Version classiqueVersion mobile

Justement traduire

 | 
Marie Bassano
, 
Wanda Mastor

Partie II : Établir le dialogue

Traduire en grec la Loi des Juifs : La Bible des Septante

Francesca P. Barone

Texte intégral

1Avant de commencer mon exposé, je voudrais tout d’abord remercier les organisateurs de ce colloque et, plus particulièrement, Wanda Mastor, pour m’avoir invitée à une si belle rencontre. L’étude que je vais vous livrer aujourd’hui porte non pas sur un texte juridique à proprement parler, mais sur la Bible, livre qui, cependant, renferme la Loi des Juifs, puis des Chrétiens, et qui, pour les prosélytes de l’une et de l’autre religion, a une valeur normative.

  • 1 Le débat moderne a été marqué par la monographie de J. Barr, The Semantics of Biblical Language, O (...)
  • 2 Surtout après Origène. Origène (II‑III s.) a eu une importance sans égale dans l’histoire du texte (...)
  • 3 Pour un résumé des positions des Pères sur le problème de la traduction grecque de la Bible juive (...)
  • 4 Sur la théorie de l’inspiration, cf. P. Benoit, « L’inspiration des LXX d’après les Pères », dans (...)
  • 5 Jérôme ne partage pas la foi dans l’inspiration de la traduction des Septante. Selon lui, les Sept (...)

2Pour ce colloque, j’ai décidé de laisser de côté les questions théoriques : il y a un débat, chez les anciens ainsi que chez les modernes, sur la « traduisibilité » d’un texte dans une autre langue et, plus encore, d’un texte sacré. En ce qui concerne la traduction de la Bible (de l’hébreu aux autres langues anciennes, et en premier lieu au grec), après une période dominée par l’idée d’une irréductibilité de la pensée sémitique à des catégories propres à la culture grecque, il est désormais acquis le fait que, malgré les difficultés, il n’y a pas d’obstacles de principe à ce qu’une chose exprimée dans une langue le soit aussi dans une autre1. Les anciens, quant à eux, croyaient dans la possibilité d’une traduction fidèle. Par ailleurs, bien que Jésus s’exprimât dans une langue sémitique, les évangiles furent écrits en grec, ce qui montre que la Parole de Dieu peut être traduite. Certes, en ce qui concerne l’Ancien Testament, les chrétiens deviennent progressivement conscients qu’il y a des différences entre leur texte et le texte en hébreu2. Mais en général ils attribuent ces différences à des corruptions textuelles qui se seraient produites après le moment de la traduction, tant dans la tradition en hébreu que dans la tradition en grec3. En outre, l’existence de ces différences ne touche en rien leur foi dans le texte grec et dans sa valeur normative, en raison de la théorie de l’inspiration4, qui est commune aux juifs hellénisés et aux chrétiens : les traducteurs de la Bible auraient été inspirés dans leur entreprise directement par le Saint Esprit. Ainsi, la traduction grecque ne trahit pas la lettre juive parce que c’est Dieu même qui a traduit sa Parole5.

  • 6 J. Joosten, « Interpretation and Meaning in the Septuagint Translation », in A. Aejimelaeus, P. Pa (...)

3Laissant de côté les théories sur la traduction de l’Ancien Testament, dans la suite de ma présentation, je donnerai un aperçu des difficultés concrètes qui se sont posées aux traducteurs de la Bible en grec : nous passerons en revue quelques-unes des altérations du texte qui viennent se produire dans la Bible grecque du fait du traducteur, en les classant, d’une manière quelque peu artificielle, selon leur degré d’intention. Nous verrons cependant que les modifications opérées dans l’opération de traduction se situent dans une échelle qui va de l’intervention inconsciente à l’exégèse délibérée sans que l’on puisse déterminer exactement le degré de conscience du traducteur 6.

4Quelques-uns des exemples choisis appartiennent au domaine du droit ; d’autres sont plus généraux sans que cela trahisse, à mon avis, l’esprit de ce colloque, du fait que chaque parole de Dieu a valeur de Loi pour les fidèles.

5Compte tenu de la formation du public ainsi que des autres intervenants – majoritairement des juristes comparatistes ou des historiens du droit – je commencerai par une brève présentation de mon objet d’étude, la Septante.

I. La septante, première traduction grecque de la bible hébraïque

  • 7 Alexandrie accueillait à l’époque une communauté juive florissante, qui, tout en gardant des relat (...)
  • 8 Cf. A. Pelletier, Lettre d’Aristée à Philocrate, Paris, 1962 (Sources Chrétiennes, 89). Il n’y a p (...)
  • 9 Pour une mise en perspective historique de ce récit, ainsi que pour une analyse du contexte politi (...)
  • 10 Une précision terminologique s’impose : dans la tradition juive hellénophone, la Bible des LXX ind (...)

6La Septante (LXX) est la première traduction grecque de la Bible. Elle trouve ses origines dans le cadre du judaïsme hellénistique : c’est à Alexandrie, en Égypte, que la Bible hébraïque fut traduite pour la première fois en grec, au cours du IIIè siècle avant J.‑C.7. Selon la tradition, relatée dans la Lettre du pseudo‑Aristée8, l’initiative de cette traduction reviendrait au roi Ptolémée Philadelphe II (309‑246) qui, sollicité par le responsable de la bibliothèque royale d’Alexandrie, Démétrios de Phalère, décida de faire traduire par les Juifs leur Loi pour en doter sa bibliothèque9. Ptolémée aurait demandé au grand prêtre de Jérusalem, Eléazar, de lui envoyer le texte de la Loi des Juifs, à savoir le Pentateuque, ainsi que 72 traducteurs (6 par tribu). De là le nom de Septante. Les textes traduits à la cour de Ptolémée sont les cinq premiers livres de la Bible (Genèse, Exode, Lévitique, Nombres, Deutéronome), les autres livres bibliques furent traduits par la suite ; d’autres livres furent composés directement en grec10.

  • 11 Sur la LXX la bibliographie est immense. Je me limiterai ici à renvoyer à quelques volumes récents (...)

7Si les origines de la Septante11 sont antérieures à la naissance du christianisme et donc indépendantes de celui‑ci, c’est ce texte grec qui fut adopté par les chrétiens, qui en général ne connaissaient pas l’hébreu. Ce texte grec servit en outre de modèle à la plupart des autres versions anciennes de la Bible - par exemple en syriaque, ou dans les différents dialectes coptes, utilisés en Égypte ; ou en langue gaèze (éthiopien classique), en arménien, en géorgien, en paléoslave, ou encore en latin (Vetus latina) ; enfin, même dans le cas où le modèle suivi fut le texte hébreu (comme pour la Vulgata en latin), la LXX exerça une profonde influence.

8Avant d’aborder le sujet promis, la Bible des LXX en tant que traduction, il est encore nécessaire d’évoquer les problèmes liés à la relation entre la LXX et le texte hébreu, qui constituent le cadre dans lequel il sera possible d’apprécier les caractéristiques de la Bible grecque en tant que traduction.

II. Les relations entre la Bible en hébreu et le texte grec des LXX

9Les relations entre le texte hébreu de l’AT et sa version grecque posent d’innombrables problèmes, que je n’aborderai pas ici. Une de ces questions doit cependant être évoquée, à savoir, celle relative au substrat hébreu de la traduction grecque. Autrement dit, quel texte hébreu fut traduit en grec ? Chacun mesurera l’enjeu de cette question : la possibilité d’examiner le texte grec en tant que traduction dépend de notre connaissance du texte source. Il n’est pas question de rentrer ici dans les détails d’une réponse. Je me limiterai à synthétiser quelques éléments nécessaires à l’intelligence de notre discours.

10Tout d’abord, la Bible n’est pas un texte écrit par un auteur unique dans un intervalle de temps correspondant à l’activité de son auteur ; il s’agit plutôt d’une œuvre qui s’est produite par stratification et dont un texte précis est venu se fixer dans le temps.

  • 12 Une édition francophone complète des textes de Qumrân est en cours de publication dans la collecti (...)

11Comme pour tous les textes de l’Antiquité, notre connaissance dépend de l’état de la tradition manuscrite, autrement dit de la documentation dont nous disposons : même s’il n’y a pas d’accord en littérature sur la date de composition des différents livres de l’AT en hébreu, un grand intervalle (allant jusqu’à dix siècles selon les hypothèses) existe entre la rédaction de ces livres et nos témoins les plus anciens, qui eux, ne remontent jamais au‑delà du IIème siècle avant J.‑C (ce sont les textes retrouvés en 1947 à Qumran12). Et il ne s’agit là que de fragments, d’extension plus ou moins importante. Les manuscrits complets de l’AT qui nous sont parvenus datent du IV siècle, pour la version grecque, et seulement du XIe siècle pour le texte en hébreu. On appelle ce texte hébreu le Texte Massorétique (TM), car la tradition (massora) l’a retenu, en fixant progressivement sa vocalisation et sa ponctuation afin d’éviter les ambiguïtés et les mécompréhensions.

12Les textes que nous venons de nommer, en hébreu comme en grec, diffèrent ou s’accordent entre eux selon une géométrie variable. Sans entrer dans les détails de l’un des problèmes les plus épineux de la philologie biblique, il importe donc de bannir l’idée d’un texte hébreu unique de l’AT. Bien au contraire, la tradition atteste des nombreuses variantes hébraïques documentant une pluralité textuelle déjà pour la Bible en hébreu.

13Quel texte source fut utilisé pour rédiger la traduction grecque ? L’un (ou plusieurs) des textes hébreux conservés dans notre tradition ? D’autres textes dont nous n’avons gardé aucune trace ? La réponse est nuancée et varie non seulement de livre en livre mais souvent de verset en verset. Ainsi, en ce qui concerne notre objet d’études, à savoir la LXX en tant que texte de traduction, le problème majeur est constitué par les lacunes dans notre connaissance des textes sources. A chaque fois qu’une différence se produit entre le texte des LXX et TM (qui est, je le rappelle, le texte hébreu qui est venu progressivement faire autorité chez les Juifs), la question se pose de savoir si la différence s’est produite dans la traduction grecque ou si elle se trouvait déjà dans le substrat hébreu utilisé comme texte source. En d’autres termes, la différence se situe-t-elle entre un texte unanime en hébreu et le texte traduit en grec, ou alors entre deux textes différents déjà en hébreu ?

14Aux fins de notre exposé, il importe simplement de retenir que la plus grande prudence est nécessaire dans ce domaine. Nous allons maintenant nous concentrer sur la Septante en tant que traduction et sur ses relations avec le texte hébreu.

III. Différences entre le TM et la LXX du fait du traducteur

  • 13 Sont généralement considérées comme dus au substrat les abrégements ou les expansions du texte : p (...)

15 Le texte grec des LXX s’éloigne régulièrement du TM. Certaines typologies de différences relèvent probablement d’un texte source qui ne correspond pas au TM13.

16Il existe cependant d’autres différences entre la LXX et le TM qui semblent relever du fait du traducteur. En effet, malgré la volonté de Justement traduire, l’opération même de traduction produit des altérations du texte source, dont les raisons et les conséquences peuvent être fort différentes.

17Une traduction est forcément un acte d’interprétation, ou, pour le dire en termes bibliques, d’exégèse. L’opération de traduction nécessite au moins deux étapes : la première est la compréhension du texte de la part du traducteur car traduire signifie, en premier lieu, comprendre. Il s’agit là de la compréhension d’un mot ou d’une construction, mais aussi du contenu d’un passage. Pour cela, il faut qu’à la fin de sa lecture, le traducteur arrive à un message pour lui compréhensible, autrement dit doté d’un sens qui peut être intégré dans son système culturel. Non seulement le traducteur doit avoir déchiffré les différents mots et les différentes constructions syntactiques ; mais il faut aussi que le message soit acceptable pour lui, qu’il ne contredise pas ce qu’il s’attend à trouver dans le texte.

18Dans un deuxième temps, traduire signifie « faire comprendre » ce contenu à un nouveau public, parlant une langue différente de celle du texte source et vivant dans un système culturel différent. Pour que ce public comprenne, il faut que le traducteur trouve l’équivalent le plus adapté à transmettre le message.

19Dans chacune de ces phases de la traduction, le traducteur peut générer des altérations du texte par rapport à l’original, d’une façon volontaire, ou alors malgré lui.

IV. La première phase de la traduction : la nécessité de comprendre

20Les soucis dans l’intelligence d’un texte peuvent dépendre de deux types de problèmes : de la difficulté de compréhension d’une autre langue (mots rares, par exemple ; mots indiquant des institutions ou des réalités spécifiquement sémitiques, qui n’ont pas d’équivalent dans le monde hellénophone) ; ou de la difficulté de compréhension de concepts qui ne sont pas cohérents avec l’univers culturel du traducteur et avec ses attentes dans la lecture du texte.

21Le premier type de difficulté détermine, grosso modo, des altérations accidentelles du texte source, alors que le deuxième ordre de difficulté produit des modifications plutôt intentionnelles.

A. Écarts dus à des difficultés de compréhension de la langue : des altérations accidentelles du texte source

1) Mauvaise lecture du texte hébreu

  • 14 Par exemple, Am., 1, 6 : LXX « déportation de Salomon » à la place de « déportation massive » car (...)

22Quelques-uns des écarts entre la LXX et le TM semblent dépendre d’une mauvaise lecture du texte hébreu : en effet, le texte hébreu traduit en grec était un texte consonantique, sans vocalisation et sans ponctuation. Un grand nombre de différences entre le texte juif et le texte grec dépendent alors de la confusion entre certaines lettres, ou d’erreurs de vocalisation14.

2) Hapax legomena ou mots / constructions rares

  • 15 Il s’agit de phénomènes qui produisent ce que Jan Joosten appelle une « accidental exegesis ». Cf. (...)

23D’autres écarts semblent dépendre de la mauvaise interprétation de paroles ou de constructions peu fréquentes. Il s’agit de ce qu’on appelle les hapax legomena, littéralement « les choses dites une seule fois », à savoir des mots non utilisés ailleurs dans le corpus de textes considéré. Le texte source se trouve alors modifié, par accident, sans qu’il y ait une volonté précise de la part du traducteur15.

3) Termes douteux : les « traductions conjecturales »

  • 16 Cf. E. Tov, « Did the Septuagint Translators Always Understand their Hebrew Text ? », dans A. Piet (...)

24Lorsque les traducteurs se trouvent en présence d’un texte qui leur semble douteux, ils proposent des traductions conjecturales16, dont le type le plus important est représenté par les traductions contextuelles. Il s’agit de traductions multiples d’un même mot, dictées par le contexte dans lequel ce dernier apparait.

4) Institutions sémitiques : les néologismes

  • 17 G. Dorival, « La lexicographie de la Septante entre Sem et Japhet », op. cit., p. 238.
  • 18 Dt. 4, 41‑43 et 19, 1‑13.
  • 19 Nb. 35, 25.
  • 20 Aux chapitres 20 et 21.
  • 21 Cf. J. MoattiFine, La Bible d’Alexandrie. VI. Josué, Paris, 1996, p. 44‑45. On soulignera que, po (...)

25Dans les cas où le texte source évoque des institutions spécifiquement sémitiques, qui n’ont pas d’équivalent dans le monde hellénophone, le traducteur peut ne pas comprendre exactement ce dont il est question. Il peut alors créer un néologisme. Ce dernier peut ne pas correspondre exactement à la réalité qu’il est censé exprimer17. Un exemple est constitué par le terme phygadeuterion, mot grec qui traduit le terme hébreu miqlat, indiquant les villes de refuge, institution biblique que les Grecs ne connaissent pas. L’origine des villes-refuge se trouve dans le livre de l’Exode, 21, 12 : Si quelqu’un donne un coup à un homme, et qu’il meure, qu’on le fasse mourir de mort ; il ne voulait pas, mais Dieu a livré quelqu’un entre ses mains : je te donnerai un lieu où ira le meurtrier. Des références à cette institution se trouvent dans le Deutéronome18, dans les Nombres19, puis dans Josué20. Il s’agit de villes choisies pour que les coupables d’homicide involontaire puissent s’y refugier contre la vengeance de la famille du défunt. Le coupable devra rester dans l’une de ces villes jusqu’à la mort du grand prêtre. Il s’agit donc d’une institution qui vise la protection de l’innocent sans pour autant renoncer à punir celui qui est objectivement coupable. Or, le mot grec phygadeutērion ne décrit pas exactement cette institution, dans le sens où il ajoute l’idée d’exil (phygē). Certes, s’il veut échapper à la vengeance, le coupable doit se rendre dans l’une de ces villes et y rester dans une sorte de résidence forcée jusqu’à la mort du grand prêtre. Mais à aucun moment il ne fait l’objet d’une condamnation à l’exil21.

5) Echo d’institutions helléniques : les hellénismes

  • 22 Cf. G. Dorival (éd.), La Bible d’Alexandrie. IV. Les Nombres, Paris, 1994, p. 158‑161.

26Face à des termes évoquant des réalités très différentes de son quotidien, le traducteur peut traduire par des mots qui ne correspondent pas exactement à l’hébreu, mais qui ajoutent quelques éléments, liés au monde dans lequel il vit. Un exemple provient du vocabulaire de l’administration et de la politique : dans le livre des Nombres, les traducteurs utilisent, pour décrire l’organisation du peuple Hébreu, non pas les mots « clan », « famille », « parenté », mais les mots « tribus » et « dème ». Or, ces mots indiquent les divisions administratives des cités d’Athènes, de Rhodes et d’Alexandrie à l’époque classique et hellénistique. Comme le fait remarquer Gilles Dorival, « par l’utilisation des mots dēmos et phylē les traducteurs ont transposé le modèle de l’organisation civique sédentaire en usage dans quelques villes célèbres de leur temps à la description que donne la Bible d’une population nomade, errant dans le désert »22.

27Les difficultés dans la compréhension du texte que nous venons d’évoquer provoquent en général des altérations textuelles que nous pouvons considérer comme accidentelles, car le traducteur ne comprend pas exactement ce qu’il traduit et modifie le sens par son intervention, sans en avoir conscience.

28Nous allons maintenant voir que d’autres écarts sont en revanche dus à la volonté délibérée de modifier un texte qui est considéré comme inacceptable. Il s’agit d’interventions exégétiques.

B. Écarts dus à des difficultés de compréhension du contenu : des altérations volontaires du texte source

29Dans le chapitre 32 du livre de l’Exode, il est question du comportement des Juifs pendant l’absence de Moïse, qui est monté au Sinaï, pour y recevoir les tables de la Loi : Comme le peuple vit que Moïse tardait à descendre de la montagne, le peuple se réunit devant Aaron ; ils lui disent : « Lève-toi et fais-nous des dieux qui marcheront devant nous ; car ce Moïse, cet homme qui nous a fait sortir d’Égypte, nous ne savons pas ce qui lui est advenu ». 2. Et Aaron leur dit : « Enlevez les anneaux d’or qui sont aux oreilles de vos femmes et de vos filles et apportez-les-moi. 3 Tout le peuple enleva les anneaux d’or qui étaient à leurs oreilles et ils les apportèrent à Aaron. 4. Il les reçut de leurs mains, les façonna au burin et en fit un veau de métal fondu ; puis il dit : « Voici tes dieux, Israël, qui t’ont fait monter du pays d’Égypte ». 5. Et à cette vue Aaron édifia un lieu d’offrandes en face de lui, puis Aaron proclama ceci : « Demain, fête du Seigneur ». 6. Et le lendemain, s’étant levé tôt, il fit monter les holocaustes et présenta un sacrifice de salut, et le peuple s’assit pour manger et boire, puis ils se levèrent pour se divertir.

  • 23 Le commandement transgressé est celui d’Ex 20, 4‑5 : Tu ne feras ni d’idole, ni de ressemblance de (...)

30Le célèbre épisode du veau d’or contient la mémoire du premier péché idolâtrique des Juifs. Dieu vient juste de donner au peuple juif le Décalogue ; le peuple a promis qu’il respectera (Ex. 24, 7). Et puis ils transgressent l’un de ces préceptes23. Cet épisode constitue, dans l’histoire des Juifs, l’équivalent le plus proche du péché originel des chrétiens : c’est la première chute, le péché par excellence, le prototype de toute nouvelle chute. Cet épisode est tellement grave que Flavius Josèphe, dans ses Antiquités Juives (III, 95‑101), le passe sous silence.

  • 24 Pour une revue des thèmes de l’apologétique juive au sujet d’Aaron, cf. P.C. Bori, Il vitello d’or (...)

31Le problème que ce texte pose, aux Juifs comme aux Chrétiens, est celui du rôle d’Aaron. Selon le récit biblique, Aaron participe parfaitement à la transgression de la Loi de la part des Juifs. Mais Aaron est un personnage central dans le culte juif et chrétien : il est le premier grand prêtre des Juifs : le sacerdoce lui appartient, à lui et à sa lignée, pour toujours, selon le récit d’Exode 29. L’apologétique Juive cherche dès lors à limiter ses responsabilités24 : Aaron aurait invité le peuple à la patience, mais face à sa violence aurait cédé, pris par la peur ; le diable lui aurait fait croire que Moise était mort ; il aurait essayé de gagner du temps en espérant le retour de Moise ; il aurait simplement jeté l’or dans les flammes, la forme du veau aurait été produite par le feu, le diable, la magie.

  • 25 Fr. 72 Deconninck. La même position est exprimée par Théodoret, PG 80, 292. Le lecteur trouvera le (...)

32Les chrétiens du IV siècle reprennent les inventions apologétiques juives : selon Diodore de Tarse, Aaron aurait essayé d’arrêter le peuple, ou de gagner du temps, par la requête de l’or aux femmes, ces dernières étant attachées à leurs bijoux25.

  • 26 Cf. S. Daniel, Recherches sur le vocabulaire du culte dans la Septante, Paris, 1966, p. 17.

33Si tout cela nous intéresse c’est parce que la traduction des LXX, loin d’être une traduction neutre, porte déjà les traces d’une volonté d’atténuer la responsabilité d’Aaron. Dans Ex. 32, 5, Aaron édifie un « autel ». Or, le traducteur des LXX connait deux termes pour traduire un lieu d’offrande : bomos, qui est l’autel idolâtre, païen, l’autel qui est adopté pour des multiples dieux ; et thysiastērion, un néologisme du Pentateuque qui indique l’autel réservé au Seigneur, le seul habilité à recevoir les sacrifices offerts au Dieu d’Israël26. Or, le mot que le traducteur des LXX utilise dans le cas d’Aaron est thysiastērion : ainsi, Aaron édifie un autel, cet autel est voué à Dieu et c’est à Dieu qu’Aaron offre des sacrifices. Si nous revenons au texte de Ex. 32, 5 et suivants, il est dit que le lendemain Aaron fit monter les holocaustes. Dans la LXX les actions rituelles ont pour sujet Aaron, alors que dans le TM les verbes sont au pluriel et renvoient donc au peuple. La LXX distingue donc le comportement d’Aaron, qui offre des holocaustes dans le thysiastērion, l’autel réservé aux sacrifices pour le Dieu d’Israël, et le peuple, occupé à festoyer au nom du Veau d’or.

  • 27 La Synopse de la Sainte Écriture, dont je suis en train d’éditer un texte critique, est une œuvre (...)
  • 28 Néanmoins, quelques lignes plus bas, l’auteur du résumé précise que Moise, une fois redescendu du (...)

34Le double choix du traducteur – lexical, d’un côté, et grammatical de l’autre - construit une scène qui diffère largement de celle d’origine, en raison d’une volonté apologétique au bénéfice de la figure d’Aaron. Cette scène est celle qui restera dans l’imaginaire des chrétiens des premiers siècles. Dans la Synopse de la Sainte Écriture (PG 56, 313‑386) attribuée à Jean Chrysostome27, texte qui constitue le plus ancien résumé de la Bible en notre possession, voici comment l’épisode est synthétisé : Les Israélites se réunissent contre Aaron et tombent dans l’idolâtrie (PG 56, 328). Aucune allusion n’est faite à une quelconque responsabilité d’Aaron, qui est plutôt la victime de son peuple28. La traduction des LXX, par le choix du mot utilisé pour indiquer l’autel, crée l’image d’un prêtre juste, qui continue à immoler des offrandes à Dieu, malgré l’idolâtrie de son peuple.

35Nous allons maintenant évoquer rapidement les altérations du texte motivées par la volonté du traducteur de rendre le message compréhensible à son public.

V. La nécessité de faire comprendre

  • 29 Des exemples de cette nécessité de modifier le texte pour le rendre intelligible dans une autre la (...)

36Comme nous l’avons dit plus haut, si l’œuvre de traduction nécessite la compréhension du texte à traduire, dans un deuxième temps, traduire signifie « faire comprendre » à un nouveau public, parlant une langue différente de celle du texte source. Pour que ce public comprenne, il faut que le traducteur trouve dans sa langue l’équivalent le plus adapté à exprimer ce qui est dit dans la langue d’origine. Cela peut conduire le traducteur à modifier le texte source pour trouver une expression de sens équivalent. Dans cette recherche du bon équivalent, le traducteur peut aussi modifier le sens de départ, en ajoutant des significations qui ne se trouvaient pas dans le texte d’origine29.

  • 30 Cf., pour cet exemple, A. Le Boullouec, P. Sandevoir, La Bible d’Alexandrie. 2. L’Exode, Paris, 19 (...)
  • 31 Ce mot n’est utilisé que deux autres fois dans la Septante, en Dt. 6, 8 et 11, 18. En Dt il est à (...)

37Une situation qui me semble intéressante pour notre sujet est celle qui se détermine quand le traducteur doit rendre des expressions qui n’ont pas de sens dans sa langue. Au chapitre 13 du livre de l’Exode, Dieu donne les prescriptions divines concernant les premiers nés : Le Seigneur s’adressa à Moïse en ces termes : « Consacre-moi tout premier-né, premier enfanté qui ouvre la matrice chez les fils d’Israël, depuis l’homme jusqu’au bétail ; il est à moi » (Ex. XIII, 1). La raison du précepte est le souvenir du jour dans lequel le Seigneur tua tout premier-né au Pays d’Égypte pour délivrer Israël de son esclavage. Dieu termine ainsi : Et ce sera un signe sur ta main, et chose inébranlable devant tes yeux. Car le Seigneur, d’une main forte, t’a fait sortir d’Égypte. Le mot inébranlable traduit un mot hébreu tōtāpōt, qui est un mot rare, obscur, pour lequel plusieurs explications ont été données30. Il semblerait que ce mot descende d’une racine sémitique signifiant « faire le tour, encercler » et qu’il indique des bandeaux de tête, des « fronteaux ». Il s’agirait donc des ancêtres de ce que le judaïsme rabbinique appellera tefillin et qui existe encore aujourd’hui : des petits boitiers cubiques contenant quatre passages bibliques et attachés à la tête et au bras des fidèles. Le mot grec utilisé pour indiquer ces réalités fut phylaktērion, « amulette ». La Septante traduit donc le mot tōtāpōt (« amulette »), par asaleuton, « chose inébranlable »31. Asaleuton est un mot grec tardif, qui n’apparait qu’à l’époque hellénistique. Dans les papyrus jusqu’à l’époque byzantine il indique le caractère définitif de contrats de vente ou de décisions judiciaires. La traduction grecque d’Ex. 13, 16 interprète donc un terme hébreu difficile en introduisant la notion d’une loi absolument contraignante et durable, à respecter scrupuleusement. Il s’agit d’une loi ferme et immuable.

38Cependant, le mot totapot est traduit différemment dans d’autres versions de la Bible que la LXX. Dans les traductions de Symmaque ou de Théodotion, le mot grec qui traduit tōtāpōt est saleutà, « les choses qui sont mues, agitées », c’est-à-dire l’exact contraire d’asaleuton. Philon (Spec. IV, 137‑139) explique le sens de ce mot : « Les maximes de la justice, on doit, soutient la loi, les placer dans son cœur, les attacher à sa main pour qu’elles deviennent un signe, et les laisser ballantes devant ses yeux ». Cette interprétation renvoie à la pratique du port de phylactères contenant le texte du Décalogue : quelque chose qui est en mouvement constant, devant les yeux. La traduction latine la plus ancienne, la vetus latina, traduit totapot par mobilia, « les choses qui sont en mouvement ».

39Pourquoi la LXX traduit alors « chose inébranlable » ? Le choix d’asaleuton pourrait résulter d’un procédé targumique, celui des « traductions inverses » : les traducteurs ont voulu corriger ce qui risquait d’être mal compris et expliciter ce qu’ils considéraient comme la pensée réelle du texte, à savoir que les prescriptions de Dieu sont immuables. Plutôt que rendre l’image propre au texte hébreu et liée à une pratique précise, celle du port des phylaktères contenant des passages bibliques devant les yeux, la Septante semble avoir choisi d’indiquer le sens de cette pratique, à savoir l’immuabilité de la Loi divine. Il ne s’agit donc pas d’une traduction, mais d’une réécriture, qui altère l’image de départ mais pas le sens de fond. La loi, qui pour les Juifs doit bouger devant les yeux pour qu’elle ne soit jamais oubliée et pour qu’elle soit respectée dans sa lettre sans le moindre écart, pour les chrétiens doit rester immuable, ferme, pour la même raison.

Conclusions

  • 32 Cf. J. Joosten, « Trahir pour mieux traduire », op. cit., p. 30.

40L’exposé que je viens de présenter, loin d’être exhaustif, a voulu souligner les écarts qui se produisent entre la traduction grecque de la Bible et son texte source. Nous avons vu que les altérations du texte traduit se produisent ou bien au moment de la compréhension de la part du traducteur – qui ne comprend pas un mot, une construction ou un message, trop loin de son univers culturel ; ou alors au moment de la recherche du bon équivalent dans la langue cible. Nous avons vu que certaines des interventions sont accidentelles, d’autres en revanche semblent bien volontaires. Cependant, comme l’explique l’un des spécialistes de la Septante en tant que traduction, Jan Joosten, L’exégète contemporain est tenté de conclure que l’ajout d’une négation pour des raisons grammaticales ou rhétoriques est légitime, alors que l’inversion du sens pour des raisons idéologiques ne l’est pas. Pourtant, dans le contexte historique de la Septante, notre jugement ne doit pas être aussi tranché. Dans l’un et l’autre cas, le traducteur ancien se laisse guider par sa compréhension du contexte au sens large32.

41La Septante, comme toute autre version de la Bible, est un texte qui se veut fidèle à sa source et pourtant essentiellement nouveau par rapport à cette dernière.

Notes

1 Le débat moderne a été marqué par la monographie de J. Barr, The Semantics of Biblical Language, Oxford University Press, Londres, 1961. Pour une mise en perspective de cet ouvrage, cf. J. Joosten, « Hebrew thought and Greek thought in the Septuagint. Fifty years after Barr’s Semantics », dans R. A. Taylor, C. EMorrison (éd.), Reflections on Lexicography. Explorations in Ancient Syriac, Hebrew, and Greek Sources (Perspectives on Linguistics and Ancient Languages 4), Piscataway, 2014, p. 149‑157.

2 Surtout après Origène. Origène (II‑III s.) a eu une importance sans égale dans l’histoire du texte biblique chrétien en Orient. Dans ses Hexaples il aligne, en six colonnes, le texte biblique en hébreu, la translitération grecque, le texte des Septante et les trois révisions juives, Aquila, Symmaque et Théodotion. Ainsi, il montre clairement toutes les différences entre les textes en grec et en hébreu. Pour une synthèse de l’œuvre d’Origène, cf. P. Nautin, Origène. Sa vie et son œuvre, Paris, 1977.

3 Pour un résumé des positions des Pères sur le problème de la traduction grecque de la Bible juive et de sa valeur, cf. E.L. Gallagher, Hebrew Scripture in Patristic Biblical Theory. Canon, Language, Text, Leiden – Boston, 2012, p. 173‑209. Cf. en outre ID, « The Septuagint’s Fidelity to Its Vorlage in Greek Patristic Thought», dans M. K. H. Peters (éd.), XIV Congress ot the IOSCS. Helsinki, 2010, Septuagint and Cognate Studies, vol. 59, Atlanta, GA, p. 663‑676.

4 Sur la théorie de l’inspiration, cf. P. Benoit, « L’inspiration des LXX d’après les Pères », dans Mélanges H. de Lubac, Paris, 1963, p. 169‑187 ; M. Cimosa, « La traduzione greca dei LXX. Dibattito sull’ispirazione », Salesianum 46 (1984), p. 1‑12.

5 Jérôme ne partage pas la foi dans l’inspiration de la traduction des Septante. Selon lui, les Septante ont pu commettre des erreurs, et ils en ont effectivement commis. C’est la raison pour laquelle Jérôme choisit de retraduire en latin la Bible, en utilisant comme modèle non pas le texte grec des LXX mais le texte hébreu au nom de l’hebraica veritas. Pour un exemple concret d’une prise de distance de la LXX renfermant une réinterprétation du texte traduit, cf. C. Blasi, « Commencer et créer (Genèse 1, 1‑8). L’approche d’historien et d’hébraïsant de saint Jérôme à la lumière de la Préface au Pentateuque », dans B. Bakhouche, Science et exégèse. Les interprétations médiévales du récit biblique de la création des éléments (Genèse 1, 1‑8), Turnhout, 2016, p. 189‑223.

6 J. Joosten, « Interpretation and Meaning in the Septuagint Translation », in A. Aejimelaeus, P. Pahta (éd.), Translation – Interpretation – Meaning, COLLeGIUM, Studies across Disciplines in the Humanities and Social Sciences 7, Helsinki, 2012, p. 52‑62, p. 55.

7 Alexandrie accueillait à l’époque une communauté juive florissante, qui, tout en gardant des relations de grande proximité avec Jérusalem, était bien intégrée en Égypte. Les Juifs vivent en grec et en grec composent des ouvrages appartenant à plusieurs genres littéraires, à savoir l’histoire (Démétrios le Chronographe), la philosophie (Aristobule, Philon) ou encore la poésie, le théâtre, les romans. Sur les Juifs en Égypte sous les Ptolémées, cf. M. Harl, G. Dorival, O. Munnich, La Bible grecque des Septante. Du judaïsme hellénistique au christianisme ancien, Paris, 2011, p. 31‑38.

8 Cf. A. Pelletier, Lettre d’Aristée à Philocrate, Paris, 1962 (Sources Chrétiennes, 89). Il n’y a pas d’accord en littérature sur l’attribution et sur la datation de ce texte, les propositions allant du II s. avant notre ère à la fin du Ier s. après. Sur ce texte, qui pourrait constituer le témoignage le plus ancien sur la LXX, cf. M. Harl, G. Dorival, O. Munnich, op. cit., p. 40‑44, avec bibliographie.

9 Pour une mise en perspective historique de ce récit, ainsi que pour une analyse du contexte politique et culturel dans lequel cette traduction s’insère, cf. M. Harl, G. Dorival, O. Munnich, op. cit., p. 39‑78.

10 Une précision terminologique s’impose : dans la tradition juive hellénophone, la Bible des LXX indique la traduction grecque du Pentateuque juif ordonnée par Ptolémée à Alexandrie. En revanche, à partir des premiers chrétiens, l’appellation « Bible des LXX » viendra indiquer la version grecque de l’Ancien Testament dans son intégralité, telle qu’elle fut adoptée par les chrétiens.

11 Sur la LXX la bibliographie est immense. Je me limiterai ici à renvoyer à quelques volumes récents, qui synthétisent l’état de la recherche actuelle : J.K. Aitken, The T&T Clark Companion to the Septuagint, London – New‑York, 2015 ; M. Harl, G. Dorival, O. Munnich, op. cit., Paris, 2011 ; M. Bauks, Ch. Nihan (éd.), Manuel d’exégèse de l’Ancien Testament, Genève, 2008. L’édition de référence pour les livres de la Septante est celle parue dans la collection Septuaginta de Göttingen. Elle n’est pas complète. Pour les volumes non publiés, le texte de référence reste celui de A. Rahlfs, Septuaginta, Stuttgart, 1926 (souvent réimprimée). Une traduction française, avec riche annotation, est en cours dans la collection La Bible d’Alexandrie, dans les éditions du Cerf. Pour une bibliographie sur la LXX, cf. S. P. Brock et alii, A classified Bibliography of the Septuagint, Leyde, 1973 et C. Dogniez, Bibliography of the Septuagint. Bibliographie de la Septante (1970‑1993), Leiden, 1995.

12 Une édition francophone complète des textes de Qumrân est en cours de publication dans la collection La Bibliothèque de Qumrân, dirigée par K. Berthelot et T. Legrand, aux Éditions du Cerf.

13 Sont généralement considérées comme dus au substrat les abrégements ou les expansions du texte : par exemple, le livre de Jérémie existe en deux formes rédactionnelles : une forme longue, qui est représentée entre autres par le TM et une forme courte, qui contient 1/8e de texte en moins par rapport à la forme longue, environ 2700 mots, et qui est représentée entre autres par la LXX et son modèle hébreu. La forme longue est également représentée par toutes les révisions juives – Aquila, Symmaque, Théodotion – par la Peshitta, le Targum (= traduction paraphrastique de la Bible en araméen), par la Vulgata. Ce texte est également présent à Qumran (4QJera). La forme courte est représentée par la Vetus Latina et par la traduction copte. Ce texte aussi est présent à Qumran, (4QJerb). La critique textuelle biblique considère aujourd’hui que la rédaction la plus ancienne est constituée par le texte court. De la même façon, le livre de Job en grec a 1/5è de texte en moins que le TM (400 versets). Des phénomènes analogues se retrouvent dans d’autres livres bibliques.

14 Par exemple, Am., 1, 6 : LXX « déportation de Salomon » à la place de « déportation massive » car la LXX lit shelōmōh à la place de shelēmāh. Cf. M. Harl, G. Dorival, O. Munnich, op. cit., p. 206.

15 Il s’agit de phénomènes qui produisent ce que Jan Joosten appelle une « accidental exegesis ». Cf. J. Joosten, « Interpretation and Meaning in the Septuagint Translation », op. cit., p. 57.

16 Cf. E. Tov, « Did the Septuagint Translators Always Understand their Hebrew Text ? », dans A. Pietersma, C. E. Cox, De Septuaginta. Studies in Honour of John William Wevers on His Sixty‑Fifth Birthday, Missisauga (Ont.), 1984, p. 53‑70. Tov identifie plusieurs types de traductions conjecturales, comme les traductions contextuelles, l’emploi d’un terme général adapté au contexte, ou encore les traductions étymologiques. Cf. en outre G. Dorival, « La lexicographie de la Septante entre Sem et Japhet », dans E. Bons, J. Joosten, R. HunzikerRodewald, Biblical Lexicology: Hebreuw and Greek. Semantics – Exegesis – Translation, Berlin/Boston, 2015, p. 227‑241.

17 G. Dorival, « La lexicographie de la Septante entre Sem et Japhet », op. cit., p. 238.

18 Dt. 4, 41‑43 et 19, 1‑13.

19 Nb. 35, 25.

20 Aux chapitres 20 et 21.

21 Cf. J. MoattiFine, La Bible d’Alexandrie. VI. Josué, Paris, 1996, p. 44‑45. On soulignera que, pour marquer cette différence entre le grec et l’hébreu, le mot phygadeutērion est traduit « ville d’exil » et non pas « ville‑refuge ».

22 Cf. G. Dorival (éd.), La Bible d’Alexandrie. IV. Les Nombres, Paris, 1994, p. 158‑161.

23 Le commandement transgressé est celui d’Ex 20, 4‑5 : Tu ne feras ni d’idole, ni de ressemblance de rien de ce qui est dans le ciel, en haut, ni de ce qui est sur la terre, en bas, ni de ce qui est dans les eaux, au‑dessous de la terre ; tu ne te prosterneras pas devant eux et tu ne leur rendras pas un culte : car moi je suis le Seigner, ton Dieu, Dieu jaloux (…).

24 Pour une revue des thèmes de l’apologétique juive au sujet d’Aaron, cf. P.C. Bori, Il vitello d’oro. Le radici della controversia antigiudaica, Torino, 1983, p. 26‑27.

25 Fr. 72 Deconninck. La même position est exprimée par Théodoret, PG 80, 292. Le lecteur trouvera les argumentations d’autres auteurs chrétiens dans P.C. Bori, op. cit., p. 27‑28.

26 Cf. S. Daniel, Recherches sur le vocabulaire du culte dans la Septante, Paris, 1966, p. 17.

27 La Synopse de la Sainte Écriture, dont je suis en train d’éditer un texte critique, est une œuvre fondamentale pour notre connaissance du texte biblique lu par les chrétiens des premiers siècles.

28 Néanmoins, quelques lignes plus bas, l’auteur du résumé précise que Moise, une fois redescendu du Sinai, fit des reproches à Aaron. PG 56, 328, 8‑14. 

29 Des exemples de cette nécessité de modifier le texte pour le rendre intelligible dans une autre langue sont constitués par ce que l’on appelle les « traductions inverses » ou « contradictoires » qui consistent à ajouter ou à omettre une négation, lorsque le sens le nécessite. Il s’agit souvent d’une nécessité due à la grammaire de la langue de traduction : la traduction fidèle requiert qu’on ajoute ou qu’on omette une négation. Cf. J. Joosten, « Trahir pour mieux traduire. La traduction « contradictoire » dans la Septante », dans D. Frey, C. Grappe, M. Wieger, (éd.), Usages et mésusages de l’Écriture, Écriture et Société, Strasbourg, 2014, p. 19‑30. Pour que le texte soit clair pour son public, le traducteur peut aussi multiplier les mots. On parle alors de gloses targumiques, le targum étant une traduction paraphrastique de la Bible en araméen. Il s’agit d’éclaircissements, de notes explicatives ajoutées.

30 Cf., pour cet exemple, A. Le Boullouec, P. Sandevoir, La Bible d’Alexandrie. 2. L’Exode, Paris, 1989, p. 52‑55.

31 Ce mot n’est utilisé que deux autres fois dans la Septante, en Dt. 6, 8 et 11, 18. En Dt il est à nouveau question des préceptes de Dieu, à garder sur la main et devant les yeux : Et voici toutes les règles du droit et les sentences qu’a commandées le Seigneur aux fils d’Israël dans le désert, après leur sortie du pays d’Égypte : « Écoute, Israël ; le Seigneur notre Dieu est le seul Seigneur (…). Et ces paroles que moi je te commande aujourd’hui seront dans ton cœur et dans ton âme : et tu les inculqueras à tes fils et tu parleras d’elles, assis dans la maison, en marchant sur la route, en te couchant et en te levant. Et tu les attacheras à titre de signe sur ta main, et elles seront inébranlables devant tes yeux : et vous les écrirez sur les montants de vos maisons et de vos portes ». De la même façon, en Dt. 11, 18, après avoir donné ses commandements, Dieu ordonne : « Et vous placerez ces paroles dans votre cœur et dans votre âme ; et vous les attacherez à titre de signe sur votre main et elles seront inébranlables devant vos yeux ».

32 Cf. J. Joosten, « Trahir pour mieux traduire », op. cit., p. 30.

Auteur

Chargée de recherche,
IRHT, CNRS, Paris

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search