Desktop versionMobile version

Les chemins de Saint-Jacques à l’épreuve des temps

 | 
Philippe Delvit
, 
Florent Garnier

Le chemin de Saint‑Jacques‑de‑Compostelle entre le sacré et le profane

Manuel Seco Lamas

Full text

1Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle s’érigent comme un témoignage privilégié, irremplaçable et exceptionnel de ce qui fut une partie de notre histoire. Telle est la spécificité de ces chemins, leur permanence d’âge en âge, leur pérennité qui constitue leur essence primaire. Au-delà de la foi chrétienne, l’appel du chemin, dont tant de marcheurs parlent, serait lié au souvenir de toutes ces femmes et hommes qui le parcoururent pendant des siècles. L’histoire de ces chemins reflète les vicissitudes de l’histoire d’Occident, le flux de pèlerins rappelle dans son nombre des épisodes de paix et de guerre, de famine, de maladies, de crises économiques. L’UNESCO rend compte de l’importance de cette empreinte millénaire en inscrivant, à ce jour, les chemins français et espagnols sur la Liste du patrimoine mondial, en leur reconnaissant de ce fait leur valeur universelle exceptionnelle. Tel un miroir, les chemins de Compostelle semblent se situer hors du temps pour commémorer le passé et nous permettre de revisiter le reflet de notre histoire. Vouloir dissocier le chemin de son époque, de son contexte, irait à l’encontre des valeurs qu’il incarne, à l’encontre de son âme.

  • 1 Document, délivré par la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, accréditant que l’on a accomp (...)

2Nous assistons de nos jours à un vrai essor de Compostelle et des différents chemins qui y mènent, multipliant chaque année le nombre de visiteurs, aussi bien pèlerins que touristes. En octobre 2018, l’Oficina del peregrino de la ville de Saint-Jacques-de-Compostelle accueillait avec joie le 300 000e pèlerin, qui recevait la célèbre compostela1 entouré des autorités politiques et ecclésiastiques. Du fait que cet événement a eu lieu deux mois plus tôt que l’année précédente, tout porte à croire que plus de 320 000 compostelas ont été attribuées pour l’année 2018. Et il faut dire que ces chiffres ne tiennent pas compte des marcheurs qui parcourent les différents chemins vers Compostelle chaque année sans pour autant arriver à la ville apostolique.

3S’il est difficile de comptabiliser, de façon exacte, l’afflux réel de marcheurs foulant ces chemins d’histoire, il est intéressant d’analyser les données dont nous disposons pour comprendre ce renouveau et cette croissance exponentielle. Car, si en 2018 nous parlons d’ores et déjà d’un chiffre record qui va même au-delà des chiffres de 2010 – dernière année jacquaire, qui comptait 272 417 compostelas attribuées – il y a dix ans seulement, en 2008, on ne comptait que 125 758 pèlerins. Si l’on remonte quelques années auparavant, en 1993, date cruciale pour le pèlerinage à Compostelle, on compte 99 436 pèlerins. Enfin, avant 1986, excepté l’année jacquaire de 1982, la cathédrale ne délivrait pas plus de 1 000 compostelas par an.

  • 2 Inventio est un terme latin qui signifie « trouvaille », « découverte ». Il s’agit du mot utilisé (...)

4Cette réactivation du chemin, cette nouvelle inventio2 du pèlerinage vers le tombeau à Compostelle, est due en grande partie à l’institutionnalisation du pèlerinage et des chemins de Compostelle. Cette prise en charge institutionnelle débute durant la première moitié du XXe siècle, se concrétise vers la fin des années 1980 et le début des années 1990, et donne lieu à la croissance que l’on connaît aujourd’hui. Je ne ferai qu’évoquer dans cet article les actions scientifiques et culturelles qui ont été menées par de nombreux chercheurs tout au long du XXe siècle. Nous pouvons notamment citer les travaux de Vázquez de Parga en Espagne ou la première exposition à Paris « Pèlerins et Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France et en Europe au cours de dix siècles » aux Archives Nationales en 1965. En effet, pendant très longtemps les chemins avaient été laissés entre les mains de quelques pèlerins, mais aussi et surtout de quelques savants ainsi que de l’Église. Je ne reviendrai pas non plus sur le rôle des institutions ecclésiastiques, mais je me dois de préciser qu’en aucun cas je ne néglige l’importance de l’Église tant dans son rôle de vecteur de flux des pèlerins, que dans celui d’acteur du renouveau du pèlerinage. Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle ont toujours oscillé entre le pouvoir ecclésiastique et le pouvoir civil et ce depuis leur conception, même à une époque où ces deux pouvoirs se confondaient et se complémentaient. Cette dualité, cette ambigüité, fait également partie de ce qui constitue l’essence même de ce pèlerinage.

5Pour cet article, j’ai décidé de m’intéresser à la frénésie institutionnelle engendrée par le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, que l’on voit naître notamment en Espagne et en France, mais aussi au Portugal et en Italie, ainsi qu’au sein des institutions européennes. Le pouvoir civil – voire laïque – prend en main dès lors, quelque chose qui relève de la foi chrétienne mais avant tout quelque chose qui relève du patrimoine. La valeur universelle exceptionnelle de ce patrimoine commun se verra alors reconnue grâce aux efforts institutionnels. Attardons-nous sur quelques dates importantes afin de mieux comprendre la situation que nous connaissons aujourd’hui. Il s’agit d’une liste non exhaustive mais significative du parcours qui a été celui des institutions locales, nationales et internationales des territoires traversés par les routes vers Compostelle.

6En juillet 1950, Jean Babelon, Georges Gaillard, Jeanne Vielliard et René de La Coste-Messelière, fondent la Société française des Amis de Saint-Jacques-de-Compostelle, illustre précurseuse de toutes les associations jacquaires actuelles. La France s’est toujours intéressée aux chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, de par sa situation géographique, passage obligatoire des marcheurs européens vers l’Espagne. De ce fait, ce pays déborde d’histoire et de patrimoine jacquaire, il n’est donc pas anodin que ce soit un des premiers pays à développer des démarches pour un renouveau du chemin. En 1962, le gouvernement espagnol déclare, le Camino Francés en Espagne, un ensemble historico-artistique, et crée le Patronato del Camino. Cette date n’a rien d’hasardeuse. Le 9 février 1962, Fernando María Castiella, alors ministre des affaires étrangères du gouvernement de Franco, transmet le dossier de demande d’adhésion de l’Espagne à la Communauté Économique Européenne. Le ministre d’Information et du tourisme, Manuel Fraga Iribarne, voyait dans le Camino Francés, une opportunité unique de dynamisation touristique et de renouement des liens historiques et culturels avec l’Europe. L’histoire de cette route incarnait parfaitement la communication entre les peuples et les cultures européens. En définitive, la route vers Saint-Jacques-de-Compostelle la plus européiste du territoire espagnol, le Camino Francés, était un moyen privilégié d’exporter une image plus aimable de l’Espagne dictatoriale. Le Patronato del Camino, qui devait être l’organisme en charge de la redynamisation et la mise en valeur de cette route, a échoué dans ses objectifs, et disparu donc quelques années plus tard. Un autre organisme d’État voit le jour en 1964, le Real Patronato de la Ciudad de Santiago. Cet organisme s’occupe, non pas de la mise en valeur et du renouveau de la route, mais de la ville de Compostelle et de son tombeau. Cette entité, représentée par les administrations locale et nationale, ainsi que l’Église, met en place une série de travaux de rénovation dans la ville, de même qu’une modeste campagne de valorisation touristique.

7En 1963 naît à Estella en Espagne, Los Amigos del Camino de Santiago, homologue de la Société française des Amis de Saint-Jacques. Cette première association jacquaire espagnole verra, très vite, proliférer autour d’elle d’autres associations avec un même objectif : promouvoir localement la marche vers Compostelle. En 1965, année du jubilée jacquaire, un document d’accréditation du pèlerin est mis en place, il s’agit de l’ancêtre de notre compostela, instaurée en 1982. D’autres actions visant à valoriser et protéger le pèlerinage sont menées, notamment l’instauration d’un passeport du pèlerin. Cette mesure, impulsée par la Société Française des Amis de Saint-Jacques, répond à des problèmes légaux concernant le passage des marcheurs. Toute une législation est repensée afin d’instaurer un cadre légal sûr, pour les marcheurs mais également pour les habitants. Les institutions reprennent alors, les anciennes lois de passage transfrontalier rappelant les sauf-conduits que l’on donnait aux pèlerins pour cause de pénitence ou de dévotion.

8Il faut dire que la fréquentation n’est pas à la hauteur de leurs attentes. L’effet à court terme des actions mises en place ne se fait pas ressentir. En effet, durant l’année jacquaire de 1982, dans le contexte d’instabilité politique et de création des communautés autonomes que connaît l’Espagne postfranquiste, quelques 1 900 pèlerins arrivent, tout de même, à Compostelle. Le Ministère de Tourisme du gouvernement espagnol décide donc de lancer une campagne de promotion avec la publication du Guía del peregrino, Camino de Santiago. Cette revue recueille des travaux d’experts du Camino Francés parmi lesquels on peut citer le curé Elías Valiña. Par souci de mémoire, on voit également apparaître l’implantation de la compostela et de l’Oficina del peregrino, cette dernière faisant office d’observatoire du chemin. Le gouvernement retravaille également l’image du pèlerinage, en usant de personnalités, notamment avec la venue à Compostelle du Pape Jean Paul II, le 9 novembre 1982. Dans les années 1980, la frénésie institutionnelle s’accélère. En 1984, l’Asociación de amigos dos Pazos [manoirs en galicien] accomplit un travail très important, de valorisation et de promotion du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, auprès des institutions européennes. L’année suivante, en 1985, l’UNESCO inscrit la ville de Compostelle sur la Liste du patrimoine mondial. La visibilité des chemins de Saint-Jacques et la ville de Compostelle, ultime joyau de ces routes millénaires, commence à avoir une dimension non seulement européenne, mais également mondiale.

9Le Conseil de l’Europe décide, le 23 octobre 1987, de déclarer les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, Premier itinéraire culturel européen. Cette distinction reconnaît la valeur des chemins comme vecteur d’une histoire, d’une culture et d’une mémoire commune. De nombreuses associations sont créées sur le territoire européen, et vont se réunir à Jaca lors du Congrès International d’Associations Jacquaires. Les échanges lors de cette rencontre furent d’une immense richesse, et feraient l’objet d’un autre article.

10Les années 1990 sont cruciales pour l’essor du pèlerinage. En 1991, le gouvernement de Galice développe un plan pharaonique de promotion touristique en prévision de l’année jacquaire de 1993. Les chemins de Saint-Jacques et la ville de Compostelle deviennent les emblèmes de ce projet, qui reçoit le nom de Xacobeo. Entre 1991 et 1992 plusieurs institutions sont créées en Galice et en Espagne pour promouvoir le pèlerinage et le tourisme, dans les villes et communes traversées par les routes vers Compostelle. Le Consejo Jacobeo, présidé par le Ministre de la Culture, réunit autour d’un même projet toutes les régions traversées par le Camino Francés, ainsi que les Asturies pour ce qui est du Camino del Norte. L’objectif du Consejo Jacobeo est de trouver des stratégies et des plans communs, en matière touristique, culturelle et patrimoniale – notamment dès lors qu’une année sainte approche. Aujourd’hui, pour de nombreux experts, les démarches menées par cet organisme restent encore trop modestes par rapport aux expectatives et aux possibilités d’action.

11En 1991, Turismo de Galicia forme, également, l’organisme public de la Sociedade Anónima de Xestión do Plan Xacobeo [la Société Anonyme de Gestion du plan Xacobeo en galicien]. La S.A. Xacobeo a pour mission de gérer les services communs du réseau d’auberges de la région, et de coordonner la programmation culturelle liée à la promotion et la valorisation du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle en Galice, en particulier pendant les années saintes jacquaires. Il est créé en 1991 afin d’assurer la préparation et la communication de l’évènement culturel lié à l’année jacquaire de 1993 : le Xacobeo 93. Nous retrouvons également à la même période, Turgalicia, une société galicienne d’image et de promotion touristique qui joua un rôle crucial dans la promotion du chemin.

12La France aussi va mesurer l’importance et la nécessité de créer des stratégies communes en matière de protection, de promotion et de valorisation des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. En 1990, les Conseils Régionaux de Midi-Pyrénées, d’Aquitaine et de Languedoc-Roussillon se réunissent avec le but de coopérer et d’œuvrer en commun pour dynamiser, animer et valoriser les routes de pèlerinage de leurs territoires. Ils fondent l’Association de Coopération Interrégionale « Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle », un organisme qui accompagne les collectivités territoriales et locales, mais aussi les hébergeurs, les offices de tourisme, ainsi que les associations et les personnes qualifiées en termes de promotion et de valorisation des routes jacquaires. Depuis 2015, l’association est en Convention avec l’État pour la constitution et l’animation d’un réseau d’acteurs du Bien culturel « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France », inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1998. Elle devient dès lors « agence » tout en conservant son statut associatif. Aujourd’hui, l’Agence des chemins de Saint-Jacques (ancienne ACIR-Compostelle), travaille toujours pour la construction d’outils communs en matière de promotion touristique, de développement scientifique, culturel et pédagogique, ainsi qu’en matière de savoir-faire pour ce qui est de l’accueil et de la signalétique.

13En 1993 la Galice dévoile le Xacobeo, qui est désormais un grand évènement culturel où le patrimoine est à l’honneur, pourvue d’une riche et variée programmation artistique. Son succès en est indéniable. Le 10 décembre de cette même année, le comité du patrimoine mondial de l’UNESCO réuni à Cartagena en Colombie, inscrit le Camino Francés sur la Liste du patrimoine mondial. Il en sera de même pour les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France, le 2 décembre de 1998, suite à la réunion du comité du patrimoine mondial à Kyoto au Japon. Le chemin traversant les territoires espagnols et français, acquit dès lors, une valeur universelle exceptionnelle. Il fait désormais partie du patrimoine commun à toute l’Humanité, avec les droits et les devoirs qu’une telle distinction exige. En 2015, une annexe à la déclaration de 1993, spécifie que les chemins du nord de l’Espagne figurent désormais sur la Liste du patrimoine mondial. Les inscriptions sur cette prestigieuse Liste, des routes traversant les deux pays, reconnaissent une valeur commune à cette route. Cependant, elles préconisent également pour chaque pays, leurs propres façons de gouverner, protéger, promouvoir et valoriser le chemin. Les institutions françaises et espagnoles font désormais preuve, d’une volonté de travailler en symbiose, dans l’attente que d’autres chemins de Compostelle européens les rejoignent progressivement sur la Liste du patrimoine mondial.

14Le Xacobeo n’est pas à l’origine de l’essor du pèlerinage à Compostelle, mais il en est la manifestation. Le nombre de pèlerins et de touristes n’a pas cessé de croître depuis le Xacobeo 93. Aujourd’hui, chaque année est un nouveau record de fréquentation, dépassant même celle des années saintes jacquaires. Le Xacobeo est l’expression même de la frontière étroite entre le sacré et le profane. C’est cette dualité qui caractérise le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, et ce depuis sa conception, puisqu’il est lié à la célébration des années saintes jacquaires. À l’origine, le Xacobeo devait être, selon son propre concepteur Victor Manuel Vázquez Portomeñe, source de modernisation et de promotion pour la Communauté Autonome de Galice. Il devait être également un moyen de démocratiser le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle en l’élargissant à des marcheurs dont les motivations seraient autres que la foi chrétienne.

15Tout au long des années 1990, grâce à l’aide des associations jacquaires espagnoles, françaises, portugaises ou encore italiennes, voire européennes, une campagne de promotion et d’amélioration des routes, s’est mise en place. Les efforts institutionnels pour la réactivation des routes de pèlerinage ont donné des résultats bien au-delà de leurs attentes. Quant à lui, l’événement Xacobeo marque le début d’une nouvelle inventio du chemin, très proche du secteur touristique. En parallèle de cette démocratisation du Chemin, il opère également un phénomène de « touristification », souvent exacerbé, dont attestent notamment la massification de certaines routes de pèlerinage, la prolifération de tour-opérateurs ou de trains touristiques permettant d’arriver à Compostelle, mais aussi l’apparition de chaînes de boutiques souvenirs ou autres établissements du secteur tertiaire remplaçant les commerces locaux.

16La création d’un événement touristique est une arme à double tranchant, d’autant plus lors qu’il est lié à une festivité ou une pratique religieuse. Cette dualité est très présente pour ce qui est des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. D’un côté, les autorités s’engagent à protéger ce bien patrimonial, historique et culturel, et contribuent à sa démocratisation et à sa mise en lumière. D’un autre côté, l’aspect touristique du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, en fait un enjeu politique et mercantile. Le chemin devient une marque ; une marque qui vend et dont les bénéfices sembleraient remplacer les vertus. La route perdrait donc de son authenticité et de sa singularité au profit d’un chemin plus universalisé, paisible et confortable. Elle perdrait d’une certaine façon sa spécificité et ne serait dès lors plus qu’un simple chemin de randonnée parmi tant d’autres. Certes, les bénéfices économiques sont indéniables – même si nous pourrions débattre sur les inégalités de répartition de ces derniers – mais il convient de prendre du recul et d’adopter une posture plus neutre. Les institutions ne doivent pas perdre de vue le sens ce cette route. Le tourisme se doit de respecter les valeurs incarnées par le chemin, tout comme le chemin se doit de s’ouvrir à un éventail de motivations et de profils divers.

17Le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle a toujours oscillé entre le sacré et le profane, depuis sa conception même, à l’inventio du tombeau de l’apôtre Jacques en Galice au IXe siècle. Il n’était pas anodin de voir que certaines routes de pèlerinage étaient plus soutenues que d’autres en termes d’infrastructures, de lois de protection du pèlerin, ainsi que de promesses, de privilèges et de récompenses. Les routes de pèlerinage venaient ainsi, non seulement, renforcer l’unité doctrinale de l’Église, mais également étendre et consolider « la légitimité des royaumes chrétiens sur les terres d’Europe […] et la viabilité des relations commerciales [qui] se sont superposées à la fragmentée réalité politique et économique du haut Moyen Âge ». Raymond Oursel, dont j’emprunte ici quelques mots de son œuvre Les pèlerins du Moyen Âge, écrit également :

  • 3 R. Oursel, Les pèlerins du Moyen Âge, Mensil-sur-l’Estrée, Fayard, 1963, p. 105.

18« Pour les princes et les pays chrétiens d’Espagne, au contraire, le « chemin de Saint-Jacques », cette trouvaille géniale qui répond sur la terre à la nébuleuse inscrite de toute éternité dans la profondeur du firmament, est l’artère de vie par où les hommes et les échanges déferlent en vagues pressées. Il soutient comme une voie sacrée l’urgence nationale qu’une tâche primordiale accapare : asseoir contre l’Islam, et avancer coûte que coûte le boulevard de la Chrétienté3 ».

  • 4 X.L. Barreiro Rivas, La función política de los caminos de peregrinación en la Europa Medieval: (e (...)

19Nous pouvons alors parler d’une instrumentalisation du chemin, d’un passage continue entre le sacré et le profane. Cette pensée peut sembler extrême, mais telle est la réalité de cette route. La théorie de Xosé Luis Barreiro Rivas4 n’est pas inintéressante. Elle s’axe autour de la distinction nécessaire entre pèlerinages et routes de pèlerinage, deux termes qui, selon l’auteur, s’impliquent mais ne se mélangent pas. Pour ce qui est des pèlerinages, ils constituent l’acte individualisé de pérégriner, susceptible d’être classé méthodologiquement en raison des motivations de chaque voyageur. Quant aux routes de pèlerinage, autrement dit les chemins de pèlerinage, elles sont une particularité de la religiosité du médiéval, et constituent l’organisation collective des motivations individuelles, qui acquièrent dès lors une dimension sociale, un objectif collectif, une importance elle aussi collective.

20Nous rencontrons aujourd’hui, une série de problèmes et de conflits, que l’on soulève dès lors que l’on s’intéresse à l’institutionnalisation contemporaine du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Face à ces problèmes, nous nous devons de trouver des solutions adaptées, comme par exemple un tourisme plus vert et plus responsable, ainsi que la mise en place d’un cadre législatif de protection de la culture, des commerces locaux et des habitants. De la même manière, nous assistons à présent à des conflits entre les différents acteurs mobilisés par le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle et de ses multiples facettes : l’histoire, le patrimoine, le tourisme, la religion, la spiritualité, la marche, l’accueil, la nature ; autant de faces d’une même pièce qui font que souvent les compétences de l’un piétinent celles de l’autre. Cette hétérogénéité est souvent source de malentendus, de conflits interinstitutionnels, voire d’actions identiques menées en parallèle par des organismes différents.

21Or, il est important de rappeler que l’institutionnalisation du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle a également permit la démocratisation de ces routes de pèlerinage. Toutes ces motivations, qui ne s’excluent pas pour autant entre elles, contribuent à alimenter la richesse de ce chemin d’histoire. L’historicité, l’hétérogénéité et la pérennité constituent l’essence même de ce pèlerinage. Les institutions, associations et organismes doivent poursuivre un même but, la protection, la valorisation, la promotion, la mise en lumière et la diversification des routes vers Compostelle. La communication est la clef pour la mise en place d’une stratégie commune, efficace, adaptée, évolutive mais pas figée.

22Alors que l’on se questionne sur la dualité entre sacré et profane accompagnant le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, et que l’on admet les conflits et les problématiques que cela entraîne, il est impératif d’évoquer le besoin d’éduquer. Éduquer à ces questions est une priorité lorsque l’on veut préserver, protéger, démocratiser et dynamise le patrimoine. Il faut tout d’abord instruire le jeune public, lui enseigner le patrimoine, lui rendre le patrimoine accessible, lui apprendre l’importance du patrimoine local mais aussi les liens qui unissent les différents peuples et cultures du monde. Ces derniers doivent également être initiés à l’impératif d’une pratique touristique responsable et respectueuse du patrimoine et du bien-être des habitants. Il est donc primordial pour le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, d’élaborer des programmes communs, des stratégies et des outils communs, afin que les territoires puissent mettre en pratique la transmission des savoirs que cette route préserve.

23Par ailleurs, il est urgent de sensibiliser également les institutions, les organismes et les associations publiques, ainsi que les structures dépendant du secteur touristique. Les actions menées par les pouvoirs publics vis-à-vis du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle doivent toujours respecter les valeurs que cette route incarne. Il y a une nécessité de démocratisation du voyage, et par extension d’ouverture de la pratique de ce pèlerinage, mais elle doit se faire en connaissance de l’histoire et de l’âme des endroits transités, ainsi que de la route elle-même.

24Si nous prenons en considération la distinction existante entre les chemins de Compostelle et le chemin propre à chaque marcheur, il n’y aurait plus de conflits à l’égard de l’hétérogénéité des profils des pèlerins. Il serait donc possible d’accepter l’osmose des différentes facettes qui composent le chemin. Le sacré et le profane verraient alors leur importance reconnue à juste titre. Chaque institution, chaque organisme, chaque association, se doit d’orienter son travail vers la promotion des valeurs majeures du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Ces valeurs seraient, pour moi, le témoignage de notre histoire et du patrimoine bâti, et immatériel, qui nous est commun. J’y ajouterais également le partage des valeurs humaines d’ouverture, de tolérance et de solidarité ; l’incarnation d’une culture commune aux peuples de l’Europe ; et un espace propice aux croisements de regards, à la perception de soi, de l’Autre, de l’Autre par rapport à soi, et de soi vis-à-vis de l’Autre.

Bibliography

Barreiro Rivas, Xosé Luis, La función política de los caminos de peregrinación en la Europa Medieval : estudio del Camino de Santiago, Universidad Complutense de Madrid, Servicio de Publicaciones, Madrid, 2002, http://eprints.ucm.es/tesis/19911996/S/1/S1011301.pdf

Labande, Edmond-René, Pauper et peregrinus peregrinus : problèmes, comportements et mentalités du pèlerin chrétien, Broché, 2004.

Nobello, Simone (dir.), Xacobeo : de un recurso a un evento turístico global, Santiago de Compostela : Andavira, 2013.

Oursel, Raymond, Les pèlerins du Moyen Âge, Mensil-sur-l’Estrée, Fayard, 1963.

Santos Solla, Xosé Manuel, « Mitos y realidades del Xacobeo » dans Boletín de la Asociación de geógrafos españoles, nº 28, pp. 103-118, 1999.

Vázquez Santos, Rosa María, Inicia Cultura Turismo, & Sociedade Anónima de Xestión do Plan Xacobeo (Santiago de Compostela) (Eds.), Elías Valiña : el renacimiento del camino. Santiago de Compostela: Dirección Xeral de Turismo! : S.A. de Xestión do Plan Xacobeo, 2007.

Notes

1 Document, délivré par la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, accréditant que l’on a accompli le pèlerinage, en parcourant au moins 100 kilomètres à pied ou 200 à vélo. L’implantation de ce document permet également à l’Oficina del peregrino – qui dépend directement de la cathédrale compostellane – de faire office d’observatoire pour comptabiliser le flux et analyser le profil du pèlerin : motivation, nationalité, âge, etc. Or, si l’information recueillit par l’Oficina del peregrino est un outil précieux, il est impératif de l’analyser d’un point de vue critique. En effet, la Compostela n’est délivrée que si l’on atteste de motivations spirituelles, le résultat sur les motivations pouvant en résulter quelque peu faussé. De la même manière, l’Oficina del peregrino ne peut rendre compte que des pèlerins arrivant à Compostelle, mais une grande quantité de marcheurs parcoure les routes vers Compostelle par morceaux, sans forcément se rendre au tombeau de Galice. Certains organismes comme l’Agence des chemins de Compostelle – ancienne ACIR-Compostelle – mènent actuellement des enquêtes auprès des auberges et les offices de tourisme pour instaurer des observatoires dans leur territoire, afin de rendre compte des marcheurs qui passent mais qui parfois n’arrivent pas au bout du chemin.

2 Inventio est un terme latin qui signifie « trouvaille », « découverte ». Il s’agit du mot utilisé pour parler de la découverte du tombeau de l’apôtre Jacques en Galice au XIsiècle. Il me semble pertinent de parler d’inventio également à propos de la réactivation contemporaine du pèlerinage à Compostelle, car il s’agit d’une redécouverte du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

3 R. Oursel, Les pèlerins du Moyen Âge, Mensil-sur-l’Estrée, Fayard, 1963, p. 105.

4 X.L. Barreiro Rivas, La función política de los caminos de peregrinación en la Europa Medieval: (estudio del Camino de Santiago), Universidad Complutense de Madrid : Servicio de Publicaciones, Madrid, 2002, http://eprints.ucm.es/tesis/19911996/S/1/S1011301.pdf

Author

Étudiant Master 2 Recherche études romanes : parcours études hispaniques
Université Toulouse Jean Jaurès

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2019

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search