Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Égalité - Parité

 | 
Xavier Bioy
, 
Marie-Laure Fages

Seconde partie. Parité et égalité : principes d'une nouvelle dynamique démocratique ?

Les collectivités territoriales et l’exigence de la parité

Olga Trostiansky

Texte intégral

1La démarche du Laboratoire de l’égalité s’inscrit dans une nouvelle philosophie de la militance pour l’égalité entre femmes et hommes : le militantisme féministe des origines s’exprimait souvent par des actions très visibles, en réaction à un ordre réactionnaire, destinées à marquer les esprits. Les jeunes féministes s’en inspirent d’ailleurs beaucoup, comme les interventions du collectif La Barbe ; toutes les associations continuent également à descendre dans la rue quand c’est nécessaire, aux côtés de leurs aînées.

2Parallèlement, les femmes ont appris à se structurer, à travailler en réseau, à mailler la société à tous ses niveaux : chercheurs, associations, politiques, responsables d’entreprise et syndicats ont des combats communs à défendre dans le cadre de l’égalité hommes – femmes. Ce travail en synergie permet de donner encore plus d’efficacité au lobbying, au dialogue avec les pouvoirs publics et d’obtenir une couverture médiatique plus importante.

3Par ailleurs, depuis quelques années, les hommes sont de plus en plus nombreux à considérer que l’égalité est l’affaire de toutes et tous et qu’ils doivent contribuer à construire un projet de société égalitaire. Ce travail de réseau et ce désir de mixité ont fondé le Laboratoire de l’égalité

I – LA FRANCE, TERRE DE STÉRÉOTYPES SEXISTES ET D’INÉGALITÉS

  • 1 www.weforum.org/issues/global-gender-gap

4Dans les comparaisons internationales, la France occupe une place peu enviable : 46e sur 134 dans le dernier “Gender Gap Index” du World economic forum sur l’égalité hommes/femmes1, avec des scores très clivés : la France est première pour ce qui concerne l’accès à la santé et l’éducation des filles et des femmes, mais 46e sur la parité et 127e sur les écarts salariaux !

  • 2 “Chiffres clés 2010 de l’égalité entre les hommes et les femmes”, Ministère des solidarités et de l (...)

5Le Laboratoire de l’égalité s’est appuyé l’état des inégalités en France, avec ces indicateurs connus2 et qui font largement consensus :

  • En matière d’accès aux responsabilités, on compte 18,5 % de députées et 10,5 % de femmes dans les conseils d’administration des entreprises ;

  • Sur la question des inégalités professionnelles, l’écart salarial toutes durées du travail confondues est de 27 % et 82 % des emplois à temps partiel occupés par des femmes. 68,7 % des “travailleurs pauvres” sont des femmes ;

  • Sur les retraites, le montant moyen de la retraite des femmes est inférieur de 38 % à celui des hommes ;

  • Pour ce qui concerne la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle, on constate que le taux d’emploi des femmes avec 3 enfants (dont 1 de - de 3 ans) est de 40 % contre 89 % pour les hommes. Chaque semaine, les hommes se consacrent 1h de moins que les femmes aux tâches domestiques et ont une heure de temps libre en plus ;

  • Les stéréotypes de genre restent prégnants, dans le système éducatif particulièrement : on compte ainsi 74,9 % de femmes dans les classes préparatoires littéraires mais 30,5 % en scientifique. Autre indicateur : 29 % seulement des créateurs d’entreprise sont des femmes.

6La France occupe le premier rang européen uniquement sur la part des femmes parmi les cadres : 39 % contre 32 % en Europe.

7Ces exemples révèlent la marge de progression française. Ces réalités sont connues grâce au travail des nombreuses chercheuses relayées par des associations féministes. Elles ont fait l’objet de plusieurs lois, mais jamais d’une mobilisation de grande ampleur associant hommes et femmes dans la proposition d’une société plus mature, plus intelligente et plus dynamique car mixte à tous les niveaux de responsabilité. Le Laboratoire de l’Egalité a pour objet de porter ce projet et de le diffuser.

  • 3 http://laboratoiredelegalite.files.wordpress.com/2011/03/enquc3aate-mediaprism-laboratoire-de-legal (...)

8Les Françaises et les Français sont prêts, demandent que tout soit fait pour construire l’égalité. Selon un sondage Mediaprism publié en mars 20113, pour 81 % des répondants, l’égalité femmes-hommes devrait être une préoccupation de tous et l’immense majorité demandent de la mobilisation et de l’action à ce sujet. Pour près des trois quarts des personnes interrogées, l’égalité hommes-femmes devrait être à l’ordre du jour de la prochaine élection présidentielle.

9Les objectifs de soutien de l’activité professionnelle des femmes, d’égalité entre femmes et hommes dans le monde professionnel, de conciliation entre vie professionnelle et vie familiale sont donc des objectifs relativement consensuels dans la population française et dans ses représentants syndicaux et/ou politiques. Le Laboratoire de l’Egalité propose qu’ils deviennent prioritaires et irriguent la réflexion économique et sociale.

II – LE LABORATOIRE DE L’ÉGALITÉ : UNE DÉMARCHE DE PARTAGE

10Les membres du Laboratoire de l’égalité sont des hommes et des femmes, d’horizons très divers, de sensibilités politiques plurielles, qui ont souhaité unir leur voix pour avancer sur la question de l’égalité professionnelle. Les quelque 500 membres du Laboratoire de l’égalité sont élu-es, chercheuses ou chercheurs, responsables syndicaux, d’entreprise, d’associations, journalistes, actrices ou acteurs de la blogosphère.

  • 4 Pascal BERNARD, vice-président de l’Association nationale des DRH, Armelle CARMINATI, présidente du (...)

11En janvier 2010, aux côtés des membres fondateurs du Laboratoire de l’égalité4, nous avons réuni 80 personnes au Comptoir général, dans le 10e arrondissement de Paris, pour présenter notre projet.

  • 5 Outre les membres fondateurs, le conseil d’administration compte Laurent DEPOND, vice-président Div (...)

12Les statuts de notre association ont été publiés au Journal Officiel du 24 avril 20105. A terme, le Laboratoire de l’égalité devrait être paritaire, reflétant ainsi dans son fonctionnement l’idéal de société porté par ses membres.

13Chacun, à son niveau, s’engage à faire avancer l’égalité dans son travail, à nourrir la réflexion du Laboratoire de l’égalité et à se faire le porte-voix de ses prises de position. Le Laboratoire de l’égalité est donc avant tout un lobby, qui en un peu plus d’un an d’existence a réussi à se faire entendre : présence massive dans la presse, notamment par la publication de tribunes ; rencontres avec les partis politiques, les syndicats, les partenaires sociaux ; organisation d’événements ; participation à des conférences et à des réunions publiques ; utilisation des nouveaux médias : le Laboratoire de l’égalité utilise tous les moyens pour se faire connaître et pour porter ses idées auprès du plus grand nombre.

14Le débat sur les retraites est une parfaite illustration de ce fonctionnement. Un groupe de travail s’est réuni sur le projet de réforme des retraites et nous avons commencé à interpeller les ministres en charge du dossier et à sensibiliser les partenaires sociaux. Lorsque les termes du débat ont été posés, début 2010, la question des inégalités entre les hommes et les femmes était hors sujet, au dire du ministre du Travail de l’époque, Eric Woerth.

15Refusant une réforme qui aggrave les inégalités entre hommes et femmes, le Laboratoire de l’égalité a formalisé 7 propositions pour modifier le projet gouvernemental et pour éradiquer à la source les faits générateurs d’inégalités durant les carrières professionnelles :

161. Supprimer le report de 65 à 67 ans pour l’âge d’attribution de la retraite à taux plein. Cette disposition est particulièrement préjudiciable pour les femmes. 30 % d’entre elles ont dû attendre 65 ans pour obtenir leur pension à taux plein sans décote.

172. N’adopter aucune proposition avant qu’une analyse par genre de l’impact de la réforme des retraites n’ait été produite. Le manque de chiffres rend difficile l’analyse spécifique de la situation des femmes. Le Conseil d’orientation des retraites, qui produit de nombreuses études, ne compte que 2 femmes sur 39 membres. Sa composition devrait être à parité.

183. Étendre le principe de la réversion aux conjoint-es pacsé-es. Face au succès du Pacs (175 0000 contrats signés en 2009 contre 250 000 mariages, chiffre en baisse), le principe de réversion devrait être élargi aux nouveaux couples.

194. Conserver l’ensemble des droits familiaux qui corrigent sans les effacer les inégalités entre hommes et femmes, comme les majorations de durée d’assurance. Cela doit être fait aussi longtemps que les inégalités qui se développent tout au long de la vie active n’auront pas été résolues.

205. Réduire les écarts de salaire entre femmes et hommes en prévoyant de sanctionner financièrement les entreprises qui n’auraient pas négocié un accord sur l’égalité professionnelle.

216. Améliorer la validation des périodes à temps partiel et pénaliser le travail à temps partiel subi. Les salariés à temps partiel, essentiellement des femmes, doivent réellement pouvoir cotiser sur la base d’un temps complet avec participation de l’employeur. Mais le temps partiel subi doit être pénalisé et le temps partiel “choisi” mieux réparti entre les hommes et les femmes.

227. Réformer le congé parental, qui pénalise les femmes au moment de leur retraite. Les carrières plus courtes et les inégalités de salaire s’expliquent en partie par le fait que les soins et l’éducation des enfants continuent d’incomber majoritairement aux femmes, dans un contexte de pénurie de modes d’accueil. Le Laboratoire de l’égalité demande que soit mis en œuvre, dans le même temps, un plan de développement massif des modes d’accueil des jeunes enfants (500 000 places en cinq ans) et un nouveau congé parental, plus court (un an au lieu de trois ans), mieux rémunéré (80 % du salaire antérieur plafonné à 1 800 euros bruts par mois) et partageable à égalité entre père et mère (les semaines non prises par l’un des deux seraient perdues).

23A force de lobbying, les médias ont fini par prendre conscience de l’enjeu et l’ensemble des partis politiques ont repris nos chiffres pour se positionner sur la question des inégalités entre les hommes et les femmes en matière de retraite, conséquence des inégalités à l’œuvre dans les carrières professionnelles.

24En dépit de l’éveil général des consciences, fruit du minutieux travail des membres du Laboratoire de l’égalité, la réforme des retraites telle qu’elle a été décidée par le Gouvernement et votée par le Parlement n’a presque pas répondu à nos attentes. La seule disposition qui allait dans le sens des propositions du Laboratoire de l’égalité, bien que très en deçà, à savoir une nouvelle disposition prévoyant des sanctions financières aux entreprises qui ne mettraient pas en œuvre l’égalité salariale (article 99), n’a, à l’heure de la rédaction de cette contribution, juillet 2011, toujours pas vu ses décrets d’application publiés.

25Cette démarche de partage vise évidemment les législateurs et le Gouvernement, mais nous travaillons également avec les organismes représentants les employeurs et les salariés. Pour les employeurs comme pour les syndicats, le travail des femmes et ce qu’il implique en terme rénovation des pratiques de formation, des progressions de carrière, des pratiques managériales constitue un immense champ de discussion qui n’a été pour l’heure qu’effleuré dans certaines entreprises. Inscrire dans l’agenda politique et social l’égalité est un objectif que nous poursuivons sans relâche car nous sommes persuadés qu’il contribuera à la création de bien être et de richesse pour l’ensemble de la population.

III – Innover pour promouvoir l’égalité

26La mixité des membres, la pluralité politique assumée et la volonté de consensus ne conduit pas à faire couler un robinet d’eau tiède sur le féminisme mais à assurer la transcription dans la réalité de l’égalité entre femmes et hommes.

27Le Laboratoire de l’égalité, au cours de sa première année d’existence, s’est exprimé à de nombreuses reprises : sur la réforme des collectivités territoriales ; lors du débat sur les rythmes scolaires ; sur les congés parentaux ; sur le monopole des hommes dans le monde culturel et artistique ; sur les élections cantonales. Pointer les insuffisances, suggérer des améliorations, les missions de lobbying du Laboratoire peuvent potentiellement concerner tous les sujets concernant l’égalité entre les femmes et les hommes.

28Nous ne négligeons pas le fait que les stéréotypes sexistes sont portés et reproduits par les hommes mais aussi par les femmes. Pour convaincre femmes et hommes, la qualité des expertises et des recherches nous est essentielle. Les contributions des chercheurs et des chercheuses ou des hauts fonctionnaires donne au Laboratoire de l’Egalité une légitimité dans le débat public. Ainsi, Dominique Méda, spécialiste du monde du travail nourrit la réflexion et les propositions de ses recherches et de ses rencontres. En se basant sur des chiffres et des analyses probants, le Laboratoire de l’Egalité entend jouer un rôle d’expertise.

29Mais au-delà de l’expertise, l’apport des réseaux professionnels et des associatifs permet de promouvoir des mesures concrètes soit d’ordre législatif soit d’ordre conventionnel. La diversité des parcours personnels, professionnels et politiques des membres du Laboratoire ouvre des portes sur des idées testées, soit dans d’autres pays soit dans certaines entreprises. A ce titre l’apport d’Armelle Carminati, de Pascal Bernard et de Laurent Depont venus du monde de l’entreprise ou de Nathalie Tournyol du Clos du secteur public est précieux pour proposer des mesures concrètes en validant leur possible application.

30Les réseaux associatifs jouent un rôle actif, Sabine Salmon de « Femmes solidaires » et moi pour la “coordination française du lobby européen des femmes” contribuons à faire partager ces réflexions auprès des associations engagées auprès des femmes. Ainsi, nous souhaitons organiser en France des forums de réflexion et de débat lors de la campagne présidentielle et diffuser les projets du Laboratoire afin qu’ils recueillent un soutien plus large encore.

31Enfin, la présence de Cécile Daumas, journaliste et l’appui de Frédérique Agnès de l’INSTITUT DE SONDAGE MEDIAPRISM permettent de favoriser la diffusion de ces idées vers le grand public en constituant pour la presse et les membres du laboratoire des dossiers complets reflétant l’état de l’opinion, de la recherche et des propositions favorables aux femmes comme aux hommes.

32Comme un laboratoire de recherche, nous travaillons ensemble à la construction d’hypothèses, testons leur fiabilité et cherchons à diffuser nos résultats le plus largement possible. La dimension de partage et d’innovation structure la démarche du laboratoire. Nous sommes sans cesse à la recherche de nouveaux contributeurs et de soutiens dans le monde professionnel.

IV – Faire de l’égalité entre les sexes un enjeu de l’élection présidentielle de 2012

33Profitant de l’échéance électorale majeure que sera la prochaine élection présidentielle, le Laboratoire de l’égalité a décidé de porter un Pacte pour l’égalité, qu’il présentera à la signature l’ensemble des candidats, et par lequel ils s’engageront sur des propositions réunies en quatre thématiques :

  1. Sur la parité et l’accès des femmes aux responsabilités, le Laboratoire de l’Égalité demande de :

    1. suspendre le financement des partis qui ne présenteraient pas 50 % de candidates aux élections ;

    2. légiférer sur la parité dans toutes les instances de décision publiques et privées.

  2. Sur l’égalité salariale et la lutte contre la précarité dans le travail, le Laboratoire de l’Égalité demande de :

    1. faire appliquer les lois sur l’égalité professionnelle assorties de sanctions financières ;

    2. pénaliser le recours au temps partiel subi.

  3. Sur la valorisation de l’implication des pères et la conciliation des temps de vie, le Laboratoire de l’Égalité demande de :

    1. allonger le congé paternité ;

    2. créer 500 000 places d’accueil de jeunes enfants.

  4. Sur le partage d’une culture de l’égalité, le Laboratoire de l’Égalité demande de :

    1. lutter contre les stéréotypes sexistes dès le plus jeune âge et former le personnel éducatif ;

    2. lancer une campagne d’intérêt général sur la lutte contre les stéréotypes de genre.

34Nous espérons ainsi ouvrir un dialogue public et faire aboutir un train de mesures favorables à l’égalité.

35Le Laboratoire de l’égalité étant dans une logique de pragmatisme, il ne demandera pas aux candidats à la présidentielle de s’engager sur des propositions irréalistes. Au contraire, le Laboratoire de l’égalité apporte une véritable boîte à idées en fournissant le mode d’emploi de chaque mesure.

36La reconnaissance des nouveaux modes de vie familiaux, les places des parents près des enfants, la valorisation symbolique et financière de l’engagement massif des femmes dans la vie professionnelle suscitent une attente forte de la part des femmes comme des hommes. Nous entendons donner aux politiques les clés pour ouvrir ces portes et débloquer une société dont le système social, fiscal, culturel et politique fonctionne trop souvent sur des stéréotypes issus d’un autre siècle.

37Nous restons convaincus que c’est en unissant nos voix, en portant la même parole, que l’on parviendra à sensibiliser les consciences, à faire pression sur le politique et faire évoluer la société.

Annexes

Annexe 1 : comparaisons européennes en matière d’égalité professionnelle

taux d’emploi en 2009 (%)

taux d’emploi en 2009 (%)

part des femmes et des hommes parmi les cadres en 2008

part des femmes et des hommes parmi les cadres en 2008

part des femmes et des hommes travaillant à temps partiel

part des femmes et des hommes travaillant à temps partiel

écart de rémunération non ajusté entre hommes et femmes en 2009 (%)

écart de rémunération non ajusté entre hommes et femmes en 2009 (%)

taux de chômage en 2009 (%)

taux de chômage en 2009 (%)

Annexe 2 : le pacte pour l’Egalité qui sera proposé à la signature des candidats à l’élection présidentielle.

1 - PARITÉ ET ACCÈS DES FEMMES AUX RESPONSABILITÉS

Que ce soit en politique, dans les entreprises, la fonction publique, les syndicats et les associations, les femmes n’accèdent que de façon encore minoritaire aux postes de responsabilité, de décision et de pouvoir. Les progrès vers la parité sont indispensables pour une démocratie digne de ce nom

1. Renforcer la parité en politique

a) Suspendre le financement des partis qui ne présenteraient pas 50 % de candidates aux élections. Instaurer une répartition équitable femmes-hommes selon des critères objectifs au regard de la probabilité de remporter une élection.

b) Introduire une représentation proportionnelle dans l’élection des conseillers territoriaux, pour atteindre 40 % de femmes élues.

2. Faire “exploser le plafond de verre” dans les entreprises et les services publics

a) Evaluer l’application de la loi portant à 40 % la part des femmes dans les conseils d’administration des entreprises. Pour les autres instances de décisions (directoires, comités exécutifs et comités de direction), rendre obligatoire un plan de progression de la mixité, avec comme objectif 50/50.

b) Imposer la d’atteindre la proportion de 40 % de féminisation, dans des instances de direction des trois fonctions publiques (d’Etat, territoriale et hospitalière) ainsi que dans les Etablissements publics. Mettre l’accent sur les universités. Exiger la parité de tous les modes de recrutement des hauts fonctionnaires : mixité des jurys de concours, parité dans les promotions internes. Mettre en place un dispositif de contrôle et d’évaluation.

c) Rendre obligatoire la publication des résultats sur l’atteinte de l’objectif de féminisation et les moyens mis en œuvre. Imposer la production d’indicateurs sexués dans les bilans sociaux annuels, dans le privé comme dans le public.

3. Faciliter, par tous les moyens, l’accès des femmes aux postes de décisions et de responsabilité dans les organisations syndicales et les associations.

4. Dans ces 3 secteurs, accompagner les femmes candidates à des fonctions électives et de responsabilité (mentoring, réseaux…). Mobiliser largement les élus sur la lutte contre les stéréotypes pour lever les freins au partage entre femmes et hommes de l’exercice du pouvoir.

2 - ÉGALITÉ SALARIALE ET LUTTE CONTRE LA PRÉCARITÉ

Aujourd’hui, l’écart entre les salaires masculins et féminins est de 27 %. Donnons-nous les moyens de réduire cet écart à 10 % en 10 ans

5. Mettre fin au travail à temps partiel subi

a) instaurer une prime de “précarité temps partiel” d’un montant équivalent à 10 % du salaire brut pour tous les contrats inférieurs au mi-temps.

b) majorer de 25 % les heures faites en dépassement de la durée prévue au contrat de travail.

c) obliger les entreprises à proposer un emploi à temps complet aux personnes à temps partiel après six mois de travail à temps partiel.

d) intervenir par décret pour limiter l’usage du temps partiel dans les secteurs où il fait obstacle au travail dans des conditions normales (grande distribution, commerce de détail, nettoyage, aide à domicile).

6. Appliquer le principe “à travail de valeur égale, salaire égal”

a) instaurer un plan de rattrapage des salaires féminins en 5 ans, après comparaison avec des emplois à prédominance masculine de la branche ou de l’entreprise, comparables en niveau de formation, charge mentale ou physique et responsabilités.

b) ne pas pénaliser les congés de toute sorte pour raison familiale non seulement pour les augmentations de salaire, mais pour toutes les décisions influant sur la carrière (formation, avancement, évaluation individuelle ou collective) et sanctionner les entreprises qui discriminent les femmes sur la base de ces absences.

Proportionner les objectifs individuels et collectifs et les performances au temps partiel, pour toute décision en matière de progression professionnelle, de salaire et de formation.

7. Développer la mixité des emplois

a) Favoriser l’ouverture des choix professionnels pour les filles comme les garçons et soutenir les jeunes qui font des choix de métiers atypiques.

b) Améliorer les conditions d’accueil des femmes dans les secteurs professionnels masculins pour qu’elles y restent, une fois embauchées.

8. Réformer l’impôt sur le revenu

Mettre fin à l’imposition globale des couples et individualiser l’impôt sur le revenu pour que l’impôt de chacun/chacune, quel que soit son état civil, soit juste et proportionnel à son salaire tout en maintenant bien sûr la prise en compte des charges de famille.

3 - TEMPS DE VIE ET IMPLICATION DES HOMMES

Les femmes assument les deux tiers des tâches domestiques et s’occupent trois fois plus des enfants. Créer les conditions d’un partage égal des tâches familiales et domestiques entre les hommes et les femmes

9. Donner les moyens à toutes les femmes de travailler après la naissance d’un enfant

a) Créer 500 000 places d’accueil des jeunes enfants. Garantir l’accueil des écoliers et la restauration scolaire, partout en France, pour tous les enfants, jusqu’à 18 h 30 ainsi que le mercredi et les vacances scolaires, en améliorant la formation et le statut des personnels qui s’occupent des enfants dans l’école.

10. Pousser les pères à s’impliquer dans la vie familiale

a) Instaurer un congé parental raccourci à un an, partagé entre les deux parents et rémunéré à hauteur de 80 % du salaire, jusqu’à 1 800 euros par mois.

b) Mettre en place une campagne de valorisation du partage égal des tâches quotidiennes familiales entre les hommes et les femmes

c) Reconnaître aux pères le droit de réclamer du temps pour leurs enfants et mettre en place des aménagements de l’organisation du travail pour y répondre.

d) Mettre fin aux temps de travail excessifs imposés et au culte du présentéisme, limiter les horaires atypiques.

11. Faciliter la conciliation pour le soutien aux parents dépendants

Aider les hommes et les femmes actifs qui soutiennent un parent dépendant en renforçant le système public de prise en charge professionnelle des personnes âgées à domicile et en instaurant un droit à l’aménagement du temps de travail pour leur apporter l’aide complémentaire nécessaire sans interrompre leur emploi.

4 - PARTAGE D’UNE CULTURE DE L’ÉGALITÉ

Lutter contre les stéréotypes sexués qui limitent les ambitions et orientent les projets de vie des filles et des garçons, agir pour promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes

Dans l’éducation

12. Établir un “Contrat pour l’égalité” dans l’éducation à tous les niveaux, depuis les établissements d’accueil de la petite enfance, les écoles, collèges et lycées, jusqu’à l’université.

a) Rendre obligatoire une formation spécifique des enseignants et des équipes éducatives sur les représentations stéréotypées des rôles des femmes et des hommes. Mettre au point et diffuser une pédagogie et des outils de l’éducation à l’égalité entre femmes et hommes dès le plus jeune âge.

b) Réformer les contenus et supports pédagogiques qui véhiculent ces représentations stéréotypées : littérature enfantine, manuels scolaires… Assurer une éducation à une sexualité respectueuse de soi-même et d’autrui. Créer dans les établissements scolaires des “observatoires du respect entre les filles et les garçons”. Créer des unités d’enseignements sur l’égalité femmes hommes et “le genre” dans les universités et les grandes écoles.

c) Élargir l’éventail des choix d’orientation scolaire pour faire évoluer les images sexuées des métiers et des rôles familiaux des femmes et des hommes. Favoriser des orientations diversifiées pour constituer des “viviers” de femmes et d’hommes dans toutes les filières et sur tous les métiers, surtout ceux qui sont porteurs d’emplois.

Dans les médias

13. Instaurer un label distinguant les médias adaptés et exempts de stéréotypes, notamment dans la publicité, quel que soit le support (affiches, télévision, internet…).

14. Mener une Campagne d’intérêt général en lien avec le Conseil supérieur de l’audiovisuel, pour l’élimination des stéréotypes sexistes et toutes forme de communication qui maintiennent les femmes et les hommes dans des rôles “convenus” dans un système général de domination des femmes par les hommes.

Axe transversal - LES MOYENS DE CETTE ÉGALITÉ

Une politique et un dispositif national à la hauteur des enjeux

15. Créer un ministère de l’Égalité femmes hommes et lancer un Plan global pour l’égalité femmes-hommes en France, structuré, coordonné et cohérent, avec des objectifs et des indicateurs de mesure des avancées réalisées dans chaque domaine. Décliner un programme inter-ministériel, nommer des “correspondants égalité” dans tous les ministères, avec une formation des acteurs concernés.

16. Créer un centre de ressources, pour produire des statistiques et des analyses, ainsi que pour collecter et partager des bonnes pratiques.

17. Déployer des moyens financiers adéquats.

Un développement à l’échelle européenne et internationale

18. Développer les échanges de pratiques et la mise en réseau à l’échelle internationale et européenne, pour tous les champs concernés par ce Pacte.

19. Contribuer à déployer les financements européens et la répartition des fonds structurels sur la thématique de “genre” à tous les niveaux.

20. Promouvoir la Charte de l’égalité entre les femmes et les hommes dans la vie locale, portée par le Conseil des communes et des régions d’Europe ; apporter un “bonus” ou un soutien aux collectivités qui s’engagent (villes, départements, régions).

Notes

1 www.weforum.org/issues/global-gender-gap

2 “Chiffres clés 2010 de l’égalité entre les hommes et les femmes”, Ministère des solidarités et de la cohésion sociale.

3 http://laboratoiredelegalite.files.wordpress.com/2011/03/enquc3aate-mediaprism-laboratoire-de-legalitc3a9-les-femmes-et-la-prc3a9sidentielle2.pdf

4 Pascal BERNARD, vice-président de l’Association nationale des DRH, Armelle CARMINATI, présidente du réseau Accent sur elles, Cécile DAUMAS, journaliste à Libération, Caroline DE HAAS, animatrice d’Osez le féminisme, Corinne Hirsch, déléguée générale de la Fondation des Femmes pour la Méditerranée, Sabine SALMON, présidente de Femmes Solidaires, Nathalie TOURNYOL DU CLOS, présidente de l’association Administration moderne et Olga TROSTIANSKY, présidente de la Coordination française pour le Lobby européen des femmes.,

5 Outre les membres fondateurs, le conseil d’administration compte Laurent DEPOND, vice-président Diversité du groupe France Télécom-Orange, François FATOUX, délégué général de l’Observatoire de la responsabilité sociétale des entreprises, et Catherine TRIPON, porte-parole de L’Autre Cercle.
Un comité d’orientation est attaché au Laboratoire de l’égalité, incluant Abdel AÏSSOU, directeur général délégué du groupe Randstad France, Jérôme BALLARIN, président de l’Observatoire de la parentalité en entreprise, Christian BAUDELOT, sociologue, Marie-Line Brugidou, syndicaliste, Pascal CHARVET, directeur de l’ONISEP, Mercedes Erra, présidente de BETC Euro RSCG, Jeanne FAGNANI, sociologue, Eric FASSIN, sociologue, Geneviève Fraisse, philosophe et historienne, Sylviane GIAMPINO, psychanalyste et psychologue, Sihem HABCHI, présidente de Ni putes ni soumises, Françoise HÉRITIER, anthropologue, Maryse HUET, économiste, vice-présidente d’Arborus, Laurence LAIGO, syndicaliste, Marie-Thérèse LANQUETIN, juriste, Jacqueline LAUFER, sociologue, Margaret MARUANI, sociologue, Françoise MILEWSKI, économiste, Michel MINÉ, juriste, Janine MOSSUZ-LAVAU, politologue, Béatrice OUIN, CFDT, membre du Conseil économique et social européen, Rachel SILVERA, économiste, Mariette SINEAU, politologue, Serge TISSERON, psychiatre et psychanalyste, et Catherine VIDAL, neurobiologiste.

Table des illustrations

Titre taux d’emploi en 2009 (%)
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/703/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre part des femmes et des hommes parmi les cadres en 2008
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/703/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre part des femmes et des hommes travaillant à temps partiel
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/703/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre écart de rémunération non ajusté entre hommes et femmes en 2009 (%)
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/703/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre taux de chômage en 2009 (%)
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/703/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

Auteur

Adjointe au Maire de Paris, Chargée de la Solidarité, de la Famille et de la lutte contre l’exclusion, Membre fondatrice du Laboratoire de l’Egalité

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540