Version classiqueVersion mobile

Les chemins de Saint-Jacques à l’épreuve des temps

 | 
Philippe Delvit
, 
Florent Garnier

Los camins de Sant Jacme, occitanité des chemins jacquaires

Stéphane Bourdoncle

Texte intégral

  • 1 Expression extraite de André Lagarde, Al picar de la dalha, Quillan, IEO edicion, 2005, p. 108. Tr (...)

1Qui non a vist la catedrala d’Albi, la campana de Mende, lo portal de Concas e lo cloquièr de Rodés, non a vist res1 ! Tout est dit. C’est une invitation à marcher de la terre aux étoiles dans les pas de Godescalc, l’évêque du Puy-en-Velay, premier pèlerin du Xe siècle. Le Puy, Arles ou Toulouse, la voie Limousine et celle passant par Bordeaux, convergent avant Roncevaux et jalonnent les quatre chemins jacquaires en Occitanie, parcourant ce pays, telles les nervures d’une coquille de pèlerin. Le territoire occitan et les chemins de Saint-Jacques entretiennent-ils à première vue des liens singuliers ? En 1930, Paul Claudel dans Le soulier de satin, écrit « Je vois les sillons que font deux âmes qui se fuient à la fois et se poursuivent ». Suivons ces deux âmes, celle du camino francés et celle d’une terre occitane sillonnée par les chemins.

  • 2 Cette communication doit beaucoup à deux publications :

2Où peut-on trouver des références à une vision occitane des chemins dans la langue, la culture, l’histoire de l’Occitanie ? C’est à cet humble voyage de pèlerin, voire de pénitent, auquel vous convient ces lignes. Sans être spécialiste des chemins ou du pèlerinage, ce fut un défi que de chercher les éléments qui pourraient bien illustrer ce propos. C’est donc un essai de synthèse que constitue cet article, en s’engageant sur la voie du pèlerinage en le confrontant à la langue, la culture et l’histoire occitanes2 constitutifs du caractère occitan. Il s’agit d’apprécier les liens entre mille ans de culture occitane et d’histoire du pèlerinage en interrogeant la littérature occitane et le caractère occitan du pèlerinage. Mais aussi procéder à un regard croisé permet de mettre en évidence ce que le pèlerinage dit sur l’Occitanie, les Occitans et l’évolution de cette identité culturelle.

3Dès lors, se pencher sur l’occitanité des chemins de Saint-Jacques de Compostelle suppose d’interroger le regard que les Occitans et leurs expressions, littéraires principalement, portent sur ce pèlerinage en terme de représentations, d’appropriation ethnologiques, culturelles et sociolinguistiques. Dans quelle mesure les chemins constituent un miroir de l’identité culturelle et de l’histoire occitane ?

4Partons donc à la découverte, ou la redécouverte des lieux, de la langue, du patrimoine et de l’identité d’Occitanie, en somme une démarche à partir d’une marche.

I. Los camins en Occitània : des chemins en Occitanie, une géographie linguistique

5Se pencher sur l’occitanité des chemins de Saint-Jacques, c’est en premier lieu évoquer le lieu de leur passage, l’Occitanie. Sur le chemin vers le but ultime du Finisterre, c’est une terre, un territoire que les chemins traversent. Avant cet horizon ultime, il est un territoire où les chemins convergent avant de former le camino francés : l’Occitanie accueille la partie finale des quatre chemins traditionnels avant de n’en former qu’un seul dans le nord de la péninsule ibérique.

A. Quatre chemins traversent l’Occitanie

6Le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle figure parmi les trois plus importants de la chrétienté avec Rome et Jérusalem. En pays d’oc, il faut en rajouter au Moyen Âge un quatrième : Saint-Gilles sur le sanctuaire de la maison des comtes de Toulouse. En occitan, on désigne par camin romieu le chemin vers Rome et par extension tout pèlerinage. Ce dernier est désigné par romavatge. Rome sert de référence de ces marches pour Dieu et le salut de l’âme.

  • 3 Aymeric Picaud, Le codex de Saint-Jacques-de-Compostelle (Liber de miraculis S. Jacobi), Paris, éd (...)

7De même, en évoquant les noms des quatre chemins définis par Aymeric Picaud, l’auteur du guide du pèlerin du XIIe siècle3, la référence occitane est bien présente à travers ces quatre odonymes, noms de voies.

8Leurs dénominations sont bien connues en latin, mais en les observant attentivement, on remarque que les noms sont ceux de villes importantes car situées en « tête » de voies et sont des sanctuaires occitans à l’exception de Tours / Paris. On dénombre la Via Podensis, la Via Lemovicencis, ou V, la Via Arelate ou Tolosana. On note que les principales têtes de pont des voies sont des cités occitanes : le Puy-en-Velay, Arles ou Toulouse, et du Limousin pour la voie partant de Vézelay. Cette dernière, chose curieuse part du Vézelay et porte le nom de Limousin, la référence est occitane, qui, au Moyen Âge, constitue un des phares du territoire culturel de la civilisation occitane. En effet, le mot Limousin désigne toute la langue occitane, celle des premiers troubadours. Dans sa thèse sur les chemins dans la littérature, Yseult Garric note que cela correspond au reflet de la fréquentation maximale de l’apogée de la civilisation occitane des XIIe-XIIIe siècles. La représentation du labyrinthe de l’existence et de la recherche du salut de l’âme du chrétien, constitue une métaphore du pèlerinage à travers ces quatre voies qui matérialisent le voyage intérieur et spirituel dans l’espace et sur le territoire.

  • 4 Dans l’Hérault une association Camins située à Pouzols-Minervois a créé une affiche où le nom du c (...)

9Ces quatre voies principales canalisent les routes d’Europe vers les Pyrénées à la fois lieu de césure et clé de voûte de l’espace de la pérégrination entre d’un côté la kyrielle de voies occitanes au nord avant l’unique chemin ibérique. En ce sens, l’Occitanie occidentale et centrale constitue le lieu de convergence des voies et de concentration des pèlerins médiévaux et contemporains4. De l’espace géographique on passe à l’espace littéraire, c’est-à-dire de la réalité au territoire identitaire et représenté. Cette translation s’opère dès la rédaction du guide du pèlerin, avec la toponymie des lieux de la marche et avec l’émergence dans cette société médiévale occitane de la littérature des troubadours.

B. Des noms de lieux occitans et connectés au pèlerinage

10La langue occitane est le premier de ces lieux de mémoire liés à ces chemins de pèlerinage. Ainsi, le nom de village Larromieu signifie le pèlerin en occitan gascon, l’arromiu. Le pèlerin marche sur terre les yeux fixés sur les étoiles qui le guident. Les noms astronomiques fournissent au pèlerin des repères, loin des systèmes de localisation actuels. Plusieurs noms relient le ciel et la terre du chemin de Saint-Jacques. L’occitan les désigne sous des vocables très liés au pèlerinage.

11Le premier nom désigne la voie lactée en occitan : lo camin de Sant-Jacme. Par temps clair, la voie lactée traverse d’est en ouest le ciel nocturne et permet au pèlerin de bien s’orienter vers Santiago. La langue devient donc le lieu de mémoire de cette pratique d’orientation issue de la spiritualité chrétienne médiévale liée à ce pèlerinage vers les reliques de saint Jacques le Majeur.

  • 5 De son vrai nom Guy de Bourgogne (1060-1124), pape de 1119 à 1124.
  • 6 Jacques-Paul Migne, Patrologie latine, t. CLXIII, col. 1407, 1844-1855.

12Cette association entre pèlerinage et voie lactée alimente le mythe de la voie lactée. Il rappelle le sermon du pape Calixte II5, qui établit la relation entre la terre du chemin et le chemin céleste des étoiles : « Et ainsi que la descendance d’Abraham grandira jusqu’au sommet de la terre et sera élevée jusqu’aux étoiles, de la même façon les pèlerins de Saint-Jacques grandiront sur terre chaque jour et seront conduits par les étoiles, à la Patrie céleste avec lui6. ».

  • 7 A. Lagarde, op. cit., p. 124. Traduction : les trois rois / les trois bourdons.

13Le second groupe de noms est lié à la ceinture d’Orion. Cette constellation guidait aussi les pas du pèlerin. Elle porte, en occitan deux noms, allusions à la chrétienté : los tres reis ou los tres bordons7. Le pèlerinage est au cœur de ces dénominations : les rois mages étant les prototypes du pèlerin qui marche pour sa foi, allant vers la crèche, guidés par une étoile ou une comète et le bourdon, qui est le bâton du pèlerin. D’ailleurs le terme de Compostelle peut s’expliquer selon deux étymologies dont l’une pourrait nourrir l’imaginaire occitan. Campus stella, c’est le champ d’étoiles, mais ce serait aussi une dérivation du verbe latin componere qui se traduit par enterrer et désignerait un cimetière ou une nécropole, siège des reliques du saint.

II. Los camins dins la lenga : Les chemins dans la langue, marche littéraire ou littérature du périple

14Si les chemins révèlent un aspect de leur occitanité et l’occitanité de cette culture, ils entretiennent un lien singulier avec la langue occitane et ses modes d’expression, à savoir la littérature, les dires et proverbes, les mots, les chansons ainsi que la culture populaire.

A. Le pèlerinage dans la littérature des troubadours

  • 8 L’explication de cette première occurrence figure plus bas dans l’article au paragraphe D. Le pèle (...)
  • 9 Y. Garric, op. cit., p. 56-59. Elle s’appuie notamment sur deux travaux :
    - Pierre Bec, Le comte de (...)
  • 10 Y. Garric, op. cit., p. 57.

15Les troubadours se sont emparés des thématiques attachées au pèlerinage dès les premiers d’entre eux dans la littérature occitane. Le traitement littéraire des chemins recouvre une variété très large du spectre symbolique que proposent le pèlerin et le pèlerinage. Yseult Garric dénombre huit trobadors entre le Xe et XIVe siècles. Néanmoins, si un des premiers textes, où apparaît le pèlerinage, semble être la Cançon de santa Fe, chanson de sainte Foy d’Agen (1060-1130)8, le premier troubadour à faire figurer le pèlerinage dans ses lignes n’est autre que Guilhem IX duc d’Aquitaine. Le chemin de Saint-Jacques apparaît dans la chanson Pos de chantar m’es pres talenz, vers 1117. L’auteur y annonce que le sujet de sa chanson est grave car il déclame au vers cinq « qu’era m’en arai en eisil », ce qui annonce son départ en croisade ou vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Issu de la pénitence du duc pèlerin, ce ton est celui du repenti du pèlerin, ce que Yseult Garric expose clairement9 : le troubadour l’illustre avec un vocabulaire emprunté à la lamentation, causée par le fait de quitter une vie faste pour entrer dans l’humble vie de pèlerin. Sa postérité tiendrait à l’instrumentalisation du texte par un sentiment clérical qui en fait un exemplum10.

  • 11 Y. Garric, op. cit., p. 357-358 et pour le texte du fabliau p. 477-479.

16De même une autre pièce de Guilhem IX reprend le thème du pèlerin. Il s’agit du fabliau intitulé Farai un vers pos mi sonelh, dans lequel un seigneur incarne un pèlerin, pour parvenir à ses fins amoureuses. Mais ici l’auteur compose cette pièce burlesque sur un autre ton, ce qui rend unique ce fait dans la littérature occitane. Le pèlerin est ici tourné en dérision car pour séduire la belle, le seigneur faux pèlerin endure les maux d’un vrai pèlerin. La pièce mentionne l’église de Saint-Léonard de Limoges sur la via Lemovicencis, que le pèlerin du fabliau emprunte. Celui-ci est clairement nommé au vers 20 : « E Dieu vos salf don pelerin11 ».

  • 12 Y. Garric, op. cit., p. 61-62, Un sirventes trametrai per messatge, in Poésies complètes, publiées (...)

17Pèire Cardenal (1180-1278) au XIIe siècle dans un de ses sirventés utilise le pèlerinage pour attaquer l’auteur d’un assassinat, un certain Estève, en exigeant pénitence par le pèlerinage. Il formule ainsi l’exigence : « Tro en Compostèla Pes deschaus e ploran, S’en an, Qu’en questa rudèla A fag trop de mazan12 ».

  • 13 Y. Garric, op. cit., p. 113, 162-164. Traduction : « Seigneur, de retour de Compostelle, je suis s (...)

18De même La quinta pastorela de Guiraud Riquier de 1276 illustre la seule référence littéraire occitane qui parvient à la conversion. Le pèlerinage est une telle réussite que la femme n’est plus reconnue par le seigneur : « Senher, tan senhada suy, de Compostela, que’us o conoysetz13 ». La pèlerine est devenue une autre, comme transfigurée par la marche au nom de Dieu.

  • 14 Y. Garric, op. cit., p. 289-290 : Le poème de Cercamon s’intitule « Lo plainz comenz iradamen ».
  • 15 Y. Garric, op. cit., p. 382. « Assatz pot anar e torna A la gleia et al autar... De sanh Jacme o d (...)
  • 16 Jean D’Heur, op. cit., p. 266.

19Parmi l’étude de Yseult Garric, cinq autres occurrences de troubadours évoquent le pèlerinage ou le pèlerin vers Saint-Jacques. Bertrand de Born, Arnaud Daniel et Guilhem del Baus citent des villes comme simples étapes du pèlerinage. Mais les deux derniers se distinguent par les thèmes originaux que leurs textes présentent : le Gascon Cercamon14 (XIIe siècle) et le juriste biterrois Matfre Ermengau (fin XIIIe siècle). Le premier raconte la mort sur le pèlerinage du duc d’Aquitaine Guilhem X, fils du troubadour, qui meurt lors de la Pâques de 1137. Le second mentionne le pèlerinage en général dans son Breviari d’Amor où il souligne les limites du pouvoir à attribuer à un pèlerinage. Rien ne sert d’aller en dévotion si on ne porte pas en soi-même Dieu écrit Ermengau15. Si Jean d’Heur dénombre une douzaine de textes16 pour dix auteurs, il ne cite pas les mêmes que Yseult Garric, ajoutant Flamenca, Peire Vidal, Cirveri de Girone, un Catalan, ou Mathieu Quercy. Mais son apport est intéressant sur la dimension culturelle de ces échanges autour et par les chemins de la culture occitane dans l’ouest de l’Europe. Elle emprunte les canaux de diffusion que le pèlerinage lui procure. La lyrique occitane pénètre en Espagne et les troubadours se nourrissent des informations que les pèlerins véhiculent en retour car aucun d’eux ne semblent avoir été jusqu’à Compostelle.

20Ainsi la littérature occitane médiévale des troubadours dès le début de son expression s’empare des thèmes jacquaires et du pèlerinage d’une manière diverse, imagée et riche, tantôt le présentant comme un lieu de premier plan de la chrétienté, un lieu de piété, d’expiation, un repère géographique.

B. Le pèlerinage dans la littérature occitane moderne et contemporaine

21De même que la littérature médiévale, les littératures occitanes moderne et contemporaine investissent les chemins de Saint-Jacques à travers l’image d’un pèlerin anonyme connu sous le nom de Pèlerin de Provence. Mais les occurrences sont très inégales entre les deux époques. Une seule concerne l’époque moderne, qui s’appuie sur un thème déjà présent chez Dante, dans le chant VI du Paradis. Il s’agit d’un pèlerin inconnu revenant de Compostelle qui, arrivant en Provence connut un destin hors du commun. Vers la fin du XVIe siècle, les Marseillais Jean et César de Nostredame reprennent le thème de l’ingratitude des grands et des cours vis-à-vis du pèlerin.

  • 17 Y. Garric, op. cit., p. 291-292 et texte p. 456-458.

22Mais c’est bien plus tard en 1801 que le chant royal du noble et preux pèlerin de Provence est publié dans les Poésies occitaniques de Fabre d’Olivet sous le titre en provençal : Cant rouyau al prouz é noble Roumiù de Provença. En 1873, Octavien Bringuier en propose une ultime version17.

23Dédié à un pèlerin revenant de Compostelle, ce texte met en évidence un homme au parcours hors du commun. Il est gentilhomme, son nom est inconnu, ou plutôt anonyme, à son retour de Compostelle, il s’arrête à ma cour de Raimond Bérenger, dernier comte de Provence de la maison de Barcelone. Il entre au service du prince et mène une sage gestion du budget comtal. À ce titre, il constitue une métaphore du bon gestionnaire, le bon naûtouniè, comme il est écrit, du pèlerin sachant à l’instar du navigateur, du pilote d’un navire dans la tempête, se guider jusqu’à bon port, ou jusqu’à Compostelle. Il évoque la figure du sauveur, qui sauve du naufrage, en politique comme sur le chemin spirituel.

  • 18 Frédéric Mistral, Mirèio, Mireille, Lodève, ed. Marcel Petit, 1994, p. 386-388. Traduction : Consol (...)

24D’un autre côté, une des œuvres majeures de la littérature occitane contemporaine convoque le pèlerinage dans ses lignes sous la plume de Frédéric Mistral. Mirèio (1859) est même couronnée par le prix Nobel de littérature en 1904. Au chant X, le pèlerinage apparaît dans l’évocation du mythe de la voie lactée, du chariot des âmes, qui est imploré par Mireille venant de perdre son amour Vincent. Les Saintes Maries viennent la consoler : « Assolo-te Mirèio... Veses lou camin de sant Jaque ? … Regardavian dins lis estello, Li proucessioun que van, fidèlo, En roumavage à Coumpoustello Prega, sus soun Toumbèu, noste fiéu e nebout. … E li roumiéu pèr la campagno, A l’apoustòli de l’Espagno, Noste fiéu e nebout, sant Jaque lou Majour18... » En quelques vers, Mistral plonge le lecteur dans l’univers du pèlerinage en commençant par la consolation de la démarche spirituelle du pèlerin. En marchant le pèlerin suit les étoiles, et le pèlerinage forme une immense procession pour aller prier sur le tombeau et les reliques du saint apôtre d’Espagne. On ne peut donc imaginer résumé plus concis !

C. Les mots du pèlerinage ou le pèlerinage dans la culture populaire : chants, dires et proverbes

  • 19 Traduction : Bourdon, gourde, pèlerin, pèlerinage, chemin pèlerin, et marcheur (celui qui suit le (...)

25Outre la littérature, la langue occitane illustre les chemins et s’en est nourrie à travers d’éléments parmi les plus simples à la portée de chaque locuteur, sans en avoir conscience peut-être. Les mots du pèlerinage sont peu nombreux : bordon, baralet, romieu, romavage, camin romieu, sentorer19. Mais on les retrouve dans les expressions en occitan qui offrent des citations, des proverbes construits autour de l’expérience du pèlerinage. D’une expérience vécue on en fait une expérience à transmettre, d’un souvenir voire un enseignement.

  • 20 Jean Martin, « Les routes du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle en Bigorre », Fédération h (...)

26Ainsi, le proverbe l’abit fai pas lo pelerin, en français l’habit ne fait pas le moine. On retrouve le thème du faux pèlerin, la confiance qui est au cœur de ce proverbe revêt les atours du pèlerin, avec son large chapeau, son manteau son bâton et la coquille signe de l’accomplissement du pèlerinage. Pouvoir des signes extérieurs comme s’il fallait se méfier de ces marcheurs sillonnant le pays. Un saynète évoque ce regard décalé et s’est muée en jeu d’enfant. Elle a été recueillie auprès d’un habitant de Bétharram20. Elle fait référence à ce mauvais pèlerin, le coquillard.

27Un dire met en scène Rocamadour et Estella Bella, qui se situe un peu avant Puente la Reina. Il dit qu’un pèlerin pour séduire son amie doit lui promettre les belles coiffes d’Estella et de beaux rubans de Rocamadour. De même une chapelle du Puy et une chapelle de Rocamadour située à Estella Bella dédiée aux pèlerins. On mesure ici toute l’ampleur des échanges que les cultures et les hommes ont tissé et qui aboutissent à des réalisations tangibles comme ces deux chapelles.

28Les chansons populaires à leur tour occupent une place toute singulière dans l’ensemble culturel occitan. Parmi l’ensemble de textes et de chants issus du collectage des XIXe et XXe siècles, existe un corpus représentatif de l’ensemble des productions populaires qui ont pu exister et qui évoquent le pèlerinage. Le chemin est un lieu d’expression mettant en scène l’humble marcheur au fil des rencontres, des heurs et étapes ou des embûches rencontrées sur le trajet. Yseult Garric renvoie à cinq chansons populaires de différentes régions occitanes, Auvergne à Aurillac, Languedoc à Moissac, Rocamadour et Rieupeyroux et le Bas-Limousin.

  • 21 Ces montagnes qui sont si hautes... Si je savais où les voir où les rencontrer, je traverserai l’ea (...)
  • 22 Voir le paragraphe 4. B. Au miroir de l’étranger : comment voit-on les Occitans ?
  • 23 Y. Garric, op. cit., p. 200. Traduction : Quand nous fûmes sur le petit pont Quel tremblement à cha (...)

29À travers les thèmes présents dans ce répertoire, ces chansons font curieusement écho à un texte bien plus répandu et connu, érigé en chant national occitan : Se canta. Se canta évoque les montagnes qui cachent les amours lointaines, et le narrateur imagine qu’il peut franchir les eaux et les monts sans peur de se noyer : « Aquelas montanhas, que tan nautas son... Se sabiái ont las veire, ont las encontrar, passeriái l’aigueta sens páur de’m negar21 ». Si les chansons populaires indiquent que les pèlerins voyagent entre « pays », groupés par nationalité22, elles mettent en évidence des traits culturels qui deviennent des références culturelles communes chrétiennes ou liées à la culture du pèlerinage. Les épreuves rencontrées sur le chemin se retrouvent dans les chansons où le franchissement des cours d’eau fait peur car les ponts ne sont pas toujours là, on passe par des gués et les dangers du chemin. Datant de la deuxième moitié du XVIe siècle, la chanson des pèlerins d’Aurillac dit : « Quand fuguerem sus lo pontet Qual tremo al pas qu’on fa ! Crediam morir ! A patz, a patz Salva los pelgrins, San Jacm23. » La chanson des pèlerins de Moissac évoque le départ pour Saint-Jacques pour y gagner le paradis. Dans le Se canta le regard est aussi tourné vers un horizon indéfini barré par les montagnes ou par des obstacles exprimant la distance ce qui donne un écho singulier à ces chansons populaires et inscrit ces œuvres dans une logique d’attente messianique ou d’intercession du saint.

  • 24 Y. Garric, op. cit., p. 156. Traduction : Le chemin de Saint-Jacques, trois pauvres l’ont perdu.
  • 25 Y. Garric, op. cit., p. 158. Traduction : Le chemin de Saint-Jacques, trois petits pauvres l’ont p (...)
  • 26 Y. Garric, op. cit., p. 202. Traduction : Ils étaient trois pèlerins... Ils allaient à Saint-Jacque (...)

30Trois autres chansons du Bas-Limousin, de Rieupeyroux en Aveyron et de Rocamadour, évoquent trois pèlerins en marche vers Saint-Jacques, l’allusion est très claire : les rois mages. « Lou camin de Sanjaume, Tres paurous l’an marrit24 » est-il chanté à Rieupeyroux et en Bas-Limousin on proclame : « Lo chamin de Sent-Jacques Tres paubres l’ant marrit25. » À Rocamadour ce sont trois pèlerins qui sont mis en scène : « Aqu’èra tres romieus,... Anavan a Sant Jaques, per ganha lo paradis26... ». Métaphore des rois mages recherchant l’enfant Jésus, a pauvreté des trois pauvres pèlerins contraste avec les richesses offertes par les rois. Ici la culture populaire inverse les paradigmes.

  • 27 Y. Garric, op. cit., p. 360-361. Traduction : À la porte de France il laissa sa balance, à la port (...)

31Des comptines reprennent aussi le thème du pèlerinage, qui nourrit l’imaginaire populaire dont l’influence chrétienne est manifeste. Dans celle recueillie à Rocamadour par l’abbé Jean Lafon, intitulée Ne sauta dins un òrt, le texte évoque un pèlerin qui saute dans un jardin et avec l’oreille d’un âne mort trouvé là, s’en fait un chapeau, de la peau un manteau et de la queue un chalumeau, une flûte, et va devant la porte de Sant Jac pour en jouer. Une autre recueillie dans l’Aude par le félibre Achille Mir, met en scène saint Laurent qui saute aussi dans un jardin et « a la porta de França Daissèt sa balança, a la porta d’Argon (Aragon), daissèt son bordon27. » Certes les allusions sont minimes et symboliques, mais bien présentes dans un substrat culturel issu du pèlerinage et qui entretient une forme de souvenir.

  • 28 Y. Garric, op. cit., p. 142-143. L’auteur cite Christian-Pierre Bedel auteur de collectages en Roue (...)

32De même, que les chansons, une danse populaire est associée au pèlerinage. Son origine apparaît dans un texte médiéval : la cançon de santa fe (La chanson de Sainte Foi), où la tresca désigne une danse sacrée effectuée dans les églises du pèlerin autour des reliques28. Le pèlerinage a donc investi la langue à travers mots, dires, proverbes et dans la culture populaire. La chose semble banale mais elle est le fruit des échanges entre un phénomène religieux de première importance au Moyen Âge et le vecteur linguistique d’une culture qui occupe un territoire sillonné par les chemins du pèlerinage, un espace d’échanges entre les pèlerins et les populations autochtones dont la culture a fixé les traces dans ses modes d’expressions, mais aussi dans d’autres lieux de mémoire.

III. Camins e patrimòni : Patrimoine, chemins et langue occitane, entre histoire et mémoire

33Outre les expressions de la langue occitane, en tant que lieu de mémoire, les chemins jacquaires constituent un réseau de monuments patrimoniaux que la culture occitane contribue à perpétuer. La notion de patrimoine matériel ou immatériel est bien évidemment très étroitement liée aux chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle ne serait-ce qu’à travers le classement au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il s’agit ici d’explorer une dimension supplémentaire de l’histoire de l’occitan, de sa culture et de sa langue, en un mot de la société d’Occitanie. Mais aussi cela suppose d’interroger de réfléchir au lien entre histoire et mémoire occitanes à travers un élément du patrimoine religieux que constitue le pèlerinage et sa propre évolution historique.

A. Lieux de mémoire(s) et patrimoines matériel et immatériel

  • 29 Julie Roux-Perino, dir., Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, éd. MSM, Vic-En-Bigorre, 199 (...)

34Dans la langue occitane les chemins occupent une place singulière, comme il vient d’être vu. Mais du point de vue patrimonial, la langue est donc un lieu de mémoire du pèlerinage et donc des chemins et de l’histoire liée à cet acte au nom de la foi. Un lieu de mémoire immatériel. Le pèlerinage de Saint-Jacques est jalonné de référence à des événements historiques. Cette analyse en retiendra trois : l’épisode de Charlemagne et la légende de Roncevaux, haut lieu de passage des Pyrénées où les chemins du pèlerinage convergent ; la translation des reliques de sainte Foy d’Agen vers Conques ; la référence mémorielle d’une chanson traditionnelle, Lo boièr, à l’histoire cathare et qui mentionne des pèlerins. L’histoire prend des détours qui empruntent la mémoire comme support de transmission d’événements qui impriment la mémoire collective29.

  • 30 Ibidem, p. 41.

35L’empereur à la barbe fleurie, l’empereur à Roncevaux,… Autant d’image d’Épinal qui peuplent les esprits, et nourrissent les représentations du passé des Pyrénées. Charlemagne engage une campagne militaire dans la marche d’Espagne en 778, prend Saragosse, et son arrière-garde subit un revers majeur à Roncevaux. Il est couronné empereur romain le 25 décembre 800. Mais avec le temps les datations s’estompent et ne demeurent que le souvenir du passage de l’empereur dans les Pyrénées. L’aura de l’empereur romain germanique est profondément attachée à Roncevaux en tant que figure du grand homme et de l’empereur protecteur de la chrétienté, ce qui dans le cadre du pèlerinage revêt une dimension tutélaire du souverain d’Occident sur les pèlerins. D’ailleurs, Aymeric Picaud place le récit dans tout le chapitre 4 du Guide du pèlerin dès le XIIe siècle, Histoire de Charlemagne et de Roland. L’association de Charlemagne au héros de Roland constitue un couple mythique propre à marquer l’histoire et les mémoires pour une longue durée. De même l’association entre Charlemagne et le pèlerinage de Saint-Jacques réside dans l’attribution de l’invention des reliques et de la découverte du tombeau du saint en Galice. Le pouvoir carolingien voulant exalter la mémoire du saint et la personne de l’empereur dont le pouvoir impérial est récent, souci de légitimation au moment de l’épiscopat de Théodomir dans la première moitié du IXe siècle, concomitance des dates et des faits ? Il n’en faut pas moins pour que la mémoire des deux figures soit reprise et mémorialisée par l’Église et la culture populaire30.

36La chanson de sainte Foy relate le martyre de la sainte depuis Agen jusqu’à Conques. Ainsi on rebrousse chemin sur la voie Podensis, à peu près à la même période que s’initie le pèlerinage dans le sillage de Godescalc. L’invention des reliques et leur translation alimentent le martyrologe et le lien avec le pèlerinage à Conques comme à Saint-Jacques. On observe une réciprocité et une complémentarité entre le chemin parcouru et une des étapes majeures sur la voie du Puy.

  • 31 Y. Garric, op. cit., p. 296. cf. Luciana Porte-Marrou, Cantan Provençau, Cançonier dau calen, Mars (...)
  • 32 Traduction : Et les pèlerins qui passeront, prendront d’eau bénite, AEIOU, bis... Ils diront un Pa (...)
  • 33 Traduction : Au chemin de Saint-Jacques Enterrez-nous tous deux... Tous les pèlerins qui passent e (...)

37Lo boièr est un chant traditionnel qui dans les milieux occitanistes et dans la culture populaire est attaché au souvenir de l’épopée cathare. Daté du XIIIe ou du XIVe siècle, mais sans authentification possible, ce chant est imprégné d’une forte charge mémorielle autour de la croisade des Albigeois et trouve dans une chanson intitulée Farfaneta31 un écho singulier entre deux strophes évoquant la mise en terre d’une humble fidèle : « E los romius que passaràn, prendràn d’aiga senhada, AEIOU, Prendràn d’aiga senhada. » et plus tard « ...diràn un Pater amb’un Ave32 » dans Lo boièr, et dans Farfaneta : « Au camin de Sant-Jaume Enterratz-nos toi dos... Toi los romieus que pasan N’en prendran quaque brot. Diran Dieu ague l’ama33... ».

38Ces quelques exemples illustrent bien une dimension sociolinguistique de l’usage de la langue à la jonction de l’histoire et de son utilisation par le relai de la mémoire collective d’une population, dont la culture assure la transmission et souvenir.

B. Les monuments occitans du pèlerinage

39Quant aux monuments, ils sont les traces visibles et tangibles du patrimoine matériel de l’impact du pèlerinage sur l’espace occitan à travers l’architecture principalement gothique occitane de bâtiments majoritairement religieux, que sont ces églises jalonnant les chemins de Saint-Jacques.

40Loin d’en dresser la liste exhaustive, reprenons le dicton cité en amorce de notre propose. Celui-ci met en lumière un des chemins en reliant Mende et Conques sur le chemin du Puy et les variantes d’une liaison entre la via Podensis et la via Tolosana avec Rodez et Albi. La référence au chemin du pèlerin n’est pas directe mais à travers cette liste se dresse un monument qui s’auto-expose : la langue occitane-même. Elle met en scène l’architecture religieuse de ces quatre monuments. Seule Mende, proche du Puy, offre à la mémoire patrimoniale sa cloche dans le clocher de la cathédrale Saint-Privat, sur le parvis de laquelle veille la statue de Guillaume de Grimoard, devenu pape en 1362, sous le nom d’Urbain V.

  • 34 La Fédération Française de Randonnée (F.F.R.) a classé le chemin en GR le 15 juin 2014 sous le nom (...)

41L’art roman du tympan au-dessus du portail, en bas-relief du Christ en majesté de Conques est unique dans cette liste. L’art gothique occitan est représenté par les trois autres églises, qui ont rang de cathédrale, alors que Conques est une abbatiale. Notre-Dame de Rodez érige un clocher de style gothique en grès rouge. Sainte-Cécile d’Albi domine la ville de son imposante silhouette de brique dans le style dit méridional mais qui peut être qualifié de gothique occitan. Mende, seule ne figure pas sur le chemin principal du pèlerinage. Or, en 2010, l’association « Les Amis du Bienheureux pape Urbain V » a proposé aux départements de la Lozère et du Gard le tracé d’un chemin de randonnée reliant les lieux de mémoire liés à la vie et à l’œuvre du pape Urbain V, qui relie Nasbinals à Avignon, et est connecté aux chemins de Compostelle34.

42Néanmoins, plusieurs autres monuments religieux jalonnent les chemins occitans : on relève d’est en ouest : Saint-Gilles du Gard, sanctuaire des comtes de Toulouse, Notre-Dame d’Auch, Notre-Dame du Puy, Sainte-Foy de Conques, Saint-Léonard-de-Noblat, Saint-Martial de Limoges, Saint-Hilaire de Poitiers et Saint-Front de Périgueux (cathédrale à coupoles, dans le style du Sacré cœur de Paris). La liste serait bien trop longue pour énumérer les ouvrages que l’histoire architecturale du pèlerinage a laissé en Occitanie. Ces noms constituent autant de traces et de lieux de mémoires de cette relation entre Occitans et pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

C. La culture occitane actuelle

43En ce qui concerne la culture occitane contemporaine, la musique et le chant apportent leur éclairage singulier sur cette question de la langue occitane et du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. Cinq exemples distribués entre deux chansons, un festival et deux spectacles peuvent illustrer les liens entre les chemins de Compostelle et l’expression culturelle occitane contemporaine des quarante dernières années. Ceci démontrant toute l’actualité et du pèlerinage et de la culture occitane.

44La première chanson est l’œuvre de la chanteuse béarnaise Marilis Orionaa. Composée en 1972, elle figure dans l’album Balansum et s’intitule Lo sent Jaqués. Elle raconte l’histoire d’un enfant victime expiatoire désignée à la courte paille, qui s’accuse de tous les péchés pour venir en aide à ses compagnons de marche, avant d’être ressuscité par l’intervention divine. Ce héros est un enfant, un bohémien, un enfanton d’Egipte qui figure dans le texte d’une chanson recueillie par P. Abbadie vers 1920 à Moissac. La référence évangélique à la fuite en Égypte de la Sainte Famille est un parallèle avec l’origine de l’enfant et la marche vers un ailleurs meilleur des deux groupes.

  • 35 En 1930, Paul Claudel dans Le soulier de satin, écrit « Je vois les sillons que font deux âmes qui (...)
  • 36 Michel Maffrand, album Nadau a l’Olympia, 2000. cf. https://www.nadau.com/paroles/1109
    Traduction : (...)

45Une autre chanson d’un groupe béarnais, Nadau, fait écho à la citation de Paul Claudel35. Florença e Joan convoque deux amants qui s’attirent autant qu’ils se fuient, pour terminer en amants stellaires : « Era s’a hèit l’estela, Au bèth som deu lugran, Eth que s’a hèit talòssa, L’a avuda en l’espiant36. » On retrouve ici la thématique des deux âmes l’une céleste et l’autre terrestre qui sont liées au mythe de la voie lactée présentée en début d’article.

46Si l’on considère le chemin, la création occitane et l’expression en Occitanie peut se targuer d’un autre parallélisme entre culture occitane et chemins de Compostelle. Le festival Convivéncia est itinérant et suit le canal du Languedoc et peut être vu comme une actualisation artistique et musicale du pèlerinage.

47Deux spectacles37 ont été créés en s’inspirant des chemins en 2017 et en 2018. Le groupe ÒC dirigé par Christian Salès et Antiphona dirigé par le baryton lithuanien Rolandas Muleika, ont respectivement créé ÒC CAMINS le 1er juillet 2017 et « Les chemins de Saint-Jacques en pays d’Oc » le 28 septembre 2018 en l’église Saint-Jérôme de Toulouse. Le premier concert présente mêle musique, théâtre, effets spéciaux et projection retraçant l’histoire des chemins en Languedoc mêlant patrimoines matériel et immatériel. Le second groupe proposa un programme de musique classique balayant les œuvres extraites du Codex Calixtinus, de troubadours comme Guiraud Riquier, De Marcabru ou de la comtesse de Die, mais aussi des créations actuelles de Christopher Giber intitulée canso, un grand motet à cinq voix et basse continue.

IV. Les Occitans au miroir des chemins, les chemins révélateurs de l’ethnotype occitan, historiciser les mémoires

48Ou comment les chemins de Saint-Jacques peuvent historiciser une mémoire et un oubli quasi-négationniste du fait linguistique et social de la langue, à travers la question de l’identité, du regard de et sur l’Occitan et enfin, savoir si le pèlerin occitan existe, voilà le but final proposé par cette réflexion.

A. L’ethnotype occitan vu depuis les chemins : une question d’identité

  • 38 Aymeric Picaud, op. cit., Livre VII, De nominibus terrarum et qualitibus gentium, quae in itinere (...)
  • 39 Robert Lafont, Petita istòria europèa d’Occitània, Canet, ed. Trabucaïre, 2003, p. 86, carte.

49Le poitevin Aymeric Picaud consacre un chapitre entier du Guide du pèlerin sur la question des noms des territoires et des qualités des populations que traversent les chemins38. Dans sa thèse Léonard Dauphin explique « ce qu’ils savaient de la France » en éludant par ce « ils » les habitants et leur nom d’ethnie. Prenons comme premier exemple l’auteur du Guide du pèlerin. On l’identifie comme Poitevin, or, au Moyen Âge, jusqu’au XIIIe siècle, le Poitou est plus occitan encore que français39.

50Comme il existe quatre voies traversant l’Occitanie, il existe plusieurs façons de décrire le pays traversé et les habitants rencontrés à travers divers ethnotypes. Or, sur le chemin quand ils sont pèlerins, les Occitans médiévaux ne sont pas identifiés en tant que tels, mais par un ethnotype plus local. En effet, les Occitans n’ont pas de mot par rapport aux autres nationalités pour se nommer, en fait, ils disposent de trop de mots. Cette foule cache le vide, ou bien les mots qui étaient utilisés n’ont pas su s’imposer sans doute du fait de l’absence d’un pouvoir unificateur. « Ieu prec en Jesus… en romans et en latin » écrit Guilhem IX duc d’Aquitaine, ce terme de « romans » aurait très bien pu s’imposer mais son destin n’a pas été celui-ci. Cet ethnotype renvoi à la prise de conscience de soi ce que des unités culturelle et politique seules permettent. Les chemins en tant que lieux cosmopolites de l’échange et du contact entre Chrétiens de toute l’Europe proposent un effet miroir où chacun peut se confronter à l’autre et à soi.

51Or, contrairement à d’autres nationalités, les Occitans venant du royaume de France sont confrontés à deux écueils : le premier d’être considéré comme Francs ou Français en tant que sujets du roi de France, le second, réside dans le fait que l’auto dénomination du peuple occitan se dilue dans sa propre diversité d’identités et d’ethnotypes. Ainsi plusieurs endonymes tels Gascons, Provençaux, Aquitains, Poitevins, Languedociens, Auvergnats ou Limousins cachent le point commun de se dire et se penser Occitans, ou Romans ou bien qu’un de ces noms l’emporte sur les autres.

52Le phénomène subsiste encore actuellement, quant au sujet de Godescalc est présenté en 2006 par Yseult Garric comme un évêque français, lui l’évêque du Puy-en-Velay. Or, au milieu du Xe siècle, cette désignation ne signifie rien, franc à la limite. C’est projeter une réalité sur une autre et ainsi créer une dyschronie, voire une dystopie. Ainsi, par commodité d’identification localisante, on projette sur la réalité du XIe siècle, celle du XXe siècle. À cela vient se superposer ce phénomène d’une dilution de l’ethnotype occitan dans une dénomination relevant de l’identité française, ce que Léonard Dauphin désigne sous le nom d’hétéronyme, un nom donné par l’extérieur, l’étranger. Ce qui est le cas pour le nom Occitanie, remplaçant Languedoc comme nom général ou hyperonyme, un ensemble de mots soumis à un superordonné.

53Écrire cette histoire c’est-à-dire celle du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle au prisme de la question occitane, c’est aller à l’encontre du roman national français soit d’une instrumentalisation identitaire du passé.

  • 40 Y. Garric, op. cit., p. 13.

54De même la dénomination du territoire occitan recouvre les mêmes paradigmes. Dans son sermon, veneranda dies, Diego Gelmírez, évêque de Compostelle, entre 1100 et 1140, évoque les origines des pèlerins en les identifiant par quatre régions médiévales de langue d’oc.40 Il les désigne ainsi : Gascogne, Aquitaine, Provence et Poitou en parlant des Gascons, des Provençaux, des Aquitains et des Poitevins, à côté des Français, des Normands, des Navarrais et des Gaulois. Or, rien sur le Languedoc que les viae Tolosana et Podensis traversent ?

B. Au miroir de l’étranger : comment voit-on les Occitans ?

  • 41 Y. Garric, op. cit., p. 167.
  • 42 Y. Garric, op. cit., p. 121. Traduction : « Nous sommes pèlerins de la ville qui s’appelle Aurilla (...)

55Du pays à ses habitants, les chemins offrent un miroir à l’occitanité du pays et de ses habitants. Chaque pèlerin peut se mesurer à ce qu’appelle Yseult Garric le « choc de l’étranger41 ». Les chansons populaires reflètent cet état de fait car les textes regroupent les pèlerins par nationalités ou origines plus locales. Ainsi la chanson des pèlerins d’Aurillac, qui précise que « sem pelgrin de vila aycela que Orlhac proch Jordan s’apela42. » Se grouper comme il est indiqué dans la chanson des pèlerins de Moissac permet de parer à tout danger et de limiter les risques du périple grâce au nombre de la compagnie de ceux qui sont tous du même lieu. Ainsi c’est en se confrontant à l’autre et à l’ailleurs que la conscience de soi peut se formaliser.

  • 43 Cité dans Léonard Dauphin, op. cit., p. 125-126. La famille désignant la familia au sens de l’ento (...)

56De son côté, Aymeric Picaud explique sans équivoque ce choc de l’altérité en décrivant l’ethnotype gascon : « Les Gascons sont légers en paroles, bavards, moqueurs, débauchés, ivrognes, gourmands, mal vêtus de haillons et dépourvus d’argent. Pourtant… entraînés au combat et remarquables par leur hospitalité pour les pauvres... ils n’ont pas honte de coucher tous ensemble... dans la pourriture, la famille avec le maître43. » L’auteur mêle observation sociale et ethnologique à des jugements moraux et passe de la description au stéréotype moralisateur voire condescendant.

  • 44 Y. Garric, op. cit., p. 31.

57En outre, la chanson de geste de Garin le Lorrain, de la fin du XIIe siècle, présente de manière comparative les Bordelais face aux Lorrains, ces premiers ne reconnaissant pas dans le pèlerin le messager de la volonté divine, selon les seconds. Les Lorrains s’opposent aux Bordelais dénonçant la piètre qualité de leur piété, le peu de révérence envers l’humble marcheur de la foi, dont la démarche doit lui assurer un sauf-conduit dans l’espace géographique et un passeport dans la communauté chrétienne. Dès lors, en ne respectant pas ces civilités, le Bordelais devient une personne moins fiable que le Lorrain, selon ce dernier44.

  • 45 Y. Garric, op. cit., p. 207. « Je n’entendais pas leur langage » écrit-il, « Ils me demandaient si (...)
  • 46 D. Péricard-Méa (dir.), Récits de pèlerin de Compostelle, Cahors, ed. La Louve, 2011, p. 23 et sq.

58Révélant les représentations des uns envers les autres, le chemin joue son rôle de miroir à plein. À travers les témoignages de pèlerins, la langue est tout autant un révélateur qu’un marqueur d’identité sur le chemin où les différences deviennent manifestes. Jean Bonnecaze est un Béarnais du XVIIIe siècle, il effectue le pèlerinage et arrivé vers Puente la Reina, il manque de se faire enrôler dans l’armée espagnole lors d’une halte dans une auberge45. C’est un compatriote auscitain qui vient à son secours et lui offrant ses services de traducteur le fait échapper à ce dramatique destin. Un Auscitain et un Béarnais, on est en droit de se demander en quelle langue échangent ces deux hommes loin de leurs foyers : l’occitan doit être envisagé. Un autre Béarnais, Nompar de Caumont, au début du XIVe siècle, relate son périple en français et en écrivant il occitanise l’orthographe des toponymes : Logroño devient Al Grunh, Larrasoaña, Rossonhe, où le graphème -nh est substitué à la -ñ ; Los Arcos, Als Arcos, Mansilla, Manselhe, où als et le graphème -lh sont des marqueurs de la graphie classique de la langue occitane médiévale46.

59Le problème soulevé par la langue, pose la question du degré d’intercompréhension entre pèlerins mêmes et avec les habitants en Espagne. Il soulève autant d’enjeux autour de l’identité que la langue exprime à la fois la culture, l’origine géopolitique et géographique des pèlerins, et les Occitans n’y échappent pas.

C. Y a-t-il un pèlerin occitan ?

60Enfin, quel est le portrait type du pèlerin occitan ? S’il porte un nom, lo romieu, qui désigne le pèlerin vers Rome, il s’applique à tout pèlerin quelle que soit sa destination. Il revêt dans l’histoire occitane une double identité : celle du croisé, pèlerin armé, assez malfamé en Occitanie depuis 1209 et la Crosada, et celle de l’humble marcheur pour la foi, lo caminaire.

  • 47 Y. Garric, op. cit., p. 91, 269, 272.
  • 48 Jan Dau Melhau, Journal d’un pèlerin, vielleux et mendiant, sur le chemin de Compostelle, ed. dau (...)

61Un chanteur limousin a effectué le pèlerinage vers 199047. Jan Dau Melhau entreprend le chemin seul accompagné de sa vielle48. Il apparaît aux yeux d’une fillette comme « un pèlerin de jadis ! », renvoyant une image iconoclaste qu’il note lui-même : « Je sens que je ne suis pas pour eux un bon pèlerin. Peut-être qui sait, un vagabond qui ne ne veut pas dire son nom ». Il effectue un pèlerinage à l’ancienne car il rentre à pied alors qu’aujourd’hui le retour se fait en train, avion ou auto. D’ailleurs les autres pèlerins le considèrent à l’envers : « les gens voulaient à toute force me faire retourner ». Il publie un journal de pèlerin et appelle sa maison d’édition Lo Chamin de Sent Jaume à Meuzac.

62Si cet exemple détone, les Occitans ne semblent pas se distinguer des autres pèlerins par quelque singularité.

En guise d’envoi sur la voie

63Au terme de la marche, les chemins du pèlerinage de Compostelle constituent un révélateur de l’histoire occitane et de ce qu’elle peut apporter à la connaissance d’une société et d’un pays. Plusieurs aspects de l’expression culturelle occitane présents sur l’ensemble de l’Occitanie permettent de déconstruire mythes et représentations issus de la francisation autour de l’identité occitane de son histoire et des mémoires qui y sont attachées. Le Conseil de l’Europe en 1990 instaure les chemins en tant qu’itinéraire culturel européen, afin de valoriser et conserver le patrimoine des bâtisseurs des chemins et des monuments, mais la dimension immatérielle est bien présente et concourt à la spécificité de ces espaces.

64La quête du salut de l’âme des pèlerins médiévaux opère le même effet de miroir sur l’histoire occitane invitant à un voyage intérieur individuel et à une quête d’un soi collectif. Les chemins sont donc un puissant moteur de représentations, de mémoire et un chantier d’histoire aussi ouvert que profond.

Fig. 1 : La ligne rouge délimite l’Occitanie linguistique.

Fig. 1 : La ligne rouge délimite l’Occitanie linguistique.

Bibliographie

Pierre BEC, Le comte de Poitiers, premier troubadour, À l’aube d’un verbe et d’une érotique, université de Montpellier III, Centre d’études occitanes, 2003, p. 250-253.

Jean Marie D’HEUR, « Saint-Jacques-de-Compostelle et saint Jacques le Majeur dans la littérature occitane », Annales du Midi, t. 79, n° 83, 1967, p. 255-268.

Jan DAU MELHAU, Journal d’un pèlerin, Journal d’un pèlerin, vielleux et mendiant, sur le chemin de Compostelle, éd. dau Chamin de Sent-Jaume, 1990 (1er ed.), ed. Fédérop, 2002 (5er éd.).

Léonard DAUPHIN, Géographies, Ceyzérieu, ed. Champ Vallon, coll. Époques, 2018.

Yseult GARRIC, Pèlerins et pèlerinages de Compostelle dans la littérature, le théâtre et le cinéma (de Guilhem IX à La voie Lactée de Luïs Bunuel) : de l’épique au subjectif, de la recherche de la Jérusalem Céleste à la quête de soi, Toulouse, thèse de doctorat (dir Duarte MIMOSO-RUIZ), Université Toulouse-Le Mirail, 2006.

Georg KREMNITZ, dir., Histoire sociale des langues de France, Rennes, PUR, 2013.

Robert LAFONT, Petita istòria europèa d’Occitània, Canet, éd. Trabucaïre, 2003.

André LAGARDE, Al picar de la dalha, Quillan, IEO edicion, 2005.

Jean MARTIN, « Les routes du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle en Bigorre », Fédération historique du Sud-Ouest, Pau, 1966, p. 59-67.

Jacques-Paul MIGNE, Patrologie latine, t. CLXIII, col. 1407, 1844-1855.

Frédéric MISTRAL, Mirèio, Mireille, Lodève, éd. Marcel Petit, 1994.

Denise PÉRICARD-MÉA (dir.), Récits de pèlerin de Compostelle, Cahors, éd. La Louve, 2011.

Aymeric PICAUD, Le codex de Saint-Jacques de Compostelle (Liber de miraculis S. Jacobi), Paris, éd. Julien Vinson, Livres I à XI, (1140), 1882.

Luciana PORTE-MARROU, Cantan Provençau, Cançonier dau calen, Marseille, éd. IEO, CREO, 1977.

Julie ROUX-PERINO, dir., Les chemins de Saint-Jacques de Compostelle, Vic-En-Bigorre, éd. MSM, 1999.

Suzanne THIOLIER-MÉJEAN, La poétique des troubadours, Trois études sur le sirventes, Centre d’Enseignement et de Recherches d’Oc, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 1994.

Notes

1 Expression extraite de André Lagarde, Al picar de la dalha, Quillan, IEO edicion, 2005, p. 108. Traduction : Qui n’a pas vu la cathédrale d’Albi, la cloche de Mende, le portail de Conques et le clocher de Rodez, n’a rien vu. Ce proverbe-blason est peuplé de monuments renommés, autant d’étapes sur le chemin du Puy ou d’Arles.

2 Cette communication doit beaucoup à deux publications :

- la thèse d’Yseult Garric, Pèlerins et pèlerinages de Compostelle dans la littérature, le théâtre et le cinéma (de Guilhem IX à La voie Lactée de Luïs Bunuel) : de l’épique au subjectif, de la recherche de la Jérusalem Céleste à la quête de soi, Toulouse, thèse de doctorat (dir. Duarte Mimoso-Ruiz), Université Toulouse-Le Mirail, 2006.

- l’ouvrage issu de la thèse de Léonard Dauphin, Géographies, Ceyzérieu, éd. Champ Vallon, coll. Époques, 2018.

3 Aymeric Picaud, Le codex de Saint-Jacques-de-Compostelle (Liber de miraculis S. Jacobi), Paris, éd. Julien Vinson, Livres I à XI, (1140), 1882. Version téléchargée sur Gallica.fr

4 Dans l’Hérault une association Camins située à Pouzols-Minervois a créé une affiche où le nom du chemin s’affiche en occitan Camin romieu. À partir du nom du chemin, le samedi 1er juillet 2017, une soirée est organisée autour de la mémoire du chemin du pèlerinage lors du festival Total Festum, d’ailleurs soutenu par la Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée. Le Groupe de musique Òc y a proposé son spectacle intitulé ÒC CAMINS. L’événement s’intitulait « Oc-camins la renaissance du camin romieu ».

5 De son vrai nom Guy de Bourgogne (1060-1124), pape de 1119 à 1124.

6 Jacques-Paul Migne, Patrologie latine, t. CLXIII, col. 1407, 1844-1855.

7 A. Lagarde, op. cit., p. 124. Traduction : les trois rois / les trois bourdons.

8 L’explication de cette première occurrence figure plus bas dans l’article au paragraphe D. Le pèlerinage dans la culture populaire.

9 Y. Garric, op. cit., p. 56-59. Elle s’appuie notamment sur deux travaux :
- Pierre Bec, Le comte de Poitiers, premier troubadour, À l’aube d’un verbe et d’une érotique, université de Montpellier III, Centre d’études occitanes, 2003, p. 250-253.
- Suzanne Thiolier-Méjean, La poétique des troubadours, Trois études sur le sirventes, Centre d’Enseignement et de Recherches d’Oc, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 1994, Chap. « Le vocabulaire des sentiments dans la poésie morale » p. 24-45.
On peut citer aussi Jean-Marie D’Heur, « Saint-Jacques-de-Compostelle et saint Jacques le Majeur dans la littérature occitane », Annales du Midi, t. 79, n° 83, 1967, p. 255-268. L’auteur dénombre douze textes pour dix auteurs, p. 266-268.

10 Y. Garric, op. cit., p. 57.

11 Y. Garric, op. cit., p. 357-358 et pour le texte du fabliau p. 477-479.

12 Y. Garric, op. cit., p. 61-62, Un sirventes trametrai per messatge, in Poésies complètes, publiées par René Lavaud, Toulouse, éd. Privat, 1957, p. 144, pièce XXVI. Traduction : « J’enverrai un sirventès par un messager... Jusqu’à Compostelle, pieds déchaux et pleurant, il s’en aille, car en ce méchant tour il a fait trop de scandaleux tapage ».

13 Y. Garric, op. cit., p. 113, 162-164. Traduction : « Seigneur, de retour de Compostelle, je suis si bien bénie que vous ne me reconnaissez pas ».

14 Y. Garric, op. cit., p. 289-290 : Le poème de Cercamon s’intitule « Lo plainz comenz iradamen ».

15 Y. Garric, op. cit., p. 382. « Assatz pot anar e torna A la gleia et al autar... De sanh Jacme o de Roma, Que tot no.ilh val una poma Quar lunh tems Dieu no trobara Si donc en semezeis no l’a ». Traduction : « Il peut bien aller sans cesse À l’église et à l’autel... De saint Jacques ou de Rome Tout cela ne lui vaut pas une pomme Car jamais il ne trouvera Dieu S’il ne l’a pas en lui-même ». Matfre Ermengau, Breviari d’Amor, t. 3, ed. Peter Ricketts, Association internationale d’Études Occitanes, Royal holloway, University of London, 1998, vers 13725 à 13735.

16 Jean D’Heur, op. cit., p. 266.

17 Y. Garric, op. cit., p. 291-292 et texte p. 456-458.

18 Frédéric Mistral, Mirèio, Mireille, Lodève, ed. Marcel Petit, 1994, p. 386-388. Traduction : Console-toi Mireille, Vois-tu le chemin de Saint-Jacques (la voie lactée) ? Nous regardions (les saintes Maries) dans les étoiles, les processions qui vont fidèles, en pèlerinage à Compostelle prier, sur Son tombeau, notre fils et neveu, saint Jacques le Majeur.

19 Traduction : Bourdon, gourde, pèlerin, pèlerinage, chemin pèlerin, et marcheur (celui qui suit le sentier).

20 Jean Martin, « Les routes du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle en Bigorre », Fédération historique du Sud-Ouest, Pau, 1966, p. 59-67.

21 Ces montagnes qui sont si hautes... Si je savais où les voir où les rencontrer, je traverserai l’eau sans peur de me noyer.

22 Voir le paragraphe 4. B. Au miroir de l’étranger : comment voit-on les Occitans ?

23 Y. Garric, op. cit., p. 200. Traduction : Quand nous fûmes sur le petit pont Quel tremblement à chacun de nos pas ! Nous crûmes mourir.

24 Y. Garric, op. cit., p. 156. Traduction : Le chemin de Saint-Jacques, trois pauvres l’ont perdu.

25 Y. Garric, op. cit., p. 158. Traduction : Le chemin de Saint-Jacques, trois petits pauvres l’ont perdu.

26 Y. Garric, op. cit., p. 202. Traduction : Ils étaient trois pèlerins... Ils allaient à Saint-Jacques, pour gagner le paradis.

27 Y. Garric, op. cit., p. 360-361. Traduction : À la porte de France il laissa sa balance, à la porte d’Aragon, il laissa son bourdon.

28 Y. Garric, op. cit., p. 142-143. L’auteur cite Christian-Pierre Bedel auteur de collectages en Rouergue.

29 Julie Roux-Perino, dir., Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, éd. MSM, Vic-En-Bigorre, 1999, p. 23-31.

30 Ibidem, p. 41.

31 Y. Garric, op. cit., p. 296. cf. Luciana Porte-Marrou, Cantan Provençau, Cançonier dau calen, Marseille, éd. IEO, CREO, 1977, p. 104.

32 Traduction : Et les pèlerins qui passeront, prendront d’eau bénite, AEIOU, bis... Ils diront un Pater et un Ave.

33 Traduction : Au chemin de Saint-Jacques Enterrez-nous tous deux... Tous les pèlerins qui passent en prendront quelque brin (de rose et de fleurs). Ils diront que dieu ait leur âme.

34 La Fédération Française de Randonnée (F.F.R.) a classé le chemin en GR le 15 juin 2014 sous le nom de chemin Urbain V ou GR 670, qui s’étend sur un tracé de 329 kilomètres.

35 En 1930, Paul Claudel dans Le soulier de satin, écrit « Je vois les sillons que font deux âmes qui se fuient à la fois et se poursuivent ».

36 Michel Maffrand, album Nadau a l’Olympia, 2000. cf. https://www.nadau.com/paroles/1109
Traduction : Elle s’est fait étoile, En haut du firmament, Lui s’est fait ver de terre, Il l’a eue en la regardant.

37 https://www.groupe-oc.com/fr/
https://www.laregion.fr/Lo-camin-romieu
http://ensemble-antiphona.org/
http://ensemble-antiphona.org/evenement/les-chemins-de-saint-jacques-en-pays-doc/

38 Aymeric Picaud, op. cit., Livre VII, De nominibus terrarum et qualitibus gentium, quae in itinere sancti Jacobi habentur, p. 11-20.

Léonard Dauphin, op. cit., p. 125, 229, 262-263.

39 Robert Lafont, Petita istòria europèa d’Occitània, Canet, ed. Trabucaïre, 2003, p. 86, carte.

40 Y. Garric, op. cit., p. 13.

41 Y. Garric, op. cit., p. 167.

42 Y. Garric, op. cit., p. 121. Traduction : « Nous sommes pèlerins de la ville qui s’appelle Aurillac, celle proche de la Jordanne ».

43 Cité dans Léonard Dauphin, op. cit., p. 125-126. La famille désignant la familia au sens de l’entourage au service du maître.

44 Y. Garric, op. cit., p. 31.

45 Y. Garric, op. cit., p. 207. « Je n’entendais pas leur langage » écrit-il, « Ils me demandaient si je savais écrire je leur ai dit que non. Alors un jeune pèlerin du côté d’Auch qui entendait leurs discours, m’avertit qu’on voulait me tromper pour m’engager ».

46 D. Péricard-Méa (dir.), Récits de pèlerin de Compostelle, Cahors, ed. La Louve, 2011, p. 23 et sq.

47 Y. Garric, op. cit., p. 91, 269, 272.

48 Jan Dau Melhau, Journal d’un pèlerin, vielleux et mendiant, sur le chemin de Compostelle, ed. dau Chamin de Sent-Jaume, 1990 (1ère éd.), ed. Fédérop, 2002 (5e éd.).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : La ligne rouge délimite l’Occitanie linguistique.
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/6945/img-1.png
Fichier image/png, 3,6M
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/6945/img-2.png
Fichier image/png, 4,1M

Auteur

Professeur agrégé d’histoire-géographie
Lycée de Mirepoix

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search