Version classiqueVersion mobile

La confiance

 | 
Aurore Gaillet
, 
Nicoletta Perlo
, 
Julia Schmitz

Propos conclusifs

Laboratoire de la confiance

Sidi Askofaré

Texte intégral

1Quelques propos conclusifs après cette journée dense qui a vu le thème de la confiance abordé, investi et mis en question depuis des disciplines aussi diverses que le Droit, l’économie, la science politique, l’histoire ou la philosophie.

Au terme de ces contributions riches et de ces échanges - et pour autant que seul un sujet, individuel ou collectif, est susceptible d’expérimenter ou en tout cas de pouvoir témoigner de la confiance - se pose la question de savoir en quoi la psychanalyse, comme pratique et comme théorie, peut-elle éclairer cette notion à sa façon voire à en exhiber les paradoxes.

En vérité, j’étais parti de plus loin, puisque je posais dans un argument rédigé pour présenter mon propos, qu’« au cœur de la psychanalyse et, au-delà, de toute activité clinique ou de soin, il y a indubitablement à l’œuvre la question de la confiance. Cette dernière est en effet requise pour demander (une analyse, un soin, une thérapie), pour se laisser accompagner et, parfois, conseiller ou guider, voire pour assentir aux interprétations et consentir à la guérison ». Il s’agit de la problématique classique du transfert, dont on sait pourtant que le développement n’est pas exempt parfois de soupçon, de méfiance voire de défiance.

2Sur quelle foi est fondé ce crédit accordé à l’Autre, qui autorise jusqu’aux confidences ?

Ce questionnement, qui s’origine dans une pratique spécifique, la psychanalyse, peut s’étendre à d’autres champs et à d’autres discours, pour autant que la confiance comme notion, sentiment ou affect, traverse autant la science – qui eût été inimaginable si l’on s’était contenté de se fier aux apparences -, l’économie : la valeur, la monnaie, le crédit -, le droit : le contrat -, le langage : le signe, le sens, la signification -, la politique : les institutions -, la religion : la croyance, la foi, l’espérance -, etc. De sorte qu’il n’est pas exagéré de dire qu’au fondement de la vie sociale, de tout lien social, nous retrouvons nécessairement la croyance. Dès lors, il s’agit de chercher à établir, sur le plan subjectif comme sur le plan social, ce qui fonde cette confiance, ce qui est susceptible de l’ébranler ou de la mettre à bas, et de savoir si un retour de la confiance est possible là où elle a été mise en cause ou retirée.

3Pour rester dans le cadre contraint du propos conclusif, je me limiterai à la confiance dans la psychanalyse.

De la confiance, on peut dire que la psychanalyse a à en connaître principalement sous trois angles ou aspects : sous la forme problématique du symptôme – et, dans ce cas, c’est notamment sous la forme de ce que l’on appelle la « confiance en soi », ou plus exactement, de son défaut ou de sa défaillance : le manque de confiance en soi ou la perte de confiance en soi -. Pour éviter un trop grand schématisme, j’ajouterais ceci : Une psychopathologie de la vie quotidienne, même sommaire, nous permet également d’observer le contraire : non plus le défaut de confiance mais son hypertrophie, cet excès de confiance que l’on rencontre chez certains sujets. Évidemment que cette forme de confiance – qui peut aller parfois jusqu’à l’arrogance et à la présomption – correspond, ou en tout cas se rencontre davantage chez les sujets appelés communément narcissiques ou dont la structure se prête peu à une mise en question. Souvent, d’ailleurs, le psychanalyste ne les rencontre, dans sa pratique, que dans les conjonctures où, ce qui s’avère n’être dans l’après-coup qu’une défense, cède pour laisser place à un effondrement. Cela peut arriver, par exemple, à l’occasion d’un échec professionnel retentissant, d’une rupture amoureuse ou d’un deuil.

4Le psychanalyste rencontre aussi la confiance – et il s’agit sans doute de la modalité la plus importante – sous la forme du transfert, un phénomène fondamental qui conditionne toute expérience psychanalytique. Le transfert consiste en le crédit fait à l’analyste de savoir ce que le sujet méconnaît de lui-même et de la cause de sa souffrance, et de pouvoir, par son savoir-faire, le sortir de ses impasses subjectives et de le délivrer de ce qui en fait signe sous la forme de l’inhibition, du symptôme ou de l’angoisse.

5Enfin, la confiance se donne à connaître, en psychanalyse, sous la forme ou les formes que la confiance prend pour assurer sa fonction de ciment des groupes, des organisations, des institutions, voire du lien social dans son entièreté. C’est là où se rencontre, sans doute, la sécurité elle-même, ou en tout cas le sentiment de sécurité, comme l’un des autres noms de la confiance.

6Commençons par la version la plus triviale, celle relative au symptôme qui communément est la raison la plus répandue de l’entrée en analyse. À l’orée d’une analyse, en particulier de nos jours, il n’est pas rare que des sujets arrivent avec la plainte, avec son cortège de souffrance, d’un manque de « confiance en soi ». En effet, des patients énoncent souvent dans les entretiens dits préliminaires (sous-entendu : à l’entrée effective en analyse), et même au détour des analyses, cette plainte vague, opaque et lancinante : « Je manque de confiance en moi ». Ou des énoncés similaires : « Je manque d’assurance », « J’ai peur de ne pas être à la hauteur ».

7Pour le psychanalyste, surtout lorsque cette plainte se présente comme un état chronique et obsédant, ce « manque de confiance en soi » relève moins de la névrose de transfert (hystérie, obsession, phobie) que de ce que l’on appelle, aujourd’hui, les « pathologies narcissiques ».

Les sujets qui se plaignent ainsi se disent « fragiles », leur souffrance est permanente ; elle ne se confond pas avec celle, discontinue, des moments passagers de faiblesse, de déprime ou de vulnérabilité. Chez eux, le manque de « confiance en soi » est une souffrance majeure et le motif décisif de leur entrée en analyse.

Seulement, la confiance en soi n’est pas la seule qui fasse défaut dans la pratique et l’expérience psychanalytique. De nombreuses analyses ne démarrent pas ou stagnent très tôt, les analysants déclarant qu’ils ne peuvent pas se soumettre à la « règle fondamentale » - tout dire sans jugement, critique ou toute autre forme de censure du discours -, prétextant ne pas pouvoir se confier à un étranger.

Or, il suffit de creuser un peu, ou seulement de laisser dire, pour que cette résistance livre sa raison fondamentale : un manque de confiance à l’endroit de celui-là même qu’ils ont choisi comme lieu et adresse de leur demande : l’analyste.

8Il y a aussi, troisième modalité, la position et le discours plus « paranoïde » ou obsessionnel de sujets d’emblée plus agressifs envers l’analyste, mais dont la méfiance augure, paradoxalement, d’un engagement dans l’analyse, pour autant que s’y exprime une recherche exigeante de vérité et un besoin de se faire entendre, qui ne se découragent pas malgré le caractère ténu de la confiance accordée à l’analyse ou à l’analyste. Il y a en effet quelque chose de remarquable et de paradoxal dans le contraste entre, d’une part, le doute et la méfiance affichés et, d’autre part, le fait que ces personnes s’accrochent à la cure, souvent comme leur ultime espoir.

9Pour parachever cette petite phénoménologie clinique de la confiance, je mentionnerai les sujets qui, tout en clamant leur souffrance et leur besoin d’être aidés par l’analyse, ne cessent de dire, explicitement, qu’ils ne croient pas en l’analyse qui, à leurs yeux, serait insuffisamment scientifique, ou qui ne tiendrait pas compte de leur spécificité, qu’elle soit culturelle, politique, sexuelle ou confessionnelle. Il peut aussi leur arriver de dire qu’ils ne voient pas comment le simple fait de parler pourrait modifier leur état, les transformer ou traiter leurs difficultés, elles, bien réelles. Ou, quand bien même ils consentiraient à se « mettre à nu », quel usage l’analyste pourrait-il en faire qui produirait des incidences positives et efficaces dans leur existence ?

10Méfiance et défiance, donc, à l’endroit d’une relation et d’un praticien auxquels ils se voient attachés mystérieusement par un lien de croyance qui leur échappe ou dont ils craignent les abus et l’emprise.

Au fond, on peut dire que dans l’expérience psychanalytique, le problème de la confiance structure la relation du début à la fin.

Aussi, le problème de la confiance en soi ne se pose jamais seule. Dans les cas où il est là au départ, il se métamorphose nécessairement, peu ou prou, en problème de confiance tout court, de s’articuler toujours à la problématique de la fiabilité de l’autre, l’analyste, en l’occurrence. De ce point de vue, il n’est pas exagéré de dire que le discours analytique, soit le lien social qui unit l’analysé et l’analyste, peut être conçu comme un véritable laboratoire de la confiance. L’analyste y est situable, selon les moments de la cure et les aléas du transfert, tantôt sur le versant du partenaire imaginaire – l’alter ego avec qui je suis dans des relations symétriques de rivalité, de séduction et d’agressivité – tantôt sur le versant de l’Autre symbolique – celui avec lequel je me trouve, au contraire, dans une relation dissymétrique de dépendance, d’aliénation et d’assujettissement. Et ce qui se joue dans une analyse vaut, mutatis mutandis, dans toutes les autres pratiques sociales, dans les autres discours dont l’articulation fait le lien social.

11Pas de lien social qui tienne sans, en son fondement, le minimum de confiance qui signe la dimension fondamentalement religieuse de tout lien social. Pas de lien social viable non plus – si l’on tient aux valeurs et à l’éthique de la démocratie – sans contrôle et, surtout, sans retrait de cette confiance lorsque ces valeurs et cette éthique sont bafouées ou trahies. Comme en analyse, l’aliénation n’est envisageable que sur le fond d’une séparation possible. Autrement, la confiance se réduirait à cette guise de « servitude volontaire » que moquait le moraliste : « La confiance plaît toujours à celui qui la reçoit : c’est un tribut que nous payons à son mérite ; c’est un dépôt que l’on commet à sa foi ; ce sont des gages qui lui donnent un droit sur nous, et une sorte de dépendance ».

Auteur

Professeur en Psychopathologie, psychanalyste, Directeur de recherche au LCPI (EA 4591),

Université Toulouse II Jean Jaurès

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search