Version classiqueVersion mobile

Les chemins de Saint-Jacques à l’épreuve des temps

 | 
Philippe Delvit
, 
Florent Garnier

Les ambiguïtés du classement UNESCO : les chemins de Saint‑Jacques

André Cabanis

Texte intégral

  • 1 L’Agence de coopération interrégionale et réseau « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle », asso (...)

1Il peut paraître ambigu de parler d’ambiguïté à propos de l’inscription des chemins de Saint-Jacques sur la liste UNESCO du patrimoine mondial. On sait qu’il s’est trouvé des historiens pour discuter ce classement. Ils soutiennent que ces chemins sont une invention moderne, qu’au Moyen Âge il n’y avait pas d’itinéraires bien délimités mais une multitude de routes entre lesquelles les pèlerins se répartissaient librement1. Un ruissellement plus que des torrents bien délimités. Tout au plus pouvait-on distinguer quelques étapes privilégiées de dévotion, telles Vézelay, Le Puy ou Arles. Les pèlerins savaient y trouver de recueillement, le vivre et le couvert.

2Je ne me situe pas dans cette logique. Je suis trop ignorant de ce qui constitue la vraie nature des pèlerinages médiévaux pour oser me prononcer sur ces controverses érudites. En revanche, depuis le poste d’observation que j’ai occupé pendant plus de trente ans comme chargé de mission pour les affaires culturelles auprès du préfet de région, j’ai pu observer les efforts d’une petite troupe d’élus, de fonctionnaires et de bénévoles pour mettre en valeur la cohérence de cet ensemble de sites et de monuments que constituent les chemins de Saint-Jacques, pour valoriser tous ces éléments et pour les faire reconnaître au niveau international. L’inscription par l’UNESCO comme une composante du patrimoine mondial est venue couronner des années d’effort.

3Parmi tous ceux dont j’ai constaté l’implication, il y avait, pour moi en toute première place, Aline Tomasin, alors conservateur des monuments historiques pour la région Midi-Pyrénées. C’est notamment avec la programmation des crédits d’État pendant plusieurs dizaines d’années que j’ai pu mesurer l’ampleur de son action en faveur des chemins : il ne se passait pas d’exercice budgétaire sans qu’elle ne propose quelque monument lié à ce grand ensemble. De ce point de vue, ses priorités ont toujours été approuvées par la conférence administrative régionale, composée des préfets de département. Pour Midi-Pyrénées, c’était comme une sorte de grande priorité. Son action s’est poursuivie en tant que directrice de la culture au Conseil régional et elle continue actuellement comme présidente de la Société des Toulousains de Toulouse. Les chemins lui doivent beaucoup.

  • 2 Contra : cf. les arguments présentés par Marie-Ève Cortes, alors responsable du service « tourisme (...)

4Si j’ai cru pouvoir parler d’ambiguïté du classement UNESCO, ce n’est pas spécifiquement à propos des chemins. J’ai eu l’occasion de m’intéresser à ce classement à propos d’autres ensembles monumentaux tels le canal du Midi ou la ville d’Albi2. Un argument fréquemment utilisé par les responsables administratifs tend à présenter d’abord le classement comme un atout touristique. Il est habituel d’affirmer que, dès le label obtenu, la fréquentation augmente de 10 %. On parle même de 20 % à Albi la première année. Certains acteurs de l’économie ont tendance à considérer qu’il y a là une occasion de mettre en place de nouveaux équipements en matière de transport, d’hébergement, de restauration, de commerce, liés à l’accueil des nouveaux venus. Les populations locales y voient une source d’opportunité pour développer des activités génératrices d’emplois et de revenus en mettant en valeur des monuments, des sites auxquels elles ne portaient pas toujours beaucoup d’attention auparavant, à moins qu’elles y aient vu une source d’embarras. Elles ont le sentiment qu’on leur rend enfin justice et qu’un patrimoine qui leur appartient d’un certain point de vue est désormais reconnu à sa juste valeur. Parfois, le classement fait même figure d’argument électoral, abondamment exploité par ceux qui ont obtenu cette distinction.

  • 3 Parmi les rapports publiés par l’UNESCO, le document intitulé Rapports périodiques et programme ré (...)

5On mesure les problèmes liés à une telle conception de l’inscription au patrimoine mondial. Les nouveaux équipements risquent de dénaturer les alentours de l’espace qui a été distingué, sauf à les situer très à l’écart, ce qui ne peut satisfaire ceux qui en attendaient de fructueux bénéfices. Les activités commerciales peuvent être jugées incompatibles avec certains types de monuments, surtout religieux, là aussi sauf à en limiter l’ampleur et à en contrôler les caractéristiques ce qui peut paraître contraire à l’objectif d’accroissement du chiffre d’affaire. Les accès doivent être contrôlés, calibrés, limités. Le résultat de ces précautions : les populations sont enclines à se sentir dépossédées de ce qui constituait leur patrimoine traditionnel, qu’elles avaient protégé pendant longtemps, vaille que vaille, et à propos duquel elles se considèrent comme les mieux placées pour en déterminer les modalités de valorisation. Les coûts se révèlent parfois disproportionnés par rapport aux recettes attendues ce qui suscite des protestations de la part des contribuables locaux, souvent abondamment sollicités, y compris pour des monuments hérités d’une histoire parfois compliquée mais trop importants pour les petites communes. Il n’est jusqu’au piétinement lié à un plus grand nombre de visiteurs qui ne soit accusé de compromettre l’intégrité de l’édifice en l’exposant à un affaiblissement des fondations3. En fait, les difficultés à assumer pour obtenir l’inscription (I) ne font qu’anticiper les problèmes à surmonter pour s’y maintenir (II).

I. L’inscription au patrimoine mondial : un marathon

6Si le but prioritairement poursuivi lors de la mise en place de la liste du patrimoine mondial reste la préservation (A), le critère décisif pour qu’un bien y accède est celui de son exceptionnalité (B), ainsi que cela a été reconnu pour les chemins de Saint-Jacques, ce qui conduit à évoquer leur place (C) parmi les éléments qui composent cet ensemble prestigieux.

A. Un but prioritaire : la préservation

7La mise en place de la procédure de classement est placée sous le signe de la protection bien plus que de la promotion. Le point de départ est sans équivoque : c’est en constatant le nombre de monuments majeurs menacés de destruction que la communauté internationale, à travers l’UNESCO, s’est préoccupée d’en assurer la sauvegarde, notamment grâce à la convention de 1972. Les principaux sites dont la survie a ému l’opinion mondiale ont été en tout premier lieu, dès 1959, les temples d’Abou Simbel et de Philae, menacés par la construction du barrage d’Assouan. Ils sont objet d’une campagne internationale lancée par l’UNESCO, justement. L’attention s’est ensuite portée, au cours des années 1960 et 1970, sur les sites de Venise et de Mohenjo Daro au Pakistan ainsi que sur les temples bouddhiques de Borobudur en Indonésie.

8Deux textes internationaux et une structure qui se veut ouverte sur la planète annoncent et préparent la convention de 1972 par laquelle l’UNESCO fonde la liste du patrimoine mondial. Les deux textes internationaux : ce sont les chartes d’Athènes et de Venise, adoptées à la suite de conférences tenues à plus de trente ans de distance dans ces deux villes, en 1931 et 1964. Il s’agit de fixer les conditions de conservation et de restauration des monuments historiques. C’est d’abord de l’encadrement de la restauration que l’on s’est préoccupé, dès 1931. Cet objectif témoigne que certaines interventions humaines, même placées sous le signe de la bonne volonté, peuvent faire plus de mal que les ravages du temps. En 1964, une structure est mise au service de cette cause : c’est le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS), organisation non gouvernementale installée en 1965 pour favoriser le dialogue entre les professionnels de la conservation des monuments et des sites historiques du monde et pour faire circuler des informations, des techniques et des politiques dans ce domaine.

  • 4 Art. 11-4 de la convention de 1972. Cf. le rapport publié en 2007 sous la direction de Francisco B (...)

9La convention adoptée par la conférence internationale de l’UNESCO en 1972 prévoit, dans son article 11, l’élaboration d’une « liste du patrimoine mondial en péril ». Il s’agit de se mobiliser contre la « dégradation accélérée » et parfois la « menace de disparition » d’un certain nombre de monuments. La convention énumère tous les dangers dont il faut se préserver : « conflits armées, calamités et cataclysmes, grands incendies, séismes, glissements de terrain, éruptions volcaniques, modification du niveau des eaux, inondations, raz de marée ». À ces calamités, la convention en ajoute une autre, plus inattendue, qui est le « rapide développement […] touristique »4. Ces craintes et ces dénonciations reprennent celles qui figurent dans l’exposé des motifs de la convention qui stigmatise non seulement les « causes traditionnelles de dégradation » mais aussi « l’évolution de la vie sociale et économique qui les aggrave par des phénomènes d’altération encore plus redoutable ». Il est vrai qu’il est aussi question, plus loin dans le texte, de « mise en valeur » du patrimoine. On n’exclut pas toute politique de valorisation mais on s’en méfie.

B. Un critère décisif : la valeur universelle exceptionnelle du bien candidat à l’inscription

10Le classement au patrimoine mondial est subordonné à la satisfaction de plusieurs critères parmi une liste qui comptait, jusqu’en 2004, six critères culturels et quatre naturels. Ils sont fondus en 2004. Les six critères culturels privilégient à côté de valeurs esthétiques, promptement expédiées (« chef d’œuvre » ou « importance esthétique exceptionnelle »), une majorité de considérations renvoyant à la rencontre des cultures (« échanges d’influences »), à des formes de primitivité (« établissement humain traditionnel », « utilisation traditionnelle du territoire ou de la mer », « traditions vivantes ») et à des témoignages sur des périodes spécifiques (« témoignage unique ou du moins exceptionnel », « exemples éminemment significatifs des grands stades de l’histoire de la terre »).

  • 5 Caractéristiques des chemins de Saint-Jacques correspondant aux critères n° 2 : « rôle essentiel d (...)

11S’appliquent aux chemins de Saint-Jacques le critère n° 2 (l’échange d’influence sur le développement de l’architecture ou de la technologie, des arts monumentaux, de la planification des villes ou de la création des territoires), le n° 4 (type de construction ou ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une ou des périodes significative (s) de l’histoire humaine) et le n° 6 (ensemble associé à des événements ou des traditions vivantes, des idées, des croyances (…) ». Les chemins de Saint-Jacques paraissent bien anticiper une évolution qui tend à promouvoir des témoignages d’échanges, de traditions et de croyances plus que de beauté à prétention universelle5.

C. La place des chemins de Saint-Jacques au sein du patrimoine mondial

12C’est dans ces conditions qu’en 1998, les chemins de Saint-Jacques ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial au titre des biens culturels. C’est l’un des 44 biens à y figurer pour la France après des monuments aussi prestigieux, pour notre pays, que le Mont Saint-Michel ou Versailles. La liste des biens inscrits au patrimoine mondial a été constituée à partir de 1972. Elle compte actuellement, en 2018, 1 092 biens qui se situent pour la plupart dans la zone Europe de l’ouest et en Amérique du nord (47 % du total), les suivantes étant l’Asie et la zone Pacifique (23 %), puis l’Amérique latine et les Caraïbes (13 %), ensuite l’Afrique (8,6 %), enfin les États arabes (7,6 %). Les premiers classements correspondent à la volonté de valoriser des éléments architecturaux déjà reconnus dont il s’agit de confirmer la place éminente sans qu’ils soient véritablement menacés et en fonction de critères essentiellement esthétiques qui favorisent plutôt les pays développés au riche passé. La tendance actuelle est de critiquer cet objectif de valorisation et cette priorité reconnue à l’esthétique.

  • 6 Les chemins de Saint-Jacques en terre espagnole ont été retenus au titre du patrimoine mondial en (...)

13L’inscription des chemins de Saint-Jacques prend en compte des biens culturels situés sur un itinéraire. On serait tenté de les rapprocher de trois autres réseaux routiers, situé en Amérique et en Asie. Le plus long est le Qhapaq Nan, le réseau de routes andin en Argentine : il s’agit des routes incas qui se prolongent sur 6 000 kilomètres et comptent 273 sites. Viennent ensuite les routes de la soie avec un corridor qui s’étend sur 5 000 kilomètres depuis Chang’an-Tian-shan en Chine, puis au Kazakhstan et au Kirghizistan. Cet itinéraire comprend 33 sites. En troisième lieu, on peut citer la route de l’encens, en Israël, dans le désert du Néguev, avec quatre villes nabatéennes (Haluza, Mamshit, Avdat et Shivta) sur une centaine de kilomètres. Les deux premières longueurs impressionnent. Dès lors l’inscription des chemins de Saint-Jacques en France et en Espagne peut paraître modeste… En réalité, elle ne s’est portée que sur les demandes des pays exprimées à ce jour. Sont pour l’instant concernés les seuls pays d’Europe à avoir engagé la demande d’inscription de leurs chemins nationaux au patrimoine mondial « Chemins de Saint-Jacques en France » pour la France et « Camino Frances » et « Camino del Norte » pour l’Espagne6. L’extension des deux protections actuelles à l’ensemble des voies de pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle en Europe ce qui serait logique, donnerait un élément de comparaison plus juste avec les exemples cités.

14Dans un premier temps, l’idée d’un regroupement franco-espagnol n’est d’ailleurs pas absurde en tout cas du point de vue de l’UNESCO, mais sans doute pas aux yeux des responsables locaux et nationaux. À titre d’exemple, un tel regroupement a été accepté avec les frontières de l’empire romain en Grande-Bretagne (représentés par les murs d’Hadrien et d’Antonin sur 190 kilomètres) et en Allemagne (constitué par le limes de Germanie supérieure et de Rhétie, soit 550 kilomètres). Ils ont été regroupés en 2005 et 2008 sous le titre unique de « frontières de l’Empire romain ». Pour l’heure, le choix des autorités françaises de ne demander l’inscription que d’une longueur réduite est sans doute prudent dans une perspective de maintien sur la liste du patrimoine mondial. On peut se demander si d’autres n’ont pas pris des risques en inscrivant des milliers de kilomètres d’autant que l’on sait que l’inscription rapporte plus d’obligations que de subventions.

II. Le maintien sur la liste de patrimoine mondial

15L’obligation de mise en place d’un plan de gestion des biens inscrits sur la liste du patrimoine mondial (I) doit permettre de maîtriser les indicateurs portant sur les menaces pesant sur les biens inscrits (II) en tenant compte des caractéristiques de leurs utilisateurs (III).

A. La gestion des biens inscrits sur la liste du patrimoine mondial

16Les paragraphes 108 et 109 des orientations pour la mise en œuvre de la convention de 1972, orientations régulièrement mises à jour, prévoient que « chaque bien proposé pour inscription devra avoir un plan de gestion adapté ». Lorsque les chemins de Saint-Jacques ont été inscrits, il n’y avait pas encore cette obligation mais il a fallu s’y conformer par la suite et rédiger ce document. Ce dernier est fort utile. Au plan national, l’inscription n’a pas d’effet juridique à proprement parler. Il y a simplement un engagement de l’État à être en mesure de gérer l’ensemble du patrimoine concerné. C’est ce qui a conduit le ministère de la Culture à ne proposer, au titre des chemins, que des monuments classés ou inscrits (sauf un) donc bénéficiant déjà de la protection liée à ce statut. Ce sont 71 édifices qui sont pris en compte : des églises, des sanctuaires, des hôpitaux, des ponts, des croix de chemins… S’y ajoutent sept sections (160 kilomètres) de la Via Podiensis, celle qui part du Puy-en-Velay. Dans ses documents officiels, l’UNESCO note la protection dont bénéficie cet ensemble au titre du Code du patrimoine, du Code de l’environnement et des plans locaux d’urbanisme. Elle souligne également l’importance de la règle des cinq cents mètres autour des monuments ce qui permet de garantir leurs abords.

17À cette abondance de précautions prises en faveur des chemins de Saint-Jacques, l’on peut opposer les conditions de l’inscription du canal du Midi, obtenue en 1996, sans que soient prises les mêmes garanties. Les 360 kilomètres et les 328 ouvrages qui composent cet ensemble n’avaient pas tous faits l’objet d’une inscription au titre de l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Il a fallu engager cette procédure après avoir obtenu de figurer sur la liste du patrimoine mondial, ce qui n’est pas allé sans poser certains problèmes. Le principal défi tient au nombre des pèlerins qui parcourent les chemins : à peine 10 000 en 1992, 50 000 en 2000, 200 000 en 2013, 300 000 en 2017. Leurs origines géographiques sont diverses avec un fort contingent d’Espagnols puisqu’ils représentent près de la moitié. Les autres nationalités qui totalisent chacune moins de 10 % du total sont, dans l’ordre : les Italiens, les Allemands, les Portugais et les Français.

B. Les indicateurs portant sur les menaces pesant sur les biens inscrits

  • 7 Sur la basilique Saint-Sernin et l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques, étapes toulousaines pour les pèlerins (...)

18Le coût de l’entretien des monuments pose toujours un problème financier, notamment pour les petites communes qui ne disposent pas d’un budget à la hauteur de l’importance de leur patrimoine immobilier. Ce n’est d’ailleurs pas une question spécifique aux chemins de Saint-Jacques. En revanche, il n’y a pas de difficultés pour les grandes villes. Pour ce qui est de Toulouse, par exemple, l’aménagement de la place et de la façade de Saint-Sernin témoigne de l’intérêt que la ville porte à cette basilique. S’y ajoute sans doute le désir des magistrats municipaux de se montrer exemplaires vis-à-vis d’un monument important, l’un des deux relevant du classement UNESCO au titre des chemins7, parce que la municipalité souhaite faire bénéficier de ce label l’ensemble de la cité. Plus près de nous, dans le Gers, citons l’exemple du pont de Lartigue tout récemment restauré et mis en valeur ainsi que l’aménagement du tronçon de sentier Lectoure-Condom. D’une façon générale, le classement engage dix régions, 32 départements et 95 communes.

19Depuis 1979, l’UNESCO a mis en place un système d’information sur l’état de conservation des biens du patrimoine. Le site officiel de l’organisation donne une idée de la confiance mise dans ce dispositif. Il parle « des systèmes de suivi les plus complets de toutes les conventions internationales ». Il en résulte, pour chaque bien, un graphique synthétisant les indicateurs rassemblés sur son état de conservation. En abscisse : les quinze dernières années. En ordonnées : une échelle mesurant de 1 à 100 le niveau de menaces pesant sur chaque bien. Le zéro, c’est la menace minimale. Cent : ce sont les menaces maximum.

20Nous avons émis l’hypothèse qu’il y avait quelque imprudence de la part des autorités d’Argentine et de Chine à demander l’inscription de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres. Ainsi le réseau des voies incas et celui des routes de la soie font-ils l’objet d’une évaluation des menaces plutôt négative. Dans les deux cas, l’indicateur connaît une hausse régulière depuis 2015 jusqu’à atteindre vingt dans le premier cas, trente dans le second. À l’inverse l’indicateur pour les chemins de Saint-Jacques se situe obstinément au niveau du zéro.

  • 8 Zhiyong Zhao, La protection juridique du patrimoine culturel en Chine, Presses de l’Université Tou (...)

21À noter que la désinvolture des autorités chinoises vis-à-vis des objectifs de préservation affichés par l’UNESCO ne se limite aux routes de la soie. Depuis une trentaine d’années, ce gouvernement multiplie les candidatures au titre du patrimoine mondial. Il soutient des programmes touristiques plus coûteux les uns que les autres, parfois disproportionnés par rapport aux moyens des collectivités locales8. Le respect des monuments du passé n’est pas toujours au rendez-vous. Pour s’en tenir à deux exemples, le Grand canal en Chine qui se prolonge sur plus de 2 000 kilomètres a fait l’objet d’un indicateur de menaces en hausse régulière depuis 2015 jusque vers le niveau de vingt. Pour ce qui est de la Grande Muraille qui atteint les 20 000 kilomètres, elle a vu son indicateur en hausse entre 1989 et 2009 avec une pointe à plus de 25 en 1994. Après une accalmie, la hausse est repartie en 2016. Enfin et pour ce qui est de l’homologue espagnole des chemins français, l’indicateur des risques est en hausse à partir de 2000, avec un pic aux alentours de cinquante en 2005, suivie d’une baisse jusqu’à retomber à dix.

C. Les utilisateurs des chemins de Saint‑Jacques

22Les « usagers » des chemins de Saint-Jacques – les pèlerins – sont d’un type particulier par rapport aux touristes qui fréquentent habituellement les monuments historiques. Il est vrai que chaque ensemble attire des publics spécifiques. Ainsi les visiteurs de la cité de Carcassonne ne peuvent être confondus avec les utilisateurs du canal du Midi. Sans doute ces derniers sont-ils plus respectueux des lieux. Les gestionnaires des biens inscrits au patrimoine mondial doivent en tenir compte.

23La vocation religieuse est présente dès la procédure de classement des chemins de Saint-Jacques. En 1998, il est clairement fait allusion aux « aspects spirituels et matériels du pèlerinage ». En même temps, l’ambiguïté de la démarche est évoquée dans une formule soigneusement balancée : « Exercice spirituel et manifestation de la foi, le pèlerinage a aussi touché le monde profane en jouant un rôle décisif dans la naissance et la circulation des idées et des arts ». De fait, les marcheurs des chemins de Saint-Jacques ont des motivations plurielles : 43% sont motivés par un dépassement physique de soi, 47 % poursuivent des buts spirituels, parmi lesquels 19 % par foi chrétienne.

24La dimension religieuse peut gêner certains et les documents de promotion des chemins reflètent cette crainte, parfois involontairement. Ainsi le site de la structure en charge de la gestion de l’ensemble, l’Agence de coopération interrégionale et réseau des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle (l’ACIR), recèle des formules révélatrices. Il est rappelé le libellé de la déclaration de valeur universelle du bien retenu par l’UNESCO : « Le pèlerinage à Compostelle appartient à la tradition chrétienne » et l’on ajoute tout de suite : « mais son renouveau ces trente dernières années se pose comme une réaction aux dérives de notre société occidentale, individualiste, hyper-technologique et ultra-consumériste ». Il n’y a rien à enlever de cette phrase sauf à s’étonner du mais qui paraît impliquer une contradiction entre le sentiment religieux et la réaction contre les dérives de notre société. Immédiatement après cette phrase, cette réaction est présentée comme se situant « au-delà des dogmes religieux et de la défiance qu’ils suscitent » : en fait, elle se situe parfois dans le cadre de ces dogmes religieux.

  • 9 Il n’est jusqu’au site de l’Agence ACIR qui comporte un espace « Boutique », il est vrai petitemen (...)

25Un problème se pose dans le cadre de cette protection qui est intervenue au titre des biens culturels. C’est l’interprétation sur laquelle s’appuie le ministère de la Culture. Pourtant, il y a, dans le fonctionnement des chemins, une dimension de patrimoine immatériel qu’il faut aussi préserver. Cela conduirait à éviter l’organisation de manifestations qui ne sont pas dans la logique d’un lieu de pèlerinage. Certaines paraissent plus hétérogènes qu’elles ne le sont vraiment. Ainsi de l’opération intitulée « Le grand Bivouac » et complétée du sous-titre : « Quel beau chambardement ». En fait, il s’agit d’un festival regroupant des marcheurs, sans connotation contraire aux motivations de ceux qui suivent les chemins de Saint-Jacques au point que l’ACIR y tient un stand. À l’inverse, ce qu’il faut éviter c’est une marchandisation des chemins. Il peut germer, chez certains, l’ambition de créer une ligne de produits vendus sur les divers sites concernés9. La création d’une marque déposée ressusciterait l’antique malédiction contre les marchands du temple.

*

* *

26Le risque qu’un bien inscrit au patrimoine mondial et mal entretenu se voie retirer cette qualité paraît fort hypothétique. L’UNESCO a mis en place suffisamment de dispositifs d’alarmes, de rappels à l’ordre, d’avertissements pour que les responsables nationaux aient le temps de se mettre en règle avec les obligations qu’ils se sont imposées à eux-mêmes lors de la procédure de candidature. Pour autant la menace n’est pas tout à fait théorique. Ainsi l’espace dit « sanctuaire de l’oryx arabe » à Oman a-t-il été retiré de la liste en 2007 à la suite de la décision du sultanat de réduire la zone protégée de 90 % pour favoriser la prospection d’hydrocarbure. De même, la « Vallée de l’Elbe » a-t-elle été rayée de la liste des biens inscrits en juin 2009 à cause de la volonté des responsables allemands de construire un pont routier à quatre voies alors qu’une recommandation en vue de lui préférer un tunnel pour ne pas dénaturer le site avait été transmise par le Comité du patrimoine mondial onze mois plus tôt. A la même date, une procédure de surveillance renforcée est demandée à l’égard de Bordeaux, du Machu Picchu, de Tombouctou et de Samarkand. Ils échapperont à l’élimination. Donc, le danger est mince mais pas imaginaire. De toute façon, les chemins de Saint-Jacques sont les derniers à être menacés, compte tenu de leur délimitation réaliste, de leur plan de gestion efficace et de leur bon entretien.

  • 10 Dans un rapport publié en 2016 et réalisé par l’UNESCO (Rapports n° 43 : « Comprendre le patrimoin (...)

27De façon plus générale, nous nous sommes engagés dans cette contribution pour rechercher dans quelle mesure les objectifs des gestionnaires des chemins de Saint-Jacques sont compatibles avec la volonté de préservation du patrimoine mondial. Pour nombre de monuments, cette conciliation paraît problématique dans la mesure où il faut trouver un compromis entre la volonté des autorités locales et nationales d’accueillir un nombre de touristes de plus en plus important et les dégâts que ces foules causent inévitablement à des bâtiments qui n’y sont pas adaptés10. Ces craintes sont à rapprocher de la volonté qui se fait jour dans un certain nombre d’espaces, en vue de réguler l’arrivée de populations extérieures de passage, là où elles font figure d’intruses plus que d’hôtes bienvenus.

28Cette tendance assez nouvelle ne touche pas seulement des sites prestigieux, affectés dans les guides de la mention aguichante « vaut le voyage » et où l’essentiel de l’activité économique est lié aux visiteurs arrivant de partout. Le souci de limiter l’irruption étrangère affecte également des villes ou des zones géographiques où la présence de populations allogènes éveille la crainte d’une mise en péril des habitudes locales, des modes de vie traditionnels, presque de l’identité nationale. Réguler les flux touristiques devient plus important que de les attirer. Le plaisir délicat d’un moment d’émotion à la vue d’un chef d’œuvre du génie humain sur un caprice, sur une inspiration, est désormais exclu de toute improvisation. Il est nécessaire de prendre rendez-vous plusieurs jours auparavant, sur internet.

29Le rapport à l’objet culturel évolue. Il se trouve encore des foules immenses pour arpenter les salons de Versailles ou parcourir les collines d’Angkor mais chacun déplore ce tourisme de masse. Il est désormais de bon ton de condamner ce mode de visite précipité et indifférencié. Il est fini le temps où l’on « faisait » douze châteaux de la Loire en trois jours. Ce que cherche de nos jours l’esprit éclairé en quête de nouvelles connaissances et de nouvelles sensations, c’est moins l’émotion esthétique ressentie devant un bien exceptionnel à valeur universelle que le témoignage d’une culture, d’un aspect spécifique de notre grande communauté mondiale. Il s’agit moins de profiter d’un moment indicible au spectacle d’une œuvre unique dans le temps et dans l’espace que de découvrir une ambiance, des impressions liées à un lieu spécifique et rare. Le développement du trekking, de l’écotourisme, des expéditions-découvertes… témoignent de l’importance de cette tendance.

30Chacun doit apporter à cette découverte son identité, son passé et sa sensibilité jusqu’à en faire un instant tout à fait personnel. En même temps, il est partagé avec une communauté homogène, sensible aux mêmes valeurs au sein de laquelle l’on se sent non pas étouffé mais en communion spirituelle. Il ne s’agit pas de profiter d’un spectacle auquel beaucoup assistent de façon passive mais de participer à un rite initiatique par lequel chacun s’approprie le bien inscrit au patrimoine mondial, peut-être pas d’une perfection absolue mais pouvant être considéré comme un témoignage irremplaçable, le témoignage de la diversité d’un monde auquel l’on appartient. Les pèlerins de Saint-Jacques ont pu apparaître comme des voyageurs se situant un peu hors du temps, héritiers de siècles disparus. Il n’est pas sûr qu’ils n’anticipent pas l’avenir mieux qu’ils ne commémorent le passé. De ce point de vue, les chemins de Saint-Jacques pourraient, par leur exceptionnalité même, faire figure de modèle.

Notes

1 L’Agence de coopération interrégionale et réseau « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle », association en convention avec l’État pour la constitution et l’animation du réseau des propriétaires, gestionnaires et acteurs du bien culturel « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France » reconnaît, sur son site officiel ACIR, que « en considérant que l’état d’un chemin pouvait fluctuer, tout comme les courants commerciaux, on comprend que, du Ve au XVIIIe siècle, les voies de communication aient constitué un réseau “vivant” en perpétuel changement, bien que de très grands itinéraires aient pu s’imposer ». La conclusion : « Il semble évident que des routes spécialement prévues n’ont jamais existé, du moins en France ».

2 Contra : cf. les arguments présentés par Marie-Ève Cortes, alors responsable du service « tourisme et patrimoine » de la ville d’Albi sur le rôle des revenus du tourisme pour la restauration du patrimoine (André Cabanis, « Politique touristique et classement au patrimoine mondial », Politique touristique et développement économique, Presses du Centre universitaire Champollion, Albi 2010, p. 43, note 27).

3 Parmi les rapports publiés par l’UNESCO, le document intitulé Rapports périodiques et programme régional. États arabes 2000-2003 (dans Série du patrimoine mondial, n° 11, 2004) donne une vision concrète des problèmes rencontrés à travers les solutions envisagées. Ainsi lorsqu’est annoncé un contrôle accru contre la tentation du pillage ou du vandalisme : « surveillance en cours de renforcement à Hatra (Irak), Petra (Jordanie), l’amphithéâtre d’El Jem et dans la cité punique de Kerkouane et sa nécropole (Tunisie) ». En complément, il est indiqué que « La cité punique de Kerkouane et sa nécropole (Tunisie), le site archéologique de Sabratha et le site archéologique de Leptis Magna (Jamahiriya arabe libyenne) font part d’efforts spécifiques pour réduire le piétinement » (p. 46).

4 Art. 11-4 de la convention de 1972. Cf. le rapport publié en 2007 sous la direction de Francisco Badarini, directeur du Centre du patrimoine mondial, avec un tableau présentant, par grandes régions du monde, la proportion des sites ayant fait l’objet de plaintes, notamment à cause de problèmes liés au tourisme : 29 % en Asie-Pacifique, 26 % dans les pays arabes, 21 % en Amérique latine et aux Caraïbes, 14 % en Europe-Amérique du nord et 13 % en Afrique (Patrimoine mondial : défis pour le millénaire, mars 2007, 200 pages).

5 Caractéristiques des chemins de Saint-Jacques correspondant aux critères n° 2 : « rôle essentiel dans les échanges et le développement religieux et culturels au cours du bas Moyen Âge », n° 4 : « création d’un certain nombre d’édifices spécialisées » satisfaisant « les besoins spirituels et physiques des pèlerins » et n° 6 : « témoignage exceptionnel du pouvoir et de l’influence de la foi chrétienne ». Les éléments immatériels sont donc très largement pris en compte.

6 Les chemins de Saint-Jacques en terre espagnole ont été retenus au titre du patrimoine mondial en s’appuyant sur les mêmes critères 2, 4 et 6 que l’itinéraire français. Cependant, ils s’en réclament en utilisant des orientations un peu différentes, ainsi des critères n° 2 : « rôle prépondérant dans l’échange bidirectionnel du progrès culturel entre la péninsule ibérique et le reste de l’Europe », n° 4 : « registre matériel le plus complet des voies de pèlerinage chrétiennes » et n° 6 : témoin de « l’influence de la foi chez tous les êtres humains ».

7 Sur la basilique Saint-Sernin et l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques, étapes toulousaines pour les pèlerins, v. Jacques Frexinos, « L’Hôtel-Dieu Saint-Jacques sur les chemins du pèlerinage », L’Auta. Histoire, Arts et Lettres en Midi toulousain, octobre 2018, p. 343 à 354.

8 Zhiyong Zhao, La protection juridique du patrimoine culturel en Chine, Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, Toulouse 2010, not. le chapitre 2 de la première partie : « Les difficultés pratiques de mise en œuvre de la protection du patrimoine culturel matériel » et la deuxième partie : « La sauvegarde du patrimoine culturel immatériel chinois : de l’influence de l’UNESCO à un possible modèle sui generis », p. 145 à 344.

9 Il n’est jusqu’au site de l’Agence ACIR qui comporte un espace « Boutique », il est vrai petitement garni : le « credential » ou passeport du pèlerin qu’il fait tamponner à chaque étape, deux affiches, un T-shirts, des statuettes (dont les « pèlerins amoureux » et le « pèlerin dodu »), enfin les actes d’un colloque. D’autres sites sont plus diversifiés avec un choix plus large, il est vrai surtout composé de livres historiques et explicatifs ou de guides, complété par des puzzles, des drapeaux, des magnets, des porte-clés avec coquille et même un chapelet à chaine argentée.

10 Dans un rapport publié en 2016 et réalisé par l’UNESCO (Rapports n° 43 : « Comprendre le patrimoine mondial en Europe et Amérique du nord. Rapport final sur le deuxième cycle des Rapports périodiques 2012-2015 », p. 31-32), sont évaluées les principales menaces identifiées contre les biens situés en Europe centrale, de l’est et du sud-est, en Europe méditerranéenne et en Europe de l’ouest. Ce rapport place l’« impact du tourisme/des visiteurs/des installations de loisirs » comme troisième cause de menaces identifiées avec un pourcentages de risques entre 21 et 23 %, placées après le « système de gestion / plan de gestion » et l’ « habitat » et avant, selon les zones, les « activités illégales », les « infrastructures de transport de surface », les « grandes infrastructures d’accueil et autres destinées aux visiteurs »... En revanche, en « Europe du nord et pays baltes », le tourisme n’apparaît pas comme une source de menaces.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search