Version classiqueVersion mobile

Justement traduire

 | 
Marie Bassano
, 
Wanda Mastor

Partie I : Diffuser le savoir

Traduire l’intraduisible

La traduction du Digeste par Henri Hulot

Céline Combette

Texte intégral

  • 1 La courte, mais non moins exhaustive, bibliographie sur Henri Hulot donnée par J.‑L. Thireau, « Hu (...)
  • 2 W. Wolodkiewicz, « Affaire Hulot. Traduction du “Corps de droit civil” en français au XVIIIe siècl (...)
  • 3 G. Antonetti, Les professeurs de la faculté des droits de Paris. 1679‑1793, Éditions Panthéon‑Assa (...)
  • 4 J.‑L. Thireau, « Hulot (Henri) » op. cit., p. 540.

1La notoriété de Henri Hulot repose sur sa traduction du Digeste. Or, à la seule évocation de cette dernière, le couperet tombe : elle serait de piètre qualité. Ce jugement, partagé par une grande majorité de la doctrine, a rejailli sur son auteur qui reste, encore aujourd’hui, un juriste méconnu. Peu de recherches lui ont été consacrées1. Trois travaux récents ont, en partie, réparé cette injustice. Il s’agit, d’une part, d’un article de W. Wolodkiewicz : « Affaire Hulot. Traduction du « Corps de droit civil » en français au XVIIIe siècle »2. D’autre part, d’une notice de G. Antonetti, dans son ouvrage, Les professeurs de la faculté des droits de Paris3. Et, enfin, d’une entrée dans le Dictionnaire historique des juristes français4 qui a, en quelque sorte, panthéonisé Henri Hulot en le faisant entrer dans le cercle restreint de nos grands juristes.

  • 5 Ibid. J.‑L. Thireau évoque, avec élégance, les « nombreux défauts » de ce qui reste encore aujourd (...)

2Injustice, car si un consensus au sujet de la médiocrité de cette traduction s’est très vite dégagé, et perdure, il n’a jamais été démontré véritablement en quoi celle‑ci était si mauvaise5. Seuls quelques écrits, rédigés avant ou peu après sa publication, lui ont été consacrés. Cependant, ceux‑ci ne s’attachent qu’à des points particuliers, sans en proposer une étude systématique.

  • 6 Journal des savants, juillet 1764, p. 466‑473.
  • 7 Journal des savants, 1655, « L’imprimeur au lecteur ».
  • 8 Cet avis, publié par Jean‑Thomas Hérissant, Imprimeur du Cabinet du Roi, donne, en page de garde, (...)
  • 9 Ainsi, dans le volume de l’année 1764, il y a de nombreuses présentations d’avis de publication : (...)
  • 10 Journal des savants, juillet 1764, p. 466.
  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid.
  • 13 Ibid.

3Parmi eux, un article du Journal des savants de juillet 1764. C’est lui qui, au moins publiquement, ouvre le feu contre la traduction de Hulot6. Ce périodique, dont la vocation est de « faire savoir ce qui se passe de nouveau dans la république des Lettres7 », présente alors, à ses lecteurs, le Projet de souscription pour le corps du droit civil8, c’est‑à‑dire le simple prospectus que Henri Hulot a fait publier, quelques mois plus tôt, pour annoncer son ouvrage et le soumettre à la souscription du public. L’article du Journal des savants est, somme toute, dans la forme, assez classique9. Sur le fond, les choses sont un peu différentes. L’auteur s’interroge sur la pertinence de la publication qui est annoncée, mais aussi, et surtout, sur les compétences de Henri Hulot pour mener à bien un tel projet. Dans un premier temps, le ton est modéré. Le journaliste rappelle, notamment, les difficultés qu’engendrent tout travail de traduction juridique, et ce qu’impliquerait celle du Corpus iuris civilis. Mais, très vite, les premiers coups partent. Les obstacles à une traduction de cette ampleur seraient tels, nous signale l’auteur, avec un ton qui frôle l’avertissement, que « si quelqu’un a eu le zèle de l’entreprendre, personne n’a eu le courage de la finir, ou du moins de la donner en public10 ». Enfin, jusqu’à présent. Car Henri Hulot, « aggrégé en la faculté des Droits en l’Université de Paris quoique jeune encore11 », lui, a osé. Hulot n’est‑il pas trop inexpérimenté pour proposer ce travail ? Lui, qui, « depuis qu’il a fini son droit12 » a su cependant trouver assez de temps pour traduire l’intégralité du Corpus iuris civilis « malgré les occupations presque continuelles que lui donne la place d’Aggrégé qu’il remplit13 ». L’attaque est à peine dissimulée : comment un simple « aggrégé » peut‑il oser proposer au public la traduction de ce qui est l’un des monstres sacrés du droit et de son histoire ?

  • 14 Il faut attendre la fin de la présentation pour que l’auteur évoque véritablement la traduction de (...)
  • 15 Journal des savants, juillet 1764, p. 467.
  • 16 Journal des savants, 1724, Avertissement, p. 2. Il convient tout de même de rappeler que, bien évi (...)

4Ces quelques pages consacrées à la traduction de Hulot dans le Journal des savants permettent déjà de comprendre que les attaques vont se cristalliser sur Hulot lui‑même, moins sur son travail. Ce positionnement ne peut qu’interpeler. Pourquoi ne pas directement s’en prendre à la traduction, dont un exemple est pourtant donné dans le prospectus de 1764 ?14 Un positionnement qui correspondrait plus, en outre, à la déclaration d’intention de l’auteur qui, au sein de son article, souligne que sa présentation n’est dictée que par « la franchise et l’impartialité à laquelle nous nous sommes voués15 ». Des propos, au passage, en parfaite adéquation avec la philosophie générale du journal. Depuis 1724, ce périodique avance comme parti pris de s’éloigner « de la basse flatterie et de la censure amère. Nous voudrions toujours louer mais l’équité s’y oppose16 ». Mais pourquoi le journaliste ressent-il, ici, le besoin de faire un tel rappel ? Et si justement l’objectivité était belle et bien la grande absente de cette présentation ?

  • 17 La première lettre date du 24 décembre 1764 ; la deuxième du 20 janvier 1765 ; la troisième du 2 m (...)
  • 18 Lettres d’un avocat au Parlement de *** à Messieurs les auteurs du Journal des Sçavants, sur un pr (...)
  • 19 Ibid., « Avis de l’éditeur ».
  • 20 Ibid., p. 14.

5Un autre écrit confirme cette stratégie de s’en prendre au traducteur plutôt qu’à sa traduction. C’est, sans aucun doute, cet ouvrage qui fera le plus de mal au travail de Hulot. Cette œuvre correspond au recueil de trois lettres écrites, de manière anonyme, par un même auteur17. Ce livre sort en 1765, soit quelques mois après l’annonce de la publication de la traduction par Hulot. Il porte comme titre Lettres d’un avocat au Parlement de *** à Messieurs les auteurs du Journal des Sçavants, sur un projet de traduction du corps entier de droit civil18. Chacune des lettres est appelée à remplir un rôle bien précis, comme le souligne l’avis de l’éditeur placé au début de ce recueil : « L’auteur, dans la première, peint avec toute la force qu’inspire le respect qu’on doit au texte des Loix, les dangers d’une pareille entreprise : il examine, dans la seconde, les erreurs dans lesquelles M. Hulot est tombé, comme Auteur, dans les Notes et Sommaires dont il se propose d’accompagner la Traduction : dans la troisième enfin, il discute & relève les fautes, les omissions, les contre-sens, dont cet Aggrégé s’est rendu coupable comme traducteur19 ». Pourtant, à la lecture des lettres, et ce dès les premières pages, le parti pris est, là encore, flagrant, c’est Hulot qui est en première ligne, non son travail : « Ah ! Messieurs, si vous connaissez M. Hulot (et se pourrait‑il qu’un savant ne fut pas connu de vous !) (…)20 ». L’attaque est sèche. Elle pourrait se résumer en une courte question : Qui est Hulot ? Pour s’attaquer à un tel monument du droit, il faudrait un autre monument du droit. Lui ne l’est pas.

6Toutes ces remarques sur Hulot n’ont qu’un seul et unique but : insinuer un doute dans l’esprit du public. Qu’il en arrive à la conclusion que cet agrégé n’a pas les compétences pour s’attaquer à un tel travail.

  • 21 Nous remercions la BNF qui a procédé, pour les besoins de cet article, à la numérisation de cet éc (...)
  • 22 Voir pour une chronologie de l’affaire Hulot et ses multiples rebondissements : W. Wolodkiewicz, « (...)
  • 23 M. Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes, t. 2, 2e édition, Chez Barrois, Par (...)
  • 24 Dans sa Lettre d’un avocat au Parlement à M. Albert, op. cit., l’auteur indique que la réponse ne (...)
  • 25 Mémoire pour MLambert, op. cit., p. 6.
  • 26 Ibid., p. 37 à 40.
  • 27 Ibid., p. 5 : « Le 20 décembre je me présente au concours. J’y rencontre un seul concurrent Me Vie (...)
  • 28 A.‑S. Lambert, Lettre d’un avocat au Parlement de… à M. Albert, op. cit., p. 5.
  • 29 Le fait que la défense de la traduction de Hulot par Antoine-Simon Lambert n’est qu’une excuse est (...)
  • 30 Grâce à la biographie donnée par A.‑S. Lambert, nous pouvons retrouver le nom exact de ce « M. Alb (...)
  • 31 A.‑S. Lambert, Lettre d’un avocat…, op. cit., p. 79.
  • 32 Ibid., p. 79, (a).
  • 33 Ibid., p. 8.

7L’anonymat de ces trois lettres va être levé en 1787. Il l’est à travers un écrit, lui aussi anonyme, Lettre d’un avocat au Parlement à M. Albert, Ci devant Lieutenant de police, aujourd’hui Maître des Requêtes, sur le projet de traduire le Droit Romain ; ou réponse à la Lettre de M. Albert publiée contre le projet de traduire le Droit Romain21. Cet écrit intervient à une époque où Henri Hulot est décédé. La levée de bouclier a été telle que la publication n’a pas vu le jour22. Au début des années 1780, sa famille tente, à son tour, de l’obtenir. Cet écrit intervient donc à point nommé. Mais qui se cache donc derrière ? Antoine‑Simon Lambert. Son nom est donné par M. Barbier23. Il ne fallait pas moins qu’un individu avec une histoire comme celle de Lambert dans notre affaire. Les aventures de Me Lambert nous les connaissons essentiellement à travers deux de ses écrits : d’une part, un mémoire de 1784 ; d’autre part, cette réponse faite à l’auteur des lettres de 176524. Évoquons, en premier, le mémoire. Il permet d’inscrire notre histoire dans son contexte. Ce mémoire, Me Lambert le fait publier pour une affaire l’opposant à un autre avocat, Me Vieillart. Tout commence avec l’ouverture d’un concours de chaire à la faculté de droit de Reims. Deux candidats s’y présentent : Me Lambert et Me Vieillart. Lors de l’examen des qualités, Me Vieillart réclame que MLambert soit « rejetté du concours comme n’étant que Licencié25 ». La faculté de droit de Reims se prononce dans ce sens par un décret du 20 décembre 1784. Elle suspend, dans le même temps, le concours. Me Lambert attaque ce décret. Il va même obtenir gain de cause par un arrêt du Parlement de Paris. Il peut se présenter au concours. Un concours qui est alors renvoyé devant la faculté de droit d’Orléans. En effet, Me Lambert avait réclamé que le concours soit « évoqué à Paris ou ailleurs26 ». L’avocat avait de lourdes suspicions quant à l’impartialité des membres du jury qui devaient siéger à Reims. La faculté de droit de cette ville était alors composée de sept professeurs. Or, selon les dires de MLambert, sur ces sept professeurs, quatre appartenaient à la même parenté, celle de Me Vieillart27. Le concours s’ouvre à Orléans. Mais l’affaire judiciaire ne s’arrête pas là. L’autre écrit prend le relais comme source d’informations. L’auteur de cet ouvrage nous apprend que la cassation de l’arrêt du Parlement a été demandée au Conseil des Dépêches par Me Vieillart. Et c’est dans ce sens que ce Conseil va se prononcer, après justement un rapport de notre fameux Albert. Voilà comment deux chemins peuvent se croiser. L’ouvrage nous signale, qu’entre temps, le concours à Orléans s’était ouvert. Les candidats devaient tenir divers discours en latin sur quelques matières de droit. Me Lambert avait écrit le sien. Il l’avait fait porter sur la nécessité de traduire le droit romain. Toujours selon cet ouvrage, après l’avoir fait publier, et avait obtenu le soutien du public. Ce dernier s’était mis à réclamer une traduction du droit romain, mais on lui avait alors répondu « que le projet avoit été jadis débattu & rejetté ; & que, s’ils vouloient l’emporter là‑dessus, il falloit qu’ils commençassent par réfuter directement l’écrit d’après lequel on s’étoit déterminé, c’est‑à‑dire, vos (ndlr. les) lettres de 176428 ». C’est ainsi que MLambert se trouve embarqué, de son plein gré, dans l’affaire Hulot. Mais, bien évidemment, cet écrit repose sur autre chose que la volonté de défendre la traduction de Hulot. Il s’agit, pour Me Lambert, de se venger29 de celui qui lui a fait perdre sa cause devant le Conseil des Dépêches, Joseph d’Albert30, un « ancien petit Régent de la petite Faculté de Droit de la petit Ville de Perpignan31 ». Antoine‑Simon Lambert ira même jusqu’à donner l’adresse de Joseph d’Albert : « rue des Minimes, au Marais32 ». Cet ouvrage débute par une sorte de questionnement : pourquoi M. Albert n’a‑t‑il pas indiqué la qualité qu’il avait à ce moment‑là, voire qu’il a eu ? « Vous étiez alors Conseiller au Parlement ; & pourtant vous n’avez pas cru devoir la publier sous l’anonyme d’un magistrat. Vous aviez été durant plusieurs années Régent de Droit en la Faculté de Perpignan ; & toutefois vous vous êtes bien gardé de la mettre sous le titre d’un ancien Professeur de droit33 ». Cette remarque est fondamentale. Elle permet de comprendre que le monde universitaire n’est en rien étranger à l’impossibilité qu’a connu Hulot de parvenir à publier sa traduction. Nous reviendrons sur ce point. Si Joseph d’Albert ne s’est pas présenté comme professeur en droit, c’est bien à dessein. Il s’agissait de ne pas mettre en avant ce corps professoral dans la lutte contre la traduction. De même, Hulot revendique le fait que sa traduction doit d’abord servir aux praticiens du droit. Il apparaît évident que les critiques, les plus importantes, doivent venir de ce monde. C’est avec cette arrière-pensée que notre Joseph d’Albert adoptera la qualité d’avocat, même s’il ne l’est pas.

  • 34 G. Chianéa, « Berriat‑Saint‑Prix (Jacques) », Dictionnaire historique des juristes français, op. c (...)
  • 35 J. Berriat‑Saint‑Prix, Les observations sur les traductions des lois romaines, 1807, De l’imprimer (...)
  • 36 Ibid., p. 4.

8Un autre ouvrage, sorti après que la traduction de Hulot ait enfin été publiée, se montrera, lui aussi, des plus critiques. Il s’agit du livre de J. Berriat-Saint-Prix, professeur à la faculté de droit de Grenoble34. Hulot y est présenté comme « docteur de l’Université de Paris35 ». Avec les années, Hulot est privé de son titre d’agrégé. Ses détracteurs en viennent à nier qu’il ait un jour pu appartenir au monde universitaire. Cependant, c’est peut-être cet ouvrage de J. Berriat‑Saint‑Prix, qui est le plus objectif. Il traite du fond même du sujet, c’est‑à‑dire de la qualité de la traduction. Il contient, de même, une confession importante pour notre sujet : « nous savons qu’on a toujours vu de mauvais œil, dans les Universités, les entreprises du genre de celle d’Hulot36 ».

9Quoi qu’il en soit, toute la question est de savoir pourquoi on a assisté à une telle entreprise de destruction contre la personne même de l’agrégé Henri Hulot ? N’aurait‑il pas suffi à ses détracteurs de s’en prendre à la traduction en elle‑même, comme J. Berriat‑Saint‑Prix a commencé à le faire ? La traduction n’est pas exempte de tout reproche. Il convient, cependant, de la regarder avec une certaine distance, c’est‑à‑dire avec un regard non de romaniste, mais en prenant en considération ce qu’était Hulot : un juriste du XVIIIe siècle. Un juriste universitaire, mais aussi un homme de la pratique. Il veut offrir cette œuvre tant à ses étudiants, qu’aux praticiens.

  • 37 Journal des savants, novembre 1765, p. 764.

10De même, l’affaire Hulot pourrait être considérée comme un épiphénomène. Traduction de piètre qualité, elle reçoit un mauvais accueil de la part d’une partie de la critique. Rien de très surprenant, surtout en considération du monument auquel elle ose s’attaquer, le Corpus iuris civilis. Pourtant, cette controverse, intervenant dans le domaine de la littérature juridique, nous entraîne beaucoup plus loin, elle « ne doit pas être envisagée comme une simple production de Littérature37 ». Elle ouvre les portes du monde universitaire du milieu du XVIIIe, mais elle dévoile aussi une partie de la fissure qui existe déjà entre ce même monde et celui de la pratique. La rupture est consommée, et la traduction en est un révélateur.

  • 38 Ibid.
  • 39 Journal des savants, octobre 1766, p. 690‑692. Ce compte-rendu est intéressant. Il confirme que la (...)

11Enfin, ce travail est peut‑être, aussi, la victime collatérale d’une bataille qui se joue dans le monde des périodiques. En effet, comme nous l’avons indiqué, les premières critiques sur cette traduction sont issues du Journal des savants. Elles commencent en juillet 1764, et ce journal reviendra à de multiples reprises sur cette œuvre en 176538 et 176639. Cependant, les premières allusions dans la presse à cette traduction sont antérieures. Elles se trouvent notamment dans les Mémoires pour l’Histoire des Sciences et Beaux‑arts, encore appelés Journal de Trévoux. C’est ce même périodique qu’Hulot utilisera comme tribune pour adresser une réponse à ses détracteurs. Il existe ainsi une presse pro‑Hulot et une autre anti‑Hulot. Ces articles permettent d’aller plus loin. Cette bataille par journaux interposés est peut‑être le fil d’Ariane qu’il faut suivre pour comprendre ce qui se joue véritablement à travers cette traduction.

I. Hulot, le dangereux « docteur aggrégé »

  • 40 Lettres d’un avocat au Parlement de ***, op. cit., « Avis de l’éditeur ».

12L’éditeur des fameuses Lettres d’un avocat au Parlement de ***, dans un avis placé au début de l’ouvrage, donnait une sorte de justification à la publication de cet ouvrage : « Le projet d’une Traduction du Corps de Droit, inconnu jusqu’ici, proscrit il y a nombre d’années avec tant de raison par M. le Chancelier d’Aguesseau, prohibé en dernier lieu par M. le Vice‑Chancelier & par les Magistrats, m’a paru si dangereux, que j’ai cru rendre un service important à la Nation, de publier ces trois Lettres, ou plutôt ces trois savantes Dissertations40 ».

13Pourtant, tout avait l’air d’avoir bien commencé pour la publication de Henri Hulot.

  • 41 Mémoires pour l’Histoire des Sciences et Beaux-arts, avril 1764, p. 1134.
  • 42 Ibid., p. 1135‑1136.
  • 43 Avis sur l’édition projettée du Corps du Droit civil, op. cit.
  • 44 L’article du Journal de Trévoux de mai 1764 précise que ces modifications ont été dictées par des (...)
  • 45 Ibid, p. 1305.

14« C’est le prospectus d’un ouvrage qui s’annonce avec tous les caractères qui peuvent le faire rechercher du Public41 ». C’est par ces mots que les Mémoires pour l’Histoire des Sciences et Beaux-arts, plus communément appelés Journal de Trévoux, évoquent, pour la première fois, la traduction de Hulot. Nous sommes en avril 1764. Cet avis est aussi court que positif. Hulot, présenté comme « avocat au Parlement, Docteur-aggrégé de la Faculté des Droits en l’Université de Paris (…), rend », selon cet article, « un service essentiel en publiant une Traduction Françoise du Corps du Droit, Traduction qui, outre l’immensité du travail, suppose de très-profondes connaissances dans l’Antiquité Grecque et Romaine (…) & l’on peut assurer que si, comme nous n’en doutons pas, toute la collection est aussi bien faite que l’essai qu’en donne M. Hulot dans son prospectus, elle aura le plus grand cours42 ». Un mois après cet article, soit au mois de mai, le Journal de Trévoux fait, à nouveau, référence au projet de traduction. Cette chronique fait suite à la publication du second prospectus par Hulot43. Deux modifications sont annoncées : d’une part, quant au format de la publication, d’autre part, quant à l’ajout, sous les textes, de notes de Denis Godefroy44 ; cette dernière modification ayant été permise, selon l’auteur de l’article, par le changement de format. Cet article, comme celui d’avril 1764, se termine par un appel au public à souscrire à la publication. En mai, ce dernier est même exhorté à souscrire pour « contribuer par-là à l’exécution d’un Projet dont l’utilité ne peut être révoquée en doute45 ». À travers ces deux articles, le Journal de Trévoux ne fait pas qu’annoncer la publication de la traduction, il en fait la promotion.

  • 46 Voir aussi Journal de Trévoux, septembre 1765, p. 707‑732.

15La suite est connue : un autre périodique, quelques semaines plus tard, attaquera, lui, de façon frontale, cette traduction, ce qui aura pour conséquence de remettre aux calendes grecques sa publication46.

16Il convient de confronter la position respective de ces deux périodiques sur la traduction à leur ligne éditoriale.

  • 47 Sur cet aspect critique littéraire, voir notamment pour le Journal de Trévoux, janvier 1712, « Nou (...)
  • 48 Pour le Journal de Trévoux, cf. P. Rétat, « Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux‑art (...)
  • 49 R. Birn, op. cit., p. 31.
  • 50 Cf. notamment P. Rétat, op. cit., p. 176.
  • 51 M.‑H. Froeschlé‑Chopard, M. Froeschlé, op. cit., p. 30 ; J. Garagnon, « Les Mémoires de Trévoux et (...)
  • 52 Ch. Albertan, « Les journalistes de Trévoux lecteurs de l’Encyclopédie », Recherches sur Diderot e (...)
  • 53 Ibid., p. 116.
  • 54 J. Garagnon, op. cit., p. 215.
  • 55 Ibid. Une autre thèse est présentée par P. Rétat, op. cit, pour qui, les Jésuites « restent au-des (...)
  • 56 G.‑F. Le Trosne, Discours sur l’état actuel de la magistrature et sur les causes de la décadence, (...)
  • 57 Ce n’est pas toute la magistrature qui est visée, mais celle des tribunaux subalternes ; ainsi pou (...)
  • 58 Ibid., p. 852.
  • 59 Ibid., p. 842‑843.
  • 60 Ibid, p. 856.
  • 61 Ibid, p. 856‑857.
  • 62 Cf. notamment Journal de Trévoux, décembre 1763, « Monsieur Pothier n’est pas un compilateur mal a (...)
  • 63 Journal des savants, 1762, « Il est vrai que son style est peu correct, souvent diffus, jamais élé (...)

17Ces deux journaux ont un but identique : se faire l’écho des nouveautés littéraires, en proposant, à leurs lecteurs, des comptes rendus critiques des ouvrages publiés ou annoncés47. De même, l’un et l’autre affichent une volonté de neutralité48. Une neutralité, cependant, et là encore pour les deux, qui est contrecarrée par leur essence même. Le Journal des savants, « feuille gouvernementale49 », est un outil de diffusion de la propagande royale, et est étroitement contrôlé par le pouvoir politique50. Quant à l’objectif intrinsèque du Journal de Trévoux, lancé par les Jésuites, il est de lutter, d’une part, contre le protestantisme, mais aussi, d’autre part, contre la philosophie des Lumières51. À ce sujet, la querelle entre Diderot et le Journal de Trévoux a laissé des traces importantes dans l’histoire de la critique littéraire52, en provoquant, notamment, la naissance de deux « conceptions du savoir : l’une attachée à une érudition prudente et tatillonne, l’autre conquérante et téméraire53 ». Le Journal de Trévoux serait donc réactionnaire. Le caractère innovant de la traduction du Corpus iuris civilis par Hulot, même si, comme nous le verrons, ce qualificatif doit être nuancé, ne peut être nié. Comment dès lors expliquer le bon accueil que les journalistes de Trévoux lui réservent ? Il faut ici préciser que, malgré leur positionnement conservateur, ces Mémoires, fréquemment, « se donnent une allure libérale, prônent un juste milieu raisonnable, et adoptent même parfois une attitude franchement moderniste54 ». Ces journalistes, selon J. Garagnon, parviennent à ce résultat par la manière dont « ils présentent les idées novatrices (…) qui leur enlève ce qu’elles avaient de dangereux, c’est‑à‑dire précisément leur caractère novateur55 ». Cette thèse, présentée par J. Garagnon, trouve une parfaite illustration dans le tome même de l’année 1764. Elle permet aussi, au moins en partie, de comprendre l’accueil que ce périodique fait à la traduction de Hulot. En octobre 1764, le Journal de Trévoux publie la critique d’un ouvrage de G.‑F. Le Trosne, avocat du roi. Le titre de cet ouvrage est pour le moins évocateur : Discours sur l’état actuel de la magistrature et sur les causes de la décadence, prononcé à l’ouverture des audiences du baillage d’Orléans le 15 novembre 176356. Il se divise en trois parties. La première porte sur l’état même de la magistrature57. La seconde présente des notes sur des sujets aussi variés que « les déclarations du Roi sur les impôts » ou encore « les avantages de l’exportation »58. Enfin, la troisième et dernière partie contient des réflexions sur l’état des mœurs. Au final, ces trois parties se recoupent. Il s’agit de montrer que la société est dans un tel état de décadence que cela entraîne, par corrélation, une détérioration de la magistrature : « l’état actuel de la magistrature tient à l’état moral de la nation, & la considération des causes de sa décadence sera le tableau des causes des mœurs de notre siècle59 ». La situation n’est pas inéluctable. Plusieurs solutions sont avancées par Le Trosne : certaines économiques, d’autres sociétales. Toutes sont positivement relayées par le journaliste de Trévoux qui, dès l’introduction de son article, appelait à une révolution. C’est en renouvelant cet appel à une révolution que ce même journaliste conclue. En effet, la conclusion met en exergue une nécessaire révolution « dans l’étude des Loix60 ». Un nom est dès lors avancé pour produire cette révolution : Pothier. Cette conclusion lui est alors intégralement consacrée. L’auteur du compte-rendu indique que, dans son ouvrage, Le Trosne « reconnaît que c’est à lui (ndlr. Pothier) que l’Université d’Orléans doit l’émulation singulière qui anime ses études, & que le Présidial de cette ville qui s’est accru considérablement depuis dix années, lui est également redevable du goût de jurisprudence, du savoir et du zèle patriotique qui distingue tous ses membres61 ». Le journaliste de Trévoux est heureux de trouver en Le Trosne un allié de poids dans la défense de Pothier. En effet, depuis longtemps, le Journal de Trévoux s’est fait écho des travaux de Pothier. De nombreux articles lui ont été consacrés. Dans chacun d’eux, Pothier y est encensé. Tel n’est pas le cas de la part de tous les journaux. Certains ont pu émettre des réserves sur ce jurisconsulte, notamment sur son ouvrage consacré au contrat de vente62. Parmi eux, justement, le Journal des savants, même si les remarques de ce périodique, il faut tout de même le souligner, portent plus sur la forme que sur le fond63.

  • 64 Journal de Trévoux, juillet 1764, p. 6‑16 ; juillet 1764, p. 17‑34 ; octobre 1764, p. 1112‑1137.
  • 65 Traité du Contrat de Change, de la négociation qui se fait par la Lettre de Change, des Billets de (...)
  • 66 L’article souligne que ces concours sont honorés de prix que Pothier finance lui‑même : des médail (...)
  • 67 Journal de Trévoux, juillet 1764, p. 25.
  • 68 Ibid.
  • 69 Ibid., p. 34.
  • 70 A. Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Dictionnaires Le Robert, 2016.
  • 71 À noter dans le Journal de Trévoux, mars 1764, p. 708‑722, le compte-rendu d’un ouvrage très criti (...)

18Pour en revenir au Journal de Trévoux, rien que dans le tome de 1764, trois articles sont consacrés à Pothier64. L’un est, pour notre démonstration, particulièrement intéressant. Après avoir présenté le Traité du contrat de change65, il souligne l’émulation que Pothier a su créer chez ses étudiants à l’université d’Orléans. Ainsi, en instaurant des concours académiques66, il a su « ranimer dans ses élèves le goût de la jurisprudence67 ». Selon ce périodique, si cet exemple « ne remédie point au discrédit des études du droit parmi la jeunesse, il protestera contre leur décadence, il montrera qu’il est facile de l’arrêter68 ». Ce journal retient que D’Aguesseau lui-même avait vu en Pothier, l’homme capable de créer une révolution dans l’étude de la jurisprudence, une science liée « étroitement au bonheur et à la sûreté des citoyens69 ». Nous retrouvons notre terme « révolution ». Ce mot, que les auteurs de Trévoux emploient de fait à de maintes reprises, doit, bien évidemment, s’entendre au sens classique du terme, c’est‑à‑dire « rouler en arrière, ramener70 ». La crise sociétale, que ce journal dénonce, ne pourra prendre fin que par un meilleur système éducatif71, notamment dans le domaine du droit. Une révolution doit s’instaurer.

  • 72 Journal de Trévoux, octobre 1764, p. 940 à 943. Le Journal de Trévoux, devenu en 1768, Journal des (...)
  • 73 Ch.‑P. Lorry, Mémoire sur les moyens de rendre les études de droit plus utiles, Paris 1764. Nous p (...)
  • 74 La seconde publication de son mémoire se fait à titre posthume, ce qui peut expliquer que l’anonym (...)
  • 75 Son père, François Lorry (vers 1675‑1740), était lui‑même avocat en la cour, mais aussi, donc, apr (...)
  • 76 À noter que cette situation est dénoncée par celui‑là même qui prendra la défense de la traduction (...)
  • 77 Voir sur ce mémoire, G. Antonetti, « Traditionnalistes et novateurs à la faculté des droits de Par (...)
  • 78 Journal de Trévoux, octobre 1764 : « Tout le monde connaît les abus etc. », p. 940.
  • 79 Ibid., p. 942.
  • 80 Ch.‑P. Lorry, Mémoire sur les moyens de rendre les études de droit plus utiles, op. cit., proposai (...)
  • 81 Journal de Trévoux, octobre 1764, p. 942.  
  • 82 Réponse de l’Université d’Orléans au mémoire sur les moyens de rendre les études de droit plus uti (...)
  • 83 Journal de Trévoux, mars 1765, p. 688‑700. Exemple : « Tout écrivain qui veut bien contribuer de s (...)
  • 84 Ibid., p. 697.

19Un autre ouvrage relayé par le Journal de Trévoux confirme ce positionnement. Il est, lui aussi, contenu dans le fameux tome de l’année 1764. Comme pour l’ouvrage de Le Trosne, son titre est très évocateur. Il est intitulé : Mémoire sur les moyens de rendre les études de droit plus utiles72. Il s’agit d’un ouvrage, in‑12, de 177 pages, publié pour la première fois en 1764, sous couvert d’anonymat73 ; une nouvelle édition aura lieu en 1768, mais cette fois‑ci avec le nom de son auteur, Paul‑Charles Lorry (1719‑1766)74. Ce dernier est avocat au Parlement, mais aussi, et surtout, professeur à la faculté des droits de Paris. Il fait partie d’une de ces familles d’universitaires75 dont les facultés de droit sont remplies sous l’Ancien Régime76. Au sein de ce mémoire, Paul‑Charles Lorry dresse, à travers les abus qui s’y sont introduits77, un portrait au vitriol des facultés de droit. Il vise tout particulièrement les universités de province, même si la faculté de droit de Paris n’est pas épargnée. Pour le journaliste de Trévoux, auteur du compte-rendu, les abus dénoncés au sein de ce mémoire sont notoires78, mais il recommande vivement cet ouvrage notamment « à tous ceux qui sont intéressés à (ndlr. le) connaître, aux Universités de Province en particulier, pour l’avantage desquelles l’Auteur paraît avoir spécialement travaillé79 ». Au sein du mémoire, Paul‑Charles Lorry préconisait plusieurs solutions. Le journaliste en présente une80 : « celle qui constiteroit à supprimer ce que l’on appelle en stile d’école les dictées, pour introduire l’usage de bon Traités imprimés. Il est certain que ces dictées font perdre beaucoup de tems aux Etudiants, & que les cahiers qu’ils écrivent ainsi sur les bancs ne leur servent guerre au‑delà de leurs cours81 ». Pour l’auteur du compte-rendu, il s’agit, à travers cette mesure, de reprendre, ici, une idée que des universités étrangères appliquent déjà avec beaucoup de succès. Ce mémoire, par sa généralité, donnera lieu à une réplique d’au moins une université, celle d’Orléans82. Les journalistes de Trévoux relaieront cette réponse83, en apportant, à nouveau, leur soutien à l’auteur de ce mémoire. Ils souligneront, cependant, que l’université d’Orléans tient une place à part dans l’enseignement du droit, grâce, notamment, aux fameux concours académiques introduits par Pothier84.

20L’étude du tome de 1764 montre l’attrait du Journal de Trévoux pour les études de droit. Une science qu’il estime essentiel à la société.

  • 85 Ce prospectus présenté par Henri Hulot porte le nom de : Corps du droit civil contenant toutes les (...)
  • 86 H. Hulot, Corps du droit civil…, « C’est par une étude profonde des Lois Romaines que les juriscon (...)
  • 87 Journal de Trévoux, septembre 1765, p. 707‑732. Cet article contient une magnifique démonstration (...)
  • 88 Journal de Trévoux, septembre 1765, p. 708.
  • 89 Ibid., p. 729‑730.
  • 90 Ibid., p. 730.

21Le Projet de souscription pour le corps du droit civil85 de Hulot tombe, de fait, à point nommé. Ce juriste s’inscrit dans la dynamique des journalistes de Trévoux. D’une part, il glorifie les juristes passés, voire le passé, tout en attaquant, d’autre part, les études de droit telle qu’elles se déroulent à son époque86. Il appelle lui aussi, en quelque sorte, à la révolution dans l’étude des lois. C’est, on peut le penser, à ce (seul ?) sujet que le Journal de Trévoux lui accorde du crédit. À ce propos, après que l’affaire ait éclaté, en 1765, le périodique évoquera, au sein d’un même article, les fameuses trois lettres contre la traduction de Hulot et la réponse de ce dernier87. Le premier paragraphe de cet article contient cette phrase : « Ce projet nous ayant paru très propre à faciliter à plusieurs personnes l’étude des Loix, nous annonçames l’ouvrage avec éloge, nous insistames sur la difficulté de l’entreprise, & nous manifestames hautement le désir que nous avions de voir paroître l’ouvrage du Traducteur qui nous étoit alors absolument inconnu88 ». C’est bien sous l’aspect pédagogique que la traduction de Hulot a retenu l’intention de ce périodique. Mais quid de la traduction en elle‑même ? Cet article permet au Journal de Trévoux de prendre position : « La vérité nous oblige de nous ranger du côté de M. Hulot (…). Il (ndlr. l’auteur des trois lettres) juge la Traduction avec une rigueur excessive qui pourroit être attribuée moins à l’envie de voir un ouvrage parfait qu’au desir réflechi de le trouver mauvais89 ». Les propos sont durs. Mais est‑ce le Journal de Trévoux pouvait se dédire et juger autrement cette querelle ? L’auteur de ce compte rendu s’attendait, sans aucun doute, à la question que nous venons de poser : il prie ceux « qui auroient des doutes sur la pureté des motifs qui nous guident, de lire eux-mêmes la troisième Lettre des deux Adversaires, & nous ne craignons pas d’assurer qu’ils ne tarderont pas à être de notre avis90 ».

22Il est temps de découvrir ces fameuses lettres, celles qui ont fait tant de mal à Hulot.

II. Une traduction impossible

  • 91 A. Molinier, Inventaire sommaire de la collection Joly de Fleury, Picard, Paris, 1881.
  • 92 Voir aussi Joly de Fleury, 580.
  • 93 Joly de Fleury, 380, f° 100.

23La bibliothèque nationale de France conserve la collection dite Joly de Fleury. Riche de 2555 volumes in‑folio, elle a été constituée par plusieurs générations des Joly de Fleury91. Elle se compose notamment des archives des procureurs généraux au Parlement de Paris. Parmi eux, François‑Louis Joly de Fleury (1710‑1787). C’est lui qui détient cette charge au moment où l’affaire Hulot éclate. De nombreuses pièces sur notre affaire sont contenues dans le volume 38092 de cette collection. Toutes, une fois assemblées, permettent de reconstituer le puzzle de l’affaire Hulot, mais aussi, de lui donner, un autre éclairage. Commençons par évoquer le folio 10093. Il se compose de deux courriers manuscrits. Le premier est en date du 27 février 1765. Nous le donnons in extenso :

Monsieur,
J’ai l’honneur de vous adresser une première lettre au sujet de la traduction du Corps du Droit civil, aussitôt que les autres seront imprimées, je prendrai la liberté de vous les envoyer.
Monsieur,
Votre très humble et très obéissant serviteur
Knapen

24Le second, toujours signé de Knapen, comprend les mêmes informations, en annonçant l’impression de la fameuse troisième lettre à laquelle nous faisions allusion précédemment. Par contre, pas de troisième courrier. Mais à vrai dire, peu importe. Ces deux courriers sont déjà assez évocateurs par eux-mêmes. Ils montrent comment s’est joué le destin de la traduction en 1765 : en allant au plus proche du pouvoir. Il s’agissait de faire connaître aux autorités les objections concernant la traduction de Hulot, mais aussi, peut-être, de laisser une trace.

  • 94 Joly de Fleury, 380, f° 88 à 91‑7.
  • 95 Joly de Fleury, 380, f° 90‑1.

25Mais, les pro-Hulot ne sont pas restés inactifs. Si le volume 380 comprend, naturellement, les fameuses trois lettres contre la traduction de Hulot, on y trouve aussi la réponse que Henri Hulot a cru bon devoir leur apporter94. Or, au milieu de cette réponse de Hulot, une note manuscrite. Elle n’est pas signée. Là encore nous la donnons in extenso95 :

Hulot est venu pour avoir l’honneur de présenter ses respects à Monsieur, et le prie d’accepter la présente réponse concernant le projet d’une édition du Corps du droit civil avec la traduction des textes.
Ce 16 aoust 1765

  • 96 Joly de Fleury, 380, f° 84.

26Comme Knapen, Hulot a tenté d’avoir une certaine influence auprès du procureur général en allant directement le voir. Il n’a pas été reçu, comme ce courrier le prouve. Ce n’était, d’ailleurs, pas la première fois que Hulot faisait un tel déplacement. Toujours dans ce même volume 380, se trouve une autre lettre manuscrite de Henri Hulot. Elle date de quelques mois avant celle que nous venons de transcrire96. Plus exactement de l’époque où se jouait l’autorisation à la publication de la traduction. Elle intervient, en effet, avant que ne se tienne le bureau de police qui devait décider du sort de la traduction. La question est alors en suspens : cette traduction obtiendra‑t‑elle l’autorisation d’être publiée ? Une mention donne la position que ce bureau a, au final, retenue : « Refusé » ! Donnons cette lettre :

Refusé
A l’assemblée de Police tenue
Le 31 janvier 1765
Monsieur,
Je me suis présenté aujourd’hui à votre porte pour vous remettre moi meme le mémoire que j’ai l’honneur de vous envoyer ; la crainte ou je suis de n’etre pas assez heureux pour parvenir jusqu’à vous aussitot que je le souhaiterois, et la circonstance facheuse ou je me trouve par la perte que je viens de faire de ma mère, me font prendre la liberté de vous ecrire pour vous supplier de m’etre favorable dans l’assemblée de police qui doit se tenir jeudy prochain. J’ai d’autant plus de confiance dans vos bontés que si vous voulez bien me rendre service, j’ai lieu de croire que vous n’eprouverez aucune contradiction
Je suis très respectueusement votre très humble et très obéissant serviteur
Monsieur,
Hulot

  • 97 La mère de Henri Hulot, Marie‑Anne Allart est décédée le 29 janvier 1765, cf. G. Antonetti, Les pr (...)
  • 98 Ibid., p. 425. Cet auteur souligne également le fait qu’Hulot serait « dans le camp des Jésuites » (...)
  • 99 S. Nicolas, Les derniers maîtres des requêtes de l’Ancien Régime, op. cit., p. 85.
  • 100 Hulot se présentera une dernière fois à « Monseigneur le vice‑chancelier », le 26 février 1766 (Jo (...)

27Hulot est, on le comprend à la lecture de cette missive, aux abois. Sur le plan personnel, il vient de perdre sa mère97. Sur le plan professionnel, il sait que son travail est décrié. Il tente, peut‑on dire, le tout pour le tout. Mais il n’obtiendra pas ce qu’il souhaite alors, la publication de sa traduction. Mais n’était‑ce pas peine perdue ? En effet, selon la notice individuelle sur « Henry Hulot » de G. Antonetti, celui qui, à la faculté des droits de Paris, s’opposait tant à la traduction de Hulot, Edmé Martin, « était lié d’amitié au procureur général au Parlement de Paris, Joly de Fleury, et à l’avocat général Barentin98 ». Faut‑il ajouter que le désormais fameux Joseph d’Albert, dont nous avons parlé en introduction, et qui avait fait tant de mal à Hulot à travers ses trois lettres anonymes, a succédé à un Joly de Fleury, dans la charge de maître des requêtes le 17 août 177599. Le monde est décidément trop petit pour Henri Hulot100.

  • 101 Joly de Fleury, 380, f° 86.
  • 102 Cf. annexe.
  • 103 Elle commence ainsi : « Le Sr Hulot, docteur aggrégé de la Faculté des droits de Paris a proposé a (...)

28Quoi qu’il en soit, toujours dans le volume 380 de la collection Joly de Fleury, se trouve une autre lettre manuscrite. Elle est également adressée « A Monseigneur le Procureur Général101 ». Composée de trois pages, elle apporte son soutien à l’auteur de la traduction102. Elle n’est ni datée ni signée. Elle intervient, sans aucun doute, avant la décision du bureau de police de janvier 1765, voire quelques mois avant103. Son intérêt réside dans le fait qu’elle est un parfait condensée des arguments traditionnellement présentés par les partisans de Hulot.

29Tout d’abord, son auteur tend à démontrer qu’un grand nombre de personnes attendent cette traduction. Et pas n’importe qui ! Parmi les 700 individus qui ont déjà souscrit à la publication, nous dit‑il, se trouvent « les premiers magistrats de Paris, et des provinces », mais aussi « des corps entiers de magistrature chès les etrangers ». L’allusion est bien sentie. La traduction proposée par Hulot n’intéresse pas que les français, elle est attendue à l’étranger, et son succès aura pour effet « d’honorer la Nation ».

  • 104 H. Hulot, Les cinquante livres du Digeste ou Pandectes de l’Empereur Justinien, Chez Behmer, Metz, (...)
  • 105 H. Hulot, Les cinquante livres, op. cit., « Discours préliminaire des éditeurs », p. 11, n. 1.
  • 106 J. Berriat‑Saint‑Prix, Observations sur les traductions des lois romaines, De l’imprimerie de J.H. (...)
  • 107 L’autre traduction qui vient alors de paraître est de Gougis du Favril. Au moment de sa publicatio (...)
  • 108 J. Berriat‑Saint‑Prix, op. cit., p. 34, en note.

30Cette attente de la part du public permet à l’auteur d’avancer un autre argument. Les détracteurs de Hulot soutiennent que la traduction est mauvaise ? Pourquoi, dès lors, a‑t‑elle déjà obtenu le suffrage de grands noms à qui elle a été présentée. Parmi ceux qui sont cités, ni plus ni moins que Pothier, Boucher d’Argis, Leridant, ou encore « d’autres personnes qui tiennent un rang distingué dans le Barreau et dans la Littérature » et qui « attendent avec une espèce d’impatience une traduction dont ils ont approuvé la fidélité ». Ces arguments seront repris par les éditeurs de la traduction en 1805 dans leur discours préliminaire. À quelques nuances près. Ainsi, ce ne sont plus 700 individus qui ont souscrit à la publication, mais 1500104. De même, dans ce discours préliminaire, une longue note est consacrée à la possible relation entre Hulot et Pothier : « À la tête des légistes estimables dont les suffrages encouragèrent le zèle et le talent de M. Hulot, on trouve le célèbre auteur des Pandectes, le judicieux et profond Pothier, que le traducteur du Digeste respectoit comme son maître, et consultoit comme son oracle (…) Pothier avait lu avec la plus scrupuleuse attention une grande partie de sa traduction ; et l’approbation qu’il lui avoit donnée par écrit, ne frappoit pas moins sur l’exécution que sur l’excellence de l’entreprise105 ». Malheureusement, nous n’avons aucune trace de cet écrit où Pothier aurait donné son approbation à la traduction de Hulot. C’est bien dommage. Puisqu’en effet, en 1807, le professeur J. Berriat‑Saint‑Prix106 sort un ouvrage afin de dénoncer la médiocrité de deux traductions du Digeste qui viennent d’être publiées. Bien évidemment, l’une d’elles est celle de Hulot107. Or, dans une note, ce professeur indique que Pothier n’a jamais apporté son soutien à Hulot, et même au contraire. Cette affirmation lui serait permise grâce au témoignage de l’un des élèves de Pothier : « Cet ouvrage était sous presse lorsque nous avons eu occasion de le soumettre à l’un de MM. Les Inspecteurs-généraux des Écoles de droit. Il nous a assuré que Pothier, dont il se fait l’honneur d’être l’élève, loin d’approuver la traduction d’Hulot, s’est opposé à sa publication108 ». Qui dit vrai ?

  • 109 On pourrait également utiliser les propos, tenus plusieurs dizaines d’années plus tard, par J. Ber (...)
  • 110 Lettres d’un avocat au Parlement de ***, op. cit., p. 10‑11.

31Bien évidemment, et heureusement, d’autres arguments avancés par l’auteur de la lettre se trouvant dans le dossier Hulot des Joly de Fleury sont, par contre, vérifiables. Un nous semble important. Il est relatif à la question qui, au final, cristallise les débats entre les pro et anti‑Hulot : est‑il seulement envisageable de traduire le Corpus iuris civilis ? En effet, ce que les détracteurs reprochent à Hulot, n’est‑ce pas, tout simplement, d’avoir traduit l’intraduisible ? Ou ce qu’ils estiment être, eux, comme intraduisible. Intraduisible pour deux raisons. D’une part, toute traduction juridique pose d’autres difficultés qu’une « simple » traduction littéraire. Mais aussi, d’autre part, parce le Corps de Lois Romaines, comme ils aiment à l’appeler, n’est pas n’importe quelle œuvre juridique. Donnons ici un extrait des fameuses trois lettres contre la traduction, il illustre parfaitement nos propos109 : « Chaque langue a son génie particulier, un caractère de style, des expressions propres que l’on ne saurait rendre dans une autre langue : les traduire, c’est le plus souvent en altérer le sens naturel. Cet inconvénient commun à toutes les versions serait bien plus dangereux et bien plus difficile à éviter dans celle des Loix romaines : le corps de ces loix, sur-tout le digeste, n’est pas un ouvrage fait comme le sont ordinairement les autres ouvrages : c’est un tissu de passages tronqués, que les compilateurs ont recueillis et cousus à la suite les uns des autres, on y trouve la précision d’un extrait ; la liaison y est souvent peu, ou point marquée, comme il arrive dans des recueils ; rarement on y voit développée, dans toute son étendue, la doctrine du Jurisconsulte de qui le passage a été emprunté ; ses maximes, ses décisions y sont coupées ; un seul mot y tient quelque fois à une foule d’autres principes, & devient le principe d’autres conséquences110 ».

32Que répond notre auteur anonyme au fait que le Corpus iuris civilis serait ainsi intraduisible ? Tout simplement que « c’est le seul travail que l’Empereur Justinien ait permis aux jurisconsultes ».

  • 111 F. Fédier, « L’intraduisible », dans Revue philosophique de la France et de l’étranger, 2005/4, t. (...)

33Mais, ces deux clans sont‑ils sur la même longueur d’ondes ? Est‑ce que les uns n’évoquent pas le fait que cet ouvrage est intraduisible, alors que les autres répliquent par le caractère possible d’une telle traduction ? Ce n’est pas la même chose. Un ouvrage devient intraduisible lorsqu’on atteint la « limite de toute langue111 ». Les arguments des opposants à Hulot s’inscrivent dans cette idée : cet agrégé ne peut pas traduire le droit romain, car le droit romain ne serait compréhensible que des Romains. Il faut donc le garder en l’état.

34De même, Hulot n’a pas été le seul à avoir traduit ce droit romain. Ce même f° 86 souligne aussi ce point : « dès que les livres de la jurisprudence Romaine ont été heureusement trouvés dans le douzième siècle, on donna une traduction françoise du Code qui est encore en manuscrit dans la Bibliothèque du Roi & dans les cabinets de quelques savans. On en a depuis traduit quelques fragmens. Enfin M. Domat dans son Traité des Lois Civiles n’a fait que donner en françois la plupart des Loix Romaines ». Le monde universitaire a déjà été le théâtre de plusieurs traductions, ou tout du moins, tentatives de traduction du Digeste. Ces traducteurs ont aussi connu des détracteurs et ce sont les mêmes arguments qui leur étaient opposés.

III. La traduction du Digeste, une vieille innovation

  • 112 C. Chêne, « Autonomie et privilèges : les universités d’Ancien Régime », Revue d’histoire des facu (...)
  • 113 G. Antonetti, « Traditionnalistes et novateurs à la faculté des droits de Paris au XVIIIe siècle » (...)
  • 114 Ibid., p. 38.
  • 115 Ch. Chêne, « Autonomie et privilèges », op. cit.
  • 116 Ibid., p. 36.
  • 117 Ibid. Voir aussi, dans ce sens, G. Antonetti, Les professeurs de la faculté des droits de Paris, o (...)

35En réaction aux nombreuses critiques dont elles font l’objet, les facultés de droit voient naître, en leur sein, des courants réformateurs112. Parmi ceux qui se montrent les plus actifs : les docteurs de la faculté des droits de Paris. Ces derniers, comme le souligne G. Antonetti, « ont cherché à rénover au XVIIIe siècle les méthodes d’enseignement du droit, tant dans leur contenu que dans leur forme113 », cependant, « les innovations dont ils furent les auteurs n’ont guère eu de succès, en se heurtant à la puissante inertie des traditionnalistes114 ». Les facultés de droit résistent aux novateurs. Ainsi, si les conceptions innovantes ne sont pas absentes, ni même ignorées, elles ne sont pas pour autant retenues115. Pire. Ceux à l’origine de telles innovations doivent prendre gare à une sorte d’effet boomerang, surtout s’ils ne sont qu’agrégés. Ainsi, selon Ch. Chêne, « trop d’initiatives de la part de ces nouveaux venus ne plait guère116 ». Cet auteur, afin d’illustrer ses propos, prend l’exemple de notre traducteur, Hulot : « qui sera sanctionné dans sa carrière pour avoir tenté d’enseigner le droit romain en utilisant une traduction française à sa façon (…). Il ne sera jamais reçu à un concours de professeur117 ».

36La traduction ferait donc partie de ces idées innovantes dans le domaine de l’enseignement du droit.

37Cependant, cet exercice n’est pas, à l’époque d’Hulot, complètement inconnu. C’est même une activité qui, depuis longtemps, séduit certains enseignants au sein des facultés de droit. Deux noms sont dès lors à retenir : François de Némond et Jean Dugone. Tous deux ont voulu, tout comme Hulot, offrir une traduction du corps entier de droit romain.

  • 118 La 1ère oraison a été publiée dès 1555, à Poitiers, chez Les de Marnefs et Bouchets Frères. Un seu (...)
  • 119 Pour l’utilisation du français dans l’enseignement, cf. T. Peach, « Le droit romain en français au (...)
  • 120 Au sein de la 1ère oraison, François de Némond explique sa « méthode », on parlerait aujourd’hui d (...)
  • 121 Toutes les citations qui suivent sont issues de cette 1ère oraison.

38L’histoire de François de Némond est connue à travers deux oraisons qu’il a prononcé et qui ont donné lieu à publication118. En 1555, professeur depuis quelques mois seulement à Poitiers, François de Némond s’essaie au quasi impensable pour son époque119 : enseigner le droit romain en français, et, plus exactement, lire en français les Institutes de Justinien120. Mais si, pour ce professeur, enseigner en français est utile, traduire tout le droit romain est indispensable. Toujours dans cette première oraison121, François de Némond souligne que les lois « sont tant brouillées, qu’elles engendrent de grans maux, il ne faut pourtant les abolir (…) mais désirer qu’en bref elles soient débrouillées ». Parmi ces « grans maux », la manière dont est rendue la justice. En sortant des études, « la plus grand’part en savent autant à la fin qu’au commencement : et ceux qui i sont les plus rusés sont toujours incertains quel parti pour le mieux ilz doivent tenir. De là quand ilz sont commis au gouvernement de la Chosepublique les ignorans jugent au hazard ». Le Royaume serait même la risée des pays étrangers pour qui « tous les procès i sont lons, chers et dangereus » et « qu’il n’i a arpent de terre en toute la France, qui ne soit plaidé pour le moins une fois l’an ». Comment mieux, dès lors, selon François de Némond, lutter contre ces « grans maux » que de faire la traduction de ces lois romaines ? « Le seul moien pour faire un tel bien à la France, c’est de traduire tout le Droit en celuy langage, que nous suçons aveque le lait nourricier ». Pour François de Némond ce serait une chose presque naturelle : « de tout tans les Lois ont été écrites en tel langage, que tous ceux qui étoient par elles liés et asservis en pussent avoir connoissance d’eus mesmes ».

  • 122 Cf. note 120.
  • 123 Au sein de la 2e oraison.

39Si François de Némond a été, selon ses propres dires, au bout d’une traduction des Institutes de Justinien122, nous n’avons malheureusement aucune trace de cet autre travail qu’il annonçait. A‑t‑il seulement pu parvenir à exécuter une partie de son plan ? Est‑il même resté enseignant à l’université de Poitiers ? Ses opposants semblent avoir été, comme il en ressort tant de la première oraison que de la seconde, particulièrement actifs. Les mêmes arguments que ceux adressés à Hulot lui ont été opposés. Tel est le cas du caractère intraduisible du Corpus iuris civilis : « cela est certain que les Latins ont inventé beaucoup de termes qui sont fort malaisés à expliquer en notre langage, mais je n’en trouve point de tele sorte qui ne puissent assez entendiblement tourner, sinon mot pour mot, pour le moins par perifrase. Car le deu d’un bon et loyal interprete, n’est pas de bailler les mots à la mesure, mais au pois123 ».

  • 124 Ou Jean Dugono, cf. G. Antonetti, Les professeurs de la faculté des droits de Paris, op. cit., p.  (...)
  • 125 Cf. note 143.
  • 126 J. Dugone, A Mgr le Chancelier. Exposé d’un plan pour la publication d’une traduction française du (...)
  • 127 Ibid., p. 1.
  • 128 J. Dugone, op. cit., p. 1.
  • 129 Ibid., p. 2.

40L’autre traducteur-précurseur est Jean Dugone (1643‑1729)124. Lui est professeur à la faculté des droits de Paris. Son travail ne nous est pas parvenu, même si lui semble avoir été au bout de cette traduction de l’ensemble du corps du droit civil, ou, au moins, en avoir réalisé une grande partie125. Son entreprise est connue grâce, d’une part, à un document de première main, une lettre de Jean Dugone au chancelier D’Aguesseau126 ; mais aussi, d’autre part, par des références à celle‑ci par plusieurs auteurs. En ce qui concerne la lettre de Dugone au chancelier, elle est conservée à la BNF. À travers cette lettre, Dugone fait connaître à d’Aguesseau « le plan de l’Ouvrage qui (l’)occupe depuis si longtemps127 ». La lettre de Dugone au chancelier semble avoir été dictée par une demande de ce dernier même : « C’est pour satisfaire à vos ordres que je vais faire ici le plan de l’Ouvrage qui m’occupe depuis si longtemps, & dont vous avez la bonté de vouloir favoriser l’édition128 ». Dans un premier temps, Dugone indique ce qui l’a poussé à réaliser ce travail. Puis, il donne son modus operandis. En ce qui concerne le premier point, sa lettre débute par une véritable déclaration d’amour à cette science qu’est le droit, tout en soulignant les difficultés d’abord de son étude, mais aussi de son application : « le droit étoit une des plus belles, mais une des plus difficiles sciences qu’il y eut (…). Mais la beauté ne paroit pas d’abord, & il faut avoir fait quelque progrès dans cette étude pour y trouver du plaisir, & pour y prendre goût129 ». Premier point commun avec Henri Hulot, mais aussi François de Némond, la traduction s’impose pour des raisons d’ordre pédagogique.

  • 130 Ibid.
  • 131 Ibid., p. 3.

41Mais celle‑ci est également dictée par les difficultés d’application que les textes latins emportent tant aux particuliers qu’aux praticiens : « Aussi voyons-nous souvent que non-seulement les parties ne sont pas sûres de leurs droits, mais qu’il y a un grand nombre de causes où l’Avocat du Demandeur n’est pas plus convaincu de la justice de la demande, que l’Avocat du Défendeur, de la justice des défenses ; & enfin que les Juges ne sont pas moins embarrassés à bien juger, que les Avocats à bien attaquer, ou à bien défendre130 ». De fait, les solutions apportaient à une même question peuvent être différentes d’une juridiction à l’autre, mais, bien plus, « on a jugé différemment la même question dans les différentes Chambre de la même Compagnie (…) ; & dans la Grand’Chambre même quelquefois (…) des Audiences du matin aux Audiences du relevés131 » les décisions ne sont pas les mêmes.

  • 132 Selon T. Peach, « Le droit romain en français au XVIe siècle… », op. cit., F. de Némond voit « dan (...)

42Avec deux siècles d’écart, les propos de Jean Dugone font comme écho à ceux de François de Némond. Les textes en latin entraînent, selon ces deux précurseurs, une insécurité juridique que seule leur traduction peut parvenir à dépasser. Au moins dans un premier temps132.

  • 133 H. Hulot, Projet de souscription pour le corps du Droit civil, op. cit., p. 3.
  • 134 Ibid.

43Cette référence à l’insécurité juridique ne se trouve pas chez Henri Hulot. Tout du moins aussi clairement. Cependant, la démarche est identique. Henri Hulot dit réaliser sa traduction pour rendre les études de droit plus efficaces : « On s’image savoir les Loix lorsqu’on en connoît les termes, & on les ignore véritablement quand on n’en pénètre pas l’esprit, quand on n’a pas découvert leur origine & suivi leur progrès133 ». Pour l’instant les études ne mènent qu’à se glorifier « de faire la profession de jurisconsultes, lorsqu’on remplit à peine le métier de praticien134 ». Il s’agit ainsi de mieux former les jurisconsultes de demain pour rendre le droit plus sûr.

44Les points de similitudes dans les propos tenus par ces trois traducteurs ne manquent pas. Donnons en quelques exemples. En commençant par la difficulté de comprendre et traduire le Corpus iuris civilis :

François de Némond Jean Dugone Henri Hulot
« Dieu sait qu’il faut suer avant que pouvoir entendre les mos. Il i a trentsept Jurisconsultes des fragmens dequels sont ramassés et composées toutes nos Pandectes. Autant ou plus i a il d’Empereurs au Code : chacun a son stile particulier. Et davantage leurs ecris ont été si au vif rongés par Tribonian, qu’avec les ongles il a couppé la chair vivea ». « Enfin, les Auteurs des ouvrages, dont les fragmens composent le Digeste, & les Empereurs, dont les Rescrits ou les Constitutions composent le code, vivoient dans des tems bien éloignez les uns des autres. Ils avoient chacun leur génie, & leur stile particulier (…). Tribonien & ses associez pour la compilation du Digeste & du Code, n’userent que trop souvent de la liberté que l’Empereur leur avoir donnée de changer les termes, & même les sentiments des grands hommes dont ils employoient les Ecritsb ». « Il faut convenir qu’une pareille Traduction ne peut être qu’un travail immense. Sans parler de la longueur de cet Ouvrage (difficulté qui a sans doute rebuté ceux qui ont eu la même idée que moi, & qui auraient pu l’exécuter avec plus de succès) (…). Ce qui ajoute encore à la difficulté, c’est la différence du style de chaque jurisconsulte en particulier : celui d’Ulpien est simple & clair, celui d’Africain serré & précis (…)c ».
a. 1ère oraison.
b. J. Dugone, op. cit., p. 3.
c. H. Hulot, Projet de souscription pour le corps du Droit civil, op. cit., p. 6.

45Autre point de convergence : les « glossateurs », ou plus généralement, tous ceux qui n’ont fait qu’obscurcir le droit romain contenu dans le Corpus iuris civilis en le commentant.

François de Némond Jean Dugone Henri Hulot
« Aiant donque souventefois remâché ce qui a été par longues années écrit dessus le Droit, j’ai connu que c’étoit un miserable labyrinthe, d’où àpeine qu’un homme peust sortir de toute sa vie. Car la difficulté est si grande et la multitude des Gloseurs si infinie, qu’il faudroit l’âge de vint hommes pour en trouver la fin. L’un transpose une syllabe : l’autre la change : l’un ajoute : l’autre en otea ». Ou encore : « Car l’infini nombre de ceux qui l’ont commanté (étans presque tous grossiers et ignorans) ont tant troublé toute la fontaine, qu’à peine qu’on en puisse tirer jusques à une seule goute d’eau clereb ». « Pour remédier à ces inconvénients, ou pour corriger ces fautes, & applanir ces difficultez, le parti qu’on a pris dans les Pays dont le Droit Romain est le Droit commun (…) a été jusqu’ici d’y faire des Gloses, des Notes, des Paratitles, des Commentaires, des traitez particuliers sur certaines matieres, des Leçons ou des Explications, des Disputes ou des Conciliations de ce qu’on appelle Antinomie. Et le nombre de ces sortes d’ouvrages est si grand, qu’un Professeur des Pays-Bas n’a pas craint de dire qu’il y a en a tant, que la plus longue vie d’un homme ne suffiroit pas pour lire les Titres seuls des Chapitres de ce qu’il y a de Livres de Droit dans le mondec ». « Si nous n’avons pas de traduction des Lois Romaines, ce n’est pas que de savants hommes ne se soient occupés de cette étude pendant toute leur vie : le texte de ces Loix est peut-être celui qui a eu le plus de Commentateurs. Les bibliothèques sont pleines de Paratitles, Gloses, Explications, Observations, Commentaires généraux, Traités particuliers, etc. Je ne crains pas d’être taxé d’exagération en assurant que mille volumes in-folio suffiroient à peine pour réunir tout ce qui a été écrit sur les Loix Romained »
a. 1ère oraison.
b. Idem.
c. J. Dugone, op. cit., p. 6.
d. H. Hulot, Projet de souscription pour le Corps de droit civil, op. cit., p. 4.

46Deux siècles séparent François de Némond de Jean Dugone et de Henri Hulot, le style a, sans contexte, évolué, mais les idées restent les mêmes. Il semble évident que Jean Dugone connaissait les oraisons de François de Némond. Leurs propos sont proches. Toute la question est désormais de savoir si Hulot, lui, connaissait aussi ces travaux qui ont précédé le sien ?

  • 135 G. Antonetti, « Traditionnalistes et novateurs à la faculté des droits de Paris au XVIIIe siècle » (...)
  • 136 L. Boullenois, Dissertations sur des questions qui naissent de la contrariété des loix et des cout (...)
  • 137 Catalogue de feu M. Boullenois, ancien avocat au Parlement, etc., Barrois, Paris, 1763.
  • 138 H. Hulot, Projet de souscription pour le corps du Droit civil, op. cit., p. 6.

47L’autre source nous permettant de connaître le travail de Jean Dugone correspond à des références faites par divers auteurs. Parmi eux, Louis Boullenois, avocat135. Il a détenu, comme il le signale dans ses Dissertations136, le manuscrit de la traduction de Dugone. Cependant, on ne sait pas ce que ce manuscrit est devenu. Il n’y en a, tout du moins, aucune trace dans la vente de la succession de Louis Boullenois qui se déroule en 1763, soit un an avant que l’affaire Hulot n’éclate au grand jour137. Ce manuscrit est‑il passé entre les mains de Henri Hulot ? Il est impossible de trancher. Les propos de Henri Hulot, notamment dans son Projet de souscription, ne sont pas clairs : « Il faut convenir qu’une pareille Traduction ne peut être que le fruit d’un travail immense. Sans parler de la longueur de cet Ouvrage (difficulté qui a sans doute rebuté ceux qui ont eu la même idée que moi, & qui auroient pu l’exécuter avec plus de succès)138 ». Cette dernière phrase semble indiquer qu’il sait que d’autres ont eu la même idée que lui, sans cependant parvenir à proposer une publication de leur traduction.

  • 139 Ibid., p. 7.
  • 140 J. Dugone, op. cit., p. 9‑10.

48De même, toujours dans ce Projet de souscription, Hulot indique qu’il a opté pour une présentation qui suit l’ordre même des textes du Digeste : « Il me reste à rendre compte des raisons qui m’ont engagé à suivre dans cette Traduction le même ordre qu’a suivi le Rédacteur des Loix Romaines. Je n’ignore pas qu’on reproche à Tribonien de n’avoir pas avoir apporté assez de soin dans la distribution de son ouvrage139 ». Or, Dugone, lui, avait opté pour un travail différent, une traduction jurisconsulte par jurisconsulte : « Pendant que je travaillais ainsi sur ces jurisconsultes, j’avois l’avantage d’être quelque temps sur un même Auteur, de me faire aux manières de chacun d’eux en particulier, & en même temps de m’éprouver, pour ainsi dire, sur différentes matières du Droit, parce que les gramens de ces Auteurs sont dispersez en differens Titres du Digeste140 ». Cette précision de Henri Hulot pousse à penser qu’il a bien connaissance du travail de Dugone. Toute certitude est cependant impossible.

49Louis Boullenois donne un exemple de la traduction de Dugone dans ses Dissertations. Ce n’est qu’un extrait, mais cela permet de se faire une idée du travail réalisé par cet illustre représentant de la faculté de droit de Paris. Cet exemple nous permet, en outre, de confronter sa traduction à celle de Henri Hulot. Donnons‑en un extrait :

D.5.1.50pr, Ulp. lib. 6 Fideicommissorum Trad. Dugone Trad. Hulot
Si fideicommissum ab aliquo petatur, isque dicat, alibi esse majorem partem hereditatis, non erit ad praestationem compellendus : et ita multis constitutionibus cavetur, ut ibi petatur fideicommissum, ubi major pars hereditatis est : misi si probetus, eo loco voluisse testatorem fideicommissum praestari, ubi petitur Si la partie qu’on poursuit, pour la faire condamner à rendre un fideicommis, répond que la plus grande partie des biens de la succession sont ailleurs, on ne pourra pas le contraindre à payer ; & il est dit par bien des Ordonnances des Empereurs, que la demande d’un fideicommis se doit faire où le plus fort du bien est situé, à moins que l’on ne justifie que l’intention du Testateur ait été qu’on acquitât ce qu’il avoit recommandé, au lieu où se fait la demande Si on demande contre quelqu’un un fidéicommis, et que celui‑ci allègue que la majeure partie de la succession est située dans un autre endroit, on ne pourra point le forcer à payer le fidéicommis. Il y a plusieurs constitutions qui décident que le fidéicommis doit être demandé dans le lieu où est située la majeure partie de l’héritage, à moins que le demandeur ne prouve que l’intention du testateur étoit que le fidéicommis fut payé dans l’endroit où il en fait la demande.
  • 141 Journal des savants, 1722, p. 143‑144.
  • 142 Ibid., p. 144.

50L’affaire Hulot a agité, au moins pendant quelques mois, le microcosme parisien, avant d’être oubliée. Mais y avait‑il seulement matière à une telle affaire ? Le Journal des savants141 avait fait état, en 1722, de la lettre de Dugone à D’Aguesseau dans laquelle il annonçait, d’une part, son travail de traduction, et, d’autre part, la manière dont il présenterait celle‑ci. Si le journaliste ne fait, au départ, qu’une simple synthèse de cette lettre, en conclusion, il donne son avis : « en examinant le plan avec attention, il nous a paru que ce qu’il pourra y avoir de plus utile dans cet Ouvrage, ce sera les notes, pourvu que l’Auteur y recueille en peu de mots ce que l’on peut tirer des antiquités Romaines, pour l’intelligence de la lettre des Loix, qu’il développe les principes de l’équité naturelle, qui se trouvent répandus dans la plupart des fragmens qui composent le Digeste, qu’il en fasse sentir les suites et les conséquences (…)142 ». Hulot proposait, en grande partie, la même présentation que celle de Dugone. Or, paradoxalement, ce sont ces notes qui vont entraîner le plus de reproches de la part des détracteurs de Hulot. N’y‑t‑il pas eu, ainsi, deux poids, deux mesures ?

ANNEXE

51À Monsieur le Procureur général
Monseigneur,
Le Sr Hulot, docteur aggrégé de la Faculté des droits de Paris a proposé au public au mois d’avril dernier une Edition complète du Corps du Droit Civil de l’Empereur Justinien accompagnée de la traduction françoise des Textes. Le public a généralement applaudi ces projets dont il attendait depuis longtemps l’exécution. & plus de sept cen souscripteurs à la tête desquels sont les premiers Magistrats de Paris, et des provinces & des corps entiers de magistrature chès les étrangers assurant à cet ouvrage le Succès le plus brillant et le plus capable d’honorer la Nation.
Le principal avantage de cet ouvrage est de donner l’Édition des Lois romaines la plus correcte et la mieux exécutée qu’on ait encore vue. La traduction des textes qui y est jointe, mettra cette excellente compilation à la portée d’un grand nombre de personnes que le stile conçis et souvent obscur des lois éloignent de cette étude. Ces loix n’étant que des fragmens de Constitutions des Empereurs et des Ouvrages des Jurisconsultes et contenant d’ailleurs beaucoup de termes singuliers qui désignent des offices, fonctions et usages propres aux Romains, il est souvenu nécessaire pour bien entendre le texte d’y suppléer beaucoup de choses qui sont sous-entendues et d’allier la connaissance de l’histoire avec celle de la Grammaire et de la Jurisprudence. Un terme énergique placé à propos dans la Traduction repand une lumière sensible sur le texte. La version doit aussi d’ailleurs suppléer avantageusement au nombre infini de commentaires, qui n’ont servi la plupart qu’à multiplier les doutes et à étouffer la simplicité des lois sous un amas de raisonnemens. L’Éditeur conservera les seules notes de Godefroy et n’y ajoutera que les remarques qui lui ont paru les plus nécessaires.
Une traduction exacte des lois ne peut avoir aucun inconvénient : c’est le seul travail que l’Empereur Justinien ait permis aux jurisconsultes. Aussi dès que les livres de la jurisprudence Romaine ont été heureusement trouvés dans le douzième siècle, on donna une traduction françoise du Code qui est encore en manuscrit dans la Bibliothèque du Roi & dans les cabinets de quelques savans. On en a depuis traduit quelques fragmens. Enfin M. Domat dans son Traité des Lois Civiles n’a fait que donner en françois la plupart des Loix Romaines.
Cette observation suffit pour dissiper les inquiètudes de quelques personnes paroissent avoir conçues par rapport à l’exécution de la Nouvelle Edition qu’on propose au public. C’est à tort qu’on la regarderoit comme capable de favoriser la paresse de ceux qui entreprennent l’étude du droit : elle doit au contraire exçiter l’émulation pour cette étude. Les jeunes gens n’étant plus embarassés par les mots approfondirons les choses avec plus de fruit. D’ailleurs la nécessité où l’on sera toujours de peser & de discuter les termes des Loix pour en développer le véritable sens obligera de connaître et d’étudier la langue dans laquelle elles ont été écrites. Des juges éclairés ont compara avec raison une traduction des Lois romaines à celles des auteurs anciens et des Pères de l’Église dont on lit toujours le texte original, quoi qu’ils aient passé presque tous dans notre langue par de versions fidèles.
La crainte que des Praticiens peu instruits n’abusent de cette traduction pour citer indiscrétement, les loix sans les avoir méditées et approfondies est de peu de considération. Cette Traduction etant exacte n’induira personne en erreur, & le texte original qu’on aura sous les yeux guidera toujours ceux qui se serviron de la Traduction.
Il ne peu rester de difficulté que par rapport à l’exactitude de la Traduction. Il ne convien pas à l’auteur de rien avancer à cet egard ; mais il a eu l’avantage de réunir les suffrages de ceux à qui il a communiqué son ouvrage, il a même l’approbation par écris de M. Pothier, Proffeseur et conseiller à Orléans un des plus célèbres jurisconsultes du Royaume. M. M. Boucher Dargis et Leridant avocats ont porté les mêmes jugements sur ce projet. D’autres personnes qui tiennent un rang distingué dans le Barreau et dans la Littérature attendent avec une espèce d’impatience une traduction dont ils ont approuvé la fidélité.
Tous ces motifs réunis engagent l’auteur à supplier avec instance Monseigneur, d’honorer cet ouvrage de sa protection & de lui être favorable dans le Premier bureau de la Police ou l’on doit décider sur son sors.

Notes

1 La courte, mais non moins exhaustive, bibliographie sur Henri Hulot donnée par J.‑L. Thireau, « Hulot (Henri) », Dictionnaire historique des juristes français, PUF, Paris, 2015, p. 540, en est la preuve manifeste.

2 W. Wolodkiewicz, « Affaire Hulot. Traduction du “Corps de droit civil” en français au XVIIIe siècle », RHD, 1995, n° 73, p. 333‑347. Cet article est fondamental.

3 G. Antonetti, Les professeurs de la faculté des droits de Paris. 1679‑1793, Éditions Panthéon‑Assas, Paris, 2013, cf. « Henry Hulot », p. 421‑427.

4 J.‑L. Thireau, « Hulot (Henri) » op. cit., p. 540.

5 Ibid. J.‑L. Thireau évoque, avec élégance, les « nombreux défauts » de ce qui reste encore aujourd’hui la seule traduction française du Corpus iuris civilis, « le Hulot ».

6 Journal des savants, juillet 1764, p. 466‑473.

7 Journal des savants, 1655, « L’imprimeur au lecteur ».

8 Cet avis, publié par Jean‑Thomas Hérissant, Imprimeur du Cabinet du Roi, donne, en page de garde, le titre qu’il était projeté, à l’origine, de donner à l’ouvrage définitif : Corps du droit civil contenant toutes les loix compilées et publiées par l’empereur Justinien, imprimé sur l’Edition d’Antoine Vitré, avec la traduction littérale de tous les Textes, & des Sommaires à la tête de chaque Livre et de chaque Titre. Un autre prospectus, le dernier de l’ère Hulot, dont un exemplaire a été déposé à « Monseigneur le vice‑chancelier », le 26 février 1766, montre que le titre a évolué : Corpus Juris Civilis. Leges omnes continens, a Sacratissimo Principe Justiniano compositas aut promulgatas ; cum Notis Dionysü Gothofredi, & aliorum. Nova editio ad Vitreanam & Elzevirianam expressa, sed grandiori Typorum forma oculis accomodatior, cuique, praeter Vernaculam Textuum Interpretationem, Gallica insuper accesserunt Libri cujusque ac etiam Titulorum Compendia. Mais s’agit‑il encore d’une traduction ? Il ne semble pas.

L’ensemble des prospectus est conservé à la BNF, dans la collection Joly de Fleury, volume 380, à partir du f° 79, cf. le f° 102 pour le prospectus de 1766.

9 Ainsi, dans le volume de l’année 1764, il y a de nombreuses présentations d’avis de publication : exemple, Journal des savants, mars 1764, p. 169. De même, l’article, comme d’habitude, n’est pas signé. Cependant, le Journal des savants est constitué d’une équipe de rédacteurs spécialisés. Chaque rédacteur s’est vu confier un domaine d’étude. Ce mode de fonctionnement est apparu au début du XVIIIe siècle. Le premier à s’être vu attribuer la partie « jurisprudence » est Etienne Rassicod.

10 Journal des savants, juillet 1764, p. 466.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Ibid.

14 Il faut attendre la fin de la présentation pour que l’auteur évoque véritablement la traduction de notre auteur. Il n’en propose alors qu’un exemple : « Au reste, pour mettre nos Lecteurs en état de décider par eux‑mêmes & de juger de la traduction de M. Hulot, nous allons transcrire ici un paragraphe pris au hasard dans le titre premier, du livre 20, du Digeste que M. Hulot a fait imprimer à la suite de son prospectus », p. 471. Rien n’est dit sur la qualité de la traduction qui est alors donnée.

15 Journal des savants, juillet 1764, p. 467.

16 Journal des savants, 1724, Avertissement, p. 2. Il convient tout de même de rappeler que, bien évidemment, le Journal des savants est, à cette époque, « une feuille gouvernementale », voir R. Birn, « Le Journal des Savants sous l’Ancien Régime », Journal des Savants, 1965, p. 15‑35.

17 La première lettre date du 24 décembre 1764 ; la deuxième du 20 janvier 1765 ; la troisième du 2 mars 1765.

18 Lettres d’un avocat au Parlement de *** à Messieurs les auteurs du Journal des Sçavants, sur un projet de traduction du corps entier de droit civil, Knapen Libraire-Imprimeur, Paris, 1765.

19 Ibid., « Avis de l’éditeur ».

20 Ibid., p. 14.

21 Nous remercions la BNF qui a procédé, pour les besoins de cet article, à la numérisation de cet écrit de Antoine‑Simon Lambert : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb307266154 ; A.‑S. Lambert, Lettre d’un avocat au Parlement de … à M. Albert, ci devant Lieutenant de Police, aujourd’hui Maître des Requêtes, sur le projet de traduire le Droit Romain ; ou réponse à la lettre de M. Albert publiée contre le projet de traduire le Droit Romain, Paris, 1787.

22 Voir pour une chronologie de l’affaire Hulot et ses multiples rebondissements : W. Wolodkiewicz, « Affaire Hulot. Traduction du “Corps de droit civil” en français au XVIIIe siècle », op. cit., et J.‑L. Thireau, « Hulot (Henri) », op. cit.

23 M. Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes, t. 2, 2e édition, Chez Barrois, Paris, 1823, p. 245.

24 Dans sa Lettre d’un avocat au Parlement à M. Albert, op. cit., l’auteur indique que la réponse ne viendra pas d’Antoine‑Simon Lambert mais de lui, sans toutefois se présenter, même si nous savons qu’au final, c’est la même personne. Il souligne que MLambert est « dégouté pour jamais de la partie du Droit Romain », p. 6. Dégouté du droit romain, peut‑être, mais revanchard, c’est certain.

25 Mémoire pour MLambert, op. cit., p. 6.

26 Ibid., p. 37 à 40.

27 Ibid., p. 5 : « Le 20 décembre je me présente au concours. J’y rencontre un seul concurrent Me Vieillart mon jeune Confrère en la Cour, fils du plus ancien des agrégés de cette faculté, beau-frère du Professeur de droit français, &, ce que j’ignorois encore, assez proche cousin de Me Hurtault autre agrégé, tandis que son beau-frère a pour cousin germain Me Jouvant, troisième des agrégés. Ainsi Me Vieillart se proposoit de completer le nombre de cinq parens dans la même Faculté, dans une Faculté composée de Sept membres seulement, & il venoit Quasi paratus ad epulas ».

28 A.‑S. Lambert, Lettre d’un avocat au Parlement de… à M. Albert, op. cit., p. 5.

29 Le fait que la défense de la traduction de Hulot par Antoine-Simon Lambert n’est qu’une excuse est notamment illustré par les propos suivants : « auquel des deux vous-même faut‑il croire dorénavant ? Est‑ce au M. Albert de 1764, professant à la face du Public, que les Avocats sont de vrais Érudits dans le Droit romain, & tançant rudement M. Hulot d’avoir osé en douter un moment ? Ou bien, est‑ce au M. Albert de 1786, faisant casser, à plaisir, l’arrêt du Parlement, & repousser, comme ignares dans ce Droit, comme indignes même d’entrer en lice, pour en disputer, tous les Avocats de tous les Parlements du Royaume », p. 11.

30 Grâce à la biographie donnée par A.‑S. Lambert, nous pouvons retrouver le nom exact de ce « M. Albert ». Il s’agit de Joseph François Ildephonse Raymond d’Albert. Pour connaître son parcours, qui colle point pour point à celui indiqué par A.‑S. Lambert, nous ne pouvons que renvoyer à l’ouvrage de S. Nicolas, Les derniers maîtres des requêtes de l’Ancien Régime (1771‑1789). Dictionnaire prosopographique, École des chartres, Paris, 1998, p. 83 à 85.

31 A.‑S. Lambert, Lettre d’un avocat…, op. cit., p. 79.

32 Ibid., p. 79, (a).

33 Ibid., p. 8.

34 G. Chianéa, « Berriat‑Saint‑Prix (Jacques) », Dictionnaire historique des juristes français, op. cit., p. 98‑100.

35 J. Berriat‑Saint‑Prix, Les observations sur les traductions des lois romaines, 1807, De l’imprimerie de J. H. Peyronnard, p. 1. Le titre de « docteur » est accolé à de nombreuses reprises au nom de Henri Hulot.

36 Ibid., p. 4.

37 Journal des savants, novembre 1765, p. 764.

38 Ibid.

39 Journal des savants, octobre 1766, p. 690‑692. Ce compte-rendu est intéressant. Il confirme que la traduction de Henri Hulot a été plébiscité par le public tant français qu’étranger (« Cependant l’ardeur que l’on a témoignée dans le Royaume & dans les Pays Etrangers, pour la publication de cet Ouvrage, peut faire croire qu’une nouvelle édition du Texte des Loix Romaines est devenue une entreprise absolument nécessaire », p. 690).

40 Lettres d’un avocat au Parlement de ***, op. cit., « Avis de l’éditeur ».

41 Mémoires pour l’Histoire des Sciences et Beaux-arts, avril 1764, p. 1134.

42 Ibid., p. 1135‑1136.

43 Avis sur l’édition projettée du Corps du Droit civil, op. cit.

44 L’article du Journal de Trévoux de mai 1764 précise que ces modifications ont été dictées par des suggestions « de plusieurs personnes éclairées », p. 1304, reprenant ainsi une formule du prospectus distribué par Hulot. Cet article souligne que, bien que ces changements soient dispendieux pour le libraire, le prix ne sera pas impacté. La publication passe de six volumes au format in‑4°, à trois volumes au format in‑folio, « (…) ce dernier format étant d’un usage plus commode pour un ouvrage de cette nature », p. 1304.

45 Ibid, p. 1305.

46 Voir aussi Journal de Trévoux, septembre 1765, p. 707‑732.

47 Sur cet aspect critique littéraire, voir notamment pour le Journal de Trévoux, janvier 1712, « Nous ne pouvons nous empêcher de mêler de la critique dans nos extraits, agir autrement, ce seroit manquer à nos devoirs les plus essentiels, ce seroit trahir les lecteurs qui nous prennent pour guides dans la connoissance des livres (…) », cf. M.‑H. Froeschlé‑Chopard, M. Froeschlé, « “Sciences et arts”, dans les Mémoires de Trévoux (1701‑1762) », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2001/1, n° 48‑1, p. 30.

48 Pour le Journal de Trévoux, cf. P. Rétat, « Mémoires pour l’histoire des sciences et des beaux‑arts. Signification d’un titre et d’une entreprise journalistique », Dix‑Huitième Siècle, n° 8, Les Jésuites, 1976, pour qui le choix même du titre de ce périodique par les Jésuites « promet encore l’objectivité, le sérieux, la neutralité d’une entreprise authentiquement scientifique », p. 172.

49 R. Birn, op. cit., p. 31.

50 Cf. notamment P. Rétat, op. cit., p. 176.

51 M.‑H. Froeschlé‑Chopard, M. Froeschlé, op. cit., p. 30 ; J. Garagnon, « Les Mémoires de Trévoux et l’événement, ou Jean‑Jacques Rousseau vu par les Jésuites », Dix‑Huitième Siècle, n° 8, Les Jésuites, 1976, p. 215 à 235.

52 Ch. Albertan, « Les journalistes de Trévoux lecteurs de l’Encyclopédie », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, n° 13, 1992, p. 107 à 116.

53 Ibid., p. 116.

54 J. Garagnon, op. cit., p. 215.

55 Ibid. Une autre thèse est présentée par P. Rétat, op. cit, pour qui, les Jésuites « restent au-dessus de la mêlée : ils ne répondent pas aux coups -ou si peu ! (…). Ils sont au service du public savant », p. 186. Ils donnent ainsi d’eux une image rassurante Ces deux opinions sur la position des Jésuites ne sont pas antinomiques. Elles se complètent.

56 G.‑F. Le Trosne, Discours sur l’état actuel de la magistrature et sur les causes de la décadence, prononcé à l’ouverture des audiences du baillage d’Orléans le 15 novembre 1763, chez Panckoucke Libraire, 1764 ; compte-rendu dans les Mémoires de Trévoux, octobre 1764, p. 839‑857.

57 Ce n’est pas toute la magistrature qui est visée, mais celle des tribunaux subalternes ; ainsi pour le journaliste, auteur du compte-rendu : si « la Haute magistrature atteint un nouveau période de grandeur dans l’éclat de ses fonctions, dans la confiance du Prince, & dans celle du Peuple, rien ne semble réflechir de cet éclat sur les Tribunaux subalternes, tout paroît au contraire conspirer à leur plus grand discrédit », Ibid., p. 841.

58 Ibid., p. 852.

59 Ibid., p. 842‑843.

60 Ibid, p. 856.

61 Ibid, p. 856‑857.

62 Cf. notamment Journal de Trévoux, décembre 1763, « Monsieur Pothier n’est pas un compilateur mal adroit qui nous redonne ce que nous avons déjà. C’est un jurisconsulte profond qui pose des principes certains, qui en déduit de justes conséquences, & qui mettant dans la balance les opinions de ceux qui l’ont précédé dans cette carrière, les rapproche de la règle, les rectifie, les épure, & par une discussion aussi lumineuse que sûre, lève les doutes en dissipant les nuages dont cette matière était encore enveloppée ; ce jugement que nous portons de l’ouvrage de M. Pothier, n’est au reste que le résultat de ce qu’en pensent les magistrats les plus éclairés, & les savants jurisconsultes qui sont à la tête du Barreau du premier parlement du Royaume. Nous ne pouvons donc trop nous étonner que quelques journalistes aient comparé le traité du contrat de vente à tant d’autres que nous possédons déjà, & et que surtout ils aient prétendu que le traité du célèbre M. Domat suffit sur cette matière », p. 2896‑2897.

63 Journal des savants, 1762, « Il est vrai que son style est peu correct, souvent diffus, jamais élégant, & qu’il sent un peu la formule de l’école. Mais si la perfection est au‑dessus de l’humanité à qui fera‑t‑on grace, ou à celui qui nous dit des choses en phrases peu élégante, ou à celui qui dans un style recherché & fleuri ne nous dit que des mots ? », p. 868.

64 Journal de Trévoux, juillet 1764, p. 6‑16 ; juillet 1764, p. 17‑34 ; octobre 1764, p. 1112‑1137.

65 Traité du Contrat de Change, de la négociation qui se fait par la Lettre de Change, des Billets de Change & autres Billets de Commerce, 1763, 258 pages.

66 L’article souligne que ces concours sont honorés de prix que Pothier finance lui‑même : des médailles en or ou en argent avec sur une face l’image du roi, sur l’autre, les armes de l’Université d’Orléans.

67 Journal de Trévoux, juillet 1764, p. 25.

68 Ibid.

69 Ibid., p. 34.

70 A. Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Dictionnaires Le Robert, 2016.

71 À noter dans le Journal de Trévoux, mars 1764, p. 708‑722, le compte-rendu d’un ouvrage très critique envers les idées de Rousseau sur l’éducation. Cet ouvrage est intitulé, Réflexion sur la théorie & la pratique de l’éducation, contre les principes de M. Rousseau, Chez les Frères Reycends & Guibert, Turin, 1763. Le résumé critique commence par ces mots : « La plupart des ouvrages de M. Rousseau (ndlr. tendent) directement au renversement de l’ordre social, ou à la ruine de la religion, il n’est pas étonnant qu’un cri universel se soit élevé contre ses paralogismes », p. 708.

72 Journal de Trévoux, octobre 1764, p. 940 à 943. Le Journal de Trévoux, devenu en 1768, Journal des beaux‑arts et des sciences établira, au mois de décembre de cette même année, un nouveau compte-rendu à la suite de la réédition du mémoire (cf. Journal des beaux‑arts et des sciences, décembre 1768, p. 389 à 399).

73 Ch.‑P. Lorry, Mémoire sur les moyens de rendre les études de droit plus utiles, Paris 1764. Nous prendrons en référence cette première édition.

74 La seconde publication de son mémoire se fait à titre posthume, ce qui peut expliquer que l’anonymat ait été alors levé. De même, il est intéressant de relever que ce mémoire a été attribué, selon une annotation portée à la main sur la page de garde de l’ouvrage, à « M. Pothier, d’Orléans ». Une étoile à côté de ce nom renvoie à un commentaire en bas de page qui précise qu’il s’agit d’une erreur et que l’auteur est « M. Lorry, professeur de la faculté de droit de Paris ».

75 Son père, François Lorry (vers 1675‑1740), était lui‑même avocat en la cour, mais aussi, donc, après avoir été docteur agrégé de la faculté des Droits de Paris (1707), en est devenu docteur régent, en 1717. Quant au grand‑père, Pierre Lorry, il fut conseiller du roi et notaire au Châtelet de Paris (cf. Factum signifié pour Me François Lorry, avocat en la cour, légataire universel de feu Me Pierre Lorry, notaire au Châtelet de Paris, contre Me Antoine Bonnefont, conseilleur du roi, auditeur en sa chambre des comptes, Imp. de C. Huguier, 1711, ce mémoire intervient dans une histoire de faux dans une lettre de change).

76 À noter que cette situation est dénoncée par celui‑là même qui prendra la défense de la traduction d’Hulot, Antoine‑Simon Lambert, à travers son Mémoire pour MLambert, Avocat en la Cour, Appellant d’un décret de la Faculté de Droit de Reims, du 20 décembre 1784, & et de tout ce qui a pu suivre, & Demandeur. Contre Me Vieillart, aussi Avocat en la Cour, Intimé & défendeur, Impr. Delaguette, Paris, 1785. Ce mémoire est conservé à la BNF. L’histoire est singulière : A.‑S. Lambert s’est vu refuser, par décret de l’université de Reims, la possibilité de passer le concours d’une chaire de droit, au motif qu’il n’avait pas le « bonnet de docteur ». Il attaque ce décret en arguant du fait que cette solution a, notamment, été dictée par la situation familiale du seul candidat qui lui était opposé, un certain Veillart. Veillart dont, notamment, le père, le beau‑frère, et le cousin germain étaient déjà professeurs au sein de l’université de Reims.

77 Voir sur ce mémoire, G. Antonetti, « Traditionnalistes et novateurs à la faculté des droits de Paris au XVIIIe siècle », Annales d’histoire des facultés de droit et de la science juridique, 1987, p. 48‑49.

L’auteur de ce mémoire distingue entre les facultés de Province et la faculté de droit de Paris. Pour Lorry, bien que cette dernière ne soit pas exempte de tout reproche, elle mériterait une toute autre considération. Parmi les abus relevés par Lorry, celui que l’auteur qualifie de « vénalité des degrés », cf. Ch.‑P. Lorry, Mémoire sur les moyens de rendre les études de droit plus utiles, op. cit., p. 8. Il suffirait, pour obtenir ses degrés, « de se présenter et de consigner la somme portée par les règlements, et d’y ajouter celle dont il est convenu pour l’honoraire de l’instruction particulière que doivent donner les Docteurs : personne n’est refusé ; on donne les lettres de bachelier et licencié à des candidats qui n’ont jamais étudié », p. 8. Toujours selon cet auteur, les abus ne sont pas que du côté des étudiants, certains sont le fait des enseignants : « dans la plupart des Facultés de Droit des Provinces, les Professeurs ne montent en chaire que trois fois par semaine ; dans quelques‑unes même les Professeurs se dispensent de leurs leçons ordinaires sous prétexte qu’il ne trouve personne pour assister à leurs leçons », p. 11.

78 Journal de Trévoux, octobre 1764 : « Tout le monde connaît les abus etc. », p. 940.

79 Ibid., p. 942.

80 Ch.‑P. Lorry, Mémoire sur les moyens de rendre les études de droit plus utiles, op. cit., proposait de nombreuses solutions. Parmi celles‑ci, un nouveau plan des études de droit et la manière de conférer les degrés.

81 Journal de Trévoux, octobre 1764, p. 942.  

82 Réponse de l’Université d’Orléans au mémoire sur les moyens de rendre les études de droit plus utiles, Imprimerie J. Rouzeau Montaut, Orléans, 1764, 24 pages.

83 Journal de Trévoux, mars 1765, p. 688‑700. Exemple : « Tout écrivain qui veut bien contribuer de ses lumières au projet d’améliorer le système de l’éducation publique mérite d’être accueilli », Journal de Trévoux, mars 1765, p. 690.

84 Ibid., p. 697.

85 Ce prospectus présenté par Henri Hulot porte le nom de : Corps du droit civil contenant toutes les Loix compilées et publiées par l’Empereur Justinien. Imprimé sur l’édition d’Antoine Vitré, avec la traduction littérale de tous les Textes, & des Sommaires à la tête de chaque Livre & de chaque Titre, Chez J.‑T. Hérissant, 1764.

86 H. Hulot, Corps du droit civil…, « C’est par une étude profonde des Lois Romaines que les jurisconsultes des siècles passés sont parvenus à ce haut point de gloire qui les rend encore aujourd’hui l’objet de notre admiration & et de nos éloges (…). Au lieu d’avoir toujours ces modèles devant les yeux, la plupart de ceux qui s’attachent aujourd’hui à la jurisprudence, négligent l’étude des Loix Romaines (…). Un pareil préjugé (…) porte à l’étude du Droit le coup le plus funeste ; & il entraîneroit la ruine, s’il devenait général. On s’imagine savoir les Loix lorsqu’on en connaît les termes & on les ignore véritablement quand on n’en pénètre pas l’esprit, quand on n’a pas découvert leur origine & suivi leur progrès : la paresse cherche à se cacher sous des prétextes spécieux », p. 3.

87 Journal de Trévoux, septembre 1765, p. 707‑732. Cet article contient une magnifique démonstration de la thèse de P. Rétat, op. cit., cf. note 55. En effet, le journaliste se place de lui-même au‑dessus de la mêlée (« Il s’agit de faire connoître la critique & la défense (…), sans prévention contre la Critique qui pense autrement que nous, & sans partialité pour M. Hulot qui en nous adressant ses lettres nous fait une politesse à laquelle nous sommes sensibles, mais ne nous empêche pas d’écouter les raisons de sens froid », p. 709).

88 Journal de Trévoux, septembre 1765, p. 708.

89 Ibid., p. 729‑730.

90 Ibid., p. 730.

91 A. Molinier, Inventaire sommaire de la collection Joly de Fleury, Picard, Paris, 1881.

92 Voir aussi Joly de Fleury, 580.

93 Joly de Fleury, 380, f° 100.

94 Joly de Fleury, 380, f° 88 à 91‑7.

95 Joly de Fleury, 380, f° 90‑1.

96 Joly de Fleury, 380, f° 84.

97 La mère de Henri Hulot, Marie‑Anne Allart est décédée le 29 janvier 1765, cf. G. Antonetti, Les professeurs de la faculté des droits de Paris, op. cit., p. 421.

98 Ibid., p. 425. Cet auteur souligne également le fait qu’Hulot serait « dans le camp des Jésuites » alors que « Martin était un gallican notable ».

99 S. Nicolas, Les derniers maîtres des requêtes de l’Ancien Régime, op. cit., p. 85.

100 Hulot se présentera une dernière fois à « Monseigneur le vice‑chancelier », le 26 février 1766 (Joly de Fleury, 380, f° 102). Il lui soumettra un nouveau prospectus. La note qui accompagne cette remise, et qui montre que Hulot s’est présenté en personne, se termine par la phrase suivante : « L’éditeur supplie Monsieur de lui être favorable ». La traduction doit, en effet, passer alors devant un nouveau bureau de la grande Police. La suite est connue.

101 Joly de Fleury, 380, f° 86.

102 Cf. annexe.

103 Elle commence ainsi : « Le Sr Hulot, docteur aggrégé de la Faculté des droits de Paris a proposé au public au mois d’avril dernier une Edition complète du Corps du Droit Civil de l’Empereur Justinien accompagnée de la traduction françoise des Texte ».

104 H. Hulot, Les cinquante livres du Digeste ou Pandectes de l’Empereur Justinien, Chez Behmer, Metz, 1803, « Discours préliminaire des éditeurs », p. 8. Il faut préciser que ce chiffre est avancé sans que l’on sache vraiment à quelle époque il se situe.

Pour A.‑S. Lambert, Lettre d’un avocat au Parlement à M. Albert, op. cit., ce sont « plus de mille personnes » qui avaient honoré de leur souscription les efforts de M. Hulot, p. 4.

105 H. Hulot, Les cinquante livres, op. cit., « Discours préliminaire des éditeurs », p. 11, n. 1.

106 J. Berriat‑Saint‑Prix, Observations sur les traductions des lois romaines, De l’imprimerie de J.H. Peyronnard, Grenoble, 1807.

107 L’autre traduction qui vient alors de paraître est de Gougis du Favril. Au moment de sa publication, cette dernière sort sous couvert d’anonymat : Le Digeste ou Pandectes de l’empereur Justinien, traduits en français par M. G*** D. F***, et révisés par une société de jurisconsultes, Impr. de Mme Bouglé, Paris, 1803‑1807, 9 volumes. Elle sera qualifiée par J. Berriat‑Saint‑Prix de « mauvaise », cf. p. 18. Ses propos seront essentiellement centrés sur la traduction de Henri Hulot.

108 J. Berriat‑Saint‑Prix, op. cit., p. 34, en note.

109 On pourrait également utiliser les propos, tenus plusieurs dizaines d’années plus tard, par J. Berriat‑Saint‑Prix, op. cit. : « Il n’en est pas d’une loi comme d’un passage de littérature. Qu’on traduise avec plus ou moins d’exactitude des vers de Virgile ou une période de Cicéron, il n’en résulte aucun préjudice pour la société (…) on ne les induira à aucune erreur dangereuse (…). Dans une loi, au contraire, tout tire à conséquence, une simple syllabe omise, un point ou une virgule mal placée, donnent un sens contraire à une décision », pp. 4‑5. Ou encore : « Presque toutes offrent des idiotismes, des inversions, des abréviations, des sous-entendus, sans doute très intelligibles pour les Romains, mais fort obscurs pour nous (…). D’après ces considérations, nous pensons que pour traduire d’une manière aussi supportable les Lois romaines, il faut être versé profondément dans la connaissance du Droit, dans celle de l’Histoire, des Antiquités et de la langue du droit », p. 14‑15.

110 Lettres d’un avocat au Parlement de ***, op. cit., p. 10‑11.

111 F. Fédier, « L’intraduisible », dans Revue philosophique de la France et de l’étranger, 2005/4, t. 130, p. 482.

112 C. Chêne, « Autonomie et privilèges : les universités d’Ancien Régime », Revue d’histoire des facultés de droit et de la science juridique, n° 29‑30, 2011, p. 29‑38 ; voir aussi, du même auteur, L’enseignement du droit français en pays de droit écrit (1679‑1793), Droz, Genève, 1982.

113 G. Antonetti, « Traditionnalistes et novateurs à la faculté des droits de Paris au XVIIIe siècle », op. cit., p. 37.

114 Ibid., p. 38.

115 Ch. Chêne, « Autonomie et privilèges », op. cit.

116 Ibid., p. 36.

117 Ibid. Voir aussi, dans ce sens, G. Antonetti, Les professeurs de la faculté des droits de Paris, op. cit., surtout p. 424‑425.

118 La 1ère oraison a été publiée dès 1555, à Poitiers, chez Les de Marnefs et Bouchets Frères. Un seul exemplaire de cette publication est aujourd’hui disponible. Il se trouve à la bibliothèque de Bordeaux. Cette oraison a été cependant reproduite, à partir de la publication de 1555, au Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente, 4e série, t. X, 1875, p. 389‑425 (ouvrage en ligne sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32723577z/date). Cet article commence par une biographie de François de Némond donnée, quelques années plus tôt, par F. Vigier de la Pile, Histoire de l’Angoumois, Paris, 1846, p. CXXXIX. Il est notamment indiqué que François de Némond a été échevin de 1570 jusqu’en 1598. Également magistrat « fort habile et très estimé », il n’était qu’un jeune avocat lorsqu’il fit imprimer « deux harangues in-4°, pour prouver qu’il serait bon de traduire en français les livres de droit, aussi bien que ceux des autres sciences ». L’auteur poursuit sa présentation de François de Némond en indiquant que plusieurs personnes ont eu la même pensée que François de Némond, « qu’elles y ont travaillé sans qu’on ait vu paraître encore de traduction de tout le corps du droit quoiqu’elle serait fort utile. Il n’y a eu que des intitulés », p. 389.

La 2e oraison, présentée comme étant en date du 6 décembre 1555, se trouve à la Bibliothèque Mazarine.

T. Peach, « Le droit romain en français au XVIe siècle : deux Oraisons de François de Némond (1555) », RHD, 1982, p. 5‑44, a travaillé sur ces documents et reproduit le texte des deux oraisons. Nous utilisons les documents de T. Peach.

Voir aussi J. Plattard, « Un novateur dans l’enseignement du droit romain. François de Nesmond, professeur à l’université de Poitiers (1555) », Revue du Seizième siècle, T. 12, 1925, p. 142.

119 Pour l’utilisation du français dans l’enseignement, cf. T. Peach, « Le droit romain en français au XVIe siècle… », op. cit., p. 10 à 12. Selon cet auteur, le fait de réclamer « l’emploi du français dans l’enseignement », p. 12, n’est pas, pour cette époque, aussi rare qu’on pourrait le penser.

120 Au sein de la 1ère oraison, François de Némond explique sa « méthode », on parlerait aujourd’hui de choix pédagogique. En bon enseignant, il donne l’ouvrage qu’il va utiliser : la traduction des Institutes réalisée par Nicolas de Lescut. Un choix qui lui semble évident, mais qui n’aura lieu que le temps de pouvoir proposer sa propre traduction (un travail qu’il explique, dans la 2e oraison, avoir mené à terme). Si François de Némond remercie Nicolas de Lescut d’avoir ouvert, en quelque sorte, la voie, ces mots ne sont pas assez durs pour souligner, par contre, la médiocrité de cet ouvrage : 1ère oraison : « il i a si mal besongné, que je ne sache homme si affamé, qui n’en fut dégouté au premier morceau. Tant il arrange mal son stile : et tant il use de mos non pas tirés, mais arrachés du Latin si miserablement, que c’est grand pitié ».

121 Toutes les citations qui suivent sont issues de cette 1ère oraison.

122 Cf. note 120.

123 Au sein de la 2e oraison.

124 Ou Jean Dugono, cf. G. Antonetti, Les professeurs de la faculté des droits de Paris, op. cit., p. 149‑153.

125 Cf. note 143.

126 J. Dugone, A Mgr le Chancelier. Exposé d’un plan pour la publication d’une traduction française du Digeste, De l’imprimerie de Langlois, 20 pages. Cette lettre est parvenue à la BNF par le biais d’un don issu de la bibliothèque de Falconet.

127 Ibid., p. 1.

128 J. Dugone, op. cit., p. 1.

129 Ibid., p. 2.

130 Ibid.

131 Ibid., p. 3.

132 Selon T. Peach, « Le droit romain en français au XVIe siècle… », op. cit., F. de Némond voit « dans la traduction du droit romain qu’un moyen de simplification provisoire, en attendant une codification ultime, ou du moins un éclaircissement par réduction, d’un droit français national », p. 40, n. 18.

133 H. Hulot, Projet de souscription pour le corps du Droit civil, op. cit., p. 3.

134 Ibid.

135 G. Antonetti, « Traditionnalistes et novateurs à la faculté des droits de Paris au XVIIIe siècle », op. cit., p. 41.

136 L. Boullenois, Dissertations sur des questions qui naissent de la contrariété des loix et des coutumes, Chez Mesnier, Paris, 1732 : « Le manuscrit en est actuellement entre mes mains ; je ne saurois assurer que sa traduction soit complette », p. 489.

137 Catalogue de feu M. Boullenois, ancien avocat au Parlement, etc., Barrois, Paris, 1763.

138 H. Hulot, Projet de souscription pour le corps du Droit civil, op. cit., p. 6.

139 Ibid., p. 7.

140 J. Dugone, op. cit., p. 9‑10.

141 Journal des savants, 1722, p. 143‑144.

142 Ibid., p. 144.

Auteur

Maître de conférences en Histoire du droit,
Université Paris 2 Panthéon‑Assas

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search