Version classiqueVersion mobile

Laïcité et défense de l'État de droit

 | 
Joël Andriantsimbazovina
, 
Patrick Kabou

Avant-Propos

Patrick Kabou

Texte intégral

1Le seminaire international « Religions droits de l’Homme et paix » initié en avril 2018 au Sénégal est un projet scientifique qui a pour but de parler des faits sociétaux qui habitent le monde et déterminent ses populations.

2Après une première édition (du 12 au 14 avril 2018) au Sénégal posant le cadre même du dialogue entre les religions et les cultures, la deuxième édition tenue en France (du 11 au 12 avril 2019) a mis au scanner la question de la laïcité et de la défense de l’État de droit.

3Le choix de débattre de ce thème en terre toulousaine n’est pas étranger aux nombreuses positions défendues par les chercheurs de l’Université Toulouse 1 Capitole qui depuis des années rappellent le cadre et l’esprit du législateur dans une loi votée en 1905 et qui constitue un des socles, plus encore l’identité et le fondement du Vivre ensemble en France.

4C’est l’occasion de rendre hommage à ces défenseurs du Vivre ensemble !

5Au-delà du choix de ce thème, il convient de souligner dès le début de nos propos qu’il ne s’agit nullement d’une consécration de la laïcité comme fondement essentiel de la vie dans une démocratie. Cette question est résolue, sinon doit être considérée comme étant résolue pour éviter de revenir ou de parer à tout amalgame naissant ou rampant avec la question du communautarisme et du séparatisme.

6Ce séminaire international dépasse le cadre de la polémique, il est une réponse concrète, scientifique des nombreuses tentatives de remettre en cause des acquis définis de manière expresse depuis 1905 en France et tacite dans d’autres pays et continents.

7La France, force est de le constater, a eu l’ingéniosité, le courage et le mérite de penser à la laïcité, à séparer du fonctionnement de la Res publica toutes entraves liées à la religion.

8Ce besoin voire cette nécessité de mettre l’individu et le citoyen libre dans ses pensées et ses actes au cœur de la pensée républicaine est le sens même de la laïcité. La laïcité est une invitation à vivre ensemble sous le toit et selon les normes établies pour la Res publica et par l’incarnation du prolongement de la volonté de tout un chacun : le Parlement.

9La laïcité est un legs des visionnaires pour la préservation de l’identité commune, la paix sociale et l’esprit d’ouverture à l’autre. De ce fait, les pouvoirs publics sont, dirions-nous même investis de cette obligation de préserver l’esprit des visionnaires de 1905.

10Par ricochet, les pouvoirs politiques, de quelque bord qu’ils soient, en sont la vitrine. La laïcité dépasse les cadres d’appareillage politiques, elle est une identité assumée et intransigeante de la vie d’une République.

11La laïcité constitue le seul défenseur des minorités et l’unique rempart contre la sacralisation des représentants de Dieu sur terre, l’érection d’une suprématie religieuse et des sens interdit imposé par le dogme, le blasphème.

12Aujourd’hui plus que jamais, la promotion de la laïcité et la défense de l’État n’ont été autant d’actualité. En effet, avec la montée des radicalismes et des mirages de « soldats » luttant au nom d’un dieu entrant en contradiction sidérante d’une part avec ce que prônent les textes sacrés qu’ils se targuent de défendre à savoir la Bible, le Coran et le Talmud et d’autre part avec les messages de paix et d’amour du prochain que ces derniers véhiculent, la raison, seul élément propre et libre à l’homme voudrait que la laïcité soit au cœur des politiques publiques donc des représentants de l’État.

13Notre démarche à travers ce séminaire, a été de prendre au mot les notions de « laïcité » et de « défense de l’État de droit » pour les confronter aux différentes réalités vécues en France, au Canada, en Espagne, en République centrafricaine, en République démocratique du Congo, en Israël, au Maroc et au Sénégal.

14Concrètement ce beau séminaire international a pu se faire grâce au professionnalisme et à l’aide oh combien importante de deux grandes dames de l’Institut Fédératif de Recherche (Université Toulouse 1 Capitole) : Madame Lila Tlidjane et Madame Anne Blandin. Mesdames soyez-en remerciées infiniment !

15Nous ne saurons terminer sans remercier les partenaires des premiers jours. Il s’agit de :

  • L’Institut des Droits de l’Homme et de la Paix de Dakar à travers son directeur le Professeur Samba Thiam,
  • L’Université Kocc Barma de Saint-Louis à travers son directeur le Professeur Abdoulaye Niang,
  • L’Université Catholique d’Afrique de l’Ouest/Saint Michel à travers son directeur le Docteur Jean Marie Latyr Sene,
  • L’ambassade de France au Sénégal sans qui les déplacements de nos intervenants ne seraient possibles. Un grand merci à Madame Solène Dubois et Madame Tiphaine Cosnier du service culturel de l’ambassade,
  • Le Médiateur de la République du Sénégal, Maître Alioune Badara Cissé,
  • L’Observatoire de la Laïcité (en France),
  • Le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères à travers son Conseiller pour les affaires religieuses, son excellence Monsieur Jean-Christophe Peaucelle,
  • La paroisse Sainte Thérèse de Louga à travers son Curé l’Abbé Jules Pascal Coly,
  • Les moines bénédictins de Keur Moussa,
  • L’École de la Paix de Grenoble,
  • Le Centre Africain de Complémentarité Scolaire Universitaire et de Promotion (CACSUP),
  • Le Collectif Africain pour la Paix (CAP),
  • Le Haut Conseil du Dialogue Social (au Sénégal).

16Mention spéciale aux comités scientifique et d’organisation :

  • Professeur Joël Andriantsimbazovina,
  • Professeur Xavier Bioy,
  • Professeure Christine Mengès-Le Pape,
  • Docteur Patrick Kabou,
  • Monsieur Pierre Juston, doctorant à l’IMH.

17Et à l’ensemble des doctorants et participants de ce séminaire international.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search