Version classiqueVersion mobile

Égalité - Parité

 | 
Xavier Bioy
, 
Marie-Laure Fages

Liste des contributeurs

Texte intégral

1 Michèle ANDRE, Sénatrice du Puy-de-Dôme, Présidente de la Délégation aux droits des Femmes au Sénat
Elle est sénatrice du Puy de Dôme depuis le 23 septembre 2011. Elle siège à la commission des finances, elle est présidente de la délégation sénatoriale aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes du Sénat.
Elle est Membre d’honneur du Think tank exclusivement féminin Des femmes au service de l’Homme.
Michèle André a été secrétaire d’Etat, chargée des droits des femmes et de l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, dans le Gouvernement Rocar (2) du 23 juin 1988 au 15 mai 1991.

2 Sylviane AGACINSKI, Professeure agrégée de philosophie (EHESS)
La part des femmes
Professeur agrégé de philosophie, elle a enseigné à l’Ecole des Hautes études en sciences sociales (EHESS). Elle est co-fondatrice du Collège international de philosophie. Elle a publié de nombreux ouvrages sur la parité dont La politique des sexes, Editions du Seuil, 1998.

3 Claire BAZY-MALAURIE, Membre du Conseil constitutionnel
Diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris
Maitrise en droit
Diplôme d’élève breveté pour la langue russe (École nationale des langues orientales vivantes)
Licenciée en russe
Ancienne élève de l’Ecole nationale d’administration (promotion “Voltaire”)

4 Nicole BELLOUBET, Membre du Conseil constitutionnel, Professeure agrégée de droit public.
Agrégée des Facultés de droit, Vice-Présidente du Conseil régional de Midi-Pyrénées, ancienne Rectrice des académies de Toulouse et Limoges, ancienne Présidente du “Comité interministériel de pilotage de la convention de février 2000 pour la promotion de l’égalité des sexes dans le système éducatif” (2000-2005), elle est notamment l’auteure de “30 propositions pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles dans les établissements scolaires Rapport remis à Jack Lang, Ministre de l’Education nationale. 2001, Les administrations qui changent : innovations techniques ou logiques nouvelles ? En co direction avec G. Timsit et A. Claisse. PUF, coll. Politique d’aujourd’hui (1996), L’invention de la citoyenneté, in REDP, 2007, Mixité, mixités in revue FOEVEN no 149, Mai 2005, p. 2, Le principe d’égalité in ADJA, numéro spécial : Les droits fondamentaux, 1997, Sont-elles différentes ? in Femmes en politiques, Pouvoirs no 82, etc… Elle est depuis 2005, Membre du comité scientifique de la Revue Française d’Administration Publique et depuis 1995 : Membre du comité de rédaction de la revue Pouvoirs.

5 Xavier BIOY, Professeur agrégé de droit public, Directeur de l’Institut Maurice Hauriou, Université Toulouse 1-Capitole.

6Agrégé des Facultés de droit, enseignant à la Faculté de Toulouse et à l’Institut d’Etudes Politiques, Xavier Bioy est l’auteur de nombreux travaux en droit public, particulièrement dans le domaine des droits fondamentaux, du droit constitutionnel, des biotechnologies. Il dirige une équipe d’accueil (Institut Maurice Hauriou) et une structure fédérative (IFR “Mutation des normes juridiques”). Il est notamment l’auteur de Droits fondamentaux et libertés publiques, Lextenso-Montchrestien, Collection Cours, 894 pages, juin 2011, “L’ambiguïté du concept de non-discrimination”, in Le droit à la non-discrimination au sens de la CEDH, sous la direction de Frédéric Sudre et Hélène Surrel, IDEDH, Bruylant, Droit et justice, no 81, 2008, pp. 51-84, Le concept de personne humaine en droit public. Recherche sur le sujet des droits fondamentaux, Nouvelle bibliothèque de thèses, Dalloz, Paris, 2003, tome 22, 913 pages ; Faut-il adapter le droit des campagnes électorales, avec P. Esplugas, Lextenso-Montchrestien, collection Grands colloques, février 2012, L’identité du droit public, LGDJ-Presses de Toulouse Capitole, 2011, 310 p., Constitution et responsabilité, Actes du colloque de Toulouse, Coll. Grands colloques, Montchrestien, 2009, 269 p.

7 Gwénaële CALVÈS, Professeure de droit à l’Université de Cergy-Pontoise
Agrégée des Facultés de droit, Gwénaële Calvès a soutenu en 1997 sa thèse sur ‘L’affirmative action aux Etats-Unis’. Forte de sa connaissance de l’expérience américaine, Gwénaële Calvès, professeure de droit public à l’université de Cergy-Pontoise et à l’université de Düsseldorf, travaille aujourd’hui sur les politiques françaises et européennes de lutte contre les discriminations. Elle a notamment remis un rapport en septembre 2004 au ministère de la Fonction Publique sur la manière dont on pourrait recruter dans l’administration davantage de personnes issues de l’immigration. Elle a également publié en 2010 un essai intitulé “la discrimination positive” aux éditions PUF (coll. Que sais-je ?, 3e édition) Elle codirige depuis 2000 un groupe de recherché pluridisciplinaire, “Politiques anti-discriminatoires” (Sciences-Po/CERI) et exerce régulièrement une activité de conseil auprès de plusieurs collectivités territoriales françaises.

8 Marie-Laure FAGES, Chargée d’enseignement en droit public, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, spécialisée en droit électoral
Une “décennie de parité électorale” : l’évolution du rôle des partis politiques français.

9Le soutien binominal paritaire : la voie de la résilience égalitaire en France. Membre de l’Institut Maurice Hauriou de la Faculté de droit de l’Université Toulouse 1-Capitole, elle est co-organisatrice du colloque Egalité-Parité : une nouvelle approche de la démocratie ? qui s’est tenu en mars 2011 à Toulouse.
Spécialisée en droit électoral, droit parlementaire et droit constitutionnel, ses travaux de recherches sont relatifs à l’évolution de la structure des partis politiques français. Elle est l’auteur du rapport bilan des Primaires en novembre 2011 pour le think thank Terra Nova. Enfin, ses recherches sur les micro-partis politiques ont été référencés au code électoral, édition 2012.

10 Elisabeth GUIGOU, Vice-présidente de l’Assemblée nationale, Députée, ancienne Ministre
Élisabeth Guigou est issue de la promotion “Simone Weil” de l’ENA, elle entre au cabinet de Jacques Delors en 1982, avant de rejoindre celui de François Mitterrand à l’Élysée où elle est chargée des questions économiques et financières internationales. En 1986, outre ses fonctions à la présidence de la République, elle est nommée secrétaire générale du comité interministériel pour les questions économiques européennes. En1998, elle est chargée par le président de la République de la coordination de la politique de la France à l’égard des pays de l’Est.
À partir du 2 octobre 1990 et jusqu’en mars 1993, elle est nommée ministre déléguée aux Affaires européennes, où elle remplace Edith Cresson. Elle eut de grandes responsabilités dans la rédaction, la négociation et la mise en place dutraité de Maastricht. Lors de la campagne pour le référendum de ratification du Traité à l’été 1992, elle parcourt la France et le grand public découvre cette nouvelle femme politique. En 1994, elle fait la campagne des européennes, lors de laquelle elle est élue au Parlement européen. Elle devient présidente de la délégation socialiste française au Parlement européen et entre au Conseil national et au Bureau national du PS.
Elle représente le Parlement européen à la Conférence intergouvernementale qui négocie le traité d’Amsterdam.
En janvier1996, elle entre au secrétariat national du PS, où elle est chargée des questions sociales parLionel Jospin, 1er secrétaire.
En 1997, elle est élue députée de Vaucluse. En juin1997, elle est nommée garde des Sceaux puis en octobre 2000, ministre de l’Emploi et de la Solidarité dans le gouvernement Lionel Jospin.

11À ce poste, elle défend aussi la parité en politique et fait réformer la Constitution en ce sens. Elle fait adopter le PACS et un divorce plus rapide. Elle fait aussi prévaloir les droits des jeunes issus de l’immigration mais nés en France, de devenir français automatiquement et se bat pour le droit de vote des étrangers non européens aux élections locales.
Par ailleurs, depuis avril 2011, elle est membre d’honneur du Think tank “Des femmes au service de l’Homme”, un Think Tank exclusivement féminin.
Elle a été vice-présidente de l’Assemblée nationale lors de la XIIIè législature.

12 Jacqueline HEINEN, Professeure émérite de sociologie, Université Versailles-Saint-Quentin

13 Blandine KRIEGEL, Philosophe, professeur émérite des universités, a joué un rôle pionnier dans la redécouverte de l’Etat de droit et la philosophie politique française. Elle a été présidente du Haut Conseil de l’intégration. Elle est l’auteur de livres importants, parmi lesquels : L’Histoire de l’âge classique, 4 volumes (PUF, 1996), Querelles françaises, avec Alexis Lacroix (Grasset, 2009), Le Big bang et après ?, avec Alexandre Adler, Marc Fumaroli et Trinh Xuan Thuan (Albin Michel, 2010). Elle prépare actuellement un ouvrage sur La République moderne – Les français et la République des provinces unies.
Françoise LABORDE, Sénatrice de la Haute-Garonne, Vice-présidente de la Délégation aux droits des Femmes au Sénat

14 Isabelle LACOUE-LABARTHE, Maîtresse de conférences en histoire, Sciences Po Toulouse

15 Claire NEIRINCK, Professeur de droit privé, Université Toulouse Capitole,
Elle est l’auteur reconnue de très nombreux ouvrages en droit des personnes et de la famille, plus particulièrement sur la place des femmes dans la famille, notamment De la parenté à la parentalité, Eres, 2003, La famille que je veux, quand je veux ?, Eres, 2001.

16 Caroline RESSOT, Secrétaire Générale de l’Observatoire de la parité
Elle est la secrétaire générale de l’Observatoire de l’égalité entre les femmes et les hommes, observatoire rattaché aux services du Premier ministre.
Sa thèse et ses travaux de recherches portent sur la parité.

17 Mariette SINEAU, Directrice de recherches au CNRS, CEVIPOF La “parité” à la française : révolution “copernicienne” ou occasion manquée ?
Elle est docteur en science politique, directrice de recherche CNRS au CEVIPOF. Son domaine de spécialité porte sur genre et politique, genre et citoyenneté. Ses travaux de recherche s’attachent à analyser le rapport différent que les hommes et femmes entretiennent à la politique et au pouvoir, et les modalités d’accès spécifiques des femmes à la citoyenneté. Elle a travaillé sur le vote et les comportements politiques selon le genre, la parité en politique. Elle est consultant occasionnelle pour l’Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes. Elle co-dirige le groupe de travail “Genre et politique” de l’Association Française de science politique (AFSP).

18 Olga TROSTIANSKY, Adjointe au Maire de Paris, Chargée de la Solidarité, de la Famille et de la lutte contre l’exclusion, Membre fondatrice du Laboratoire de l’Egalité
Olga Trostiansky est une femme politique et une militante associative française. Elle est conseillère de Paris depuis 1995 et adjointe au maire de Paris chargée de la solidarité, de la famille et de la lutte contre l’exclusion depuis 2001. Engagée pour la défense des droits des femmes et pour la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes, elle est présidente de la Coordination française pour le lobby européen des femmes depuis 2008 et a participé à la fondation du Laboratoire de l’égalité en 2010. Olga Trostiansky est par ailleurs membre de l’Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes.
Olga Trostiansky est engagée très tôt dans le combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes, avec deux chantiers : la parité en politique et l’égalité professionnelle. Comme leurs aînées, les féministes d’aujourd’hui doivent continuer à lutter contre les symptômes de la domination masculine et contre les travers d’une société encore patriarcale par bien des aspects : la prégnance des stéréotypes sexistes dans l’éducation des enfants et dans la répartition des tâches au sein du couple, l’image de la femme-objet qui continue à être vendue par la publicité, l’éternel clivage entre la maman et la putain véhiculée dans les médias… Sur les conseils d’Yvette Roudy, Olga Trostiansky s’engage dans l’Assemblée des femmes Paris – Île-de-France, association de promotion de la parité. Elle en prend la présidence en 2004. En 2008, elle est portée à la présidence de la Coordination française pour le lobby européen des femmes (CLEF), qui regroupe plus de 80 associations engagées sur tous les combats pour les droits des femmes : emploi, vie familiale, parité dans la vie politique, économique et sociale, violences envers les femmes, extrémismes religieux, système prostitutionnel. En juin 2010, elle est nommée à ce titre membre de l’Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes.
Evolution notable des luttes féministes, un nombre croissant de femmes et d’hommes s’investissent pour construire ensemble un projet de société égalitaire. L’évolution des modes de vie, qui conduit un nombre toujours plus grand de femmes à ne pas vivre en couple (séparations et divorces, célibat assumé), mais aussi l’autonomisation progressive des femmes par le travail ont fait émerger un nouveau combat : l’égalité professionnelle. Olga Trostiansky, portée par l’intuition que ce combat peut fédérer tous les acteurs, fonde le Laboratoire de l’égalité début 2010, “think tank” qui réunit des associations féministes et féminines, des syndicats, des chercheur-es, des responsables d’entreprise, des élu-es, des journalistes... Les autres membres fondateurs du Laboratoire de l’égalité sont Pascal Bernard, vice-président de l’association nationale des DRH, Armelle Carminati, présidente du réseau Accent sur elles, Cécile Daumas, journaliste à Libération, Caroline De Haas, animatrice d’Osez le féminisme !, Corinne Hirsch, déléguée générale de la Fondation des Femmes pour la Méditerranée, Sabine Salmon, présidente deFemmes solidaires, et Nathalie Tournyol du Clos, présidente de l’association Administration moderne. Un an et demi après sa création, le Laboratoire de l’égalité compte plus de 500 membres.
Le travail du Laboratoire de l’égalité a commencé avec le débat sur la réforme des retraites, qui, à ses débuts, avait omis de considérer les inégalités entre les hommes et les femmes au moment de la retraite, conséquence des inégalités à l’œuvre durant la vie active. Grâce à un intense lobbying et à la complicité des médias, la question des inégalités a émergé des débats pour finir par devenir centrale, même si la loi votée l’a insuffisamment pris en compte.
Depuis sa création, le Laboratoire de l’égalité s’est emparé de multiples sujets : la réforme des collectivités territoriales la question des rythmes scolaires, le congé parental… avant de travailler à un Pacte pour l’égalité qui est proposé à la signature de tous les candidats à l’élection présidentielle de 2012, et par lequel ils s’engageront sur vingt propositions concrètes en matière de parité et d’égal accès aux responsabilités ; d’égalité salariale et de lutte contre la précarité au travail ; de conciliation des temps de vie ; de développement d’une culture de l’égalité. Tous les candidats aux “Primaires ciyoennes” ont signé le Pacte pour l’égalité à la fin de l’année 2011. Le Pacte fait également l’objet de présentations en Régions afin que les acteurs locaux puissent se saisir de ses propositions.
En janvier 2012, Le Laboratoire de l’égalité a lancé une campagne de sensibilisation pour l’égalité femmes - hommes, déclinée en un film et des affiches, largement relayés par les médias et les diffuseurs.

19 Najat VALLAUD-BELKACEM, Ministre des droits de la femmes, porte-parole du Gouvernement

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search