Version classiqueVersion mobile

Les chemins de Saint-Jacques à l’épreuve des temps

 | 
Philippe Delvit
, 
Florent Garnier

Postface

En sortant des chemins...

Philippe Delvit

Texte intégral

1Pour les marcheurs de Saint-Jacques…

2Honneur à eux, à elles, qui savent la dureté du Chemin ; la force du soleil, du froid glacial, du vent desséchant, de la pluie pénétrante.

3Honneur à eux, à elles, qui subissent les multiples atteintes que le Chemin porte au corps physique : crampes ; raideurs ; inflammations et autres ampoules dont les pieds sont le repère et le gisement préférés, …

4Honneur à eux, à elles qui dépassent les multiples atteintes portées par le Chemin au moral, découragement, lassitude, abandon, rejet de soi…

5À un moment où la Route de la soie, un long itinéraire de plusieurs milliers de kilomètres, est l’un des thèmes favoris de la culturelle et offensive communication d’une Chine conquérante ; à un moment où l’UNESCO a marqué de sa faveur la Route de l’encens, les Routes construites par le pouvoir de l’Inca en Argentine, le limes des confins de la Germanie romaine, il n’est pas vain de jeter le regard sur d’autres routes, celles de Saint-Jacques.

6Une très ancienne histoire déjà, que la légende met en musique précocement.

7Après les nombreux combats menés, las, l’empereur Charlemagne prend du repos.

« Aussitôt il vit dans le ciel une sorte de chemin formé d’étoiles qui commençait à la mer de Frise, et se dirigeant entre le Germanie et l’Italie, entre la Gaule et l’Aquitaine, passait tout droit à travers la Gascogne, le Pays basque, la Navarre, et l’Espagne jusqu’en Galice, où reposait alors inconnu le corps du bienheureux saint Jacques ».
Historia Karoli Magni et Rotholandi-Histoire de Charlemagne et de Roland
Chapitre I-Comment l’Apôtre apparut à Charles
(texte du XIIe siècle).

8C’est à Condom en Gascogne, et donc sous le regard des étoiles, que durant deux jours bien plaisants d’octobre 2018 se sont réunis juristes ; connaisseurs du patrimoine et du terrain ; historiens ; acteurs et usagers jeunes – nous les distinguons spécialement pour leur enthousiasme – d’autres moins jeunes ; curieux des chemins de Saint-Jacques ; décrypteurs et amateurs de ces liens multiples d’une sociabilité de terrain.

9Tous s’installèrent de manière conviviale et sympathique dans le Théâtre municipal de Condom-l’ancienne église des Frères de Notre-Dame du Mont Carmel, autre invitation à un voyage lointain. Tous ont ensemble suivi la destinée singulière d’un itinéraire multiple né il y a bien longtemps sous la voûte céleste, et disparu longuement dans la mémoire des hommes, même si en subsistent dans la mémoire collective tellement de traces (Stéphane Bourdoncle pour les pays d’Oc).

10Les Chemins sont la voie du pèlerinage, un exercice très présent dans la spiritualité médiévale depuis le haut Moyen Âge, avec des perspectives que le temps modifie : du pèlerin protégé à l’errance régulée, avec un pèlerin désormais tenu en suspicion (Marie Bassano).

11Les Chemins sont aussi et bien sûr un itinéraire initiatique (Georges Bertin) où l’on trouve à se ressourcer ; à se dépasser peut-être en pensant autre et ailleurs dans son corps et sa tête (Hélène Brunet de Courrèges).

12Mais pour emprunter ces itinéraires, faut-il encore trouver la piste en suivant telle bonne étoile qui s’offre ou se découvre.

13Une gestation en définitive heureuse et réussie a réintroduit récemment ces voies dans le concert de la vie d’aujourd’hui, non sans détours complexes (André Cabanis).

14Il a fallu immédiatement organiser la pérennité de ces organismes frêles et recréés, linéaires fragiles dans les territoires de notre siècle, en liaison avec les acteurs institutionnels du terrain de la donne politique (Jean-Charles Jobart).

15Il a fallu en définir l’assise juridique pour leur donner aussi une existence dans notre état de droit : les marcheurs rencontrent tant les propriétés publiques, que privées (Christian Lavialle).

16Que loin de diables, démons, sorciers et sorcières il a fallu sur ces chemins parer du mieux les éléments imprévisibles susceptibles de menacer la sécurité toute matérielle des marcheurs (Charles-André Dubreuil).

17Il a fallu surmonter et dépasser les limites héritées de la géographie du pouvoir, un pouvoir évidemment multiséculaire et souvent éloigné des choses de la religion. Les Chemins vont de Gascogne en Béarn et au Pays basque (Renaud Carrier), et outre mont depuis les terres d’Aragon dans les Espagne (Michel Martinez). Ainsi loin vers l’Ouest, dans cette Galice, ce Finisterre où l’Apôtre de la légende jacquaire aurait confié ses restes à la terre, les Chemins vont à Compostelle et y aboutissent après de si longues pérégrinations (Manuel Seco Lamas).

18Il n’est pas anodin de constater d’ailleurs comment et combien ce « bien culturel » dont on fête le vingtième anniversaire (2018) de l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO est un bel outil de communication et de partage durable.

19Les Chemins savent aussi prendre le tournant de la dernière modernité, la nôtre. Elles le font par des usages nouveaux, qui s’écartent des racines de la tradition. Les réseaux sociaux en portent et conservent les traces, et celles de l’expérience vécue par eux et sur eux (Christophe Alcantara).

20Mais celles et ceux qui sont la plus parfaite illustration de cette modernité non pas subie, mais voulue et désirée, sont notre génération montante, les lycéens de Bossuet, et leur initiatrice, Marielle Agostini.

21Elles et eux de Condom et d’ailleurs ont su dire et faire vivre ce qu’étaient pour elles et eux les Chemins, sous les étoiles (Marielle Agostini et les lycéens de Bossuet).

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search