Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La confiance

 | 
Aurore Gaillet
, 
Nicoletta Perlo
, 
Julia Schmitz

Troisième partie : Science politique et Droit

Confiance sociale, confiance politique et votes en France en 2017

Nonna Mayer

Texte intégral

1L’idée d’un déclin croissant de la confiance politique dans les démocraties occidentales, susceptible à terme de saper les fondements même du régime représentatif, n’est pas nouvelle. Elle se profile à la fin des années soixante, face à la contestation portée par les « nouveaux mouvements sociaux » comme en témoigne le rapport pour la Commission Trilatérale sur la gouvernance des démocraties sous la plume de Michel CROZIER, Samuel HUNTINGTON et Joji WATANUKI (1975). Le débat reprend aux États- Unis à la fin des années 90 avec un livre emblématique de Joseph NYE, Philip ZELIKOW et David KING : Why people don’t trust government (1997), se prolonge en Europe (NORRIS, Critical Citizens, 1999 ; PHARR et PUTNAM, Disaffected democracies, 2000) et rebondit plus récemment en France avec les ouvrages de Pierre ROSANVALLON (La contre démocratie. La politique à l’âge de la défiance, 2006) et de Yann ALGAN et Pierre CAHUC (La société de défiance, 2007, suivi par La fabrique de la défiance…et comment s’en sortir, 2012, coécrit avec André ZYLBERBERG). L’effondrement des partis traditionnels face à la vague macroniste, lors des scrutins de 2017, offre un champ d’étude propice au phénomène. Il invite à s’interroger sur le niveau de confiance sociale et politique en France en 2017, à la veille de cette élection présidentielle, et sur l’impact que la confiance a eu sur les votes.

2Il y a différentes façons de définir la confiance. On peut y voir un trait de personnalité formé dès l’enfance (GLANVILLE et PAXTON, 2007 ; FREITAG et BAUER, 2016) ou un type de relations sociales (LUHMANN, 1979 ; PUTNAM, 2001), un héritage culturel caractérisant certaines sociétés plus que d’autres (ROSE et MISHLER, 2001), ou, dans une perspective économique, un choix rationnel, une prise de risque (HARDIN, 2002). On peut distinguer la confiance sociale, basée sur les relations interpersonnelles, de la confiance politique. Et cette dernière peut se décliner en plusieurs dimensions, selon qu’elle porte sur la communauté nationale, le régime, les valeurs, les autorités ou leurs performances (EASTON, 1975). On s’intéressera ici à la confiance sociale et à la confiance politique, en distinguant le niveau des institutions et celui du personnel politique.

I. La confiance à la veille du scrutin présidentiel de 2017

  • 1 Enquête réalisée en ligne pour le Cevipof par Opinion Way auprès d’un échantillon national de 2044 (...)

3Le Baromètre de la confiance politique permet de suivre l’évolution de ces deux types de confiance en France depuis 20091. La confiance sociale est mesurée par la question « Diriez-vous qu’on peut faire confiance à la plupart des gens, ou qu’on n’est jamais assez prudent quand on a affaire aux autres ? ». Fin 2016 un quart seulement des personnes interrogées choisit la première réponse (26% de confiants contre 73% de prudents et 1% sans opinion), soit une baisse de 6 points par rapport à 2009 (figure 1). La faiblesse de ce niveau de confiance interpersonnelle a été mise en lumière depuis longtemps par les enquêtes internationales comme les Enquêtes Valeurs (EVS), l’Enquête sociale européenne (ESS), l’International Social Survey Programme (ISSP). Quel que soit l’indicateur utilisé, la confiance dans les autres est toujours plus élevée dans les pays de l’Europe du nord que dans ceux du sud, et particulièrement basse dans les démocraties post communistes.

4Une autre question demande de classer les principales institutions du pays par degré de confiance (figure 2). La hiérarchie des réponses est stable dans le temps. Si on ajoute les modalités « très » et « plutôt » confiant, les instances politiques locales suscitent toujours plus de confiance que les instances nationales. Le conseil municipal arrive en tête avec 64% d’avis positifs, la Présidence de la république et le Gouvernement tout en bas (respectivement 34% et 28% d’avis positifs). On retrouve la même hiérarchie quand la question porte sur les hommes et femmes qui incarnent ces institutions : votre député, le maire de votre commune, etc. (figure 3). Le maire arrive premier, et le Président de la république bon dernier.

  • 2 Sondages Sofres.

5On complétera ce tableau par l’image des partis et de la classe politique dans l’opinion. Sur une liste d’une quinzaine d’organisations tant publiques que privées proposées par le Baromètre, les partis politiques arrivent en dernier, avec seulement 11% de sondés disant leur faire confiance (dont 1% seulement « très »), proportion en baisse de 4 points depuis 2009. Quant à la classe politique, le Baromètre n’interroge pas directement sur la confiance à son égard mais sur le sentiment que « les responsables politiques, en général, se préoccupent de ce que pensent les gens comme vous ». Les réponses négatives (peu/pas du tout) atteignaient 89% de l’échantillon fin 2016, soit une hausse de 8 points depuis 2009 (figure 4) et de 38 points par rapport à 19892.

6Quatre mois avant l’élection présidentielle de 2017, le niveau de confiance interpersonnelle n’a jamais paru aussi bas, et la défiance à l’égard des hommes et des femmes politiques atteint des sommets, seuls les élus de proximité tirant leur épingle du jeu.

II. L’impact de la confiance sur les votes

  • 3 Enquête du Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po conduite par Kantar (...)

7Une enquête menée après le second tour de l’élection présidentielle3 permet de mettre la participation électorale et les votes déclarés en relation avec deux indicateurs de confiance. Le premier mesure la confiance dans les autres avec la même question que le Baromètre (On n’est jamais assez prudent quand on a affaire aux autres/ On peut faire confiance à la plupart des gens), sinon qu’au lieu de faire choisir les sondés entre les deux modalités, leur degré d’approbation est mesuré sur une échelle graduée de 0 (jamais assez prudent) à 10 (faire confiance). La note moyenne est de 5,2 sur 10, et 28% ont un score égal ou inférieur à 1. Le second indicateur mesure la confiance dans les responsables politiques, par le degré d’accord avec l’opinion selon laquelle « la plupart des responsables politiques sont dignes de confiance ». 22% seulement des personnes interrogées leur font tout à fait ou plutôt confiance, 55% plutôt pas ou pas du tout, le reste se disant ni d’accord ni pas d’accord ou refusant de répondre (21% et 2%). Ces deux indicateurs sont corrélés, mais le niveau de la corrélation est faible (R de Pearson : 0,22), signe que confiance sociale et confiance politique ne sont pas exactement de même nature (NEWTON et al., 2018). La confiance généralisée en autrui a trait au type de relations interpersonnelles existant dans une société, ce sont des relations de type horizontal. La confiance politique renvoie à des relations verticales, à des rapports de pouvoir et de domination.

8La participation au scrutin présidentiel, traditionnellement le plus mobilisateur en France, atteint 77,7% des inscrits au premier tour et 74,5% au second, caractérisé en outre par un nombre élevé des votes blancs et nuls (respectivement 6,3% et 2,3% des inscrits). L’enquête French Election Study (FES 2017) permet de reconstruire cette participation électorale avec une question formulée de manière à ne pas culpabiliser l’abstention et à réduire sa sous déclaration : Vous n’êtes pas allé voter, vous avez pensé aller voter, mais finalement vous n’y êtes pas allé, vous allez généralement voter, mais cette fois vous n’y êtes pas allé, vous avez voté. La participation déclarée est alors de respectivement 85% et 80%.

  • 4 Age en 5 groupes (18-24 ans, 25-34,35-49, 50-64, 65 et +), le diplôme en 4 (primaire ou moins, pri (...)

9Une analyse de régression logistique permet de mesurer l’impact spécifique de la confiance, indépendamment de celui des variables classiquement associées à la participation électorale. La variable dépendante est la proportion de personnes déclarant avoir voté aux deux tours (soit 77% de l’échantillon). Les variables explicatives prises en compte dans le modèle sont le sexe, l’âge, le niveau d’études, la pratique religieuse, la position sur l’échelle gauche droite et nos deux indicateurs de confiance4. Le tableau suivant résume leur effet positif ou négatif sur la participation (tableau 1).

Résultats d’une régression logistique binaire. Seuil de significativité statistique : p<0.05

Résultats d’une régression logistique multinomiale. Seuil de significativité statistique : p<0.05

10La participation s’élève sans surprise avec l’âge, le niveau d’études et la pratique de la religion catholique et elle est un peu plus forte chez les électrices. La confiance dans la classe politique accroit effectivement les probabilités d’aller voter, non pas tant chez les plus confiants toutefois que chez les « plutôt » confiants. Quant à la confiance sociale, elle n’a aucun impact.

11On peut de la même manière, à l’aide d’une régression logistique multinomiale, explorer l’effet de la confiance sur les choix électoraux au premier tour, en distinguant les votes pour Jean-Luc MÉLENCHON, Emmanuel MACRON, François FILLON et Marine LE PEN, opposés à tous les autres choix (vote pour les petits candidats restants, vote blanc ou nul ou abstention) (tableau 2). On voit que les effets diffèrent clairement d’un candidat à l’autre.

12Le vote MÉLENCHON est d’autant plus probable que la personne se classe plus à gauche sur l’échelle gauche droite et que son niveau de diplôme est élevé. L’âge, le genre, la pratique religieuse et la confiance sociale et politique n’ont pas d’effet significatif. Le vote MACRON augmente avec l’âge, le diplôme, et le degré de confiance politique. Le classement sur l’échelle gauche droite ne joue pas, le genre, la religion ou la confiance dans les autres non plus. C’est sur le vote FILLON que la religion a le plus fort impact, un choix d’autant plus probable que la personne est catholique et pratiquante. Ce vote s’élève aussi avec l’âge, le niveau de diplôme, un positionnement à droite sur l’échelle gauche droite, et le niveau de confiance envers les responsables politiques. Le genre et la confiance dans les autres ne jouent pas. Le vote pour Marine LE PEN enfin caractérise en priorité des électeurs faiblement diplômés, les plus à droite, et dans les tranches d’âge intermédiaires (35-49 ans). C’est chez les fidèles d’une autre religion que le catholicisme, en particulier les musulmans, qu’il est le moins probable. Enfin il est d’autant plus fréquent que le niveau de défiance est élevé, tant envers les autres membres de la société qu’envers la classe politique.

Conclusion

13Ces résultats suggèrent plusieurs pistes de réflexion. La confiance dans les autres, qu’on les connaisse ou pas, facilite certes la vie en société comme le montrent les travaux de PUTNAM sur le capital social (2001). Mais quand il s’agit de voter, elle ne compte pas. Le seul vote qui démente cette règle est celui pour Marine LE PEN, dont la défiance sociale est une composante majeure, défiance sociale ici teintée de xénophobie (ROUX, 2014, p.77). La confiance dans les élites politiques en revanche a un impact significatif sur tous les votes au premier tour de l’élection présidentielle, à l’exception du vote pour le candidat des Insoumis, mais dont le coefficient est juste en dessous du seuil de significativité statistique. Autant la confiance politique favorise un vote en faveur de François FILLON ou d’Emmanuel MACRON, autant elle fait obstacle au vote Marine LE PEN qui est un vote populiste, anti élites et anti système. Par ailleurs elle n’est ni le seul ni le plus important des facteurs explicatifs du vote. Et elle dépend du contexte politique, des partis au pouvoir, de la politique qu’ils mènent, tout autant qu’elle influence les perceptions des électorats, interactions que nous ne pouvons développer ici. Enfin un certain degré de défiance politique à l’égard de ceux qui nous gouvernent n’est pas nécessairement dangereux pour la démocratie, au contraire (CITRIN, 1974).

Bibliographie

ALGAN, Yann et CAHUC, Pierre, 2007, La société de défiance. Comment le modèle social français s’autodétruit ?, Paris, Ed. Rue d’Ulm/CEPREMAP.

ALGAN, Yann, CAHUC, Pierre, ZYLBERBERG, André, 2012, La fabrique de la défiance…et comment s’en sortir, Paris, Albin Michel.

CITRIN, Jack, 1974, « The political relevance of trust in government », American Political Science Review, 68(3), pp. 973-988.

CROZIER, Michel, HUNTINGTON, Samuel et WATANUKI, Joji, 1975, The crisis of democracy, New York, New York University Press.

EASTON, David, 1975, « A re-assessment of the concept of political support », British Journal of Political Science, 5, pp. 435-457.

FREITAG, Markus et BAUER, Paul C., 2016, « Personality Traits and the Propensity to Trust Friends and Strangers », The Social Science Journal (doi.org/10.1016/j.soscij.2015.12.002).

GLANVILLE, Jennifer L. et PAXTON, Pamela, 2007, « How do we learn trust ? A confirmatory tetrad analysis of the sources of generalized trust », Social Psychology Quarterly, 70(3), pp. 230-242.

HARDIN, Russel, 2002, Trust and Trustworthiness, New York, Russel Sage.

LUHMANN, Niklas, 1979, Trust and Power, Chichester, Wiley.

MISHLER, William, ROSE, Richard, 2001, « What Are the Origins of Political Trust?Testing Institutional and Cultural Theories in Post-communist Societies », Comparative Political Studies 34(1), p. 30-62.

NEWTON, Kenneth, STOLLE, Dietlind et ZMERLI, Sonja, 2018, « Social and Political Trust », in USLANER, Eric M. (dir.), The Oxford Handbook of Social and Political Trust, Oxford, Oxford University Press.

NORRIS, Pippa, 1999, Critical Citizens. Global Support for Democratic Government, Oxford, Oxford University Press.

NYE, Joseph, ZELIKOW, Philip et KING, David, 1997, Why people don’t trust government, Cambridge, Harvard University Press.

PHARR, Suzanne et PUTNAM, Robert, 2000, Disaffected democracies.What’s troubling the Trilateral Democracies ?, Princeton, Princeton University Press.

PUTNAM, Robert, 2001, Bowling Alone. The Collapse and Revival of American Community, New York, Simon and Schuster.

ROSANVALLON, Pierre, 2006, La contre démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Seuil.

ROUX, Guillaume, 2014, « Expliquer la xénophobie », in BRÉCHON, Pierre et GONTHIER, Frédéric (dir.), Les valeurs des Européens, Paris, Armand Colin, p. 7.

Notes

1 Enquête réalisée en ligne pour le Cevipof par Opinion Way auprès d’un échantillon national de 2044 personnes représentatif de la population de 18 ans et plus inscrite sur les listes électorales. La huitième vague a été réalisée entre le 16 et le 30 décembre 2016 : http://www.cevipof.com/fr/le-barometre-de-la-confiance-politique-du-cevipof/resultats-1/vague8/

2 Sondages Sofres.

3 Enquête du Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po conduite par Kantar TNS en face-à-face auprès d’un échantillon national de 1 830 personnes représentatives de l’électorat inscrit résidant en France métropolitaine, 8-21 mai 2017.

4 Age en 5 groupes (18-24 ans, 25-34,35-49, 50-64, 65 et +), le diplôme en 4 (primaire ou moins, primaire technique, secondaire et supérieur), la pratique religieuse en 5 (catholique pratiquant régulier, irrégulier, non pratiquant, autre religion, sans religion), la confiance dans les responsables politiques en 5 (sans opinion exclus), la position sur l’échelle gauche droite codée comme une variable métrique de 0 à 10 (sans opinion reclassés au centre) de même que la confiance dans les autres. Régressions disponibles sur demande.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/5979/img-1.png
Fichier image/png, 246k
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/5979/img-2.png
Fichier image/png, 230k
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/5979/img-3.png
Fichier image/png, 194k
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/5979/img-4.png
Fichier image/png, 289k
Légende Résultats d’une régression logistique binaire. Seuil de significativité statistique : p<0.05
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/5979/img-5.png
Fichier image/png, 296k
Légende Résultats d’une régression logistique multinomiale. Seuil de significativité statistique : p<0.05
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/5979/img-6.png
Fichier image/png, 321k

Auteur

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540