Version classiqueVersion mobile

Justement traduire

 | 
Marie Bassano
, 
Wanda Mastor

Partie I : Diffuser le savoir

L’épreuve de la traduction en période doctorale

Nana-Fatouma Askofaré, Noémie Etchenagucia, Matthieu Gaye-Palettes, Aya Khiari, Marie-Céline Pallas et David Périé-Fernandez

Texte intégral

1Le colloque « Justement traduire : l’enjeu de la traduction juridique » fut l’occasion pour les doctorants du Centre de droit comparé (IRDEIC, Université Toulouse 1 Capitole) de partager et de réfléchir sur des expériences communes en matière de traduction. Celles-ci sont variables, à l’image de la diversité des sujets de thèse et des approches en matière de recherche, d’appréhension des textes en langues étrangères et de traduction. Que ce soit dans le cadre d’une thèse n’ayant recours qu’à très peu de sources étrangères ou dans un travail de recherche en droit comparé, le recours à la traduction est en soi un objet de réflexion, pour tout doctorant ou chercheur dont le métier n’est pas celui de traducteur. Ainsi, ces écrits sont l’occasion de présenter des pistes de réflexion communes sur l’épreuve de la traduction en période doctorale.

2Dans le cadre de la thèse, la traduction s’apparente à une épreuve au sein de l’épreuve globale que représente l’aboutissement d’une thèse. Cette période sera l’occasion pour le doctorant à la fois d’éprouver sa compréhension du système juridique et du cadre culturel dans lesquels s’inscrit le texte à traduire et de tester ses compétences linguistiques. L’idée d’épreuve et de difficulté est également présente lorsqu’un doctorant est amené à utiliser une source déjà traduite qui le confrontera au choix de la source et à l’estimation de sa qualité.

3La traduction suppose une intention du scientifique à rendre un langage différent du sien intelligible dans sa propre langue. On ne peut donc pas traduire un texte dans la même langue que celle utilisée pour le rédiger initialement, même si celui-ci peut être interprété de différentes façons et que les concepts du texte donnent lieu à différentes définitions.

4L’usage de la traduction pour un doctorant est variable et dépendra principalement de son sujet de thèse. Dans le cadre d’une étude comparative, la traduction apparait comme une nécessité pour permettre un accès le plus complet aux sources du pays à l’étude. Se limiter aux textes traduits réduirait considérablement le fonds bibliographique disponible pour la réalisation de la thèse.

5Au-delà de l’accès à l’information, les thèses comparatistes centrent leur étude sur un objet présent dans deux pays ou plus. La comparaison n’est pas un élément ponctuel mais le cœur même de la recherche et la traduction prend alors une tout autre ampleur. Elle devient un élément fondamental dans la compréhension et la description de l’objet étudié qui nécessitera au préalable une mise en perspective de chacun des systèmes étudiés avant de se consacrer à la comparaison. La traduction dépasse le simple outil pratique pour devenir une véritable question scientifique.

6L’objet de la thèse détermine le niveau d’exigence que l’on peut attendre du doctorant dans son recours à la traduction. Le sujet de la thèse semble entrainer une variation de degrés dans les impératifs scientifiques de recours à la traduction. Il n’est pas exclu pour un chercheur qui s’imposerait une rigueur scientifique extrême d’utiliser de manière exclusive des ressources dans leur langue d’origine. Cette rigueur est enviable mais elle reste difficile à atteindre et n’est pas systématiquement imposée.

7Dans le cadre d’une thèse de pur droit interne le recours à la traduction est un recours accessoire. Même s’il est difficilement envisageable, notamment au sein d’une analyse théorique, de se concentrer sur des auteurs purement nationaux, la question de la traduction se posera avec moins d’exigence. Cet usage semble en effet plus accessoire quand le chercheur se concentre principalement sur un sujet d’étude limité au cadre purement interne de son système juridique d’origine.

8En revanche, ce recours est variable lorsqu’une thèse s’appuie sur des éclairages de droit étranger. Dans le cas d’une illustration par des exemples permettant d’appuyer un argument, le passage traduit n’est alors pas essentiel à l’argumentation du sujet de thèse, il n’en est qu’une illustration, le recours à des sources traduites confirmées est davantage justifié (sources officielles, auteurs confirmés). Cependant, lorsque cet éclairage de droit étranger constitue la base d’un argument dans la thèse, le recours à la traduction devient une exigence scientifique à laquelle le doctorant devra répondre.

9Une thèse de droit étranger ou de droit comparé repose dans son ensemble sur des éléments de droit d’un autre pays. L’épreuve de la traduction est nécessaire lorsque la thèse est basée sur la comparaison entre deux pays de langues différentes. Si l’étude porte simultanément sur deux pays, il ne s’agit plus d’une comparaison ponctuelle mais de comparer un même objet, dans deux pays différents. Il apparait donc indispensable d’avoir recours à la traduction.

10La question de la traduction est inévitablement liée à la question de la compétence linguistique du doctorant. Bien souvent le doctorant ne bénéficie que d’une formation de juriste et non de linguiste. Le choix du pays à comparer est certes bien souvent motivé par la compréhension de la langue mais ce n’est pas toujours le cas. Lorsqu’une comparaison entre deux pays autour d’un objet n’est pas liée aux connaissances linguistiques du juriste, l’épreuve de la traduction s’accompagne par une construction du savoir linguistique qui passera par l’acquisition de la langue, et l’acclimatation au pays en question. En somme, les connaissances linguistiques du juriste, sont au mieux une bonne compréhension de la langue étrangère due à sa culture extrajuridique. Il n’y a donc pas une réelle connaissance scientifique du travail de traduction. Cette étape renforce l’idée d’une épreuve de la traduction, ajoutant au temps de la réalisation de la thèse, un temps supplémentaire afin d’acquérir les outils nécessaires à la traduction, et à la bonne utilisation des sources de droit étranger.

11La question de la traduction qui se pose en période doctorale, renvoie au questionnement plus général du recours à la traduction au cours de la vie d’un chercheur et renvoie à la question de savoir pourquoi la question de la traduction se pose tout particulièrement durant la période doctorale.

12En ce qui concerne la période antérieure à la réalisation de la thèse et qui renvoie aux années d’étude, licence et master, l’exigence de la traduction ne s’impose que très peu. L’enjeu de la présentation et de la soutenance d’une thèse ne trouve pas d’équivalent dans le cadre de la licence et du master.

13Le doctorat, en revanche, est une période de travail de recherche avec un temps limité qui nécessite pour le doctorant de faire un choix quant à la sélection de ses sources et mettre en place une méthode de travail. Ces deux objectifs ont des implications particulières dans le cadre d’une thèse de droit comparé, qui requière pour le doctorant comparatiste d’acquérir une méthode particulière liée à la nécessite d’étudier des textes étrangers et d’utiliser des sources en langues étrangères ou des sources traduites de langues étrangères.

14Lors de la diffusion de la thèse, le public visé par cette diffusion est également déterminant et lié à l’idée de traduction. À travers une thèse comparatiste le doctorant a vocation à s’adresser aux communautés scientifiques des différents pays étudiés ou alors prioritairement à celle de l’un des pays comparés, généralement celui où il souhaite établir sa carrière de chercheur. Le public visé a une influence sur la façon d’appréhender la traduction au sein de la thèse, car un public adepte de la traduction sera d’autant plus exigeant sur la traduction des sources étrangères au sein de la thèse.

15De plus, la période doctorale fait également l’objet d’une évaluation quant à sa qualité finale, dans le cas d’une thèse comparatiste une erreur importante liée à la traduction peut être pénalisante, notamment en ce qui concerne des concepts ou des expressions nécessaires à l’argumentation.

16Pour ce qui est des travaux ultérieurs à la période doctorale ils seront fortement influencés par la méthode de traduction acquise durant la thèse, et déterminant dans les objets de recherche du chercheur.

17L’ensemble de ces considérations permet de dégager de grandes pistes de réflexion liées à l’épreuve de traduction durant la période doctorale, que ce soit l’utilisation de sources déjà traduites, les risques que peuvent engendrer le travail de traduction et la mise en place d’une méthode spécifique au recours à la traduction durant la thèse.

I. L’utilisation des sources traduites dans le cadre de la recherche doctorale

18La question de l’utilisation de sources traduites s’est posée à tout doctorant ayant à connaître des éléments de droit ou des auteurs étrangers. L’argument principal en faveur de l’utilisation de ces sources est bien évidemment le gain de temps. La réalisation d’une thèse en droit comparé imposant déjà la compréhension de deux systèmes juridiques différents dans le même laps de temps que des thèses purement internes, l’enjeu du temps devient alors prioritaire. L’utilisation de ces sources permet alors aux doctorants d’écourter tout travail de traduction qui, sauf à avoir deux langues maternelles, demeure une activité scientifique nécessitant un temps supplémentaire. L’attrait des sources traduites est bien évidemment beaucoup plus important lorsque les éléments de droit étranger sont annexes au sujet de thèse.

19Toutefois, une majorité de doctorants, comparatistes ou non, seront amenés à étudier des textes incontournables dont la langue originale leur est inconnue. L’utilisation d’une traduction ne peut être négligée sous peine de se priver de travaux parfois indispensables pour ses recherches.

20Par exemple, dans le cas d’un travail sur les fondements de la justice constitutionnelle il n’est pas envisageable de faire l’impasse sur des auteurs tels que Hans Kelsen ou Mauro Cappelletti à qui l’on attribue la paternité des classifications traditionnelles. De même, il est totalement impensable d’étudier le contentieux constitutionnel sans avoir préalablement pris connaissance des auteurs majeurs d’autres pays que le sien. Or, on ne peut exiger d’un chercheur qu’il maîtrise l’italien ou l’allemand lorsque son sujet d’étude demeure centré sur son ordre juridique national. Plus largement il n’est pas possible pour un doctorant de maîtriser tous les langages connus.

21Ainsi, dans tout travail de recherche, il semble difficile de pouvoir totalement éviter l’utilisation des traductions. En mettant de côté les thèses particulières de droit comparé, dans de nombreux cas le recours à la traduction n’est pas seulement accessoire. La grande majorité des sujets ont un aspect théorique qui n’est pas limité aux frontières nationales. Des auteurs non francophones seront constamment sollicités quand il s’agira d’étudier un concept théorique.

22Il semble alors nécessaire de considérer l’utilisation de sources déjà traduites comme apportant des avantages multiples. D’abord, et il est important de revenir dessus, un gain de temps. La période doctorale étant d’une durée limitée, il est nécessaire pour le doctorant de faire des choix. Si l’on exige du doctorant une certaine rigueur scientifique, on attend également qu’il soit efficace et stratégique dans sa méthode de recherche pour lui permettre de fournir un travail de la meilleure qualité dans la contrainte de temps imparti. Rien d’étonnant alors à ce qu’un doctorant puisse privilégier les sources traduites.

23Au gain de temps s’ajoute ensuite un gain de qualité dans la traduction. Un doctorant en droit n’est, le plus souvent, pas un linguiste, ni obligatoirement bilingue. En plus de prendre du temps, traduire un texte n’est pas non plus sans risque. Que ce soit celui de faire des approximations linguistiques ou de traduire littéralement un mot ayant dans le texte une signification particulière, il est intéressant pour le doctorant de privilégier une traduction faite par un professeur spécialiste à la fois de la langue en question et du domaine scientifique. Les sources traduites peuvent alors assurer un gage de qualité dans la traduction et prévenir toute incompréhension ou déformation du texte liées à des lacunes linguistiques.

24Utiliser une traduction d’un professeur spécialiste dans son domaine de recherche facilite également la reconnaissance par ses pairs. Les qualités reconnues d’un professeur autant en traduction que sur l’objet d’étude du texte à traduire ajoutent une légitimité supplémentaire à la traduction. Ainsi, l’utilisation de cette source pourrait permettre une acceptation de la traduction par d’autres scientifiques qui, à l’inverse, auraient une attitude sceptique envers les traductions du doctorant.

25Enfin, l’usage d’une source traduite résout un problème pratique d’accès aux sources. Il est en effet difficile d’accéder à certains textes originaux au sein des universités françaises, d’autant plus lorsque le texte est ancien. L’utilisation d’une source traduite peut s’avérer utile en raison de sa facilité d’accès dans le réseau des sources académiques françaises.

26À la vue de l’ensemble de ces avantages, les doctorants dans leurs travaux de recherche ne devraient pas se priver de toute utilisation de sources traduites. La manipulation de ses sources amène toutefois un questionnement récurrent pour tout doctorant concernant l’origine de la traduction.

27Il est fréquent que de nombreuses sources étrangères soient traduites, soit en raison de leur importance telle que les constitutions des différents États, soit en raison de la spécialité d’un auteur de doctrine, par exemple le travail conséquent du professeur Elisabeth Zoller dans la diffusion des décisions de la Cour suprême des États-Unis.

28Dans ce cas-là, peut-on se référer directement à la traduction de ces auteurs ou aux traductions officielles ? Et dans le cas où plusieurs auteurs ont proposé la traduction d’une œuvre ou d’un texte, laquelle choisir ? Se pose donc le souci du critère utilisé pour désigner la traduction qui serait la plus pertinente à utiliser. Il est certes possible de ne pas s’embarrasser de telles considérations en choisissant la source la plus rapidement accessible sans réellement songer aux autres traductions disponibles. Toutefois, lorsque plusieurs traductions sont mises à disposition, les raisons qui guident le doctorant dans son choix doivent être réfléchies. Ce choix présuppose dans tous les cas que le doctorant aura au préalable un travail de traduction minimum à effectuer afin de valider l’utilisation de telle ou telle source traduite.

29Pour les normes et les documents officiels, l’évidence voudrait que l’on favorise l’utilisation d’une traduction « officielle » lorsque cela est possible. Même si le doctorant estime que la fidélité de la traduction au texte original présente des défauts, le caractère officiel de la traduction lui apporte une forme de légitimité. Il semble donc périlleux en tant que doctorant ne maitrisant pas la langue d’origine de ne pas se référer à une traduction officielle.

30Néanmoins, certaines sources ne bénéficient pas d’une traduction officielle, à l’instar des articles de doctrine. Par extension, coexistent rarement plusieurs traductions des textes de doctrines. Dans le cas particulier de la doctrine, la source qui apparait comme étant la plus fiable est celle validée par l’auteur du texte. En effet, lorsque l’auteur choisit son traducteur et approuve par la suite le travail de ce dernier, on peut avantager cette forme de « reconnaissance officielle » de l’auteur.

31S’il s’agit, en revanche, d’un auteur non contemporain, ou d’un auteur qui n’aurait pas reconnu explicitement un traducteur, sera alors prise en compte la notoriété du traducteur du fait de sa connaissance de l’auteur ou de la langue donnant un crédit à son travail. En droit constitutionnel, les traductions de Kelsen par son disciple Eisenmann sont communément validées par la doctrine française. C’est également le cas lorsque la reconnaissance ne se fonde pas uniquement sur l’auteur mais sur le texte lui-même. La qualité de certaines traductions peut être reconnue. Ainsi certaines traductions font « autorité » dans la communauté scientifique mais n’en sont pas pour autant « officielles ».

32Mais dans les deux cas sur quels critères est fondée une telle renommée ? Doit-on fonder, comme certains statisticiens américains, la renommée par le nombre de citations qui sont faites de l’auteur au sein de revues ou travaux scientifiques ou par son appartenance à certaines institutions, par le nombre d’ouvrages écrits sur la personne, etc. ? Au risque que de tels éléments soient le plus souvent vagues et parfois contradictoires.

33La justification d’un tel choix est d’autant plus complexe en l’absence de connaissance de la langue d’origine. D’autant plus, qu’une telle justification fait partie intégrante de la construction d’une thèse, en ce qu’elle sera évaluée lors de la soutenance. L’argumentation du choix de telle ou telle traduction pourra être remise en cause.

34Cela va s’en dire, qu’un minimum de rigueur scientifique sera attendu du doctorant lors de l’utilisation de passages traduits dans la thèse en précisant s’il en est à l’origine ou non. Ainsi, il serait acceptable lorsque l’on ne maitrise pas la langue d’expliquer que telle source fut la seule disponible ou que, dans les cas où coexistent plusieurs traductions, l’on a favorisé l’usage du texte reconnu par la majorité de la doctrine, ou a contrario par une minorité dans laquelle le doctorant s’inscrit volontairement.

35Cependant, il faut garder à l’esprit que le choix du doctorant, en matière de traduction, pour telle ou telle source, est un domaine particulièrement subjectif, et difficilement justifiable scientifiquement, en raison en partie de son inexpérience en matière de linguistique.

II. Les dangers dans l’utilisation de traduction durant la période doctorale

36Qu’elle soit justifiée ou non, l’utilisation de traduction n’est pas sans risque. D’un côté il existe des dangers inhérents à l’utilisation de toute traduction. De l’autre, des risques plus spécifiques peuvent se poser concernant l’utilisation de traduction de sources juridiques.

37De manière générale il existe des risques intrinsèques dans l’utilisation même d’une source traduite. L’intérêt de la rapidité se heurte au danger de s’éloigner du sens initial du texte. Une erreur ou une incompréhension de la part d’un traducteur conduira un doctorant à fonder ses arguments et sa connaissance sur un matériel de base erroné. Si une erreur n’a pas de répercussion dans les cas d’usages courants de la traduction tels que dans un livre ou dans un film, dans la rédaction d’une thèse, une erreur de traduction peut fausser un raisonnement et, en extrapolant à l’extrêmement, fausser une thèse. On retrouve ici la distinction entre l’exemple et la prémisse. Il est donc évident que l’erreur dans un exemple qui se trouve au bout du raisonnement juridique aura un impact moins lourd sur le travail entier du doctorant que l’erreur dans la prémisse qui se trouve à la base du raisonnement.

38Le recours à une traduction est d’autant plus risqué qu’un doctorant n’ayant pas une bonne maitrise de la langue étrangère aura du mal à distinguer une éventuelle mauvaise traduction d’une bonne traduction de la source. La traduction sert justement à éviter tout ce travail de vérification. Utiliser une source traduite implique une certaine confiance de la part du doctorant envers le traducteur et donc l’acceptation de possibles inexactitudes. Le risque de s’écarter du texte d’origine est donc une contrepartie acceptée par le doctorant lors de l’utilisation d’une source traduite.

39S’ajoute à cela le danger de ne pas voir les intégrations propres au traducteur. Ce serait le cas d’un traducteur qui donnerait sa propre vision d’une œuvre de doctrine en la faisant passer pour l’idée de l’auteur. Le risque est ici important qu’il soit volontaire ou par inadvertance. Un traducteur aura à traduire le sens du texte et s’éloignera forcément des lettres mêmes de l’auteur pour permettre une meilleure compréhension du lecteur. Dans ce travail de traduction du sens, le traducteur interprète le texte selon ses propres connaissances et acquis. La traduction pourra être déformée par une interprétation du traducteur qui n’aurait pas les mêmes fondements idéologiques, philosophiques ou méthodologiques que l’auteur. Le doctorant doit alors accepter le fait que l’œuvre traduite est une œuvre à part entière et que l’idée retranscrite sera celle telle qu’interprétée par le traducteur. Le risque de déformation doit donc être pris en compte par le doctorant dans son utilisation de la source.

40Concernant le volet plus spécifiquement juridique, l’utilisation d’une traduction entrainera un risque variable selon le type de texte traduit. L’emploi d’une traduction d’œuvre de doctrine s’avère comporter un risque mineur par rapport aux traductions de normes. L’exigence du mot juste n’y est pas aussi primordiale que dans le cadre de la traduction d’une norme.

41Un point reste toutefois délicat lorsqu’il est question de traduire un concept ou une notion. Ainsi, le choix de faire correspondre le concept français de « contrôle de constitutionnalité des lois » à celui anglais de « judicial review » doit être contesté. Toutes les traductions doivent être questionnées, car les concepts dans une langue sont entièrement liés au contexte dans lequel ils sont apparus. Or, la traduction fait correspondre des concepts sans nécessairement les contextualiser, ce qui peut amener à des confusions, voire des contresens. En ce sens, le concept de checks and balances, n’est pas l’égal concept de la séparation des pouvoirs élaborée en France. Il apparaît que la question est moins celle de la séparation des pouvoirs sinon celle de l’équilibre des pouvoirs, voire des autorités, telles que les puissances de l’État, la presse, l’opinion publique. Le juriste face à la traduction de textes juridiques va se trouver, contrairement au traducteur de textes « techniques », en face d’un texte étranger qui parle d’institutions comparables mais non identiques. Il devra donc chercher des analogies afin de traduire un concept semblable sémantiquement mais non substantiellement.

42Le recours à des traductions littérales est également un parfait exemple de la difficulté à rendre compte dans le cadre d’une traduction d’un concept de droit étranger, qui s’apparente à des concepts connus par le juriste, mais dont la traduction purement littérale dessert la substance du concept ou de la notion. Le terme de « Mixed jurisdictions » illustre ce risque. Ce terme, utilisé par Vernon Valentine Palmer dans son ouvrage Mixed Jurisdictions worldwide, the third legal family, est traduit de manière « brute » par « juridictions mixtes ». Cependant, cette traduction trop restrictive car ce terme renvoie plus globalement à ce que l’on pourrait qualifier de systèmes mixtes. Il s’agit de systèmes juridiques qui ont été façonnés à partir de deux sources juridiques distinctes. Le risque d’une traduction trop littérale est ici mis en évidence car cette dernière ne permet pas de se saisir de l’ensemble du phénomène. En effet, les systèmes mixtes ne se résument pas à de simples juridictions mais représentent la création puis l’essor d’un système juridique autonome se détachant des deux systèmes sources leur ayant donné naissance.

43De même, l’expression espagnole « bloque de constitucionalidad », traduction littérale de l’expression française « bloc de constitutionnalité », est un cas très intéressant en matière de transposition d’une expression juridique d’un pays à l’autre. Il s’agit du cas où une expression est transposée littéralement d’une langue à l’autre, mais où le concept auquel elle renvoie dans le pays de réception diffère de celui qu’on lui prête dans le pays d’origine. En France, pays d’origine de l’expression, la doctrine l’utilise d’abord à des fins descriptives et de rationalisation, afin de présenter de façon cohérente un ensemble de normes de référence auxquelles recourt le Conseil constitutionnel. En Espagne, pays de réception de l’expression, sa transposition a donné lieu à de nombreux débats relatifs à son sens dans le contexte espagnol. Néanmoins, une part importante de la doctrine espagnole – avec de nombreuses divergences en son sein – rattache l’expression au contexte territorial de l’État espagnol. Pour cette mouvance l’expression renvoie davantage à la question des normes constitutionnelles et infraconstitutionnelles relatives à la délimitation des compétences entre État et Communautés autonomes.

44À ces exemples, s’ajoutent les cas très particuliers des concepts ou notions intraduisibles dans la langue d’origine du juriste amené à les traduire, à l’image du concept américain du « due process of law » dont une traduction fidèle au concept d’origine est difficile à atteindre.

45Le maniement d’un concept se rapprocherait donc des risques liés à la traduction des textes normatifs tels que la constitution, les traités ou la loi. Leur langage et leur expression sont soumis à des règles spécifiques propres à chaque langue et à chaque ordre juridique. L’énoncé normatif sera rédigé avec des termes ayant une définition bien précise dans le contexte juridique et ayant une portée définie. La structuration orthographique et grammaticale ne devrait normalement pas avoir été choisie au hasard. La déformation ou l’utilisation d’un mot qui ne coïnciderait pas parfaitement au sens du mot ou de la formulation d’origine modifiera la portée même du texte. Pour un doctorant, étudier une norme d’un autre pays en se basant uniquement sur une source traduite l’entrainera avec certitude à étudier une norme différente de celle d’origine. Les interprétations et les conclusions que le doctorant dégagera pourraient ne pas entrer, voir même être en contradiction avec ce que le texte d’origine permet, interdit ou habilite.

46Toutefois une traduction littérale ne rendrait pas non plus le sens du texte. La difficulté dans la traduction d’un énoncé normatif se trouve dans l’équilibre entre le fond et la forme de l’énoncé. Cette difficulté rend l’utilisation d’une source déjà traduite difficile.

47On peut ainsi voir que l’utilisation d’un tel type de source varie selon l’utilisation d’un langage prescriptif ou descriptif. Plus le texte se rapproche du prescriptif et plus l’usage du mot précis parait capital.

48Si les avantages à retirer des sources traduites sont indéniables dans la stratégie de recherche d’un doctorant, ils ne doivent pas voiler les risques qui en découlent pour la qualité de sa thèse. L’emploi de sources déjà traduites doit être envisagé au cas par cas selon les besoins du doctorant mais surtout selon les exigences inhérentes à son sujet de thèse.

49Afin d’éviter, dans la mesure du possible, les risques liés à la traduction d’un texte, le doctorant, et tout particulièrement le doctorant comparatiste, est amené à mettre en place une méthode liée à l’utilisation de sources en langues étrangères.

III. Le travail de traduction opéré par le doctorant : la mise en place d’une méthode particulière liée à l’appréhension de textes en langue étrangère

50Le recours à la traduction dans le cadre de la thèse implique pour le doctorant la mise en place d’une méthode de travail adapté à l’étude de textes en langue étrangère qui constitue une source nécessitant une approche et un traitement particuliers.

51Cette méthode liée au travail de traduction nécessite au préalable une décentralisation de la pensée juridique.

52La formation juridique d’un doctorant, acquise durant ses années d’étude précédant la thèse, a avant tout porté sur l’étude du système juridique du ou des pays au sein duquel ou desquels le doctorant a étudié. Ce cadre de formation nécessite pour le doctorant de prendre conscience des préjugés que cela implique vis-à-vis de la perception des autres systèmes et du sens que l’on donne aux textes à traduire.

53Le doctorant étant formaté, accoutumé à un système en particulier n’a pas, pour ainsi dire, l’habitude de « l’autre » système, celui sur lequel il a choisi de porter son regard dans le cadre de sa comparaison. Par réflexe, il analysera ce nouveau système à travers une grille de lecture qui s’imprègne du système dans lequel il a été formé. Et cela vaut pour la lecture qu’il entreprend des textes issus de ce nouveau système. Cette grille de lecture matérialise, d’une certaine manière, les nombreux préjugés, au sens neutre du terme et non pas péjoratif, du doctorant, ceux-là mêmes qui vont influencer sa manière de lire un texte et de formuler dans une autre langue. Ces préjugés sont multiples : il peut s’agir notamment de la compréhension d’un terme qui varie d’un système à l’autre, par exemple, le terme laïcité peut avoir des significations très différentes d’un pays à l’autre ; ou encore du cadre juridique à prendre en compte dans la compréhension d’un même terme par des juristes venant de pays différents et pour lequel ils n’accorderont pas la même importance, par exemple un doctorant chinois et un doctorant français n’auront pas la même lecture de l’article 1er de la Constitution chinoise disposant que « La République populaire de Chine est un État socialiste de dictature démocratique populaire ». Il y a fort à parier que l’attention du doctorant français se porte immédiatement sur le terme dictature et qu’il soit fortement troublé par l’usage de l’expression « dictature démocratique ».

54Ces préjugés vont indéniablement influencer le travail de traduction du doctorant et marquer le sens qu’il voudra donner aux mots ainsi que le choix des mots et expressions qu’il cherchera, inconsciemment peut-être, à accentuer ou faire ressortir.

55Pour cela, au-delà de la traduction il est nécessaire de procéder à un réel travail de délocalisation de sa pensée : il faut s’immerger dans un pays différent, c’est-à-dire un système juridique différent, produit d’une histoire différente.

56Or, toutes ces composantes vont influencer la compréhension des sources étrangères. Afin de pouvoir traduire un texte ou comprendre un concept étranger il faut pouvoir se déporter du point de vue juridique interne. En effet, on ne peut comprendre des concepts juridiques qui nous sont étrangers qu’en les rapportant à leur système d’origine.

57La traduction littéraire n’est pas suffisante puisqu’un mot a une signification bien précise dans le système en question. Les fictions juridiques (contrat, devoir, crime, etc.) sont créées par le système et donc le mot ne peut être traduit que selon le contexte.

58Pour cette raison, le doctorant doit d’abord prendre conscience de ses préjugés en s’acclimatant au nouveau système qu’il analyse. Cette acclimatation doit concerner l’ensemble du système et non pas seulement le domaine qui fait l’objet de sa thèse. La phase d’acclimatation a un effet réflexif et conduit le doctorant à prendre conscience des particularités de son propre système à travers les différences qu’il constate dans l’autre système. Bien entendu, si cette phase d’acclimatation tend à rendre le travail de traduction le plus objectif possible, une telle objectivité ne peut pas être totale. En effet, même la façon de s’acclimater, d’observer un autre système est conditionnée par le formatage initial. Cela conduit néanmoins le doctorant à être conscient de ses préjugés, même s’ils sont parfois insurmontables, et à pouvoir se situer. Il peut ainsi avertir le lecteur et lui indiquer dans quel sens va son interprétation : « voici quels sont mes préjugés, quelle est ma grille de lecture et, en conséquence, voilà comment vous devriez interpréter mes travaux ».

59Le recours à la traduction nécessite en conséquence la mise en place d’une méthode travail singulière et adaptée à la prise en compte de sources non nationales, et à l’appréhension d’une langue étrangère. À travers le travail de traduction, le doctorant acquiert une méthode spécifique.

60Cette méthode, propre et modelée par chaque doctorant, comprend certaines étapes incontournables, liées aux compétences mises en jeu.

61L’acquisition d’une connaissance approfondie du pays à étudier, sans traitement spécifiquement juridique, est une étape incontournable et un prérequis de la traduction. Cette appréhension générique du pays passe par l’acquisition de connaissances à la fois juridiques et extra juridiques, telles que l’histoire, la culture. La construction de cette connaissance sur le pays à étudier est simultanée à l’acquisition d’une bonne maitrise de la langue étrangère, qui passe dans un premier temps par l’apprentissage du langage courant du pays à l’étude.

62L’acquisition du langage juridique étranger apparait dans un second temps. La familiarisation avec le vocable juridique est nécessaire afin de recréer une connaissance du système à étudier presque équivalente à celle de notre propre système, car le doctorant sera amené à travailler et à étudier à la fois une langue de spécialité et un discours juridique façonné par des siècles de pratique juridique spécifique. C’est en cela, que la traduction juridique s’éloigne de la traduction littérale ou technique.

63Le travail de traduction, à proprement parler, n’est au final qu’une étape intermédiaire qui s’organise de manière assez similaire en phase de lecture, traduction et relecture. En revanche, l’apport méthodologique de la traduction pour le doctorant est une réflexion bien plus importante. La traduction est certainement le meilleur moyen pour le chercheur de prendre conscience des enjeux de l’interprétation. Le doctorant étant déjà amené à interpréter des énoncés normatifs dans sa propre langue, la traduction de textes juridiques implique une double-interprétation : celle qui concerne le sens qu’il faut donner au texte dans sa langue d’origine, et celle qui concerne le sens qu’auraient les mots de la langue d’origine dans la langue de traduction. Cette double interprétation présente évidemment un risque de s’éloigner du sens qu’avait le texte dans sa langue d’origine, d’où la nécessité d’une approche rigoureuse. Surtout si l’on tient compte de la spécificité de la matière juridique et des enjeux et conséquences de l’interprétation et de la traduction d’un mot dans cette matière.

64En somme, la connaissance de la langue et du contexte d’origine sont essentiels pour le doctorant qui ambitionne de mener à bien une traduction rigoureuse. Et, à l’instar du droit comparé, la traduction juridique agit comme un miroir pour le chercheur. La rigueur qu’il acquiert dans la traduction juridique pourra ensuite être appliquée à l’analyse de son propre système, à commencer par la prise de conscience des enjeux de l’interprétation.

Auteurs

Doctorant du Centre de Droit Comparé
IRDEIC, Université Toulouse 1 Capitole

Doctorant du Centre de Droit Comparé
IRDEIC, Université Toulouse 1 Capitole

Doctorant du Centre de Droit Comparé
IRDEIC, Université Toulouse 1 Capitole

Doctorant du Centre de Droit Comparé
IRDEIC, Université Toulouse 1 Capitole

Doctorant du Centre de Droit Comparé
IRDEIC, Université Toulouse 1 Capitole

Doctorant du Centre de Droit Comparé
IRDEIC, Université Toulouse 1 Capitole

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search