Version classiqueVersion mobile

Les chemins de Saint-Jacques à l’épreuve des temps

 | 
Philippe Delvit
, 
Florent Garnier

Comment faire se rapprocher les adolescents des chemins de Saint‑Jacques‑de‑Compostelle et du patrimoine mondial à travers les valeurs de l’UNESCO ?

Marielle Agostini

Texte intégral

1La culture pour certains, les connaissances plus développées ou une expérience de randonnée pour d’autres, son caractère mythique pour beaucoup entourent d’évidence la référence que sont les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle pour un adulte. Telle affirmation ne s’impose pas en ce qui concerne les adolescents.

2Dans le paysage des élèves de Condom (Gers), les chemins sont bien indiqués, des gîtes d’étapes sont bien visibles et fleurissent ces dernières années, les pèlerins sont nombreux sur les bords de routes y compris l’hiver et par temps de pluie... pourtant les élèves sont loin de connaître les réalités des chemins de Saint-Jacques et leur classement à l’UNESCO, alors que ces itinéraires proches et séculaires sont constitutifs de leur patrimoine.

I. Participer au Prix patrimoine mondial en Occitanie, 2e édition

3Afin d’engager les élèves vers des travaux suivis et approfondis, nous avons décidé de nous inscrire dans une pédagogie de projet en participant au prix lancé notamment par l’Académie de Toulouse. Cette action nous permet de penser les activités de façon transversale et de viser une production très aboutie. Elle nous engage à concevoir nos séances par étapes progressives en vue d’une tâche finale. Le carnet de voyage est donc la forme contrainte de réalisation donnée par le règlement ci-après :

La deuxième édition du Prix du patrimoine mondial en Occitanie est conjointement organisée par les académies de Montpellier et de Toulouse, la préfecture de région Occitanie, l’Agence de Coopération Inter Régionale Réseau des Chemins de Compostelle, le conseil régional, ainsi que la direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt de la région Occitanie.
Symbole de rapprochement des peuples, la liste du patrimoine mondial porte l’ambition de favoriser la transmission et le partage d’un patrimoine universel transcendant les frontières nationales et vecteur d’un message de paix.
Autour d’un fil rouge, celui du carnet de voyage, les participants sont donc invités à se balader à travers le temps et l’espace pour découvrir les richesses des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle et du Canal du Midi, deux Biens qui ont favorisé l’échange d’idées et de valeurs, et sont aujourd’hui porteurs de la prestigieuse reconnaissance de l’UNESCO.
À travers le Prix du patrimoine mondial en Occitanie, ces Biens tous deux marqués par un caractère universel et exceptionnel deviennent ainsi une source de réflexion et de création pour les élèves des cycles 2 et 3 des écoles primaires, des collèges et des lycées de toute la région. L’Occitanie constitue un haut lieu de ce patrimoine mondial puisqu’elle rassemble à elle seule 8 Biens inscrits, un record pour les régions françaises !
1

A. Les parallèles : le chemin et l’adolescent en résonance

4Est-il difficile de susciter l’enthousiasme auprès d’élèves de 15 ans en évoquant les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle ? Il semble complexe de sortir de l’entrée religieuse mais ce fut un réel défi de leur montrer l’aspect multidimensionnel des chemins. Défi qui sollicite notre didactique et interroge nos modes de transmission.

5Pour y parvenir, la première réponse a été de concevoir un cadre de travail favorable et motivant pour les élèves : présenter un projet très préparé, des étapes claires et des objectifs explicites et étudiés.

6La deuxième réponse a été la pédagogie du détour, formuler des parallèles entre leur vie et le chemin, filer les métaphores. Enfin, avoir du temps et revenir de nombreuses fois, sous divers angles, sur le sujet, jusqu’à imprégnation.

7La première métaphore proposée est celle du parallèle entre les chemins et la vie en général, celle des élèves en particulier. Les cartes des chemins européens évoquent les artères qui irriguent les territoires, chaque élève s’est penché sur les lignes de sa main comme itinéraires. Par ailleurs, il existe plusieurs points de départs et voies de Saint-Jacques-de-Compostelle, qui se rassemblent et convergent tous vers un point unique. En effet, les élèves sont tous différents, avec une histoire, une origine propre qui se regroupent par affinités, par classe vers le but commun d’obtenir le baccalauréat à la fin du secondaire. Ils vont chacun suivre un parcours différent, tracer leur chemin pour obtenir leur diplôme, plus tard leur métier. Pour ce faire, ils devront faire des choix, parfois faire demi-tour, trouver des passerelles... Ce thème est d’autant plus prégnant en classe de seconde, seuil d’orientation. En élargissant, la finitude de l’être humain est bien notre sort commun malgré la divergence des routes empruntées. Au final, les élèves aspirent à la même chose : devenir quelqu’un, ne pas décevoir, trouver sa voie... calligramme qu’ils ont tracé sur leur paume de main.

8De plus, les allers retours sont incessants entre l’individuel et le collectif, sa personnalité et sa sociabilité, son intérêt personnel et l’intérêt général (problématique forte en Enseignement Moral et Civique), marcher tout seul et se confronter aux autres.

9C’est ainsi que chaque élève participe à la réalisation d’un carnet collectif tout en concevant, au fur et à mesure, son carnet personnel.

10Ces histoires s’inscrivent dans le temps : il y a la vie de chaque élève, le temps qu’il passe sur le chemin de Saint-Jacques et l’existence séculaire de ce pèlerinage. Ce qui nous conduit à parler des dilatations et rétractions de l’espace-temps.

11Notre travail est composé d’étapes, balises du parcours à valider, comme le chemin de Saint-Jacques est découpé en étapes, à tamponner sur la crédencial. On peut le faire d’une seule traite ou par tronçon, chacun à un rythme différent. Le marcheur peut choisir d’avancer seul ou en groupe, souvent il rencontre d’autres pèlerins sur tout ou partie de la route. Au croisement, chacun fait son chemin. Les carrefours représentent pour l’élève les points clés de son orientation, là où il doit faire des choix. Comment se repérer ? Quelles balises ? Quels panneaux ? Regarder vers la terre ou le ciel ?

12Pour avancer, on peut se fier aux étoiles : Orion est la constellation que nous avons trouvée comme repère. Nous avons cherché la nébuleuse, entre Beltegeuse et Rigel pour évaluer sa distance en années-lumière depuis la Terre. Celle-ci nous a permis de faire se projeter l’élève depuis Condom vers la distance qui le sépare de Saint-Jacques et vers celle qui le sépare d’Orion. Nous ressentons la relativité du temps et de l’espace, immenses et déjà finis à l’échelle des étoiles, qui nous permettent de « voir tôt ».

13Cette entrée ouvre aussi le lien avec une des étymologies de « Compostelle » et l’œuvre contemporaine réalisée par Benoît Billotte dans le cadre de Chemins d’art en Armagnac sur le pont de Lartigues. Dans la mythologie, Orion se métamorphose comme l’adolescence semble un temps de transformation : il y a un avant et un après, comme pour l’expérience des pèlerins, suivant ce que chacun recherche.

B. Inscrire le projet dans l’application des programmes

14Encadré par une enseignante de Lettres et une enseignante d’Histoire - Géographie et Enseignement Moral et Civique (EMC), le projet prend ancrage dans les programmes scolaires de la classe de seconde générale. Quelles dimensions « disciplinaires » recouvrent le thème des chemins de Saint-Jacques ?

  • 2 Le programme de Français au lycée sur le site internet du Ministère de l’Éducation Nationale et de (...)

15En Lettres, « la poésie du romantisme au surréalisme » a été étudiée grâce au calligramme mais aussi à travers la rédaction d’un poème suite à la découverte d’un mythe, de l’Antiquité à la poésie du XXe siècle2. Enfin, l’expérience vécue sur le chemin a donné lieu à la rédaction de textes à la manière d’auteurs, comme J. Giono. De la marche à l’écriture, rendre compte d’une expérience pour transposer le rythme de la marche, de la cadence des pas, aux mots. Ces allers retours entre les littératures passée et contemporaine, la culture littéraire et l’écriture personnelle, introspective parfois, font ressentir que nous sommes uniques et partie d’un tout.

  • 3 Le programme d’Histoire-Géographie au lycée sur le site internet du Ministère de l’Éducation Nation (...)

16En Histoire, il s’agit d’étudier – dans le thème 3 – « les sociétés et les cultures de l’Occident médiéval », en particulier l’expansion de la chrétienté médiévale entre le XIe et le XIIIe siècles. Cette partie de connaissances nous a permis de bien étudier le contexte des pèlerinages au Moyen Âge et de voir quelques éléments culturels méconnus des élèves. La durée des pèlerinages de Saint-Jacques-de-Compostelle favorise l’étude du temps long3.

17La problématique de l’éducation au patrimoine4 est évoquée, en sélectionnant les éléments gersois et ceux liés à la région Occitanie en nous focalisant sur ce qui fait lien, les ponts et les hôpitaux.

18La Géographie nous questionne aussi sur l’espace traversé, qui relie l’Europe, trace des routes, des itinéraires vécus, irriguant un ou des territoires. Nous avons vécu une portion de chemin dans l’arrondissement de Condom, qui lui-même se prolonge au-delà dans le reste du département du Gers, en amont et en aval mais aussi à l’échelle de l’Occitanie. Les phénomènes étudiés, tout comme les monuments classés s’envisagent en changeant d’échelles, du local à l’européen, et inversement. Développer plus de connaissances sur son propre territoire a ainsi aidé à se projeter sur les chemins inconnus gersois, français ou européens. L’étude de cartes et la construction de certaines par les élèves ont développé des compétences attendues au lycée.

19En EMC, le premier thème qui aborde « la personne et l’État de droit » invite à s’interroger sur ce qui définit une personne, nous rapprochant ainsi des valeurs de l’UNESCO. D’un côté, il s’est agi de voir ce qui nous rassemble puis d’explorer aussi, pour chaque élève, ce qui nous différencie, ce qui fait notre identité, unique. Nous avons pu, d’un autre côté, envisager le lien social de la personne dans le groupe soit décrire, par groupe d’amis, ce qui fait nos affinités en tissant des liens. Ainsi, lorsque les élèves arrivent au lycée, prendre conscience qu’ils sont à la fois uniques et regroupés par classes d’adolescents qui se ressemblent, tout en ayant divers groupes d’amis dans la classe ou en dehors. Chacun faisant partie d’un tout, y compris à l’échelle du temps. Leur passage dans le lycée s’inscrit dans la succession des générations d’élèves, comme les marcheurs sur les chemins dans celles des pèlerins successifs.

  • 5 Le programme d’EMC au lycée sur le site internet du Ministère de l’Éducation Nationale et de la Je (...)

20Pour finir, notre projet met en application les compétences attendues en EMC : « Au lycée, quatre types de compétences sont évalués : identifier et expliciter les valeurs éthiques et les principes civiques en jeu ; mobiliser les connaissances exigibles ; développer l’expression personnelle, l’argumentation et le sens critique ; s’impliquer dans le travail en équipe5 ».

21Nous avons également interrogé les sciences, sur les questions d’espace-temps et créé une activité où l’élève pourrait réinvestir des acquis de mathématiques et de sciences physiques : les échelles et les puissances. Mesurer son propre pas, évaluer la distance qui nous sépare d’Orion et de Saint-Jacques-de-Compostelle, les calculer en pas et les représenter à différentes échelles sur un même plan. Au cours de notre travail, les calculs Terre/Orion sont souvent ajustés par les scientifiques. Le pont de Lartigues lui, comme le précise l’artiste Benoît Billotte, est à 1 000 kilomètres de Saint-Jacques. C’est dans cette perspective que nous pouvons regarder loin pour regarder tôt. Orion nous apparaît telle qu’elle était dans l’Empire romain, nous pouvons donc envisager le chemin à travers le temps en regardant les étoiles.

C. Valoriser le travail d’équipe et collaboratif

  • 6 Réflexion sur la transversalité, n° 521 des Cahiers pédagogiques, « Croiser des disciplines, parta (...)

22C’est donc un projet transversal6 qui a été réalisé, soit un même sujet vu sous divers angles pédagogiques et points de vue disciplinaires avec la nécessité de la formalisation de la crédencial afin que l’élève puisse prendre conscience de l’apport de chaque discipline.

  • 7 Réflexion sur « travailler par projet » N° 505 des Cahiers pédagogiques, Mieux apprendre avec la c (...)

23La mise en projet7 a rendu ces éléments des apprentissages plus concrets et efficaces. Ils ont permis de placer l’élève dans une perspective dynamique d’apprentissage et de production. Dans une classe à plus de trente élèves, cela a nécessité de créer un cadre propice au travail collaboratif : découper les séances de travail en tâches complexes, en compétences suivant une progression, transformer l’ensemble en credencial à l’instar d’une grille de compétences ou échelles de progressivité. Ainsi, les parallèles entre notre démarche et l’expérience du chemin de Saint-Jacques se sont éclairés.

24Se partager le travail et le mettre en commun a par exemple permis de multiplier les fiches patrimoine ou de couvrir plus d’espaces du chemin étudié. Par la même, l’élève en réalisant sa propre production est responsable devant le groupe car sa part est attendue et valorisée : l’ensemble créé une réalisation de plus grande ampleur, qu’il n’aurait pu accomplir seul. En effet, chaque étape doit être réalisée par l’élève, validée ou évaluée, comme avec un tampon pour les pèlerins – constituant ainsi un parcours.

25Enfin, l’enjeu visé et la complexité des interactions choisies nécessitent une concertation régulière entre les enseignantes pour ajuster les étapes de travail.

D. Tracer des parcours éducatifs

26Ce rapprochement est aussi valable pour la mise en œuvre des parcours éducatifs dans le secondaire8. Quatre parcours accompagnent la scolarité de l’élève : parcours éducatif de santé, parcours citoyen, parcours avenir et parcours d’éducation artistique et culturelle (PEAC). Chacun devrait être tracé et découpé en étapes, c’est ainsi que notre carnet de voyage fait aussi écho à cette démarche en plaçant directement l’élève dans les axes du PEAC par exemple : des connaissances, des rencontres, des visites. Dans notre cas, la classe a rencontré une association locale qui œuvre pour le lien entre patrimoine et art contemporain : Chemins d’art en Armagnac9. En 2018, pour la 9e édition, elle a choisi des sites sur le chemin de Saint-Jacques. Nous avons pu échanger avec ses membres et avec un artiste qui a travaillé pour la deuxième fois à partir du pont de Lartigues avec l’étymologie de Compostelle et ses étoiles, Benoît Billotte10.

27Lors de notre expérience physique du chemin, les élèves ont également rencontré un guide dans la collégiale de La Romieu ainsi que l’hôtesse de l’office du tourisme qu’ils ont interrogée sur les fréquentations du chemin, le rythme saisonnier...

28Mieux se connaître est une composante du parcours avenir, avant de connaître les filières, les formations et le milieu professionnel. Faire s’interroger l’élève sur lui-même a pu favoriser ses choix dans son projet scolaire. Le parallèle entre les choix de formations possibles pour un élève de seconde, seuil d’orientation, et les routes du chemin de Saint-Jacques a également été opérationnel.

29Partant de la nécessité de l’élève à s’orienter au lycée, des possibles qui s’ouvrent à lui entre les voies technologiques, professionnelles et générales dans notre cas ; on a pu développer les diverses routes de Saint-Jacques, les idées associées aux notions de croisements, de passerelles, de carrefours... valables et dans la vie et sur les chemins. Arrivés à La Romieu, c’est la voie de Rocamadour qui s’arrête. On n’est pas obligé de passer par La Romieu depuis Lectoure (chemin original) car un raccourci a été tracé après Marsolan vers Caussens.

30Chaque élève a dû garder une trace de ces parcours grâce à l’outil FOLIOS11 tout comme il a pu trouver des traces d’animaux sur les chemins, ramasser lui-même des traces sous forme de brindilles ou de cailloux... des traces de différentes époques aussi.

II. Comment rendre compte de nos travaux multiples tout en s’inscrivant dans les grandes problématiques des chemins et des valeurs universelles de l’UNESCO ?

A. Un carnet à choix multiples, un livre interactif : les choix de la vie, les carrefours du chemin

31Le choix du numérique s’est finalement imposé pour rendre compte d’un chemin séculaire et multidimensionnel car il permettait un regard dynamique sur Saint-Jacques, pour jouer sur l’espace, le temps, l’accélération, (temps rétracté et dilaté), pour y déposer tous les travaux d’élèves (chaque tâche étant multipliée par trente) sans avoir l’obligation pour le lecteur de tous les parcourir mais aussi pour matérialiser l’idée du choix, d’un parcours à choix multiples et pour rendre le lecteur acteur de l’histoire comme s’il choisissait lui-même son cheminement, sa voie.

32Cela nous a fait structurer d’autant plus notre trame de carnet pour que plusieurs chemins soient possibles sans perdre personne. Ainsi, des plans à partir du logo de Saint-Jacques permettent de choisir le portrait de chaque élève, les cartes sont les sommaires des fiches patrimoine réalisées, le croquis d’une constellation nous permet de voir la schématisation des pas des élèves vers Orion et Saint-Jacques depuis Condom ainsi que leurs liens d’amitié. Les routes convergent vers le poème final :

Je marche de nuit poursuivi par le soleil
Comme le scorpion l’est par Orion
Je la vois au loin, c’est elle
La dernière étoile qui mène à Compostelle
Je marche épuisé sous un soleil couché
Apparaît peu à peu la constellation d’Orion
Avec le scorpion, formant un ballet stellaire
Suivant le long chemin de la voie lactée
Précédé du chien, l’archer de lumière
Poursuit devant moi sa course effrénée
Je ne peux le suivre il n’est à ma portée
C’est donc vers St Jacques que je fixe ma destinée
Je contemple Orion, mais lui ne me regarde
Trop occupé, poursuivant le scorpion,
Accompagné du chien, ils perpétuent l’œuvre d’Apollon,
Je les fixe en marchant, sans hélas prendre garde.
J’aurais pourtant dû regarder devant moi,
L’obstacle qu’Orion aurait passé sans effroi,
Cet arbre couché en travers de mon chemin,
M’a fait tomber et c’est là que je goutte,
A la boue qui, plus tôt, s’écrasait sous mes pas.

33En conclusion, notre parcours s’achève sur une définition collective de l’homme, rejoignant les valeurs universelles de l’UNESCO autour du groupe d’élèves formant le chiffre « 20 » :

Unité, intégrité, cœur, émotions
N
ature, identité, famille, pays, origines
Ê
tre humain, sentiment, corps, émotions, dignité
S
anté, sang, sécurité
C
aractère, conscience, pensée, droits
O
rganes, horizons, chemins, vie

34Le carnet interactif a pris toute sa valeur sur une borne tactile placée dans l’exposition permanente intitulée « Le Gers Jacquaire » de l’abbaye de Flaran12, (Conversation départementale du patrimoine et des musées du Gers-CDPM / Flaran) lors des Journées Européennes du Patrimoine sur le thème du « partage »13, en septembre 2018.

B. Se repérer : panneaux, balises, étoiles : de la théorie à la pratique

35Dans un premier temps, nous avions imaginé le chemin et pensé aux panneaux pour baliser les étapes possibles du parcours en faisant le parallèle entre la vie et l’expérience virtuelle du chemin. Les élèves ont choisi les idées et les ont représentées : accélérer, ralentir, se reposer, faire demi-tour, ne pas abandonner, se perdre, obstacles, points de vue, monuments historiques, ponts, hôpitaux, sortir des sentiers battus, prendre les chemins de traverse, être fatigué, brigands.

36Comment créer une signalétique ? Un panneau peut-il rendre compte d’une expérience humaine ? Comment traduire des émotions, des sensations vécues ?

37Lors de la marche nous les avons mis en situation. Placer les panneaux là où ils sont pertinents. Se rendre compte qu’il en existe déjà : des écriteaux officiels et commerciaux, numériques (QR code) ou encore méditatifs. Ils relatent parfois l’appropriation des chemins par les usagers ou les collectivités locales elles-mêmes comme une citation gravée sur du bois...

38Les métaphores évoquées dans notre démarche fonctionnent aussi à cet endroit : faire demi-tour peut être un retour sur soi-même.

39À l’issue de la sortie, les élèves ont voulu rajouter des indications : attention à la boue, espace favorable à l’écoute, attention aux voitures, raccourci, tendre la main, passage d’animaux, point de rencontre, eau potable...

40Dans notre carnet, les panneaux sont replacés le long de notre parcours, associés aux photos et citations des élèves. À cela se rajoutent des flèches pour indiquer le sens de la lecture mais aussi les accélérations possibles ou les retours. Un symbole évoque le temps rétracté […] ou dilaté ]...[ comme marcher sur les pas séculaires des chemins européens, s’attarder pour avoir les détails de la visite guidée de la collégiale de La Romieu, changer d’échelles entre la carte des monuments classés en France puis dans la région Occitanie et sur la portion Lectoure/Condom ; partant de cette portion, élargir aux villages voisins du département et à leurs objets patrimoniaux ; sur la carte des trente-trois sites classés en Occitanie, se focaliser sur le symbole des ponts.

41À l’instar des croisements essentiels du parcours de vie, certaines pages sont des carrefours importants : la voie de Rocamadour s’arrête à La Romieu : nous débutons notre chemin sur la voie du Puy. Certaines pages, le long de notre chemin, permettent d’approfondir des points particuliers avant de poursuivre notre route : en savoir plus sur les ponts, sur la collégiale, sur l’artiste...

C. Marcher : le révélateur de l’expérience commune sur les chemins 

42Début mars, nous sommes partis marcher sur 6 kilomètres sur la section classée La Romieu/Condom, portion de l’étape Moissac/Aire sur l’Adour. Section de sentier (de Lectoure à Condom soit 35 kilomètres) qui fait partie du Bien Culturel en série « Chemins de Saint-Jacques en France » inscrit au Patrimoine Mondial par l’UNESCO depuis 1998. Nous sommes sur le GR 65, de la via Podiensis, chemin du Puy en direction de Condom.

43Après la préparation en classe, passer à la marche était un test avec trente adolescents et leur relation à l’effort.

44C’était également une évaluation grandeur nature de notre préparation : allaient-ils transposer nos travaux sur le terrain ? Allaient-ils voir par eux-mêmes ce que nous avions évoqué ?

45Dans le déroulé du projet, on peut dire qu’un déclic s’est opéré lors de la marche : une expérience vécue en groupe qui leur a fait appliquer tout ce que nous avions étudié et revenir nourris de cette journée, bien plus autonomes dans les réalisations à terminer par la suite en classe. Est-ce l’immersion dans la nature, le temps passé ensemble sans contrainte, le cheminement physique, une relation différente à la classe et aux enseignants ou l’ensemble qui a opéré ?

46En débutant par la visite d’un site lui-même classé UNESCO depuis 1998, la collégiale de La Romieu14, nous avons fait une pause et remonté le temps jusqu’à sa fondation par la famille d’Aux. Puis, cherchant le chemin en sortant du village, les premiers élèves ont trouvé les balises du GR et nous voilà engagés sur le sentier enherbé. Il n’a pas été nécessaire de répéter les consignes et les objectifs de la journée : les uns ont pris des clichés en pensant à leur insertion dans la production finale ; les autres ont essayé de placer les panneaux inventés à l’endroit opportun...

47C’est par les citations, retours d’expériences des élèves que nous avons pu évaluer la réalisation du travail effectué : « Dans quelques passages, qui étaient assez compliqués à traverser, lorsqu’il y avait de la boue ou autres obstacles, nous nous sommes vraiment entraidés. Au tout début de notre chemin, un arbre écroulé, en travers, nous bloquait la route, plus tard, un ruisseau ! » dit Anna.

48Certains élèves se sont d’ailleurs révélés lors de cette marche, se découvrant eux-mêmes, ressentant un plaisir de marcher, un plaisir d’être à l’air libre, de discuter différemment avec leurs camarades.

49« Cela m’a permis de m’évader par rapport au quotidien du lycée plus rythmé où l’on a moins le temps de se retrouver en pleine nature, avec nos amis... Se retrouver face à l’immensité des paysages ne peut être que ressourçant. Il se fait rare de pouvoir prendre le temps pour marcher dans la boue, sur des sentiers non tracés, au milieu des insectes... » rapporte Inès. « Cette marche a été bénéfique car elle m’a permis de discuter avec certains camarades que je ne connaissais pas forcément et de pouvoir ouvrir les yeux sur certaines choses » relate Marjorie.

50Deux d’entre eux, jusque-là discrets en classe, sont partis en éclaireurs nous guidant parfois à l’horizon et, si bien dans la marche qu’ils sont allés plus loin (avec un petit groupe) que le village d’arrivée : « Samuel et moi avons trop avancé... Et je me suis senti libre... Cette liberté devait être due au fait que l’on soit loin devant... » d’après Jérémy.

51Sur leur route, ils ont croisé un pèlerin et ont eu le réflexe d’appliquer ce que nous avions vu en classe dans la préparation : « Arrivés au pied du château, nous avons rencontré un pèlerin, une femme qui marchait. Nous avons pris une photo et posé quelques questions : elle nous a dit qu’elle marchait pour penser et pour lâcher prise sur sa vie... Elle nous a parlé des auteurs qui écrivent en marchant...échos à notre étude en français sur Giono et autres... » selon Jérémy et Samuel.

52Dans une portion pentue, un point de défaillance... où la solidarité a opéré naturellement, lorsqu’un groupe a aidé leur camarade à terminer l’étape : « Environ à la moitié du chemin, la fatigue commençait à venir, mes jambes et mes pieds semblaient lourds mais je continuais à marcher, à me plaindre car j’étais entourée de mes amis avec qui je partageais ce bon moment, dans ce bel environnement, les inconvénients étaient donc minimes à mes yeux » rapporte Ève.

53Au fur et à mesure, la marche devient automatique et peut-être explorent-ils les sensations transcrites par les auteurs lus en classe : « Le fait d’avoir marché avec des amis m’a aidée à m’égarer le temps d’une balade qui était pour moi à la fois joyeuse et machinale, un pas après l’autre comme un automate » d’après Louisa.

54« La marche libère des idées nouvelles et éclaire de nouveaux chemins ; car pour vider sa tête, il faut marcher de plus belle... » dit Mégane. « D’après Jean Giono, la marche est comparée au chemin de la vie, peu importe ce que nous pensons, il faut continuer d’avancer, malgré les obstacles qui traversent notre chemin » confirme Elora.

55Dans le village d’arrivée, quelques élèves ont pris l’initiative de visiter le mémorial de la résistance et ont rencontré un villageois : « Il nous a raconté tout l’épisode de la bataille de Castelnau sur l’Auvignon, entre résistants et nazis en juin 1944. La tour explosée, puis, tout un village détruit, 17 morts... français et espagnols, martyrs. »

56Au retour en classe, l’organisation des pages du carnet, le montage du diaporama, la prise de clichés du groupe représentant les 20 ans, le choix du titre se sont faits naturellement et à l’initiative des élèves. De là à vérifier que la motivation de la classe est restée jusqu’à la fin de l’année scolaire, il n’y a qu’un pas ! Ce que les résultats de certains élèves confirment, y compris dans la participation renouvelée et active de tous dans le déroulement du cours entre mars et juin.

57À la rentrée suivante, la participation au Colloque universitaire, au théâtre des Carmes de Condom, nous a permis de réunir les élèves, désormais séparés dans diverses classes et filières de première pour faire une présentation commune. Avec quelques mois de recul, ils ont été rapidement capables de formuler ce qui leur reste de cette expérience. Au moment de rédiger l’intervention, Ève propose : « Ce projet nous a rapprochés et soudés : grâce à lui, nous avons fait partie d’un projet pour lequel nous avons pris des initiatives, comme le travail de recherches, la création des panneaux, des dessins. C’est une expérience mémorable qui nous a permis de mieux comprendre le chemin. Nous sommes toujours très heureux de retrouver nos camarades de l’an dernier, comme si quelque chose nous unissait. »

58Nous pouvons ainsi conclure que classer les chemins de St-Jacques de Compostelle au patrimoine mondial de l’UNESCO est fondamental pour la préservation des biens de l’humanité mais que leur connaissance et leur appropriation n’en découlent pas toujours. Célébrer des moments forts comme les 20 ans du classement favorise le rappel à la mémoire et ouvre la possibilité, l’envie de s’inscrire dans les manifestations organisées. C’est sur la façon de transmettre les objets patrimoniaux que s’interroge ce travail d’enseignant, ce qu’a permis le Prix patrimoine mondial en Occitanie pour des élèves de seconde.

59Il s’agit d’identifier le patrimoine, de le connaître, de le comprendre, de se l’approprier... de l’expérimenter afin d’accepter l’idée de le préserver, d’avoir la volonté de le partager.

60Pour que les jeunes générations le comprennent, il a semblé nécessaire de l’aborder sous l’aspect des connaissances : sur ce thème elles sont multiples et cela a permis de trouver divers angles d’approche efficaces, y compris poétiques, métaphoriques. Cela a créé un lien « personnel » entre l’adolescent et les sentiers séculaires. Par ces métaphores, nous avons aussi essayé de renouveler la perception de ces routes de pèlerinage médiévales.

61Toutefois, un apport théorique ne peut résumer ce que sont les chemins de Saint-Jacques : il apparaît ici que l’expérience de la marche révèle les chemins y compris auprès des adolescents. Elle donne sens aux connaissances apprises, aux recherches effectuées.

62Les deux approches complémentaires semblent nécessaires tout comme celle de la pratique dans la forme aboutie du carnet de voyage qui demande de finaliser les productions des élèves avec l’exigence de ce que l’on donne à voir. Du point de vue de l’élève, ce fut également valorisant de voir une production collective et un carnet achevés, valorisés.

63Ceci montre enfin que, par l’expérience de chacun et, dans notre cas, des adolescents dans un cadre scolaire, peuvent encore s’inscrire dans l’histoire des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle et permettre à ceux-ci d’évoluer, par des approches renouvelées, en résonance avec l’humanité moderne.

64Comme le classement à l’UNESCO, les élèves auront bientôt 20 ans et, à l’image des petits cailloux posés sur leur chemin, nous souhaitons que cette expérience les accompagne, marqués d’avoir vécu ce projet en commun. Il paraît que certains cherchent régulièrement Orion dans le ciel...

65« Un pas après l’autre, le temps d’un chemin étoilé » titre du carnet de voyage qui a reçu le 1er prix lycée du Prix patrimoine mondial en Occitanie, 2e édition, 2018.

Notes

1 Règlement sur le site internet de l’Académie de Toulouse :
http://www.ac-toulouse.fr/cid121712/prix-patrimoine-mondial-en-occitanie-2018-carnet-de-voyage-br-inscriptions-jusqu-au-08-11-2017.html

2 Le programme de Français au lycée sur le site internet du Ministère de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse : http://www.education.gouv.fr/cid53318/mene1019760a.html

3 Le programme d’Histoire-Géographie au lycée sur le site internet du Ministère de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse : http://www.education.gouv.fr/cid51320/mene1007258a.html

4 Les enjeux de l’éducation au patrimoine sur le site internet Eduscol : http://eduscol.education.fr/cid53087/patrimoine.html

5 Le programme d’EMC au lycée sur le site internet du Ministère de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse : http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=90243

6 Réflexion sur la transversalité, n° 521 des Cahiers pédagogiques, « Croiser des disciplines, partager des savoirs », coordonné par Francis Blanquart et Céline Walkowiak, avril 2015.

7 Réflexion sur « travailler par projet » N° 505 des Cahiers pédagogiques, Mieux apprendre avec la coopération, coordonné par Sylvain Connac et Stéphanie Fontdecaba, mai 2013.

8 Site internet du ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse : http://eduscol.education.fr/cid101019/les-parcours-educatifs-ecole-college-lycee.html

9 Site internet de l’association : http://www.cheminsdartenarmagnac.fr/

10 Site internet de l’artiste : http://www.benoitbillotte.com/

11 L’application sur le site internet de l’ONISEP : https://folios.onisep.fr/

12 Site internet de la CDMP/Flaran : http://www.patrimoine-musees-gers.fr/

13 Site internet du Ministère de la culture : https://journeesdupatrimoine.culture.gouv.fr/Evenement/Theme-L-art-du-partage/Presentation-du-theme

14 Le site internet de la ville : https://www.la-romieu.fr/saint-jacques-de-compostelle.aspx

Auteur

Enseignante d’Histoire-Géographie, chargée de mission auprès du service de médiation culturelle de la Conservation départementale du patrimoine et des musées du Gers/Flaran pour la DAAC – Académie de Toulouse
Lycée Bossuet - Condom

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search