Version classiqueVersion mobile

Justement traduire

 | 
Marie Bassano
, 
Wanda Mastor

Partie II : Établir le dialogue

Dialogue entre le traduit et la traductrice

Michael Stolleis et Aurore Gaillet

Texte intégral

1« Établir le dialogue » : n’est-ce pas là une étape si élémentaire des échanges entre « le traduit » et « la traductrice » qu’elle pourrait ne pas supposer d’y accorder une présentation spécifique ? L’expérience concrète nous ayant au contraire convaincus de son caractère à la fois passionnant et délicat, c’est avec un grand plaisir que nous avons reçu la belle invitation des organisatrices du colloque Justement traduire. L’enjeu de la traduction juridique.

  • 1 M. Stolleis, Geschichte des öffentlichen Rechts in Deutschland, Munich, Beck, 4 tomes, 1988–2012. (...)
  • 2 W. Benjamin, La tâche du traducteur, Paris, éd. Payot & Rivages, 2011 (trad. fr. du texte de 1923 (...)

2La présente contribution écrite entend délibérément conserver le mode de la discussion, observé lors de la présentation orale. Il s’agit en effet pour nous d’exposer quelques bribes des échanges qui ont nécessairement accompagné la traduction de l’Introduction à l’histoire du droit public en Allemagne – xvie-xxie siècle, version abrégée des quatre tomes de la monumentale Histoire du droit public en Allemagne Michael Stolleis1. Lors de ma première rencontre avec ce dernier à l’Institut Max-Planck pour l’histoire européenne du droit (Francfort-sur-le-Main) où j’avais la chance d’être boursière pour une année de recherche, le grand historien du droit – qui dirigeait alors l’Institut – m’entretenait précisément de la rédaction en cours du dernier tome. Quel honneur alors que de se voir proposer la traduction de l’un de ses ouvrages, quelques huit années plus tard ? Le projet était enthousiasmant et séduisant, respiration presque ludique entre des activités de recherche de plus longue haleine. Mais le défi était également exigeant, emportant le risque permanent de se heurter aux subtilités de la langue allemande comme de celles de la terminologie juridique et du système dans lequel celle-ci s’insère. Walter Benjamin dans son beau texte sur « La tâche du traducteur »2 rappelait ainsi la difficile interaction entre « fidélité et liberté » lorsqu’il s’agit avant tout pour le traducteur d’offrir une traduction qu’il qualifiait de « translucide », c’est-à-dire ne faisant pas « d’ombre » à l’original, au texte traduit.

3Pour ouvrir ce dialogue, nous avons souhaité commencer par quelques questions préliminaires adressées à Michael Stolleis.

I. « Établir le dialogue » en déterminant notre objectif commun

4AG. Peut-être pouvez-vous commencer par expliquer en quelques mots votre choix de faire traduire ce « petit livre » comme vous l’appelez ? Livre par ailleurs traduit en huit autres langues ?

5M.S. Le petit livre dont nous parlons est une somme écrite pour les jeunes juristes allemands. Ma volonté de leur faire saisir l’importance de l’histoire du droit public a été un objectif constant de mon travail à l’université. J’ai toujours enseigné en associant l’actualité à l’histoire, afin de rappeler combien notre Constitution comme notre droit administratif sont le résultat des expériences des générations qui nous ont précédées. On ne peut donc pas comprendre l’actualité sans le passé. L’écriture de ce petit livre tendait précisément à rendre accessible à tous cette histoire si essentielle.

6Les autres traductions du livre sont déjà faites (ou sont sur le point d’être achevées) – en chinois, estonien, anglais, italien, espagnol, portugais et japonais. Cette large dimension géographique confirme (indirectement) le besoin d’information sur la culture juridique allemande, l’intérêt intellectuel suscité par sa richesse rejoignant aussi le besoin de comprendre les horreurs du xxe siècle.

  • 3 M. StolleisLe droit à l’ombre de la croix gammée. Études sur l’histoire du droit du national-soc (...)

7A.G. Pouvez-vous nous expliquer votre choix de me proposer la traduction de l’ouvrage, alors que vous avez par ailleurs l’expérience de traducteurs professionnels – et on peut citer notamment Marie-Ange ROY, qui a participé à la traduction récente de votre Droit à l’ombre de la Croix Gammée3 après avoir déjà co-traduit le deuxième tome de votre Histoire du Droit public en Allemagne ?

  • 4 A. Gaillet, L’individu contre l’État. Essai sur les recours de droit public dans l’Allemagne du xi (...)

8M.S. Ce n’était pas un « choix » de mon côté, mais plutôt la continuité de nos échanges amicaux, ininterrompus depuis votre séjour à Francfort. Nous avions alors déjà discuté de la signification des mots de la langue juridique allemande, autour de votre travail de thèse sur le xixe siècle4.

9J’avais toujours une grande confiance en vos capacités linguistiques et juridiques. Une Alsacienne d’origine pourrait être la meilleure médiatrice entre nos pays. Et moi-même, né dans le Palatinat, je me trouvais toujours très proche de la langue et de la culture françaises.

II. « Entrer dans le dialogue » linguistique, historique et juridique pour mettre en œuvre l’objectif commun

10Voilà donc le dialogue entre « le traduit et la traductrice » introduit. Pour le poursuivre, nous avons souhaité présenter quelques-unes des questions qui se sont posées tout au long de notre travail commun. Ces questions ont suscité autant d’échanges de courriers électroniques, canal exclusif de notre dialogue d’alors – ce qui nous a du reste permis d’éprouver le renouvellement des outils de la traduction à l’heure d’internet ! Les fragments ici choisis ne sont naturellement nullement exhaustifs ni même pleinement représentatifs de nos échanges. Ils reflètent toutefois l’exigence de l’exercice de traduction, dans ses dimensions linguistiques, juridiques et historiques – en particulier lorsqu’il s’agit, comme en l’espèce, d’un ouvrage d’histoire du droit.

A. Quelques questions de traduction d’ordre général

11A.G. S’agissant du temps utilisé, je me suis immédiatement heurtée à la nécessité de conserver votre choix des temps du passé, alors même que j’avais moi-même opté pour le présent dans mon propre travail sur le xixe siècle – ce qui m’avait alors semblé naturel afin de mieux présenter les problématiques encore si actuelles de ce siècle charnière.

12M.S. En effet, en tant qu’historien, qui s’occupe du passé, je préfère également le passé dans la langue pour souligner l’« historisation » de mon sujet. Et cela même si je parle d’un passé qui déborde sur le présent ! Pour autant, il est vrai aussi que, lors de mon processus d’écriture, j’écris souvent au présent, ici aussi en raison de l’actualité des objets de ma réflexion. Je ne corrige qu’ensuite mon texte en recourant aux formes linguistiques du passé.

13A.G. Dans le même ordre d’idée, la traduction des noms propres a pu poser des difficultés. Doit-on « franciser » un nom allemand pour le rendre plus accessible au public lisant la langue française ou conserver les noms allemands ?

14M.S. Le but de chaque traduction doit être l’intelligibilité du texte. Emmanuel ou Imanuel Kant ne posera pas de problème. Chacun comprendra qu’il s’agit du célèbre philosophe. C’est comme lorsqu’on parle de Munich, de Francfort ou de Cologne : on peut conserver München, Frankfurt ou Köln sans grande difficulté.

15Je concède en revanche que d’autres cas peuvent être plus délicats, en raison de leur résonance politique. C’est ainsi, par exemple, que si les Allemands choisissaient délibérément de recourir aux noms allemands pour les villes perdues en Pologne après la guerre (Breslau pour Wroclaw, Thorn pour Tórun, etc.), il y aurait toujours le risque que les Polonais y perçoivent une interprétation menaçante, même plusieurs décennies après la guerre. Cette question n’est heureusement plus actuelle.

16En toute hypothèse, en tant que travail de transmission, la traduction doit être tournée vers le lecteur. C’est vers lui qu’elle est dirigée. Le mot latin trans-ducere rend bien compte de ce devoir de conduire le lecteur sur un nouveau chemin.

B. Quelques questions plus juridiques, mobilisant des mots inscrits dans un système du droit, dans une histoire politique, sociale, doctrinale et conceptuelle

17A.G. Il n’est guère original de souligner les relations étroites entre, d’une part, la langue, les « concepts » et, d’autre part, leur contexte, lequel renvoie à la réalité politique et sociale, mais aussi aux traditions nationales dans lesquelles ces concepts s’inscrivent. Les études de sémantique historique ou d’histoire conceptuelle sont passionnantes à cet égard. Ce n’était évidemment pas l’objet d’un travail portant sur la traduction d’un ouvrage « résumé » que d’y revenir. Pour autant, l’exigence d’intelligibilité suppose parfois de préciser certaines notions spécifiques, s’accordant donc mal avec des traductions par trop elliptiques. La traduction emporte donc aussi la recherche d’un équilibre entre précision et clarté.

1) Cette brève précision me permet en toute hypothèse de me tourner vers vous au sujet de cette fameuse Begriffsgeschichte5 allemande

  • 5 La Begriffsgeschichte constitue l’un des courants les plus importants de l’histoire des concepts. (...)

18M.S. Avec la question des concepts et l’histoire des concepts nous arrivons au cœur de notre débat. Dès Descartes, Spinoza, Leibniz et Christian Wolff on a en effet eu recours à des « concepts », en tant que mots clairement définis, au moyen desquels il s’agissait de construire un système cohérent. C’est ainsi que, par exemple, l’impératif tendant à se hisser soi-même à la tête d’une pyramide de concepts ou le but de la félicité commune (Glückseligkeit) servaient de points de départ à la philosophie sociale, qui travaillait “more geometrico” avec précision comme dans la mathématique.

19Reinhart Koselleck et son groupe de travail autour de la Begriffsgeschichte ont ensuite utilisé le mot « concept » (Begriff) dans un sens complètement différent. Pour eux, un « concept » est un mot d’une signification spéciale, typique pour le temps dans lequel il s’inscrit. Ce n’est donc pas une pierre à la base d’un système à bâtir, mais un mot, ouvert à diverses significations, elles-mêmes fonction du contexte. Pour un historien, cela est acceptable, parce qu’un mot peut ainsi servir de clé de lecture pour déchiffrer l’idéologie de son temps.

20Pour éviter le mélange entre les usages philosophique et historique, ma qualité d’historien me conduit toutefois à éviter le mot « concept » (Begriffe) au profit des simples « mots » (Worte/Wörter).

21Naturellement chaque époque a créé sa propre phraséologie, ses propres termes et concepts. Le devoir de l’historien est de reconstruire le contexte de ces mots, ce qui renvoie aussi à l’usage des mots (au sens de Ludwig Wittgenstein). Et ce contexte des mots est à comprendre au regard de la société qui le constitue, à l’aide de l’usage qui en est fait dans le langage normal et quotidien mais aussi à l’aide de l’usage de la langue professionnelle des juristes, ce que nous appelons « Fachsprache » ou « Juristenjargon ».

2) En guise de premier exemple ici, on peut penser à la traduction difficile de la terminologie spécifique de la dictature nazie

  • 6 Pour l’analyse de ce concept : M. Stolleis, « Communauté et communauté du peuple. Considérations s (...)

22M.S. Il y a en effet une grande liste d’expressions, de formules, de mots ou Begriffe, inventés par les nazis, pour mobiliser le peuple (Volk) et étouffer les voix de la critique. Le terme de Volksgemeinschaft, « communauté du peuple » (comparable au terme de community utilisé par les communautaristes en Amérique) en est un bel exemple, tant il est rempli d’idéologie nazie, reflétant la volonté de mobiliser l’unité, la force de ce « nous » s’opposant aux « autres », à la manière de tous les gouvernements autoritaires. « Positif » et « chaud », il s’oppose alors à la froide « société » (Gesellschaft), société moderne décrite comme froide, divisée, capitaliste, libérale et sans racines6.

3) D’autres exemples mobilisent une compréhension des subtilités de l’histoire scientifique du droit public allemand

a) L’exemple du terme de Jurisprudenz

  • 7 A. Tunc, « Jurisprudence », Encyclopedia Universalis, vol. 9, p. 580, cité par C. Grzegorczyk, « J (...)
  • 8 C. Grzegorczyk, Ibid. : « jurisprudentia [:] méthode propre et spécifique portant sur la découvert (...)
  • 9 K. Larenz, Methodenlehre der Rechtswissenschaft, 6e éd., Berlin, Springer, 1991, p. 5 (« La scienc (...)

23A.G Cet exemple est particulièrement significatif. C’est en effet un cas typique de « faux-ami », qui n’est pas à comprendre au sens français de « règles qui se dégagent des décisions judiciaires »7. Plus proche de sa racine étymologique « jurisprudentia »8, l’acception allemande renvoie à la « science » du droit (Rechtswissenschaft)9, que l’on retrouve dans le terme anglo-saxon de « jurisprudence ». La Jurisprudenz allemande est davantage axée autour d’une orientation méthodologique, d’une interrogation sur la formation et l’application du droit.

24La traduction du terme devra dès lors éviter le piège du faux-ami tout en s’efforçant de ne pas estomper la richesse de la langue allemande à ce sujet.

25M.S. Oui et il faut relever ici que, au xixe siècle, ce terme de Jurisprudenz se verra quelque peu délaissé au profit de celui de Rechtswissenschaft. Signifiant littéralement « science du droit », ce dernier exprime bien la prétention affirmée des juristes à la scientificité de leur discipline. Conformément à l’esprit du temps, il s’agit aussi ce faisant de souligner leur rang de « scientifiques » au sein de la hiérarchie universitaire, à la manière de la médecine devenue « science » au siècle des Lumières, du dépassement de l’alchimie par la chimie scientifique ou encore de la nouvelle affirmation du caractère scientifique de disciplines aussi variées que l’archéologie ou l’histoire de l’art. Pour signifier à leur tour ce mouvement, les juristes se sont donc affirmés comme des acteurs non plus de la « jurisprudence » mais de la « science du droit » – ce qui n’a pas manqué de poser des problèmes de traduction, le sens des termes ayant évolué au xixe siècle.

b) La difficile structuration du « droit constitutionnel » allemand

  • 10 R. von Mohl, Staatsrecht des Königreichs Württemberg, Tübingen, Mohr, 1829-1830, 2e éd., 1840, 3e  (...)
  • 11 G. Jellinek, Allgemeine Staatslehre, Berlin, Häring, 1900, 2e éd. 1905, 3e éd. 1914 (L’État modern (...)
  • 12 O. Jouanjan, É. Zoller, Critique sociale et critique sociologique du droit en Europe et aux États- (...)
  • 13 O. Jouanjan, « Pourquoi des juristes en temps de détresse ? Le droit public de Weimar et la “quere (...)
  • 14 C. Schmitt, Verfassungslehre, München, Leipzig, Duncker & Humblot, 1928 (9e éd. (rééd. de la prem (...)
  • 15 R. Smend, Verfassung und Verfassungsrecht, München, Duncker & Humblot, 1928 (rééd. Duncker & Humbl (...)

26AG. D’autres difficultés classiques de traduction tiennent à la précision des intitulés des matières du droit public, ce qui a suscité de nombreux échanges entre le « traduit » et la « traductrice ». Si l’on commence ici avec le droit constitutionnel, on sait que, en France, si la formation de la science d’un droit constitutionnel libéral accompagne la naissance de la iiie République, ses origines se situent bien en amont. À l’inverse, en Allemagne, les difficultés de la structuration de la matière sont profondément liées à l’unification tardive de l’État – lequel détermine précisément le droit constitutionnel moderne. Les termes de droit « de l’État » (Staatsrecht), droit « constitutionnel » (Verfassungsrecht) et droit « public » (öffentliches Recht) voient leur histoire se croiser en permanence – et les traductions y afférentes impliquent parfois un effort de précision. Le cheminement terminologique est bien trop riche pour pouvoir être présenté dans ces quelques lignes. Rappelons simplement que le « droit de l’État » (Staatsrecht) du début du xixe siècle renvoie d’abord au droit public des États particuliers, unis par les liens lâches d’une Allemagne confédérale, et englobe par ailleurs les domaines des droits constitutionnel et administratif, ainsi que le présente Robert von Mohl à partir de 182910. La discipline connaît une nouvelle orientation à la fin du siècle, commandée tant par le nouveau cadre fédéral que par l’ambition profonde de construire une « véritable » science du droit public, dans une nouvelle orientation « positiviste », bien distincte des conceptions jusnaturalistes ou historicistes. C’est dans ce contexte que Paul Laband écrira son grand Staatsrecht des deutschen Reiches, s’efforçant de conjuguer la construction juridique de l’État allemand avec le traditionnel principe monarchique érigé au cœur du droit constitutionnel allemand du xixe siècle. C’est du reste également à cette période que se structure une branche plus scientifique d’un nouveau droit administratif (Verwaltungsrecht). L’évolution des disciplines et des termes correspondants se poursuit au xxe siècle, au gré de leur enrichissement, de leur contestation et de leur évolution. La grande Théorie générale de l’Etat de Georg Jellinek11 avait déjà marqué le « tournant 1900 »12. Le choix d’intituler ainsi son ouvrage est alors révélateur d’une nouvelle approche du droit constitutionnel et de l’État. Il importe en effet désormais de compléter l’analyse strictement juridique et normative par une « théorie sociale » du droit et de l’État, précisément délaissée par la logique formaliste prônée par Gerber et Laband. Quant à l’adjectif « constitutionnel », il trouve ensuite son autonomie lors de la grande « querelle des méthodes et des orientations » qui agite la doctrine de la République de Weimar13. Avec des auteurs comme Carl Schmitt14 ou Rudolf Smend15, cette évolution va de pair avec la volonté de « rematérialiser » le droit public.

27On voit ici à quel point l’évolution de ces termes est marquée par leur contexte. Nonobstant la traduction actuelle fréquente de Staatsrecht par « droit constitutionnel », la prudence s’impose toujours. À titre d’exemple, l’Association des professeurs de droit public Vereinigung der Deutschen Staatsrechtslehrer, créée en en 1923 et refondée en 1949 après avoir cessé de se réunir durant la période nazie, ne saurait être réduite à sa dimension « constitutionnaliste », tant elle intègre aussi des professeurs et thématiques de droit administratif, européen et international.

28M.S. Les interférences entre les termes Staatsrecht et Verfassungsrecht se poursuivent en effet après 1945. Le terme de Staatsrecht met l’accent sur la position traditionnelle, considérant l’État comme un être (organisme) existant avant le droit et avant la constitution. « L’État » est le Léviathan, la bête violente, celle qui doit être apprivoisée ! Staatsrecht est alors l’habit de cette bête, qui pourrait par ailleurs exister sans droit. Le choix du terme de Verfassungsrecht peut quant à lui se comprendre comme l’acception d’un État qui n’existe pas hors de la constitution, même lorsqu’il s’agit de considérer l’état d’urgence ou d’exception. C’est bien la conception des constituants de 1949 : même le droit de résistance doit être inscrit dans la constitution (art. 20 al. 4 LF).

  • 16 J. Isensee, P. Kirchhof (dir.), Handbuch des Staatsrechts der Bundesrepublik Deutschland, Heidelbe (...)
  • 17 K. Hesse, Grundzüge des Verfassungsrechts der Bundesrepublik Deutschland, Heidelberg, C. F Müller, (...)
  • 18 P. Häberle, M. Kotzur, Europäische Verfassungslehre, 8e éd., Baden-Baden, Nomos, 2016.

29L’existence de deux « écoles » publicistes allemandes se constate à la seule lecture des titres des ouvrages. Isensee et Kirchhof publieront ainsi un Staatsrecht der Bundesrepublik Deutschland16 quand Konrad Hesse et d’autres s’attèleront à présenter un Verfassungsrecht der Bundesrepublik Deutschland17. En poussant la réflexion, on peut relever que celui qui écrit aujourd’hui une Europäische Verfassungslehre (comme Häberle18) se déclare résolument favorable à une Europe envisagée comme une forme étatique particulière.

30Dans le même ordre d’idées, on constate que pas un seul des professeurs qui admiraient (et admirent encore) Carl Schmitt, n’a écrit une Théorie de la constitution, envisagée au sens de sa Verfassungslehre de 1928. Ironie de l’histoire, c’est plutôt le courant qui se revendique davantage de Rudolf Smend qui traite aujourd’hui de la constitution (que celle-ci soit entendue dans sa dimension nationale ou européenne).

31Tout cela souligne bien à quel point l’usage des mots (et donc la précision de leur traduction) est ancrée dans un contexte.

c) Quelques exemples en droit administratif

32A.G. S’agissant du droit et la science du droit administratif, les intitulés ne présentent pas la même complexité. On y retrouve pourtant certaines difficultés de traduction. Pouvez-vous peut-être d’abord nous dire quelques mots au sujet de l’évolution des termes Administrativrecht et Verwaltungsrecht, nuance difficile à traduire dès lors que « Verwaltung » comme « Administrativ » renvoient à l’administration ? La nuance n’est pas moins perceptible et l’évolution des intitulés reflète ici aussi une évolution du contexte politique et doctrinal.

33M.S. Oui, c’est un peu le même processus que celui qui a conduit, vers 1800, à ce que l’on modifie la terminologie relative au « droit de la constitution » (Konstitutionsrecht et Verfassungsrecht). Dans le même sens, peu après, entre 1815 et 1848, l’expression « droit administratif » (Administrativrecht) est devenue Verwaltungsrecht. Il faut aussi y déceler une tendance nationale visant à éliminer des mots français et à les remplacer par des mots allemands.

  • 19 E. Forsthoff, Die Verwaltungs als Leistungsträger, Stuttgart-Berlin, Kohlhammer, 1938. Voir à ce s (...)

34A.G. Dans un périmètre plus circonscrit, je me souviens d’un échange avec vous, portant spécifiquement sur le terme de Daseinsvorsorge, vous demandant si le mot, si spécifique à l’histoire conceptuelle et doctrinale allemande devait être traduit. Apparu sous la plume de l’administrativiste Ernst Forsthoff19 dans un contexte spécifique, favorable à la prise en compte de la croissance des prestations étatiques, il était évident qu’il ne s’agissait pas de le traduire simplement par « service public », terme à son tour spécifique au droit administratif français – avec tout ce qu’il comporte d’idéologie et de conceptions des rapports à l’État, à sa construction et à celle du droit public français.

35Pouvez-vous nous dire ici quelques mots sur nos choix de traductions, allant de « services d’intérêt public » à « État providence » ?

36M.S. Le terme Daseinsvorsorge a en effet gagné sa notoriété avec Ernst Forsthoff. Celui-ci a écrit en 1938 un livre qui partait du constat que, au xxe siècle, les hommes avaient acquis d’immenses possibilités leur permettant de maîtriser l’espace (par voie ferroviaire, maritime, aérienne – sans compter l’internet d’aujourd’hui !). Pour autant, malgré ces possibilités démultipliées, les hommes demeuraient et demeurent toujours faibles et dépendants des services publics (que l’on pense aux secteurs de l’énergie, de l’eau, de la sécurité contre les crimes, etc.). Forsthoff a alors qualifié de Daseinsvorsorge les activités étatiques en charge des services indispensables pour accompagner cette évolution des activités humaines.

37Le mot est un mélange recueillant les influences de Hegel et de Lorenz von Stein, mais aussi de Karl Jaspers, lequel avait écrit en 1931 un petit livre sur la situation spirituelle de notre temps. Ici il joue avec des formules telles « préoccupation » (Sorge), « préoccupation pour le bien-être » (Sorge für das Dasein), sollicitude pour les hommes et pour le public en tant qu’entité générale.

38Ces associations ne sont pas traduisibles en français. Pour la traduction on ne peut alors que conserver le terme allemand et donner une explication dans le sens de « L’État providence » par des services publics (ou quelque chose de semblable).

III. Apprendre du dialogue établi

  • 20 W. Benjamin, La tâche du traducteur, op. cit., p. 115.

39A.G. Si l’on doit conclure ici, la conclusion ne pouvant être que provisoire, je voudrais citer à nouveau Walter Benjamin, lorsqu’il rappelait si élégamment à quel point « les traductions, qui sont plus qu’une simple transmission, apparaissent quand, dans sa vie ultérieure, une œuvre a déjà atteint sa gloire. Elles ne servent donc pas tant à la gloire de l’œuvre – comme les mauvais traducteurs ont coutume de le revendiquer en faveur de leur travail – qu’elles lui doivent plutôt leur existence. La vie de l’original atteint en elles son déploiement le plus tardif, le plus large, car sans cesse renouvelé »20. Ici donc, en ma qualité de traductrice, je ne peux que redire mon plaisir et ma chance d’avoir été engagée dans cette aventure de traduction, associant correspondance amicale et élévation intellectuelle.

40Et si je peux me tourner une dernière fois vers vous dans le cadre de ce colloque, peut-être pourrez-vous nous donner votre propre sentiment sur vos autres expériences de traduction et de dialogues entre « traduit » et « traducteur/traductrice », y compris au-delà des frontières franco-allemandes ?

41M.S. Il y a toujours des différences culturelles qui sont historiquement sédimentées dans les diverses langues. Le point central de chaque traduction tient à cet égard à la nécessité d’un véritable travail commun, forgé avec patience entre l’auteur et le traducteur ou la traductrice. À notre époque de la correspondance par courriels, cela est profondément facilité, mais imaginons ce que cela pouvait être auparavant !

42Il n’en demeure pas moins que, même avec cette facilité, la coopération ne peut fonctionner que si les deux « partenaires » parlent suffisamment bien la langue de l’autre. Pour les traductions en français, italien, espagnol ou anglais les problèmes sont limités. Souvent on fait du reste l’économie de traductions en hollandais, en suédois ou encore en hongrois (par exemple), précisément parce que, dans ces pays, on maîtrise suffisamment bien l’allemand – sans compter la maîtrise de l’anglais qui y est le plus souvent excellente. Et lorsqu’il existe une traduction anglaise, cela bloque fréquemment les traductions dans des pays moins grands.

43La question se complique avec les traductions dans des langues plus éloignées, surtout en japonais et chinois, mais aussi en langue russe. Dans les cas du Japon, de la Chine ou de Taiwan, j’accepte les traductions avec une grande confiance, parce que mon traducteur chinois ou mes traductrices au Japon et Taiwan, que je connais bien depuis leurs thèses, parlent un excellent allemand. Ils ou elles maîtrisent les problèmes de traduction dans une culture juridique différente (en dépit donc des problèmes, qui sont énormes !) avec élégance.

44Je suis convaincu que les exercices et les problèmes de traduction en général constituent une question essentielle pour notre avenir – culturel et politique. Si nous nous arrêtons de traduire, et si nous nous limitons à recourir à un anglais simple et plat, nous perdrons des capacités essentielles de compréhension, non seulement de nos voisins, mais aussi des cultures plus éloignées. Et cela alors que, précisément, dans un monde globalisé, ces cultures ne sont plus vraiment éloignées ; elles sont toute proches de nous !

45À ce titre, chaque traduction ne peut qu’enrichir sa propre culture, sa propre langue. Et notre conscience transporte et transforme (ou traduit) des valeurs linguistiques comme culturelles. Pour l’Europe, c’est fondamental : pensons à cette Europe, riche de cette extraordinaire diversité culturelle, aujourd’hui gravement menacée par des politiciens nationalistes et populistes, lesquels idolâtrent une « identité » fictive qui n’a jamais vraiment existé ! L’Europe a un besoin urgent de soutenir les traductions, non seulement vers l’anglais, mais aussi, voire surtout, directement entre les langues continentales.

46J’arrête ici, avec un très grand merci à Aurore Gaillet, traductrice raffinée et collègue très estimée et respectée.

Notes

1 M. Stolleis, Geschichte des öffentlichen Rechts in Deutschland, Munich, Beck, 4 tomes, 1988–2012. Version abrégée : Öffentliches Recht in Deutschland. Eine Einführung in seine Geschichte, Munich, Beck, 2014, trad. fr. : Introduction à lhistoire du droit public en Allemagne, Paris, Garnier (coll. « Classiques »), 2018 (trad. et préface : A. Gaillet).

2 W. Benjamin, La tâche du traducteur, Paris, éd. Payot & Rivages, 2011 (trad. fr. du texte de 1923 par C. Cohen Skalli), resp. p. 128 et 130.

3 M. StolleisLe droit à l’ombre de la croix gammée. Études sur l’histoire du droit du national-socialisme, Lyon, ENS Éditions, coll. « La Croisée des chemins », 2016, trad. fr. C. Roques et M.-A. Roy.

4 A. Gaillet, L’individu contre l’État. Essai sur les recours de droit public dans l’Allemagne du xixe siècle, Paris, Dalloz, 2012.

5 La Begriffsgeschichte constitue l’un des courants les plus importants de l’histoire des concepts. Ce courant doit beaucoup à l’œuvre de l’historien R. Koselleck, à l’origine des Concepts fondamentaux de l’histoire, Dictionnaire historique du langage politico-social en Allemagne (O. Brunner, W. Conze, R. Koselleck (dir.), Geschichtliche Grundbegriffe, Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, Stuttgart, Klett-Cotta, 8 vol. (dont un en deux parties), 1972-1997. Pour une analyse en français, voir par ex : M. Werner, « “Les Mots de l’histoire” et la Begriffsgeschichte / sémantique historique », Revue de l’IFHA, 4, 2012, p. 187-194.

6 Pour l’analyse de ce concept : M. Stolleis, « Communauté et communauté du peuple. Considérations sur la terminologie juridique à l’époque du national-socialisme » (chap. 4), in Le droit à l’ombre de la croix gammée, op. cit. ; O. Jouanjan «  Le mythe juridique de la communauté » (chap. II, partie II), in Justifier l’Injustifiable. L’Ordre du discours juridique nazi, Paris, PUF, Léviathan, 2017.

7 A. Tunc, « Jurisprudence », Encyclopedia Universalis, vol. 9, p. 580, cité par C. Grzegorczyk, « Jurisprudence : phénomène judiciaire, science ou méthode ? », in « La jurisprudence », Archives de philosophie du droit, t. 30, 1985, p. 35-52, en part. p. 51. La plupart des contributions se concentrent sur la fonction de juger.

8 C. Grzegorczyk, Ibid. : « jurisprudentia [:] méthode propre et spécifique portant sur la découverte du droit (jus) ». Voir aussi : Georges de Pieri « Ius et iurisprudentia », p. 53-60, rappelant que le ius, art de formuler la justice, requiert la vertu de la prudentia.

9 K. Larenz, Methodenlehre der Rechtswissenschaft, 6e éd., Berlin, Springer, 1991, p. 5 (« La science du droit est la science qui s’intéresse à la résolution de questions juridiques dans le cadre et sur le fondement d’un ordre juridique déterminé, historiquement développé, c’est-à-dire ce qu’on appelait traditionnellement Jurisprudenz »).

10 R. von Mohl, Staatsrecht des Königreichs Württemberg, Tübingen, Mohr, 1829-1830, 2e éd., 1840, 3e éd., 1846.

11 G. Jellinek, Allgemeine Staatslehre, Berlin, Häring, 1900, 2e éd. 1905, 3e éd. 1914 (L’État moderne et son droit, Paris, Girard & Brière, 1913, trad. fr. G. FARDIS, rééd., Paris, Éd. Panthéon-Assas, 2 vol., 2005 (préface O. Jouanjan).
Initialement l’ouvrage est intitulé Das Recht des modernen Staates, 1900, d’où la traduction en français sous le titre l’État moderne et son droit (op. cit.). Il devait être le premier volume de la Théorie générale de l’État (Allgemeine Staatslehre). Mais le second volume n’est jamais paru autrement que sous la forme posthume (Ausgewählte Schriften und Reden, publié par son fils Walter en 1911).

12 O. Jouanjan, É. Zoller, Critique sociale et critique sociologique du droit en Europe et aux États-Unis. Le « moment 1900 », Paris, éd. Panthéon-Assas, 2015.

13 O. Jouanjan, « Pourquoi des juristes en temps de détresse ? Le droit public de Weimar et la “querelle des méthodes et des approches” », in Ibid., p. 223-251.

14 C. Schmitt, Verfassungslehre, München, Leipzig, Duncker & Humblot, 1928 (9e éd. (rééd. de la première éd., München, Duncker & Humblot, 1993).

15 R. Smend, Verfassung und Verfassungsrecht, München, Duncker & Humblot, 1928 (rééd. Duncker & Humblot, 2014).

16 J. Isensee, P. Kirchhof (dir.), Handbuch des Staatsrechts der Bundesrepublik Deutschland, Heidelberg, C.F. Müller, 3 éd. depuis 1987, 10 vol.

17 K. Hesse, Grundzüge des Verfassungsrechts der Bundesrepublik Deutschland, Heidelberg, C. F Müller, rééd. de la 20e éd., 1999.

18 P. Häberle, M. Kotzur, Europäische Verfassungslehre, 8e éd., Baden-Baden, Nomos, 2016.

19 E. Forsthoff, Die Verwaltungs als Leistungsträger, Stuttgart-Berlin, Kohlhammer, 1938. Voir à ce sujet F. Meinel, Der Jurist in der industriellen Gesellschaft, Ernst Forsthoff und seine Zeit, Berlin, Walter de Gruyter, 2011, 154 sq.

20 W. Benjamin, La tâche du traducteur, op. cit., p. 115.

Auteurs

Professeur émérite de droit public et d’histoire du droit,
Université de Francfort-sur-le-Main

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search