Version classiqueVersion mobile

Les chemins de Saint-Jacques à l’épreuve des temps

 | 
Philippe Delvit
, 
Florent Garnier

Les chemins de Saint-Jacques dans les Pyrénées-Atlantiques : des modes de gestion et de valorisation singuliers et différents en Béarn et au Pays Basque

Renaud Carrier

Texte intégral

1Lorsqu’on évoque les chemins de Saint-Jacques dans les Pyrénées-Atlantiques quelques noms de lieux résonnent particulièrement : Saint-Jean-Pied-de-Port, Ostabat, Saint-Palais, etc. Les grandes voies qui mènent par-delà la frontière convergent toutes ou presque par l’Ouest des Pyrénées.

2Saint-Jean-Pied-de-Port est devenu un haut lieu du chemin. Lieu de passage mais aussi de départ pour de nombreux pèlerins notamment espagnols qui préfèrent commencer leur cheminement du côté français du Pays Basque. On dénombre environ soixante-mille pèlerins chaque année qui séjournent à Saint-Jean-Pied-de-Port ce qui n’est pas sans poser des problèmes durant les périodes de grande affluence.

3Ostabat est un autre haut-lieu du chemin avec sa stèle discoïdale implantée en 1964 au carrefour Gibraltar qui signale le point de rencontre des voies du Puy, de Tours et de Vézelay, le GR 65 continuant ensuite vers Saint-Jean-Pied-de-Port. Mais d’autres voies existent dans le département et notamment la voie d’Arles qui passe à Oloron Sainte-Marie puis s’enfonce dans la vallée d’Aspe en direction du Somport. Autre voie moins connue mais très belle est celle du Piémont qui passe à Lourdes, Betharam à travers le Béarn et le Pays Basque par les plaines et les coteaux toujours en direction de Saint-Jean-Pied-de-Port. Il nous faut également évoquer des voies à la mode, qui font l’objet d’un marketing particulier depuis quelques années avec comme point de départ ou ville étape Bayonne, ce sont les voies de la côte (Bayonne-Hendaye) et voie de la Nive (Bayonne-Saint-Jean-Pied-de-Port) et voie de Baztan (Bayonne-Pampelune par le port de Velate)

  • 1 Sébastien Rayssac et Sébastien Pénari, « Tourisme et chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en Fr (...)

4Ce bref inventaire des chemins de St Jacques dans les Pyrénées-Atlantiques nous conduit d’emblée à souligner leur importance d’abord au niveau du kilométrage avec une densité bien supérieure dans le Pays Basque par rapport au Béarn. Ensuite, il nous faut aussi nous arrêter sur les perspectives de la problématique posée par Sébastien Rayssac et Sébastien Pénari dans leur article consacré aux pratiques et à la gouvernance du bien culturel : « face à la multiplication de nouveaux itinéraires, au risque dénoncé d’artificialisation de la thématique jacquaire et à l’intervention de nombreux acteurs, se pose l’enjeu de la préservation d’un imaginaire et de la gestion de son cadre d’expression ». Précisément, comment dans un département comme les Pyrénées-Atlantiques, s’organise la gestion et la gouvernance du « bien » chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle inscrit sur la Liste du patrimoine mondial ? Rayssac et Pénari se demandent si ce bien spécifique peut constituer un levier pour repenser à la fois l’action partenariale entre les acteurs en présence tout en favorisant une meilleure prise en compte des enjeux touristiques et de leur diffusion. Ils soulignent à quel point le degré de réflexion s’est posé de façon différente de part et d’autre des Pyrénées1. Nous allons pour notre part nous arrêter sur la façon dont le Conseil départemental et les différentes collectivités territoriales ont appréhendé la question des Chemins dans un département que l’étude de toutes les cartes, permet de présenter comme un nœud stratégique du cheminement.

5Dans cette perspective nous reviendrons dans un premier temps sur la politique départementale liée à la gestion des chemins puis dans un second temps nous nous arrêterons sur l’ouverture récente et sur la réussite de l’aménagement de la voie de Tours de Sorde l’Abbaye (Landes) jusque à Saint-Palais, modèle de coopération entre différentes institutions entre douze communes des cantons du Béarn, du Pays Basque, et Charnégou.

I. La politique de valorisation des chemins de Saint-Jacques dans le département des Pyrénées-Atlantiques

A. Quand les chemins de Grande Randonnée empruntent les voies jacquaires ou inversement

6À la question adressée aux services techniques du Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques quant au fait de savoir quelle politique était menée dans le département pour les chemins de Saint-Jacques, la réponse a longtemps été simple : « nous ne nous occupons que des GR ». En effet, le Département est compétent pour l’élaboration du Plan Départemental des Itinéraires de promenades et de Randonnée (PDIPR). Depuis 25 ans plus de 1 500 kilomètres d’itinéraires de grande randonnée pédestre, VTT et équestre ont été aménagés dont notamment les principaux chemins de Saint-Jacques mais aussi le chemin Henri IV, le sentier du littoral, le sentier des contrebandiers et le fameux GR10 (traversée des Pyrénées).

  • 2 Le Département aide aussi les communautés des communes à la mise en place des Plans Locaux de Rand (...)

7Le travail réalisé par les services techniques du Département est considérable car l’offre proposée sur l’ensemble du territoire départemental (accompagnement des territoires dans la mise en place de leurs offres de randonnées locales) dépasse au total 6 000 kilomètres. On peut comprendre pourquoi le cheminement vers Saint-Jacques ne soit pas la préoccupation majeure des services qui entretiennent un large réseau pour offrir aux randonneurs des sentiers de qualité (balisage, signalétique et débroussaillage etc.)2. En outre, les six voies jacquaires (600 kilomètres) qui traversent le département sont l’objet d’une augmentation considérable de leur fréquentation depuis 20 ans, contribuant notamment à la création et au maintien d’emplois sur les territoires traversés (hébergement, restauration, transport de bagages, consommation de produits locaux…).

8En réalité, le balisage spécifique et la valorisation des chemins sont le fait des associations jacquaires et de leurs bénévoles qui jouent un rôle déterminant depuis de nombreuses années dans le département. D’ailleurs ces associations mènent des actions spécifiques destinées à la valorisation du petit patrimoine présent sur les abords des chemins. Elles se sont, plus récemment, consacrées à la plantation d’arbres fruitiers le long des voies empruntées par les pèlerins.

9Si la complémentarité entre les services départementaux et les associations jacquaires ne fait aucun doute, un point les oppose cependant car la sécurité des marcheurs est en jeu. Bien des pèlerins préfèrent utiliser certaines routes plutôt que les chemins balisés. Les raisons de cette pratique sont diverses : les routes sont parfois plus commodes, plus courtes, plus faciles à parcourir lorsqu’il pleut. Les chemins évitent parfois les villages ou les lieux de vie ou patrimoniaux et empruntent des voies parallèles à la route originelle qui autrefois n’était pas goudronnée ni investie par les automobiles et les camions.

  • 3 Se référer à la communication de Michel Martinez consacrée à la promotion du Chemin aragonais.

10Précisément, en matière de sécurité, un point noir fait actuellement l’objet d’une attention particulière des autorités locales, c’est le passage au Fort du Portalet. Une idée avait été lancée au début des années 2000, de construire une passerelle au-dessus du Gave, et sous la route nationale 134 pour rejoindre l’entrée du Fort du Portalet. De là les marcheurs monteraient les lacets du chemin d’accès pour rejoindre une autre passerelle qui traverserait la gorge de l’Enfer pour rejoindre le chemin de la Mâture. Cette idée un peu folle sera réalisée, car elle a pu s’inscrire dans le cadre d’un projet plus vaste de coopération européenne, destiné à requalifier et valoriser de manière commune l’itinéraire jacquaire connu en France sous le nom de Voie d’Arles reliant les Pyrénées-Atlantiques et la communauté autonome d’Aragon. Cette dernière s’est engagée dans une opération de réhabilitation de la gare de Canfranc et du site patrimonial autour de ce lieu mythique laissé à l’abandon depuis de nombreuses années3. Les élus locaux ont profité de l’opportunité pour obtenir des subventions de l’Union Européenne notamment : 3,19 M€ sont financés à hauteur de 65 % grâce aux fonds européens de développement régional (FEDER) via le programme européen INTERREGPOCTEFA. Ce projet de territoire et de revitalisation a été intégré au Plan Montagne 64, dispositif tripartite entre le Département des Pyrénées-Atlantiques, la Région Nouvelle-Aquitaine et l’État. L’objectif est d’inscrire ce projet, par la requalification de cette itinérance jacquaire dans le cadre d’une véritable redynamisation touristique et patrimoniale des vallées concernées.

11Le département des Pyrénées-Atlantiques qui porte plus de la moitié du budget global a fait le choix au titre de sa compétence solidarité territoriale de régler la question de la sécurité qui confère une très mauvaise réputation à cette partie de la voie d’Arles où les pèlerins sont obligés de marcher sur une route particulièrement dangereuse en raison de l’intensité du trafic et de la configuration du cheminement.

12Le site internet du Conseil départemental souligne que « cet aménagement fait l’objet d’un travail partagé avec les services de l’État, architectes et paysagistes car il se veut être en totale adéquation avec les caractéristiques environnementales et patrimoniales d’exception du lieu.  Il permettra ainsi aux pèlerins de Saint-Jacques de franchir le défilé du Portalet en toute sécurité, mais aussi aux visiteurs du Fort du Portalet d’accéder au monument historique sans contraintes sécuritaires et de fait d’augmenter sa fréquentation (…). À partir du Pont d’Enfer, un cheminement en encorbellement le long de la RN134 permettra le franchissement du défilé en toute sécurité jusqu’au Pont d’Urdos. De là, les piétons pourront rejoindre la gare d’Urdos par une passerelle accrochée au pont ferroviaire présent. La sécurisation du cheminement entre la gare d’Urdos et le Fort, constitue aujourd’hui le point crucial pour une vraie valorisation touristique de ce monument historique »4.

13Mais l’un des objectifs qui n’est pas affiché comme tel publiquement est de drainer une partie des pèlerins de Saint-Jean-Pied-de-Port vers le Béarn et l’Aragon. L’attente est importante, les élus avancent des chiffres qui peuvent étonner, puisqu’on passerait d’une fréquentation annuelle de 6 000 pèlerins actuellement à une cinquantaine de mille une fois les travaux terminés.

14Ce projet est symptomatique de modes de fonctionnement très singulier des élus des Pyrénées-Atlantiques, département qui présente une spécificité dans sa façon d’administrer le territoire car composé de deux Pays à forte identité : Béarn et Pays Basque.

B. Béarn et Pays Basque, voies convergentes, directions divergentes et cheminements singuliers

15Sur la question de la coopération transfrontalière en matière de gestion des chemins de Saint-Jacques, il semble que le Béarn soit plus réceptif que le Pays Basque aux appels venant de l’autre versant des Pyrénées. Au contraire, en matière de valorisation des chemins les Basques se sont lancés depuis longtemps dans une politique de développement en s’appuyant sur des outils d’aménagement classique comme par exemple les plans régionaux de développement. Ainsi, il y a une vingtaine d’années, la convention de développement du Pays Basque baptisée Pays Basque 2010 résultant d’une réflexion prospective entre les élus avec la DATAR a débouché sur l’élaboration d’un schéma d’aménagement du Pays Basque qui se fondait sur cinq axes majeurs : Patrimoine et action culturelle, développement portuaire et desserte terrestre, enseignement supérieur, appui au développement agricole et à la pêche et enfin, organisation touristique. Trente-deux millions de francs avaient été dégagés pour soutenir un certain nombre d’actions parmi lesquelles la mise en œuvre d’un plan global de valorisation des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle auxquels on allait consacrer quatorze millions de francs.

16Dans le cadre du renforcement de l’action patrimoniale, l’État s’engageait à accompagner la politique de valorisation des chemins de Saint-Jacques. La partie consacrée à la valorisation des chemins de Saint-Jacques souligne à quel point il s’agit d’un des atouts majeurs du patrimoine du pays « Pays Basque ». Il y est souligné l’importance de la préservation des édifices patrimoniaux et de leur valorisation auprès des touristes : « Le Ministère de la Culture et le Conseil Général conviennent en premier lieu d’établir un programme pluriannuel de restauration des édifices majeurs, en appui des initiatives prises pour protéger au titre du Patrimoine mondial de l’Humanité, les monuments jacquaires. Par ailleurs, les deux partenaires conviennent d’accorder une attention particulière aux équipements culturels de qualité professionnelle susceptibles de constituer des pôles de référence en matière de valorisation de l’histoire du patrimoine jacquaire. À cet égard, le Ministère de la Culture étudiera la perspective d’inscrire dans la politique des Pays d’Art et d’Histoire les initiatives prévues »5.

  • 6 À Saint-Jean-Pied-de-Port, la barre des 10 000 pèlerins est franchie en l’an 2000, des 15 000 en 2 (...)

17Vingt ans après lorsqu’on effectue un bilan de la politique mise en œuvre, force est de constater que l’État et les collectivités territoriales ont honoré leurs engagements. La principale ombre au tableau réside dans l’incapacité des pouvoirs publics à répondre de façon satisfaisante au développement exponentiel du nombre de pèlerins en particulier à Saint-Jean-Pied-de-Port6. L’accueil des pèlerins pendant la période estivale est devenu un véritable business avec quelques marchands de sommeil qui proposent la nuit à 15 euros dans des locaux ne répondant pas aux normes les plus élémentaires de sécurité et de confort. Cette situation qui est connue de tous ne semble pas déranger les autorités publiques qui pratiquent la politique de l’autruche. La légèreté dont font preuve les élus et administration dans ce domaine contraste avec la stratégie concertée et constructive, qui comporte aussi quelques limites d’ailleurs, des Espagnols qui depuis longtemps ont pris en considération de manière beaucoup plus pragmatique et réaliste le marché du pèlerinage.

18Les périodes de grande affluence posent également des problèmes sur les chemins eux-mêmes. Une fois encore, la question de l’hygiène doit être soulignée, car malgré l’afflux de marcheurs depuis plus de vingt ans, aucun dispositif n’a été prévu pour installer des toilettes sèches ou des points de ravitaillement sur le parcours très sportif entre Saint-Jean-Pied-de-Port et Roncevaux. La poésie, le charme et la douceur du cheminement ont clairement leurs limites en certains endroits !

19Autre difficulté, les conflits d’usage. Les routes des pèlerins sont utilisées par les bergers qui, l’été, ont leurs brebis dans les estives. En effet, les bergers rejoignent leurs troupeaux en utilisant leur 4X4 alors que des centaines de marcheurs fréquentent le chemin. Par ailleurs, certaines barrières ne sont pas toujours bien refermées et parfois, les dégâts occasionnés par les marcheurs maladroits ou peu scrupuleux posent de sérieux problèmes. En outre, certaines personnes mal intentionnées attirées par la foule estivale peuvent aussi créer des perturbations. Enfin, toujours en ce qui concerne la sécurité, les accidents sont nombreux, le dénivelé dans la montée vers Roncevaux est important, beaucoup de marcheurs souvent au début de leur périple manquent de rythme, de condition physique et confrontés aux chaleurs estivales, font des malaises. Les interventions des secours sont de plus en plus fréquentes.

20Le constat assez réaliste qui vient d’être dressé ne doit pas pour autant être exagéré car l’immense majorité des pèlerins est satisfaite de l’accueil qui leur est réservé à Saint-Jean-Pied-de-Port et par cette partie sinon mythique du moins initiatique du chemin. La présence de beaucoup d’Espagnols qui souhaitent absolument débuter leur pèlerinage depuis le versant français en témoigne.

  • 7 Les collectivités espagnoles ont par exemple acheté 30 mètres de chaque côté du chemin sur des por (...)

21Cela dit, ce public captif irrigue encore modérément l’économie locale. Plusieurs études françaises et espagnoles démontrent qu’un pèlerin a plutôt tendance à consommer dans un rayon des 300 mètres de part et d’autre de la voie jacquaire. Contrairement à l’Espagne qui a développé des stratégies très élaborées pour attirer les différents types de pèlerins7, la France reste en retrait, laissant à quelques privilégiés et/ou indigènes entreprenants toute latitude pour exercer un commerce florissant. Cela dit, rien n’est plus apprécié que le stand installé par un berger qui propose sur l’un des cols du chemin ses fromages de brebis et des boissons, preuve que peuvent coexister harmonieusement nourritures terrestres et nourritures célestes.

22Au total, lorsqu’on observe les politiques publiques menées dans le cadre de la valorisation des chemins de Saint-Jacques, on peut d’abord constater qu’il n’existe pas au niveau du département de stratégie partagée et construite autour d’un projet répondant à un cahier des charges précis, comportant des objectifs et une évaluation permettant de mesurer l’efficacité de la gestion. Le manque de volonté politique est à cet égard révélateur du mode de fonctionnement de beaucoup d’élus locaux qui par exemple dans le Pays Basque n’ont jamais clairement et durablement répondus aux appels de leurs voisins situés en Espagne et en particulier au Pays Basque. Certes, du côté sud des Pyrénées, la stratégie suivie consistait à utiliser de façon optimale la manne des financements européens. Le récent projet de réhabilitation de Canfranc traduit bien la pérennisation de cette politique. Les élus du Béarn ont su être réactifs alors que paradoxalement les élus basques semblent de leur côté plus réticents à s’engager dans une politique de collaboration qui pourrait commencer très simplement par une harmonisation de la signalétique. La montagne de Cize pourrait par exemple, être un lieu privilégié pour une collaboration entre les deux versants du Pays Basque.

23Même si ce bilan peut apparaître mitigé, une réalisation récente vient nuancer notre vision d’une part un peu caricaturale de l’opposition Béarn/Pays Basque et d’autre part sans doute un peu sévère sur les politiques publiques relatives aux chemins de Saint-Jacques dans le département de Pyrénées-Atlantiques. Cette réalisation est d’autant plus symbolique qu’elle se situe à la confluence du Béarn et du Pays Basque en Pays Charnégou. Elle démontre que la volonté politique peut permettre de dépasser tous les obstacles propres à la gestion de territoires à forte identité.

II. Une nouvelle voie dans la coopération : l’aménagement d’une partie de la voie de Tours

  • 8 Son nom, du basque lau hiri « quatre domaines », a été expliqué par sa situation de confins entre (...)
  • 9 Je voulais précisément remercier Alexandre Bordes, maire d’Arancou et Jean-Pierre Loubet, présiden (...)

24L’une des belles réussites récentes de la coopération intercommunale a permis le réaménagement sur la voie de Tours du cheminement entre Sorde-l’Abbaye et Saint-Palais. La particularité de cette réalisation réside dans la situation du chemin situé à la confluence de la Gascogne, du Béarn, du Pays de Mixe, du Pays Basque, dans ce lauhire8 (Laouhire), qu’on appelle aussi Pays Charnegou. Le village d’Arancou par l’action de son maire et du président local de l’association jacquaire symbolise le succès d’une opération de valorisation d’un chemin de Saint-Jacques à travers notamment l’aménagement d’un relais étape situé à mi-chemin entre Sorde et Saint-Palais9 qui s’avère avoir été l’élément déclencheur d’une véritable réflexion partagée sur la valorisation d’une des voies traditionnelles des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

A. Le point de départ : un gite pour les pèlerins à équidistance de Paris et de la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle

25Tout est parti d’Arancou… et de l’acquisition par la commune en 2003 de la maison Bourthaïre (1305) ancienne demeure de Donat (toit qui abritait les pèlerins avant la périlleuse traversée de la Navarre). Située sur la voie de Tours, cette toute petite bourgade d’une centaine d’âmes, a la chance d’avoir en son sein, un maire ouvert, dynamique et d’habitants qui ont aussi la qualité d’authentiques pèlerins. Il n’en faudra pas plus pour faire du village une jolie étape potentielle pour les pèlerins qui emprunteraient la voie de Tours en passant par Sorde l’Abbaye. Mais si la destination de la maison Bourthaïre était prioritairement l’accueil des pèlerins, le problème résidait dans l’état du chemin qui jusqu’en 2016 était loin d’être irréprochable et n’attirait que peu de marcheurs. Se posait inévitablement la question de la rentabilité du gîte. En mars 2009 après plusieurs années de restauration grâce d’une part aux financements publics croisés et d’autre part au bénévolat notamment de l’association jacquaire locale, la maison est enfin prête à jouer son rôle d’accueil.

26Si les premiers concernés sont les pèlerins puisque six lits sont en permanence à leur disposition, l’aménagement de la maison, pour des raisons de rentabilité, est prévu aussi pour héberger des groupes, de scolaires, de sportifs, de randonneurs etc. La gestion du gîte est confiée à l’association jacquaire locale qui parvient à la gérer en équilibrant les comptes. Pour donner à cet aménagement une plus grande légitimité le maire d’Arancou va s’associer avec les édiles des communes voisines pour engager les collectivités territoriales sur le projet de réhabilitation du chemin de Saint-Jacques en restant au plus près de la voie originelle de Tours. Le pari est alors judicieux, la promotion de la maison Bourthaïre passant nécessairement par une augmentation de la fréquentation du chemin et donc par un renforcement de l’attractivité de cette petite tranche du parcours.

27Faire démarrer ou passer le cheminement dans la cité de Sorde (belle étape historique du chemin) dont l’Abbaye remarquable fait l’objet d’un programme de restauration de grande qualité s’avérait évident. Fallait-il encore convaincre les édiles, qui pour des raisons économiques (les communes rurales ont des budgets de plus en plus limités) et culturelles (les rapports entre Landais et Béarnais ou Basques sont traditionnellement conflictuels) n’allaient pas forcément s’inscrire spontanément dans un processus dont ils ne seraient qu’une toute petite partie prenante.

B. Un projet fédérateur

  • 10 Les signataires de cette Convention étaient à l’origine, les présidents et maires ou représentants (...)
  • 11 Actuellement Président du Conseil départemental.

28Le point de départ du chemin proche de Peyrehorade, est donc la petite commune de Sorde-l’Abbaye, située sur la rive droite du Gave qui s’est engagée dans le projet parce que la volonté politique des élus locaux de la rive gauche est parvenue à emporter toutes les réticences et réflexes de protection, caractéristiques de notre fonctionnement institutionnel local. Le projet et donc le chemin concernent à l’origine trois cantons et neuf communes qui signent avec les associations jacquaires d’Arancou, des Pyrénées Atlantiques et des Landes une convention d’objectifs et de moyens en octobre 201310. Soutenu par le sénateur Jean-Jacques Lasserre conseiller général du canton11, le financement des nombreux aménagements et de la signalétique est assuré par le Conseil général. La convention dans son article 3 intitulée « objectifs partagés » traduit parfaitement l’esprit qui anime les porteurs de ce projet et en particulier Alexandre Bordes le maire du petit village d’Arancou situé au milieu du nouveau tronçon : dans leurs domaines de compétences et sur leurs propres territoires d’initiatives, les communes et associations signataires de cette convention, s’engagent solidairement à protéger, aménager et valoriser ce chemin, les patrimoines et les paysages qui les rassemblent. Il consiste pour l’essentiel à protéger l’assiette et la continuité physique du chemin, aménager les passages, barrières, pont, gués, bordures de routes et traversées de villages, faciliter par différents équipements l’orientation des marcheurs mais aussi la découverte des patrimoines, de l’environnement, des paysages et de l’histoire de ce chemin. Autre objectif, la poursuite de la sauvegarde des patrimoines bâtis qui le bordent, l’amélioration des offres publiques et privées d’hébergement et de service sur son parcours. Valoriser par tous les moyens, l’existence de ce chemin pour différents publics : cheminants, pèlerins, visiteurs, populations locales dans les sens Nord-Sud ou Sud-Nord.

29Outre l’esprit dans lequel le projet s’est réalisé qui constitue l’un des éléments de sa réussite, on peut aussi souligner le pragmatisme des élus qui ont réussi à contourner tous les obstacles qui se posent généralement à la mise en œuvre de tout projet dans notre pays ! D’abord l’obstacle humain, ainsi la mairesse de Sorde-l’Abbaye a été ménagée afin qu’elle puisse faire accepter à son conseil une collaboration avec les communes d’un autre département ! « On lui a amené le dossier sur un plateau » souligne le maire d’Arancou. Et la commune landaise se félicite aujourd’hui d’avoir été associée à ce projet.

30D’ailleurs, la diplomatie s’est également révélée très utile pour éviter les blocages qui pouvaient résulter des conflits entre certains agriculteurs et leur maire. Ainsi, les élus d’autres communes sont venus négocier avec quelques propriétaires de manière à ce qu’ils ne s’opposent pas au passage du chemin sur leur propriété et que des travaux d’aménagement puissent s’effectuer. Les maires ont été également contraints de négocier l’achat de plusieurs parties du chemin afin d’obtenir l’accord des propriétaires et/ou pour rester au plus près du chemin originel. Quant à l’entretien des chemins, il a été confié à des entreprises sociales qui font travailler des handicapés ou des jeunes en difficultés. Depuis son inauguration il y a deux ans, la voie de Tours entre Sorde et Saint-Palais a vu passer un millier de pèlerins chaque année, elle devrait compte tenu de ses atouts, attirer de plus en plus de marcheurs.

31Le prisme de la gestion et de l’aménagement des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle est extrêmement révélateur de la manière dont les politiques publiques peuvent s’élaborer dans un département selon les époques et les territoires de gouvernance.

  • 12 Opus cit.

32La diversité des acteurs nécessite de décliner de manière très différentes les partenariats autour de ce bien culturel inscrit au patrimoine mondial d’abord parce qu’il constitue également un objet touristique complexe ensuite parce qu’il s’inscrit différemment dans l’histoire de chacun des territoires qu’il traverse. Les questions qui ont été abordées dans cette étude à partir du décryptage du système d’acteurs en présence dans le contexte des Pyrénées-Atlantiques conforte la conclusion proposée par Sébastien Rayssac et Sébastien Pénari, dans leur remarquable étude intitulée « Tourisme et chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France : pratiques, acteurs et gouvernance du bien culturel »12 dans laquelle ils expliquent que la réussite du processus d’amélioration des politiques publiques dépend essentiellement de trois facteurs : « d’une part, la capacité des acteurs représentatifs à s’entendre sur des objectifs partagés et à trouver les synergies adéquates dans le respect des personnalités de chacun ; d’autre part, l’édification d’une convergence d’intérêts entre les gouvernances de l’itinéraire culturel européen et les biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial ; sans oublier le rapprochement nécessaire à opérer in fine entre les ensembles français et espagnol ».

Notes

1 Sébastien Rayssac et Sébastien Pénari, « Tourisme et chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France : pratiques, acteurs et gouvernance du bien culturel », https://journals.openedition.org/soe/2588

2 Le Département aide aussi les communautés des communes à la mise en place des Plans Locaux de Randonnée avec des boucles de randonnée permettant aux pratiquants de découvrir les richesses du patrimoine naturel et culturel des territoires.

3 Se référer à la communication de Michel Martinez consacrée à la promotion du Chemin aragonais.

4 http://www.le64.fr/actualites/arles-aragoncamino-frances-itinerance-transfrontaliere-jacquaire.html

5 CIADT du 15 décembre 1997 CONVENTION DE DÉVELOPPEMENT DU PAYS BASQUE.
https://pqn-a.fr/wp-content/uploads/2012/07/Pays-Basque-convention-de-developpement-CIADT-1997.pdf

6 À Saint-Jean-Pied-de-Port, la barre des 10 000 pèlerins est franchie en l’an 2000, des 15 000 en 2003, 20 000 en 2004, 30 000 en 2006, 50 000 en 2013 et 60 000 en 2016. On peut noter depuis ces deux dernières années une stabilisation voire un tassement de la fréquentation.

7 Les collectivités espagnoles ont par exemple acheté 30 mètres de chaque côté du chemin sur des portions stratégiques, ils ont souvent goudronné tout au moins rendu carrossables les voies jacquaires. La multiplication des centres d’interprétation est aussi une des constantes de la politique de valorisation des chemins de Saint-Jacques. Enfin la politique de tarification de l’hébergement ainsi que le contrôle des lieux d’accueil sont beaucoup plus performants qu’en France.

8 Son nom, du basque lau hiri « quatre domaines », a été expliqué par sa situation de confins entre Soule, Basse-Navarre, Béarn et Gascogne (à l’époque de l’influence de Dax jusqu’en ces lieux, avant le rattachement d’Orthez au Béarn au XIe siècle.

9 Je voulais précisément remercier Alexandre Bordes, maire d’Arancou et Jean-Pierre Loubet, président de l’association Jacquaire locale qui m’ont accueilli chaleureusement et sans compter leur temps pour m’expliquer leur démarche dans le cadre du réaménagement de la voie jacquaire et du gîte d’accueil des pèlerins.

10 Les signataires de cette Convention étaient à l’origine, les présidents et maires ou représentants des associations et communes suivantes : Société Landaise des Amis de Saint-Jacques, Association Jacquaire d’Arancou, Association des Amis de Saint-Jacques des Pyrénées-Atlantiques, Sorde l’Abbaye, Leren, Saint-Pe-de-Leren, Labastide-Villefranche, Arancou, Bergouey-Viellenave, Labets-Biscay, Garris, Saint-Palais, Amendeuix-Oneix, Luxe-Sumberraute.

11 Actuellement Président du Conseil départemental.

12 Opus cit.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search