie des citoyens et des cités. D’autres par contre aspiraient à sa destruction complète par le retrait de ses biens et son contrôle par l’État. Au final, l’Église ne sera pas détruite mais elle ne jouera pas non plus aucun rôle dans la gestion des affaires de la République et des cités.

5Dans les faits, l’État laïque s’était voulu antireligieux même si Briand s’en défend le 9 décembre 1906, préférant plutôt le terme areligieux. L’Église dérangeait et il fallait la réduire à son expression la plus simple. D’où la confiscation de ses biens (hôpitaux, écoles, lieux de culte) et sur le plan financier la fin de la rémunération des ecclésiastiques.

6Les années qui ont suivi n’ont pas été de tout repos ni pour les partisans ni pour les opposants de cette loi entre l’Église et l’État. Les inventaires des biens de l’Église provoquèrent de vives tensions dans certaines régions (Ouest, Flandre et une partie du Massif central). Finalement ils furent interrompus. Le processus de laïcisation de la société française continuera toutefois son cours. L’antique union entre l’Église catholique et le pouvoir politique ne sera point rétablie. Bien au contraire au fil des années, beaucoup d’autres avis et cours viendront compléter cette loi de la séparation entre l’Église et l’État.

B. Évolutions et actualité de la laïcité en France

7Entre la promulgation de la loi sur la laïcité de l’État français et ses derniers développements, beaucoup de choses se sont passées tantôt la fragilisant et tantôt la consolidant.

1) Les éléments fragilisant la loi de 1905 sur la laïcité

8Parmi les faits la fragilisant, figure en premier lieu le cas de l’Alsace-Moselle. Ces deux départements n’étant pas français à l’époque de la promulgation de la loi, ils ont encore aujourd’hui un statut spécial, fruit du concordat : les évêques, les prêtres, les pasteurs et les rabbins y sont assimilés à des fonctionnaires. L’État y continue au moins formellement de participer à la nomination des évêques et paie l’entretien des bâtiments. L’enseignement religieux dans les écoles publiques y est également approuvé. C’est là une exception confirmée par le conseil constitutionnel en 2013.

9Un fait ultérieur a aussi donné en 1920 un coup de pied à la dynamique de la laïcité en France. Le 19 août de cette même année, une loi relative à la construction de la grande mosquée de Paris biaisa ponctuellement la loi de 1905 en subventionnant à hauteur de 500 000 francs son édification et en octroyant gratuitement et pour toujours, via la ville de Paris, les terrains pour ce projet.

10Par ailleurs en 1942, alors qu’il était toujours question de séparation complète de l’Église et de l’État, une loi du 25 décembre de cette année modifia l’article 19 in fine en ne considérant plus comme subvention l’argent alloué à la réparation des édifices religieux non classés.

11Les années 2000 et suivantes apporteront aussi leur contribution dans la dilution de la loi de 1905 qui se voulait antireligieuse et anticléricale. En l’an 2000 déjà, l’article 30 qui interdisait l’enseignement religieux dans les écoles publiques fut abrogé et, par la même occasion, codifié à l’article 141-4 du code de l’éducation. L’année 2004 verra Nicolas Sarkozy, dans son livre La République, les religions et l’Espérance, proposer de donner à l’État les moyens de pouvoir efficacement contrôler le financement des cultes. Ce qui laisse aisément deviner que la séparation complète dont il était question en 1905 entre la religion et l’État ne saurait faire long chemin en ce 21e siècle. Et cela se confirma au fur et à mesure que les années passent. Ainsi en 2015, l’État français s’est investi dans le financement de l’institut des cultures de l’islam. Chose impensable un siècle avant. Et en 2018, deux juristes ont relevé que les règles d’exception imposées aux congrégations religieuses par la loi de 1901 sont à porte à faux avec la jurisprudence de la Cour européenne de droits de l’homme (la CEDH) et s’opposent à l’article 14 de la convention européenne des droits de l’homme intitulé : « interdiction de discrimination » et qui stipule le respect des droits de la convention sans considération notamment « sur le sexe, la race, la couleur, la langue, la religion, les opinions politiques et toutes autres opinions, l’origine nationale ou sociale, l’appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance ou toute autre situation ».

2) Les faits tendant à consolider la loi de 1905 sur la laïcité

12La France tient en la loi sur la laïcité. Et quand bien même celle-ci est secouée l’une ou l’autre fois par la convention européenne des droits de l’homme et les conséquences du flux migratoire musulman, elle s’arrange à garder intact ses fondements. C’est ainsi que suite aux affaires du voile islamique, la loi sur les signes religieux dans les écoles publiques françaises du 15 mars 2004, créa l’article L. 141.5‑1 du code de l’éducation qui dispose que « dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou de tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit ».

13Histoire par ailleurs de consolider cet acquis, la date du 9 décembre est reconnue journée nationale de la laïcité depuis 2011. Elle rappelle entre autre que la République n’est soumise à aucune religion comme ce fut le cas avant la loi de 1905 relative à sa séparation d’avec les Églises. Elle ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte.

14Le monde étant cependant en plein mouvement, force est de noter qu’une réflexion sur le devenir de laïcité française s’impose. Est-elle toujours adaptée à notre époque ? Quels nouveaux éléments pourraient lui être incorporés ? C’est à cette réflexion que nous allons à présent nous exercer.

C. Quel lendemain pour la laïcité française ?

15Dans le contexte de la promulgation de la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État, ce dernier n’avait en réalité comme interlocutrice ou adversaire que l’Église catholique avec qui elle était antérieurement en entente et des siècles durant. Aujourd’hui la donne a beaucoup changé. Non seulement la participation de la France à l’Europe et le respect subséquent aux conventions européennes sont en train de l’amener à revoir l’applicabilité de cette loi dans tout son ensemble, mais aussi et surtout la nouvelle donne migratoire et la présence d’autres croyances ou religions abondent dans ce sens. Face à ces réalités du 21e siècle, la France pourrait-elle, comme le désire ardemment sa ligue des droits de l’homme, abonder strictement dans « la loi de 1905, toute la loi de 1905 et rien que la loi de 1905 » ? Ce serait suicidaire surtout à cause de l’aspect de cette loi stipulant la séparation de la religion et de l’État et qui est compris dans le sens d’antireligieux. Que l’État français n’accepte pas l’intrusion des religions dans les choses publiques en est une chose, qu’elle soit contre les religions en est une autre. Les rapports de force ont changé depuis 1905. Déjà en cette année là-bas, son opposition à l’Église catholique n’avait pas reçu l’approbation de toute la population française ; sa société étant bien divisée entre les pro et les anti loi de la séparation des Églises et de l’État. Aujourd’hui bien vrai que les Français plébiscitent toujours la loi de 1905, il demeure certain qu’ils sont aussi du genre « ne touche pas à ma religion », « ne m’empêche pas de pratiquer mon culte ». Les nombreux évènements liés au port du voile en attestent. Point n’est besoin d’être observateur averti pour remarquer comment est secouée la paix sociale chaque fois qu’un aspect d’une religion est mis en mal par l’État et ses représentants comme par exemple la police. Au regard de ce constat, une question s’impose aux législateurs. Peut-on, au risque de perdre la stabilité sociale en France et de semer des troubles sociales, se mettre à dos une ou des religions ? Le bon sens répond à la négative. Alors comment s’y prendre avec les religions sans pour autant sortir de l’esprit de la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État ? Les pistes suivantes pourraient être empruntées.

  1. L’État n’a pas à s’opposer à aucune religion ni à en privilégier une, ni à conclure une entente quelconque avec elle.
  2. L’État gagnerait à collaborer avec les religions et spécialement avec les évêques, les prêtres, les pasteurs et les rabbins plutôt que de les ignorer.
  3. L’État ne doit plus oublier que le citoyen peut être aussi être fidèle en même temps d’une religion et qu’il ne peut dissocier cet individu. En combattant sa croyance, c’est quelque part le citoyen qui est aussi déstabilisé.

16Alors exit la laïcité dans le sens d’antireligieux et vive la laïcité collaboratrice avec les religions. D’ailleurs vu ce que l’islamisme pourrait entrainer comme conséquences fâcheuses (terrorisme, intolérance), les propositions du président Macron ne nous semblent pas de trop à savoir :

  • « La Mise en place d’un label d’État pour les associations religieuses
  • Les subventions publiques adaptées et la comptabilité analysée
  • Un contrôle des financements de l’étranger
  • Des revenus locatifs permis pour les cultes
  • Un bouclier pour empêcher les "prises de contrôle inamicales"
  • La police des cultes renforcée ».
  • Quid de la laïcité aux USA ?

II. La laïcité aux USA

A. Historique de la laïcité aux USA

17« Chat échaudé dit le dicton, craint l’eau froide ». Ainsi pourrait-on expliquer pourquoi très tôt, les pères fondateurs des USA ont opté pour la laïcité de ce pays. Leur émigration vers ce nouveau monde était due en partie non négligeable au poids ô combien immense de la religion dans les décisions des États européens qu’ils avaient fui ; les Anglais protestants ayant fui le Royaume Uni à cause de la religion anglicane et les Allemands catholiques à cause du protestantisme. Il n’était plus question pour Thomas Jefferson en 1777, initiateur de cette loi, que l’histoire se répétasse dans ce continent qu’ils venaient de rejoindre. Selon lui chaque Américain doit être libre de choisir sa religion sans contrainte aucune et encore moins sans persécution. À cela devaient s’ajouter l’absence de la religion dans les choses étatiques ainsi que la non immixtion de l’État dans la religion. Benjamin Franklin, un autre père fondateur des USA, abonda dans ce sens. Selon leur perception, leur État doit être séparé des religions et par ailleurs ne doit être un allié exclusif d’une ou contre aucune d’entre elles. La neutralité de l’État est déclarée. Le 1er commandement le stipule : « Le congrès ne fera aucune loi accordant une préférence à une religion ou en interdisant le libre exercice… » Qu’en est-il de nos jours ? C’est l’objet du chapitre suivant.

B. Actualité de la laïcité aux USA

18Une des choses qui frappent souvent le visiteur en Amérique, en dehors de l’immensité des choses (presque rien n’y est à priori petit), est l’omniprésence de la religion et spécifiquement de l’Église dans la société. La religion y occupe une place prépondérante aussi bien dans la vie quotidienne que dans l’espace public et même politique. Des évènements religieux d’envergure rassemblant de foules immenses et se passant sur des espaces publics y sont constamment organisés. Il ne se passe pas un mois au plus sans que cet espace public accueille des commémorations religieuses et des prières. Chez l’Américain, l’appartenance religieuse est primordiale dans sa vie. Il l’affiche ostensiblement sans peur des critiques pour ne dire pas avec fierté. Par ailleurs, en dépit du 1er amendement de la constitution américaine, on retrouve aussi de nombreux signes et objets religieux dans cet espace public. Par exemple à San Diego, en Californie, une croix en béton de 8,8 m de hauteur est devenue le symbole religieux plus récent dans l’espace public américain. Malgré que sa destruction soit réclamée car contredisant le principe de séparation de l’Église et de l’État, elle est aujourd’hui considérée comme un monument de guerre et demeure sous la protection du ministère de la défense.

19Sur l’échiquier politique, la religiosité de l’Américain est également bien saillante. Depuis Georges Washington qui, dans sa prestation de serment porté sur la défense de la constitution, avait rajouté « with God’s help = avec l’aide de Dieu », nombreux sont les hommes et femmes politiques qui recourent au vocabulaire religieux et affichent leurs appartenances religieuses. Les sessions parlementaires sont souvent ouvertes par des prières et le président ne gêne guère lorsqu’il utilise dans ses discours « God bless America = Que Dieu bénisse l’Amérique ». Chaque homme politique y va selon ses convictions religieuses. Ce qui avait amené en 2012 le gouverneur républicain Rick Perry à demander pour l’Amérique entière le pardon du Seigneur Dieu. Trente mille évangélistes ont répondu à son appel à la prière et au jeûne dans un stade à Houston. Quand bien même des manifestants, brandissant des pancartes hostiles aux abords du stade, avaient rappelé la laïcité de l’Amérique, il avait pendant presque un quart d’heure troqué son manteau de gouverneur Perry en pasteur Perry.

20C’est là toute la complexité ou tout le charme de l’Amérique. Autant elle est capable d’instaurer et d’appliquer des lois, autant elle peut tolérer des exceptions qui finissent par être une norme. De quoi sa laïcité s’enrobera-t-elle dans le futur ? Tel sera l’objet de la réflexion suivante.

C. La laïcité aux USA : quel futur ?

21Contrairement en France où la laïcité a comme frigorifié la religion, la laïcité américaine a comme donné du regain à la religiosité de ses populations. Un activisme religieux de tous bords se remarque aisément et vu l’ampleur qu’il prend au fil des ans, il est parti, selon notre analyse, pour durer longtemps voire toujours. Toutes les religions continueront d’essayer de se faire entendre et d’avoir du crédit au regard de l’État. Dès qu’un sujet sociétal sera mis sur la place publique, exemple l’avortement, elles seront encore toutes en effervescence, que ce soit le protestantisme, le catholicisme, le judaïsme, le bouddhisme, l’islam. Elles afficheront leurs positions qui pourront être considérées selon que le camp politique qui gouverne soit droite républicaine ou gauche démocrate. La laïcité américaine n’exclura donc point la religion loin de l’État et l’État de la religion. Tous les deux continueront, à notre avis, de se côtoyer et même de collaborer d’une certaine façon même s’il demeure une certitude que la religion n’aura jamais de mainmise sur l’État américain comme elle l’avait sur l’État en France avant 1905.

22Ce modus vivendi était appelé par les philosophes des lumières, comme Jean Jacques Rousseau (1717-1778) et en 1969 par Robert Bellah, un sociologue américain, la religion civile. Selon ce dernier, il existe en Amérique une religion « civile » avec son « propre sérieux et sa propre intégrité ». « La séparation de l’Église et de l’État, rajoute-t-il, n’a pas nié la dimension religieuse dans le cadre politique. Même si en matière de foi personnelle, le culte et les associations sont considérés comme des questions strictement privées, il y a en même temps, quelques éléments communs d’orientation religieuse partagés par la plus grande partie de la population américaine ».

23Ce compromis, car ç’en est un, entre la laïcité et les valeurs religieuses, continuera, sauf surprise, à donner un beau vivre ensemble à l’américaine entre l’État et les religions. Le Thanksgiving day et le 4e jeudi de novembre, consistant à remercier Dieu et le National day of prayer Independance day sont et demeureront son illustration.

24Quid de la laïcité au Sénégal, mon pays natal ?

III. La laïcité au Sénégal

A. L’État laïque au Sénégal : son contenu et sa compréhension

25À chaque peuple son histoire. Quand en 1960, le Sénégal a accédé à sa souveraineté nationale, ses dirigeants d’alors, en l’occurrence le président Senghor, son gouvernement ainsi que son Assemblée Nationale, avaient pensé plus judicieux d’opter pour la laïcité de sa République. Ils étaient peut-être guidés par l’expérience française relative à l’immixtion de la religion sur la gestion étatique. Ils étaient aussi peut-être encouragés par la coexistence pacifique entre les communautés elles-mêmes d’une part et entre ces dernières et les gouvernants d’avant l’indépendance d’autre part. Peu importe la ou les véritable(s) raisons, le contenu et la compréhension de la laïcité au Sénégal ne devaient et ne pouvaient ressembler à ceux du pays colonisateur, en l’occurrence la France. Le président Senghor tenait beaucoup à la cohésion sociale et à la consolidation de l’unité nationale. Et selon ses réflexions, ce n’est sûrement pas en s’opposant aux religions et à leurs dirigeants qu’il peut obtenir ces bienfaits pour le Sénégal. Et ce n’est non plus en privilégiant une ethnie par rapport aux autres qu’il réussira la pacification du pays. Aussi dès la première Constitution de 1960, l’article premier, après avoir stipulé que « La République du Sénégal est laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens, sans distinction d’origine, de race, de sexe, de religion » a évoqué le respect de toutes les croyances. La Constitution de 1963 abondera également dans la même direction tout comme celles de 2001 et 2016. Que veut dire respect ?

26Dans le dictionnaire Larousse, il signifie « le sentiment de considération envers quelqu’un et qui porte à le traiter à des égards particuliers et les manifestations de ces égards ». L’État du Sénégal portait-il et continue-t-il de porter ce sentiment de considération envers les croyances sur son territoire ? La réponse est plus que oui. Car l’État du Sénégal va plus loin. Non seulement il ne veut gêner aucun croyant dans son culte religieux, fâcher aucune croyance mais aussi et surtout il cherche à couvrir leurs guides religieux de largesses parfois indues : cadeaux de voitures rutilantes, grosses enveloppes financières, salaires des imams ratib, allocations financières et soutiens logistiques lors des évènements religieux comme les gamous (nuits de prières), billets de pèlerinages aux lieux saints de l’islam et du christianisme, etc.

27La laïcité de l’État du Sénégal est donc à entendre comme la bonne entente entre l’État et les religions, entre l’État et les hommes religieux sans toutefois que ces derniers ne s’occupent pas de la gestion des choses publiques. Elle est à comprendre également dans le sens que l’État n’a de pas de religion même si le pays est à 90% musulman et que la tolérance est une règle à vivre pour une cohabitation pacifique des religions entre elles et aussi des ethnies entre elles. Elle devra toutefois se dépoussiérer de ses actes suivants :

  1. Le fait que l’Institution qu’est le président de la République fasse des courbettes aux confréries religieuses. Du temps du président Abdoulaye Wade, il était récurrent de le voir aller à Touba, le fief du mouridisme, se prosterner devant son marabout et s’asseoir à terre pendant que celui-ci est bien installé dans son fauteuil. L’excuse qu’il y va en tant que talibé ou disciple nous semble légère.
  2. Le fait que le pouvoir exécutif représenté par les gouverneurs, les préfets et sous-préfets se mette la pression de représenter l’État à presque toutes les veillées de prières communément appelées gamous. Durant l’année civile, on en dénombre pas moins de 3000.
  3. Le fait que le président de la République se sente obligé d’être présent à toutes les grandes cérémonies religieuses des confréries au Sénégal à savoir le mouridisme, la tidianiya, le khadiriyya et les Layènes.

28Grâce à cet entendement de la laïcité, il a véritablement existé depuis 1960 voire même avant cette date, et continuera d’exister, selon nos espérances, un vivre ensemble sénégalais qui devrait, à notre avis, s’exporter dans beaucoup de pays où des religions, des groupes raciaux ou ethniques se regardent en ennemis entre eux et/ou l’État et les religions ont des relations froides ou distantes. C’est là tout un art et qui fera l’objet de notre dernier chapitre.

B. Le vivre ensemble au Sénégal

29Au Sénégal, les frictions religieuses ou ethniques sont à vrai dire inexistantes voire rares ou exceptionnelles. Ce qui est par contre contre bien visible, c’est plutôt la coexistence pacifique, la cohésion sociale entre religions, confréries, ethnies. Il était et demeure encore de coutume que l’État ou plutôt ses représentants et les religions ou leurs guides se rendent des civilités. C’est une tradition de voir des visites de courtoisies fréquentes entre les représentants de ces deux entités. Quand par exemple un chef religieux ou un commis de l’État vient de prendre service dans une localité, il se fait volontairement le plaisir d’aller saluer les autorités étatiques ou religieuses de cette localité. Les agents de l’État sont par ailleurs bien conscients du rôle fédérateur ou conciliateur que peut jouer le guide religieux si des troubles menaçaient la paix sociale. Car disent-ils : « la population écoute les administrateurs civils et les hommes politiques avec la tête, mais écoute les guides religieux avec le cœur. Et quand le cœur est touché, c’est tout l’être qui est en mouvement positif ».

30Par ailleurs lorsque l’État se trouve en difficulté avec une ethnie, il est ordinaire de le voir s’appuyer sur la parenté par plaisanterie : un ciment par excellence des rapports sociaux au Sénégal. Entre les gens d’une même ethnie et aussi entre ethnies différentes (exemple entre les Ndiaye et les Diop, entre diolas et sérères et entre sérères et toucouleurs), cette parenté atypique a désamorcé plus d’une situation de crises. La crise casamançaise en a tant soit peu bénéficié. Mieux cette parenté a toujours détendu les nerfs à fleur de peau et ramené le sourire entre camps qui voulaient en venir à la violence.

31Sur le plan religieux, le Sénégal a vécu bien avant son indépendance des relations cordiales entre religions. Et la laïcité qu’il a prônée à son accession à la souveraineté nationale est venue la renforcer. Entre religions, c’est la cohabitation sans heurts. Entre guides religieux de différentes confessions, c’est aussi des rapports cordiaux. Entre fidèles de religions différentes et également de confréries différentes, c’est aussi la convivialité. C’est le génie sénégalais. Il tolère et respecte sans gros problème la différence chez l’autre de confesser une autre foi que la sienne. Ce qui a fait dire en mai 2014, lors d’un débat sur la laïcité à Serigne Mansour Djamil Sy, leader politique et membre de la famille du grand marabout de la Tidjianya que « la laïcité commence avec la reconnaissance que l’autre existe ». Et d’ajouter que « la laïcité n’est pas l’organisation de combats contre les religions et que la mobilisation de l’énergie spirituelle pourrait être une clé pour le développement du pays où la religion a toujours été au cœur du débat du public ».

Conclusion

32Que faire devant une telle richesse qu’est ce vivre ensemble, face à une telle compréhension globale de la laïcité au Sénégal ?

33Si l’on sait comment l’Afrique est déchirée par tant de guerres religieuses et violences interethniques, il ne nous semble pas de trop de dire qu’il faut demeurer toujours vigilant pour sauvegarder cette façon de comprendre et de vivre la laïcité au Sénégal. Car dans cette même société sénégalaise, il existe des gens qui pensent que la laïcité est un mal contre les religions et singulièrement islamique. Peut-être qu’ils le confondent avec le laïcisme. Néanmoins le Sénégal a acquis avec sa laïcité un beau vivre ensemble que beaucoup de nations ont du mal à connaître entre les religions elles-mêmes et entre ces dernières et l’État. Vive sa pérennité, vive sa pérennisation par toutes les couches et entités de sa société.

34L’homo senegalensis a de toute façon besoin de paix et stabilité sociale. Ce qui est également une certitude pour tous les peuples. Cependant pour les obtenir en permanence, des efforts de respect, de tolérance s’imposent à toute personne quelle que soit son appartenance politique, religieuse ou idéologique. Vive leur mise en pratique dans toute l’humanité afin que cessent la violence, les guerres, le fanatisme et le terrorisme.

Auteur

Prêtre
Curé paroisse Sainte Thérèse de Louga (Sénégal)

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search