Version classiqueVersion mobile

Justement traduire

 | 
Marie Bassano
, 
Wanda Mastor

Partie III : Asseoir l'autorité

Erreurs de traduction et malentendus diplomatiques

Valère Ndior

Texte intégral

  • 1 Voir le cas du président français Emmanuel Macron, moqué par les médias internationaux le 2 mai 20 (...)
  • 2 Voir N. Froeliger, « Les enjeux de la divergence en traduction juridique », in Dossier « Traduire (...)
  • 3 S. Allam, « Le Traité égypto-hittite de paix et d’alliance entre les rois Ramsès II et Khattouchil (...)

1Il paraît invraisemblable qu’une erreur de traduction puisse être à l’origine d’un conflit entre États, a fortiori lorsqu’elle porte sur un énoncé juridique. En effet, le degré d’expertise des linguistes, traducteurs et interprètes, associé à celui des diplomates dans la conduite des relations internationales, devrait prévenir la survenance d’une telle situation. L’hypothèse de l’erreur accidentelle de formulation paraît en outre peu plausible, sauf lorsque les faiblesses linguistiques des acteurs de la diplomatie internationale sont révélées à l’occasion d’échanges spontanés, généralement sans emporter de conséquences négatives autres qu’une mauvaise presse1. Pourtant, l’histoire des relations internationales est ponctuée d’anecdotes relatant les méfaits d’un interprète peu aguerri ou décrivant la confusion suscitée par la formulation hasardeuse d’un traité ou d’un discours2. Les difficultés pratiques engendrées par la traduction sont d’ailleurs tout aussi anciennes que les premières formes de diplomatie internationale. À titre d’illustration, le traité de paix de Kadesh, conclu entre les Égyptiens et les Hittites au XIIIe siècle avant J‑C., est rédigé à la fois en akkadien et en hiéroglyphes avec un degré de précision considéré par les historiens comme étant inégal – ce qui n’a pas empêché les deux peuples de mener des relations pacifiques durant de nombreuses années3.

  • 4 « Proclamation Defining Terms for Japanese Surrender », 1945, pt. 13, in JAPANESE MINISTRY OF FORE (...)
  • 5 M. Maruyama, « Story of A-bomb mistranslation released on tape », Mainichi Shimbun, 9 novembre 199 (...)
  • 6 « Mokusatsu: One Word, Two Lessons », NSA Technical Journal, 1968, XIII-4, p. 95-100, https://www. (...)
  • 7 M. Polizzotti, « Why Mistranslation Matters », New York Times, 28 juillet 2018.

2L’un des exemples les plus célèbres d’erreur de traduction, ayant eu des conséquences historiques dramatiques, date de la Seconde guerre mondiale et concerne le terme japonais « mokusatsu ». Pour mettre fin à la guerre du Pacifique, les Alliés adressent au Japon un ultimatum, contenu dans la Déclaration de Potsdam du 26 juillet 1945. Le Japon y est incité à se rendre de manière inconditionnelle, s’exposant à une destruction immédiate et totale s’il ne répond pas aux exigences des Alliés4. Selon les écrits des observateurs de l’époque5, les autorités japonaises ne souhaitent pas réagir de façon prématurée et le Premier ministre Kantaro Suzuki décide d’employer le terme « mokusatsu » devant les journalistes japonais qui cherchent à connaître sa position à l’égard de l’ultimatum posé par les Alliés. Ce terme est composé de deux kanji (idéogrammes) : « moku » (silence) et « satsu » (tuer). Equivoque, il peut signifier « ne pas tenir compte de » ou « ignorer », mais aussi être interprété comme signifiant « sans commentaire », voire « traiter avec mépris »6. Alors que le Premier ministre souhaitait vraisemblablement s’abstenir de commenter, les journalistes japonais relaient le terme « mokusatsu » en laissant entendre qu’il exprime la volonté du gouvernement japonais d’« ignorer » l’ultimatum. Parallèlement, la version anglophone du quotidien Asahi Shimbun confirme cette lecture. La réaction japonaise est perçue par le président américain Harry Truman comme une marque de mépris et l’amène à mettre les menaces des Alliés à exécution, en ordonnant le largage de deux bombes nucléaires sur les villes de Hiroshima et de Nagasaki les 6 et 9 août 1945. Si la réaction des Alliés aux écrits de la presse nipponne apparaît hâtive, les subtilités de la langue japonaise ont contribué à une erreur de traduction ayant indirectement causé la mort de plusieurs dizaines de milliers de personnes7.

  • 8 D-S. Robin, Les actes unilatéraux des Etats comme éléments de formation du droit international, Th (...)
  • 9 I. Pingel (dir.), Le multilinguisme dans l’Union européenne, Pedone, coll. Cahiers européens, 2015 (...)

3Cet évènement montre que l’erreur de traduction, accidentelle ou intentionnelle, peut avoir un impact sur l’évolution des relations internationales et mérite d’être appréhendée par le droit dans la mesure où elle emporte nécessairement des conséquences juridiques. Les prétentions d’un État, telles qu’elles sont formulées dans un énoncé, révèlent ses objectifs politiques et juridiques et amènent d’autres acteurs des relations internationales à réagir en conséquence8. Que l’on se situe dans le cadre d’une conférence d’organisation internationale, d’un sommet, d’un échange diplomatique entre membres de différents gouvernements ou d’une procédure internationale de règlement des différends, la traduction d’énoncés constitue un passage obligé9. Le soin qui devra être accordé à la traduction de ces énoncés est d’autant plus décisif que ceux-ci pourront être exploités en tant que preuves lors du règlement d’un différend ou, plus largement, matérialiser la position d’un État sur une question donnée. Au risque d’exposer une évidence, la traduction est donc fondamentale dans la conduite des relations diplomatiques. Force est de constater toutefois que les facteurs susceptibles d’engendrer des erreurs de traduction sont variés : à la complexité d’une langue peut parfois s’ajouter la négligence de l’auteur de l’énoncé, le manque de diligence dans l’exercice de la traduction ou tout simplement la volonté de mal traduire afin de tromper son interlocuteur. Dans ce dernier cas, l’erreur de traduction apparaît délibérée et nuisible pour l’interprétation et l’application d’engagements juridiques. La frontière entre l’erreur de traduction et la violation de standards de bonne foi devient alors ténue.

4Comme le montreront les exemples choisis dans le cadre de cette contribution pour d’illustrer ces problématiques, l’erreur de traduction affecte au premier titre l’élaboration, l’application et l’interprétation d’instruments juridiques, comprenant les sources écrites de droit international que sont les traités internationaux ainsi que d’autres actes adoptés sur leur fondement, telles les résolutions et recommandations émanant d’organisations internationales (I). Les erreurs de traduction affectent également les déclarations émanant de représentants d’États ou d’organisations internationales dans le cadre de leurs relations diplomatiques. Bien que ces déclarations n’aient pas nécessairement une vocation normative, l’évocation d’erreurs de traduction ayant pu les faire dévier de leur sens permettra de souligner l’importance de recourir à des interprètes et traducteurs qualifiés dans la conduite de relations internationales, afin de prévenir des confusions dommageables (II).

I. Les divergences de contenu entre les versions linguistiques d’un même instrument juridique international

  • 10 Commission Européenne, Final report for the “Study on Language and Translation in International La (...)

5Le multilinguisme est un attribut du droit international et des relations internationales dans la mesure où il conditionne l’établissement (et le maintien) de relations diplomatiques ainsi que la conclusion d’engagements juridiques entre les acteurs que sont les États, les organisations internationales ou les personnes privées10. Il suffit pour s’en convaincre de s’intéresser à la question de la traduction des traités internationaux et des actes adoptés par des organisations internationales, en distinguant la simple erreur de traduction (A) de cas de figure dans lesquels la traduction est faussée de façon intentionnelle (B).

A. La traduction entachée d’erreurs ou d’omissions

  • 11 D. Shelton, « Reconcilable Differences? The Interpretation of Multilingual Treaties », Hastings In (...)
  • 12 Ibid., p. 611.

6Les traités internationaux, présentés à l’article 38, §1, a), du Statut de la Cour internationale de Justice, sont les principales sources écrites d’obligations pour les sujets de droit international. La procédure de conclusion de tels instruments suppose une longue, et souvent laborieuse, phase de négociation ayant vocation à permettre l’élaboration d’un instrument juridique contraignant pour les parties signataires. Les traités ont pendant longtemps été rédigés en une seule langue, principalement en latin puis en français. À partir du XXe siècle toutefois, l’anglais a occupé une place de choix dans la rédaction d’engagements internationaux et la traduction juridique des traités, désormais multilingues, est devenue un exercice subtil susceptible d’affecter la bonne exécution des obligations y contenues11. Il faut rappeler par ailleurs que les traités sont susceptibles de contenir des dispositions visant directement les particuliers, ressortissants des Etats parties, afin d’intégrer leur patrimoine juridique. Il apparaît donc logique que ceux-ci soient mis en position de comprendre leurs droits et obligations grâce à une traduction dépourvue d’ambiguïtés12.

  • 13 A. Papaux, R. Samson, « Article 33 », in O. Corten, P. Klein (dir.), The Vienna Conventions on the (...)
  • 14 Article 111 de la Charte des Nations Unies du 26 juin 1945 : « La présente Charte, dont les textes (...)
  • 15 Article 128 du Statut de Rome du 17 juillet 1998 : « L’original du présent Statut, dont les textes (...)

7Il existe un principe fondamental en droit des traités en vertu duquel seules les versions authentiques de l’instrument peuvent servir de référence, au titre de son interprétation ou de son application, lorsque ses versions linguistiques énoncent des contenus divergents. L’article 33, §1 de la Convention de Vienne sur le droit des traités de 1969 énonce ainsi que : « (l)orsqu’un traité a été authentifié en deux ou plusieurs langues, son texte fait foi dans chacune de ces langues, à moins que le traité ne dispose ou que les parties ne conviennent qu’en cas de divergence un texte déterminé l’emportera. », tandis que le §3 précise que « [l]es termes d’un traité sont présumés avoir le même sens dans les divers textes authentiques »13. Il est bien établi aujourd’hui que les traités font l’objet d’une publication multilingue, les langues dites « authentiques » étant déterminées en fonction du cadre de négociation. À titre d’exemple, dans le cadre de l’Organisation des Nations Unies, les traités sont publiés dans les six langues officielles que sont l’arabe, le mandarin, l’anglais, le français, le russe et l’espagnol14 ; il en va de même pour le Statut de Rome créant la Cour pénale internationale, qui a été publié dans ces six langues15.

  • 16 B. Lewis, « Orientalist Notes on the Soviet-United Arab Republic Treaty of 27 May 1971 », Princeto (...)

8Néanmoins, il arrive que des versions non authentiques du texte soient publiées par les Parties contractantes dans leurs langues respectives, dans l’objectif, entre autres, d’être reproduites au sein de leur journal officiel national. Cette publication va certes permettre la diffusion de l’information sur la substance du traité auprès du public, mais l’autorité juridique d’une telle traduction, non authentique, sera relative car dotée d’un objectif strictement informatif. Encore faut-il pour se conformer à cet objectif informatif que la version non authentique reflète fidèlement ce qui a été négocié, ce qui n’est pas le cas du Traité d’amitié conclu entre l’Union soviétique et la République arabe unie en 1971. En effet, les versions arabe et russe du traité sont réputées faire foi mais les parties ont chacune entrepris de procéder à l’élaboration d’une version anglaise du texte à partir de leurs versions linguistiques respectives, de sorte que les obligations contenues dans les deux versions anglaises ne présentent pas un contenu similaire16.

  • 17 S. Sur, « Conclusions générales », in SFDI, L’État dans la mondialisation, Pedone, 2013, p. 576. S (...)
  • 18 S. SUR, « L’inhérence en droit international », disponible sur le site
    http://www.sergesur.com/L-in (...)
  • 19 M. Bettati, « L’usage de la force par l’ONU », Pouvoirs, 2004/2 (n° 109), p. 121.
  • 20 P. Bretton, « Le traité germano-soviétique du 12 août 1970 », Annuaire français de droit internati (...)

9On pourrait penser que ce phénomène n’affecte que des traductions non authentiques, qui comme cela a été souligné plus tôt, sont dépourvues d’autorité juridique. Pourtant, il existe des cas de divergences entre des versions authentiques d’un même texte. Ainsi, le texte français de l’article 51 la Charte des Nations Unies se réfère au droit « naturel » de légitime défense individuelle ou collective des États, alors que le texte anglais utilise l’expression « inherent right »17. Serge Sur y perçoit une distinction non négligeable, le texte français utilisant une « terminologie très équivoque » tandis que le texte anglais apparaît « plus rigoureux »18. En outre, des confusions se font jour dans la pratique subséquente des organes des Nations Unies : la résolution 1368 du 12 septembre 2001 du Conseil de sécurité, adoptée à la suite des attentats du 11 septembre 2001, emploie de façon troublante l’expression de droit « inhérent » des États-Unis à la légitime défense dans sa version française, sans doute en raison d’une traduction précipitée de la version anglaise du texte. L’effet juridique n’en est pas moins caractérisé. Comme le relevait Mario Bettati, le terme « inhérent » n’est plus employé à tort dans la version française des résolutions suivantes : la résolution 1373 (2001) du 28 septembre 2001 revient à la formule adéquate de « droit naturel »19. La divergence entre les différentes versions authentiques d’un traité peut également résulter de l’incapacité des rédacteurs à trouver un terrain d’entente sur le terme à employer dans les langues respectives des Parties contractantes, comme ce fut le cas pour le traité d’amitié germano-soviétique de 1970 : alors que la version soviétique qualifie les frontières d’intangibles (« niezyblemi »), la version allemande emploie le terme « inviolable » (« unverletzlich »)20.

  • 21 S/RES/242, nous soulignons.
  • 22 F. Dubuisson, V. Koutroulis, « The Yom Kippur War – 1973 », in T. Ruys, O. Corten (dir.), The Use (...)

10Il faut enfin rappeler que les traités ne sont pas les seuls instruments juridiques à voir leur application ou leur interprétation affectées par des divergences substantielles entre leurs versions linguistiques. L’adoption de plusieurs versions linguistiques d’instruments de droit dérivé peut donner lieu à des traductions incompatibles les unes avec les autres, y compris dans le cadre des Nations Unies. L’exemple le plus célèbre du point de vue du droit international est celui de la résolution 242 du Conseil de sécurité, « La situation au Moyen-Orient », votée le 22 novembre 1967, quelques mois après la Guerre des Six jours opposant Israël à la Syrie, à l’Égypte et à la Jordanie : alors que la résolution exige le retrait des forces israéliennes « from territories occupied in the recent conflict » en anglais, la version française vise le retrait « des territoires occupés lors du récent conflit »21. L’application de la résolution dans sa version française signifierait le retrait d’Israël de la totalité des territoires occupés en 1967, tandis que la version anglaise pourrait se traduire soit par un retrait « de territoires », soit par un retrait « des territoires ». En d’autres termes, la première traduction sous-entendrait un retrait des forces israéliennes d’une partie des territoires occupés, lecture qui conforte cet État dans son refus d’exécuter les obligations y contenues – ambiguïté qui n’a jamais été dissipée22.

B. La traduction effectuée de mauvaise foi

  • 23 R. Lemieux, « La souveraineté peut-elle se transférer ? Les enseignements de la traduction du trai (...)
  • 24 M. Chabot, « Le Tribunal Waitangi et les droits des autochtones », op. cit., p. 63 : « Suite aux g (...)

11Dans d’autres cas de figure, l’erreur de traduction semble affecter le traité de façon intentionnelle et peut être attribuée à la mauvaise foi d’une partie impliquée dans la négociation, en vue de compromettre les intérêts d’une ou plusieurs des autres parties. Deux exemples seront présentés pour illustrer ce cas de figure. Tout d’abord, celui du traité de Waitangi signé en 1840 en Nouvelle-Zélande, entre les représentants de la Couronne britannique et les chefs tribaux locaux. Le traité vise à installer un gouverneur britannique de la Nouvelle-Zélande, à reconnaître la propriété des Maoris sur leurs terres, leurs forêts et d’autres propriétés et à leur octroyer le statut de sujets britanniques23. En contrepartie, les Maoris cèdent la Nouvelle-Zélande à la Couronne. Or, le traité est traduit à la hâte et ses versions anglaise et maorie présentent des divergences qui ne sont pas attribuables uniquement à la négligence des traducteurs24. Alors que la première version a pour effet de consacrer la souveraineté britannique sur la Nouvelle-Zélande, la seconde laisse penser aux Maoris qu’ils n’ont cédé à la Couronne qu’un « droit de gouverner » en contrepartie de l’octroi d’une protection britannique, sans pour autant avoir renoncé à leur pouvoir de gérer leurs propres affaires. L’article 2 du traité de Waitangi résume bien ces difficultés. La lecture de sa version anglaise révèle que les dirigeants maoris ont transféré tous les droits et pouvoirs souverains sur leurs terres à la Couronne :

« Her Majesty the Queen of England confirms and guarantees to the Chiefs and Tribes of New Zealand and to the respective families and individuals thereof the full exclusive and undisturbed possession of their Lands and Estates Forests Fisheries and other properties which they may collectively or individually possess so long as it is their wish and desire to retain the same in their possession; but the Chiefs of the United Tribes and the individual Chiefs yield to Her Majesty the exclusive right of Preemption over such lands as the proprietors thereof may be disposed to alienate at such prices as may be agreed upon between the respective Proprietors and persons appointed by Her Majesty to treat with them in that behalf. »

12À l’inverse, dans la version maorie, les chefs maoris cèdent à la Reine le « kawanatanga katoa » ou la gouvernance complète sur leurs terres, ce qui leur laisse penser qu’ils entament une relation de partenariat et de partage de compétences, comme le montre la traduction littérale en anglais du texte maori :

« The Queen of England agrees to protect the chiefs, the subtribes and all the people of New Zealand in the unqualified exercise of their chieftainship over their lands, villages and all their treasures. But on the other hand the Chiefs of the Confederation and all the Chiefs will sell (9) land to the Queen at a price agreed to by the person owning it and by the person buying it (the latter being) appointed by the Queen as her purchase agent. »25

  • 26 Ibid.

13Comme le soulignent les commentaires du Pr. Hugh Kawharu, qui a étudié et comparé les deux versions linguistiques, une lecture attentive des articles 1 et 2 de la version maorie laisse entendre que les Maoris conserveraient le contrôle de leurs terres, à l’opposé du contenu de la version anglaise qui joue sur la notion de « souveraineté ». Sans surprise, la divergence entre la substance des termes employés dans les deux textes a contribué à des oppositions de vues ultérieures entre la Couronne et les Maoris, amenant ces derniers à qualifier le traité de document frauduleux jusque dans les années 198026.

  • 27 S. Rubenson, « The Protectorate Paragraph of the Wichale Treaty », The Journal of African History, (...)
  • 28 De tels actes relèveraient sans doute aujourd’hui du champ de l’article 49 de la Convention de Vie (...)
  • 29 G. Niyungeko, « Article 49 », in O. Corten, P. Klein (dir.), The Vienna Conventions on the Law of (...)

14Dans le même sens est parfois cité le cas du traité de Wouchalé (ou d’Ucciali en italien), conclu entre l’Italie et l’Éthiopie en 1889. La version italienne de l’article 17 du traité octroie à l’Italie un rôle d’intermédiaire dans les relations extérieures de l’Éthiopie et place cette dernière sous protectorat, ce qui ne ressort pas de la version amharique du texte27. L’article 17 affirme en effet la chose suivante en italien : « Sa Majesté le Roi des Rois d’Éthiopie consent à se servir du Gouvernement de Sa Majesté le Roi d’Italie pour toutes les affaires qu’il aurait à traiter avec d’autres puissances ou gouvernements » (« Sua Maestà il Re dei Re d’Etiopia consente di servirsi del Governo di Sua Maestà il Re d’Italia per tutte le trattazioni di affari che avesse con altre potenze o governi »). En revanche, la version amharique affirme simplement que « Sa Majesté le Roi des Rois d’Éthiopie peut traiter toutes les affaires qu’il souhaite avec d’autres pouvoirs ou gouvernements avec l’appui du Gouvernement de Sa Majesté le Roi d’Italie » (« Sua Maestà il Re dei Re d’Etiopia può trattare tutti gli affari che desidera con altre potenze o governi mediante l’aiuto del Governo di Sua Maestà il Re d’Italia »). Bien que la version amharique soit censée faire foi en cas de divergence, le souverain éthiopien Menelik, qui prend conscience de la supercherie, n’obtient pas gain de cause lorsqu’il cherche appui auprès des chefs d’États européens en réaffirmant que l’Éthiopie n’est pas un protectorat28. Sa contestation amène d’ailleurs l’Italie à déclarer la guerre à l’Éthiopie en 189529.

II. L’exigence de qualification des traducteurs et interprètes

15Les erreurs de traduction affectent également les discours des acteurs des relations internationales, à l’occasion d’énoncés ou d’échanges ayant pour but de faire connaître une information, une position, une demande. Dans la mesure où ces erreurs résultent fréquemment d’un recours à des traducteurs et interprètes non qualifiés (A), des solutions peuvent être envisagées à l’échelle internationale pour encadrer de façon plus étroite ce pan d’activité incontournable du champ des relations internationales (B).

A. L’erreur attribuable à des traducteurs et interprètes peu ou non qualifiés

  • 30 Voir C. Lynch, « How a Translation Error Led to an International Incident », Foreign Policy, 2 fév (...)
  • 31 Voir les coupures de presse de l’époque disponibles dans l’article « Khrushchev Explains ‘We Will (...)

16Les médias jouent certes un rôle non négligeable dans la commission ou la propagation d’erreurs de traduction, comme cela a pu être souligné plus tôt. En 2010 par exemple, une dépêche de l’agence AFP produite à partir d’un entretien du Secrétaire général des Nations Unies d’alors, Ban Ki-Moon, a placé ce dernier dans une situation délicate à l’égard des autorités sud-soudanaises qui lui reprochaient d’entraver leurs démarches en vue d’organiser un référendum portant sur la sécession de la région. Selon la version de l’entretien publiée par l’Agence France Presse (AFP), le Secrétaire général entendait s’opposer à toute sécession (« We’ll work hard to avoid a possible secession ») alors qu’en réalité, celui-ci avait affirmé vouloir faire tout ce qui était en son pouvoir pour que cette sécession potentielle n’engendre pas de conséquences dommageables (« we will have to work very closely – not to have any negative consequences coming from this potential or possible sécession »). En l’occurrence, l’agence AFP était à blâmer, ayant mal traduit les propos de Ban Ki-Moon30. Il n’est d’ailleurs pas rare que les acteurs de la société internationale accusent les organes de presse d’être à l’origine de malentendus diplomatiques, comme l’a montré l’exemple célèbre du « We will bury you » (« Nous vous enterrerons »), attribué au dirigeant russe Nikita Khrouchtchev en 1956 et adressé, selon les journalistes de l’époque, aux États-Unis31.

  • 32 Le dictionnaire Larousse définit l’interprète comme la « personne qui transpose oralement une lang (...)
  • 33 M.-J. de Saint Robert, « Le discours spécialisé à l’ONU : chances et défis pour le traducteur », T (...)
  • 34 A. Thomas, « Traduction et interprétation dans les organismes internationaux. Entretien réalisé pa (...)
  • 35 CCI, « Evaluation of the Translation Process in the United Nations System », JIU/REP/80/7, avril 1 (...)

17Néanmoins, ce sont avant tout les traducteurs et interprètes32 qui jouent un rôle fondamental dans la bonne transmission des énoncés. Les interprètes font office d’intermédiaire entre les représentants de différents gouvernements ou délégations étatiques. Il est essentiel qu’ils comprennent sans ambigüité ce qui a été formulé et qu’ils soient en mesure de le retransmettre de manière efficace, à plus forte raison lorsqu’ils travaillent dans le cadre d’organisations internationales où une nécessaire conciliation entre technicité et accessibilité est exigée33. D’ailleurs, les traducteurs et interprètes évoluant dans les cercles institutionnels internationaux sont généralement les plus qualifiés de la profession34. L’interprète doit donc mobiliser une expertise dont il est le seul à disposer, comme le relève le Corps commun d’inspection des Nations Unies, dans un rapport de 1986 consacré à l’encadrement des activités de traduction au sein du système des Nations Unies35. Selon ce rapport, daté, ils doivent faire preuve d’une attention accrue, percevoir les nuances dans les propos, replacer les termes dans leur contexte et les restituer avec subtilité, au risque sinon de formuler, à tort, ce qui pourrait être perçu comme une provocation ou comme une déclaration de guerre. Le degré d’expertise requis pour exercer dans les enceintes diplomatiques internationales est donc élevé :

  • 36 Ibid., p. 39.

« Translation is not simply the mechanical replacement of words from one language with the words of another, but a challenging intellectual effort. A good translator needs a solid general education and a good knowledge of his subject field or fields, highly-developed linguistic skills in two or more languages, and training and expertise in the art of translation itself. The translator is a special kind of linguist, who must render ideas from one language into another with understanding and accuracy of meaning, context and style »36.

  • 37 W. Sinclair, « President Praises Poland on Rights », Washington Post, 31 décembre 1977 : « Steven (...)
  • 38 « Lost in Translation », New York Times, 11 janvier 1978, évoquant le recours à des traducteurs et (...)

18L’incompétence manifeste d’un interprète non professionnel est sans doute la cause la plus fréquente d’erreur de traduction. À cet égard, on ne peut manquer de rappeler que le président américain Jimmy Carter a suscité malgré lui l’hilarité à travers le monde après avoir recruté non pas un, mais deux traducteurs peu compétents lors d’une visite en Pologne en décembre 1977. Alors que le premier a annoncé de manière maladroite que le président Carter n’avait pas l’intention de retourner aux États-Unis, était victime d’un attrait charnel pour le peuple polonais et affichait le plus grand mépris pour la Constitution polonaise, le deuxième, tétanisé car incapable de comprendre les propos du Président en anglais, s’est tout simplement abstenu de parler, laissant Jimmy Carter dans l’embarras le plus total37. L’affaire demeure anecdotique, ayant davantage suscité le malaise des autorités américaines, qui allaient malheureusement être exposées à ce type de situations plus d’une fois au cours du XXe siècle, faute de toujours recruter des interprètes qualifiés. Le recours à des interprètes sous-qualifiés a même été considéré par certains auteurs comme un phénomène chronique aux États-Unis38.

B. L’adoption de mesures renforçant l’efficacité de la traduction et de l’interprétariat à l’échelle internationale

  • 39 Ainsi qu’il se présente sur son internet, le Corps commun d’inspection (CCI – Joint Inspection Uni (...)
  • 40 CCI, « Evaluation of the Translation Process in the United Nations System », op. cit., p. 18.
  • 41 J. Ahmed, « How Interpreters at the UN Get the Message Across », BBC News, 21 septembre 2010, http (...)
  • 42 C. Donovan, M. MeriaudBrischoux, « ’Wanted!’: traducteurs et interprètes francophones », Le Monde(...)

19Même qualifiés, les traducteurs et interprètes n’en demeurent pas moins des êtres humains, comme le relevait le rapport susmentionné du Corps commun d’inspection39, soulignant à plusieurs reprises la pression psychologique qui est susceptible d’affecter le travail des interprètes travaillant en simultané lors de conférences internationales, sur des plages horaires étendues40. L’interprète personnel du feu dirigeant libyen Mouammar Khadafi en a été le symbole, ayant apparemment perdu connaissance après avoir traduit pendant près d’une heure et demie le discours énergique de l’homme d’État, prononcé devant l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre 200941. Si cette anecdote peut paraître isolée (et concerne un interprète personnel), elle doit être appréhendée dans un contexte spécifique : les organisations internationales éprouvent des difficultés à recruter des praticiens dotés des qualités requises pour exercer des missions dans lesquelles la pression psychologique est constante et à l’occasion desquelles la moindre erreur de traduction peut se transformer en incident diplomatique42.

  • 43 R. Kolb, « Article 79 », p. 1784.
  • 44 Voir la liste exhaustive dressée par R. Kolb, « Article 79 », op. cit., p. 1777.

20C’est la raison pour laquelle plusieurs solutions ont été envisagées afin de prévenir l’erreur de traduction ou, a minima, d’empêcher qu’elle puisse nuire aux relations diplomatiques. La solution la plus évidente consisterait naturellement en un recours à l’interprétation ou à la révision, dans le cas spécifique des traités internationaux affectés d’une erreur matérielle qui est identifiée avant qu’un différend ne naisse. L’article 79, § 1 de la Convention de Vienne de 1969 sur le droit des traités, prévoit que « [s]i, après l’authentification du texte d’un traité, les États signataires et les États contractants constatent d’un commun accord que ce texte contient une erreur, il est procédé à la correction de l’erreur (...) ». Les commentaires pertinents de la Commission du droit international sur la portée à accorder à cet article intègrent à la catégorie d’erreur visée les divergences entre deux versions linguistiques d’un même traité43. Plusieurs traités ont fait l’objet de corrections matérielles de ce type, à l’instar de la Convention internationale de 1865 sur le phare du Cap Spartel (divergence entre les textes français et arabe) ou de la Convention de 1952 sur le règlement des questions issues de la Guerre et de l’Occupation (divergence entre le texte français d’une part, et les textes allemand et anglais d’autre part)44. Hors le cas des traités, et comme cela a été illustré plus tôt, le meilleur moyen pour l’auteur de l’énoncé de corriger une erreur de traduction qui ne lui est pas imputable est de procéder à la rectification par voie de déclaration ou de communiqué.

  • 45 Voir le site https://aiic.net/lang/2
  • 46 Agreement between the United Nations Common System/Chief Executives Board for Coordination and the (...)
  • 47 Article 32, a) : « It shall be the responsibility of the employing Organization to ensure a normal (...)

21Le renforcement de partenariats entre les organisations internationales et les traducteurs ou interprètes est une autre piste privilégiée. En ce sens, il convient de mentionner l’exemple de l’accord conclu entre l’ONU et l’Association internationale des Interprètes de Conférence (AIIC). L’AIIC est une organisation internationale privée fondée en 1953 et revendiquant l’adhésion de de plus de 3.000 interprètes qualifiés, représentant une centaine de pays à travers le monde. Selon sa présentation officielle, elle « assure la promotion de la profession d’interprète de conférence dans l’intérêt à la fois des utilisateurs et des professionnels en fixant des normes exigeantes, en encourageant de bonnes pratiques de formation, et en faisant respecter un code de déontologie »45. Il s’avère que l’Accord conclu entre l’AIIC et l’ONU dans sa version 2012-2017 prévoit l’octroi de privilèges et immunités nécessaires à l’exercice de la fonction, une rémunération harmonisée et un encadrement des conditions de travail46. Il est par exemple question de limiter le temps de travail, conformément aux recommandations du Corps commun d’inspection de 197447, en assurant la présence d’au moins deux interprètes par cabine, voire trois lorsque ceux-ci doivent traduire des énoncés en mandarin et en arabe.

  • 48 Voir les exemples de la FAO, de l’OMC ou de l’OIT : COMMISSION EUROPÉENNE, Final report for the «  (...)

22Si ce dispositif devrait contribuer à rendre le travail de traduction plus efficient, il demeure qu’aux Nations Unies comme dans de nombreuses autres organisations internationales, les délégations sont libres de faire appel à leur propre interprète. Dans ce dernier cas de figure, la constitution de bases de données terminologiques par les organisations internationales, mis à disposition des Etats, peut être un facteur de cohérence grâce par exemple à l’établissement de modèles de rédaction d’instruments internationaux48. Ces démarches, utiles, ne pourront certainement pas prévenir les erreurs grossières ou flagrantes de traduction, qui sont en tout état de cause résiduelles. Elles permettront toutefois d’attirer l’attention des acteurs des relations internationales sur les acceptions variables des termes employés dans leurs énoncés, afin qu’ils puissent en évaluer les répercussions diplomatiques et juridiques.

Notes

1 Voir le cas du président français Emmanuel Macron, moqué par les médias internationaux le 2 mai 2018, pour avoir qualifié, en anglais, l’épouse du Premier ministre australien de « delicious » alors qu’il voulait la complimenter.

2 Voir N. Froeliger, « Les enjeux de la divergence en traduction juridique », in Dossier « Traduire les sciences humaines : méthodes et enjeux », Tribune internationale des langues vivantes, 2007, n° 42, p. 36‑48.

3 S. Allam, « Le Traité égypto-hittite de paix et d’alliance entre les rois Ramsès II et Khattouchili III (d’après l’inscription hiéroglyphique au temple de Karnak) », Journal of Egyptian History, 2011, vol. 4, n° 1, p. 5 : « Le projet du Traité fut gravé alors sur une tablette d’argent dans la langue diplomatique, l’akkadien international, la lingua franca de l’époque. La tablette fut scellée par Khattouchili […] et portée ensuite à Ramsès dans sa capitale Pi-Ramsès […]. L’exemplaire scellé par Khattouchili, dans lequel il s’adresse à Ramsès et s’engage solennellement, fut gravé, en traduction égyptienne, sur les murs du temple de Karnak et du temple dit Ramesseum à Thèbes – peut-être aussi dans d’autres grands temples du pays. Toutefois, la structure diplomatique diverge à multiples reprises entre la version égyptienne et la version hittite. On se rend compte de quelques divergences par-ci par-là […] ». Voir aussi J. d’Ormesson, « Un carrefour de civilisations », in Odeur du temps, éd. Héloïse d’Ormesson, 2007, p. 241.

4 « Proclamation Defining Terms for Japanese Surrender », 1945, pt. 13, in JAPANESE MINISTRY OF FOREIGN AFFAIRS, Nihon Gaiko Nenpyo Narabini Shuyo Bunsho : 1840-1945, vol. 2, 1966 : « We call upon the government of Japan to proclaim now the unconditional surrender of all Japanese armed forces, and to provide proper and adequate assurances of their good faith in such action. The alternative for Japan is prompt and utter destruction ».

5 M. Maruyama, « Story of A-bomb mistranslation released on tape », Mainichi Shimbun, 9 novembre 1999, disponible en anglais sur le site http://www.hartford-hwp.com/archives/20/046.html ; THE ASASHI SHIMBUN COMPANY, Media, Propaganda and Politics in 20th-century Japan (trad. B. Kushner), Bloomsbury, 2015, p. 89‑90 ; S. Hasegawa, « Hokai no zenya » (La nuit avant l’effrondement), Fujin Koron, août 1947.

6 « Mokusatsu: One Word, Two Lessons », NSA Technical Journal, 1968, XIII-4, p. 95-100, https://www.nsa.gov/news-features/declassified-documents/tech-journals/assets/files/mokusatsu.pdf

7 M. Polizzotti, « Why Mistranslation Matters », New York Times, 28 juillet 2018.

8 D-S. Robin, Les actes unilatéraux des Etats comme éléments de formation du droit international, Thèse Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne (dir. E. Lagrange), 2018, Partie I, Titre 2.

9 I. Pingel (dir.), Le multilinguisme dans l’Union européenne, Pedone, coll. Cahiers européens, 2015, 148 p.

10 Commission Européenne, Final report for the “Study on Language and Translation in International Law and EU law”, DGT/2011/MLM2, 30 juillet 2012, p. 5 : « […] international law cannot ignore the issue of language. As international treaties are the main written legal sources of international law, the language in which they are binding, that is, in which they are authentic, is crucial. States acting at international level endeavour to have their official language(s) as the authentic language(s) of the international treaties, although restricted multilingualism is accepted as a general rule in the case of international treaties either with a very high number of contracting states or concluded under the auspices of international organisations ».

11 D. Shelton, « Reconcilable Differences? The Interpretation of Multilingual Treaties », Hastings International and Comparative Law Review, 1997, p. 614. Voir aussi la jurisprudence CPJI, Affaire des concessions Mavrommatis en Palestine, 30 août 1924, p. 18, dans laquelle la Cour constate une différence de sens entre les versions anglaise et française de l’article 11 des termes du Mandat pour la Palestine conféré à la Grande Bretagne. Le mécanisme de règlement des différends de l’Organisation mondiale du commerce a également été confronté à ce type de difficultés dans certains contentieux : voir Commission Européenne, Final report for the “Study on Language and Translation in International Law and EU law”, op. cit., p. 30.

12 Ibid., p. 611.

13 A. Papaux, R. Samson, « Article 33 », in O. Corten, P. Klein (dir.), The Vienna Conventions on the Law of Treaties: a Commentary. Volume 1, Oxford Univ. Press, 2011, p. 875-876.

14 Article 111 de la Charte des Nations Unies du 26 juin 1945 : « La présente Charte, dont les textes chinois, français, russe, anglais et espagnol feront également foi […] ». L’arabe n’est devenu une langue officielle et une langue de travail qu’à partir de 1973, sur le fondement de la résolution 3190 (XXVIII) adoptée par l’Assemblée générale le 18 décembre 1973. Pour la distinction entre langue officielle et langue de travail, voir J. Basdevant, Dictionnaire de la terminologie du droit international, Sirey, 1960, p. 365. Le nombre de versions linguistiques des traités internationaux peut être réduit pour des raisons de coût et d’efficience : Commission européenne, Final report for the “Study on Language and Translation in International Law and EU law”, op. cit., p. 13‑14.

15 Article 128 du Statut de Rome du 17 juillet 1998 : « L’original du présent Statut, dont les textes anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe font également foi, sera déposé auprès du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, qui en fera tenir copie certifiée conforme à tous les États ».

16 B. Lewis, « Orientalist Notes on the Soviet-United Arab Republic Treaty of 27 May 1971 », Princeton Papers. In Near Eastern Studies, 1993, n° 2, p. 57‑66. Voir aussi A. Papaux, R. Samson, « Article 33 », op. cit., p. 883‑884, évoquant la situation de la RDA et la RFA, s’appuyant sur deux versions allemandes distinctes d’un communiqué final traduites, l’une à partir du texte français du communiqué, l’autre à partir du texte russe.

17 S. Sur, « Conclusions générales », in SFDI, L’État dans la mondialisation, Pedone, 2013, p. 576. Selon le Dictionnaire CNRTL, le terme « naturel » signifie : « Qui, de par sa nature, est lié d’une manière inséparable et nécessaire à une personne ou à une chose ».

18 S. SUR, « L’inhérence en droit international », disponible sur le site
http://www.sergesur.com/L-inhérence-en-droit.html

19 M. Bettati, « L’usage de la force par l’ONU », Pouvoirs, 2004/2 (n° 109), p. 121.

20 P. Bretton, « Le traité germano-soviétique du 12 août 1970 », Annuaire français de droit international, 1970, p. 136‑137.

21 S/RES/242, nous soulignons.

22 F. Dubuisson, V. Koutroulis, « The Yom Kippur War – 1973 », in T. Ruys, O. Corten (dir.), The Use of International Law: a Case Based-Approach, Oxford Univ. Press, 2018, p. 199‑200.

23 R. Lemieux, « La souveraineté peut-elle se transférer ? Les enseignements de la traduction du traité de Waitangi (1840) », TTR : traduction, terminologie, rédaction, 2016, vol. 29, n° 2, p. 73-98 ; M. Chabot, « Le Tribunal Waitangi et les droits des autochtones », Les Cahiers de droit, 1991, vol. 32, n° 1, p. 59‑85.

24 M. Chabot, « Le Tribunal Waitangi et les droits des autochtones », op. cit., p. 63 : « Suite aux garanties données par Williams, concernant la possession de leurs terres, de leurs forêts, de leurs pêcheries et autres possessions de valeur, les chefs maoris signèrent le lendemain matin, la version maori. Le rôle de persuasion des missionnaires anglais est présenté par Orange comme crucial. Elle souligne en particulier : “Quant à la compréhension maori du traité, elle laissait beaucoup à désirer. En plus de ceux qui soit n’avaient pas entendu soit pas compris les explications, il se trouvait des signataires qui n’avaient pas été rendus pleinement conscients de la nature de l’accord. La version maori du texte, écrite par Williams, ne réussissait pas à transmettre complètement le sens de cession de souveraineté nationale” ».

25 Voir le document disponible sur le site http://nzhistory.govt.nz/files/documents/treaty-kawharu-footnotes.pdf. Voir aussi les précisions de R. Lemieux, « La souveraineté peut-elle se transférer ?... », op. cit., p. 82‑84.

26 Ibid.

27 S. Rubenson, « The Protectorate Paragraph of the Wichale Treaty », The Journal of African History, 1964, vol. 5, n° 2, p. 243‑283.

28 De tels actes relèveraient sans doute aujourd’hui du champ de l’article 49 de la Convention de Vienne de 1969 sur le droit des traités. Il y est affirmé que : « (s)i un État a été amené à conclure un traité par la conduite frauduleuse d’un autre État ayant participé à la négociation, il peut invoquer le dol comme viciant son consentement à être lié par le traité ».

29 G. Niyungeko, « Article 49 », in O. Corten, P. Klein (dir.), The Vienna Conventions on the Law of Treaties: a Commentary, op. cit., p. 1149. Il est intéressant de noter que dans plusieurs traités conclus par l’Éthiopie, avec la Grande-Bretagne en 1897 et avec le Japon en 1957 (traité d’amitié), la traduction française est considérée comme faisant foi en cas de divergence entre les langues des signataires. A. Papaux, R. Samson, « Article 33 », op. cit., p. 878.

30 Voir C. Lynch, « How a Translation Error Led to an International Incident », Foreign Policy, 2 février 2010, disponible sur le site https://foreignpolicy.com/2010/02/02/how-a-translation-error-led-to-an-international-incident/. Face au courroux des autorités du Sud Soudan, les Nations Unies ont publié un communiqué précisant les propos d’origine du Secrétaire général.

31 Voir les coupures de presse de l’époque disponibles dans l’article « Khrushchev Explains ‘We Will Bury You’ », Los Angeles Times Blog, 16 septembre 2009, disponible sur le site http://latimesblogs.latimes.com/thedailymirror/2009/09/khrushchev-explains-we-will-bury-you.html, ainsi que les documents rendus publics par la CIA américaine en 2002, « Khrushchev’s "We will bury you" », 7 février 1962, disponible sur le site https://www.cia.gov/library/readingroom/docs/CIA-RDP73B00296R000200040087-1.pdf

32 Le dictionnaire Larousse définit l’interprète comme la « personne qui transpose oralement une langue dans une autre ou qui sert d’intermédiaire, dans une conversation, entre des personnes parlant des langues différentes » tandis que le traducteur est celui « qui traduit, transpose un texte, un discours d’une langue dans une autre ».

33 M.-J. de Saint Robert, « Le discours spécialisé à l’ONU : chances et défis pour le traducteur », Traduire, 2013, vol. 228, p. 6-21 : « Les spécificités de la traduction du discours spécialisé en milieu international et de la production de versions linguistiques de textes techniques de bonne facture à l’ONU militent en faveur d’une organisation de la profession de traducteur dont l’ONU offre un parfait exemple : elle a su constituer dès sa création en 1945 un corps de traducteurs et de réviseurs permanents dans les six langues officielles qui s’est spécialisé dans les nombreuses disciplines traitées à l’ONU, de l’espace extra-atmosphérique aux nanotechnologies. La stabilité de l’emploi qu’offre l’ONU à ce corps d’élite a très certainement contribué à motiver les traducteurs à se spécialiser et à actualiser en permanence leurs connaissances pour être en mesure de traiter tout document technique et de proposer des équivalents aux termes nouveaux au fur et à mesure qu’ils apparaissent dans les textes à traduire ».

34 A. Thomas, « Traduction et interprétation dans les organismes internationaux. Entretien réalisé par Michaël Oustinoff », Hermès, La Revue, 2007/3 (n° 49), p. 115‑123, https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2007-3-page-115.htm

35 CCI, « Evaluation of the Translation Process in the United Nations System », JIU/REP/80/7, avril 1980, 50 p.

36 Ibid., p. 39.

37 W. Sinclair, « President Praises Poland on Rights », Washington Post, 31 décembre 1977 : « Steven Seymour, who is paid $150 a day to help people understand each other, has converted President Carter’s trip to Poland from the merely historic to the higher level of unforgettable. Seymour is the man who stood before the microphone at Warsaw airport Thursday and carefully repeated, in Polish, Jimmy Carter’s English-language remarks to the crowd. There was just one problem - Steven Seymour got it wrong, badly wrong ».

38 « Lost in Translation », New York Times, 11 janvier 1978, évoquant le recours à des traducteurs et interprètes peu qualifiés dans relations diplomatiques des États-Unis de avec d’autres pays : « Still, the chronic shortage of ready translators ror American diplomacy, as well as literature, suggests a deeper malady. We have reason to reflect on the frequent reminders of our indifference to languages. After spending millions to bring us live television coverage of President Sadat’s visit to Jerusalem last November, the American networks offered abysmal English renderings of the Egyptian leader’s principal address. Former President Nixon had to rely on the translations – and permutations – of his host’s official interpreters in many foreign capitals, as was notably the case in Peking. And the menus that he carried to China for a splendid banquet were written in the unmistakable style of Taiwan, an unremarked, but surely not unobserved, affront ».

39 Ainsi qu’il se présente sur son internet, le Corps commun d’inspection (CCI – Joint Inspection Unit en anglais) est un « organe de contrôle externe indépendant du système des Nations Unies chargé de conduire des inspections, des évaluations et des enquêtes à l’échelle du système ».

40 CCI, « Evaluation of the Translation Process in the United Nations System », op. cit., p. 18.

41 J. Ahmed, « How Interpreters at the UN Get the Message Across », BBC News, 21 septembre 2010, https://www.bbc.com/news/world-us-canada-11377609

42 C. Donovan, M. MeriaudBrischoux, « ’Wanted!’: traducteurs et interprètes francophones », Le Monde, 13 octobre 2010. L’article évoque les campagnes destinées à attirer les jeunes diplômés et la concurrence du secteur privé, plus rémunérateur.

43 R. Kolb, « Article 79 », p. 1784.

44 Voir la liste exhaustive dressée par R. Kolb, « Article 79 », op. cit., p. 1777.

45 Voir le site https://aiic.net/lang/2

46 Agreement between the United Nations Common System/Chief Executives Board for Coordination and the Association Internationale des Interprètes de Conférence, regulating the Conditions of Employment, signé le 3 mars 2014.

47 Article 32, a) : « It shall be the responsibility of the employing Organization to ensure a normal workload for interpreters.  In this context, a normal workload is one that complies with the conditions stipulated in the relevant resolutions of the United Nations, pursuant to the 1974 report of the Joint Advisory Committee, which established these workloads ».

48 Voir les exemples de la FAO, de l’OMC ou de l’OIT : COMMISSION EUROPÉENNE, Final report for the « Study on Language and Translation in International Law and EU law », op. cit., p. 18‑19.

Auteur

Professeur de droit public,
Lab-LEX, Laboratoire de recherche EA 7480,
Université de Bretagne occidentale

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search