Version classiqueVersion mobile

Justement traduire

 | 
Marie Bassano
, 
Wanda Mastor

Partie III : Asseoir l'autorité

Pour une histoire de la traduction de la littérature juridique au xixe siècle

Quelques réflexions à partir de l’ethnologie juridique

Laetitia Guerlain

Texte intégral

  • 1 B. Wilfert-Portal, « Une nouvelle géopolitique intellectuelle. Entre nationalisme et cosmopolitism (...)
  • 2 Y. Chevrel, L. d’Hulst et Ch. Lombez, « Introduction. Le siècle de la comparaison », in Y. Chevrel(...)
  • 3 Voir, pour quelques éléments généraux, H. Van Hoof, Histoire de la traduction en Occident. France, (...)
  • 4 Voir, prioritairement, Y. Chevrel, L. d’Hulst et Ch. Lombez (dir.), op. cit., G. Sapiro (dir.), Tr (...)
  • 5 Parmi une bibliographie extrêmement abondante, consultable à l’adresse suivante (http://www.cttj.c (...)
  • 6 Voir, par exemple, V. Dullion, Traduire les lois : un éclairage culturel. La traduction en françai (...)
  • 7 Voir par exemple, pour l’époque médiévale, C.‑H. Lavigne, La traduction juridique au Moyen Âge : m (...)
  • 8 Un très important travail en ce sens a cependant été effectué par Valérie Dullion, avec la collabo (...)
  • 9 La circulation des savoirs fait actuellement l’objet d’importants chantiers de recherche et a déjà (...)
  • 10 Un tel catalogue existe pour l’Italie : M.‑T. Napoli, La cultura giuridica europea in Italia : rep (...)

1Si le xixe siècle est, indubitablement, un siècle de nationalisme intellectuel1 – notamment juridique –, il est également « le siècle de la comparaison2 ». La lutte pour la domination intellectuelle et savante n’est en effet pas exclusive d’un intérêt bien compris pour l’étranger, que les échanges entre savants soient dénués de toute arrière-pensée impérialiste ou qu’à l’inverse, ils masquent des transferts de savoirs destinés à conforter l’entreprise intellectuelle nationale, par jeu d’hybridation ou de rejet de concepts. Or, la réception en France des savoirs ou des œuvres venues de l’étranger transite notamment par cette opération intellectuelle concrète – et passablement ingrate – qu’est la traduction. Son histoire, initiée3 en histoire, en lettres et en sciences humaines4, n’a pas laissée la communauté des juristes indifférente. Celle-ci l’a, cependant, souvent abordée sous l’angle des problèmes linguistiques posés par la traduction des textes normatifs, que ce soit en droit actuel5 ou en histoire du droit6. En revanche, la question de la traduction de la littérature doctrinale à l’époque contemporaine7 a été moins envisagée8, alors même qu’elle constitue manifestement un moyen important pour qui désire contribuer à une histoire de la circulation des savoirs9. Il faut bien relever, cependant, la rareté des catalogues bibliographiques qui auraient pu permettre un premier repérage aisé de cette littérature10.

  • 11 F. Audren et J.‑L. Halperin, La culture juridique française entre mythes et réalités, xixexxe siè (...)
  • 12 F. Audren, « Introduction : l’histoire intellectuelle du droit ou la fin du “Grand partage” », Cli (...)
  • 13 Il faudrait citer ici tous les travaux de Jean-Yves Mollier. Voir également le récent colloque qui (...)
  • 14 Ce sujet demeure encore à explorer. Voir, pour le cas du Québec, S. Normand, « La bibliothèque du (...)
  • 15 F. Audren, P.‑N. Barenot et N. Hakim (dir.), Histoire des revues juridiques, Paris, La mémoire du (...)
  • 16 P.-N. Barenot, Entre théorie et pratique : les recueils de jurisprudence, miroirs de la pensée jur (...)
  • 17 A.-S. Chambost (dir.), Histoire des manuels de droit. Une histoire de la littérature juridique com (...)
  • 18 Cette histoire transnationale de la pensée juridique passe naturellement par d’autres biais que le (...)

2Un tel travail est d’autant plus urgent que la traduction des textes juridiques appartient bel et bien à une histoire des cultures juridiques en plein essor11. L’historiographie, en effet, se détourne à l’heure actuelle de l’histoire internaliste des idées, qui a longtemps dominé l’histoire de la pensée juridique, pour en sonder les supports matériels et la muer, en somme, en véritable histoire intellectuelle du droit, attentive aux conditions concrètes de production, de réception et de circulation du savoir et des textes ; une histoire, en somme, des « pratiques intellectuelles des juristes12 ». On l’aura compris : cette nouvelle orientation de l’histoire de la pensée juridique, consistant à descendre du ciel des idées pour rendre compte des opérations tangibles des juristes, aboutit à prendre en compte l’histoire matérielle du droit. Celle-ci déploie une infinité de nouvelles pistes de recherches, à l’image des promesses portées par l’histoire de l’édition juridique13, des bibliothèques de droit14 ou encore des supports matériels de la pensée (revues15, répertoires de jurisprudence16, manuels17, etc.). Or, la traduction de la littérature juridique appartient indéniablement à cette histoire des savoirs juridiques en construction, essentiellement parce que la traduction constitue un vecteur important de la circulation des textes juridiques à l’échelle européenne, voire mondiale. Par conséquent, cartographier les traductions constitue l’une des voies possibles si l’on veut parvenir à une analyse transnationale de l’histoire de la pensée juridique, qui dépasse les cadres nationaux dans lesquels elle est habituellement enfermée18. Elle trouve donc pleinement sa place dans les questionnements renouvelés qui agitent, depuis quelques années, le monde des historiens du droit.

  • 19 Ouvrage pionnier auquel nous ajouterons ses ouvrages parus postérieurement, et notamment ses Lectu (...)
  • 20 Sur le célèbre magistrat suisse, cf. principalement Ph. Borgeaud, N. Durisch, A. Kolde et G. Somme (...)
  • 21 Sur ce juriste, les travaux sont maigres, voire inexistants. Une notice biographique peut être tro (...)
  • 22 Notre corpus est présenté en annexes sous forme de tableau.

3La présente contribution souhaite interroger les vertus, les conditions et les limites d’une histoire de la traduction de la littérature juridique à travers une focale resserrée sur quelques ouvrages. Cette étude de cas se fonde en effet sur un corpus constitué par les premiers ouvrages d’ethnologie, parus dans la décennie 1860, qui ont jeté les bases, à la fois de l’anthropologie évolutionniste, mais également de l’anthropologie juridique. De fait, cette « décennie prodigieuse » (Alfred‑Louis Kroeber) enregistre la parution quasi-simultanée de quelques ouvrages fondateurs, écrits par des juristes, mais débordant le domaine du droit, pour tenter de reconstituer les grandes étapes de l’évolution de l’humanité : Ancient Law: its connection with the early history of society, and its relation to modern ideas (1861) d’Henry Sumner Maine19, Das Mutterrecht (1861) de Johann Jakob Bachofen20, qui inaugure l’ethnologie de la parenté, une voie dans laquelle s’engouffre à sa suite l’avocat écossais John Ferguson McLennan21, auteur de Primitive Marriage, paru en 1865. À mi-chemin entre droit, ethnologie et histoire antique, ces ouvrages constituent un observatoire privilégié pour mesurer les enjeux d’une histoire de la traduction juridique pour l’écriture d’une histoire globale de la littérature juridique. Au plan méthodologique, nous avons choisi de ne pas prendre pour point de départ de cette analyse un corpus d’ouvrages déjà traduits22. À l’inverse, il nous a semblé plus pertinent de partir d’un corpus d’ouvrages en langue étrangère, identifiés a posteriori comme fondateurs, afin de suivre leur destin et les traductions éventuelles de ces œuvres, interrogeant ce faisant la raison d’être de la traduction, ses modalités et ses limites, peut-être.

4L’étude du corpus éclaire tout d’abord les enjeux complexes de la traduction juridique au xixe siècle (I). Il permet, ensuite, de renseigner concrètement cette pratique intellectuelle invisible qu’est la traduction en entrant, véritablement, dans son laboratoire (II). Il autorise, enfin, à questionner la pertinence de la traduction comme condition de circulation des savoirs (III).

I. Enjeux politiques et savants de la traduction

  • 23 G. Courcelle-Seneuil, « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, L’ancien droit considéré dans (...)
  • 24 Sur la notion de grandeur, cf. L. Boltanski et L. Thevenot, De la justification. Les économies de (...)

5Qui traduit-on et pourquoi ? La réponse à cette question échappe parfois au travail historien, comme en témoigne le cas de la littérature ethno-juridique. De fait, aucune règle ne semble régir le choix des auteurs traduits. Henry Sumner Maine, par exemple, est traduit relativement rapidement. Son Ancient Law (1861) paraît chez Guillaumin dès 1874. Or, la préface du traducteur indique que le juriste britannique dispose déjà, au moment où il est traduit, d’un important capital symbolique et scientifique. Sumner Maine y est dépeint comme « un penseur de premier ordre », auteur savant d’un « ouvrage remarquable à tous égards, très apprécié en Angleterre et par les hommes dont le suffrage a le plus de prix23 ». Il s’agit là de la traduction-consécration d’un auteur déjà établi et non de la volonté de faire connaître une œuvre novatrice n’ayant pas encore atteint la « grandeur24 ». En revanche, l’œuvre de John McLennan, pourtant inventeur du concept de « survivance », au cœur de l’anthropologie évolutionniste alors dominante, n’a jamais été traduite en français, sans raison apparente. Le cas de Bachofen est encore différent. Son ouvrage Das Mutterecht (1861) est successivement traduit à trois époques très différentes : en 1903, en 1938 et en 1996, alors que les œuvres de Sumner Maine n’ont été traduites qu’à une seule reprise.

  • 25 Lettre à Sir F. Pollock, 29 juillet 1890 (Correspondance de René de Kerallain, 1889-1928. Publiée (...)
  • 26 Lettre à Sir F. Pollock, 6 janvier 1891 (ibid., p. 17).
  • 27 Lettre à M. de La Vallée Poussin, 5 août 1909 (ibid., tome 2, 1935, p. 358).
  • 28 Op. cit., p. VI.
  • 29 Précisons que « traduction » vient du latin traductio, signifiant traversée, passage ou déplacemen (...)

6À l’aune de ces premières remarques, l’on ne peut s’empêcher d’envisager ces ouvrages comme autant de réservoirs de textes, qu’un traducteur décide d’exhumer pour des besoins particuliers ou par simple intérêt personnel. Ainsi, la correspondance de René de Kerallain nous apprend que c’est lui qui convainc son ami l’éditeur Ernest Thorin de poursuivre sa collection d’histoire du droit et des institutions en y publiant de nouveaux titres traduits par ses soins25. De fait, bien souvent, la règle semble être l’absence de véritable politique de traduction en matière juridique, les traductions dépendant surtout de l’opiniâtreté d’un traducteur travaillant pour sa « distraction, et par manière de tuer le temps au fond de [sa] province26 ». Et Kerallain de conclure : « c’est un art difficile, et qui demande du loisir ; un métier pour ceux qui ont des rentes », confie-t-il à l’indianiste et professeur à l’Université de Gand Louis de La Vallée Poussin en 190927. De la même manière, Gustave Courcelle-Seneuil affirme avoir traduit Sumner Maine par pur intérêt personnel28. Ces déclarations de principe volontairement naïves ne doivent, cependant, pas tromper. Si l’économiste Gustave Courcelle-Seneuil se pique soudain de traduire l’œuvre de Sumner Maine, c’est que les idées libérales de ce dernier fournissent un excellent appui à ses propres vues. La même remarque pourrait être émise au sujet de René de Kerallain, qui traduit Sumner Maine pour d’évidentes raisons tenant au conservatisme des deux auteurs, ou encore à propos de Das Mutterecht (1861) de Bachofen, originairement traduit par le Groupe français d’études féministes et des droits civils des femmes pour promouvoir le matriarcat. Dans le cas de Sumner Maine, la traduction, étroitement liée au contexte de production du texte originel, assume son traditionnel rôle de transposition d’une pensée d’une langue à une autre29, dans une temporalité quasi-simultanée. Dans le cas de Bachofen, en revanche, la traduction joue un rôle de réactivation de textes en dormance, permettant leur réappropriation par un nouveau lectorat, parfois effectuée dans un contexte tout à fait différent.

  • 30 « Préface », in ibid., p. 9.
  • 31 Op. cit., p. 3-8.
  • 32 Voir, pour deux exemples : C. Vano, « Della vocazione dei nostri luoghi. Traduzioni e adattamenti (...)
  • 33 A. Brisset, « L’identité culturelle de la traduction. En réponse à Antoine Berman », Palimpsestes. (...)
  • 34 Sous le titre La société archaïque (Paris, Anthropos, 1971). Le traducteur, Halie Jaouiche, semble (...)
  • 35 Voir, sur cette question, R. Makarius, « Présentation et introduction », in L. Morgan, La société (...)

7De fait, si, comme le relevait très récemment Francesco di Donato, « c’est […] le contexte qui fait le texte30 », Pierre Bourdieu rappelait toutefois qu’un texte circule, précisément, sans son contexte31. C’est cette absence qui permet au traducteur, bien souvent, de s’approprier plus librement le texte, de l’acculturer au public qu’il entend viser, voire de le dévoyer32. La traduction, en somme, serait toujours le fait, non d’un traducteur objectif et effacé recherchant à tout prix la fidélité au texte, mais d’un « sujet plein », traduisant de manière délibérément subjective, tout en étant étroitement dépendant du contexte particulier dans lequel il évolue. Aussi a-t-on pu relever ce paradoxe : la traduction, acte individuel et subjectif par excellence, contient nécessairement une part de collectif, ou, si l’on préfère, de déterminisme culturel33. Appliquée à notre objet, cette analyse explique que les premiers travaux ethno-juridiques soient, au xixe siècle, traduits à des fins argumentatives, dans un contexte idéologique brûlant autour de la question de la propriété ou de celle de la famille, qui voit s’affronter conservateurs et socialistes. On connaît bien, par exemple, le discrédit dans lequel est tombée l’œuvre de Lewis Morgan, dont l’Ancient society or Researches in the line of human progress from Savagery through Barbarism to Civilization (1877) n’est traduite en France qu’un siècle plus tard34, en raison de la récupération de ses thèses par Friedrich Engels (L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, 1884)35.

  • 36 Le droit de la mère dans l’Antiquité. Préface de l’ouvrage Das Mutterrecht, Paris, Groupe français (...)
  • 37 Ibid., p. 7.
  • 38 Ibid., p. 8-9.
  • 39 Ibid., p. 22.
  • 40 Ibid., p. 17.
  • 41 Ibid., p. 24.

8Communisme primitif contre propriété privée, patriarcat contre matriarcat, mariage contre promiscuité primitive : les thèmes abordés, propres à déstabiliser l’ordre bourgeois issu des codifications napoléoniennes, s’avèrent indéniablement plus difficiles à masquer derrière un paravent de neutralité axiologique que les écrits plus techniques de la majeure partie de la littérature juridique du xixe siècle. Ainsi, la traduction de la préface de Das Mutterrecht de Bachofen est effectuée en 1903 sous le patronage du Groupe français d’études féministes et des droits civils des femmes36, association socialiste éditant également, à partir de 1913-1914, un périodique mensuel intitulé La femme de demain, sous la direction d’une certaine O. Duchatel et de la suffragette Jeanne Oddo Deflou. En pleine période d’effervescence des idées féministes, la traduction de cette préface obéit à un objectif ouvertement militant : faire connaître cette œuvre consacrée au passé de la femme, indispensable « gage pour son avenir37 ». Le Groupe opère une lecture très orientée du maître-ouvrage de Bachofen. À le lire, le magistrat suisse fait pièce au mythe tenace de la prépondérance masculine dans l’ensemble des activités humaines, pour mieux « montrer, avant les quelques milliers d’années qui forment la période historique, une immense perspective de siècles pendant lesquels la femme aurait exercé une influence à peu près équivalente à celle dont l’homme possède aujourd’hui, prétendait avoir toujours possédé, le monopole38 ». Dès lors, le Groupe français d’études féministes et des droits civils des femmes se propose, à travers la traduction des quelques 170 pages de préface de l’ouvrage, de mettre à la disposition du public français un ouvrage jamais traduit, renversant « la légende erronée et surannée de la famille biblique et patriarcale39 ». Les conclusions du professeur de droit romain, relatives à la place des femmes dans les civilisations primitives, doivent être méditées non seulement par le public féminin, mais prendre place dans les programmes scolaires et dans les facultés de droit. Il s’agit, en somme, que tous admettent ce fait, amplement démontré par Bachofen, que « l’omnipotence du mâle n’apparaît plus comme la condition universelle et nécessaire du développement et du perfectionnement de notre race40 ». Si Bachofen, admet le Groupe, n’est pas féministe, son amour de la vérité et de la science le conduit avec d’autant plus d’impartialité à « [détruire] la légende du patriarcat éternel et nécessaire, en établissant l’existence d’un autre état social antérieur, et montrant par quels moyens celui-ci fut anéanti par son rival41 ».

  • 42 E. Barilier, « Préface », in J.‑J. Bachofen, Le droit maternel. Recherches sur la gynécocratie de (...)
  • 43 Ses œuvres complètes ont été éditées en allemand : elles comprennent son autobiographie, rédigée e (...)
  • 44 Paris, Félix Alcan, 1938.
  • 45 Ibid., p. 14 et p. 22.
  • 46 Lausanne, Éd. L’âge d’homme, 1996.
  • 47 Ph. Borgeaud, N. Durisch, A. Kolde et G. Sommer, op. cit., p. 7‑8.

9Il n’est sans doute guère étonnant que Das Mutterrecht, publié en 1861, ait attendu près de quarante ans pour connaître une première traduction, au moins partielle, en français. Entre les deux dates, en effet, sont parues d’autres réflexions d’ampleur sur la question du matriarcat, et notamment celles de McLennan (Primitive marriage : an inquiry into the origin of the form of capture in marriage ceremonies, 1865) ou encore d’Engels (L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, 1884), qui discutent longuement Bachofen, connu du public, au moins savant, par ces discussions indirectes. En outre, ce n’est qu’au début du xxe siècle que les mouvements féministes commencent à faire entendre leur voix. La traduction-relecture de Bachofen par les féministes socialistes s’apparente par conséquent à la récupération d’une vulgate (le matriarcat) à des fins idéologiques en complète opposition avec les idées de l’auteur. Bachofen, en effet, est un conservateur catholique nanti, plutôt favorable au patriarcat, ses recherches sur la gynécocratie ne signifiant nullement, bien au contraire, que cet « ennemi du progressisme et des Lumières42 » était un défenseur des droits des femmes43. Das Mutterecht est par la suite retraduit en 1938 par l’écrivain, psychologue, sociologue et philosophe suisse communiste Adrien Turel (1890‑1957), sous le titre Du règne de la mère au patriarcat. Pages choisies44. Dans sa présentation de l’ouvrage, paru chez le principal éditeur de sociologie, psychologie et philosophie Félix Alcan, Adrien Turel insiste sur le fait que Bachofen aurait découvert, cinquante ans avant Freud, le concept de refoulement. Il met également l’accent sur la philosophie hégélienne sous-tendant l’œuvre de Bachofen et sur les récupérations de ces deux auteurs par les socialistes, communistes et anarchistes européens afin de prouver « le caractère inévitablement éphémère de la famille patriarcale et bourgeoise telle qu’elle existait de leur temps ». Aussi, conclut-il, « Bachofen est devenu, lui aussi, un des génies tutélaires du marxisme et de l’anarchisme45 ». Il faudra attendre 1996 pour que le romancier et essayiste Étienne Barilier (1947-) s’essaye à une traduction et présentation critique de Das Mutterrecht, sous le titre Le droit maternel : recherche sur la gynécocratie de l’Antiquité dans sa nature religieuse et juridique46. C’est dire que Bachofen, souvent cité mais plus rarement lu, a fait l’objet, en France comme ailleurs, de très importantes réappropriations, par le matérialisme historique, le féminisme, la psychanalyse, la mythologie ou encore l’histoire des amazones47.

  • 48 Paris, Guillaumin.
  • 49 Sur ce personnage, cf. L. Marco, « Courcelle-Seneuil, orthodoxe intransigeant », in M. Lutfalla et (...)
  • 50 V° Courcelle-Seneuil Jean Gustave (1813-1892), in F. Teulon, Dictionnaire des grands économistes, (...)
  • 51 Les Principles of Political Economy (1848) sont ainsi traduits sous le titre Principes d’économie (...)
  • 52 La Richesse des nations paraît ainsi chez Guillaumin en 1888.
  • 53 L. Marco, op. cit., p. 150-151.

10Le cas d’Henry Sumner Maine, exactement contemporain, est sans doute plus complexe. Les traductions de ses principaux ouvrages s’échelonnent régulièrement de 1861 à 1889, sous la plume de trois traducteurs différents, tous juristes de formation. Or, ces traductions sont assorties de très longues préfaces, servant de prétextes à leurs auteurs pour développer leurs propres idées. L’ouvrage le plus célèbre de Sumner Maine, Ancient Law (1861) est tout d’abord traduit en 1874 sous le titre L’ancien droit considéré dans ses rapports avec l’histoire de la société primitive et avec les idées modernes48. Or, il n’est pas anodin que la traduction émane de l’avocat, journaliste et professeur d’économie politique Jean-Gustave Courcelle-Seneuil (1813-1892)49, rédacteur en chef du Journal des économistes. Cet économiste ultra-libéral, disciple de Frédéric Bastiat et de Jean-Baptiste Say50, traduit également les économistes anglais qui font son admiration, John Stuart Mill51 et Adam Smith52. Or, il trouve en Sumner Maine un parfait appui à ses vues sur l’état de la science sociale en France dans la seconde moitié du xixe siècle, développées dans ses Études sur la science sociale (1862), puis dans son Essai de définition de la science sociale (1885). Nonobstant les importantes différences de vues entre Courcelle-Seneuil et Sumner Maine (le premier est républicain et athée ; le second conservateur et croyant), Courcelle-Seneuil puise chez l’auteur britannique des arguments propres à appuyer son entreprise : défendre une « morale individualiste », en même temps que promouvoir la méthode d’observation dans les sciences sociales, sur le modèle des sciences exactes53.

  • 54 Hormis sa profession, on ignore tout de cet auteur. S’agirait-il de Théobald Yves Marie Joseph Dur (...)
  • 55 Sur ce personnage haut en couleurs, collaborateur de la Revue générale du droit de Joseph Lefort e (...)
  • 56 Il faut également mentionner, dans un autre domaine que l’ethnologie juridique, la traduction par (...)

11De la même manière, les Lectures on the early history of institutions sont traduites en 1880 chez l’éditeur Ernest Thorin, dans la collection « Bibliothèque de l’histoire du droit et des institutions », par l’avocat Joseph Durieu de Leyritz, personnage relativement obscur54, sous le titre Études sur l’histoire des institutions primitives. Par la suite, toutes les œuvres ultérieures de Sumner Maine sont également traduites chez Thorin, dans la même collection, par le juriste conservateur René de Kerallain55 : les Dissertations on early law and custom, chiefly selected from lectures delivered at Oxford (1883), qui deviennent les Études sur l’ancien droit et la coutume primitive (1884) et les Études sur l’histoire du droit (1889), qui se présentent comme une réunion d’articles épars, traduits à titre posthume56. Or, ces traductions sont toutes assorties de très substantielles préfaces, qui voient les traducteurs opérer une véritable présentation critique de l’œuvre du juriste anglais, à mi-chemin entre considérations savantes et propos politiques, ces deux perspectives n’étant d’ailleurs, en l’occurrence, nullement séparables.

  • 57 « La méthode commune aux uns et aux autres consiste à observer les faits, à les décomposer, à les (...)
  • 58 « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’ancien droit et la coutume primitive, (...)
  • 59 « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’histoire des institutions primitives, (...)

12Les traducteurs successifs relèvent en particulier, de manière unanime, la modernité méthodologique de Sumner Maine, qu’ils mettent en regard avec l’inertie des juristes français. Gustave Courcelle-Seneuil affirme ainsi qu’il n’existe qu’une seule méthode scientifique, valable aussi bien en sciences exactes qu’en sciences sociales : la « méthode d’observation » ou « induction57 ». Cette substitution par le jurisconsulte britannique de l’induction à la déduction, également relevée par René de Kerallain58, est surtout développée par Joseph Durieu de Leyritz. Celui-ci explique qu’afin de dégager les lois de l’évolution du droit dans les sociétés humaines, et, ainsi, « dégager la grande inconnue des lois sociales59 », encore faut-il abandonner les spéculations abstraites. Et de conclure :

  • 60 Ibid., p. XVI-XVII.

« Le droit réclame son Cuvier. À la méthode expérimentale et inductive, transportée sur le terrain de la jurisprudence, il appartient de contrôler, par les résultats de ce que j’appellerais volontiers une paléontologie juridique, les théories purement subjectives, les axiomes et les postulats dogmatiques de notre vieux droit philosophique traditionnel60 ».

  • 61 G. Courcelle-Seneuil, op. cit., p. VI.
  • 62 R. de Kerallain, « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’ancien droit…, op. ci (...)
  • 63 Voir, sur ces questions, Audren (F.) et Halperin (J.‑L.), op. cit.
  • 64 G. Courcelle-Seneuil, op. cit., p. VI.
  • 65 Op. cit., p. XII.
  • 66 Op. cit., p. VI.
  • 67 J. Durieu de Leyritz, op. cit., p. XVI.
  • 68 Ibid.

13Cet important basculement méthodologique, unanimement relevé, est mis en perspective avec un retard français déploré par tous les traducteurs. On regrette en particulier « l’abaissement » des études juridiques61 et le défaut d’enseignement de la matière historique62, dans un système dans lequel le droit romain est enseigné de manière décontextualisée, comme un simple support à la formation méthodologique des jeunes étudiants en droit63. De cette formation étroitement dogmatique et utilitaire découle par conséquent l’étroitesse d’esprit des juristes français, hermétiques à toutes les études juridiques non directement utiles aux praticiens64. Aussi la recherche juridique française apparaît-elle singulièrement en retard par rapport aux efforts allemands et anglo-saxons. « Il ne paraît pas, regrette Durieu de Leyritz, que nous ayons encore envisagé le droit comme un des éléments principaux de la science sociale65 ». L’apport de Sumner Maine consiste, par contraste, à avoir renoué avec la « science sociale dans la grande tradition du xviiie siècle ». Après une éclipse momentanée due à la Révolution française et ses conséquences, la science sociale, en cette seconde moitié du xixe siècle, renaît grâce aux progrès de la philologie, de l’histoire, de l’archéologie ou encore de la géologie, diagnostique Courcelle-Seneuil. L’économiste présente alors l’ouvrage de Sumner Maine comme l’entrée de la science du droit, « temple de la routine », dans ce grand mouvement de renouveau sociologique qu’il décèle, et dont la France, à l’exception des travaux de Numa Fustel de Coulanges, demeure la grande absente66. Dès lors, aux généralisations hâtives de Rousseau, Vico, Saint-Simon ou Bossuet se substitue un esprit d’observation mesuré et prudent, propre à contrôler les « théories purement subjectives » comme les « postulats dogmatiques67 ». Aussi Joseph Durieu de Leyritz, par exemple, insiste-t-il sur les rapports étroits entre le droit et la science sociale. Mieux : l’histoire des lois et des institutions, pense-t-il, est de nature à jeter une vive lumière sur le « développement de la civilisation68 », autre façon de dire que le droit est, lui aussi, constitutif d’une anthropologie générale.

  • 69 « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’histoire du droit, Paris, Thorin, 1889 (...)
  • 70 « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’ancien droit…, op. cit., p. XIII.
  • 71 Appuyé sur Fustel de Coulages qui, affirme-t-il, ne s’est jamais caché d’écrire La Cité antique po (...)
  • 72 « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’ancien droit…, op. cit., p. XVII.
  • 73 C’est là un poncif des juristes conservateurs du xixe siècle qui, dans un contexte qui leur est ho (...)
  • 74 « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’ancien droit…, op. cit., p. XVIII‑XIX.

14Ce projet de réintégrer le droit dans les sciences sociales, pour en faire la pierre angulaire de l’explication des lois du développement des sociétés humaines, n’est pas uniquement une proposition méthodologique désincarnée. Bien au contraire, ce mot d’ordre de la méthode d’observation est adossé à des considérations politiques évidentes, tant Maine, rappelle René de Kerallain, « a fait de la politique en savant et de la science en homme politique69 ». Le publiciste breton propose une lecture conservatrice de l’œuvre de Maine : les observations du célèbre jurisconsulte britannique ont permis, à le lire, de confirmer que le développement des sociétés humaines s’opère en direction des « progrès de l’individualisme » contre le communisme originaire70. Sa préface de 1884 est l’occasion pour lui de se livrer à un vibrant plaidoyer antidémocratique71 : « à l’égalité de tous les hommes, inscrite dans la Constitution, la science répond par l’affirmation de leur inégalité physique et morale », assène-t-il72. Et de conclure aux bienfaits de la comparative jurisprudence promue par Sumner Maine, tant l’observation des faits sociaux prévient les théoriciens contre les doctrines a priori, et en particulier celle du contrat social de Rousseau, qui a égaré la France sur le chemin de l’abstraction depuis le xviiie siècle73. Et Kerallain de conclure que « l’archéologie juridique doit être désormais considérée comme une branche indispensable des connaissances politiques. Elle en est le premier rudiment et comme l’alphabet74 ».

15Les traducteurs de Sumner Maine livrent par conséquent une traduction des plus subjectives, étroitement dépendante de leurs croyances politiques, tout en s’inscrivant dans un contexte culturel précis, dont leurs préfaces se font l’écho : celui du mot d’ordre, dans les sciences sociales, de la « méthode d’observation » chère à Frédéric Le Play et ses disciples, seule à même de prouver scientifiquement l’inanité des doctrines rousseauistes et de l’égalité entre les hommes. L’innovation méthodologique doit, par conséquent, appuyer les doctrines conservatrices. Si l’étude des traductions de Bachofen et de Sumner Maine permet, par conséquent, d’apercevoir relativement aisément le double enjeu méthodologique et politique qui se cache derrière ces ouvrages, elle livre également quelques éléments relatifs à la dimension matérielle et concrète de la traduction.

II. Dans le laboratoire de la traduction

  • 75 Il n’y a pas, au xixe siècle, de tentative de réflexion théorique sur l’activité traductrice (Y. C (...)

16Au xixe siècle, les œuvres de la doctrine juridique ne sont jamais traduites par des traducteurs de métiers, mais toujours par des savants. La traduction fait par conséquent pleinement partie des nombreuses performances intellectuelles concrètes effectuées par les juristes au cours de l’exercice quotidien de leur profession. Pour autant, cette activité presque invisible de traduction est très mal documentée, et l’on peine quelque peu à glaner des renseignements sur une pratique qui revêt un caractère empirique et circonstanciel marqué75. Malgré tout, l’étude de notre corpus permet de mettre en avant quatre séries de remarques relatives à l’histoire concrète de la traduction.

  • 76 S. Georgoudi, « Bachofen, le matriarcat et le monde antique. Réflexions sur la création d’un mythe (...)

17Tout d’abord, il est assez fréquent, au xixe siècle, que les œuvres ne soient pas traduites in extenso mais sous une forme abrégée. L’exemple de Bachofen est, ici, fort instructif. Das Mutterecht est en effet réputé pour son caractère extrêmement technique, voire abscons. Cette œuvre très dense, parsemée de longues citations non traduites en grec et en latin, est, de l’avis des contemporains, très difficile d’accès76. Aussi les traducteurs successifs du magistrat suisse effectuent-ils des coupes et des choix dans l’œuvre d’origine, qui sont largement fonction de ce qu’ils entendent démontrer. Le cas de Bachofen est très particulier : ses traducteurs, en effet, ne sont pas des juristes. Leur objectif est moins d’aboutir à une édition scientifique que de « vulgariser » une œuvre exigeante en direction du grand public.

  • 77 « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’histoire du droit, op. cit., p. LX. Pr (...)
  • 78 Pour un historique et une mise en perspective de cette expression, cf. F. Pollock, « The history o (...)
  • 79 Sur l’importance des intitulés en histoire des savoirs et des sciences, nous renvoyons au remarqua (...)
  • 80 Op. cit., p. XI.
  • 81 « Là se trouve leur champ légitime d’observations qu’on peut bien appeler histoire, mais qui compr (...)
  • 82 Ibid., p. XIII-XIV.

18Ensuite, les préfaces des traducteurs, dont nous avons pu constater qu’elles étaient le prétexte à de très substantiels développements de fond, ne font, étonnement, que très peu de cas des inévitables difficultés linguistiques rencontrées. Il est tout à fait frappant que les aspects purement sémantiques soient passés sous silence, particulièrement dans le cas d’un savoir émergent comme l’ethnologie, dont le vocabulaire était précisément en cours de constitution. Seul René de Kerallain fait état de la jeunesse de « la science du Droit comparé, qui ne possède pas encore de vocabulaire pour exprimer ses aperçus, pour classer ses découvertes ». Aussi le traducteur explique-t-il avoir dû fréquemment, au cours de sa traduction, recourir à des périphrases ou à des néologismes, afin de décrire certains phénomènes, comme les mœurs « tribales » de certaines peuplades ou la notion de « préféodalité », par exemple77. Si de telles indications demeurent fort rares, il reste que les différents traducteurs affrontent un problème sémantique central : celui de la traduction des expressions historical jurisprudence et comparative jurisprudence, utilisées par Henry Sumner Maine pour désigner le nouveau savoir qu’il entend fonder78. Cette dénomination, fluctuante chez Sumner Maine lui-même, fait l’objet d’un profond scepticisme de la part de ses traducteurs, qui discutent longuement la pertinence du vocable en raison de l’importance symbolique et stratégique de la dénomination d’un nouveau savoir79. Gustave Courcelle-Seneuil, regrette le choix des deux adjectifs historical et comparative pour désigner la méthode inductive du jurisconsulte anglo-saxon tant, affirme-t-il, l’histoire et la comparaison ont servi, sur le continent, de paravent scientifique aux théories les plus farfelues80. Aussi ces termes apparaissent-ils « obscurs, peu exacts et trompeurs ». Ils impliquent en effet, à lire l’économiste, qu’il existerait une hypothétique méthode spécifique au droit. Or, on sait que Courcelle-Seneuil en tenait pour l’unité de la méthode dans toutes les branches de la science sociale et qu’il tentait, à la même époque, de fonder une science sociale unique, à partir de l’économie. Selon lui, toutes les branches des sciences humaines obéissent à la même méthode : la méthode d’observation des faits sociaux81, équivalent de l’expérimentation dans les sciences exactes. Aussi « la méthode commune » des premières et des secondes consiste-t-elle à « observer les faits, à les décomposer, à les comparer incessamment pour y rechercher les ressemblances et les différences, afin d’en dégager les lois ». Certes, cette méthode est à la fois historique et comparative, mais, réduite à ces deux éléments analogiques assis sur un « trop petit nombre de faits » et sur un « arrangement arbitraire plus ou moins neuf de vieux matériaux tirés de l’ordre de la routine », elle ne consisterait, finalement, qu’en vaines « proclamations dogmatiques ». Et Courcelle-Seneuil d’opposer à cette méthode intuitive la vraie méthode du « savant moderne » qu’est Sumner Maine82. On aperçoit ici à quel point un simple problème linguistique se mue en réflexion heuristique au service des idées du traducteur.

  • 83 « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’ancien droit…, op. cit., p. III.

19L’appellation historical ou comparative jurisprudence suscite également l’intérêt de René de Kerallain, qui se montre, sur ce point, tout aussi disert, quoique pour des raisons différentes. En 1884, à l’occasion de la traduction des Dissertations on early law and custom (série de leçons professées à Oxford), le traducteur commence par diagnostiquer l’émergence, à l’étranger, d’un « nouveau champ d’études », consistant à retracer « l’évolution des idées légales depuis ses origines les plus lointaines », en recourant à des inductions suppléant au silence de l’histoire. Pour parvenir à un tel objectif, le jurisconsulte doit nourrir sa réflexion des « mœurs disparues du passé » aussi bien que « des coutumes vivantes qui ont traversé les âges sans se laisser entamer par la civilisation83 ». Kerallain propose alors de substituer l’expression « archéologie juridique » à celle de comparative jurisprudence, trop ambiguë pour le public français en raison des acceptions différentes du terme « jurisprudence » dans les deux langues d’une part ; en raison également du fait que comparative jurisprudence évoque immanquablement la législation comparée, traduction qui serait trop réductrice pour qualifier les débuts de cette nouvelle science, beaucoup plus ambitieuse que le droit comparé balbutiant. On note ici que Kerallain, dans sa traduction, propose une expression tout à fait différente, en critiquant à son tour la terminologie retenue par Maine. La traduction de cette expression est d’ailleurs l’occasion pour lui de se livrer à un rapide exercice de délimitation des frontières disciplinaires :

  • 84 Ibid. Kerallain récuse également l’expression prétentieuse, réprouve-t-il, de « paléontologie juri (...)

« Il importe, en tout cas, de trouver ici une désignation caractéristique qui limite le domaine des recherches et le sépare nettement de ceux des autres branches de la sociologie, telles que l’ethnographie, l’anthropologie, la linguistique, la science des religions, etc., sur les frontières desquelles le droit ne doit s’aventurer qu’avec des précautions extrêmes84 ».

  • 85 Op. cit., p. LV.

20En troisième lieu, la question, pourtant centrale, du titre des ouvrages traduits est relativement peu abordée dans les préfaces, comme si elle relevait de l’évidence. Ainsi, par exemple, l’Ancient Law de Sumner Maine est traduit sous le titre L’ancien droit par Courcelle-Seneuil, alors même que l’adjectif « ancien » ne s’imposait pas de manière évidente, tant « ancien droit » renvoie, pour les juristes français, au droit antérieur à 1789. Le traducteur ne discute nullement du fait de ne pas avoir choisi, par exemple, l’adjectif « archaïque » ou « primitif », comme ce sera le cas de la traduction, en 1971, de l’ouvrage Ancient Society de Lewis Morgan, traduit sous le titre La Société archaïque. Le cas de Bachofen, légèrement différent, nous éclaire sur l’importance de l’intitulé de l’œuvre. Das Mutterecht est en effet l’un des rares exemples d’intitulés d’ouvrages ayant connu trois traductions différentes : le « droit de la mère » en 1902, le « règne de la mère » en 1938 et le « droit maternel » en 1996, tandis que la traduction italienne de l’ouvrage préfère le mot « matriarcat » (matriarcato). Seul Étienne Barilier, professeur associé à l’université de Lausanne jusqu’en 2013, auteur de la dernière traduction en date de l’œuvre de Bachofen, relève combien la traduction du titre est, en l’occurrence, délicate, tant le mot mutterecht est imprécis85. S’il explique avoir renoncé à traduire l’expression par « matriarcat » en raison de la connotation de domination féminine, absente de la pensée de Bachofen, qu’induit ce mot, il ne s’explique par sur son choix de ne pas reprendre à son compte les traductions précédentes (« droit de la mère » et « règne de la mère »). Sans doute est-ce là un simple choix éditorial, destiné à singulariser et identifier sa traduction. Aussi se borne-t-il à indiquer préférer l’expression « droit maternel », plus neutre que « matriarcat ».

  • 86 G. Genette, Seuils, Paris, Seuil, 1987, p. 7‑20.
  • 87 Précisons à ce propos que, dans l’Histoire des traductions en langue française d’Y. Chevrel, L. d’ (...)

21Enfin, il est possible, grâce à la correspondance entre René de Kerallain et les auteurs anglo-saxons qu’il traduit, de glaner quelques renseignements sur la question du paratexte, c’est-à-dire de l’ensemble des éléments éditoriaux accompagnant un texte publié, tels que la préface ou encore les notes de bas de page86. Or, la correspondance de Kerallain, publiée par sa veuve en trois volumes, ne contient malheureusement pas ses lettres à Sumner Maine. On y trouve, en revanche, ses missives aux autres auteurs anglo-saxons qu’il traduit, comme Sir Frederick Pollock (1845-1937), co-auteur, avec Frederic Maitland, de l’History of English Law before the Time of Edward I (1895) ou encore Sir Alfred Lyall (1835-1911), fonctionnaire britannique auteur d’ouvrages sur l’Extrême-Orient (Asiatic studies, 1882 et 1899). Malgré cette regrettable absence, cette source exceptionnelle livre de nombreux renseignements sur la traduction juridique au xixe siècle et, partant, sur la traduction en sciences humaines, les premières œuvres ethno-juridiques de la décennie prodigieuse étant considérées comme fondatrices de l’anthropologie évolutionniste générale87.

  • 88 Lettre à M. de La Vallée Poussin, 5 août 1909 (Correspondance…, op. cit., tome 2, p. 359).
  • 89 Cf. les échanges nourris à propos de l’opportunité de mentionner Frazer dans la traduction des Asi (...)
  • 90 Lettre à Sir Alfred Lyall, 24 juillet 1907 : « mes notes sont un peu longues dans les deux chapitr (...)
  • 91 Lettres à Sir Alfred Lyall des 20 et 21 février et 2 mars 1907. Voir cet exemple, tiré de sa lettr (...)
  • 92 Lettre du 10 et 11 mai 1910 (Correspondance…, op. cit., tome 3, 1937, p. 36).

22La correspondance de Kerallain donne à voir la façon de travailler du traducteur, qui, loin d’effectuer un travail isolé, façonne sa traduction en étroite discussion avec l’auteur. Il explique tout d’abord écrire les notes pour lui-même, afin de mieux s’approprier le texte et d’en bien cerner le contexte88. Ces notes sont, pour la majeure partie, conservées dans le texte publié. Kerallain discute fréquemment avec l’auteur de l’opportunité d’y insérer telle ou telle information. Ainsi, par exemple, il demande à Alfred Lyall s’il ne conviendrait pas de mettre son ouvrage à jour en mentionnant, dans les notes de bas de page, Le Rameau d’Or de James-Georges Frazer, dont la seconde édition venait de paraître en trois volumes en 190089. Les notes de bas de page découlant de ces discussions servent alors à faire découvrir au lectorat français des auteurs inconnus dans l’Hexagone, comme l’exploratrice anglaise Mary Kingsley (1862-1900), auteur de Travels in West Africa (1897) et West African Studies (1899)90, mais aussi à discuter certaines parutions récentes. Aussi le traducteur envoie-t-il systématiquement les épreuves de sa traduction à l’auteur, afin qu’ils déterminent ensemble le contenu de ces notes, mais également le contenu et l’ordre des préfaces autographe et allographe, ou encore la manière de désigner l’auteur sur la couverture91. À la faveur de cette correspondance se met donc en place une véritable œuvre commune à l’auteur et au traducteur, la traduction constituant, comme le montre le cas de l’ethnologie juridique, une véritable valeur ajoutée à l’œuvre de départ, qui s’en trouve parfois, directement ou indirectement transformée. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que René de Kerallain se plaigne de la recension de sa traduction de l’ouvrage de Frederick Pollock, parue dans la Revue générale du droit, car le critique, regrette-t-il, a négligé tout son travail d’annotation, alors même que Pollock lui-même « avait corrigé certains passages de son texte, dans les éditions suivantes, d’après [ses] remarques92 ».

  • 93 C’est le cas à propos de la traduction des Asiatic Studies de Lyall : « L’idée m’est venue, puisqu (...)
  • 94 « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’histoire du droit, op. cit., p. XLI‑XL (...)

23Parfois cependant, les modifications opérées par le traducteur vont plus loin que l’ajout d’un paratexte (notes ou préface). Ainsi, il arrive à Kerallain de proposer à l’auteur une modification de l’ordre des chapitres93. Autre illustration, relative, cette fois, à Sumner Maine : Kerallain affirme avoir dégagé de son appareil polémique un article du juriste britannique relatif à la famille patriarcale, publié dans la Quaterly Review en 1888, pour « en mieux faire ressortir la valeur générale ». Ce texte, en effet, répondait à une controverse engagée par John Ferguson McLennan. Aussi Kerallain, trouvant le ton de la réponse de Sumner Maine quelque peu « agressif », requiert-il l’accord de l’auteur pour expurger sa traduction des éléments directement polémiques94.

  • 95 « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’ancien droit…, op. cit., p. XXIV.

24Le cas de René de Kerallain, exceptionnellement documenté, permet d’affirmer que le travail du traducteur dépasse largement la « simple » traduction linguistique (si tant est que celle-ci existe…) pour opérer une véritable transformation du texte, adapté au lectorat français. Ainsi, lors de la traduction des Dissertations on early law and custom (1883) de Sumner Maine, Kerallain justifie la longueur inhabituelle des notes parsemant le texte – et en particulier l’existence de deux appendices rajoutés à la fin des chapitres VII et IX –, en expliquant que « la plupart de ces notes sont empruntées à des travaux anglais que le lecteur n’a probablement pas à sa disposition », et émanant même parfois d’ouvrages ne figurant pas dans le commerce. Autrement dit, le traducteur opère un véritable travail intertextuel, en mettant en relation le texte traduit avec des ouvrages anglais ne l’ayant pas été. D’ailleurs, la note du chapitre VII est rajoutée à la demande expresse de Sumner Maine, matériellement empêché, à ce moment-là, « de répondre directement à certaines critiques dans le seconde édition de son livre en Angleterre95 ». Il s’agit là d’un cas remarquable dans lequel le traducteur répond aux critiques de l’auteur à sa place. Entre le caractère fouillé des préfaces, qui interprètent et contextualisent l’œuvre par rapport à l’état de la science, l’importance du paratexte ajouté par le traducteur et les transformations pures et simples qu’il y ajoute, l’œuvre initiale ressort profondément altérée par ce travail commun au traducteur et à l’auteur, ce qu’exprime bien René de Kerallain à l’occasion du décès d’Alfred Lyall :

  • 96 Lettre à Lady Stanley, 20 avril 1911 (Correspondance…, op. cit., tome 3, p. 129).

« La mort de Sir Alfred Lyall est en effet pour moi une peine profonde (…). Depuis bien des années, vingt-cinq ans et plus, je vivais en quelque sorte dans l’intimité de sa pensée, ayant dû la pénétrer attentivement pour la comprendre, et relevant chaque jour, pour ainsi dire, au cours de mes lectures ou de mes réflexions, un trait nouveau à y joindre par forme de commentaire. De la sorte, les esprits tendent à se confondre ; et c’était un plaisir de constater ensuite, par une correspondance amicale, que l’on demeurait bien d’accord96 ».

  • 97 Voir en ce sens les remarques de G. Sapiro, qui relève que les universitaires (pour le xxe siècle) (...)

25L’ajout d’un tel paratexte s’explique, au xixe siècle, parce que les traducteurs sont des savants, se plaçant dans une posture d’égal à égal avec l’auteur traduit. Ils ont donc une connaissance très fine du contexte savant dans lequel s’inscrit l’œuvre, ce qui leur permet de la discuter, la compléter, la commenter de manière serrée, ce que ne pourrait pas faire un traducteur de métier97 ; bref, d’en livrer une véritable édition critique.

  • 98 Lettre à Sir F. Pollock, 6 janvier 1891 (Correspondance…, op. cit., tome 1, p. 19).
  • 99 Lettre à M. de La Vallée Poussin, 17 mars 1909 (ibid., tome 2, p. 288).

26Au-delà de la très importante question du paratexte, propre à acculturer le texte d’origine en français, le traducteur se préoccupe également des ventes et de la réception de ses traductions. Ainsi Kerallain explique-t-il, dans une lettre à Frederick Pollock datée de 1891, que l’éditeur Thorin, pourtant éditeur officiel du Collège de France, est subventionné par le gouvernement pour la plupart de ses entreprises, les ouvrages peinant à se vendre98. Dans une autre lettre, il indique avec fierté toutes les recensions de ses traductions des Asiatic Studies d’Alfred Lyall dans des revues savantes99. La question de la réception conduit à interroger un fait souvent présenté comme une évidence : la traduction aiderait à la circulation internationale des textes et, partant, des savoirs. C’est ce lieu commun qu’il s’agit à présent d’examiner.

III. Traduction juridique et circulation des savoirs. Quelques remarques méthodologiques en forme de prospective

  • 100 G. Sapiro, « Préambule. Les raisons de traduire », in G. Sapiro (dir.), op. cit., p. 15.
  • 101 « Préambule. Les raisons de traduire », in G. Sapiro (dir.), op. cit., p. 19.
  • 102 Op. cit., p. 3‑8.

27On affirme volontiers que traduire une œuvre, c’est la faire circuler et favoriser sa réception100. Si, incontestablement, l’existence de traductions constitue un indice fort de la circulation des œuvres, il n’en demeure pas moins, comme le relevait récemment Gisèle Sapiro, qu’« il ne suffit pas qu’une œuvre soit traduite pour qu’elle soit reçue101 ». Pierre Bourdieu rappelait également, dans un texte programmatique, combien la circulation de certaines œuvres peut s’effectuer au prix de malentendus qui en favorisent la réception, en raison de la différence des contextes de départ et d’arrivée102. De fait, l’opération de traduction n’épuise pas les éléments favorisant la circulation des œuvres. Pour parvenir à une cartographie la plus fine possible des réceptions et des circulations, encore faut-il croiser l’indice évident que constitue la traduction des œuvres avec d’autres éléments.

  • 103 Sur l’importance de l’histoire des bibliothèques pour l’histoire des sciences sociales, cf. le der (...)
  • 104 Voir sur ce point L. Guerlain, « Entre science juridique et savoirs anthropologiques. Évolutionnis (...)
  • 105 Pour un premier essai d’étude bibliométrique, voir le récent article, en forme de recherche pilote (...)
  • 106 Nous renvoyons sur ce point à notre étude : L. Guerlain, « Culture et usages des savoirs anthropol (...)
  • 107 Pour les potentialités d’une telle démarche, voir L. Salmon, Le laboratoire de Gabriel Tarde. Des (...)
  • 108 Pour un exemple interrogeant la place des éditeurs dans la réception d’une œuvre à l’étranger, voi (...)
  • 109 Pour un plaidoyer sur l’importance des correspondances en histoire de la sociologie (mais le propo (...)

28Tout d’abord, il importe de mettre en regard les traductions avec les emprunts d’ouvrages dans les bibliothèques, lorsque de tels registres existent, ce qui est le cas de la bibliothèque Cujas ou encore de la Bibliothèque nationale de France103. Lorsque, en effet, l’on parvient à savoir ce que les juristes du xixe siècle empruntaient, on s’aperçoit fréquemment qu’ils n’attendent nullement la traduction des œuvres pour en prendre connaissance, et qu’ils les empruntent dans leur langue d’origine. Ainsi, par exemple, l’historien du droit Émile Jobbé-Duval emprunte les ouvrages d’Henry Sumner Maine en anglais, ou encore ceux du pionnier de l’ethnologie juridique Albert-Hermann Post, en allemand104. La rareté des registres d’emprunt impose néanmoins d’utiliser d’autres ressources. Il va sans dire que les notes infrapaginales des ouvrages fournissent de précieuses indications sur les ouvrages lus en langue originale. Émile Jobbé-Duval, par exemple, cite Sumner Maine en anglais dès sa thèse de doctorat et il semblerait que le célèbre juriste anglo-saxon s’impose comme une référence incontournable dans la science juridique française en voie de rénovation dès les années 1870. Des études bibliométriques sont ici absolument indispensables105. Autre indice permettant de relativiser l’importance des traductions : les recensions d’ouvrages en langue étrangère dans les revues, qui constituent un très bon moyen de faire connaître une œuvre et d’en assurer une réception minimale même lorsqu’elle n’est pas traduite. Ainsi, Henry Sumner Maine, régulièrement loué pour le caractère pionnier de ses travaux, est l’auteur « ethno-juridique » le plus recensé par les revues du xixe siècle, alors que Bachofen, par exemple, est très peu discuté par les juristes et McLennan complètement ignoré106. Malgré tout, la question de la langue doit être soulevée ici : si les juristes du xixe siècle lisent fréquemment l’anglais, l’allemand ou l’italien, ce qui ôte à la traduction une partie de son intérêt, celle-ci demeure beaucoup plus précieuse pour les ouvrages en langue plus rare. Enfin, l’histoire des traductions doit être couplée avec l’étude des bibliothèques personnelles des juristes, qui contiennent des livres en langue étrangère107 ou encore avec la correspondance des traducteurs avec les auteurs traduits ou leurs éditeurs108. Si une telle denrée s’avère malheureusement plutôt rare, la correspondance de René de Kerallain démontre tout ce que peut apporter une telle ressource, surtout en raison de la rareté des archives éditoriales109.

  • 110 Lettre à Sir F. Pollock, 6 janvier 1891 (Correspondance…, op. cit., tome 1, p. 19).
  • 111 Voir, sur cette question, la Revue d’histoire des sciences humaines, n° 18 [Traditions nationales (...)

29Au-delà de la mobilisation de ce faisceau d’indices, permettant ainsi de sonder la pertinence et les limites des traductions en sciences humaines et sociales, la question de la géographie des circulations ne relève pas non plus de l’évidence. Ainsi, par exemple, la correspondance de René de Kerallain révèle que les traductions françaises des ouvrages de Sumner Maine ne se vendent pas tant en France qu’en Amérique du Sud. Ajoutant que les « peuples latins – Espagne, Italie – préfèrent aussi, paraît-il, nos versions françaises à vos originaux anglais », il reproche aux Anglo-saxons de trop écrire pour eux-mêmes, « comme si personne de devait [les] lire au dehors110 », allusion aux différentes traditions savantes nationales111, et en particulier à la différence de tradition entre les pays de common law et ceux de droit continental. Le cas de l’Amérique du Sud ne doit pas surprendre, quand on sait ses préventions vis à vis de l’Amérique du Nord et des Anglo-saxons de manière plus générale. Cette indication, fournie par Sumner Maine, relative aux ventes et au public des ouvrages traduits, nous apprend qu’une traduction en français n’est pas forcément destinée à être lue par un public francophone, ce qui complique singulièrement l’entreprise de cartographie de la circulation des œuvres. Celle-ci doit, par conséquent, nécessairement être mise en regard avec les traditions savantes nationales qui peuvent potentiellement faire obstacle à la réception d’une œuvre à l’étranger, ou encore avec le contexte politique touchant aux relations internationales entre États.

  • 112 Un simple repérage des traductions de Bachofen dans des bases de données européennes suffit à fair (...)
  • 113 Un récent blog européen vient d’être créé en ce sens, administré par Annamaria Monti : The Making (...)

30Enfin, au-delà du cas de l’ethnologie du droit, l’histoire des traductions juridiques appelle, nous semble-t-il, deux remarques finales. Tout d’abord, la fréquentation des périodiques savants du xixe siècle prouve que la traduction des sciences juridiques ne transite pas exclusivement par des ouvrages, mais que tout ou partie de ceux-ci sont fréquemment traduits sous forme de chapitres au sein des périodiques. Il y a là un important gisement, quasiment invisible, qui mériterait une étude statistique circonstanciée. Ensuite, cette étude de cas, resserrée autour des premiers ouvrages ethno-juridiques, surtout en raison de l’exceptionnelle correspondance de René de Kerallain, s’est uniquement intéressée aux traductions de ces œuvres en langue française. Il va de soi qu’une cartographie de la circulation des savoirs juridiques au xixe siècle devra nécessairement, à terme, être écrite à l’échelle européenne, voire mondiale. Aussi ne peut-on que terminer cette modeste étude de cas par un plaidoyer pour la constitution d’une base de données des traductions d’ouvrages doctrinaux juridiques à l’époque contemporaine, gigantesque entreprise qui ne pourra être que le fruit d’un travail collectif international112. À condition d’être couplée avec les autres éléments susmentionnés et de faire l’objet de quelques précautions méthodologiques, une histoire de la traduction de la littérature juridique à l’époque contemporaine contribuerait de manière déterminante, à n’en point douter, à l’écriture d’une histoire globale de la pensée et des savoirs juridiques113.

Tableau des traductions de la « décennie prodigieuse » de l’ethnologie juridique

Tableau des traductions de la « décennie prodigieuse » de l’ethnologie juridique

Notes

1 B. Wilfert-Portal, « Une nouvelle géopolitique intellectuelle. Entre nationalisme et cosmopolitisme », in C. Charle et L. Jeanpierre (dir.), La vie intellectuelle en France, tome 1, Des lendemains de la Révolution à 1914, Paris, Seuil, 2016, p. 559-491 et, du même, « Des bâtisseurs de frontières. Traduction et nationalisme culturel en France, 1880-1930 », in C. Lombez et R. Kulessa (dir.), De la traduction et des transferts culturels, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 27-53.

2 Y. Chevrel, L. d’Hulst et Ch. Lombez, « Introduction. Le siècle de la comparaison », in Y. Chevrel, L. d’Hulst et Ch. Lombez (dir.), Histoire des traductions en langue française. xixe siècle (1815-1914), Paris, Verdier, 2012, p. 31‑49.

3 Voir, pour quelques éléments généraux, H. Van Hoof, Histoire de la traduction en Occident. France, Grande-Bretagne, Allemagne, Russie, Pays-Bas, Paris, Louvain-la-Neuve, Éditions Duculot, 1991 et M. Ballard, Histoire de la traduction. Repères historiques et culturels, Bruxelles, De Boeck Supérieur, 2013. En 2009, Yves Chevrel déplorait qu’il n’existe pas d’histoire d’ensemble des traductions littéraires en langue française et insistait sur la nécessité de se livrer à un premier travail de repérage exhaustif des ouvrages traduits, à l’image de la Bibliographie des traductions françaises (1810-1940). Répertoire par disciplines (Paris, Presses Universitaires de Louvain, 1995) de K. Van Bragt, J. Lambert et L. d’Hulst (La littérature comparée, Paris, PUF, QSJ, 2009, 6e éd., p. 99‑101) et son article programmatique écrit avec J.‑Y. Masson, « Pour une “histoire des traductions en langue française” », Romanistische Zeitschrift für Literaturgeschichte, 2006/1-2, p. 11‑23.

4 Voir, prioritairement, Y. Chevrel, L. d’Hulst et Ch. Lombez (dir.), op. cit., G. Sapiro (dir.), Traduire la littérature et les sciences humaines. Conditions et obstacles, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, 2012 et J.‑K. Dick et S. Schwerter (S.) (dir.), Transmissibility and culturel tranfer. Dimensions of translation in the humanities, Stuttgart, Verlag, 2012. Pour une récente étude de cas, cf. R. Monnier, « Itinéraire d’un traducteur de la Révolution à la Restauration. Pierre-François Henry traducteur de James Harrington », Annales historiques de la Révolution française, n° 384, 2016/2, p. 3‑24. Signalons également la récente parution d’un numéro spécial de la revue La Révolution française. Cahiers de l’Institut d’histoire de la Révolution française, coordonné par Patrice Bret et Jean-Luc Chappey (n° 12 [Pratiques et enjeux scientifiques, intellectuels et politiques de la traduction (vers 1660-vers 1840)] 2017). Dans une perspective plus particulière, un volume a récemment été consacré à la traduction des textes comme modalité possible de l’action politique : F. Piselli et F. Proietti (dir.), Les traductions comme textes politiques. Un voyage entre France et Italie (xvie-xxe siècles), Paris, Classiques Garnier, 2017.

5 Parmi une bibliographie extrêmement abondante, consultable à l’adresse suivante (http://www.cttj.ca/documents/monographiesetarticlessurlajurilinguistiquefr.pdf), voir en priorité La traduction juridique : histoire, théorie(s) et pratique, 2000, C. Bocquet, La traduction juridique : Fondement et méthode, Bruxelles, de Boeck, 2008, P. Spada, « La traduction : le regard d’un juriste », in D. Londei et M. Callari (dir.), Traduire les savoirs, Berne, Peter Lang, 2011, p. 271‑278, M. Cornu et M. Moreau, Traduction du droit et droit de la traduction, Paris, Dalloz, 2011 et S. Monjean-Decaudin et J. Pruvost, La traduction juridique, Paris, Didier érudition, 2017.

6 Voir, par exemple, V. Dullion, Traduire les lois : un éclairage culturel. La traduction en français des codes civils allemand et suisse autour de 1900, Cortil-Wodon, E.M.E. Éd. modulaires européennes, 2007, id., « Lorsque traduire, c’est écrire une page d’histoire : la version française du Code civil suisse dans l’unification juridique de la Confédération », in L’histoire et les théories de la traduction. Genève (Suisse), Berne, ASTTI, 1997, p. 371‑388.

7 Voir par exemple, pour l’époque médiévale, C.‑H. Lavigne, La traduction juridique au Moyen Âge : moyen d’appropriation et de réinvention culturelle des Institutiones de Justinien 1er, Thèse Linguistique Montréal, 2002.

8 Un très important travail en ce sens a cependant été effectué par Valérie Dullion, avec la collaboration d’A. Heroguel, D. Merkle et R. Meylaerts, « Textes juridiques », in Y. Chevrel, L. d’Hulst et Ch. Lombez (dir.), op. cit., p. 1067-1105. Voir également Y. Falelavaki, « Traduire pour comparer. Les entreprises de traduction de la doctrine juridique française au xixe siècle », in H. Beuvant, T. Carvalho et M. Lemée (dir.), Les traductions du discours juridique. Perspectives historiques, Rennes, PUR, 2018, p. 135-149.

9 La circulation des savoirs fait actuellement l’objet d’importants chantiers de recherche et a déjà donné lieu à quelques articles théoriques. Sans prétention à l’exhaustivité, citons par exemple P. Bourdieu, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 145 [La circulation internationale des idées], 2002, p. 3‑8 et W. Keim, « La circulation internationale des savoirs en sciences sociales. Facteurs pertinents d’acceptation et de rejet des textes voyageurs », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 10, n° 1, 2016/1, p. 1‑41. Voir également l’ouvrage paru sous sa direction : W. Keim et al. (dir.), Global knowledge production in the social sciences: Made in Circulation, Farnham, Burlington, Ashgate, 2014. Voir, pour une étude de cas en philosophie, R. Pudal, « Contribution à l’analyse de la circulation internationale des idées : le “moment 1900” de la philosophie française et la philosophie pragmatiste américaine », Histoire@Politique. Politique, culture, société, n° 15 [Contribution à l’étude des circulations culturelles transnationales] 2011/3, p. 60‑89.

10 Un tel catalogue existe pour l’Italie : M.‑T. Napoli, La cultura giuridica europea in Italia : repertorio delle opere tradotte nel secolo xix, Naples, Jovene, 1986‑1987, 3 vol. (nous remercions Annamaria Monti de nous avoir indiqué cette référence). Pour la France, la Bibliographie des traductions françaises (1810-1840). Répertoire par disciplines précitée, de K. Van Bragt, J. Lambert et L. d’Hulst, contient une section « jurisprudence », permettant de se faire une idée des ouvrages juridiques étrangers traduits en français pour la période 1810-1840. Pour les ouvrages postérieurs à cette date, quelques renseignements peuvent être glanés dans L. Bihl et K. Epting, Bibliographie de traductions françaises d’auteurs de langue allemande (1487-1944), Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 1987 et dans le Catalogue général de la Librairie française d’Otto Lorenz, publié à partir de 1867. Voir les statistiques dressées par V. Dullion, « Textes juridiques », op. cit. Sans doute trouverait-on grand profit à dépouiller la monumentale Bibliographie générale des sciences juridiques, politiques, économiques et sociales de 1800 à 1926 d’Aimable-Auguste GRANDIN (Paris, Sirey, 3 volumes, 1926 et 19 volumes de suppléments pour les ouvrages couvrant la période 1926-1950).

11 F. Audren et J.‑L. Halperin, La culture juridique française entre mythes et réalités, xixexxe siècles, Paris, CNRS éd., 2013. Voir également la récente collection lancée par Anne-Sophie Chambost chez LGDJ/Lextenso (Contextes-Culture du droit) et le récent colloque tenu sous sa direction : « Approche(s) culturelle(s) des savoirs juridiques » (Université Jean Monnet, Saint-Étienne, 13‑14 décembre 2017).

12 F. Audren, « Introduction : l’histoire intellectuelle du droit ou la fin du “Grand partage” », Clio@Themis. Revue électronique d’histoire du droit, n° 9 [Juristes et sciences du droit en société. Éléments pour une histoire intellectuelle de la raison juridique (xixexxe)] 2015, n° 3.

13 Il faudrait citer ici tous les travaux de Jean-Yves Mollier. Voir également le récent colloque qui s’est tenu à Paris sur le sujet (L’histoire de l’édition juridique (xviexxie siècle). Un état des lieux, Paris, 25 et 26 janvier 2018).

14 Ce sujet demeure encore à explorer. Voir, pour le cas du Québec, S. Normand, « La bibliothèque du barreau de Montréal », in C. Corbo et al. (dir.), Bibliothèques québécoises remarquables, Québec, Del Busso, 2017, p. 217‑226.

15 F. Audren, P.‑N. Barenot et N. Hakim (dir.), Histoire des revues juridiques, Paris, La mémoire du droit, 2019, à paraître.

16 P.-N. Barenot, Entre théorie et pratique : les recueils de jurisprudence, miroirs de la pensée juridique française (1789‑1914), Thèse Droit Bordeaux, 2014.

17 A.-S. Chambost (dir.), Histoire des manuels de droit. Une histoire de la littérature juridique comme forme du discours universitaire, Paris, LGDJ, Contextes – Culture du droit, 2014.

18 Cette histoire transnationale de la pensée juridique passe naturellement par d’autres biais que les traductions d’ouvrages. Songeons aux correspondances entre juristes de nationalités différentes ou encore aux voyages à l’étranger des professeurs de droit. Il faudrait également sonder les lectures réciproques des juristes de pays différents, à travers les recensions d’ouvrages contenues dans les revues juridiques ou encore les notes infrapaginales des ouvrages (des études bibliométriques seraient ici précieuses). Enfin, l’analyse des registres de prêts des juristes au sein des bibliothèques ou encore l’étude du contenu des bibliothèques privées des professeurs de droit – des denrées, il est vrai, plus rares – constitueraient un indice supplémentaire de la circulation des œuvres. Voir, pour une étude de cas en ce sens, A. Monti, « La circulation de la pensée juridique dans le domaine du droit commercial (xixexxe siècles) », in B. FauvarqueCausson (dir.), Le droit comparé au xxie siècle. Enjeux et défis, Paris, Société de législation comparée, 2015, p. 139‑150, qui se fonde précisément sur l’analyse des comptes rendus d’ouvrages et des traductions.

19 Ouvrage pionnier auquel nous ajouterons ses ouvrages parus postérieurement, et notamment ses Lectures on the early history of institutions (1875) et ses Dissertations on early law and custom, chiefly selected from lectures delivered at Oxford (1883). Sur l’œuvre d’Henry Sumner Maine, nous renvoyons à la brève et très claire présentation de F. Audren, « v° Maine, Sir Henry James Sumner (1822-1888) », in O. Cayla et J.‑L. Halperin (dir.), Dictionnaire des grandes œuvres juridiques, Paris, Dalloz, 2008, p. 385-388. Voir également R. Verdier, « Henry Sumner Maine, historien et ethnologue du droit (Biographie, bibliographie et textes) », Droit et Cultures, n° 19, 1990, p. 149‑190. En Angleterre, il faut essentiellement retenir deux ouvrages : R. Cocks, Sir Henry Maine. A study in Victorian jurisprudence, Cambridge, Cambridge University Press, 1988 et A. Diamond (dir.), The Victorian achievement of Sir Henry Maine : a centennial reappraisal, Cambridge, Cambridge University Press, 1991. Voir également, plus récemment, les analyses de M. Goetzmann, La « comparative jurisprudence » de Henry Sumner Maine. Entre école analytique et école historique ?, Mémoire M2 Philosophie, 2014.

20 Sur le célèbre magistrat suisse, cf. principalement Ph. Borgeaud, N. Durisch, A. Kolde et G. Sommer, La mythologie du matriarcat : l’atelier de Johann Jakob Bachofen, Genève, Droz, 1999.

21 Sur ce juriste, les travaux sont maigres, voire inexistants. Une notice biographique peut être trouvée dans l’Oxford Dictionary of National Biography, accessible à l’adresse suivante :
http://www.oxforddnb.com/view/10.1093/ref:odnb/9780198614128.001.0001/odnb-9780198614128-e-17666

22 Notre corpus est présenté en annexes sous forme de tableau.

23 G. Courcelle-Seneuil, « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, L’ancien droit considéré dans ses rapports avec l’histoire de la société primitive et avec les idées modernes, Paris, Guillaumin, 1874, p. V.

24 Sur la notion de grandeur, cf. L. Boltanski et L. Thevenot, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

25 Lettre à Sir F. Pollock, 29 juillet 1890 (Correspondance de René de Kerallain, 1889-1928. Publiée par Mme René de Kerallain née de Bigault d’Avocourt, Quimper, Bargain, tome 1, 1932, p. 14).

26 Lettre à Sir F. Pollock, 6 janvier 1891 (ibid., p. 17).

27 Lettre à M. de La Vallée Poussin, 5 août 1909 (ibid., tome 2, 1935, p. 358).

28 Op. cit., p. VI.

29 Précisons que « traduction » vient du latin traductio, signifiant traversée, passage ou déplacement (H. Beuvant, T. Carvalho et M. Lemée, « Les traductions du discours juridique à la lumière de l’histoire du droit », in H. Beuvant, T. Carvalho et M. Lemée (dir.), op. cit., p. 14).

30 « Préface », in ibid., p. 9.

31 Op. cit., p. 3-8.

32 Voir, pour deux exemples : C. Vano, « Della vocazione dei nostri luoghi. Traduzioni e adattamenti della diffusione internazionale dell’opera di F.C. von Savigny », Historia et ius. Rivista di storia giuridica dell’età medievale e moderna (http://www.historiaetius.eu/uploads/5/9/4/8/5948821/vano_10.pdf, consulté le 2 avril 2018) et C. Bocquet, « Traduction juridique et appropriation par le traducteur. L’affaire Zachariae, Aubry et Rau » (http://www.tradulex.com/Actes2000/bocquet.pdf, consulté le 2 avril 2018).

33 A. Brisset, « L’identité culturelle de la traduction. En réponse à Antoine Berman », Palimpsestes. Revue de traduction, n° 11 [Traduire la culture], 1998, p. 31-32.

34 Sous le titre La société archaïque (Paris, Anthropos, 1971). Le traducteur, Halie Jaouiche, semble n’avoir traduit que ce seul ouvrage. La seconde édition de cette traduction, parue en 1985, est introduite par Alain Testart.

35 Voir, sur cette question, R. Makarius, « Présentation et introduction », in L. Morgan, La société archaïque, ibid., p. 11‑33 et A. Testart, « La question de l’évolutionnisme dans l’anthropologie sociale », Revue française de sociologie, 33‑2, 1992, p. 155‑187. De manière plus générale, les travaux ethnologiques sont fréquemment récupérés à des fins délibérément politiques. On n’en veut pour preuve que l’exemple de Georges Sorel, qui assiste aux cours d’ethnologie de Jacques Flach au Collège de France de 1895 à 1910, afin d’y alimenter sa réflexion socialiste (P. Rolland, « Droit, sociétés primitives et socialisme. Lettres de Georges Sorel à Jacques Flach (1900‑1913) », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 29 [La Belle Époque des juristes. Enseigner le droit dans la République], 2011, p. 167‑184).

36 Le droit de la mère dans l’Antiquité. Préface de l’ouvrage Das Mutterrecht, Paris, Groupe français d’études féminines, 1903.

37 Ibid., p. 7.

38 Ibid., p. 8-9.

39 Ibid., p. 22.

40 Ibid., p. 17.

41 Ibid., p. 24.

42 E. Barilier, « Préface », in J.‑J. Bachofen, Le droit maternel. Recherches sur la gynécocratie de l’Antiquité dans sa nature religieuse et juridique, Lausanne, Éd. L’Âge d’Homme, 1996, p. XII.

43 Ses œuvres complètes ont été éditées en allemand : elles comprennent son autobiographie, rédigée en 1854, ainsi que sa correspondance (Gesammelte Werke, Bâle-Stuttgart, Schwabe, 1943-1967, 10 vol.).

44 Paris, Félix Alcan, 1938.

45 Ibid., p. 14 et p. 22.

46 Lausanne, Éd. L’âge d’homme, 1996.

47 Ph. Borgeaud, N. Durisch, A. Kolde et G. Sommer, op. cit., p. 7‑8.

48 Paris, Guillaumin.

49 Sur ce personnage, cf. L. Marco, « Courcelle-Seneuil, orthodoxe intransigeant », in M. Lutfalla et Y. Breton (dir.), L’économie politique en France au xixe siècle, Paris, Économica, 1991, p. 141-161.

50 V° Courcelle-Seneuil Jean Gustave (1813-1892), in F. Teulon, Dictionnaire des grands économistes, Paris, PUF, 2009, p. 57.

51 Les Principles of Political Economy (1848) sont ainsi traduits sous le titre Principes d’économie politique avec leurs applications en philosophie sociale (1864).

52 La Richesse des nations paraît ainsi chez Guillaumin en 1888.

53 L. Marco, op. cit., p. 150-151.

54 Hormis sa profession, on ignore tout de cet auteur. S’agirait-il de Théobald Yves Marie Joseph Durieu de Leiritz (1852-1940), avocat ultramarin ? Ses dates de vie et de mort correspondraient, sans que la concordance des deux personnages ne puisse être affirmée avec certitude. Un autre indice résiderait peut-être dans la carrière ultra-marine de ce praticien du droit né à Fort-de-France, en Martinique, juge de paix, substitut du Procureur général puis avocat général à la Cour d’appel d’Alger (dossier de Légion d’honneur 19800035/0135/17126, base de données LEONORE consultée en ligne le 26 février 2018).

55 Sur ce personnage haut en couleurs, collaborateur de la Revue générale du droit de Joseph Lefort et de la Réforme sociale de l’École leplaysienne, cf. F. Cherfouh, « René de Kerallain (1849-1922), juriste conservateur et critique de la Troisième République », Les Études Sociales, n° 156 [Figures des sciences sociales], 2012/2, p. 67-84.

56 Il faut également mentionner, dans un autre domaine que l’ethnologie juridique, la traduction par Kerallain d’ouvrages politiques du jurisconsulte britannique, comme les Essais sur le gouvernement populaire (1887), ainsi que Le droit international, la guerre (1890).

57 « La méthode commune aux uns et aux autres consiste à observer les faits, à les décomposer, à les comparer incessamment pour y rechercher les ressemblances et les différences, afin d’en dégager les lois » (« Préface du traducteur », op. cit., p. XIV).

58 « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’ancien droit et la coutume primitive, Paris, Thorin, 1884, p. XX‑XXI.

59 « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’histoire des institutions primitives, Paris, Thorin, 1880, p. XVII.

60 Ibid., p. XVI-XVII.

61 G. Courcelle-Seneuil, op. cit., p. VI.

62 R. de Kerallain, « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’ancien droit…, op. cit., p. XV.

63 Voir, sur ces questions, Audren (F.) et Halperin (J.‑L.), op. cit.

64 G. Courcelle-Seneuil, op. cit., p. VI.

65 Op. cit., p. XII.

66 Op. cit., p. VI.

67 J. Durieu de Leyritz, op. cit., p. XVI.

68 Ibid.

69 « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’histoire du droit, Paris, Thorin, 1889, p. III.

70 « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’ancien droit…, op. cit., p. XIII.

71 Appuyé sur Fustel de Coulages qui, affirme-t-il, ne s’est jamais caché d’écrire La Cité antique pour diminuer les illusions de ses contemporains sur les démocraties antiques.

72 « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’ancien droit…, op. cit., p. XVII.

73 C’est là un poncif des juristes conservateurs du xixe siècle qui, dans un contexte qui leur est hostile, font montre d’une étonnante inventivité méthodologique. Cf sur ce point F. Audren, « La Belle Époque des juristes catholiques (1880‑1914) », Revue française d’histoire des idées politiques, n° 28, 2008/2, p. 233‑271.

74 « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’ancien droit…, op. cit., p. XVIII‑XIX.

75 Il n’y a pas, au xixe siècle, de tentative de réflexion théorique sur l’activité traductrice (Y. Chevrel, L. d’Hulst et Ch. Lombez, « Introduction… », op. cit., p. 33).

76 S. Georgoudi, « Bachofen, le matriarcat et le monde antique. Réflexions sur la création d’un mythe », in G. Duby et M. Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, t. 1, L’Antiquité (dir. P. Schmitt Pantel), Paris, Plon, 1991, p. 479.

77 « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’histoire du droit, op. cit., p. LX. Précisons que Marc Goëtzmann, dans ses travaux consacrés à Sumner Maine, relève certaines incohérences des traductions du xixe siècle, qu’il discute en profondeur.

78 Pour un historique et une mise en perspective de cette expression, cf. F. Pollock, « The history of comparative jurisprudence », Journal of the Society of Comparative Legislation, vol. 5, n° 1, 1903, p. 74‑89.

79 Sur l’importance des intitulés en histoire des savoirs et des sciences, nous renvoyons au remarquable volume dirigé par Wolf Feuerhahn (La politique des chaires au Collège de France, Paris, Les Belles Lettres/ Collège de France, 2017), qui interroge ce que les intitulés (en l’espèce, des chaires) révèlent du découpage des savoirs et des reconfigurations à l’œuvre. Voir en particulier l’introduction du volume : W. Feuerhahn, « L’atelier des intitulés du Collège de France », p. 15‑50.

80 Op. cit., p. XI.

81 « Là se trouve leur champ légitime d’observations qu’on peut bien appeler histoire, mais qui comprend une tout autre abondance de faits que la légende suspecte à laquelle on donne habituellement ce nom. C’est là qu’ils doivent chercher les lois que leur suggèrent l’observation et l’analogie ; c’est là aussi qu’ils doivent chercher, trop souvent à tâtons, leurs éléments de vérification » (ibid., p. XIII).

82 Ibid., p. XIII-XIV.

83 « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’ancien droit…, op. cit., p. III.

84 Ibid. Kerallain récuse également l’expression prétentieuse, réprouve-t-il, de « paléontologie juridique », qui avait été proposée par Joseph Durieu de Leyritz à l’occasion de sa traduction des Lectures on the early history of institutions (1875) pour souligner le lien de la « nouvelle » méthode d’observation utilisée dans les sciences sociales avec la méthode expérimentale des sciences naturelles (« Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Étude sur l’histoire des institutions primitives, op. cit., p. XVI).

85 Op. cit., p. LV.

86 G. Genette, Seuils, Paris, Seuil, 1987, p. 7‑20.

87 Précisons à ce propos que, dans l’Histoire des traductions en langue française d’Y. Chevrel, L. d’Hulst et C. Lombez, les traductions d’Henry Sumner Maine sont évoquées, non dans le chapitre sur les textes juridiques, mais dans celui sur la traduction des historiens (F. McIntosch, « Historiens », in op. cit., p. 882‑883).

88 Lettre à M. de La Vallée Poussin, 5 août 1909 (Correspondance…, op. cit., tome 2, p. 359).

89 Cf. les échanges nourris à propos de l’opportunité de mentionner Frazer dans la traduction des Asiatic Studies (1882 et 1899) de Sir Alfred Lyall (lettres à Sir Alfred Lyall des 4 février 1906, 9 mars 1906, 21 mars 1906, 21 février 1907 et 31 juillet 1907, ibid., tome 1, p. 347 et p. 355 et tome 2, p. 86-88 et p. 166).

90 Lettre à Sir Alfred Lyall, 24 juillet 1907 : « mes notes sont un peu longues dans les deux chapitres sur M. Frazer et Miss Kingsley. Mais l’un a publié de récents ouvrages, et l’autre demeure complètement inconnue en France. Je me suis assuré, près de la Société de géographie, que les livres de cette dernière n’avaient pas été traduits » (ibid., tome 2, p. 160‑161).

91 Lettres à Sir Alfred Lyall des 20 et 21 février et 2 mars 1907. Voir cet exemple, tiré de sa lettre du 2 mars : « Je vous envoie la fin de notre premier volume, qui commence à prendre forme présentable. Il n’y manque que ma préface. Pour ne pas embarrasser l’imprimeur, je ne la mettrai qu’après la vôtre, à laquelle du reste je renvoie tout d’abord pour expliquer votre plan au lecteur. - Comment voulez-vous que je vous désigne sur le titre de l’ouvrage ? Êtes-vous encore membre du conseil de l’Inde ? J’ai corrigé un peu la note sur les animaux » (ibid., tome 2, p. 90). Dans la préface des Études sur l’ancien droit et la coutume primitive (1884), Kerallain indique avoir soumis à Sumner Maine « toutes les notes et modifications de l’édition française » (« Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’ancien droit…, op. cit., p. XXIV).

92 Lettre du 10 et 11 mai 1910 (Correspondance…, op. cit., tome 3, 1937, p. 36).

93 C’est le cas à propos de la traduction des Asiatic Studies de Lyall : « L’idée m’est venue, puisque nous coupons votre volume en deux tomes de vous proposer un petit changement dans l’ordre des chapitres. Ce serait de terminer le premier volume de la traduction par La Religion Naturelle dans l’Inde. Ce volume comprendrait donc toute la partie religieuse de votre livre : Les Lettres du Brahmane, La Religion en Chine, La Religion Naturelle dans l’Inde. – Que vous en semble ? » (lettre à Sir Alfred Lyall, 11 septembre 1906, ibid., tome 2, p. 40‑41).

94 « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’histoire du droit, op. cit., p. XLI‑XLII.

95 « Préface du traducteur », in H. Sumner Maine, Études sur l’ancien droit…, op. cit., p. XXIV.

96 Lettre à Lady Stanley, 20 avril 1911 (Correspondance…, op. cit., tome 3, p. 129).

97 Voir en ce sens les remarques de G. Sapiro, qui relève que les universitaires (pour le xxe siècle) sont très soucieux de restituer le texte dans son contexte d’origine par l’insertion d’un paratexte, à l’opposé de la logique exégétique qui serait celle exigée par les éditeurs généralistes (« Introduction. Les obstacles économiques et culturels à la traduction », in G. Sapiro (dir.), op. cit., p. 49).

98 Lettre à Sir F. Pollock, 6 janvier 1891 (Correspondance…, op. cit., tome 1, p. 19).

99 Lettre à M. de La Vallée Poussin, 17 mars 1909 (ibid., tome 2, p. 288).

100 G. Sapiro, « Préambule. Les raisons de traduire », in G. Sapiro (dir.), op. cit., p. 15.

101 « Préambule. Les raisons de traduire », in G. Sapiro (dir.), op. cit., p. 19.

102 Op. cit., p. 3‑8.

103 Sur l’importance de l’histoire des bibliothèques pour l’histoire des sciences sociales, cf. le dernier numéro des Études sociales, n° 166 [Bibliothèques et sciences sociales], 2017 et sa recension par L. Guerlain, « Compte rendu du numéro 166 [Bibliothèques et sciences sociales], 2017, de la revue Les Études Sociales », Revue d’histoire des facultés de droit, de la culture juridique, du monde des juristes et du livre juridique, n° 37, 2017, p. 825‑829.

104 Voir sur ce point L. Guerlain, « Entre science juridique et savoirs anthropologiques. Évolutionnisme et histoire comparée du droit selon Émile Jobbé-Duval (1851-1931) », Clio@Themis. Revue électronique d’histoire du droit, n° 15 [Droit & Anthropologie. Archéologie d’un savoir et enjeux contemporains], 2019.

105 Pour un premier essai d’étude bibliométrique, voir le récent article, en forme de recherche pilote, de N. Hakim et A. Monti, « Circulation des idées juridiques et analyse bibliométrique : l’exemple franco-italien du droit des assurances », Clio@Themis. Revue électronique d’histoire du droit, n° 14 [L’histoire de la pensée juridique : historiographie, actualité et enjeux], 2018.

106 Nous renvoyons sur ce point à notre étude : L. Guerlain, « Culture et usages des savoirs anthropologiques chez les juristes. De quelques apports de l’étude des recensions bibliographiques (xixexxe siècles) », Revue d’histoire des facultés de droit, de la culture juridique, du monde des juristes et du livre juridique, n° 35, 2015, p. 233-277 et sp. p. 252-254 et p. 256.

107 Pour les potentialités d’une telle démarche, voir L. Salmon, Le laboratoire de Gabriel Tarde. Des manuscrits et une bibliothèque pour les sciences sociales, Paris, CNRS éd., 2014.

108 Pour un exemple interrogeant la place des éditeurs dans la réception d’une œuvre à l’étranger, voir J. Cahen, « Les premiers éditeurs de Marx et Engels en France (1880-1901) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 114 [Réceptions de Marx en Europe avant 1914], 2011 (http://journals.openedition.org/chrhc/2227 consulté le 23 mars 2017).

109 Pour un plaidoyer sur l’importance des correspondances en histoire de la sociologie (mais le propos est évidemment transposable aux autres sciences humaines et sociales), cf. M. Bera, « De l’intérêt des correspondances pour la sociologie en général et pour son histoire en particulier », Les Études sociales, n° 160 [La correspondance, atelier épistolaire des sciences sociales], 2014, p. 5-24.

110 Lettre à Sir F. Pollock, 6 janvier 1891 (Correspondance…, op. cit., tome 1, p. 19).

111 Voir, sur cette question, la Revue d’histoire des sciences humaines, n° 18 [Traditions nationales en sciences sociales], 2008, et en particulier J. Heilbron, « Qu’est-ce qu’une tradition nationale en sciences sociales ? », p. 3‑14.

112 Un simple repérage des traductions de Bachofen dans des bases de données européennes suffit à faire apparaître des dizaines de titres... Il s’agit là, véritablement, d’un travail de bénédictin.

113 Un récent blog européen vient d’être créé en ce sens, administré par Annamaria Monti : The Making of Legal Knowledge/ La fabrique des savoirs juridiques (https://makeknow.hypotheses.org). Sur la question de la circulation des idées juridiques, cf. le récent article de J.-L. Halperin, « Une histoire transnationale des idées juridiques ? », Clio@Themis. Revue électronique d’histoire du droit, n° 14 [L’histoire de la pensée juridique : historiographie, actualité et enjeux], 2018.

Table des illustrations

Titre Tableau des traductions de la « décennie prodigieuse » de l’ethnologie juridique
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/7638/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 540k

Auteur

Maître de conférences,
Université de Bordeaux, IRM-CAHD

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search