Version classiqueVersion mobile

Égalité - Parité

 | 
Xavier Bioy
, 
Marie-Laure Fages

Première partie. Parité et égalité : divergences et convergences

Genre, welfare et citoyenneté dans une optique européenne

Jacqueline Heinen

Texte intégral

1On abordera ici le rapport entre genre, welfare et citoyenneté par le biais des politiques de care, sachant que les mesures de protection sociale contribuent à définir le statut des individus – celui des femmes au premier chef – dans la sphère publique comme dans la sphère privée. En référence à l’approche de T.H Marshall (1992) qui distingue trois facettes de la citoyenneté (civile, politique et sociale), on centrera le propos sur la dimension sociale de la citoyenneté. Non sans rappeler qu’il existe des modes d’organisation forts variés du welfare, depuis le système de type universaliste et égalitaire qui prévaut dans les pays scandinaves, jusqu’à celui, axé sur la notion d’assistance qui, historiquement, caractérisait la Grande-Bretagne, selon le poids du marché, l’extension des services collectifs et le rôle dévolu aux familles dans tout ce qui touche à la reproduction (Gautier, Heinen 1993 ; Del Re, Heinen 1996 ; Lewis 2006).

2Faute de pouvoir s’étendre, dans l’espace imparti, sur les apports des recherches féministes qui ont entraîné un véritable renouvellement des théories de l’Etat-providence en faisant émerger la place occupée par les femmes dans la gestion du social, il faut souligner que ces travaux ont obligé nombre de théoriciens du welfare, dont Esping-Andersen (1999), jusque-là peu sensibles à la question du genre, à prendre cette dimension en compte. Et surtout, ils ont concouru à la formation de nouveaux concepts, tel celui de care, relatif à la prise en charge des personnes dépendantes (jeunes enfants, personnes âgées, malades handicapés). De l’importance initiale accordée au travail non rémunéré pour saisir la nature des politiques mises en place, l’attention des féministes s’est déplacée vers les conséquences des dispositifs de socialisation des tâches domestiques qui se sont développés ces dernières décennies en ce qui concerne la main-d’œuvre (en très grande majorité féminine) en charge de ce type d’activités salariées.

  • 1 Sur les apports de ces travaux, voir en particulier la revue Social Politics - International Studi (...)

3Au total, ces analyses comparatives donnent à voir un tableau fort contrasté. Il en ressort que le développement du welfare a contribué à accroître le pouvoir des femmes dans la société, dans la mesure où elles saisissaient l’occasion de s’exprimer sur des questions les touchant très directement. Mais le processus reste très inégal selon les pays et selon le type de régime en vigueur (Leira 2002 ; Lewis 2006)1.

4A noter que de profondes transformations ont marqué les trois dernières décennies : le modèle familial traditionnel de l’homme pourvoyeur de revenus et de la femme chargée du foyer n’est plus d’actualité dans aucun des pays industriellement développés, ce qui suppose une extension des mesures libérant les femmes d’une partie des tâches éducatives et domestiques, comme le soulignent de nombreux documents de l’Union européenne (UE), surtout dans les années 2000 (Lewis et al. 2009 ; Williams 2010a))

Impact de l’Union européenne et changement de paradigme

5Aborder cette problématique à la lumière des changements qui ont marqué les orientations de l’UE n’implique pas de surestimer l’influence de cette dernière. On sait que la politique sociale a très longtemps été considérée par les États membres comme une chasse gardée relevant de leur seule compétence, et il a fallu attendre le traité d’Amsterdam, en 1998, pour que certains problèmes d’ordre social soient abordés dans un document cadre (même si la question du congé parental avait déjà fait l’objet d’une négociation collective précédemment). En outre, les textes adoptés en la matière relèvent le plus souvent de recommandations (politiques ‘molles’) et non de directives (politiques ‘dures’ impliquant une injonction et des sanctions en cas de non-respect), ce qui limite d’autant leur portée (Heinen 2003 ; Lombardo, Meier 2008). Toutefois, les orientations de l’UE en matière de care, souvent en avance sur les législations nationales, ne sont pas sans avoir pesé sur les représentations, notamment dans les pays du Sud de l’Europe, qu’elles ont incités à refondre leur appareil législatif et à adopter des dispositifs de type public quasi inexistants durant longtemps dans le domaine du care (notamment en ce qui concerne la petite enfance à laquelle on s’intéressera plus particulièrement ici). On observe d’ailleurs une homogénéisation plus générale des mesures adoptées en Europe occidentale, par-delà les diverses configurations de welfare. A preuve les réformes récentes en Espagne et en Allemagne (Erler 2009), pays qui ont rattrapé une partie de leur retard dans ce domaine, voire qui ont adopté des mesure de care plus modernistes qu’ailleurs – même si la réalité, au quotidien, affiche encore de profondes inégalités quant à l’implication des hommes et des femmes dans la sphère domestique (Veil 2010).

6Ceci dit, on note, depuis une décennie, un changement de paradigme dans le modèle social préconisé par les responsables politiques européens, qu’ils présentent comme un processus de modernisation indispensable pour couvrir les nouveaux risques liés aux transformations de la vie économique et de la mondialisation (Jenson 2010). A la logique compensatoire visant à protéger des retombées du chômage, de la retraite ou de la maladie, encore partiellement en vigueur lors de la signature dans l’Agenda de Lisbonne adopté en 2000, s’est substituée une logique d’investissement social, centrée sur le marché de l’emploi – laquelle ne fait que reprendre à son compte, avec quelque retard, la ligne déjà affichée dans les textes de l’OCDE de la moitié des années 1990 et dans ceux de la ‘troisième voie’ britannique (OCDE 2006 ; Saraceno, Keck 2008 ; Mahon 2010). A ce titre, les femmes sont appréhendées d’abord comme potentiel à même de satisfaire les besoins d’activation de la main-d’œuvre, dans une perspective de plein-emploi et de cohésion sociale. L’accent est par ailleurs mis sur le capital humain, et notamment sur l’avenir des enfants, l’attention portant davantage sur le futur que sur le présent : la rhétorique insiste sur la nécessité de s’adapter aux changements du marché de l’emploi et sur l’importance concomitante de la formation continue.

7En conséquence, la place accordée à l’éducation en général, et à l’éducation préscolaire plus particulièrement, a pris une importance nouvelle : des quotas ont été fixés concernant l’accueil des jeunes enfants dans des structures de garde, et les dépenses afférentes sont présentées comme un investissement rentable pour l’avenir. Ce souci va de pair avec les préoccupations démographiques liées au vieillissement de la population et des coûts du système de retraite, parallèlement à la baisse des naissances dans la plupart des pays occidentaux. La mise en application de ces mesures ne se fait, il est vrai, que lentement : en 2008, seuls cinq pays avaient atteint le quota de 33 % concernant les enfants de moins de trois ans. Mais surtout, et dans le même temps, les valeurs universalistes perdent du terrain pour faire place à des notions beaucoup plus individualistes, souvent présentées sous le vocable de ‘libre choix’. Dans le domaine de la petite enfance, le renforcement des modes de garde individuels répondent certes pour partie aux aspirations des parents désirant disposer de solutions qui répondent mieux à leurs besoins particuliers. Mais il a principalement l’avantage, aux yeux des pouvoirs publics confrontés à d’insolubles problèmes budgétaires, de réduire les dépenses étatiques dans le domaine du care puisque le coût des modes de garde individuelle peut être jusqu’à moitié inférieur à celui des structures collectives. En France, comme le notent divers travaux, dont ceux de Nathalie Morel (2010), les dépenses consacrées aux services collectifs ont diminué de moitié dans les années 2000, alors que celles consacrées aux formes individuelles de care augmentaient dans le même temps. Dans la même veine, on note dans la plupart des pays, y compris les pays nordiques, le développement d’allégements fiscaux et de prestations cash qui favorisent les solutions individuelles au détriment des prestations en nature (services, tels que crèches, garderies, etc.).

Implications quant aux inégalités de sexe

8Or de telles mesures, quel que soit leur taux de financement, creusent les inégalités de sexe (Letablier 2009). L’inflexion dans les priorités affichées, tant en termes de rentabilité que d’individualisation, n’est en effet pas sans incidence sur les rapports hommes/femmes. Les années 1990 avaient été caractérisées par une attention accrue des organes dirigeants de l’UE à cette question, tant au travers de la mise en place d’instances spécifiques de la Commission que de recommandations s’appuyant sur les acquis nordiques. Aujourd’hui, en vertu du processus d’individualisation et de la nécessité de prendre en compte les divers types de discriminations – ethniques, raciales, liées aux handicaps, etc. – on assiste, au nom de la diversité, à une dynamique revenant à diluer la question du genre dans divers programmes (quand bien même ils revendiquent leur ‘sensibilité au genre’) et à passer sous silence ce qui était au cœur des revendications féministes égalitaires : la question des rapports de force, des rapports de pouvoir entre les sexes (au sein du couple, notamment). Maria Stratigaki (2008), qui a longtemps secondé Agnès Hubert à la tête de l’unité de la Commission européenne sur l’égalité hommes/femmes, décèle à ce propos un renversement de tendance, à partir de 2006.

9Il y a lieu se souligner à ce propos que si les féministes sont largement parvenues à faire entendre leurs voix sur les thèmes de la violence et sur la place des femmes en politique, ce fut beaucoup moins le cas à propos des politiques familiales, où le point de vue des partenaires sociaux (employeurs et syndicats) ont prévalu dans les négociations avec la Commission. On en veut pour preuve que le concept de ‘réconciliation’ entre vie professionnelle et vie familiale, initialement forgé dans une optique féministe (Hantrais 2000), est aujourd’hui presque toujours mobilisé par rapport au seul travail féminin, et dans une optique néolibérale visant à apporter des solutions aux tensions du marché de l’emploi (Lombardo, Meier 2008 ; Knijn, Smit 2009).

10Le pendant de l’intérêt porté aux femmes en tant que réservoir de maind’œuvre, ce sont certes les recommandations récentes de supprimer les mesures de politique familiale qui les incitent à se désinvestir de l’emploi et de les encourager au contraire à se réaliser pleinement sur le plan professionnel. En France, on le sait, l’allocation parentale d’éducation (APE) a entraîné une baisse importante du taux d’activité féminine parmi les femmes les moins qualifiées, et il est aujourd’hui proposé de l’écourter et de le revaloriser (Clément, Robert 2011). Mais cela va de pair avec un effacement croissant, dans les directives et recommandations, de l’attention consacrée aux multiples inégalités de sexe dues aux mécanismes de discrimination directs ou indirects. Or ces inégalités perdurent, malgré la réussite des filles sur le plan éducatif, comme l’attestent les différences en matière de salaires, de types d’emplois occupés, de niveaux de responsabilité, d’affectation au temps partiel ou de (non-) répartition des tâches domestiques et parentales.

11En tant que spécialiste des pays d’Europe de l’Est, je ne peux m’empêcher de penser aux arguments des autorités alors en place prétendant que l’égalité des sexes était d’ores et déjà réalisée sous le régime communiste, vu l’implication des femmes dans le travail productif et leur présence dans des secteurs de l’économie ou à des postes alors considérés comme masculins à l’Ouest – juges, médecins, ingénieurs (Heinen 1990). Or on sait bien que cela allait de pair avec de profondes inégalités sur le plan professionnel, salarial, et surtout domestique – on en a eu la preuve après 1989, lorsque les femmes ont été prioritairement frappées par le chômage, au prétexte que leur place était au foyer et qu’ont été adoptées des politiques familiales aveugles aux discriminations de genre (Heinen 1995 ; Heinen, Portet 2004).

12Il n’est pas indifférent, à ce titre, qu’un expert en sciences sociales dans le domaine du welfare comme Esping-Andersen qui, aujourd’hui, défend la nécessité d’un nouveau contrat de genre, fasse l’impasse sur les inégalités salariales. Dans son dernier essai (2009), il focalise en effet l’attention sur la question des enfants et sur celui de la maternité des femmes actives, en lien avec les problèmes démographiques, en s’intéressant davantage aux congés maternité qu’aux congés parentaux – susceptibles de promouvoir un partage des tâches parentales. De son côté, l’ouvrage récent de Jacques Delors et Michel Dollé intitulé Investir dans le social (2009) et qui concerne la France traite de l’emploi des femmes en soulignant avant tout son importance dans une optique démographique et par rapport aux stratégies de développement pour l’enfance, en omettant de mentionner la question de l’égalité des sexes (Jenson 2011). Il est certes avéré aujourd’hui qu’un taux d’emploi élevé, conjointement au développement des modes de garde collectifs ou privés, favorise l’augmentation des naissances – la comparaison, en Europe, entre les pays nordiques et la France, d’un côté, et les pays du Sud et de l’Est de l’autre le montre. Mais cela ne dit encore rien sur la réduction des inégalités de sexe au quotidien. Et ce ne sont pas les théories d’Ulrich Beck (1995, 2002) et d’Anthony Giddens (1992, 1998) sur l’individualisation et l’autonomie de l’individu qui nous éclairent en la matière, dans la mesure où l’accent mis sur la ‘famille démocratique’ et sur l’importance que les deux parents soient à même de négocier à l’intérieur du couple fait lui aussi l’impasse sur la division sexuelle du travail.

13Ce qui est donc en jeu ici, une fois de plus, c’est la dimension sexuée de la citoyenneté sociale. Au risque de demeurer purement formelle, la notion de citoyenneté – en tant que ce qui relie l’individu au collectif – ne saurait faire abstraction des inégalités substantielles qui persistent dans le domaine social et domestique, comme dans le domaine économique et politique. Car la famille joue, on le sait, un rôle majeur quant aux différences observées, selon le sexe, dans la définition et dans la pratique de la citoyenneté. C’est en elle que s’inscrit historiquement la dépendance économique et sociale des femmes, en lien direct avec la prise en charge des personnes dépendantes. Et ce, qu’il s’agisse de la socialisation primaire des enfants ou des soins apportés aux personnes âgées et aux handicapés – une dimension qui a pris une importance accrue avec la crise du welfare et le désengagement de l’Etat.

La place toute relative des pères dans l’univers domestique

14Or de ce point de vue, diverses études récentes (Hobson 2006 ; Evertsson 2009 ; Lister 2009), montrent qu’y compris en Suède où la volonté de réduire les inégalités de sexe a imprégné nombre des politiques menées depuis plusieurs décennies et où les disparités hommes/femmes sont à l’évidence moindres que dans les nations voisines, les écarts restent flagrants. Les différences de salaires (surtout dans les emplois les plus qualifiés, ce qui en dit long sur les représentations dominantes quant à la hiérarchie des sexes), mais aussi la ségrégation verticale et horizontale de l’emploi (les femmes sont aussi peu présentes qu’ailleurs dans les responsabilités de haut niveau de l’économie), ou encore le temps consacré au travail professionnel (on sait l’importance que revêt dans ce pays, comme dans la plupart des pays nordiques, le temps partiel féminin) sont là pour rappeler que l’assignation des hommes et des femmes dans la société reste profondément différenciée en raison de leur place respective dans l’univers domestique. Les Suédoises continuent à en faire de deux à quatre fois plus que les hommes, selon les catégories sociales, et ces derniers ne prennent toujours que 17 % des jours de congé parental – ce qui est mieux, il est vrai, que les 2 % en France.

15Même lorsqu’ils s’investissent davantage, les pères (en Suède comme ailleurs) sont le plus souvent en situation de choix face aux tâches parentales, ce qui n’est pas le cas de la plupart des mères. Sans compter toutes celles – mères seules ou divorcées – qui n’ont pas de compagnon sur lequel s’appuyer et pour lesquelles la notion de ‘choix’ reste toute formelle. Or les mesures de type individuel (congés, garde à domicile – quel que soit leur taux de financement), confortent plus souvent qu’elles n’atténuent les différences hommes/femmes quant à l’implication des individus des deux sexes dans l’éducation des jeunes enfants et dans la prise en charge des aînés. Car celle dont on attend qu’elle cesse son activité professionnelle en pareil cas, c’est bien évidemment la mère et, lorsqu’elle ne se plie pas à cette injonction, il est bien rare que la personne recrutée pour s’occuper de l’enfant à sa place soit un homme (Jenson 2011). L’assignation des femmes aux tâches qui, de près ou de loin, relèvent du domestique est donc au fondement des discriminations dont elles sont l’objet dans presque tous les domaines. En France, les chiffres récents sont là pour l’attester, comme en témoigne l’enquête ERFI de l’INED/INSEE (Régnier-Loilier, Hiron 2010) : rien ou presque n’a changé en la matière, depuis la dernière grande enquête longitudinale sur l’emploi du temps datant de 1998-99.

16Certes, la dépendance économique des femmes à l’égard des hommes se voit de plus en plus souvent critiquée et la figure du père, en tant que responsable, lui aussi, de l’éducation des enfants, a fait son apparition ailleurs que dans les pays nordiques depuis une dizaine d’années, mais de façon encore limitée. Une étude sur le congé parental montre que seuls sept des vingt-et-un pays de l’Union européenne avaient adopté en 2005 un dispositif incluant une clause incitative pour que les pères prennent ce congé grâce à une allocation individuelle ou une clause réservant une portion du congé à son utilisation par le père (European Foundation 2007). En France, notamment, ce n’est que depuis 2001 qu’on relève une inflexion (encore bien timide) visant à encourager la part du père dans le care (Brugeilles, Pascal 2009). Certes encore, l’Union européenne a adopté en 2010 une nouvelle directive sur le congé parental qui étend la durée de ce dernier de trois à quatre mois, mais sans que sa rémunération soit considérée comme une clause contraignante – ce qui en limite d’autant la portée (Math 2010). Car on sait depuis belle lurette, grâce aux dispositifs mis en place dans les pays nordiques, que le degré de rémunération constitue un élément décisif (quoique non suffisant) pour que les pères s’emparent de la possibilité de prendre ce congé.

17De façon générale, la dépendance des hommes à l’égard des femmes au sein de la famille est le plus souvent passée sous silence ou traitée comme un point négligeable. On est encore loin d’une conception des rapports sociaux qui mette en exergue l’interdépendance des individus – au sens où l’entend Norbert Elias (1991) – qui accorde une égale importance aux activités réalisées dans la sphère privée et dans la sphère publique. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que la question de la garde des enfants et des soins aux personnes âgées n’apparaisse pas comme un élément prioritaire aux yeux des politiciens – de sexe masculin à une très grande majorité, dans la plupart des pays. Or partout, il faut y réinsister, la part du travail des femmes, rémunéré ou non, reste déterminante dans les activités touchant la sphère familiale – que ce soit en tant que professionnelles, salariées des institutions du secteur public ou privé, ou en tant que compagnes et mères. Partout, elles assurent l’essentiel du travail informel lié aux activités éducatives et domestiques, dans lesquelles elles s’impliquent deux à trois fois plus que leurs compagnons (European Foundation 2007 ; OCDE 2008).

Creusement des inégalités de classe

18L’extension de l’éventail des mesures individuelles contribue en outre à accentuer les clivages entre les femmes. La portée des allocations en espèces (qui prennent parfois la forme de déductions fiscales) est des plus ambiguës dans la mesure où elles peuvent à la fois faciliter l’accès à des services extérieurs (privés, publics ou relevant du secteur associatif), ou au contraire encourager l’embauche d’une garde à domicile ou inciter l’un des parents – la mère le plus souvent – à assurer personnellement la garde de l’enfant. Ces allocations – qui vont souvent de pair avec le droit de prolonger le congé (sans solde) au-delà de la durée impartie, comme c’est le cas en Finlande, en France ou en Norvège – partent du principe que tout un chacun, indépendamment de sa situation sur le marché de l’emploi, a le droit de s’occuper soi-même de ses enfants ou de confier ce soin à autrui, et doit donc disposer de ressources à cet effet. La motivation première est analogue à celle du revenu minimum pour tous. Il s’avère toutefois que, compte tenu du faible niveau des indemnités, la très grande majorité des destinataires d’allocations pour la garde à domicile sont des femmes disposant d’un faible niveau d’éducation et de bas salaires – qu’il s’agisse des mères elles-mêmes ou des personnes embauchées à cette intention. La division sexuelle du travail s’en voit donc confortée, de même que les divisions de classe et d’ordre ethnique.

19En outre, le développement de tels dispositifs va généralement de pair avec une réduction des dépenses étatiques consacrées aux formes de garde collectives, qui n’a pas les mêmes implications pour les intéressé. e.s, selon le niveau de formation, le salaire, la catégorie sociale et l’origine nationale ou ethnique. Dans tous les pays, on relève que les femmes sont très inégalement frappées par l’impact des politiques libérales et par le processus de privatisation affectant nombre de tâches liées au care. La pénurie de solutions collectives, à des coûts raisonnables, frappe davantage celles qui sont moins qualifiées et moins bien payées, alors que les femmes diplômées, désireuses de se maintenir dans l’emploi, sont en mesure de faire appel au travail d’autres femmes, issues des catégories les plus défavorisées pour s’occuper de leur enfants ou effectuer à leur place des tâches domestiques peu valorisantes (souvent dans le cadre d’emplois informels). C’est ce dont témoignent le nombre important d’études sur le rapport entre care et migrations qui mettent au jour la tendance croissante, dans la plupart des pays européens de l’Ouest (et même de l’Est) à faire appel à des femmes venant de pays plus pauvres – d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie du Sud-Est ou d’Europe de l’Est – études qui rendent compte des conditions de travail de cette main-d’œuvre surexploitée (Anderson 2000 ; Lutz 2002 ; Tobio, Gorfinkiel Diaz 2007 ; Schwenken 2008 ; Williams, Gavanas 2008 ; Williams 2010b). On ne dira jamais assez l’importance de mettre l’accent sur cette dimension des inégalités de classe et sur les discriminations liées à la couleur de peau.

20Le rôle des politiques publiques est donc tout sauf neutre en la matière. Comme nous l’avons montré dans un ouvrage collectif paru en 2007 et portant sur neuf pays européens (Lister et al. 2007), l’Etat a bien souvent contribué à maintenir, voire à accentuer les inégalités de sexe et de classe, au travers de mesures telles que : les congés d’éducation définis comme maternels avant d’être déclarés ‘parentaux’ ; le travail à temps partiel ‘réservé’ aux femmes ; des législations contribuant à ce que l’externalisation des tâches familiales et domestiques aille de pair avec la création d’emplois faiblement qualifiés et mal rémunérés, à dominante féminine, occupés de plus en plus souvent par des femmes étrangères. C’est vrai en France comme dans bien d’autres pays, dont la Belgique, et des inflexions du même type sont visibles en Finlande et en Norvège (Lambert 2008). Le poids des mesures étatiques apparaît donc déterminant dans la façon dont elles modèlent les pratiques, tant des entreprises que des individus. En particulier, les changements notés à propos des dispositifs concernant la petite enfance – à l’Est, le mot recul serait plus approprié (Heinen 2009) – n’ont pas le même impact, ni selon le sexe, ni selon l’origine de classe de la personne concernée.

21Comme le soulignent nombre de travaux émanant de féministes, la ‘sensibilité au genre’ dont se prévalent les textes de l’UE est loin d’être suffisante. Quelque chose s’est perdu en route en matière de lutte contre les discriminations nous dit Jane Jenson (2011). Les solutions proposées ne manquent pourtant pas, et elles ont été maintes fois énoncées (Kershaw et al. 2008). A commencer par le développement des services collectifs, qui permet de peser sur les inégalités de classe en même de temps que sur celles de sexe. La réduction des inégalités de salaire et du type d’emploi occupé constitue, elle aussi, un facteur-clé à ce titre : si les administrations publiques donnaient l’exemple en appliquant systématiquement les principes égalitaires proclamés au lieu de laisser subsister les inégalités de fait, cela influerait sans aucun doute sur l’économie privée. La revalorisation des emplois dans le domaine du care et l’augmentation des rémunérations dans ce secteur d’emploi qui concerne aujourd’hui en majorité des femmes immigrées ou issues de l’immigration constitue un autre objectif prioritaire. Les dispositifs incitant les pères à prendre une partie du congé parental (perdue sans cela) font également partie de cet arsenal et donnent des résultats positifs lorsqu’ils s’accompagnent d’une rémunération correcte : en Islande, où cette durée est de trois mois avec 80 à 90 % du salaire antérieur, 35 % des pères le prennent aujourd’hui (Adema, Thévenon 2008). Contraindre les pères à verser les pensions dues en cas de divorce permet par ailleurs d’améliorer la situation des mères seules. La liste des mesures à mettre en œuvre est longue, comme l’attestent les travaux portant sur la question.

22Mais tout cela suppose que le travail de care soit reconnu comme une responsabilité sociale au même titre que tout autre travail, et qu’il doit être assumé à part égale par les individus des deux sexes. Il est donc crucial que les mouvements féministes soient entendus, à l’échelle internationale et européenne aussi bien qu’à l’échelle nationale, lorsqu’ils insistent pour recentrer le débat sur les facteurs sociétaux au fondement des discriminations de sexe, dans la sphère privée comme dans la sphère publique. Et ce, non pas dans un objectif d’investissement social ou d’activation de l’emploi renvoyant de facto à une dynamique néolibérale, mais dans une optique de justice sociale, d’égalité citoyenne et d’égalité des sexes.

Bibliographie

Références

Adema Willem, Thévenon Olivier (2008). “Les politiques de conciliation du travail et de la vie familiale en France au regard des pays de l’OCDE”. Recherches et prévisions no 93.

Anderson, Bridget (2000). Doing the Dirty Work. London, Zed Press.

Beck Ulrich (2002). Individualization. London, Sage.

Beck Ulrich, Beck-Gernsheim Elisabeth (1995). The Normal Chaos of Love. Cambridge, Polity Press.

Brugeilles Carole, Sebille Pascal (2009). “La participation des pères aux soins et à l’éducation des jeunes enfants”. Politiques sociales et familiales no 95.

Clément Justinia, Robert Marie-José (2011). “La prestation d’accueil du jeune enfant : six ans après”. L’e-ssentiel, no 106.

Del Re Alisa, Heinen Jacqueline (eds) (1996). Quelle citoyenneté pour les femmes ? La crise des États-providence et de la représentation politique en Europe. Paris, L’Harmattan.

Delors Jacques, Dollé Michel (2009). Investir dans le social. Paris, Odile Jacob.

Elias Norbert (1991). La Société des individus. Paris, Fayard.

Erler Daniel (2009). “La réforme du congé parental en Allemagne : vers le modèle nordique ?”, Politiques sociales et familiales no 95.

Esping-Andersen Gøsta (1999). Les trois mondes de l’État-providence : essai sur le capitalisme moderne. Paris, PUF.
--- (2009). Incomplete Revolution: Adapting Welfare States to Women’s New Roles. Cambridge, Polity Press.

European Foundation for the Improvement of Living Conditions (2007). Parental Leave in European companies. Establishment Survey on Working Times 2004-2005. Luxembourg, Office for Official Publications of European Communities.

Evertsson Marie et al. (2009). “Is Gender Equality Greater at Lower or Higher Educational Level? Common Patterns in the Netherlands, Sweden and the United States”. Social Politics, vol. 16, no 2.

Gautier Arlette, Heinen Jacqueline (eds) (1993). Le sexe des politiques sociales. Paris, Côté-femmes.

Giddens Anthony (1992). The Transformation of Intimacy: Sexuality, Love & Eroticism in Modern Societies. Cambridge, Polity Press.
--- (1998). The Third Way: The Renewal of Social Democracy. Cambridge, Polity.

Hantrais Linda (2000). “From Equal Pay to Reconciliation of Employment and Family Life”. In Hantrais Linda (ed.), Gendered Policies in Europe. Reconciling Employment and Family Life. Mc Millan Press, Londres.

Heinen Jacqueline (2009). “Les politiques familiales en Europe de l’Est : d’une époque à l’autre”. In Heinen Jacqueline, Hirata Helena, Pfefferkorn Roland (eds), ‘État / Travail / Famille : ‘conciliation’ ou conflit ?’. Cahiers du Genre, no 46.
--- (2003) “L’Union européenne face aux inégalités sociales de genre”. Contretemps, no 9.
--- (1995). Chômage et devenir de la main-d’œuvre féminine en Pologne - Le coût de la transition. L’Harmattan, Paris.
--- (1990). “Inequalities at work: The gender division of labour in the Soviet Union and in Eastern Europe”. Studies in Political Economy, no 33.

Heinen Jacqueline, Portet Stéphane (eds) 2004. Egalité des sexes en Europe centrale et orientale. Entre espoir et déconvenues. Transitions XLIV(1).

Hobson Barbara (2006). “The evolution of the women-friendly state: Opportunities and constraints in the Swedish welfare state”. In Razavi Shahra, Hassim Shireen (eds), Gender and Social Policy in a Global Context: Uncovering the Gendered Structure fo “the Social”. Palgrave Macmillan, Basingstoke.

Jenson Jane (2010). “Diffusing Ideas for After Neoliberalism: The Social Investment Perspective in Europe and Latin America”. Global Social Policy, vol. 10, no 1.
--- (2011). “Politiques publiques et investissement social. Quelles conséquences pour la citoyenneté sociale des femmes ?”. Cahiers du Genre, numéro spécial 2011 : ‘Genre, politiques sociales et citoyenneté’.

Kershaw Paul et al. (2008). “Expanding the subject: Violence, Care, and (In) Active Male Citizenship”. Social Politics, vol. 15, no 2.

Knijn Trudie, Smit Arnoud (2009). “Investing, Facilitating, or Individualizing the Reconciliation of Work and Family Life: three Paradigms and Ambivalent Policies”. Social Politics, vol. 16, no 4.

Lambert Priscilla (2008). “The Comparative Political Economy of Parental Leave and Child Care: Evidence from Twenty OECD Countries”. Social Politics, vol. 15, no 3.

Leira Arnlaug (2002). Working Parents and the Welfare State: Family change and Policy Reform in Scandinavia. Cambridge : Cambridge University Press.

Letablier Marie-Thérèse (2009). “Travail professionnel et travail domestique. Quelle articulation dans différents régimes d’État-providence en Europe ?”. European Journal of Economic and Social Systems, vol. 22, no 2.

Lewis, Jane (2006). “Men, women, work, care and policies.” Journal of European Social Policy, vol. 16, No. 4.

Lewis Jane et al. (2008). “Patterns of development in work/families reconciliation policies for parents in France, Germany, the Netherlandss and the UK in the 2000s”. Social Politics, vol. 15, no 3.

Lister Ruth (2009). ” A Nordic Nirvana ? Gender, Citizenship, and Social Justice in the Nordic Welfare States”. Social Politics, vol. 16, no 2.

Lister Ruth et al. (2007). Gendering Citizenship in Western Europe. Bristol, Policy Press.

Lombardo Emanuela, Meier Petra (2008). “Framing Gender Equality in the European Union Political Discourse”. Social Politics, vol. 15, no 1.

Lutz Helma (2002). “At your service madam ! The globalization of domestic service”. Feminist Review, vol. 70.

Mahon Rianne (2010). “Early childhood education and care policies around the world: The impact of international organizations”. In Bennet John (ed.), The Routledge International Handbook of Early Childhood Education. Routledge, London.

Marshall Thomas H. (1992). Citizenship and Social Class. London, Pluto Press.

Math Antoine (2010). “Union européenne. La nouvelle directive sur le congé parental : un réel succès du dialogue européen ?”. Chronique internationale de l’IRES, no 122.

Morel Nathalie (2007). “From Subsidiarity to ‘Free Choice’ : Child-and Elder-care Policy Reforms in France, Belgium, Germany and the Netherlands”. Social Policy and Administration, vol 41, no 6.

OCDE (2006). Petite enfance, grands défis II : Éducation et structures d’accueil. Paris, OCDE.
--- (2008). Bébés et employeurs : concilier vie professionnelle et vie familiale. Comment réconcilier travail et vie de famille ? Paris, OCDE.

Régnier-Loilier Arnaud, Hiron Céline (2010). “Evolution de la répartition des tâches domestiques après l’arrivée de l’enfant”. Politiques sociales et familiales, no 99.

Saraceno Chiara, Keck Wolfgang (2008). The institutional Framework of intergenerational family obligations in Europe: A conceptual and methodological overview. WZB Report.

Schwenken Helen (2008). “Framing Women Migrant’s Rights: The Case of Migrant Domestic Workers in the European Union”. In ICFAI University (ed.), Migrant Workers: Problems and Perspectives. Hydrebad, ICFAI Law Books Division.

Stratigaki Maria (2008). “La politique du recul. De l’intégration de l’égalité ‘des sexes’ à l’intégration de l’égalité ‘pour tous’”. Cahiers du Genre, no 44.

Tobío Constanza, Gorfinkiel Díaz Jimena (2007) “New gendered relationships in Spain: ‘the other’ in the care triangle”. International Journal of Iberian Studies, vol 20, no 1.

Veil Mechtild (2010). “Familienpolitik ohne Gleichstellungspolitik? Zu einigen Paradoxien aktueller familienpolitischer Interventionen in Deutschland”. Feministische Studien, vol. 28, no 2.

Williams Fiona (2002a). Claiming and Framing in the Making of Care Policies. The Recognition and Redistribution of Care. Gender and Development – Paper, no 13. Geneva, UNRISD.
--- (2010b). “Migration and Care. Themes, Concepts and Challenges”. Social Policy and Society, vol. 9, no 3.

Williams Fiona, Gavanas Anna (2008) ‘The Intersection of Child Care Regimes and Migration Regimes : A Three – Country Study’. In Lutz Helen (ed), Migration and Domestic Work: a European Perspective on a Global Theme. London, Routledge.

Notes

1 Sur les apports de ces travaux, voir en particulier la revue Social Politics - International Studies in Gender, State and Society, qui est l’une des publications les mieux documentées sur ce thème à l’échelle internationale et à laquelle renvoient nombre des références incluses dans cette contribution.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search